« God Bless the Queen | Page d'accueil | Trick or Treat »

25/01/2009

La philosophie hors du boudoir

une education libertine.jpgC’est avec soulagement que je viens de terminer Une éducation libertine de Jean-Baptiste del Amo, reçu dans le cadre de l’opération Masse Critique de Babelio. Avec cette entrée en matière un peu brutale, il vaut mieux préciser que je souhaitais vivement découvrir ce roman et que je ne regrette pas du tout ma lecture, malgré un accouchement pour le moins douloureux.

Une éducation libertine rappelle bon nombre de classiques des XVIIIe et XIXe siècles, mettant en scène un jeune homme prêt à tout pour conquérir sa place dans la haute société. Parti de rien, Gaspard a quitté Quimper et la ferme familiale pour Paris : de la Seine à l’atelier d’un perruquier, des bordels aux meilleurs salons parisiens, il gravit rapidement les échelons de la société.

Il rencontre tout au long de son parcours plusieurs personnages qui joueront un rôle clef, influençant sa réussite ou déterminant les changements qui s’opèrent en lui. Parmi eux: Lucas, qui lui trouve un premier métier ; Billod, maître perruquier émoustillé par le jeune provincial ; le comte de V., amoral et qui, sans avoir la prestance d’un Valmont, est le personnage qui m’a le plus séduite ; Emma, la prostituée au grand cœur ; les d’Annovres, sans autre intérêt que leur fortune et leur cercle d’habitués ; Adeline, leur fille, qui devine l’imposture de Gaspard ; enfin le baron de Raynaud, décati mais plein d’ardeur.

D’abord un peu trop simple, trop grossier pour le raffinement de la vie qu’il ambitionne, Gaspard apprend l’art et la manière de s’exprimer et de se comporter en société. Il découvre à ses dépens que les hommes ne sont pas toujours fiables et, avant d’atteindre son but, passe à plusieurs reprises de l’espoir à la déchéance avant de décider de prendre son destin en main.

Personnage ambitieux, Gaspard évoque Rastignac, dans un roman aux influences littéraires multiples – et lorsqu’il n’y a peut-être pas de rapport direct, on peut malgré tout faire quelques rapprochements : Balzac, mais aussi Maupassant et son Bel-Ami ; Zola avec l’expression récurrente « ventre de Paris » et des scènes évoquant les parvenus des Rougon-Macquart ; Le Parfum de Süskind, notamment avec l’introduction de Paris, personnage à part entière, ville monstrueuse, bassement humaine, éructant, exhalant un remugle immonde ; évidemment Laclos et Sade, dont les Infortunes sont vendues sous le manteau, tandis que le comte Etienne de V. semble issu d’un accouplement sulfureux entre Valmont et Dolmancé. J’ai aussi pensé à Ambre, l’héroïne du roman éponyme de Katrin Winsor qui évoque la détermination d’une jeune campagnarde prête à tout pour conquérir titre et fortune dans l’Angleterre de Charles II. Peut-être y a-t-il également dans ce roman une influence de Jean Teulé, d’après ce que j’ai pu lire de son récit sur François Villon.

J’ai beaucoup apprécié l’aspect ambitieux de ce texte à l’écriture soignée, au langage savamment travaillé, au vocabulaire assez riche (malgré un champ lexical du corps et de ses sécrétions peut-être trop récurrent), aux métaphores nombreuses. C’est un roman fleuve comme on en trouve finalement assez peu aujourd’hui dans la littérature française – du moins c’est mon impression. Moins de poésie, d’introspection. Plus de narration, dans la tradition des grands classiques. J’ai vraiment savouré ce choix qui confère un caractère assez inédit à ce roman. A noter que quelques personnages évoluent en marge du récit, le temps de quelques pages. Ce focus sur d’autres habitants de la capitale tentaculaire suscite la curiosité du lecteur et relance parfois l’action en observant la scène sous un angle inattendu.

Pourtant je ne suis pas totalement convaincue : Une éducation libertine rappelle énormément Le Parfum par son introduction (voire même en général, par le caractère vampirique et autodestructeur de Gaspard). Il peine à s’affranchir de ses nombreuses influences. Les personnages sont à mon avis un peu stéréotypés et ont pour beaucoup un petit air de déjà vu. Antipathique au possible, Gaspard m’a fait mourir d’ennui avant de jouer les arrivistes. Et c’est au final cette première partie (environ 200 p) que j’ai trouvée très longue, en particulier lors de l’apprentissage de Gaspard et de sa relation avec Etienne, avec des descriptions qui me semblaient redondantes et un héros qui ramait, brassait de l’air mais n’avançait certainement pas. Plus séduite par d’autres personnages que l’on ne connaît que superficiellement, j’ai mis trop de temps à m’intéresser au destin de Gaspard, malgré une deuxième partie lue d’une traite et vraiment appréciée (à part les descriptions de la chair mutilée du héros, qui m’ont finalement donné la nausée – mais cela ne m’était jamais arrivé lors d’une lecture et doit très certainement compter parmi les réussites du roman).

J’attendais peut-être un peu trop de ce roman mais Jean-Baptiste del Amo est sans aucun doute un écrivain prometteur que je serais curieuse de relire un jour. Et, malgré mes réserves, Une éducation libertine est un bon roman, voire plus encore.

Merci beaucoup à Gallimard et à Guillaume Teisseire, chef d’orchestre organisé et toujours très sympathique !

Le site de l'auteur.

D'autres avis : Lau, Ys, Flora, Laurent, Le Vampire Ré'Actif, Manu néo-libraire, Cali Rise, Site En Marge, Nibelheim, Ameleia (allez voir chez elle ce qu'est une opération commando - réussie - à la FNAC), Delph, la page de Babelio, Titine et Lucile.

434 p

Jean-Baptiste del Amo, Une éducation libertine, 2008

Commentaires

J'ai bien aimé moi aussi, et je trouve qu'il se sort bien de toutes ces influences pour créer des personnages forts, même si antipathiques. J'ai trouvé la prose trop chargée parfois, j'ai eu l'impression d'étouffer, mais vraiment, quel premier roman ambitieux en effet, qui nous change des auteurs minimalistes, intimistes et autres nombrilistes !

Écrit par : Ys | 25/01/2009

Répondre à ce commentaire

je confirme Guillaume est très sympa, quant au livre...comment dire, il ne m'intéresse pas du tout !

Écrit par : wictoria | 25/01/2009

Répondre à ce commentaire

tu nous parleras de Beatrix Potter n'est-ce pas ? avec photos STP :)

Écrit par : wictoria | 25/01/2009

Répondre à ce commentaire

J'avais lu un peu la même critique chez Ys : un écrivain prometteur et une prose soignée. Mais je ne suis pas plus attirée que ça. :/

Écrit par : Leiloona | 25/01/2009

Répondre à ce commentaire

Nous avons reçu le même livre pour Masse critique ! =)
Nos critiques me semblent d'ailleurs assez proches : j'ai bien aimé cette lecture mais émets comme toi quelques réserves, notamment au niveau des influences. J'ai du coup rajouté le lien vers ce billet dans mon propre article, j'aime (surtout quand les avis sont mitigés) citer plusieurs personnes !

Écrit par : Nibelheim | 25/01/2009

Répondre à ce commentaire

Au début, j'étais tentée mais plus ça va moins je le suis... j'ai peur de ne rien comprendre!! Ca me semble un peu ardu pour mon mini-cerveau...

Écrit par : Karine :) | 25/01/2009

Répondre à ce commentaire

Moi aussi j'avais très envie de le lire à sa sortie, et plus le temps passe, moins il me tente....

Écrit par : Gambadou | 26/01/2009

Répondre à ce commentaire

Je ne lis pas ton billet je compte le lire bientôt ! Est ce que nos billets vont se rejoindre ;-) Suspense :)

Écrit par : Alice | 26/01/2009

Répondre à ce commentaire

A lire ton billet on peut s'interroger : est ce que parfois on aurait pas intérêt à relire l'original : Balzac et son Rastignac ? les classiques ne sont pas morts puisqu'ils inspirent encore aujourd'hui les écrivains !

Écrit par : Dominique | 26/01/2009

Répondre à ce commentaire

En effet, nos avis sont plutôt proches! Très bon billet, en tous cas : je n'ai pas eu ta patience ni ton organisation pour parler de tout, mais ici c'est très réussi! :)

Écrit par : Lucile | 26/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ Ys : je suis moins convaincue que toi en ce qui concerne les personnages mais tout à fait d'accord quand tu dis que ça change du minimalisme et surtout du nombrilisme qui caracolent en tête des ventes ! ça fait du bien !;)

@ Wictoria : oui bien sûr je parlerai de Beatrix Potter, dont je savoure petit à petit les contes et, peut-être plus encore, les illustrations !

@ Leiloona : ce livre se démarque à mon avis vraiment de beaucoup de publications récentes et, personnellement, j'apprécie beaucoup ce genre et ces influences... après le mieux est peut-être encore de l'emprunter ou de le feuilleter pour se faire une idée...

@ Nibelheim : hier soir j'ai fait mon billet un peu rapidement, j'ai donc pris connaissance de ta critique ce matin. Effectivement, nous avons un avis à peu près similaire :o)

@ Karine :) : ton mini-cerveau ? non mais c'est quoi cet argument ?:p ^^

@ Gambadou : j'en attendais d'ailleurs beaucoup au départ... il faut dire que le titre et le petit côté XVIIIe ne me laissaient pas indifférente !

@ Alice : oui je me pose la même question ! Au passage j'ai vu que tu as parlé de "A moi pour toujours", que j'ai dans ma PAL et compte lire depuis... euh... décembre ? novembre ?!

@ Dominique : je ne suis pas certaine que tous les écrivains en vogue lisent encore leurs classiques, mais c'est une autre histoire :o) Et tu as bien raison de dire qu'il serait peut-être aussi bien de revenir aux origines... point positif de ce roman, il me donne très envie de me replonger dans ces livres lus il y a un certain temps ! (et j'en ai encore beaucoup à découvrir !)

@ Lucile : ah, pour une fois que je suis organisée... !;o)

Écrit par : Lou | 26/01/2009

Répondre à ce commentaire

C'est sans aucun doute le genre de livres que j'achèterai à sa sortie en poche, Lou, tout simplement parce que l'histoire me parle et que le style est rare ...

Écrit par : Nanne | 26/01/2009

Répondre à ce commentaire

C'est un roman auquel j'ai aussi consacré un article car c'est un livre rare au style foisonnant et précieux. C'est vrai qu'il y a des moments où le livre se traîne, des redondances dans l'ascension de Gaspard. Néanmoins c'est un livre à conseiller fortement pour toutes les raisons que tu as nommées.

Écrit par : Titine | 27/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ Nanne : oui, le travail sur la langue fait vraiment plaisir à voir... et surtout à lire.

@ Titine : je viens d'ajouter ton lien, merci de m'avoir signalé cet article ! Je suis d'accord avec toi... sans être totalement sous le charme j'ai trouvé beaucoup de qualités à ce livre d'une autre trempe que beaucoup de succès actuels !

Écrit par : Lou | 27/01/2009

Répondre à ce commentaire

Celui-là, je veux bien que tu me le prêtes :o)))))) *ange* Il m'intrigue depuis le billet de Plumes.
Sinon, tu es toujours chez tes parents ? Je pense que j'aurais enfin le temps de t'envoyer le Haden en fin de semaine prochaine.

Écrit par : Lilly | 27/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ Lilly : oui il vaut mieux envoyer le Haden chez mes parents, que j'y sois ou pas je finirai bien par le récupérer et il est possible que je quitte mon appart rapidement... Quant à ce livre ok pas de souci, au pire tu me le rappelles :o)

Écrit par : Lou | 27/01/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai très envie de lire ce livre !

Écrit par : Mlle Curieuse | 27/01/2009

Répondre à ce commentaire

Merci à toi d'avoir mis le lien vers mon blog!

Écrit par : Titine | 28/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ Mlle Curieuse : il faut juste avoir l'estomac accroché à la fin ;o)

@ Titine : de rien ! j'ai cherché des liens sur Internet mais je tombais surtout sur des sites commerciaux comme ce livre a eu un certain succès... au bout d'un moment j'ai fini par renoncer mais je suis sûre que j'oublie encore des liens !

Écrit par : Lou | 28/01/2009

Répondre à ce commentaire

Même si c'est un roman plus que bon révélant un écrivain prometteur, je ne suis pas certaine qu'il me plaira ! :-/

Écrit par : Florinette | 28/01/2009

Répondre à ce commentaire

Pas encore lu, mais ça viendra sans tarder, je suis curieuse de ce livre, d'autant plus que j'ai lu le Parfum plusieurs fois, en français et allemand.

Écrit par : liliba | 31/01/2009

Répondre à ce commentaire

@ Florinette : je comprends, avec les avis finalement plus mitigés que je ne le croyais...

@ Liliba : ah j'aimerais bien pouvoir lire Süskind en allemand ! Enfin comme je l'ai en VF je pourrais bosser mon allemand en achetant la VO pour comparer...

Écrit par : Lou | 03/02/2009

Répondre à ce commentaire

C'est une très belle critique que tu fais là.
Je n'avais pas apprécié "Le Parfum" de Süskind et j'ai beaucoup aimé ce livre original.
Del Amo arrive à nous faire nous sentir mal, à avoir la nausée. Et il est vrai que j'ai également trouvé Gaspard assez antipathique et énervant.

Écrit par : Lau | 12/02/2009

Répondre à ce commentaire

@ Lau : j'avais beaucoup aimé "le Parfum" par contre, même si je crois que j'avais trouvé le schéma un peu répétitif au bout d'un certain temps. Mais concernant Del Amo, malgré mes réserves, je trouve que son livre s'extrait du carcan des livres anorexiques ou des intrigues poussives que l'on trouve beaucoup en France aujourd'hui !
Merci pour ton gentil commentaire, Lau !

Écrit par : Lou | 12/02/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Lou ! Je découvre ton blog grâce à Babelio. J’ai beaucoup aimé ton commentaire sur Une éducation libertine et je suis parfaitement d’accord avec toi concernant le ressenti : tout comme toi, je trouve que Del Amo a un peu abusé du champ sémantique et tout comme toi, j’ai trouvé Gaspard énervant et insipide avant de le détester... Mais je dois avouer que pour un premier roman, c’est plutôt réussi...

Écrit par : Alcapone | 16/05/2010

Répondre à ce commentaire

@ Alcapone : merci pour ton passage ici, je vais pouvoir découvrir ton site ! Je vois qu'effectivement nous partageons vraiment le même ressenti ! C'est effectivement un assez bon premier roman, mais je trouve que des fois on considère que pour être bien, un premier roman doit simplement présenter pas mal de qualités... et on oublie plus vite ses défauts :o)

Écrit par : Lou | 19/05/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire