Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2017

H.P. Lovecraft, La Maison maudite / Celui qui hante la nuit

lovecraft_maison maudite.jpgJ'entretiens un rapport un peu compliqué avec Lovecraft : fascination, répulsion, vif intérêt avant de sombrer parfois dans l'ennui... Cela dépend bien entendu des textes car j'ai déjà fait un certain nombre de tentatives et même choisi Lovecraft comme thématique pour un essai de fin de semestre dans le cadre d'un cours sur la littérature américaine. Mais finalement, plus le temps passe et plus j'apprécie cet auteur dont il me reste finalement tout ou presque à découvrir, tant son répertoire est vaste !

Ce recueil de deux longues nouvelles correspond bien à l'univers lovecraftien que je préfère. Celui de la vieille ville de Providence, avec ses maisons et ses ruelles fascinantes datant d'un à deux siècles. Biscornues, décrépites, mystérieuses, nous invitant à laisser libre cours à notre imagination. 

Premier texte du recueil, La Maison maudite était une relecture pour moi. Intrigué par l'histoire d'une maison à l'abandon dont les occupants sont morts les uns après les autres de façon mystérieuse, le narrateur décide de trouver l'origine de cette malédiction pour y mettre un terme. A ses risques et périls. Un récit qui trouve ses clefs dans le passé, mêlant une approche rationnelle au folklore et à la sorcellerie

J'ai surtout apprécié le côté historique et la description de cette maison horrifiante, un peu moins les scènes finales avec les formes monstrueuses qu'affectionne Lovecraft. Je suis plus fantômes, vampires et sorcières classiques que monstres gigantesques. Question de goût !

Deuxième texte, cette fois-ci une découverte. Dans Celui qui hante la nuit, Lovecraft met en scène un artiste à l'univers très obscur, qui se retraduit notamment dans ses peintures de corps monstrueux. Cet homme observe une colline au loin, toujours dans la ville de Providence. Il est fasciné par un dédale de petites ruelles et surtout, par une masse sombre, une église que même les oiseaux semblent fuir. Il finit par se rendre là-bas. La communauté italienne qui vit à proximité refuse de lui indiquer le bâtiment et rapidement, le narrateur découvre les nombreuses superstitions qui courent autour de cet endroit. Une secte s'y serait établie au XIXe, pratiquant la magie noire et à l'origine de disparitions. L'endroit serait aujourd'hui hanté par un être monstrueux très sensible à la lumière. Et de fait, lorsqu'une panne d'électricité prive la colline d'éclairage, la panique s'empare un soir des habitants et les pousse à s'organiser avec flambeaux, lampes et torches pour tenir éloignée la créature qui vit peut-être dans l'église abandonnée.

Un récit très intéressant et original, qui allie les codes classiques du fantastique à des éléments beaucoup plus modernes. L'ancrage à l'époque de Lovecraft est très marqué, à travers la présence de cette communauté d'immigrés ou encore l'intrusion de la technologie et ces pannes d'électricité du plus bel effet. Et en même temps, force est de constater que le mystère qui entoure la créature ne manque pas de nous inquiéter. Lors de ses explorations, le narrateur nous donne un aperçu de ce qui a pu se passer mais l'information reste imprécise. A la fin, le journal intime incompréhensible soulève encore des questions et invite le lecteur à imaginer une partie de la scène.

Il faut s'habituer à la prose de Lovecraft, volontairement lourde, tortueuse, vieillotte.  Une fois le cap passé, c'est un univers fascinant qui s'offre à nous. A découvrir absolument !

Merci aux éditions Points pour cette lecture.

logo-points.jpg

 

 

 

D'autres chroniques sur d'autres récits de Lovecraft :

4coeurs.jpg

 

 

117 p

H.P. Lovecraft, La Maison maudite (1928), suivi de Celui qui hante la Nuit (1936)

logo challenge halloween 2017v3.jpg

Commentaires

bin ma premiere lecture d'un Lovecraft m'avait decue.....il manquait quelque chose....il n'allait pas jusqu'au bout de l'horreur, une certaine retenue qui aboutissait a l'ennui comme toi....alors je devrais essayer ces deux nouvelles alors...

Écrit par : rachel | 09/10/2017

Je crois que je n'ai jamais essayé Lovecraft, mais j'avoue ne pas être tellement tentée... Alors que mon Lui adore ^^ (c'est peut-être ce qui me fait "fuir"... nos goûts opposés ^^)

Écrit par : Chicky Poo | 09/10/2017

Je n'ai jamais lu cet auteur pourtant ultra-connu !! oups :-(

Écrit par : FondantGrignote | 09/10/2017

@ Rachel : j'ai l'impression qu'en le relisant, petit à petit je saisis mieux son univers et son originalité, mais je le connais encore bien mal. Cette lecture m'a donné envie de poursuivre ma découverte !

@ Chicky Poo : ah, mais il a peut-être raison sur ce coup-là ;o)

@ FondantGrignote : On ne peut pas avoir tout lu ! Je serais curieuse de savoir que tu en penses...

Écrit par : Lou | 09/10/2017

oui il va falloir que je trouve la lecture pour cet auteur...;)

Écrit par : rachel | 10/10/2017

Je ne l'ai jamais lu. Dans ma tête, je l'associe à Philip K. Dick (ne me demande pas pourquoi), et ce sont deux auteurs dont je repousse sans cesse la découverte parce que leur œuvre me semble hermétique.

Écrit par : Lilly | 11/10/2017

@ Rachel : ce livre-ci me semble pas mal pour commencer en tout cas.

@ Lilly : c'est marrant j'associe Philip K. Dick à certains genres mais je n'avais pas fait de rapprochement entre eux deux. Il faut dire que je ne connais vaguement qu'un titre du premier mais j'aimerais bien aussi le découvrir un jour. Je suis sûre que tu ne trouverais pas Lovecraft hermétique, en tout cas ce livre-ci est très abordable (plus je pense qu'une autre de mes lectures plus anciennes).

Écrit par : Lou | 13/10/2017

alors je note....okidou....;)

Écrit par : rachel | 13/10/2017

Écrire un commentaire