Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2008

From NY to London

515465b97bcb77baa726494e764f74fe.jpgRien ne va plus ici. Tout d’abord, ma liste de livres à présenter s’allonge dramatiquement et la pile de romans déjà lus menace de s’effondrer sur moi à tout instant ! D’ailleurs Le Fantôme de Baker Street et moi avons eu une sérieuse dispute tout à l’heure lorsque je lui ai expliqué que si, j’allais d’abord parler de livres que j’ai promis de rendre à une amie, donc pas de lui. Autant dire que tous ses fantômes se sont furieusement secoués, mon bureau en tremble encore mais non, je ne cèderai pas devant les menaces de Dracula et de Dorian Gray. Il faut dire qu’après mes folles aventures avec Stéphanie Plum et la poursuite d’un tueur psychopathe, ce ne sont tout de même pas quelques vieux monstres victoriens qui vont m’arrêter !

Ensuite si rien ne va c’est aussi parce que je suis toute émoustillée depuis que j’ai vu que le dernier Lee Jackson venait de sortir chez 10/18, soit la suite de la nouvelle série que j’avais découverte et dévorée l’an dernier (j’en ai parlé ici et ). Je n’ai pas encore trouvé le temps de me plonger dans les affres de ce polar victorien qui me lance lui aussi des appels désespérés depuis la table où je l’ai négligemment posé, en espérant qu’il suffirait de l’éloigner de moi pour ne pas être tourmentée par cette passion dévorante.

29aaba24a05aad9049b270b3f33e9949.jpgEnfin, et il s’agit là d’une terrible nouvelle qui m’a anéantie, je viens de découvrir que la librairie du 84, Charing Cross Road n’existait plus depuis plusieurs décennies. Moi qui attendais avec impatience le moment où je me délecterais de la correspondance d’Helene Hanff et de ses amis libraires à Londres, qui gardais enfoui en moi l’espoir de découvrir à mon tour le célèbre endroit… vous imaginez le drame qui est venu endeuiller ma vie de lectrice !

Puisque nous parlons du 84, Charing Cross Road, j’en profite pour alléger un peu le poids des critiques en retard.

Evidemment, cette fameuse correspondance est un peu au lecteur compulsif ce que la Bible est au chrétien ou le Nutella à sa tartine (admirez les rapprochements et raccourcis tortueux). Une sorte de guide – spirituel ou pas, un hommage à toutes ses faiblesses et un rappel émouvant de toutes ses lectures et des heures passées à traquer la perle rare dans une librairie, ce qui pour le lecteur est bien sûr ce qu’on pourrait voir comme la version la plus approchante du concept de « paradis ».

Autant le dire tout de suite, j’aurais plus apprécié ce savoureux échange en anglais, bien que les anecdotes amusantes soient assez bien transcrites en français. Dans ce livre un peu trop court à mon goût, on découvre la correspondance entre Helene, jeune new-yorkaise à la recherche de livres classiques et Frank Doel, libraire à Londres. Rapidement, la jeune Américaine abandonne le ton conventionnel de la cliente pour adopter un ton drôle, osé et extravagant qui fait tout le bonheur du lecteur. Au bout de quelques mois, Helene commence à envoyer des colis aux libraires, alors que les Anglais sont encore soumis au rationnement suite à la guerre. Une étrange relation naît alors entre la jeune femme et plusieurs personnes entretenant un rapport plus ou moins direct avec la librairie. Autant vous le dire, cela finit plutôt mal… mais je vous laisserais découvrir la fin par vous-mêmes.

Outre la lecture plaisante et rapide qui m’a beaucoup apporté ces derniers jours, j’ai profité de la vaste culture d’Helene Hanff et de quelques commentaires des éditeurs pour noter au passage plusieurs œuvres intéressantes : les Contes de Canterbury de Geoffrey Chaucer (1340-1400), soit « une véritable fresque de la société anglaise de l’époque » , le Lecteur Commun de Virginia Woolf (honte à moi, je n’ai jamais parlé de cet écrivain sur mon blog) ; Izaak Walton, royaliste connu pour avoir offert un témoignage intéressant sur l’époque de Cromwell ; enfin, le film de 1987 84, Charing Cross Road avec Anthony Hopkins.b53d808d61bc9893bacc47ace2ae845e.jpg

Et quelques extraits pour le plaisir :

« C’est la plus ravissante des vieilles boutiques, sortie tout droit de Dickens, tu en serais folle.

Il y a des éventaires à l’extérieur, je me suis arrêtée et j’ai feuilleté quelques trucs juste pour avoir l’air d’un amateur de livres avant d’entrer. A l’intérieur, il fait sombre, on sent la boutique avant de la voir et c’est une bonne odeur mais pas facile à décrire, un mélange de renfermé, de poussière et de vieux, de boiseries et de parquet. Vers le fond de la boutique, à gauche, il y a un bureau avec une lampe (…).

Il y a des kilomètres de rayonnages. Du plancher au plafond. Ils sont très vieux et presque gris, comme du vieux chêne qui a absorbé tellement de poussière avec les années qu’il n’a plus sa couleur naturelle. »

« Cher Eclair,

Vous me donnez le tournis à m’expédier Leigh Hunt et la Vulgate comme ça, à la vitesse du son ! Vous ne vous en êtes probablement pas rendu compte, mais ça fait à peine deux ans que je vous les ai commandés. Si vous continuez à ce rythme-là vous allez attraper une crise cardiaque. »

« Vous ai-je déjà dit que j’écrivais des histoires policières pour la série Ellery Queen à la télévision ? Tous mes scripts ont pour toile de fond des milieux artistiques (ballet, concert, opéra) et tous les personnages – suspects ou cadavres – sont des gens cultivés ; en votre honneur, je vais peut-être en situer un dans le milieu du commerce des livres rares. Vous préférez être l’assassin ou le cadavre ? »

157 p

Helene Hanff, 84, Charing Cross Road, 1949-1969

 

Commentaires

Ce livre est effectivement une véritable petite bible pour tout lecteur qui se respecte ! Je te conseille également la " suite ", "La Duchesse de Bloomsbury street", où cette chère Helene découvre enfin Londres.

Écrit par : Co | 23/02/2008

@ Co : je ne connaissais pas l'existence de cette suite ! Eh bien merci beaucoup, c'est noté !

Écrit par : Lou | 24/02/2008

C'est un petit livre frais, léger et savoureux qui fait du bien au moral et que j'aime bien picorer en cas de déprime littéraire !

Écrit par : BlueGrey | 26/02/2008

@ BlueGrey : ta description est vraiment on ne peut plus juste !:o)

Écrit par : Lou | 03/03/2008

Je n'arrive toujours pas à comprendre le succès de ce petit bouquin. C'est d'un ennui redoutable. A croire qu'il faut une fibre typiquement féminine pour l'apprécier.

Écrit par : Fred | 16/09/2008

@ Fred : non, je suis rassurée, j'ai vu en ligne des critiques positives de la part de la gente masculine... ouf ! Ce n'est pas du grand art et en dessous de ce que j'attendais, mais en ce qui me concerne j'ai trouvé ça plaisant. Et puis, ça se lit très vite, alors on oublie plus facilement les petites déceptions !

Écrit par : Lou | 17/09/2008

Bonjour, j'ai eu l'occasion de lire ce livre récemment et j'ai beaucoup aimé mais c'est vrai qu'on aimerait en lire plus. Ces échanges de lettres qui parlent de livres à avoir ou à acquérir est un enchantement. Bonne fin d'après-midi.

Écrit par : dasola | 18/11/2009

Les commentaires sont fermés.