Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2017

Civiello, Humphrey Dumbar Le Croquemitaine

20170922_221026.jpg

Humphrey Dumbar est un croquemitaine qui, chaque nuit, quitte son pays peuplé d'êtres fantastiques pour hanter Londres et terroriser les enfants. En particulier ceux de l'orphelinat de Miss Doloby. Jusqu'au jour où un petit garçon décide de se venger et, se cachant dans le chaudron porté par Humphrey, accompagne secrètement ce dernier jusqu'à chez lui. Une aventure pour le moins risquée !

20170922_220837.jpg

Une BD jeunesse à l'histoire sympathique, plutôt simple et en ce sens plus adaptée à un public de (pré-)adolescents qu'à des lecteurs plus âgés qui pourraient trouver la trame un peu simpliste. Le schéma narratif rappelle celui de l'univers des contes.

20170922_220920.jpg

Cette bande-dessinée est surtout servie par de belles illustrations. Angleterre victorienne, vilain croquemitaine, autres légendes et petites citrouilles sont joliment affreusement croqués. 

Sans être un coup de coeur, c'est un album agréable et adapté à la saison que je vous recommande de découvrir s'il croise votre chemin. A moins que vous n'ayez peur de retrouver Humphrey à la nuit tombée...

Lu pour le Rendez-Vous BD du mercredi du Challenge Halloween 2017

3coeurs.jpg

 

 

30 p

Civiello, Humphrey Dumbar Le Croquemitaine, 2008

keep calm and scary on.jpgchallenge halloween 02.jpg

14/07/2017

Album Mon grand livre illustré Londres

20170714_105416.jpg

Je voulais partager avec vous ce très bel album sur Londres qui s'adresse à un public varié : a priori plutôt à destination des enfants, c'est aussi un livre qui plaira à tous les amateurs de la capitale anglaise.

20170714_105407.jpg

Voici ci-dessus le sommaire (déjà très joliment illustré) qui vous donnera une idée des thématiques évoquées : quartiers, thèmes transversaux (transports, sports...) ainsi qu'une chronologie succincte de l'histoire de Londres pour terminer.

20170714_105231.jpg

Sur chaque double-page, les principaux lieux ou objets concernés par ce lieu/thème, avec des éléments explicatifs succincts, mais bien choisis.

20170714_105256.jpg

Cet album est une mine d'information ! S'il plaît à Petite Lou (fortement sensibilisée à Londres et à l'Angleterre depuis son plus jeune âge), qui me pose des questions et passe beaucoup de temps à le feuilleter tranquillement, je prends aussi énormément de plaisir à le découvrir par petits bouts... et malgré mes nombreux séjours londoniens et tout l'intérêt que je porte à cette ville, je fais des découvertes avec cet album !

20170714_105329.jpg

Un vrai plaisir pour les yeux, le fond et la forme sont là... un coup de coeur !

5coeurs.jpg

 

 

32 p

Album Mon grand livre illustré Londres, Rob Lloyd Jones (texte), Jenny Wren (illustrations), Nicola Butler (maquette)

Merci aux éditions

usborne.png

*****

Et j'ai le plaisir de vous proposer un jeu concours pour gagner cet album en partenariat avec les éditions Usborne. Trois exemplaires sont en jeu !

Pour gagner, il vous suffit de répondre dans les commentaires ci-dessous en disant quel est votre lieu favori à Londres ou, si vous n'y êtes jamais allé(e), celui que vous aimeriez le plus voir. Les gagnants seront tirés au sort.

Vous pouvez augmenter vos chances :

- En relayant ce billet sur vos blogs ou sur les réseaux sociaux

- En likant ce post (bouton like ci-dessous)

- En likant la page facebook myloubook 

- En likant la page facebook des éditions Usborne

Cela sera alors comptabilisé comme plusieurs participations. Pensez à me le préciser dans vos commentaires pour que j'en tienne bien compte au moment du tirage au sort.

Vous avez jusqu'au 23 juillet minuit pour participer.

Bonne chance à tous !

mois anglais saison6.jpg

02/07/2017

Album Autocollants Londres / Album The London Noisy Tube

albums_londres london tube 01.jpg

J'avais prévu de partager au mois de juin deux albums qui ont bien occupé ma tribu ces derniers mois : un album de stickers sur Londres acheté l'an dernier et ressorti en prévision du mois anglais, ainsi qu'un imagier sonore sur le métro londonien acheté début mai lors de ma dernière virée chez Waterstones.

*****

album_autocollants londres.jpg

Autocollants Usborne, Londres, James Maclaine (auteur) et Wesley Robins (illustrateur), 2015

16 p + 8p d'autocollants

3coeurs.jpg

albums_londres london tube 02.jpg

Un album mettant en avant les principaux sites touristiques de Londres en extérieur : Picadilly Circus, Buckingham Palace, La Tour de Londres, London Eye, Trafalgar Square, le Zoo de Londres. Bien évidemment, des arbitrages ont été faits, notamment au détriment des parcs, de Cambden et Little Venice ou des musées. Disons qu'hormis le zoo, ce sont vraiment les sites les plus emblématiques et les plus connus que l'on retrouve dans cet album. 

A la fin, on trouve une carte avec quelques-uns des principaux sites.

albums_londres london tube 03.jpg

C'est une bonne introduction pour les enfants en vue ou au cours d'un voyage, ou tout simplement pour commencer à leur faire découvrir la capitale anglaise. En ce qui nous concerne, difficile de passer à côté de Londres et de l'Angleterre en général chez nous, que ce soit à travers les albums, les jouets, les magnets, mugs et autres objets, sans parler des voyages, puisque c'est ma destination de prédilection. J'ai donc converti Petite Lou qui est enthousiaste dès que je le lui propose un nouveau livre en rapport avec le sujet. Cet album d'autocollants a donc lui aussi eu son petit succès (même si les autocollants ont parfois été mis n'importe où comme en atteste la première photo).

Personnellement, je ne suis pas particulièrement séduite par le graphisme (ce n'est pas mal, mais on trouve beaucoup mieux chez le même éditeur). Néanmoins, cet album est à la fois ludique et informatif et, valeur sûre, il contient de nombreux autocollants. Il couvrira sans souci vos trajets en Eurostar !

*****

the london noisy tube,marion billet,autocollants usborne,londres,james maclaine (auteur) et wesley robins (illustrateur),mois anglais,mois anglais 2017,le mois anglais,challenge je lis aussi des albums,albums anglais,albums londres

 The London Noisy Tube, Marion Billet, 2017

10 p

3,5coeurs.jpg

albums_londres london tube 04.jpg

J'aime beaucoup l'illustratrice Marion Billet et forcément, quand on va chez Waterstones et qu'on tombe devant un présentoir regorgeant de titres de cette collection consacrée à Londres, il est difficile de ne pas se laisser tenter. J'ai donc offert récemment l'album consacré au métro londonien à Mini Lou.

Hop ! Attention au départ ! Nous suivons le métro lors de quelques arrêts, voyons ses passagers monter et descendre, avec de petits évènements qui ont des conséquences sur les pages suivantes. On aperçoit des lieux tels que Baker Street ou Mme Tussauds.

albums_londres london tube 05.jpg

Verdict : on craque pour les illustrations colorées et pleines de vie, les quelques scènes permettant de parler de Londres aux petits. Le format cartonné et la taille raisonnable facilitent la manipulation et sont adaptés aux chocs causés par les petites mains peu soigneuses. Reste une légère déception car je n'avais pas compris que le bouton sonore se contentait de répéter "Mind the gap". Je n'avais pas regardé en détail mais je pensais que le système était un peu plus poussé et permettait de varier les sons à chaque page (annonce de stations, bruit de portes qui se ferment...). Malgré cela, je ne regrette pas du tout ce choix !

*****

Mon billet de 2015 sur Hello London !, album de la même collection.

*****

Et pour se balader dans Londres avec des enfants ou ados, je viens de découvrir un blog bourré de bonnes idées, Londres pour les enfants. A tester la prochaine fois !

mois anglais saison6.jpg  The London Noisy Tube, Marion Billet, Autocollants Usborne, Londres, James Maclaine (auteur) et Wesley Robins (illustrateur), mois anglais, mois anglais 2017, le mois anglais, challenge je lis aussi des albums, albums anglais, albums londres, londres

20/06/2017

Série The Bletchley Circle

serie_bletchley circle.jpg

1943. Une courte séquence introduit Susan, Jean, Millie et Lucy, quatre femmes brillantes aux qualités complémentaires qui travaillent dans un même service à Bletchley Park pour décoder les messages transmis par les Allemands.

Neuf ans plus tard, nous retrouvons Susan. Elle est désormais mère et femme au foyer et mène une vie terne, aux antipodes de son ancien métier en temps de guerre. Elle doit d’ailleurs garder le secret sur ses activités passées et son mari pense qu’elle occupait un poste de secrétariat ou de standardiste quelconque.

bletchley 02.jpg

Mais Susan est loin de s’adonner à sa passion du tricot ou à se contenter de veiller au repas qui accueillera son époux le soir venu. Elle a donc commencé à collecter des informations sur une série de meurtres de femmes qui ont lieu à Londres et dans ses environs. Elle pense avoir découvert une certaine logique mais lorsqu’elle se tourne vers la police, elle est gentiment éconduite après une fouille n'ayant rien donné suite à ses conseils.

Elle retrouve alors ses anciennes complices et après quelques hésitations, toutes acceptent d’unir leurs efforts pour mener l’enquête. Elles découvrent ainsi un corps et décident de traquer ensemble le tueur, quitte à prendre des risques inconsidérés.

bletchley_circle 03.jpg

Une excellente surprise que cette saison 1. D’une part, de par la qualité des reconstitutions historiques : les scènes de rue de même que les costumes sont particulièrement réussis, tandis que la série donne à voir le quotidien des femmes de la classe moyenne, avec un point de vue résolument féministe. La médiocrité des activités des héroïnes tranche avec leurs capacités intellectuelles et le talent particulier de chacune. Toutes devraient avoir un poste clef au sein d’une administration ou d'un service de renseignements et les voilà cantonnées à des rôles de second plan, voire victimes de leur entourage (l’une d’elles est même battue par son mari). J'ai lu un avis soulignant des incohérences, notamment dans le choix des véhicules présents, mais étant donné ma connaissance du sujet ça ne m'a pas empêché de dormir. 

A cet intérêt historique s’ajoute d’autre part une intrigue haletante, bien menée et pleine de rebondissements. Ce qui commence comme une enquête tourne au thriller, au fur et à mesure que nos héroïnes se rapprochent dangereusement de leur cible. Etonnamment, Susan fait preuve d’une certaine naïveté et finit par se jeter dans la gueule du loup… mais je vous laisse découvrir par vous-même ce qu’il adviendra d’elle et qui l’emporte in fine.

Highly recommended !

4coeurs.jpg

 

 

Série The Bletchley Circle, Saison 1, 2012

mois anglais 05.jpg British mysteries 2016_2.jpg

15/06/2017

Londres : Musée d'Histoire naturelle et V&A

Pour cette journée du Mois anglais consacrée à Londres, je n'ai pas eu le temps de terminer la lecture que j'avais prévue, que je présenterai donc dans quelques jours. Je ne voulais tout de même pas passer à côté de cette rencontre thématique, j'ai donc décidé de profiter de mes archives bien fournies de photos pour partager avec vous un souvenir londonien. J'ai choisi des photos de deux musées que j'apprécie particulièrement, prises lors d'une escapade avec Maggie.

Le Musée d'Histoire naturelle 

DSC05158.JPG

Photo Copyright MyLouBook

DSC05153.JPG

Photo Copyright MyLouBook

DSC05168.JPG

Photo Copyright MyLouBook

DSC05170.JPG

Photo Copyright MyLouBook

DSC05187.JPG

Photo Copyright MyLouBook

Le Victoria & Albert Museum 

DSC05193.JPG

Photo Copyright MyLouBook

DSC05203.JPG

Photo Copyright MyLouBook

DSC05210bis.jpg

Photo Copyright MyLouBook

Mois Anglais - Victoria.png 

04/06/2017

In London we trust

mois anglais attentat.jpg

*******

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook (Pendant une virée au Tower Records près de Picadilly)

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook 

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook 

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

Photos prises lors d'un de mes séjours à Londres. Celui-ci date d'avril 2011.

Merci à Londres et aux Anglais pour tous les moments uniques passés dans cette ville à nulle autre pareille. Toutes nos pensées sont avec vous aujourd'hui.

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

06/11/2016

Valérie Martin, Mary Reilly

martin_Mary-Reilly.jpgIl y a quelques années, j'ai découvert le film Mary Reilly avec Julia Roberts et John Malkovich, variation autour du roman L'Etrange cas du Docteur Jekyll & de Mr Hyde... sans savoir qu'il était adapté d'un roman. J'ai donc découvert ce dernier à l'occasion de sa publication aux éditions Phébus Libretto.

Tout le monde connaît plus ou moins l'histoire du docteur Jekyll, qui engage un assistant à la personnalité trouble. Inquiétant, mauvais, Hyde finit par commettre un meurtre. Mais chacun sait qu'in fine, Jekyll & Hyde ne forment qu'une seule et même personne.

Dans son roman, Valérie Martin choisit le point de vue d'une femme de chambre pour raconter cette histoire. Mary Reilly est une jeune femme de basse extraction qui a eu la possibilité d'être éduquée via une institution caritative. Fille d'un alcoolique qui la tourmentait et d'une mère vivant aujourd'hui dans la misère grâce à des travaux de couture, Mary est heureuse de la place qu'elle occupe chez le Dr Jekyll. Elle voit en lui un bon maître mais pas seulement : on s'aperçoit rapidement de sa fascination pour le docteur, dont elle guette chaque menue marque d'attention avec avidité. Certaines scènes entre eux sont empreintes d'un certain érotisme, dans la limite des barrières dressées par leurs positions respectives et leur sens moral élevé - au regard des normes de l'époque.

Mary consigne dans son journal son quotidien de femme de chambre et fait la part belle aux échanges avec le docteur. Jekyll est aperçu plus furtivement, de nuit ou dans le brouillard. Il est d'emblée présenté comme un personnage sinistre, dont la présence inquiète les domestiques, navrés de voir leur bon maître abusé par un individu aussi grossier.

La position privilégiée de Mary auprès du docteur lui permet d'avoir avec lui plusieurs discussions "de fond", et notamment des considérations sur la nature humaine. Elle ne se contente donc pas de simplement observer des faits, ce qui aurait pu conduire à une redite du roman de Stevenson. Valérie Martin n'opère pas seulement un changement de point de vue : Mary livre ses réflexions avec honnêteté mais ne vit pas uniquement à travers l'histoire de Jekyll & Hyde. Son passé douloureux ainsi que des évènements malheureux au moment du récit permettent de faire d'elle un personnage intéressant, non un simple témoin.

Le roman décrit bien également les relations entre domestiques ainsi que le quotidien de ceux-ci. Malgré quelques échappées (parfois sous la pluie ou le brouillard), j'ai eu l'impression de lire une sorte de huis-clos, tant l'atmosphère m'a semblé étouffante parfois, à force de voir Mary limiter ses sorties au perron et au bout de jardin entre la maison et le laboratoire (à l'exception du jour où elle dispose d'une après-midi de congé).

Un roman soigné, à recommander à tous ceux qui s'intéressent à l'époque victorienne et au roman de Stevenson. Il me reste à relire ce dernier pour comparer les scènes telles qu'elles sont décrites dans chacun des romans. 

Je vous recommande cet article très intéressant d'une enseignante anglo-saxonne, sur Reveries under the sign of Austen.

Lu dans le cadre d'une lecture commune avec : Pedro Pan Rabbit, Nahe et Titine.

3coeurs.jpg

 

 

250 p

Valérie Martin, Mary Reilly, 1990 (2016 pour la présente édition)

logo 2016 bis.jpgBritish mysteries 2016_2.jpg

30/06/2016

Memories of England : London by night

En ce dernier jour de Mois anglais, je vous emmène à Londres pour une promenade nocturne lors du Jubilé de la reine en 2012. 

DSC09578.JPG DSC09596.JPG

DSC09585.JPG DSC09589.JPG

DSC09593.JPG DSC09588.JPG

DSC09598.JPG DSC09603.JPG

 DSC09628.JPG DSC09650.JPG

DSC09652.JPG DSC09653.JPG

DSC09655.JPG DSC09664.JPG

DSC09671.JPG DSC09688.JPG 

DSC09710.JPG

Photos Copyright My Lou Book

Enjoy your day !

Il vous reste encore quelques jours pour rédiger un billet de clôture du challenge si vous souhaitez le faire : jusqu'au 10 juillet, pour vous laisser un peu de temps. Cryssilda et moi annoncerons également dans les prochains jours les gagnants des concours que nous avons eu le plaisir de vous proposer en juin.

Long live the English Month !

mois anglais 2016_car.jpg

24/06/2016

Memories of England : Highgate, Hampstead & Regent's Canal

Let's get to Highgate !

DSC09319.JPG DSC09328.JPG

DSC09331.JPG DSC09338.JPG

Waterlow Park

DSC09345.JPG DSC09348.JPG

DSC09354.JPG DSC09356.JPG

Walking towards Hampstead

DSC09481.JPG DSC09484.JPG

Hampstead Heath

DSC09488.JPG DSC09489.JPG

DSC09492.JPG DSC09511.JPG

Keats House

DSC09517.JPG DSC09527.JPG

Towards Regent's Canal

DSC09529.JPG DSC09545.JPG

DSC09541.JPG DSC09535.JPG

DSC09549.JPG DSC09566.JPG

[Billet programmé - je lirai vos messages avec beaucoup de plaisir dans quelques jours, alors n'hésitez pas à laisser ici une petite trace !]

*****

mois anglais 2016_car.jpg

23/06/2016

Memories of England on a special day

13403363_10209986822575120_1441805688296228033_o.jpg

[Billet programmé - comme les prochains ; N'hésitez pas à me laisser vos commentaires, je serai heureuse de les lire dans quelques jours]

Le 23 juin n'est pas un jour comme les autres pour moi, Mois anglais ou pas, puisque c'est aussi un anniversaire un peu spécial. Je me demandais comment combiner "anglitude" et souvenirs. J'ai finalement cherché des photos prises à Londres tout juste un mois avant notre mariage, lors de notre dernier séjour à deux avant le grand jour.

*****

Photos Copyright MyLouBook

DSC09213.JPG DSC09218.JPG

Premiers pas sous un temps estival... 

DSC09230.JPG DSC09228.JPG

Du côté de St Paul...

DSC09264.JPG DSC09272.JPG

Et plus au Sud...

DSC09290.JPG DSC09288.JPG

Se baladant au gré des envies...

DSC09302.JPG DSC09306.JPG

Avant mes inévitables rêveries nocturnes à la fenêtre.

*****

mois anglais 2016_car.jpg

01/06/2016

Mary Hooper, Velvet

hooper_velvet.jpgC'est avec un bon petit roman néo-victorien que je vais inaugurer mes chroniques de ce Mois anglais, cuvée 2016 ! J'avais prévu d'en parler plus tôt et de présenter un autre roman à la place mais finalement, quoi de mieux qu'un de mes genres favoris pour débuter notre traditionnel périple du mois de juin?

Londres, début du XXe (une association d'emblée prometteuse). Velvet a perdu sa mère et laissé son père détesté se noyer un soir où il la pourchassait. Elle travaille dans une blanchisserie, un métier très éprouvant physiquement, jusqu'au jour où une cliente lui propose une place chez elle. Elle va ainsi s'installer au domicile de Madame Savoya, medium très réputée intervenant dans des démonstrations publiques et recevant chez elle des personnes fortunées, en groupe ou lors de séances privées.

Velvet va ainsi découvrir le monde du spiritisme en devant la dame de compagnie de la jeune et belle Madame Savoya et, petit à petit, elle va intervenir auprès de la clientèle. La jeune fille est conquise par son nouvel environnement : par le charme de Madame Savoya, ses tenues raffinées et le sérieux avec lequel elle traite son don de spirite ; mais aussi en raison de l'autre assistant, le séduisant George, qu'elle ne semble pas non plus laisser indifférente.

Néanmoins, avec le temps qui passe, Velvet va commencer à remettre en question le sérieux des grands spirites de l'époque... jusqu'à douter de Madame Savoya elle-même.

Porté par des héros aux personnalités affirmées, ce roman jeunesse est un vrai régal pour qui s'intéresse à la thématique du spiritisme en Angleterre à l'époque où celui-ci était particulièrement en vogue. [Spoilers à la suite] Mary Hooper est partie de sa propre expérience des cercles spirites et, n'ayant jamais été convaincue du résultat, elle a choisi ici de mettre particulièrement en avant les anarques des mediums, les trucages employés et les moyens utilisés pour soutirer de grosses sommes à des clients en deuil. Mary Hooper s'est ainsi beaucoup documentée et conclut : l'information capitale fut sans doute que tous les médiums de l'époque ont été accusés d'escroquerie, à l'exception d'un seul (p317-318) [Fin des spoilers].

Si le spiritisme est le principal sujet, une autre thématique est abordée à travers le sort des enfants de filles mères, confiés à des nourrices coupables de négligences, voire de maltraitance ou de meurtres. Dans les notes à la fin de l'ouvrage, on signale une loi de 1864 stipulant que la responsabilité des enfants illégitimes incombait à la mère seule. Les réformes ont été lentes car les législateurs ne souhaitaient pas violer cette idéal victorien que représentait la sanctification de la famille (p 320).

Velvet est un roman passionnant que j'ai dévoré - impossible de me coucher avant d'avoir tourné la dernière page. Outre les personnages bien campés, les rebondissements de l'histoire de Velvet et l'ambiance générale très réussie, ce livre présente un vif intérêt sur le plan historique en retraduisant habilement l'époque. Mary Hooper s'est appuyée sur des recherches solides - dont elle nous fait part à la fin - et est parvenue à distiller avec à-propos tout au long du roman les informations obtenues. Un grand plaisir de lecture !

Merci encore Titine pour ce beau cadeau ! 

mary hooper,velvet,londres,editions les grandes personnes,challenge british mysteries,british mysteries,le mois anglais,mois anglais 2016,epoque victorienne,spiritisme,londres victorienneLu dans le cadre de la Lecture commune du Mois anglais et du Blogoclub de Lecture ayant pour thème " Londres". Et c'est également une nouvelle participation au challenge British Mysteries.

325 p

Mary Hooper, Velvet, 2011

mary hooper,velvet,londres,editions les grandes personnes,challenge british mysteries,british mysteries,le mois anglais,mois anglais 2016,epoque victorienne,spiritisme,londres victoriennemary hooper,velvet,londres,editions les grandes personnes,challenge british mysteries,british mysteries,mois anglais,mois anglais 2016,epoque victorienne,spiritisme,londres victorienne

03/10/2015

Penny Dreadful (série)

serie_penny dreadful 02.pngAujourd'hui, le challenge Halloween proposait de nous retrouver autour d'une série. J'ai choisi de vous parler de Penny Dreadful, qui compte deux saisons à l'heure actuelle (la prochaine étant prévue en 2016) ; j'ai vu pour ma part la première et commencé à regarder la seconde.

Amateurs de monstres victoriens, cette série est pour vous ! Ne serait-ce que le titre devrait vous mettre la puce à l'oreille puisqu'il fait référence aux journaux à sensation de l'époque, qui avaient l'habitude de se répandre sur les crimes contemporains avec moult détails et illustrations racoleuses à souhait.

Penny Dreadful mélange joyeusement les grands classiques de l'épouvante dans un cadre londonien, mais aussi victorien. On y croise donc une medium; le Diable, qui essaie de prendre possession de l'âme d'une des protagonistes, assisté en la matière par de cruelles sorcières ; des vampires, avec des références à Dracula, et des chasseurs de vampires, dont Van Helsing, qui malheureusement pour lui ne fait pas long feu dans la série car il est assassiné brutalement par la créature de Frankenstein. Le célèbre monstre rejeté dès la "naissance" vit dans l'ombre et cherche une partenaire, poussant son créateur à lui faire une âme soeur, sous la contrainte. Un tel univers serait incomplet sans la présence d'un chasseur de vampires lui-même loup-garou, d'une prostituée des bas fonds (Billie Piper), d'un ancien explorateur (Timothy Dalton) tourmenté par le rapt de sa fille par un vampire et surtout, de Dorian Gray, à l'âme si corrompue. Dorian Gray qui cherche à se divertir dans la luxure et le vice sans succès, jusqu'au jour où il croise le chemin de la principale héroïne, Vanessa Ives (Eva Green). On attend le Dr Jekyll qui devrait rejoindre ses camarades lors de la saison 3.serie_penny dreadful 05.jpg

La reconstitution des décors, les scènes extérieures et les costumes sont un vrai atout et confèrent à la série un cadre très fidèle à l'image que l'on a de Londres au XIXe, avec de nombreuses scènes nocturnes sombres et inquiétantes à souhait. Les références littéraires séduiront bien évidemment les habitués du genre, même si le scénario est parfois un peu tiré par les cheveux ; j'ai eu pour ma part l'impression que toutes ces influences se mêlaient sans une grande cohérence à certains moments. Autour du fil conducteur, quelques pistes sont lancées mais ne sont pas exploitées à fond ; on suppose que les saisons suivantes se feront plaisir d'exploiter les vides laissés jusque-là. C'est une série qui s'adresse à un public averti, en raison de quelques scènes violentes ou d'une certaine noirceur (par exemple la lutte de Vanessa contre le Diable qui veut la posséder), mais aussi de scènes en tenue légère qui interviennent très régulièrement (et n'apportent souvent pas grand-chose en termes de narration, mais ça, c'est un autre débat). 

Dans la mesure où la première quête des héros est en partie terminée, beaucoup de possibilités s'offrent aux scénaristes et ceux qui ont goûté aux premiers épisodes auront bien du mal à ne pas se laisser tenter par la suite !

serie_penny dreadful 03.jpg

Série Penny Dreadful, 2014

halloween2015.jpg

26/06/2015

Marion Billet, Hello ! London

album_billet_hello london.jpgLors de notre récent séjour londonien, j'ai cherché de quoi partager mon goût pour l'Angleterre avec Baby Lou, qui a été très gâtée ! Elle qui adore feuilleter ses livres pendant de longs moments, voilà qu'elle a de quoi se régaler !

Après Paddington dont je vous ai déjà parlé, voici un premier livre sur Londres pour les petits. J'ai hésité entre plusieurs titres de la collection : d'autres y ressemblaient très fortement mais avaient la forme d'un bus ou d'un taxi londonien. J'aimais autant le contenu de cet album là, qui connaît déjà un grand succès à la maison.

C'est un livre au format cartonné, avec quelques scènes typiquement londoniennes animées par des languettes à tirer. Par exemple le pont s'élève ou s'abaisse ; les portes du métro s'ouvrent et se ferment.

album_billet_hello london 1.jpg album_billet_hello london 2.jpg

Les double-pages sont remplies de détails sur lesquels on peut s'appuyer pour échanger avec l'enfant, en lui demandant de nommer des objets par exemple (chien, chapeau, bébé, oiseau...). Bien évidemment, pour les non-Anglophones aux parents anglophiles, c'est aussi un bon moyen de se familiariser doucement avec la langue de Shakespeare. 

Highly recommended by Baby Lou ! Et ici, un avis en anglais avec plus de photos des titres de la collection.

3,5coeurs.jpg

 

 

10 p

Marion Billet, Hello ! London, 2014

******

hello london, marion billet, editions campbell, mois anglais, mois anglais 2015, londres, album jeunesse londres

Ci-dessus, les trésors anglais rapportés de Londres !

******

mois anglais 2015_01.jpg

25/06/2014

James Bradley, Le Résurrectionniste

bradley_resurrectionniste.jpgJe vais avoir quelques difficultés à rédiger ce billet car c'est pendant mes vacances d'été que j'ai lu Le Résurrectionniste de James Bradley. Même si le temps a passé je tenais à vous parler de ce roman que je n'avais vu nulle part et sur lequel je suis tombée complètement par hasard alors que je m'apprêtais à prendre un train. Amateurs d'histoires victoriennes, ne détournez pas votre chemin !

Le jeune Gabriel Swift entre en apprentissage chez le chirurgien Poll, chercheur visionnaire qui dissèque les cadavres afin de comprendre la véritable nature de l'être humain. Afin de se procurer les cadavres nécessaires, Poll est obligé de traiter avec les « résurrectionnistes », de dangereux criminels qui pillent les cimetières. Gabriel est chargé avec ses collègues de réceptionner les sordides « livraisons » en pleine nuit, de juger de l'état des corps avant paiement et de nettoyer les corps avant dissection devant les étudiants du chirurgien.

Dans leur sac, ils sont portés comme dans le ventre de leur mère ; genoux contre la poitrine, tête en bas ; comme si leur mort n'était qu'un simple retour à la chair dont nous sommes issus, une seconde conception. Une corde derrière les genoux les maintient ainsi, une autre lie leurs bras, une dernière referme le sac. L'ensemble forme un paquet compact, facile à camoufler, car être vu avec un tel chargement revient à provoquer la foule (p 11).

schwabe_mort et fossoyeur.jpgMais Gabriel finit par subir de mauvaises influences et abandonne son travail d'apprenti pour celui de résurrectionniste, méprisant également son curateur, le terne M. Wickham. En repensant aux soirées abrutissantes que j'ai passés là-bas, à écouter la voix monocorde de M. Wickham et le gazouillement discordant de sa fille Georgiana, je ne sais quoi dire (p 39). Dès lors il fraye avec de dangereux individus ; la frontière entre le bien et le mal devient très ténue car chaque partenaire en vient rapidement à craindre pour sa vie suite à quelques dérapages.

Le roman s'articule entre deux parties : « Plus léger que l'air : Londres, 1826-1827 », qui concerne l'apprentissage de Swift puis sa rapide dérive, à travers un récit de plus en plus sombre ; puis « Le Royaume des Oiseaux : Nouvelles-Galles du Sud, 1836 » qui sert en quelque sorte d'épilogue. Cette deuxième partie arrive assez brusquement et peut désarçonner le lecteur, après un long épisode londonien à la fin malheureuse.

J'ai surtout apprécié les errances de Swift en Angleterre : James Bradley réussit à allier le fond historique (les débuts de la chirurgie, les pillages de tombe, la description des bas-fonds d'une Londres victorienne) à un récit haletant, porté par un jeune héros dont l'apprentissage prend un virage inattendu. Le Résurrectionniste a été pour moi un véritable page-turner, malgré une fin qui m'a d'abord laissée un peu dubitative. L'éditeur parle de « roman gothique, noir et lyrique, dans la lignée des grands classiques anglais ». Si ce livre peut déconcerter par son épilogue ou effrayer par sa noirceur, les influences littéraires sont bien là en tout cas. C'est presque un coup de coeur pour moi !

Sur Prince's Street, devant St Anne's, une poignée de corneilles parcourent les pavés, picorant sur les lignes – noires, sur le blanc de la neige – que tracent les voitures. Le ciel bas est lourd d'épais nuages. La cloche de la tour sonne brutalement dans le silence du matin glacé ; à son appel, je m'arrête et scrute derrière moi la masse indistincte de l'église. À travers la grille du cimetière, j'aperçois les têtes des affligés et les hauts-de-forme des porteurs. Le cercueil dépasse à peine sur leurs épaules, il semble glisser sur le sol (p 87).

Illustration : Carlos Schwabe La mort et le fossoyeur 1900

4coeurs.jpg

 

350 p

James Bradley, Le Résurrectionniste (The Ressurrectionist), 2007

mois anglais 2014_15.jpeg

british mysteries5.jpg

BBC 2014small.jpgXIXe siecle 03.jpg

22/06/2014

Ian Mc Ewan, Opération Sweet Tooth

ian mc ewan, operation sweet tooth, littérature anglaise, angleterre, angleterre annés 1970, londres, londres années 1970, littérature espionnage, littérature guerre froide, mois anglais, mois anglais 2014, challenge i love londonAnnées 1970. Fille d'un évêque anglican, séduisante, intelligente, diplômée d'une licence de maths à Cambdrige pour faire plaisir à sa mère, Serena Frome intègre sur les conseils de son amant plus âgé le MI5, l'agence de renseignements anglaise.

 De la jeunesse de Serena se dégagent deux grands axes : son goût pour les hommes et son amour des livres. Le lecteur la suit ainsi à travers les quelques relations qui l'ont fortement marquée, voire construite, mais aussi de livre en livre. La jeune femme est une grande lectrice et surtout une lectrice rapide, ce qui lui permet d'engloutir roman sur roman, appréciant Jane Austen tout autant que des romans de gare, jusqu'à l'intervention de son amant Tony qui lui apprend à être plus exigeante en la matière. Vous l'avez compris, je me suis régalée (et n'ai pas manqué de relever un certain nombre de titres).

Mais revenons-en au MI5. Cantonnée à des tâches ingrates, peu rétribuée, Serena souffre du manque total de perspectives pour les recrues féminines de l'agence. Jusqu'à ce qu'on lui propose une mission dans ses cordes : offrir à un jeune auteur prometteur une bourse lui permettant de se consacrer à son art, un certain Tom Haley ayant été retenu pour la qualité de ses rares nouvelles et ses articles plutôt anti-communistes. Et voilà que l'agent infiltré devient la maîtresse de l'écrivain travaillant sans le savoir pour le MI5. Une fois l'histoire amorcée, deux interrogations vont guider la lecture : quelle sera l'issue de la rencontre entre Tom et Serena (quid de leur relation ? L'opération Sweet Tooth sera-t-elle un succès ?) ? Mais aussi : pourquoi Serena a-t-elle été recrutée sans mention quand ses collègues sont toutes diplômées de lettres avec les félicitations du jury ? Vous verrez que l'agent infiltré est lui aussi source d'intérêt pour le MI5, sans que l'on comprenne tout à fait pourquoi au départ.

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman suivant de multiples pistes. J'aurais pu craindre un roman d'espionnage classique (ce qui n'est absolument pas ma tasse de thé) or il n'en est rien.

ian mc ewan,operation sweet tooth,littérature anglaise,angleterre,angleterre annés 1970,londres,londres années 1970,littérature espionnage,littérature guerre froide,mois anglais,mois anglais 2014,challenge i love london,challenge bbc 2014C'est un roman d'initiation, en compagnie d'une jeune femme qui, ayant à peine plus de vingt ans, a déjà beaucoup vécu à la fin du roman. Elle a fait des rencontres marquantes, s'est émancipée de sa condition de fille d'évêque anglican en fréquentant les bars rock underground, les hommes et les soirées arrosées, mais elle a également souffert de grandes désillusions. C'est aussi un roman sur l'écriture : Tom Haley s'interroge sur sa capacité à écrire plus qu'une longue nouvelle, à réitérer après un premier succès. Ses nouvelles (dont plusieurs m'ont séduite par leur trame audacieuse) sont lues par Serena, qui nous en fait le résumé : j'ai appris depuis que Ian McEwan s'était servi de ses premiers écrits pour les attribuer à Tom.

Le décor historique passionnant est clairement planté : les années 1970 avec leurs désillusions et une jeunesse en déclin, loin de l'effervescence optimiste des années 1960 ; la question irlandaise ; la crise (qui donne lieu à une semaine de trois jours) ; la guerre froide et l'influence des diverses agences de type CIA ou KGB ; l'actualité littéraire.

Le seul bémol - s'il faut en trouver un - tient au fait que je ne me suis vraiment attachée à aucun personnage, même si leur histoire était très intéressante à suivre.

Un roman dense, haletant qui me donne très envie de relire rapidement l'auteur. Ce roman me conforte une fois de plus dans l'idée que la littérature anglo-saxonne a conservé un véritable attachement à l'art de la narration et offre une meilleure continuité avec les grands romans du XIXe que notre littérature, souvent plus introspective (lorsqu'elle n'est pas nombriliste) et parfois aride.

Un grand merci à ma chère Titine grâce à qui Ian McEwan m'a souhaité mon anniversaire !

Egalement sur ce blog : Sur La Plage de Chesil.

ian mc ewan, operation sweet tooth, littérature anglaise, angleterre, angleterre annés 1970, londres, londres années 1970, littérature espionnage, littérature guerre froide, mois anglais, mois anglais 2014, challenge i love london

 

 

440 p

Ian McEwan, Opération Sweet Tooth (Sweet Tooth), 2012

ian mc ewan, operation sweet tooth, littérature anglaise, angleterre, angleterre annés 1970, londres, londres années 1970, littérature espionnage, littérature guerre froide, mois anglais, mois anglais 2014, challenge i love londonian mc ewan, operation sweet tooth, littérature anglaise, angleterre, angleterre annés 1970, londres, londres années 1970, littérature espionnage, littérature guerre froide, mois anglais, mois anglais 2014, challenge i love londonian mc ewan, operation sweet tooth, littérature anglaise, angleterre, angleterre annés 1970, londres, londres années 1970, littérature espionnage, littérature guerre froide, mois anglais, mois anglais 2014, challenge i love london