Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2007

Une fin sanglante

medium_patterson_noires_violettes.JPGCher James,

Dans la vie, certaines rencontres sont à éviter. C’était peut-être le cas cette fois-ci et, dans la liste des ruptures cinglantes et tonitruantes, je crois, mon cher James, que tu devras toi aussi rejoindre les auteurs éconduits.

Remarque, je dois être honnête envers toi : je n’attendais pas grand-chose de ton style, et sur ce point au moins tu n’as pas déçu mes attentes. Quoi que. Bien sûr, tes violettes noires promettaient de m’assurer une lecture facile et je ne t’avais pas choisi en espérant découvrir le nouveau Faulkner. Mais si au royaume du thriller il existe des plutôt bons, des moyens et des médiocres, je suis navrée de te dire que tu oscilles dangereusement entre les deux dernières catégories.

Pourquoi ces débordements excessifs, me dis-tu ? Les raisons ne manquent pas. Je n’en listerai que quelques-unes :

Premiers signes annonciateurs de la crise : Un personnage principal sympathique. Une histoire de pseudo vampires. Un paysage de rêve. Notre histoire avait plutôt bien commencé et, sans aller jusqu’aux débordements enthousiastes, j’ai lu avec curiosité les 100 premières pages de Noires sont les Violettes en un temps record. Oui mais voilà. L’orage n’était pas bien loin et notre relation s’est vite gâtée : une fois l’histoire lancée, quelle lenteur ! Péniblement, j’ai parcouru les chapitres suivants en étouffant un bâillement, l’enquête piétinant et le manque de profondeur des personnages ne rattrapant en rien la vacuité de l’ensemble.

Récrimination numéro 2 : Je suis plus habituée à lire des polars écrits par des femmes et j’ai l’impression qu’en bonne lectrICE que je suis, j’apprécie plus les personnages de Mary Higgins Clarke ou de Patricia MacDonald. Malgré toute ma bonne volonté, j’ai trouvé tes personnages féminins d’une masculinité désarmante. Les commentaires faits sur chaque protagoniste étaient quant à eux d’une banalité affligeante.

Faille numéro 3 : J’ai remarqué que tu avais une liste de phrases fétiche ridicules figurant probablement parmi les 10 règles d’or trônant au-dessus de ton bureau. Comme : « j’avais vraiment très envie de lui mettre mon poing dans la figure ».

Lectrice au bord de la crise de nerfs : pas trop de surprise lors de la découverte des principaux instigateurs des crimes commis. Pas de réponse ni de théorie expliquant leurs actes. En somme, tu sais semer les pièces d’un puzzle mais de là à apporter quelques réponses au lecteur… la dispute orageuse qui s’est ensuivie m’a confortée dans mon opinion : Mary, Patricia, Agatha ou même Anne comprennent mieux mon petit esprit curieux de lectrice et n’osent pas m’abandonner en cours de route. Avec toi, je me suis dit que lire 400 p ou 200 p… quelle différence ?

La rupture : comment oses-tu massacrer avec autant d’aplomb le mystère qui planait autour du Cerveau, ce vilain psychopathe qui persécute notre enquêteur préféré ? Là, je me dois de m’insurger au nom de tous les lecteurs pleins de bonne volonté qui viennent de faire la connaissance d’Alex Cross : comment oser faire de X l’ennemi public numéro 1 ? Je n’ai jamais vu un dernier pseudo rebondissement aussi pathétique : en temps normal, je ne devine jamais (ou presque) l’identité du grand méchant, quels que soient mes efforts pour ce faire. Et là, un seul personnage me semblait fait pour être le Cerveau : suffisamment antipathique, avec un rôle assez central pour donner un petit air mélodramatique à l’ensemble… mais bien sûr, je me disais que ce serait quelqu’un envers qui j’avais une confiance aveugle, car il en a toujours été ainsi. Eh bien, non ! Une plaisanterie ?

Bref, tu étais bien parti, l’histoire était prometteuse, le personnage principal plutôt sympathique. Tu restes une (toute) petite lecture de détente, mais rassure-toi, la prochaine fois que je chercherai à me changer les idées, je ne penserai certainement pas à toi. Et si j’ai le choix entre Patterson et une série télé à suspense, je crois que je pencherai pour la série, aussi suspecte soit-elle.

Ta lectrice offusquée

1coeur.jpg

 

 

400 p

James Patterson, Noires sont les violettes, 2004

Commentaires

Merci pour cette critique détaillée: au moins, on sait pour quelles raisons tu n'as pas aimé! Quant à moi, je ne conaissais pas cet auteur, et je crois qu'il va encore en être ainsi!

Écrit par : Lisa | 08/03/2007

Apparemment, ce livre n'est vraiment pas terrible. Par contre ta critique, trop drôle ! J'en redemande !

Écrit par : musky | 08/03/2007

J'adore ta critique ! :o)

Écrit par : Caro[line] | 08/03/2007

J'avais bien aimé qqs uns de ses précédents polars -bien qu'ils ne cassent pas la baraque- merci de m'épargner ce navet aux violettes !

Écrit par : Tamara | 08/03/2007

Waouh!!! Original le commentaire qui en dit long dans le non dit! Chapeau pour le style et j'espère qu'un jour l'auteur du roman lira ces lignes ;-)

Écrit par : katell bouali | 08/03/2007

@ Lisa : je crois très honnêtement que ce n'est pas une grande perte, mais il faut dire que je suis aussi sacrément remontée contre lui !

@ Musky : j'essaierai de faire de mon mieux !! :o) (mais je crois que je m'en sors mieux avec ceux que je n'aime pas : devrais-je abandonner les bonnes lectures ?!!! Dilemme !)

@ Caroline : merci ;o)

@ Tamara : je crois que ce n'est pas sa plus grande réussite...

@ Katell : zut ! j'aurais dû écrire mon pladoyer en anglais... quoi que sait-on jamais ? Ce cher James a peut-être des talents cachés.......

Écrit par : Lou | 08/03/2007

Encore une fois, je suis sous le charme de tes crises de lectrice déçue ! ;) Je ne te souhaite pas des lectures ratées en série mais je dois reconnaître que j'ai un faible pour tes critiques qui descendent :p
Quand tu en auras un petit paquet, peut-être pourras-tu publier cette correspondance imaginaire avec ces écrivains ?! En tout cas, j'achèterais l'éventuel recueil :)

Écrit par : Flo | 09/03/2007

J'ai lu "Pour toi, Nicolas" de cet auteur il y a quelques temps, sans savoir qu'il était en fait un auteur de polars. Ton avis ne me donne pas envie de me plonger dans cet autre univers de James Patterson.

Écrit par : Lilly | 10/03/2007

@ Flo : ah, mais c'est une très bonne idée ! D'ailleurs, moi qui essaie désespérément d'écrire un truc publiable, je devrais peut-être m'orienter vers la satire, où je me trouve apparemment dans mon élément ;o)

@ Lilly : disons que ce n'est pas le polar/thriller le plus passionant que j'aie lu...

Écrit par : Lou | 10/03/2007

Ravie que mon idée te plaise ! Je ne connais rien au monde de l'édition mais j'étais sérieuse :) En plus si tu aspires à la publication, je te confirme que le côté "faussement méchant" te va bien ;)
Je ne connais pas bien tes goûts mais si je tombe sur un livre vraiment mauvais, je me permettrai de te le recommander, d'accord ? ;D

Écrit par : Flo | 10/03/2007

Mince alors, moi qui l'ai glissé dans mes futurs achats ! J'avais bien aimé le résumé pourtant. Bon il n'est pas non plus prioritaire. Je verrais bien mais je prends en compte ton avis très bien argumenté.

Écrit par : Beloved | 11/03/2007

Bravo pour cette jolie déception, que j'ai pris plaisir à lire, comme quoi ton article est plus intéressant que le livre ! ;-o)

Écrit par : Florinette | 11/03/2007

J'adore, j'adore, très belle mise en page d'une déception. Je te rassures, j'avais lu Le jeu du furet du même et j'avais trouvé ça moyen très moyen et j'ai allègrement zappé tous les autres titres de l'auteur qui me tentaient et je ne m'en porte pas plus mal...

Écrit par : Chimère | 11/03/2007

@ Flo : promis, si je publie je t'enverrai une version dédicacée avant que ma signature ne vale des millions ;o) Mais plus sérieusement, tu m'as donné quelques idées de satire... je m'y mets dès que j'aurai un peu plus de temps (bientôt !) !
Pour les notes de ce blog, je pense que je pourrais être un peu / moyennement / très vicieuse dans le cas de : Christine Angot, Amélie Nothomb (non pas que je n'aime pas le personnage), Dan Brown (déjà massacré par mon webmaster sur Parisarte.org), Serge Brussolo avec un livre innommable lu il y a quelques années, l'auteur d'un livre atroce intitulé "week-end in Paris"... tu vois, j'ai des idées pour verser ma bile infâme !! (mais je me demande si je dois vraiment faire ces lectures........)

@ Beloved : disons que le livre m'a paru très décevant par rapport à son résumé alléchant !

@ Florinette : ouf ! Sauvée... avec ce genre de notes, je prends toujours le risque de faire une critique aussi mal perçue que le livre décrié, auquel cas je m'expose aux foudres (bien méritées) de mes amis lecteurs !

@ Chimère : tu me rassures, car je me demandais si je ne m'étais pas levée du pied gauche avant d'écrire ma critique peu conciliante... :o)

Écrit par : Lou | 12/03/2007

C'est vraiment trop sympa à toi ! ;)
Par contre, il me semble que s'attaquer à C. Angot et D. Brown c'est trop facile :p Tu mérites des plus coriaces ! :D Et puis ne va pas faire un bain de monstruosités littéraires non plus, je ne voudrais pas que tu t'aigrisses ;)

Écrit par : Flo | 14/03/2007

@ Flo : c'est vrai que je n'avais pas envisagé ça sous cet angle-là... mais si je prends plus de risques et ne choisis pas délibérément d'immenses monstruosités, je risque d'attirer sur moi les foudres des lecteurs qui auront aimé tel ou tel auteur (admirons le côté remarquablement prudent de notre plumitive acerbe) ;o)

Écrit par : Lou | 14/03/2007

Les commentaires sont fermés.