Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2011

Cauchemar d'écrivain

oates_Folles-nuits.jpgLes derniers instants de Poe, Dickinson, Twain, James et Hemingway revisités par Joyce Carol Oates, un concept qui ne pouvait manquer de me séduire !

En cinq nouvelles, Oates réinvente la fin de cinq grands personnages à travers des textes audacieux et très divers.

Ayant accepté de se confronter à la solitude en devenant gardien de phare, Edgar Allan Poe est soumis - d'abord sans le savoir - à une expérience sur les effets de l'isolement le plus total chez les mammifères. Persuadé d'être un homme exceptionnel, Poe compte relever le défi avec brio mais peu à peu, inévitablement, la folie s'empare de lui : convaincu d'entendre des bruits étranges, incapable de dormir, se négligeant, imaginant que des monstres rampent sur la plage parmi les algues et carcasses pourrissantes qui s'y trouvent, il sombre peu à peu dans la paranoïa.

Dans un futur plus ou moins proche, un couple décide de faire l'acquisition d'un répliluxe, mannequin représentant une célébrité morte et supposée adopter un comportement proche de l'illustre disparu. Mrs Krim rêvant d'avoir chez elle un poète, le couple investit dans l'EDickinsonrépliluxe. De la taille d'un enfant, avec des yeux dépourvus de cils mais des sourcils proéminents, l'EDickinsonrépliluxe n'a a priori pas grand-chose à voir avec la célèbre poétesse. Pourtant Mrs Krim est persuadée d'avoir à ses côtés une personne réelle (même si elle ne peut s'empêcher de la mettre une fois sur pause pour voler un de ses poèmes). Ce n'est pas le cas de Mr Kim, qui finit par ne plus se sentir chez lui à force d'entrevoir le mannequin glisser dans les couloirs à la manière d'un fantôme.

Vient ensuite Mark Twain, vivant avec sa fille possessive, habillé de blanc, fascinant les foules avec son accent du Sud volontairement exagéré. Un Mark Twain fasciné par les jeunes filles, à qui il accorde une attention que sa fille juge assez logiquement déplacée, d'autant plus que la réputation de l'écrivain a déjà quelque peu souffert de cette manie étrange. Si les intentions de l'écrivain ne sont jamais vraiment révélées, il apparaît malgré tout comme un vieillard gâteux et irascible aux préférences malsaines.

Poursuivons dans le temps avec les derniers jours du grand Henry James, le Maître. Celui-ci devient volontaire au St Bartholomew's Hospital à Londres afin d'aider les soldats gravement blessés pendant la première guerre mondiale. Après le premier choc, James se met à éprouver de la fascination pour ces jeunes hommes autrefois beaux, maintenant défigurés, amputés, dont le corps entier est parcouru de balafres dont s'échappent sang, pus et autres sécrétions immondes. Torturé par son amour pour ces soldats auxquels il voue un culte honteux, James adopte un comportement masochiste et autodestructeur.

Enfin Hemingway, vieux débris repoussant et antipathique, se complaît à imaginer son suicide au moyen d'un fusil placé sous le menton. Il repense aux humiliations subies à cause de "la femme", qui l'empêche de boire, de conduire, l'a envoyé en hôpital "se faire cramer la cervelle". C'est un personnage gorgé de haine, méprisant et rendu impuissant par son entourage. C'est la seule nouvelle qui ne m'a pas vraiment intéressée, mais c'est aussi parce que Oates a mis en avant tout ce qui m'a profondément déplu à la lecture de plusieurs romans de Hemingway, à commencer par son approche très fonctionnelle des femmes, idiotes sans cervelles dans ses livres, cons béants devenant insupportables lorsqu'elles se mettent à parler dans la nouvelle.

J'aurais bien entendu adoré lire une nouvelle traitant de Virginia Woolf, dont la mort tragique aurait sûrement été source d'inspiration, mais ce sont les Américains qui ont été à l'honneur dans ce recueil de nouvelles (avec un excellent choix quant aux protagonistes - même si, de façon très subjective, je ne peux pas m'empêcher de regretter que la dernière nouvelle n'ait pas plutôt été consacrée à F.S. Fitzgerald, d'ailleurs mentionné dans "Papa à Ketchum").

Je me suis régalée avec ces nouvelles inventives  qui n'hésitent pas à prendre certaines libertés avec de grands noms de la littérature qui, entre les mains de Oates, deviennent des poupées maléables tout en conservant une trace de leur identité première. Un Oates osé à ne pas manquer !

Merci à Marie-Laure et aux éditions Philippe Rey.

L'avis de Tournez les Pages.

Ici également (de vieux billets mais un réel engouement à l'époque) : Oates Joyce Carol, Beasts et Oates Joyce Carol, I'll take you there.

Sur Emily Dickinson : Bobin Christian, La Dame blanche.

De Twain : Twain Mark, Un majestueux fossile littéraire.

De James : James Henry, Les Dépouilles de Poynton (j'avais complètement oublié l'avoir lu et l'avais mis de côté pour une prochaine lecture...!) et  James Henry, Une Vie à Londres.

3,5coeurs.jpg

 

 

233 p

Joyce Carol Oates, Folles Nuits, 2008

2e lecture dans le cadre du challenge La Nouvelle de Sabbio.

challenge La nouvelle.jpg

Commentaires

L'idée est très originale, ça me tenterait bien de le lire :)

Écrit par : Aymeline | 16/04/2011

je ne connaissais pas du tout ce recueil mais un écrivain parlant d'autres écrivains c'est toujours passionnant même si le sujet est un peu morbide : on n'en attendait pas de JCO, avec ses livres toujours originaux et décalés !!!!

Écrit par : maggie | 16/04/2011

oui didonc cela me tente didonc...une bien belle facon de leur rendre hommage...c genial..

Écrit par : rachel | 16/04/2011

C'est décidément un auteur à part, elle traite toujours de manière décalée ses sujets. Et elle a su bien choisir les écrivains dont elle parle.

Écrit par : Titine | 16/04/2011

Quand j'ai vu ce livre, je pensais qu'il parlait véritablement des derniers jours de ces écrivains, mais en fait non si je te lis bien, ce sont des inventions... j'ai moins envie, du coup...

Écrit par : Ys | 16/04/2011

Ah oui, ça semble tout à fait particulier, comme lecture. Le côté pas très politically correct pourrait me plaire.

Écrit par : Karine:) | 16/04/2011

pas vraiment adepte de nouvelles, là je sens que je vais faire un gros effort car je trouve amusant d'avoir ainsi détourné des célébrités

Écrit par : Dominique | 17/04/2011

Ah, un Oates que je ne connais pas mais qui s'annonce très bon et très original :) Je note, bien sûr !!!!

Écrit par : Joelle | 17/04/2011

@ Aymeline : Joyce Carol Oates est un excellent écrivain, c'est un livre à lire je trouve :)

@ Maggie : oui ses livres ont parfois pour sujet des histoires assez tordues ^^

@ Rachel : peut-être que certains aspects de ses nouvelles ne leur auraient pas tellement plu, car elle ne les épargne pas !

@ Titine : yes (même si je n'aime pas trop Hemingway ;)) ! Je te le prête quand tu veux comme promis !

@ Ys : oui ce sont des inventions en effet, même si le livre fait mention à la fin de ses sources d'inspiration : biographies, écrits des auteurs eux-mêmes... elle s'inspire de certains faits connus les concernant pour finalement les transgresser.

@ Karine :) : c'est sûr, ce n'est pas politiquement correct ^^ (mais ce n'est pas étonnant avec Oates)

@ Dominique : c'est amusant avant aussi je n'étais pas adepte de nouvelles et un peu par hasard j'ai découvert certains auteurs à travers leurs nouvelles (je pense notamment à Edith Wharton, la rencontre la plus marquante), à peu près au moment où j'ai créé ce blog... et c'est un genre que j'apprécie beaucoup maintenant.

@ Joëlle : quand j'ai commencé à lire Oates j'ai envisagé de lire toute son oeuvre mais elle a écrit tant de romans, nouvelles et autres que cela me semble presque mission impossible :)

Écrit par : Lou | 17/04/2011

Je n'ai toujours pas lu cet auteur, ce qui est dingue quand on voit le nombre de livres d'elle sur lesquels j'ai envie de me jeter. Celui-ci m'intéresse, bien entendu, c'est pas comme si la littérature américaine et moi on était copines. ;)

Écrit par : Lilly | 17/04/2011

très alléchant ce billet ! ;)

Écrit par : niki | 17/04/2011

Nan mais quand même, je pose la question :
Joyce Carol, elle dort quand?

Écrit par : juliette | 17/04/2011

@ Lilly : je serais plus que curieuse de connaître ton avis :o) Si tu veux je te le prêterai avec plaisir, j'ai des livres à te rendre et tu m'avais demandé d'autres prêts, en plus ton anniversaire va arriver donc je crois qu'un colis s'impose :)

@ Niki : un très bon livre et un auteur à suivre !

@ Juliette : elle a une drôle de tête, elle a peut-être un petit côté zombie ?

Écrit par : Lou | 17/04/2011

d'ailleurs tu penses qu'elle a pris les meilleurs qualites de ces auteurs pour continuer leur vie, changer ler mort?...ou c vraimen du hasard total? ca serait dommage pour la 2eme...;o)

Écrit par : rachel | 18/04/2011

Je ne connaissais pas non plus mais je note c'est assuré! Moi la littérature américaine (et les grands auteurs classiques) c'était mon champ d'études! ♥

Écrit par : Allie | 18/04/2011

@ Rachel : je pense que Oates ne laisse rien au hasard :o) Elle prend des risques avec ce livre mais il faut dire que si quelqu'un a le "calibre" pour s'attaquer à de telles figures littéraires, c'est bien elle !

@ Allie : je connais finalement moyennement la littérature américaine (même si j'ai lu quelques textes de tous ces auteurs)... j'ai même acheté un précis de littérature classique américaine l'an dernier pour me rattraper !

Écrit par : Lou | 19/04/2011

oohhh j'avoue ne pas connaitre oates...mais cela donne encore plus envie..

Écrit par : rachel | 19/04/2011

Tiens quand j'avais vu la couverture en librairie, je m'en sis détournée. Je n'imaginais pas du tout un tel contenu. Pourtant, j'aurais du, connaissant Oates !

Écrit par : Manu | 20/04/2011

Bientôt mon anniversaire ? Oui, sur une autre planète, dans un autre univers, à une autre échelle... :)) Je suis encore jeune pour quelques temps, merci de respecter ça :P
Sinon, si tu pouvais garder ou donner le Wiazemsky, ça ne serait pas de refus, en ce qui me concerne il va surtout m'encombrer (et comme j'espère déménager sous peu...).

Écrit par : Lilly | 20/04/2011

@ Rachel : elle écrit sur des sujets très différents... ce n'est jamais que mon troisième Oates mais je suis sûre que tu trouverais ton bonheur parmi tous ses livres :o)

@ Manu : tu n'aimes pas la couverture ? elle m'avait attirée au contraire :o)

@ Lilly : bah ce n'est pas à un vieux machin comme moi que tu vas dire ça (j'ai eu mon bac il y a 10 ans !!!!!! mega gloups !!!!). Allez je te laisse profiter de ton dernier mois de jeunitude !;o)
Pour le Wiazemsky je peux te le renvoyer plus tard aussi si tu veux. Tu pourrais me redonner ton adresse par mail ? j'ai peur de me planter entre les différents déménagements, je ne suis pas sûre d'avoir la bonne !

Écrit par : Lou | 21/04/2011

bin deja celui-la, de livre, promet....;o)

Écrit par : rachel | 22/04/2011

Oates a la dent dure avec tout le monde alors je suppose qu'elle ne doit pas se priver avec ses chers "collègues! un livre que je vais lire dans le cadre du challenge de Sabbio.

Écrit par : claudialucia ma librairie | 30/04/2011

@ Rachel : c'est sûr !

@ Claudialucia : non en effet elle ne se prive pas :o) J'ai hâte de connaître ton avis !

Écrit par : Lou | 08/05/2011

Les commentaires sont fermés.