Margaret Davidson, La métamorphose d’Helen Keller

Enfant, j’avais été marquée par la lecture d’un texte paru chez Folio, que je crois être le journal d’Helen Keller, même si je n’en suis plus tout à fait sûre aujourd’hui. Je revois la couverture bleue avec le dessin en haut. Les signes en braille au fil du texte qui m’avait passionnée et beaucoup touchée.

Cette année, alors que vient de sortir un roman sur ce sujet que je ne vais pas tarder à découvrir, j’ai eu envie de partager cette histoire inspirante avec ma fille. J’ai donc jeté mon dévolu sur La Métamorphose d’Helen Keller par Margaret Davidson, texte ici très joliment illustré par Felicita Sala.

Grâce à elle, j’ai redécouvert l’histoire de cette enfant devenue sourde et aveugle suite à une maladie infantile. Avec concision, l’autrice explique les grandes étapes du parcours d’Helen. L’enfance bouleversée par la scarlatine et ses conséquences. La petite fille devenue sauvageonne et dangereuse pour elle et les autres, qui a failli être envoyée dans une institution (autrement dit, un asile charmant comme on en faisait au XIXe). La mère, qui tente de la protéger et globalement, la bienveillance parentale qui les amène à chercher des spécialistes, puis à contacter un institut qui accueille les enfants aveugles. L’arrivée  d’Annie Sullivan, pour accompagner Helen chez elle. Les crises de la petite fille découvrant du jour au lendemain une étrangère qui ose lui opposer une certaine résistance. Les conflits, les colères et un jour, le déclic et le dialogue qui s’établit. Puis, dans les grandes lignes, le formidable parcours d’Helen Keller que personne ne peut plus arrêter : Helen qui apprend à parler, qui étudie, obtient un diplôme, écrit et fait des conférences ainsi que des expériences que peu de personnes de son époque se seraient aventurées à faire.

Helen Keller est une femme courageuse au destin incroyable. Sa tutrice et amie Annie Sulivan est elle aussi une figure passionnante et, on le sent bien, les parents font preuve d’une vraie ouverture d’esprit pour l’époque. Ce texte narre de façon succincte une vie extraordinaire : il synthétise et se lit d’une traite, tout en donnant envie d’aller plus loin et de retrouver la jeune femme et son entourage dans d’autres textes. Pour les enfants, c’est une introduction très bien faite qui devrait vraiment susciter leur curiosité. Helen Keller offre un exemple saisissant à travers sa détermination et son grand courage.

107 p

Margaret Davidson, La métamorphose d’Helen Keller, 1969

7 thoughts on “Margaret Davidson, La métamorphose d’Helen Keller

    1. Je n’avais pas fait le rapprochement avec aujourd’hui… d’ailleurs j’ai été très surprise en découvrant l’origine du handicap d’Helen Keller. J’avais oublié et croyais que c’était un handicap de naissance.

  1. C’est une histoire qui m’a marquée aussi. J’avais bien aimé l’adaptation BD Annie Sullivan & Helen Keller. Est-ce que tu l’as lue ?

Répondre à Missycornish Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *