Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2006

Un dernier plongeon londonien !

medium_london_peuple_bas.jpgAprès plus d’un mois de silence, j’ai bien du mal à trouver mes mots pour cette toute dernière chronique 2006. Et, très cher lecteur, j’ai le regret de te dire qu’une fois de plus mes lectures ont été relativement sombres… Si les ruelles étroites et les passages sordides ne t’effraient pas, je t’invite à plonger dans les bas fonds de Londres avec moi !

Je dois avouer que j’attendais beaucoup du Peuple d’en Bas de Jack London. Au passage, j’en profite pour émettre quelques réserves sur ce titre malheureux qui rappelle bizarrement « la France d’en bas » d’un certain premier ministre. Cette adaptation me semble d’autant plus inappropriée que le titre anglais est « le Peuple de l’Abyme », abyme à laquelle London fait souvent référence au fil du texte. Qu’importe !

En 1902, Jack London vit pendant trois mois dans les quartiers de l’East End à Londres, se fondant parmi la population afin d’observer ses conditions de vie. London est particulièrement frappé par la misère crasse qui règne dans ces quartiers, par la surpopulation, les salaires ridicules, la famine et les maladies qui causent la mort des pauvres de Londres dans la solitude et la plus grande détresse.

Bien sûr, tout le monde a entendu parler de ces quartiers à travers les romans de Dickens ou de Charles Palliser. Chacun se fait une petite idée des rues sordides dans lesquelles ont évolué les victimes de Jack l’Eventreur. On repense peut-être aux quelques images inquiétantes du joyeux Mary Poppins. Bref, l’East End ne nous est pas inconnu, mais l’image que l’on s’en fait est généralement assez approximative, romancée et même romanesque.

Le mérite de London est d’avoir cherché à faire un compte-rendu précis de ses pérégrinations, de décrire les rues et leurs habitants et de ponctuer le tout de coupures de presse de l’époque. Les faits divers et les anecdotes sont particulièrement intéressants car ils permettent de se faire une meilleure idée des véritables conditions de vie des oubliés de l’époque victorienne. On découvre ainsi le cas d’une femme âgée retrouvée morte dans une chambre insalubre, victime d’une infection. Le journal de l’époque se contente alors de souligner le manque d’hygiène de cette personne, la rendant ainsi entièrement responsable de son décès. Les conséquences dramatiques des accidents du travail sont largement démontrées. De même, London se rend dans les asiles de nuit (« poor houses ») et en fait un récit effrayant. 

Ce livre est à mon avis très intéressant pour tous ceux qui souhaiteraient se documenter sur le Londres de l’époque victorienne. Les multiples exemples permettent au lecteur de mieux réaliser la précarité de la situation des habitants de l’East End. London ajoute à cela quelques chiffres (dépenses moyennes, nombre de morts à l’hospice ou à l’hôpital, etc). Ces données sont intéressantes mais un peu trop nombreuses à mon avis, car la force de ce témoignage tient aux situations concrètes que London dépeint, non aux statistiques difficiles à appréhender. Le texte devient également répétitif après un certain temps et je reproche à London d’avoir ponctué son récit de considérations d’une banalité affligeante sur les répercussions de l’industrialisation sur la société. Certes, ces commentaires étaient peut-être avant-gardistes à l’époque, mais London emploie par moments un style pompeux qui n’apporte rien à ce livre. J’ai aussi été un peu étonnée par quelques-unes de ses remarques. S’il cherche à dénoncer les injustices, il lui arrive aussi de parler des habitants de l’East End en employant des termes péjoratifs et avilissants qui m’ont quelque peu troublée.

Malgré ces critiques, le Peuple d’en Bas est un récit peu connu qui mérite à mon avis d’être découvert. N’hésitez pas à me donner votre avis !

Commentaires

Je te souhaite une très bonne année 2007.
Qu'elle soit riche en lectures!!

Écrit par : Hilde | 01/01/2007

@ Hilde : de même pour toi, plein de nouvelles découvertes et d'échanges littéraires !!

Écrit par : Lou | 01/01/2007

Commandé pour Noël, il n'est pas encore arrivé.. je l'attends !
Merci pour ton message, et une nouvelle fois, tous mes voeux, de bonheur, de lectures...

Écrit par : Pitou | 02/01/2007

@ Pitou : j'attends avec impatience tes commentaires :)

Écrit par : Lou | 02/01/2007

mon commentaire sur ce livre http://www.binarycoffee.com/blog/?p=76

Écrit par : Zorglub | 07/06/2007

@ Zorglub : merci de m'avoir fait découvrir ton blog ! Je le recommande aux autres lecteurs !

Écrit par : Lou | 08/06/2007

Du même ordre, je conseille la lecture du livre de Georges Orwell "Dans la dèche à Paris et à Londres "
http://www.lecture-ecriture.com/critique_livre?livre=273
Du temps avait passé et les idées d'Orwell étaient plus modernes que celles de London, mais la surexploitation humaine et la misère la plus noire sévissait toujours au quotidien.
Un document qui se lit comme un roman.

Écrit par : Sibylline | 29/07/2007

A corriger: "sévissaient"
Excusez-moi :-(

Écrit par : Sibylline | 29/07/2007

@ Sibylline : oui, je l'ai dans ma PAL :o) J'avoue que je n'avais pas fait le lien entre les deux livres mais ton commentaire me donne envie d'ouvrir ce livre plus tôt que je ne pensais le faire !

Écrit par : Lou | 08/08/2007

Bonjour! le dernier roman de Jack London que j'ai lu c'est "l'amour de la vie" aimerai lire le peuple d'en bas je ne le trouve pas! helas

Écrit par : chitti | 10/02/2008

@ Chitti : je ne connais pas "l'amour de la vie", n'hésite pas à nous en dire un peu plus. Quant au "Peuple d'en bas" on le trouve assez rarement en librairie je trouve. Si tu n'as pas accès un grande librairie peut-être pourrais-tu le commander en ligne ou le faire commander par le libraire le plus près de chez toi ?

Écrit par : Lou | 12/02/2008

Il faut toujours lire les vieilles chroniques :-) Le thème devrait vraiment me plaire. Je note.

Écrit par : Isil | 06/11/2008

@ Isil : cela dit après un an j'en garde un souvenir mitigé. Je n'ai pas encore lu en détail la note de Cryssilda mais elle m'avait déjà dit au téléphone qu'elle aussi n'était pas entièrement convaincue. Quoi qu'il en soit c'est vraiment intéressant lorsqu'on a envie d'avoir une approche plus sociologique de l'Angleterre victorienne.

Écrit par : Lou | 14/11/2008

Un de mes préférés de London, si noir, mais essentiel ! Je suis une "fan" inconditionnel de ce grand écrivain, et je suis ravie de lire une critique de cet essai puissant.

Écrit par : Océane | 30/03/2009

@ Océane : Je poursuivrai sûrement avec "Martin Eden", qui me tente beaucoup depuis que j'ai lu "les Maîtres de Glenmarkie"... excellent livre au passage !

Écrit par : Lou | 31/03/2009

Oh oui, Martin Eden ; je l'ai découvert à 15 ans et depuis je le lis au moins une fois par an ! Et si je peux te conseiller Burning Daylight, Le vagabond des étoiles: un pur chef d'oeuvre, je sais je suis toujours dans l'excès avec cet auteur . Et aussi La petite Dame dans la grande maison...Tous en fait !

Écrit par : Océane | 31/03/2009

@ Océane : merci pour tous tes conseils, même si je suis en retard dans ma réponse...
En fait je dois avouer que j'ai mis longtemps à venir vers London comme j'ai un peu de mal avec les romans se passant dans la nature, que ce soit contemplatif ou surtout aventurier. Par exemple "Croc-blanc" ne m'attire pas beaucoup. Du coup quand j'avais vu ce titre sur Londres, moi qui adore la ville et l'époque en question, j'avais sauté sur l'occasion pour découvrir London. Est-ce que tu penses que par rapport à ça certains titres pourraient me convenir plus que d'autres ? Du moins pour continuer en douceur, avant de me lancer dans les grands froids et les grands espaces ? :o)

Écrit par : Lou | 06/04/2009

London souffre de sa réputation d'écrivain pour ado aimant les chiens ^^ ! Tu trouveras dans ses écrits une variété de thèmes et une puissance des idées assez saissisante.
Martin Eden et Radieuse Aurore sont parmi mes favoris. Martin Eden parle d'un jeune ouvrier qui par amour pour une jeune fille de la bourgeoisie va s'initier aux livres et à l'éctriture, et à travers une expérience assez amère, découvrir que la médiocrité et la bassesse ne sont pas question de classes sociales. C'est surtout une ode au savoir comme libérateur de la conscience individuelle je trouve (j'en ai parlé un peu sur mon blog). Radieuse Aurore est une histoire d'amour un peu plus classique qui tourne autour des thèmes de l'argent et de l'attachement à cet argent. Le Talon de Fer est un roman politique sur l'établissement d'un régime fasciste aux USA et une contre révolution ouvrière, pas du tout chiant malgré ce que je peux laisser supposer :). Le vagabond des étoiles raconte l'histoire d'un prisonnier qui subit les pires saloperies qu'on peut imaginer dans l'univers carcéral et qui pour s'échapper n'a plus que son imagination: résumé un peu lapidaire mais c'est là un chef d'œuvre, vraiment !!!
Et il a aussi écrit un roman qui se passe au néolithique, il y en aurait trop à dire en fait !

Écrit par : Océane | 06/04/2009

@ Océane : euh pour moi ce n'est pas trop un auteur pour ados mais plutôt une écriture très masculine et un type qui écrit essentiellement sur la nature, les grands espaces, les animaux et les aventures assez viriles... :o) Je note donc précieusement tes conseils et je pense que les livres dont tu parles pourraient vraiment me plaire ! Ouf je suis rassurée, je vais dépoussiérer l'image que j'ai encore de London !!

Écrit par : Lou | 11/04/2009

Les commentaires sont fermés.