Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2008

Une maison, un mystère… what else ?

newbery_set in stone.jpgRepéré il y a quelques mois, Set in Stone de Linda Newbery* me semblait particulièrement indiqué dans le cadre du Victorian Christmas Swap. Lilly l’a fini alors que je venais de le commencer et je suis persuadée que c’est un livre qui, comme The Thirteenth Tale, va faire le tour de la blogosphère.

En saisissant tout à l’heure La Dame en Blanc de Wilkie Collins, lecture à venir, j’ai découvert avec surprise que le sujet était sensiblement le même. Difficile de faire le lien entre les deux textes mais, côté forme, Set in Stone a tout du page turner contemporain et, à vrai dire, pas grand-chose de victorien. Le style est simple, direct, à mon avis ni remarquable ni désagréable ; l’histoire très bien ficelée mais nettement moins tortueuse que dans les romans du XIXe. Pourtant les influences sont là et ce roman a de quoi tenter beaucoup de lecteurs !

1898. Etudiant aspirant à devenir peintre, Samuel Godwin se voit obligé de subvenir aux besoins de sa famille à la mort de son père. Il est engagé par Mr Farrow pour enseigner le dessin aux deux filles de la maison, Marianne et Juliana. Arrivé dans la propriété de Fourwinds, il découvre une demeure superbe mais étrange, coupée du monde, ainsi que deux élèves déstabilisantes. Jolie, Juliana est effacée et mélancolique, ne semblant pas se remettre d’une maladie de nerfs qui a suivi le décès brutal de sa mère. Marianne est quant à elle un personnage fantasque, une adolescente sublime mais visiblement perturbée, peut-être folle. Dès son arrivée, Samuel est subjugué par cette jeune femme fascinante qu’il rencontre alors qu’elle est à la recherche du West Wind (du Vent de l’Ouest). Ses propos incohérents font référence à un mystère particulier lié à la maison.

Difficile de ne pas trop en dévoiler car les événements s’enchaînent très rapidement. Je me contenterai donc d’évoquer quelques thèmes et éléments centraux de ce roman pour ne pas gâcher votre plaisir.

Parmi les personnages principaux, celui de la gouvernante Charlotte est particulièrement intéressant. Image même de l’employée modèle, celle-ci s’efface et ne laisse paraître aucune émotion, faisant du bien-être de ses protégées une priorité. Son caractère s’affirme pourtant peu à peu au fil du récit, les chapitres alternant les points de vue de Charlotte et de Samuel. Femme intelligente au profil bien plus complexe qu’il n’y parait, elle séduit par sa force de caractère et sa détermination sans faille. Elle rappelle ainsi Jane Eyre par certains aspects – également par l’intérêt qu’elle pourrait porter à son employeur. Tout aussi sympathique, Samuel se présente d’abord comme le stéréotype du jeune héros au cœur pur. Quelques aspects plus sombres de son caractère en font finalement un personnage attachant, mais authentique. Quant aux Farrow, tous trois énigmatiques, ils fascinent le lecteur qui a bien du mal à deviner tous les secrets que leur maison semble abriter.

Ajoutons à cela de nombreux ingrédients à mon avis exquis : l’art, à travers les leçons de Samuel, les enseignements qu’il tirera plus tard de son succès mais aussi grâce à l’architecture de la fabuleuse maison et aux statues qui lui ont donné son nom, Fourwinds. L’ambiance gothique : un lac aux profondeurs angoissantes, l’isolement de la maison où Mrs Farrow est décédée, la folie de Marianne ou encore de nombreuses scènes nocturnes.

Un petit regret cependant : la notice nécrologique du Times, à mon avis peu crédible puisqu’elle évoque en détail la vie des proches de la personne concernée. Le chapitre sur le mode « Vingt ans après » satisfait notre curiosité mais reste un peu maladroit.

Linda Newbery est un auteur de littérature jeunesse. Difficile de dire si ce roman s’adresse plutôt aux adolescents ou aux adultes. A juste titre, Valentina fait remarquer que si deux adolescentes jouent un rôle clef dans ce roman, leurs points de vue ne sont pas connus du lecteur, ce qui est pourtant habituellement le cas en littérature jeunesse. Ce livre reste cependant très abordable. Il est à mon avis moins complexe et peut-être moins abouti que The Thirteenth Tale de Diane Setterfield. Il reste un très bon roman, idéal pour une lecture compulsive. L’histoire est riche en rebondissements, le cadre délicieux, les personnages intéressants. A recommander aux amateurs de gothique, aux fervents victoriens et à tous ceux qui aiment savourer un récit palpitant !

3,5coeurs.jpg

 

 

358 p

Linda Newbery, Set in Stone, 2006

* traduit en français sous le titre De Pierre et de Cendre

newbery_de pierre et de cendre.jpg
victorian xmas swap logo3.jpg

Commentaires

Il est dans ma PAL depuis samedi et la lecture est prévu juste après le livre en cours, qui se trouve être... the thirteen tale !

Écrit par : Pimpi | 11/12/2008

Il est déjà dans ma wish list depuis le billet de Lilly! ca semble bien, en effet... et tu réussis comme toujours à m'intriguer!!

Écrit par : Karine :) | 11/12/2008

C'est étrange, justement je l'ai vu hier en furetant sur Internet mais je ne me rappelle plus où ! Et je me suis dit que c'était étonnant que peu de personnes n'en aient parlé sur les blogs car il me semblait très intéressant :)

Écrit par : Joelle | 11/12/2008

Je suis tout à fait d'accord avec toi ;o)

Écrit par : Lilly | 11/12/2008

Mais c'est que ça me tente beaucoup beaucoup ce que tu dis là.....
JE LE VEUX!!!!!

Écrit par : kesalul | 11/12/2008

Tu réussis à m'intriguer avec ces personnages qui cachent des secrets....je le note donc et j'irai l'emprunter à la bibliothèque....une fois que j'aurai pris tous les autres références que j'ai prise chez toi avant!!!

Écrit par : Jumy | 11/12/2008

J'ai tellement aimé La Dame en Blanc de Wilkie Collins, que je prends vite note de ce livre ! ;-)

Écrit par : Florinette | 11/12/2008

Je le note aussi, ça me paraît bien sympa.

Écrit par : Hilde | 11/12/2008

Ca ressemble beaucoup à une lecture idéale pour les congés de fin d'année. Je suis déjà en train de prévoir ce que je vais emmener et si je trouve ce titre d'ici là, je crois bien qu'il va trouver une petite place dans mes bagages !

Écrit par : virginie | 12/12/2008

Dis Lou, tu me le prêtes ce livre? :)

Écrit par : Cryssilda | 12/12/2008

Déjà noté depuis le billet de Lilly :-D

Écrit par : Manu | 12/12/2008

Je l'ai déjà noté chez Lilly : le titre me plaît énormément !

Écrit par : Leiloona | 13/12/2008

encore mordue .... il me le faut ...... vite !!!!!!!

Écrit par : beat | 14/12/2008

@ Pimpi : le hasard fait bien les choses :o)

@ Karine :) : mission accomplie, alors !

@ Joëlle : oui moi aussi je suis étonnée de ne pas voir une nouvelle vague à la "13e conte" ou Stephenie Meyer. Même chose pour "la Voleuse de Livres" si je me souviens bien, qui a été lu mais pas autant qu'on aurait pu s'y attendre. ça me fait d'ailleurs penser qu'il faut que je le lise !

@ toutes celles qui sont tentées : vous avez raison ^^

@ Cryssilda : mmm... je sais pas.... ;o) (ou plutôt : rappelle-moi le titre la prochaine fois qu'on se verra - safer)

Écrit par : Lou | 17/12/2008

Je l'ai commandé à cause de tous ces avis plutôt positifs qui fleurissent partout! J'ai hâte de le lire :)
Par contre je préfère la couverture anglaise à la française!

Écrit par : Allie | 17/12/2008

@ Allie : oui moi aussi, largement ! Il y a deux versions d'ailleurs de la couverture anglaise. C'est la même image mais ce que tu vois ici c'est la version paperback. La version originale est plus dans les tons dorés que dans ce sepia mélancolique.

Écrit par : Lou | 19/12/2008

J'arrive pour l'extinction des cierges comm on dit chez moi après un billet de Fashion qui m'a bien donné envie... Mais dis moi, toutes ces références à W.Collins me font peur : je connais pas le monsieur moi !!! OUi, je sais, c'est sûrement horrible comme aveu, mais penses-tu que ça m'empêche de lire celui-là ?!!!

Écrit par : Miss Alfie | 11/06/2009

@ Miss Alfie : pas du tout !! En fait je n'avais lu qu'un livre de Collins écrit avec Dickens et c'est la lecture du Newbery qui m'a poussée à lire "La Dame en Blanc". Le rapport entre les deux romans est de toute manière assez limité, même s'il y a quelques clins d'oeil. Pas de crainte à avoir, donc !

Écrit par : Lou | 11/06/2009

je ne savais pas que La dame en blanc parlait plus ou moins du même thème, il est dans ma LAL depuis longtemps et je n'ai pas encore eu l'occasion de l'acheter ^^ Du coup, il m'intrigue encore plus :p

Écrit par : sybille | 30/01/2011

Les commentaires sont fermés.