R.L. Stine, Chair de poule, La Nuit des Disparitions

Pour le 31 octobre, une lecture ayant pour cadre une petite ville américaine pendant la nuit d’Halloween (par ici les souvenirs des célébrations avec mon amie Hilde en 2018).

Comme beaucoup d’amateurs de frissons en littérature, j’ai eu mes premières petites frayeurs enfant avec la collection Chair de Poule, dont j’ai relu les premiers titres plusieurs fois et que je continue à retrouver avec plaisir de temps à autre… essentiellement lorsque le challenge Halloween pointe le bout de son nez. C’est donc avec plaisir que j’ai ouvert La Nuit des Disparitions (Attack of the Jack O’ Lanterns), que je n’avais encore jamais lu.

Drew et ses 3 meilleurs amis (Walker, Shane et Shana) attendent avec impatience la prochaine nuit d’Halloween. C’est leur nuit favorite mais cette fois-ci, ils entendent surtout en profiter pour se venger de Tabby et Lee. Ces deux derniers incarnent le summum de l’adolescent américain adulé, populaire et désagréable, comme on en croise souvent dans la littérature et au cinéma. Les deux imbéciles ont pris un malin plaisir à gâcher les précédentes soirées d’Halloween, notamment la première fois, où, à l’aide de deux complices, ils ont flanqué la frousse de leur vie à leurs invités, en les humiliant par la même occasion.

Cette fois-ci, les six adolescents iront faire la tournée des bonbons. Drew et ses amis ont décidé de mettre au point un plan pour terroriser Tabby et Lee. La soirée paraît compromise lorsque la mère de Drew lui interdit de sortir : en effet, depuis plusieurs années, des enfants disparaissent pendant la nuit d’Halloween. Mais après avoir promis de rester groupés et près de la maison, les amis obtiennent gain de cause.

La tournée débute sans Shane et Shana, censés jouer un mauvais coup. Mais rapidement, deux créatures apparaissent : à la place de la tête, une citrouille effrayante. Derrière les yeux, des flammes dansent. Les créatures, qui parlent bizarrement avec des voix rauques, se mettent à diriger les adolescents vers l’extérieur de la ville, après avoir fait la tournée des bonbons. Drew et Walker sont d’abord persuadés qu’il s’agit de leurs amis Shane et Shana. Mais quand ils sortent de la ville et arrivent près de la forêt, les créatures se faisant plus pressantes, le doute s’installe. Pourront-ils fuir à temps ? Et qu’est-il arrivé à leurs amis ?

Un Chair de Poule qui m’a vraiment déçue. Je me suis ennuyée d’un bout à l’autre, j’ai trouvé les personnages horripilants, les adolescents prévisibles. Quand on connaît la collection, on sait que beaucoup de chapitres se terminent sur un rebondissement censé effrayer, alors qu’une explication parfaitement normale peut suivre dans le chapitre suivant. Le procédé est utilisé à outrance ici, avec une construction qui ne laisse place à aucune surprise. La seule nouveauté a été pour moi le sort de Shane et Shana, que j’avais envisagé un peu différemment. Plus agacée qu’effrayée, j’ai été contente de terminer cet opus. J’espère que j’aurai plus de chance la prochaine fois.

D’autres titres chroniqués ici :

107 p

R.L. Stine, Chair de Poule, T73, La Nuit des Disparitions, 1993

5 thoughts on “R.L. Stine, Chair de poule, La Nuit des Disparitions

  1. Aïe ! J’ai de bons souvenirs des Chaire de Poule quand j’étais gamine, mais j’étais beaucoup plus sensible et je n’ai pas osé retenté en étant adulte…

Répondre à Chicky Poo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *