« Une histoire de fantôme à l'anglaise | Page d'accueil | Jane Austen's turn »

08/01/2012

Hôtel hanté à Venise

collins hotel hante.jpgAujourd'hui notre ami Wilkie fête ses 188 ans... c'était donc l'occasion de lui consacrer un nouveau billet. J'hésitais à sortir de ma PAL ses romans les plus longs mais j'ai réalisé que je n'avais jamais parlé de L'Hôtel hanté, lu et adoré il y a environ deux ans. J'étais incapable de m'en souvenir avec précision, je l'ai donc relu car Wilkie au mois de janvier, vodka rhum toute l'année (oui ça n'a aucun sens, mais Wilkie était assez festif donc je me suis dit que ça lui irait bien).

De quoi s'agit-il ? D'une comtesse étrange, aux cheveux sombres, au visage pâle et fascinant, mélange de beauté et de laideur. De son frère, le baron, qui l'accompagne à travers toute l'Europe, semant sur leur passage le scandale et la disgrâce. De Lord Montbarry, ramolli du bulbe qui abandonne Agnès, exemple même de l'Anglaise idéale, bonne, douce et patiente, même dans le scandale.

Fiancé à Agnès, Lord Montbarry s'éprend de la comtesse Narona et demande celle-ci en mariage. Alors que la famille du lord s'y oppose et que les cancans vont bon train,  le couple marié à la sauvette se rend sur le continent et finit par s'installer dans un vieux palais délabré de Venise. Rejoint par le baron, frère de Lady Montbarry, le couple n'a pour entourage qu'une servante qui donne rapidement sa démission ainsi qu'un messager, Ferraris. La première partie se déroule cependant en Angleterre, essentiellement à travers les échanges entre Agnès, Henry – frère de Montbarry et amoureux de la jeune femme, ainsi que Mrs Ferraris. Celle-ci, ne recevant plus de nouvelles  de son époux, s'inquiète de son sort, jusqu'au jour où elle reçoit 1000 livres et un billet bien court : “ pour vous consoler de la perte de votre mari”. Pour elle, les choses sont claires : son mari a été assassiné. Mais un autre événement survient : Lord Montbarry meurt des suites d'une bronchite, faisant bénéficier son épouse d'une assurance vie montant à 10 000 livres, contractée à la demande du baron. Le roman suivra les pas de Henry et d'Agnes qui, petit à petit, seront amenés à se rendre à Venise et à découvrir ce qui est réellement arrivé dans le palais désormais transformé en hôtel et visiblement hanté.

wilkie-collins.jpgComme lors de ma première lecture, je me suis régalée avec ce roman de Wilkie Collins qui est peut-être celui qui m'a procuré le plus de plaisir jusqu'ici. On sent que ce roman n'est pas le plus abouti au monde, avec un narrateur qui finit souvent ses chapitres en nous lançant “mais que va-t-il se passer ? Vous verrez que l'on découvre l'explication dans le chapitre suivant, qu'on en apprend un peu plus dans le chapitre suivant, qu'il se passe des choses au chapitre suivant”. Je ne sais pas si ce texte a été publié sous forme de feuilleton mais cela pourrait expliquer ces clins d'oeil répétés.

Les traits d'humour si chers à l'auteur ne manquent pas, de ses commentaires sur les Français délurés à quelques passages joyeusement ironiques, tels ceux-ci :

Sur un médecin que demande à voir une patiente à la fin de ses consultations : Un coup d'oeil à une montre lui rappela qu'il fallait bientôt commencer sa tournée chez ses malades. Il se décida donc à prendre le parti le plus sage : fuir (p10).

Il fut un temps où l'homme, à l'affût de toutes les médisances, recherchait la société des femmes. Maintenant, l'homme fait mieux : il va à son cercle et entre dans le fumoir (p27).

Finalement, les personnages féminins ne sont pas si stétéotypés que ce qu'on pourrait imaginer pour un roman victorien. Certes, les deux amours de Montbarry incarnent deux idées bien distinctes de la femme : d'un côté la blonde fraîche et aimante, de l'autre la brune fascinante et perfide. Malgré tout, la comtesse est assez complexe et, consultant un docteur avant son mariage pour connaître son avis sur sa santé mentale, elle peut en quelque sorte obtenir le bénéfice du doute : est-elle si mauvaise que cela ? Ne doit-on pas la plaindre ? Quant à la blonde abandonnée, elle est assez fine pour conseiller Mrs Ferraris, manifeste parfois sa mauvaise humeur et cherche à reconstruire sa vie en dépit des trente ans qui s'approchent à grands pas et sonneront le glas de sa jeunesse déclinante. Les rôles secondaires masculins et féminins sont répartis de manière équilibrée et, si les hommes prennent encore les décisions, les femmes usent de leur pouvoir d'influence avec efficacité et en toute connaissance de cause.

Et cerise sur le gâteau, il s'agit également d'une histoire de fantôme victorienne car au mystère de la disparition du messager et de la mort du Lord s'ajoutent les étranges manifestations dont sont victimes les membres de la famille à Venise.

Que demander de plus ? Un délicieux divertissement populaire à l'anglaise !

Cryssilda n'aime pas ce texte, mais je soupçonne quand même sa mauvaise édition d'y être pour quelque chose... et pour fêter l'anniversaire de notre ami commun, Titine a lu Mari et Femme.

Et de Wilkie Collins sur ce blog :

Lu dans le cadre du mois anglais organisé avec les délicieuses  Cryssilda et Titine et ici sur ce blog. Lu également pour le challenge God Save the Livre !

4coeurs.jpg

 

 

284 p

Wilkie Collins, L'Hôtel hanté, 1878

 

logo mois anglais4.jpg Challenge-god save the livre.jpg

 

Commentaires

Ton avis me donne envie, je ne l'ai pas encore lu !

Écrit par : JainaXF | 08/01/2012

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas aimé non plus mais j'ai aussi une horrible édition remplie de coquilles. D'ailleurs, je pense que sans les blogs, je n'aurais jamais lu d'autres titres du monsieur !

Écrit par : Manu | 08/01/2012

Répondre à ce commentaire

que demander de plus?..qu'on le lise, je pense...tu nous tentes vraiment lala...;o)

Écrit par : rachel | 09/01/2012

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas si mon édition sera bonne, je pense qu'elle date un peu. Je verrai si j'aime ou non !!!

Écrit par : Titine | 09/01/2012

Répondre à ce commentaire

je l'ai lu et chroniqué il n'y a pas très longtemps - je dois reconnaître que j'ai plus ri que frémi - c'est le dernier roman écrit par wilkie collins et il paraîtrait qu'il était fortement sujet à des crises parano, dues sans doute au laudanum - cela se sent vraiment dans le portrait de la "femme fatale" :)

Écrit par : niki | 09/01/2012

Répondre à ce commentaire

"Wilkie au mois de janvier, vodka rhum toute l'année". J'adore. Je m'imagine la tête de mes amis si je faisais ça comme toast...

Écrit par : melodie | 09/01/2012

Répondre à ce commentaire

@ JainaXF : cela me donne envie de sortir les quelques Wilkie traînant encore dans ma PAL :o)

@ Manu : ah tu dois avoir l'édition de Cryssilda... mon édition n'est pas mal du tout et le format est agréable. C'est fou le mal que cette mauvaise édition peut faire à ce livre, je l'adore moi ;o)

@ Rachel : j'espère te convaincre avec celui-ci, vraiment je recommanderais celui-ci pour commencer, par rapport à mon expérience de lecture.

@ Titine : mince j'espère que tu n'as pas l'édition de Cryssilda... vraiment je l'aime beaucoup ce titre, j'espère qu'il te plaira aussi.

@ Niki : oui on rit plus qu'on ne frémit avec cette terrible tête qui descend du plafond et se tourne (ça ferait un bon film)... je ne savais pas que c'était le tout dernier, ça reste assez maladroit parfois mais j'ai beaucoup aimé les personnages et la trame générale...

@ Melodie : oh mes amis finissent par avoir l'habitude :o)

Écrit par : Lou | 09/01/2012

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas encore lu un seul livre de cet auteur...mais je compte y remédier rapidement....pourquoi pas avec celui là :)

Écrit par : sybille | 09/01/2012

Répondre à ce commentaire

histoire de fantôme victorienne : rien que ça, et je suis tentée !! et en plus tu rajoute Venise... y es-tu déjà allée ? Cette histoire d'hotel hanté, cela me fait penser au palais maudit... :) Ca me donne envie de me replonger dans l'oeuvre de ce cher Wilkie. Surtout que j'en ai quelques uns chez moi...
Sinon, comme Mélodie, j'adore ta phrase "Wilkie au mois de janvier, vodka rhum toute l'année" ; et rien que pour rire, il faudrait le lancer, comme ça, sur un coup de tête, devant tout le monde !!!

Écrit par : Perrine | 10/01/2012

Répondre à ce commentaire

@ Sybille : ah personnellement je le recommanderais... Cryssilda te dirait le contraire :o)

@ Perrine : ah oui Venise, mais Londres aussi, un soupçon d'Irlande et un passage éclair à Paris ! Je ne suis jamais allée à Venise, je découvre tout juste Rome (en 2011) et sinon je n'avais vu que Milan... et moi aussi j'ai plusieurs Wilkie en attente, "Basil", "Secret absolu", "Mari et femme", "Seule contre la loi"...
Et oui moi aussi je serais à même de lancer ma phrase en public ;o)

Écrit par : Lou | 10/01/2012

Répondre à ce commentaire

J'avais vraiment apprécié ce petit roman plein de ressort, de verve et d'humour... Comme je le disais à Titine, il faut toujours - et j'ai toujours- un wilkie dans sa PAL....

Écrit par : maggie | 11/01/2012

Répondre à ce commentaire

@ Maggie : ma PAL est bien pourvue :o) je pense que je continuerai mes découvertes avec "Basil", le plus court... je suis incorrigible !

Écrit par : Lou | 11/01/2012

Répondre à ce commentaire

Déjà noté ... je m'aperçois que je n'ai pas lu beaucoup de romans de cet auteur et pourtant, j'adore ce genre :)

Écrit par : Joelle | 12/01/2012

Répondre à ce commentaire

Je viens de le lire sur mon kindle et j'ai passé moi aussi un très bon moment !

Écrit par : soukee | 14/01/2012

Répondre à ce commentaire

@ Joëlle : Ah je vais continuer dans l'année je pense, j'espère te tenter !

@ Soukee : Je suis ravie de voir qu'il t'a plu aussi :o)

Écrit par : Lou | 15/01/2012

Répondre à ce commentaire

oui c note...vraiment...;o)

Écrit par : rachel | 17/01/2012

Répondre à ce commentaire

Dans mon reader! :)

Écrit par : Edelwe | 24/01/2012

Répondre à ce commentaire

Bonne lecture à vous deux :o)

Écrit par : Lou | 26/01/2012

Répondre à ce commentaire

Bonne lecture à vous deux :o)

Écrit par : Lou | 26/01/2012

Répondre à ce commentaire

Ouille ! "ramolli du bulbe" !
Bon, ben, Agnès a l'air trop sage !

Écrit par : Syl. | 20/01/2013

Répondre à ce commentaire

@ Syl : en fait on le voit bien peu ce Lord Montbary... Oui Agnès, il faut se rebeller dans la vie ! ;o)

Écrit par : Lou | 20/01/2013

Répondre à ce commentaire

tu me donnes envie! Je n'ai lu que la femme en blanc et secret absolu. J'aime beaucoup l'auteur.

Écrit par : mesetageres | 14/10/2013

Répondre à ce commentaire

@ Mesetageres : oui moi aussi, il devient peu à peu un de mes auteurs britanniques préférés ! Je n'ai pas lu "Secret absolu" mais il est dans ma PAL !

Écrit par : Lou | 14/10/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire