Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2009

Nouveau plongeon dans le Londres du XIXe

symons_esther kahn.gifVictorian special thanks

... to Malice, grâce à qui j'ai découvert récemment un auteur britannique aujourd'hui presque oublié, Arthur Symons. Le recueil que la Miss au pays des Merveilles m'a prêté est composé de deux nouvelles, Esther Kahn et Seaward Lackland, ainsi que d'un texte autobiographique, Prélude à la vie.

De tous ces textes, c'est Esther Kahn qui m'a le plus touchée. Il s'agit d'une fille élevée dans une famille juive pour le moins pauvre, puisqu'elle fait partie de ces Victoriens malchanceux qui triment nuit et jour sur des travaux de couture pour un salaire misérable. Esther a quant à elle d'autres ambitions. Passionnée par le théâtre, elle finit par obtenir un petit rôle et, de fil en aiguille, devenir la star montante de la scène londonienne. Mais pour être tout à fait convaincante, il lui faudrait comprendre les tourments par lesquels passent ses personnages et donc, tomber enfin amoureuse.

Ce texte court est un petit bijou. Portrait sans concession d'une héroïne qui n'en est pas vraiment une, ce récit puise sa force dans la esther kahn.jpgdistance que le narrateur place entre son sujet d'observation et lui-même. Sans jugement, le voilà qui analyse avec précision le comportement d'Esther Kahn, se contentant d'observer et de constater, retranscrivant également les pensées de son personnage. Curieusement, certains passages m'ont fait penser à Zola, les explications naturalistes en moins. On obtient paradoxalement un texte assez froid sur ce qui devient finalement l'histoire d'une passion. Passion de l'art, passion amoureuse. Avec sans cesse cette question : la quête de l'art absolu doit-elle être forcément accompagnée de souffrance ? Enfin, la description de la société victorienne que fait Symons est à mes yeux particulièrement intéressante. On retrouve des éléments bien connus des lecteurs de Dickens, avec la description du quartier sordide où vit la famille Kahn, le métier qu'elle exerce, les bouges et les théâtres. Pourtant, l'approche est très différente ; on est loin des scènes à faire pleurer dans les chaumières alors que la réalité infecte n'est en rien adoucie par le style épuré de Symons. L'immédiat occupe une place primordiale dans ce récit, le décor étant peut-être presque un prétexte, tandis que l'analyse psychologique (et non la fresque sociale) est le réel objet du narrateur. Voilà donc un portrait complexe et finement ciselé tout à fait passionnant. Il ne me reste plus qu'à voir le film d'Arnaud Desplechin dont Malice a également parlé !

Seaward Lackland est l'histoire d'un enfant né tardivement dans une famille marquée le chagrin. Son premier fils s'était noyé en mer, le second s'était enfui de la maison et avait gagné l'Amérique (p42). Son père ayant miraculeusement échappé à une tempête meurtrière pour tous ses camarades, Seaward va être dédié au Seigneur. Il s'ensuit alors une éducation particulière pour l'enfant qui, informé des circonstances de sa naissance, accepte sa destinée et décide de se consacrer autant que possible à Dieu. Jusqu'au jour où, persuadé de devoir le renier publiquement pour devenir un paria et ainsi lui déclarer sa soumission sans condition, Seaward commet l'irréparable. Une nouvelle qui soulève des questions intéressantes sur le plan historique et culturel mais que j'ai moins appréciée, me sentant peu concernée par les questions métaphysico-religieuses que ne cesse de se poser le héros.

arthur-symons-1-sized.jpgQuant au Prélude à la vie, il apporte un éclairage nouveau sur la nouvelle Seaward Lackland en donnant une idée de l'éducation reçue par Arthur Symons, en particulier l'éducation religieuse. Assez curieusement, Symons se présente sous les traits d'un enfant antipathique et tient des propos à mon sens provocateurs : « Nous étions très pauvres, et j'exécrais les contraintes de la pauvreté. Nous étions environnés de gens vulgaires, de classe moyenne, et je détestais la vulgarité, les classes moyennes. Parfois nous étions trop pauvres pour avoir même une servante, et j'étais censé faire mes souliers. Je ne pouvais souffrir de me salir les mains ou les manchettes ; l'idée d'avoir à faire cela me dégoûtait chaque jour. Parfois ma mère, sans rien me dire, faisait mes souliers pour moi. J'avais à peine conscience des sacrifices qu'elle et les autres accomplissaient continuellement. Je n'en faisais aucun de mon propre mouvement, et j'étais désolé si j'avais à partager la moindre de leur privation » (p 101) Certes, on peut s'arrêter là et conclure que Symons n'était pas quelqu'un d'intéressant, du moins enfant, mais je trouve cette description fascinante. C'est un portrait peu flatteur et, s'il ne se livre peut-être pas à une autocritique – rien n'est moins sûr, Symons sait pertinemment que son lecteur jugera cette description selon des codes moraux et des sentiments qui lui nuiront forcément. Il ne se cherche pas d'excuse et donne l'impression qu'il ne compte certainement pas annoncer ses regrets. Voilà un jeu d'équilibriste qui, de bout en bout, m'a beaucoup intriguée.

Un livre charnière, par un auteur au croisement entre le XIXe très victorien et le début d'une nouvelle ère littéraire, d'où son approche moderne d'une époque marquée par des auteurs plus prolixes.

Au passage, la préface nous apprend que Symons est le premier à éditer Dubliners de Joyce.

Sur ce blog, quelques auteurs influencés par la même période : E.M. Forster, Flora Mayor, Vita Sackville-West (dans une moindre mesure).

3,5coeurs.jpg

 

122 p

Arthur Symons, Esther Kahn, 1905

Commentaires

de moins en moins attirée par les auteurs morts avant ma naissance...

Écrit par : Cécile de Quoide9 | 11/09/2009

Aaaah je ne savais pas que le film était tiré d'un roman!

Écrit par : keisha | 11/09/2009

J'ai toujours du mal à résister aux romans victoriens... du coup, bien entendu, je note celui-ci, du moins pour la première nouvelle!

Écrit par : Karine:) | 11/09/2009

Tout le contraire de Cécile, surprenant non ?!
Ton billet me donne très très envie de le lire ! Je ne connaissais que le nom de cet auteur, et je croyais qu'il était notre contemporain.

Écrit par : Lilly | 11/09/2009

Esther Kahn, je ne sais pas ce qu'il en est du livre, et s'il est court tant mieux parce que le film est tellement loooooong et ennuyeux que je ne l'ai pas regardé jusqu'au bout !

Écrit par : Ys | 11/09/2009

Contrairement à Ys, j'ai adoré le film de Desplechin, Summer Phoenix y est magnifique. J'ai hâte de lire ton avis. je connaissais pas cet auteur victorien (honte sur moi!!) mais ça donne vraiment envie de le découvrir.

Écrit par : Titine | 11/09/2009

Mais c'est très tentant tout ça! je note!

Écrit par : Edelwe | 11/09/2009

oh interessant, un enfant qui voulait fuir sa pauvrete a passer son temps a la decrire...une therapie?...cela pourrait expliquer son regard froid?...en tout cas, oui cela promet comme recits...

Écrit par : rachel | 11/09/2009

@ Cécile de Quoide9 et Lilly : de mon côté je lis des auteurs récents et des classiques et j'aime bien les deux, mais je trouve beaucoup plus souvent mon compte dans les classiques, qui m'enthousiasment plus facilement. Je trouve souvent le choc un peu rude quand je n'ai pas lu de classique depuis un petit bout de temps et que j'en lis un... la plupart du temps je me dis "mais qu'est-ce que j'ai fabriqué à lire tellement de trucs moins bien" ?:o) Peut-être parce que le temps a permis de faire un peu le tri dans les anciens auteurs tandis qu'il reste à faire pour les nouvelles générations, entre ce qui est vraiment remarquable et ce qui l'est moins. Après je peux comprendre qu'on ne soit pas trop attiré par les classiques, ça a été le cas pour moi longtemps, en fait jusqu'au moment où j'ai découvert par moi-même ceux qu'on ne m'avait jamais imposés.

@ Keisha : je ne connaissais pas le film à l'origine ^^

@ Karine:) et Edelwe : oui ça vaut vraiment le coup !

@ Ys et Titine : j'ai entendu des commentaires plutôt positifs sur ce film depuis que j'ai découvert son existence et que j'ai commencé à en parler à des amis plus cinéphiles que moi. La seule exception est une de meilleures amies qui a une dent contre Summer Phoenix...

@ Rachel : tu as raison c'est peut-être une thérapie, ou alors un auteur qui a le souci de l'exacte vérité, quelle que soit l'image que cela pourrait donner de lui... I really don't know...

Écrit par : Lou | 12/09/2009

oui tout a fait...a savoir s'il n'a pas laisse des notes...a part ca, on ne le saura jamais...;o)

Écrit par : rachel | 12/09/2009

@ Rachel : si je me souviens bien il existe plusieurs récits autobiographiques ou alors une autobiographie plus longue en tout cas.

Écrit par : Lou | 12/09/2009

oh les autobiographies ne sont pas souvent objectives....et a savoir s'il parle de sa facon d'aborder ses romans...;o)

Écrit par : rachel | 12/09/2009

J'ai vu le film "Esther Khan" et l'actrice (Summer Phoenix, je crois) y était rayonnante :)

Écrit par : Ofelia | 12/09/2009

Je te passerai le film si tu veux Lou ! Il est exact que Summer Phoenix transperce l'écran ! En tout cas je suis ravie de ton billet et surtout d'avoir acheté pour trois fois rien cet ouvrage d'Arthur Symons. Le film pour rajouter un mot est un énorme coup de cœur pour moi malgré quelques défauts.

Écrit par : Alice | 12/09/2009

oooooooh tu as entendu...surement!..colin firth a eu un prix d'interpretation..a venise...yessssss...;o)

Écrit par : rachel | 12/09/2009

@ Rachel : non je n'ai même pas vu ça ! Pourtant Yahoo n'était pas encore très occupé à donner des infos sur le décès prématuré de Filip des 2Be3...
Je viens de voir que c'est Sandrine Bonnaire qui lui a remis le prix ; marrant de voir réuni une des actrices que j'aime le moins et un de mes acteurs favoris !

@ Ofelia : oui c'est Summer Phoenix !

@ Alice : oui je veux bien voir le DVD et je te promets de ne pas le séquestrer :o) Merci encore pour le prêt, je serais passée complètement à côté de cet auteur pendant longtemps sans ton intervention !
Au passage j'ai vu en occasion chez Gibert Joseph un livre de Rémi de Gourmond si ça peut t'intéresser.

Écrit par : Lou | 18/09/2009

il va falloir que tu t'abonnes a TV5....;o)...je l'ai vu meme deux fois...il etait tout heureux...a quand il a ses yeux qui petillent de bonheur...;o)

Écrit par : rachel | 18/09/2009

Je ne connais pas du tout!! ça m'intrigue beaucoup!!

Écrit par : béné | 18/09/2009

@ Rachel : arrête là, déjà que depuis hier soir (rediffusion de Bridget Jones sur TF1 - malgré l'horrible voix de Darcy en VF) je suis dans une phase très Colin Firth ! (bon je vais chercher une video en ligne ;o))

@ Béné : oui moi aussi j'ai complètement découvert ^^

Écrit par : Lou | 21/09/2009

oh tu vas te faire mal...il est craquant pour de vrai...;o)

Écrit par : rachel | 21/09/2009

Les commentaires sont fermés.