Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2009

Four lumps of sugar and a slice of teacake

amour comme par hasard.gifThe Lost Art of Keeping Secrets d’Eva Rice est devenu en français L’amour comme par hasard ce qui, accompagné d’une couverture rose et or ou d’un immense soleil couchant pourrait faire fuir beaucoup de lecteurs encore soucieux de leur santé mentale. Mais non, il ne s’agit pas d’un livre à l’eau de rose épouvantable, l’amour est une chose un peu compliquée qui n’arrive pas tout à fait par hasard et, si tendances guimauvesques il y a, il s’agit de sucreries de qualité, rien de moins. Je crois avoir lu quelque part que ce livre était une sorte de chick lit version fifties. Là non plus je ne suis pas franchement d’accord, car si les préoccupations de l’héroïne tournent très souvent autour de ses robes, de garçons ou de bals, le style et le déroulement de l’histoire ont plus de charme et de consistence. Les personnages font aussi preuve d’un peu moins d’humour et de superficialité (je trouve que le terme « léger » caractérise mieux nombre de scènes de ce roman).

Dans les années cinquante, Penelope Wallace rencontre Charlotte à un arrêt de bus et, sans la connaître, accepte de l’accompagner chez sa tante Clare afin de prendre le thé. De cette aventure inattendue naît une amitié qui amène les deux jeunes femmes à passer les mois suivants ensemble. Leurs rencontres se font souvent chez l’irrésistible Tante Clare mais aussi lors de soirées mondaines au Ritz ou ailleurs et, surtout, au sein de Milton Magna Hall, la superbe demeure des Wallace. Bâtie au Moyen-Âge, agrandie par la suite, Magna recèle de nombreux trésors mais a beaucoup souffert de la guerre, agonisant lentement, couvrant ses habitants de dettes.

johnnie ray.pngAutour des jeunes femmes et de Clare gravitent d’autres personnages : Harry, cousin de Charlotte et magicien aux yeux bicolores ; Inigo, petit frère de Penelope et apprenti chanteur pop ; Talitah Wallace, leur mère si jeune et si malheureuse depuis le décès de son mari au front. Sans parler de Johnnie Ray, chanteur pop et tombeur de ces dames, des Teddy Boys et de quelques personnages renversants qui font leur apparition un peu plus tard.

Sans écrire un chef-d’œuvre, Eva Rice signe à mon avis ici un très bon livre qui s’inspire de beaucoup d’auteurs britanniques : on pense à Pym et ses conversations de salon, beaucoup plus à Nancy Mitford, à laquelle une scène fait allusion et dont l’impétueuse Linda a sans doute influencé les descriptions de Charlotte ; citons encore Lewis Caroll et son Alice, un brin de Setterfield pour l’univers de Magna et Wilde – avec une allusion claire à Gwendolen de The importance of being earnest, lorsqu’elle déclare ne jamais voyager sans son journal pour avoir quelque chose d’intéressant à lire.

Malgré sa légereté, ce roman est aussi emprunt de tristesse et de nostalgie. Il finit cependant sur une note très optimiste et tourne toujours autour des notions d’amour et d’amitié, de la possibilité pour chacun de trouver sa moitié, la nécessité d’aller de l’avant et de croquer la vie à pleines dents. Il traite aussi du fossé qui sépare les adolescents de l'après-guerre et leurs parents, ce qui est notamment représenté par l'influence grandissante des Etats-Unis et l'apparition du rock qui vient progressivement remplacer le jazz.eva rice. amour par hasard.jpg

Outre ce mélange savamment dosé de folie douce amère, de joyeuse insouciance et de confrontations plus ou moins faciles avec la réalité, j’ai savouré le cadre cosy et très britannique, entre Londres et sa banlieue, les grands magasins, Fortnum, les salons, l’heure du thé, les vieilles demeures un peu hantées et un esprit enjoué qui m’a touchée. Attachée aux personnages, j’ai eu l’impression de vraiment les accompagner dans leurs aventures. Je regrette seulement les coquilles de l’édition d’origine (Flammarion) : une faute grave notamment et, plusieurs fois, une tante Clare devenue tante Clara ou tante Charlotte, ce que je trouve horripilant !

Dans l’ensemble un très joli roman, délicat, assez fin et, malgré des situations récurrentes, palpitant !

Et en prime, des Teddy Boys, un snapshot de la seule image où je trouve Johnnie beau garçon et une prouesse de ce chanteur que je trouve personnellemt ringard mais amusant et pas fatigant pour un sou !

Merci à Elise du Livre de Poche pour cette lecture très appréciée !

N.B : le titre vient de mon obsession grandissante pour Wilde, car vous n'avez pas fini d'en entendre parler si vous passez par ici !

379 p

Eva Rice, L’Amour comme par hasard, 2005

teds1962.jpg

Commentaires

Je ne connaissais absolument pas l'auteur, mais ton billet m'ouvre l'appétit! Si en plus ça se passe dans les 50s...

Écrit par : cocola | 02/03/2009

Je l'avais vu en édition Flammarion, mais je craignais que ce soit de la Chick lit. La couverture du Livre de Poche est hideuse, mais si Nancy Mitford est citée, je ne peux que noter...

Écrit par : Lilly | 02/03/2009

En cours de lecture...

Écrit par : praline | 03/03/2009

Ah, mais je n'aime pas du tout sa voix, à Johnnie Ray (dit-elle, déçue !) !
Ton billet (et son titre) donnent une bonne idée du contenu et de l'atmosphère de ce roman, qui ne me marquera guère mais que je reconnais avoir trouvé charmant.

Écrit par : Brize | 03/03/2009

Livre lu aussi :) Et pour ma part un plaisir au moment de la lecture, c'est déjà pas si mal, ce livre est tout de même light il reste pas grand chose au final ;-) Je suis d'accord avec toi pour le rapprochement avec Nancy Mitford. Mais elle avait le sens des dialogues et un style qui fait mouche que n'a pas le livre d'Eva Rice !

Écrit par : Alice | 03/03/2009

@ Cocola : on passe vraiment un très bon moment !

@ Lilly : non pour moi ce n'est pas de la chick lit. Je n'aime pas la chick lit, j'ai aimé le film "the Devil wears Prada" mais je ne pense pas lire un jour le livre (who knows? mais ce n'est pas prévu pour l'instant), j'avais tenté il y a quelques années et j'ai craqué au bout de 50 p devant les énormes stéréotypes (une Anglaise en France doit évidemment rencontrer un type qui s'appelle Pierre, qui l'amènera boire du champagne dans une péniche et la conduira à travers Paris dans sa décapotable)... c'est très féminin mais on est loin de cet univers !

@ Praline : j'ai hâte d'avoir ton avis.

@ Brize : oui Johnnie a une drôle de voix, c'est drôlement kitsch en plus, ces parties sifflées ! Le pire c'est que j'ai dû faire un snapshot sur un défilé d'images car c'était la seule photo où il ne ressemblait pas à Brel, dont j'adore les chansons mais qui n'est pas exactement l'idée que je me fais d'un canon de beauté dans les années cinquante.
Pour le titre c'est une grosse allusion à une scène de Wilde, entre Cecily et Gwendolen, mais j'ai trouvé qu'elle se prêtait plutôt bien à ce livre aussi !

@ Malice : je viens de lire ton article... je ne suis pas sûre d'oublier ce livre si vite, on verra bien... j'ai vraiment eu un coup de coeur pour l'atmosphère, j'ai éprouvé beaucoup de sympathie pour les personnages très attachants... on dirait que je suis plutôt séduite :o)
Pour Nancy elle est directement évoquée dans une scène mais effectivement on retrouve des similitudes entre les héroines... bon je dois avouer que si j'ai adoré mes deux lectures de Mitford, je trouve qu'elle reste elle aussi un auteur léger et divertissant, et je dois avouer que j'ai beaucoup de mal à me souvenir des deux livres et à ne pas mélanger les histoires. Cela dit le père de Linda est un de mes personnages préférés, il est tout bonnement incroyable !

Écrit par : Lou | 03/03/2009

J'ai lu un petit article sur ce livre ce matin!!! Ton article me donne vraiment envie, je vais l'ajouter dans ma LAL qui n'en finit pas de s'allonger....la couverture en revanche ne me donnait pas très envie, je pensais effectivement trouver derrière un roman très très light et gnangnan. Un roman léger, délicat et féminin ça ne fait pas de mal!!

Écrit par : Titine | 03/03/2009

Je préfère nettement la couverture de chez Flammarion et ce livre devrait me faire passer un bon moment durant mes prochaines vacances ! ;-)

Écrit par : Florinette | 03/03/2009

@ Titine : il faut dire que j'adore les atmosphères britanniques alors il avait déjà plus de chances de me plaire... ;o)

@ Florinette : moi aussi j'aime bien la couverture de Flammarion (finalement mon édition) malgré la robe la plus à droite qui (de près) fait un peu "oh j'ai coupé le rideau de grand-mère pour me déguiser" ^^

Écrit par : Lou | 03/03/2009

Rien à voir avec ta note, mais je t'avais taguée là: http://ofeliainwonderland.hautetfort.com/archive/2009/02/06/la-b-o-de-ma-vie.html
et là: http://ofeliainwonderland.hautetfort.com/archive/2009/02/10/manies-habitudes-tics.html
Je me demandais si tu les avais vus et ne voulais pas les faire ou étais juste passé à côté. :)

Écrit par : Ofelia | 03/03/2009

@ Ofelia : oops ! J'avais vu un des deux billets mais je n'avais pas vu que j'étais taguée :) Je vais y répondre, je suis en retard avec les tags !!^^

Écrit par : Lou | 03/03/2009

Je n'ai pas fini de lire ton billet car je suis en ce moment même en train de le lire. Mais je suis tout à fait d'accord avec toi, c'est fin, léger et ça se lit avec un grand plaisir :)

Écrit par : Emjy | 03/03/2009

Julie part, Pia reste.. et Booktravellers continue.
Merci pour ton soutien ! Je t'ai ajoutée à ma blogroll, continue de "blogger" (ça se dit ça ?)

Écrit par : Pia | 04/03/2009

@ Emjy : ah, je suis ravie de voir que toi aussi tu as succombé au charme de ce bonbon littéraire !

@ Pia : j'ai découvert votre blog (ou le tien maintenant) grâce à In Cold Blog (euh j'ai dû le dire hier d'ailleurs)... j'adore le concept et le ton ! Hier j'ai lu quelques billets avec plaisir et je compte bien te suivre dans tes lectures accompagnées de coffee mugs et de pensées londoniennes !

Écrit par : Lou | 04/03/2009

Il me faisait déjà de l'oeil depuis un moment. Et là, après ton billet, il est noté, définitivement !

Écrit par : Manu | 04/03/2009

Ce livre avait déjà attiré mon attention et je crois d'ailleurs qu'à l'époque il était en rupture... Je le renote!

Écrit par : Isabelle | 05/03/2009

@ Manu et Isabelle : J'en suis ravie ! :o)

Écrit par : Lou | 05/03/2009

J'avais déjà noté... et je souligne! Avec toutes les références que tu cites, comment faire autrement!!

Écrit par : Karine :) | 05/03/2009

@ Karine :) : je sais bien, moi aussi devant les références j'aurais complètement fondu !

Écrit par : Lou | 05/03/2009

Chouette tu me donnes encore plus envie de le lire!!!

Écrit par : Lael | 05/03/2009

@ Lael : il est vraiment très sympa !!

Écrit par : Lou | 05/03/2009

miam miam miam!!!! ;))

Écrit par : choupynette | 06/03/2009

@ Choupynette : mmh à l'heure actuelle (7.23 PM) je n'ai toujours pas déjeuné, et je commence à avoir faim ! ^^

Écrit par : Lou | 08/03/2009

Une lecture qui m'a enchantée ! Je crois, malheureusement, que c'est le seul roman d'Eva Rice...

Écrit par : Schlabaya | 08/12/2010

@ Schlabaya : il me semble aussi... j'ai presque failli l'évoquer dans mon dernier billet sur les 15 auteurs me venant à l'esprit, je me suis tellement régalée avec ce roman !!

Écrit par : Lou | 09/12/2010

Les commentaires sont fermés.