Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2007

Sorcière, sorcière, prends garde à ton der… !

d4ba8a226ba28db182f0badb2807e7d2.jpgQui parmi vous se souvient de cette chansonnette en apparence fort innocente de la Sorcière de la Rue Mouffetard ? A vrai dire, le lien entre ce livre pour enfants et El Misterio de la Cripta Embrujada est assez mince, bien que le titre a priori évocateur nous parle de cryptes ensorcelées !

L’histoire : un ancien délinquant oublié depuis des années dans un centre psychiatrique ; un flic mal dégrossi ayant la main lourde ; une mère supérieure vaguement poilue ; un psychiatre obséquieux à l’honnêteté douteuse. Voilà les quatre protagonistes de l’ouverture de cet opus pour le moins décalé. Le narrateur, notre ancien délinquant, se voit proposer la liberté à condition d’élucider un mystère. Celui d’un collège religieux dans lequel une jeune fille a disparu sans laisser de trace, tout comme une autre élève quelques années auparavant. Sorti de l’asile, le narrateur retrouve sa sœur, une prostituée au physique particulièrement ingrat ; le soir même, il est témoin de l’overdose du dernier client de sa sœur, manque de se faire arrêter pour le meurtre dudit client et abandonne sa sœur aux policiers. S’ensuit l’enquête au Collège San Gervasio, grâce à un jardinier corrompu par une bouteille de vin contenant cocaïne, LSD et autres stupéfiants. Je vous passerai l’intégralité des aventures ubuesques de notre narrateur, qui retrouve la meilleure amie de l’ancienne élève disparue, découvre l’existence d’une crypte ensorcelée et tente de percer le mystère en s’y rendant lui-même.

Très honnêtement, il n’est pas question de roman policier ici. Peut-être peut-on parler de roman d’aventure, mais il serait certainement plus juste de dire que Mendoza joue avec tous les genres, faisant de son petit roman de détente un récit picaresque facile à lire et plutôt amusant. Difficile de s’attacher particulièrement aux personnages sans cesse caricaturés par le narrateur, lui-même totalement improbable. On retrouve par moment les monologues ahurissants du héros de La Conjuration des Imbéciles, malgré un récit moins drolatique qui manque un peu de finesse.

El Misterio de la Cripta Embrujada
est un bon divertissement, un roman décalé et assez audacieux. Difficile de penser qu’il a été écrit au début de l’ère du post-franquisme. Le ton se veut léger mais les monologues du narrateur sont cependant bien trop maniérés, improbables et rationnels pour ne pas perturber le fil de la narration. Le héros d’un âge indéfini cherche à faire rire en évoquant ses effluves corporels à faire tomber les mouches, ses sauts dans le vide s’achevant dans une mare de détritus ou son voyage dans un train contenant du poisson. On sourit sans être tout à fait convaincu. Tout bêtement, on ne peut s’empêcher d’avoir à l’esprit une question cruciale : pendant tout ce temps, prendra-t-il une seule douche ? Et comment peut-il se rendre chez des particuliers et avoir des conversations normales alors que tout concorde à faire de lui une boule puante particulièrement crasse et repoussante ?

En résumé : c’est un livre sympathique, qui se lit avec un certain plaisir et qui suscite notre curiosité. Ce n’est pas non plus ce genre de romans que l’on dévore sans plus pouvoir s’arrêter. Pourtant, étant donné que la suite de ce roman m’attend dans ma bibliothèque, je suis assez curieuse et me demande si je vais retrouver le narrateur, dont la triste fin dans ce roman m’a quelque peu déçue. Bref, pas de coup de cœur, mais une indifférence bienveillante.
 
204 p 
 

Commentaires

L'anglais, l'espagnol... T'es douée, dis-moi !! ;))
T'en as d'autres dans ton palmarès ?
Bouhhhhhhh, je suis nulle en langues !! ;))

Écrit par : Musky | 23/05/2007

@ Musky : comme dirait Omar je ne sais plus qui du tiercé, les langues, c'est mon dada :P.. ce qui ne m'empêche pas d'avoir un niveau volant ras les pâquerettes en allemand, langue que j'étudie péniblement, difficilement, avec moult souffrances depuis un an !:o)

Écrit par : Lou | 23/05/2007

Je l'ai lu en français (ils ont gardé le même titre). Une histoire agréable, mais mon préfér de Mendoza (dans un genre totalement différent) c'est "L'année du déluge", je te le recommande.

Écrit par : Gachucha | 25/05/2007

@ Gachucha : je le chercherai la prochaine fois que j'irai en Espagne (les imports sont beaucoup trop chers ici). merci du conseil !

Écrit par : Lou | 26/05/2007

je pensais justement au livre de toole en lisant ton avis sur ce livre. du coup, ça m'intrigue pas mal. maintenant que j'ai été réconcilié avec les auteurs hispaniques grâce à josé carlos somoza, je vais peut être bien tenter ce mendoza !

Écrit par : queenie | 27/05/2007

@ Queenie : ravie de te voir par ici (d'autant plus que je suis assez silencieuse sur Parfums de Livres en ce moment) ! Ah oui, Toole et son excellente "Conjuration des Imbéciles" ! Malheureusement ce livre de Mendoza n'est pas aussi excellent à mon avis, mais ça reste sympa !

Écrit par : Lou | 27/05/2007

Merci beaucoup pour se résumé je suis en 1ere année de LLCE espagnol et nous l'étudions. J'aime énormément lire et L'Espagnol est une langue que j'apprécie énormément , donc je me disais que je n'aurais aucun problème avec le fait de lire en espagnol. Et pourtant je n'arrive pas bien à lire ce livre... J'en suis toujours au 1er chapître et je le trouve particulièrement ennuyant....
J'aurais bientôt un résumé de chapitre à rendre qui comptera pour 40 pour cent de la note de mon partiel et étant donné la vitesse à laquelle j'avance, ton petit résumé m'a pas mal aidé. Je ne voyais pas pourquoi il y avait un fou dans un hôpital psychiatrique ni ce qu'il se passait dans le 1er chapitre donc un grand merci !
Bonne continuation :)

Écrit par : Gargola | 20/11/2011

@ Gargola : ce livre ne m'a pas laissé une grande impression et du coup j'hésite à relire Mendoza. On m'a fortement recommandé "la ciudad de los prodigios" mais il doit faire 500 pages et vu le souvenir que je garde de celui-ci je n'ai pas encore sauté le pas ! J'espère que tu t'en sortiras avec ton résumé... je crois me souvenir que j'avais davantage apprécié ce livre ensuite, j'espère qu'en persévérant un peu plus tu vas t'en sortir. J'espère aussi que vous aurez des auteurs qui te tentent davantage ensuite (peut-être Javier Marias, ou même Zafon qui est peut-être au programme maintenant ?). Qué te lo pases bien ;)

Écrit par : Lou | 20/11/2011

Les commentaires sont fermés.