Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2017

Angela Huth, La Vie rêvée de Virginia Fly

51ZiCHR17PL._SX195_.jpgC'est avec ce roman que je découvre enfin Angela Huth. Ecrit en 1972, La Vie Rêvée de Virginia Fly vient d'être publié en France par les éditions Quai Voltaire / la Table Ronde - avec un choix de titre très différent de l'original, Virginia Fly is drowning.

Voici une petite pépite ! Fin, ironique, sans doute un peu triste, ce roman étonnant croque à merveille le portrait d'une jeune trentenaire encore vierge et de son entourage plutôt médiocre, issu d'une classe moyenne mal dégrossie. 

Virginia Fly a donc la petite trentaine. Enseignante, elle vit chez ses parents "à la campagne", dans une banlieue proche de Londres. Son père est un homme moyen, qui s'attache à mener une vie dans la moyenne, par exemple en calculant le temps moyen qu'il lui faut pour faire certains trajets, à une vitesse moyenne. Sa mère est sotte, pour ne pas dire assez insupportable (elle ne manquera pas d'évoquer Mrs Bennet aux amateurs de littérature anglaise).

A une époque où la révolution sexuelle suit son cours, Virginia semble vivre à une autre époque, voire dans un autre monde. Hormis une rencontre brutale lors de vacances il y a des années de cela, la jeune femme n'a jamais connu que deux hommes : d'une part à travers la relation surannée qu'elle entretient avec un professeur de musique autrichien qui l'invite à des concerts, d'autre part, via les lettres qu'elle échange avec un correspondant américain. Ses parents sont d'ailleurs très au fait de cet échange épistolaire; aussi, lorsque le correspondant décide de se rendre en Angleterre, sa venue est perçue comme un grand événement et suscite de grands espoirs chez Virginia, qui s'est auto-persuadée du fait qu'ils allaient se marier et repartir ensemble aux Etats-Unis. 

Je fais le choix de ne pas en révéler trop sur l'intrigue pour vous laisser tout le plaisir de suivre pas à pas les cheminements de notre héroïne, frémir devant son absence de logique et de sens de la survie et assister impuissants à la confrontation de ses rêves d'adolescente avec la réalité.

Je ne peux que recommander ce roman aux multiples facettes. On y trouve la description fascinante d'une époque et d'une société, notamment à travers la thématique des relations hommes femmes - Virginia s'en remet complètement aux hommes qu'elle rencontre, naïvement. Elle n'envisage pas un instant la possibilité de conserver son poste d'enseignante si elle en venait à se marier. La psychologie des personnages est indubitablement le point fort de ce texte, avec une Virginia complexe, touchante dans son innocence intellectuelle, et en même temps étrangement prompte à nourrir des fantasmes de viol, mélangeant parfois allègrement les notions de sexe, d'amour et de mariage sans distinction aucune. Le sexe mis à part, Virginia m'a parfois fait penser à Margaret, l'héroïne de Stella Gibbons dans Westwood.

Voilà une nouvelle plume féminine anglo-saxonne qui a su me séduire. J'ai hâte de poursuivre la découverte de l'oeuvre d'Angela Huth - ça tombe bien, j'ai deux de ses livres qui m'attendent sagement dans une de mes bibliothèques !

Merci aux Editions Quai Voltaire / la Table Ronde pour ce partenariat !

img_editeur_209.jpg

Les avis de : Anne, Antigone, Fanny du Manoir aux LivresLa Pause Libraire, Le Club des Incorrigibles lecteurs, Les Deux BouquineusesLes Lectures de Nefertiti, Lilas, Mrs Figg, Tant qu'il y aura des livres, Wonderbook, Virginie Neufville

218 p

1840841732.13.jpg

 

 

Angela Huth, La Vie rêvée de Virginia Fly, 1972

fichier-02-07-2016-20-14-56.png 

Commentaires

Comme tu le sais, je n'ai pas aimé ! C'est vraiment rare que nous ne soyons pas sur la même longueur d'onde :-) ... Mais je suis en train de relire "Les filles de Hallows Farm" qui est excellent. Lesquels t'attendent ?

Écrit par : Mrs Figg | 17/03/2017

et bin euh dis moi par rapport a Bridge Jone cela vaut comment ?...car l'histoire euh cela ne semble pas etre de mon gout...;)

Écrit par : rachel | 18/03/2017

je note avidement ce titre car j'étais tombée sous le charme de "Quand rentrent les marins"... Bon week-end à tous les 4!

Écrit par : FondantGrignote | 18/03/2017

Comment, tu n'avais encore jamais lu Angela Huth !! Tu as de la chance alors, il t'en reste beaucoup à découvrir.

Écrit par : Anne | 18/03/2017

@ Mrs Figg : oui en général nous avons des goûts communs (et je me régale lorsque je découvre tes derniers posts :o)). Je crois justement que j'ai "Les filles de Hallows farm" (je m'en suis rendu compte par hasard récemment, j'avais oublié !) et " Quand rentrent les marins" que je voulais lire pour le mois kiltissime, mais ça m'a l'air compromis vu mon rythme de lecture en ce moment et le fait que je n'en suis pas à la moitié de ma première lecture !

@ Rachel : euh... ça n'a rien à voir en fait :o) On est vraiment sur deux dimensions parallèles, à part leur âge et leur célibat les héroïnes n'ont pas grand chose en commun.

@ FondantGrignote : encore un avis positif pour "Quand rentrent les marins" qui attend sagement dans ma PAL ! J'ai très envie de le découvrir enfin !

@ Anne : Mais oui, je ne sais pas comment j'en suis arrivée là ! Ça tient d'ailleurs du miracle pour mes étages déjà bondées :o)

Écrit par : Lou | 18/03/2017

ça me tente beaucoup ça, j'aime l'écriture d'angela huth

Écrit par : niki | 18/03/2017

okidou..cela me rassure alors...;)

Écrit par : rachel | 18/03/2017

Ah, j'adore Angela Huth. Mais je n'ai pas lu celui-ci.

Écrit par : sylire | 19/03/2017

@ Niki : fonce, il est excellent !

@ Rachel : ceci dit de Bridget je ne connais que les films, même si j'ai le premier roman en attente !

@ Sylire : je compte bien poursuivre ma découverte :o)

Écrit par : Lou | 19/03/2017

oooh j'ai juste vu le premier.....pour Darcy...lol

Écrit par : rachel | 23/03/2017

Ça me tente beaucoup ! Je crois que je vais le faire acheter pour la bibliothèque et mettre le nez dedans =)

Écrit par : Chicky Poo | 23/03/2017

Écrire un commentaire