Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2008

La vie rêvée des plantes

seung-u_vie revee des plantes.jpgAmis lecteurs, vous êtes jeunes, vous êtes beaux, vous êtes rebelles, vous êtes fougueux ! Alors peut-être serez-vous tentés par un souffle d’air frais en provenance de Corée, un livre assez curieux qui me fait découvrir un autre pan de la littérature asiatique – car en dehors de quelques Japonais vénérés, j’ai de nombreuses découvertes à faire de ce côté-là !

 

La vie rêvée des plantes m’a été offert fin novembre. Je voulais découvrir depuis longtemps  les Editions Zulma et, intriguée par le titre fort bucolique, je n’ai pas tardé à sortir ce livre de ma PAL. Miraculeusement, il n’a pas eu le temps d’attendre avec espoir pendant quelques jours, soupirer pendant de longs mois, pleurer au bout d’un an jusqu’à désespérer totalement et tenter un vain suicide en sautant de son étagère – Jane Austen a joué les rebelles ce week-end en s’effondrant lourdement sur le parquet, après deux mois d’attente seulement ; régnant en maître absolu et tyrannique sur ma bibliothèque, je lui ai vite remis les idées en place en la coinçant au fond d’un rayon sous un gros Thackeray, ce qui est légèrement tendancieux et mesquin, mais j’assume.

 

Bref. Difficile de planter le décor sans en dire déjà un peu trop, car les trente ou quarante premières pages annonçant la couleur m’ont particulièrement tenue en haleine, bien plus qu’une bonne partie du roman. Mais autant vous donner envie d’emblée et il est difficile de donner une petite idée du sujet du livre sans évoquer le début (vous vous empresserez ensuite d’oublier ceci et ne lirez surtout pas le résumé de l’éditeur avant de découvrir le livre).

 

Le héros est chargé d’enquêter sur sa mère par un mystérieux inconnu. Il découvre en la suivant qu’elle emmène régulièrement son frère dans un bordel du Marché aux Lotus. Ayant perdu ses deux jambes au cours de son service militaire, le frère s’est replié sur lui-même depuis son retour à la maison. Autrefois un jeune homme brillant, photographe amateur engagé, le frère est devenu l’ombre de lui-même et a perdu sa petite amie. Assez rapidement, le héros laisse entrevoir un drame inattendu : amoureux de la petite amie de son frère, il culpabilise pour des raisons obscures par rapport à la situation de ce dernier. Y serait-il pour quelque chose ?

 

Après un début prometteur qui a vite fait de susciter la curiosité du lecteur, j’ai trouvé le livre sympathique mais un poil décevant avant de comprendre que le cheminement de notre héros avait un but bien précis.

 

L’entrée en matière fracassante laissait peut-être entendre que le livre serait fait de rebonds et que le suspense régnerait en maître. Peut-être que je pensais que plus de secrets ombrageux seraient dévoilés. Ou que les situations incongrues se multiplieraient. Pourtant, le roman semble ensuite suivre un long fleuve tranquille. Les révélations sont sans surprise pour le lecteur, le développement suit son cours avec sérénité (un peu trop ?), les grands mystères familiaux font place aux souvenirs d’une histoire d’amour qui n’a pas abouti, ce qui est touchant mais déjà nettement moins passionnant. Ce n’est pas tant le manque d’action qui m’a gênée que le ronronnement d’un texte où l’action ne crée pas la surprise, loin de l’effet d’annonce trompeur de l’introduction.

 

Bref, j’étais sur le point de me dire que La vie rêvée des plantes est un roman divertissant sans rien de spécial, avant d'aborder la dernière partie, que je trouve de toute beauté. Car les nombreux détails glissés auparavant n’ont bien sûr pas été évoqués par hasard. Après avoir suivi passivement le héros de bout en bout, le lecteur détient toutes les clefs pour saisir la magie d’une fin toute symbolique. Les derniers chapitres, très poétiques, sont emplis d’amour, d’humanisme et d’un respect profond et intuitif du monde des plantes, tandis que le titre trouve toute son explication.

 

Les thématiques de ce livre apparemment facile d’accès sont nombreuses. Parmi elles, l’engagement et la résistance face à un pouvoir répressif, thème cher à l’auteur (Transfuge).

 

L’amour, la fidélité et la notion de moitié, joliment exprimée par une métaphore renvoyant au monde des plantes.

 

Les relations complexes entre membres d’une même famille : amour, non-dits, compréhension, secrets, connaissance et compréhension de ses proches. Ainsi, si les parents du héros vivent en étrangers dans la même maison, leur apparente indifférence ne marque pas forcément l’absence d’amour ou d’harmonie. L’amour fraternel est mis à l’épreuve et des similitudes entre générations apparaissent au fil du récit.

 

La nature enfin est un thème a priori marginal qui prend soudain toute son importance et confère un caractère sacré aux amours humains décrits dans le roman. On pense bien sûr à la forêt peuplée de dieux, vivante et fantastique propre à certains pays asiatiques, mais les références à la mythologie sont nombreuses elles aussi.

 

L’ensemble est décrit avec beaucoup de sensibilité et la fin est d’autant plus touchante que le héros ne ressort pas victorieux de la confrontation avec sa famille. Perçu comme un éternel raté, il fait presque toujours l’objet du mépris de ses parents malgré son dévouement sans bornes. Le roman s’achève d’ailleurs sur ces dernières phrases : « Les rayons du soleil se métamorphosent en larmes tombant dans la mer. Des larmes qui scintillent comme des diamants. Moi, je ne verse jamais de larmes. »

 

300 p

 

Lee Seung-U, La vie rêvée des Plantes, 2006

Commentaires

La maison d'édition est bien, c'est vrai ! Ton article m'a convaincue de l'emprunter, ce livre.

Écrit par : keisha | 19/12/2008

@ Keisha : génial ! J'aimerais beaucoup lire d'autres avis, j'en ai trouvé très peu en ligne !

Écrit par : Lou | 19/12/2008

Un livre qui m'intéresse, je l'avais déjà remarqué chez Katell , et cela m'avait titillé !

Écrit par : Alice | 19/12/2008

Je l'ai lu il y a 1 an ou 2 et ç'avait été un vrai coup de coeur. La littérature coréenne devrait être plus largement publiée.

Écrit par : virginie | 19/12/2008

Je ne connais pas du tout mais ça m'intéresse bien sûr... même s'il y a une partie moins passionnante!! Ca ne me dérange pas quand la fin rattrape!!

Écrit par : Karine :) | 19/12/2008

@ Alice : je l'ai déjà prêté mais après si tu veux je peux te le passer !

@ Virginie : Oui, d'ailleurs j'ai l'impression qu'il est assez difficile de trouver le premier texte de cet auteur publié en français et apparemment réédité par Zulma.

@ Karine:) : A mon avis ça vaut vraiment le coup, un très joli livre, assez philosophique, en tout cas très intéressant !

Écrit par : Lou | 22/12/2008

Ce titre ne me tente pas particulièrement ... du moins en ce moment mais j'ai bien ri à apprendre que les livres de ta PAL se rebellent ! Ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule qui subit ces petites rébellions :) mdr !

Écrit par : Joelle | 08/01/2009

@ Joëlle : depuis qu'elle est écrasée par Thackeray elle n'a pas moufté !

Écrit par : Lou | 16/01/2009

Les commentaires sont fermés.