M. C. Beaton, T12, Agatha Raisin & the Day the Floods came

C’est toujours avec grand plaisir que l’on retrouve Agatha Raisin. Et pourtant, j’avais un peu repoussé la lecture du douzième tome car je croyais qu’il se passait sur une île lointaine, dans l’esprit du sixième tome qui se déroule à Chypre, et que j’ai moins aimé. Il faut dire qu’une bonne partie du charme de cette série tient à ses villages pittoresques et ses balades à travers les Cotswolds.

Après quelques premières pages lues sans enthousiasme (départ prévu pour l’île de Robinson Crusoe, un mystère qui commence à se dessiner autour d’un couple sans aspérités), j’ai eu la surprise de voir notre Agatha de choc revenir en Angleterre, pour un délicieux cosy mystery dans la lignée des précédents.

Et pas que ! Car j’ai trouvé que ce tome apportait un peu de fraîcheur, à travers l’arrivée de John, nouveau voisin. Ceux qui lisent la série savent combien Agatha peut cacher un petit coeur d’artichaut sous une carapace de bulldozer. (Spoilers) Dans les tomes précédents, nous avons assisté à ses déboires avec son voisin James Lacey, leur rapprochement, leur mariage, leur divorce… avant d’abandonner James dans un monastère français. En parallèle, Sir Charles venait pimenter le quotidien, avec tout son égoïsme et son culot d’aristocrate radin. Lui aussi finissait marié en France sans avoir invité Agatha à la fin du tome précédent. C’est donc une héroïne au moral en berne qui entamait The Day the floods came. Arrive alors un nouveau voisin, John, séduisant écrivain de romans policiers. Et la relation qui se met en place a le mérite d’apporter une nouvelle dynamique avec un tandem d’un autre genre, sans qu’Agatha ne retombe immédiatement dans les tourments de l’adolescence énamourée.

Côté intrigue, notre intrépide enquêtrice croise dans un salon de beauté une jolie jeune femme s’apprêtant à épouser un garçon qui semble bien moins épris. Quelques jours plus tard, lors d’inondations, Agatha observe la rivière depuis un pont lorsqu’elle voit flotter la jeune femme dans sa robe de mariée, un bouquet à la main. Elle est d’emblée convaincue du caractère suspect de cette mort et soupçonne le fiancé. Mais peu à peu, d’autres pistes émergent, entre les collègues de bureau (qui croient qu’Agatha les interviewe pour une émission de télé) et l’employeur répugnant de la victime. Victime qui, finalement, n’était pas non plus une blanche colombe.

Agatha va enquêter, parfois aidée par John, ou encore Roy, son ancien employé londonien toujours délicieusement extravagant et impertinent. Sir Charles fait aussi une incursion dans ce roman, et on n’ira pas s’en plaindre étant donné le caractère coloré de ce personnage. Ajoutons à cela une Mrs Bloxby de plus en plus présente, adjuvante pleine de finesse (et croyez-le ou non, de plus en plus malicieuse pour une femme de pasteur), et nous aurons une récit savoureux dévoré en quelques jours. Je n’ai qu’une envie : attaquer le tome suivant !

Et pour retrouver Agatha sur ce blog :

 

 

267 p

M. C. Beaton, T12, Agatha Raisin & the Day the Floods came, 2002

7 thoughts on “M. C. Beaton, T12, Agatha Raisin & the Day the Floods came

  1. Quoi elle voulait venir au Chili…en tout cas mon homme veut vraiment visiter cette ile…elle est mysterieuse et magique a la fin….
    Et bin que des histoires d’hommes quand meme….mais cela reste sympa…;)

    1. Oui Agatha et les hommes, c’est quelque chose ! C’est une romantique qui cherche l’âme soeur depuis cinquante ans ou pas loin… Elle passe en effet par le Chili mais s’arrête très brièvement dans un hôtel de luxe. Ensuite elle monte dans un coucou pour se rendre sur cette île qui n’a rien à voir avec l’idée qu’elle s’en faisait (elle l’imaginait tropicale, ce qui n’est pas vraiment le cas).

      1. bin euh oui….loin d’etre tropical…on reve d’y aller…mais pas en avion, cela reste bigrement dangeureux…..en tout cas sacre agatha et son hotel de luxe….pfouff…quoi…pfoufff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *