Marc Levy & Fred Bernard, Le Petit voleur d’ombres, T1

De Marc Levy, je ne sais pas grand-chose, si ce n’est qu’il écrit des histoires feel good, parfois (toujours ?) avec une touche de surnaturel, qu’il vend des millions de livres et qu’il m’avait paru plutôt sympathique une fois où je l’avais vu sur un plateau télé. Si je ne connais pas ses romans pour adulte, j’ai craqué pour le premier tome de sa série pour enfants il y a quelques mois, en cherchant un texte pour mon apprentie lectrice. Du haut de ses six ans, Petite Lou a hérité des gènes maternels et est devenue une lectrice vorace qui s’attaque maintenant à des romans de plus en plus tentants pour moi aussi. Je me réjouis de cette nouvelle période où nous échangeons nos impressions de lecture, où nous nous installons côte à côte sur le canapé avec un bon bouquin à la main… et comme on me réclame toujours l’histoire du soir, je n’ai pas encore à avoir la nostalgie des albums jeunesse partagés en famille.

Le premier tome du Petit Voleur d’ombres a été dévoré et validé par Petite Lou qui, en recevant les 3 tomes suivants, a poussé des cris de joie avant de se plonger directement dans le tome 2 et de nous oublier totalement. Signe franchement positif me direz-vous.

A mon tour, j’ai ouvert le premier tome, que j’ai trouvé adorable. Le jeune héros vient de déménager et de changer d’école. La rentrée s’annonce sombre, d’autant plus qu’un grand bouleversement familial l’attend. Nous le rencontrons alors qu’il découvre son collège, nous parle de la fille dont il est amoureux et de son nouvel ennemi juré. Il se fait coller le premier samedi sans que ce soit vraiment sa faute. Chargé de ratisser la cour, il se lie d’amitié avec le gardien et échange avec lui. A son retour, il s’aperçoit d’une anomalie : l’ombre qui le précède n’est pas du tout celle d’un petit garçon de son âge. Elle lui évoque plutôt celle du gardien. Et avec cette ombre nouvelle apparaît un autre phénomène : à ses propres souvenirs et ressentis se mêlent ceux d’un autre.

Ce premier tome met en place un univers, avec la découverte d’un pouvoir inattendu pour ce jeune héros plutôt petit, binoclard, futé mais pas bien fort physiquement. Le personnage nous est de suite sympathique et son don, intrigant, puisqu’on ne sait pas d’où il vient, pourquoi il est apparu à cette période, et quel rôle il va avoir dans le développement de l’histoire. Le tout est accompagné par des illustrations chaleureuses qui m’ont énormément plu. Le coup de crayon est généreux, les détails ne manquent pas et la colorisation nuancée est pleine de charme. Je suis aussi très curieuse de lire la suite !

78 p

Marc Levy & Fred Bernard, Le Petit voleur d’ombres, T1, 2019

13 thoughts on “Marc Levy & Fred Bernard, Le Petit voleur d’ombres, T1

  1. Oh je ne connaissais pas du tout l’existence de cette série qui semble très prometteuse – l’engouement de Petite Lou est parlant !! 🙂 Je n’ai rien contre un Marc Levy pour adultes de temps en temps (j’en ai même un dédicacé ^_^) alors merci pour cette découverte jeunesse ! Bonne fin de semaine, Lou !

    1. Oui je trouve aussi que l’avis des petits lecteurs prime dans ce cas, et là c’est un engouement absolu. Et sincèrement je le comprends bien, j’ai moi aussi envie de lire la suite :o)

  2. J’ai beaucoup aimé lire Marc Lévy il y a longtemps, même si je suis devenue snob depuis. Mais pourquoi pas, surtout que Fred Bernard est une valeur sûre pour moi.

    1. C’est marrant, en écrivant mon billet je me disais que j’étais devenue snob aussi. Je pense qu’au début de mes études j’aurais très bien pu lire Marc Levy en prenant le train, maintenant, ce n’est pas que je le décrie mais ça ne me vient simplement pas en tête. Et je ne pense pas avoir déjà croisé Fred Bernard mais je vais regarder de plus près son travail, car ces dessins sont vraiment excellents !

  3.  » Voilà ma pierre à l’édifice culturel de Lou and Cie :

    j’achète le tome 4 dans une librairie bondée et, à la caisse, la libraire me demande si je désire un paquet-cadeau… , je lui réponds par la négative et elle me sourit de sa surprise…
    … Les grands aussi ont le droit d’apprendre ! … il n’est jamais trop tard…
    so bon week-end donc. »

  4. « quand j’ai acheté le tome 4 dans une librairie bondée et que la libraire à la caisse me demande s i je désire un paquet cadeau et que je luis réponds par la négative et qu’elle sourit de sa surprise …

    … cette dame pourra le conseiller aux Grands aussi donc… « 

  5. bonjour !

    j’ai acheté le 4me tome dans une librairie et quand la libraire à la caisse m’a proposé un paquet-cadeau et que je lui ai répondu par la négative, je l’ai vue sourire, amusée de sa propre surprise…

    eh oui, les grands ont aussi le droit d’apprendre car il n’est jamais trop tard pour bien faire les choses; de ce fait, la libraire peut conseiller les livrets aux adultes donc au-si-tôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *