Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2008

La Belle et la Bête ?

legatova_belle_joza.jpg(Ce billet et les quelques suivants ont été rédigés à Royan où je n’avais pas accès à Internet et seront publiés – encore ! alors que je serai en Saxe autour de Leipzig, entre forêts et lacs… les vacances continuent, mais encore une fois je tarderai un peu à lire vos commentaires)

Les pieds dans l’eau pendant son petit séjour hautement océanique, Miss Lou a également pensé à charger son sac de plage avec tout un tas de bouquins pouvant à terme déboucher sur quelques conseils de lecture pour vous, petits curieux !

Par le plus grand des hasards et surtout grâce à ma cousine qui m’a prêté ce livre, je m’apprête donc à vous parler d’un roman tchèque (toute revigorée que je suis par mes batifolages aquatiques de l’après-midi). Je connais peu (ou pas) la littérature slave et je ne suis pas sure d’avoir déjà lu un roman tchèque avant celui-ci. Erreur à laquelle je devrais remédier au plus vite si la littérature tchèque produit souvent des textes aussi réussis que celui que je viens de lire.

L’histoire est celle, très touchante, d’une jeune médecin jouant les messagers clandestins pendant la deuxième guerre mondiale. Ses missions lui semblent d’une facilité déconcertante et elle ne flaire pas le danger jusqu’au jour où son groupe de résistants est découvert. Grâce aux précautions prises par un ami, l’héroïne est sauvée à temps : elle devra donc quitter sa ville et changer d’identité. Pour ce faire, elle devra épouser Joza, un patient défiguré, formidable conteur qu’elle considérait avec bienveillance avant de découvrir leur union prochaine. La médecin, athée, femme moderne, indépendante, ambitieuse, est contrainte de s’installer dans un petit village montagnard peuplé de rustres et d’ivrognes pour lesquels la femme doit nécessairement accepter d’être dominée. Choc des cultures auquel il faut ajouter les épousailles avec un homme qui la répugne, l’installation dans une masure d’une autre époque, la présence envahissante de femmes qui viennent s’immiscer dans sa vie. Parmi elle, Zena, qui a mis son grain de sel dans le choix des meubles avant son arrivée, ou encore Lucka, guérisseuse aux pratiques déconcertantes.

Voilà un roman très fin dans lequel se développent de nombreux thèmes autour d’une histoire assez simple, moins marquée par les péripéties que par les subtils changements qui s’opèrent en Eliska et dans les relations qu’elle entretient avec ses nouveaux compagnons. Face à cette héroïne écorchée vive, audacieuse, presque insolente, beaucoup de chemins s’ouvrent : le séjour en montagne sera-t-il une brève interlude avant de reprendre une vie abandonnée précipitamment ? Eliska sera-t-elle enchaînée à son nouvel environnement plus longtemps ? Sera-t-elle désormais épargnée par la guerre, dont la menace pèse toujours ? Et qu’attendre de ses relations avec le nouvel époux : convention tacite entre la combattante en fuite et le protecteur ? rapports de couple imposés ? haine ? amour ? respect ? abandon ? dégoût ?

Le don de soi opposé à la domination : voilà encore deux pistes de lecture invitant à la réflexion. Dès le début, devant celui qui est présenté comme le futur maître, la peur de la narratrice est palpable et laisse espérer le pire d’une relation dont elle n’attend rien, hormis la violence. Celle-ci, envisagée immédiatement avec une lucidité déconcertante, semble rattachée au passé trouble d’Eliska, dont on ne sait rien hormis les impressions fugaces laissées par quelques commentaires.

Enfin, la fragilité psychologique de la narratrice donne à son récit une dimension supplémentaire : apeurée dans la première partie du roman, elle va devoir affronter ses appréhensions ; l’issue de cette confrontation avec un nouvel environnement et un nouveau compagnon n’en est que plus incertaine.

A la construction parfaite, à l’histoire magnifique aux personnages complexes se greffe un style pur, souvent très poétique. Un très beau roman et une entrée remarquée dans le monde littéraire pour cet écrivain publiant pour la première fois à l’âge de 82 ans. Un 2e livre intitulé Zelary (à paraître prochainement en France) a été extrêmement bien accueilli dans son pays.

Un conseil : ne lisez pas le quatrième de couverture qui en dévoile déjà trop sur les liens qui vont se tisser entre les personnages, laissant entrevoir trop clairement la trame de l’histoire.

Extraits :

« Les cieux liquides se déversant sur mes épaules »

« Je n’aurais jamais cru qu’un paysage pût être terrifiant. A présent je le sais d’expérience. La forêt était percée de rochers livides autour desquels s’entremêlaient de tortueux sentiers. Ils étaient reliés entre eux avec une absurdité à vous faire perdre la tête, se croisant de telle manière qu’il était possible d’y tourner en rond à l’infini. Dans la vallée, une rivière rugissait. Elle était si vive qu’on ne pouvait la traverser que lors des étés torrides, quand le niveau de l’eau baissait et laissait émerger les pierres. Le sifflement ininterrompu du vent venait de tous les points cardinaux. Je n’étais entourée de silence que sur de ridicules petits plateaux, ici sablonneux, là herbeux, ailleurs moussus et imbibés d’une eau jaillissant de sources cachées un peu partout. Mais, au bout d’un moment, ce silence me paraissait abominable. »

«  Dès le premier jour, on m’avait bien fait comprendre mon état de femme.

Je me sentais abandonnée, vouée aux grâces et disgrâces que voudrait bien m’accorder ce village inexistant. Mes vieilles certitudes étaient détruites par les grondements de la rivière, dispersées par l’air saturé d’odeurs inconnues, noyées dans des trombes de couleurs allant du léger roux de la terre jusqu’au ciel changeant, en passant par les teintes de vert les plus nuancées.

Dans les moments où je revenais à moi-même, je spéculais avec sang-froid sur l’instant où j’allais devenir folle ici. »

Une certaine fatalité et des vies simples : « Il avait reçu de ses mains le livret d’épargne que sa mère n’avait jamais entamé et dont elle voulait que son fils prît soin. Il l’avait perdu en déménageant pour Zélary. »

Perdue :

« Aux premières gouttes, je fis demi-tour avec mon panier presque plein et me frayai un chemin dans les broussailles pour rentrer. Je m’arrêtai net dans une clairière : ce n’était pas celle qui surplombait notre chaumière. Mon cœur se mit à cogner. Devant moi, un escarpement inconnu plongeait dans des profondeurs d’un vert ténébreux. Je me glissai bien vite vers les fourrés pour chercher le petit chemin par lequel j’étais venue. Mais les buissons, entre-temps, s’étaient refermés derrière moi.

Dans le réseau des sentiers que j’avais empruntés très vite, je me démenais comme la mouche dans une toile d’araignée.

Réfléchis, m’ordonnai-je, réfléchis !

Les roncières sont vastes mais pas infinies. Tu peux les contourner. C’est ce que je tentai. Un banc de brume vint me couper la route et, lorsque le vent le dispersa, il n’y avait derrière lui rien d’autre que le ciel. A deux pas devant moi, le ciel grand ouvert. Je fermai les yeux une seconde. La panique. Je dois la surmonter. En vain. Elle me tient depuis longtemps déjà.

Je m’assis ou, plus précisément, je m’affalai par terre.

Des fourmis se mirent à me mordre et je m’aperçus que le monticule sur lequel je me reposais était une gigantesque fourmilière. Là, je me trouvai vraiment à la limite de l’hystérie. (…) Je m’allongeai par terre, collai mon corps aux feuilles en décomposition et respirai profondément leur amère senteur. (…) Centimètre par centimètre, comme un ver piétiné, je me frayai un passage en rampant vers le ciel béant, gris et menaçant. Devant mes yeux, la gorge était pleine d’ombres tremblantes. Je m’accrochai désespérément à la terre, seule réalité.
C’était vraiment une falaise.

(…) La forêt s’étendait en contrebas. (…) Non loin, elle était coupée par un rideau de pluie.

(… Je perçus le son d’un ruissellement. Un filet d’eau tombait d’une saillie et se changeait un peu plus bas en un petit ruisseau.

(…) Bientôt mes mains faiblirent, je me mis à déraper sur la paroi d’argile. J’arrivai en bas moitié en tombant, moitié en trébuchant. J’atterris sur la berge du ruisseau.

En regardant vers le haut, je ne pus croire que j’avais descendu tout ça. Une de mes chaussures avait été engloutie quelque part, je jetai donc la deuxième. L’eau froide du torrent ne me causait aucune douleur, mais marcher sur les petits cailloux roulants et glissants était au-dessus de mes forces. Le courant m’emporta. Je remontai sur la berge en rampant et tentai de me traîner dans les orties (…).

Alors je fus pétrifiée.

Le ruisseau ne se déversait pas dans une rivière mais dans un marécage. La pluie cessa un moment, les nuages se déchirèrent, le soleil couchant cingla effroyablement la surface mouvante de l’eau. Elle était envahie par des plantes aquatiques dont les langues sanglantes ondulaient devant moi. Et, pour que l’effroi fût à son comble, une épine saillait de cet œil gélatineux… le moignon de quelque bâtiment. (…)

Le ciel se fermait lentement au-dessus de ma tête. »

Oct 2008 : Et je découvre avec beaucoup de retard (mais aussi beaucoup d'intérêt) le billet très intéressant d'Eurydice.

143 p

Kveta Legatova, La Belle de Joza, 2002

(Version française : 2008, Editions Noir sur Blanc)

Commentaires

Tu fais un résumé drôlement tentant! Plusieurs éléments de l'histoire m'interpellent... et bien entendu, je note! :)) Bonnes fin de vacances, Lou!

Écrit par : Karine | 25/07/2008

C'est bien, de nous faire découvrir des auteurs vraiment inconnus, et qui seraient restés condanés à l'anonymat sans votre intercession. Merci.

Écrit par : Georges F. | 25/07/2008

Condamnés, pas condanés. Je suis déshonoré.

Écrit par : Georges F. | 25/07/2008

Chouette, un nouvel auteur ! Merci pour ce billet, et bravo pour les extraits !

Écrit par : liliba | 25/07/2008

Il a eu énormément de succès dans mon club lecture et il fait d'ailleurs partie des coups de coeur de l'année, un petit fascicule publié par la biblio pour l'été ... mais je ne l'ai encore lu (je crois que c'est le côté poétique qui me fait peur ! mdr !)

Écrit par : Joelle | 25/07/2008

Comme écrivain tchèque, il y a le grand Milan kundera. A lire absolument si vous ne connaissez pas ! Je vous découvre et je trouve vos critiques très intèressantes...

Cordialement
Marie

Écrit par : Marie | 25/07/2008

Moi le côté poétique m'attire plutôt! Merci pour ce beau billet.

Écrit par : Anne | 26/07/2008

PS: Bonne continuation de vacances!

Écrit par : Anne | 26/07/2008

Je le note quelque part. Bonnes vacances. Dommage, nous allons nous croiser. Je serai à Royan la semaine du 11 août.

Écrit par : Hilde | 31/07/2008

Les éditions "Noir sur Blanc" ont plein d'auteurs parfaitement inconnus par ici, et qui ont une certaine gloire, voire une gloire certaine, dans leur pays - avec un accent sur les pays slaves et l'ex-bloc de l'est. On y trouve le formidable Mikhail Veller et ses "légendes de la perspective Nevski", un certain Scarron Junior, Milorad Pavic, et d'autres encore.

Dans le créneau "Europe orientale", il y a aussi "L'Age d'Homme", mais moins exclusivement.

Écrit par : Daniel Fattore | 31/07/2008

Ca me tente vraiment beaucoup, je note!
Daniel, merci pour ces informations au sujet des éditions "Noir sur blanc", je vais aller faire un tour sur leur site.

Écrit par : kali | 01/08/2008

@Kali:
Les éditions N&B font partie du même groupe éditorial que Buchet et Chastel, si ça vous permet de mieux situer. Bonne visite sur le site de tout ce petit monde!

Écrit par : Daniel Fattore | 07/08/2008

Le thème est tentant, le côté "produit exotique" aussi. L'extrait que tu as publié est très beau pour ne pas dire magnifique, très poétique en effet... mais la question que je me pose est : aurai-je envie de lire tout un roman écrit ainsi ? Je n'en suis pas certaine. J'émets un peu la même réserve que Joelle.

Écrit par : Cécile de Quoide9 | 07/08/2008

@ Karine : ravie de t'avoir donné envie avec ce livre qui est un petit bijoux !

@ Georges F. : cela fait plaisir de partager la découverte de livres peu connus, surtout lorsqu'on est enchanté !

@ Liliba : j'aurais aimé ajouter deux autres extraits vraiment superbes, mais ils en disaient trop sur la suite...

@ Joëlle : l'écriture est très musicale et il y a un certain nombre de descriptions, mais si tu as peur de te retrouver face à de la littérature contemplative, ce n'est pas le cas : l'histoire et les personnages occupent le premier plan. Je recommande sans hésiter !:o)

@ Marie : merci pour ce passage, je suis ravie de voir que ce blog vous plaît bien ! Concernant Kundera, je connais bien sûr de nom mais je ne l'ai encore jamais lu... autant dire que je ne sais rien ou presque sur lui. Je le lirai sans aucun doute, d'autant plus que j'ai mis les pieds pour la première fois en république tchèque la semaine dernière, ce qui me donne envie de connaître un peu plus la littérature de ce pays.

@ Anne : meurci !!!:o)

@ Hilde : eh oui, j'étais à Royan plus tôt et maintenant je passerai sans doute par chez toi quand tu n'y seras pas :pp Bon, ce sera pour une prochaine fois !!

@ Daniel Fattore : je ne connais pas les livres et auteurs dont vous parlez, merci de les avoir cités pour nous les faire découvrir !

@ Kali : ravie de voir que toi aussi tu es curieuse au sujet de ces auteurs tchèques et slaves :o)

@ Cécile : je crois avoir choisi volontairement des extraits que je trouvais particulièrement bien écrits, et donc plus descriptifs, plus poétiques. Encore une fois je ne peux que te conseiller de te faire toi aussi ta propre opinion sur ce livre qui mérite vraiment d'être découvert... de mon côté je suis totalement enthousiaste !

Écrit par : Lou | 09/08/2008

oh effectivement ca m'a l'air tentant lou ^^ je vais voir pour le trouver merci beaucoup pour cette idee de lecture !

Écrit par : cecilia | 01/10/2008

@ Cecilia : j'attends avec impatience l'autre roman qui devrait être traduit bientôt en français ! J'espère que tu le trouveras. Sinon fais-moi signe, je l'ai repéré dans une librairie sur Paris où ils avaient aussi des exemplaires d'occasion si tu préfères.

Écrit par : Lou | 02/10/2008

Je suis vraiment heureuse que La Belle soit appréciée. Merci pour votre article élogieux et très fin. Très cordialement :)

Écrit par : Eurydice | 04/10/2008

@ Eurydice : je suis heureuse de lire un message de quelqu'un qui lit aussi Legatova... quel dommage que certains livres restent inaperçus alors qu'ils sont excellents !

Écrit par : Lou | 06/10/2008

Je trouve aussi que c'est bien dommage... et pour l'avoir lu, je l'ai lu un nombre assez conséquent de fois... ;)

Écrit par : Eurydice | 15/10/2008

@ Eurydice : vous l'avez lu plusieurs fois ? A titre personnel ou professionnel ?
Quant à moi j'ai tellement aimé que je l'ai racheté à mon père pour son anniversaire il y a quinze jours.
Savez-vous par hasard quand est prévue la publication d'un autre roman de Legatova en français ?

Écrit par : Lou | 15/10/2008

A titre personnel d'abord, ensuite professionnel. Je ne sais malheureusement pas quand Zelary sera publié...

Écrit par : Eurydice | 15/10/2008

@ Eurydice : quoi qu'il en soit c'est aussi pour moi une ouverture sur la littérature tchèque que je ne connaissais pas du tout... alors en attendant je vais pouvoir découvrir d'autres auteurs. J'avoue que j'aimerais assez poursuivre avec d'autres livres du même éditeur.

Écrit par : Lou | 15/10/2008

Si vous voulez tester des récits d'un auteur du XIXeme siècle vraiment drôle et aussi émouvant, je vous conseille Macha "Pèlerin et brigand de Bohême", chez Zoé dans la collection classiques du monde. Je pourrais aussi vous conseiller celui-là :

http://evrydike.wordpress.com/2008/10/16/grand-mere-tableaux-de-la-vie-campagnarde/

mais je ne serais pas très "objective" ... ^^

Écrit par : Eurydice | 08/11/2008

@ Eurydice : merci infiniment pour ces conseils ! Je vais de suite chercher des informations sur le premier titre et lire l'article consacré au second !

Écrit par : Lou | 14/11/2008

Bonjour Lou,


Je fais partie de l'équipe de ulike.net, et je vous ai contacté il y a quelques jours pour savoir si vous étiez d'accord pour que votre blog fasse partie de la sélection www.ulike.net. Aujourd'hui c'est plus d'une centaine d'auteurs de blogs qui nous ont rejoint pour partager leur passion de la culture avec notre communauté, et l'idée d'intégrer la sélection ulike News en séduit chaque jour un peu plus.

Le principe est simple: à partir des goûts culturels de chaque utilisateur, le moteur de recommandation de ulike News élabore une sélection d'articles de blogs susceptibles de l'intéresser.

Parce que nous privilégions la qualité, nous nous appuyons sur une sélection de blogs choisis pour la réelle valeur ajoutée de leur contenu dans l'un des nombreux domaines dans lesquels échangent les utilisateurs de Ulike. Parce que nous avons particulièrement aimé votre blog, et parce que vous parlez bien de livres, nous aimerions que votre blog fasse partie de cette sélection.

Si vous décidez de participer à la sélection ulike, votre blog sera également référencé sur notre site, et bénéficiera d'une pleine page dédiée. Un exemple est disponible à cette adresse : http://fr.ulike.net/lily-et-ses-livres.blogspot.com

Le but est que cela vous profite aussi, c'est pourquoi nous ne publions que les premières lignes de votre post pour inciter nos users à découvrir votre blog. Le fait que ulike News propose une sélection personnalisée pour chaque utilisateur vous garantit un trafic de qualité, puisqu'il sera composé de visiteurs ayant un réel intérêt préalable pour les sujets sur lesquels vous écrivez et permettra aux 80 000 membres de notre communauté de curieux de culture de découvrir votre blog.

Bien entendu, toute la jeune et dynamique équipe de Ulike se tient à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Cordialement,

Sonia pour ulike news
contact : zerchick (at) ulike (point) net

Écrit par : Sonia | 22/04/2009

Toutes les critiques de ce livre sont excellentes mais le thème me semble un peu lourd. D'un autre côté, il faut avoir un sacré talent d'écriture pour faire l'hunanimité sur une histoire si forte. Bref... je me laisserais peut-être tentée...

Écrit par : Poppy | 11/05/2009

@ Poppy : ce n'est pas du tout pesant à la lecture je trouve. C'est vraiment un livre superbe !

Écrit par : Lou | 12/05/2009

L'autre volume a paru, toujours chez le même éditeur, sous le titre Ceux de Želary.
:)

Écrit par : Eurydice | 10/03/2010

Les commentaires sont fermés.