Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2013

Nathalie Peyrebonne, Rêve Général

peyrebonne_reve general.jpgJ'ai eu la surprise de trouver ce roman dans ma boîte à lettres il y a quelque temps et c'est avec curiosité que je l'ai ouvert, n'en sachant rien ou presque à ce moment.

Lorsque débute ce court roman, un footballeur est sur le point de réaliser un tir décisif, celui qu'il a attendu toute sa vie, qui va changer le cours de son destin. Et puis, finalement, il décide de s'en aller et plante là ballon et coéquipiers.

Suite à cette introduction, nous suivons le parcours de plusieurs personnages, dont les voix se répondent au fil des différents chapitres : Céleste, conductrice de métro ; Louis, premier ministre ; Edmond, agent de sécurité dans un bar et cuisinier amateur ; Lucien, prof au collège.

Pour tous, la même journée commence et sans explication, un grain de sable vient se glisser dans la mécanique bien huilée du quotidien, les poussant à agir de façon irrationnelle, à se rebeller doucement contre la tyrannie des obligations, à commencer par leur travail.

Edmond aimerait savoir pourquoi aujourd'hui tout marche à l'envers. Après tout, les mécanismes infaillibles n'existent pas, ça tourne, ça tourne, et puis un beau jour, paf, la panne, un grain de sable quelque part, et tout file de travers, ou tout s'arrête. (p 88)

Ainsi Louis demande à sa femme de ménage de lui préparer des petits gâteaux à la cannelle et repense à cette femme qu'il a aimée ; Lucien abandonne sa classe, Céleste, son métro, et ainsi de suite. Curieusement il semble qu'une sorte de torpeur s'est emparée du pays et qu'une révolution pacifique, tranquille se met en marche.

Un idée assez originale, portée par des chapitres courts et incisifs. Malgré tout je ne ressens pas l'enthousiasme d'autres avis lus, en raison d'une difficulté à éprouver un réel intérêt pour les protagonistes et d'une certaine frustration au final. On se laisse facilement porter par les différentes histoires entremêlées, la lecture est plaisante... mais je n'ai pas bien saisi où tout cela nous menait finalement. Je crains d'oublier bien vite ma lecture. Une rencontre manquée en somme, mais je ne voudrais pas vous empêcher de donner sa chance à un livre qui a plu à tant de lecteurs. N'hésitez pas à faire un petit tour sur Babelio pour vous donner une meilleure idée de ses qualités !

Merci beaucoup aux éditions Phébus pour cette découverte, malgré ces quelques bémols !

nathalie peyrebonne,rêve général,littérature française,éditions phébus



153 p

Nathalie Peyrebonne, Rêve général, 2013

Commentaires

bin quand meme, il a l'air sympa ce livre....vraiment de bien bonnes idees....cela semble....mais peut-etre que les personnages ne sont pas approfondis?

Écrit par : rachel | 23/09/2013

@ Rachel : les personnages ne sont pas du tout approfondis, mais c'est intimement lié à l'exercice de style... c'est juste que ça n'a pas complètement accroché avec moi, j'ai besoin de personnages complexes, d'un roman romanesque à l'anglo-saxonne et je suis beaucoup moins réceptive lorsqu'il s'agit de littérature française contemporaine, où la narration n'est pas toujours une fin en soi.

Écrit par : Lou | 23/09/2013

Je ne pense pas que le sujet soit susceptible de m'intéresser donc je ne le lirai pas...Mais je retiens le titre pour certaines personnes de mon entourage !

Écrit par : sybille | 23/09/2013

@ Sybille : je pense que je n'étais pas non plus faite pour l'apprécier mais il a en effet donné lieu à beaucoup de critiques positives.

Écrit par : Lou | 23/09/2013

bin j'avoue que j'accroche pas avec la litterature francaise...c fou aussi.....mais bon on peut avoir des surprises....;)

Écrit par : rachel | 23/09/2013

@ Rachel : je ne suis pas très convaincue par les contemporains mais depuis que j'ai ouvert mon blog, par le biais des SP, des partenariats, lors de salons du livre, de rencontres avec des écrivains ou blogueurs j'ai fait de belles découvertes comme Cécile Ladjali, Sylvie Germain, Sylvie Doizelet, Valentine Goby, Jean-Pierre Ohl... mais pour trouver des livres qui me plaisent énormément il faut passer par beaucoup de semi-déceptions ou de petits plaisirs en demi-teinte. A une certaine période je me suis mise à faire beaucoup de tentatives, maintenant je reviens plus souvent à mes valeurs sûres car je ne trouvais plus le temps de lire mes classiques, mes Anglais etc mais du coup je passe j'en suis sûre à côté de belles découvertes. C'est pour ça que j'étais contente de lire ce roman, pour changer un peu et connaître un nouvel auteur.

Écrit par : Lou | 23/09/2013

je trouve qu'en general les auteurs francais sont trop "psychologiques"....leurs themes ne me plaisent pas en general....je m'en suis rendue compte lors du concours du premier roman.....j'ai pas eu de coup de coeur vraiment...mais bon je suis comme toi...j'essaye encore....;)
oui on a plus tellement le temps de lire...alors restons ou il y a du plaisir...;)

Écrit par : rachel | 24/09/2013

@ Rachel : alors moi c'est le Goncourt dont je me méfie après deux ou trois grosses déceptions... je trouve que les Anglo-Saxons par exemple arrivent à faire de la psychologie tout en l'intégrant à une vraie trame narrative. Les livres français me semblent souvent plus artificiels, du pur exercice de style avec quelques personnages nombrilistes qui s'interrogent sur leur petite existence... parfois inintéressante ! Je me dis que le Nouveau Roman n'a pas forcément servi la littérature française dans le sens où depuis la plupart des auteurs se croient obligés de nous ressortir du nouveau roman version plat réchauffé, ou de consacrer tous leurs écrits à décortiquer leur vie personnelle en la livrant à plat, de façon brute au lieu d'essayer de s'en inspirer pour créer de vrais personnages.

Écrit par : Lou | 27/09/2013

bin exactement....et c'est meme pas drole...que cela m'ennuie vraiment...y'a pas de trame...cela ressemble a ce fameux cine francais que tout le monde deteste car trop psycho!....bref....j'ai un peu pres le meme avis...;)

Écrit par : rachel | 28/09/2013

@ Rachel : je suis moins cinéphile alors j'ai un peu de mal à comparer, mais c'est sûr qu'en littérature on se distingue d'autres pays avec une incapacité hallucinante à produire de vrais romans bien romanesques... sauf quelques pépites !

Écrit par : Lou | 28/09/2013

Les commentaires sont fermés.