Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2008

Plouf !

gavalda_je_voudrais_que_qqn_m'attende.jpgAmis lecteurs,

Aujourd’hui je suis de fort mauvaise humeur… bien sûr, vous n’y êtes pour rien mais je ne me suis pas encore remise de mes émotions. Croyez-le ou non, mon blog fait des siennes et, animé d’une volonté propre, il a catégoriquement refusé de publier la note présente… qui voit le jour uniquement parce que j’ai solidement ligoté mon blog qui, désormais impuissant, assiste en ce  moment même à la rédaction du billet le plus douloureux qu’il ait jamais publié.

Pourquoi autant de rébellion, me direz-vous ? Quel livre insipide a bien pu susciter pareil outrage chez un blog habituellement si obéissant ? Ne laissons plus le suspense planer, amis lecteurs, et révélons maintenant le titre qui fait l’objet d’un tel courroux : Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, d’Anna Gavalda.

A vrai dire, je suis d’accord avec mon blog sur un point : il n’y a pas grand-chose à dire ou du moins, lui et moi n’avons pas été particulièrement inspirés par l’ouvrage en question. Je ferai donc vite.

Je suis laborieusement parvenue à la page 58 avant de décider d’abandonner ce livre absolument assommant. J’ai bien tenté de feuilleter la suite… sans succès. Au passage, c’est bien la première fois que j’abandonne un livre définitivement depuis que j’ai ce blog. Les histoires sont d’une banalité affligeante, les personnages pour l’essentiel inintéressants, le tout arrosé par un style inexistant et un langage familier exaspérant. Ennui mortel, niveau roman de gare dans ses mauvais jours… assurément une perte de temps !

Bon. Vous l’aurez remarqué, la sorcière Lou a sorti ses griffes et crache sa bile rancunière sur ce pauvre blog qui, comme vous, n’avait rien demandé ! Alors, parce qu’Anna Gavalda semble être quelqu’un de sympathique et qu’elle compte beaucoup de lecteurs admiratifs, je me sens obligée de tempérer cet avis explosif.

Si je ne pense plus jamais ouvrir un livre de Gavalda, cet auteur a incontestablement le mérite d’écrire des scènes et de camper des personnages parfaitement appropriés à un court-métrage. Je ne suis pas étonnée de savoir qu’Ensemble c’est tout a été adapté au cinéma (film gentillet et sympathique à mon avis) : les textes courts et les dialogues s’approchant plus du script que de la littérature s’y prêtent parfaitement et, pour le coup, pourrait faire de bons films ! Car au fond, Anna Gavalda est capable de raconter simplement l’histoire banale de personnages foncièrement crédibles. Attention aux livres donc, mais à quand un passage derrière la caméra ?

157 p

Anna Gavalda, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, 2001

Commentaires

Tu n'as pas à te sentir obligée de compenser ton avis, si négatif soit-il ! Moi j'aime bien quand on dit sincèrement qu'on n'a pas aimé, et pourquoi. Les billets trop complaisants sont parfois lassants.
En même temps, 58 pages, c'est peu ! Mais bon, j'ai arrêté le dernier aussi (qui sera adapté, je n'en doute pas !), je ne suis pas pas la mieux placée pour te juger !

Écrit par : amanda | 09/06/2008

@ Amanda : j'ai lu quelques passages ensuite, j'ai à peu près tout passé à toute allure... donc on peut dire que j'ai un aperçu global de la chose... Et puis 58 p ça fait déjà un tiers lu à fond ;o)
Quant à mon avis, pour être honnête j'ai failli être plus radicale tant ce texte m'avait exaspérée, mais je dois reconnaître à Gavalda une certaine justesse dans les scènes décrites... même si je ne suis pas prête de la relire !

Écrit par : Lou | 09/06/2008

J'ai bien aimé ce recueil (peut-être justement parce les histoires étant courtes, je n'ai pas eu le temps de me lasser ! mdr !) même si je suis loin d'être une inconditionnelle de cette auteure ! Mais cela fait du bien de voir des billets coup de gueule ;) Cela prouve qu'on a tous des goûts différents et qu'on aime des choses différentes ... ce qui donne la richesse des blogs :)

Écrit par : Joelle | 09/06/2008

Moi aussi je préfère quand les bloggueuses disent franchement ce qu'elles pensent d'une lecture. Les goûts différents et la façon de les exprimer font la richesse des blogs littéraires. J'aime bien lire un bon coup de gueule de temps en temps! ;)

Écrit par : Karine | 09/06/2008

Je l'avais lu à sa sortie, et je ne crois pas m'être autant ennuyée que toi... Cela dit, je n'en garde aucun souvenir !

Écrit par : Tamaran | 09/06/2008

bienvenue au club, moi aussi , je me suis vraiment ennuyé avec ce livre....du coup, j'ai pas trop envie de découvrir un autre livre d'anna gavalda...

Écrit par : jumy | 09/06/2008

Il ne me viendrait jamais à l'idée de dire des choses élogieuses sur un article déjà élogieux envers Gavalda, mais là, du coup, j'en ai envie :)
Je l'avais bien aimé, ce recueil, à part une nouvelle (une femme vétérinaire, il me semble... l'histoire n'était pas crédible, et c'était si bête !). J'avais trouvé le livre assez touchant, tendre. Mais je comprends aussi qu'on puisse trouver ça "léger" (pour rester polie ;-) ). J'ai lu le reste (sauf son p'tit dernier), rien ne m'avait déplu.
Mais comme tu as raison de ne pas persévérer ! Le bonheur t'attend dans d'autres livres :-)

Écrit par : erzébeth | 09/06/2008

Alors autant je n'ai pas du tout aimé "ensemble c'est tout", autant j'avais aimé celui-ci ! Comme quoi... ;-)

Écrit par : Caro[line] | 09/06/2008

C'est le seul livre que j'ai lu de Gavalda, et il m'avait bien. Notamment une nouvelle sur un jeune militaire qui revient de permission. J'ai Ensemble c'est tout pas loin, et je pense bien l'ouvrir bientot.
Maintenant, si cela ne te convient pas, autant passer à des ouvrages desquels tu tireras plus de plaisir !

Écrit par : Yohan | 10/06/2008

Tu prouves là ta sincérité et je ne pense pas maintenant que quiconque pourra soupçonner, si tu aimes tous les livres de ton "cadeau de Noël", que tu es rachetée ;-)

Écrit par : Anne | 10/06/2008

j'ai eu du mal à aimer Gavalda, ma première tentative avec "ensemble, c'est tout " fut un abandon, puis face à l'insistance de mon entourage , j'ai reessayé, je l'ai fini, j'ai trouvé une histoire sympa sans plus , par contre j'ai bien aimé ce recueil qui a l'avantage d'etre court et vite lu.

Écrit par : pom' | 10/06/2008

Les quatrièmes de couverture et les extraits lus ça et là des livres de Gavalda ne me tentent pas vraiment... Ton billet me conforte dans cette idée...

Écrit par : Aelys | 10/06/2008

rhoooooooooo la mechanteeeeeeeeeee!!!! on croirait une libraire que je connais!!! ;o)

Écrit par : lamousme | 10/06/2008

@ Joëlle, Karine, Anne et Lamousmé : j'ai déjà été plus méchante dans mes coups de gueule (avec Patterson par exemple)... là j'ai failli dire qu'à côté, Anne Perry s'apparente facilement à un Baudelaire ou un Yeats, mais je me suis (difficilement) retenue :o)

@ Tamara : à vrai dire je l'ai lu il y a des mois et j'ai juste essayé de le reprendre cette semaine... je me souvenais de très peu de nouvelles avant de les parcourir de nouveau.

@ Jumy : moi je crois que ça ne risque pas de m'arriver :p

@ Erzébeth : je me dis effectivement que la lecture est un plaisir et que je n'ai aucun intérêt à me faire mal sous prétexte qu'un auteur est très populaire. Autant trouver chaussure à son pied ! Cela dit, si je trouve que le mot "léger" est effectivement un doux euphémisme, je suis d'accord pour la tendresse qui émane de certaines nouvelles. Le coup de la femme enceinte qui sait qu'elle porte un bébé mort est sans doute celui que j'ai trouvé le plus douloureux et le plus réussi (ou le moins raté:o)), mais je trouve que ça se prêterait plus à un court-métrage.

@ Caro[line] : ... les goûts et les couleurs...:o) c'est aussi ça qui fait le plaisir de l'échange et du parcours (du combattant) des blogs !

@ Yohan : je me suis arrêtée justement au début de l'histoire du militaire, et j'ai juste parcouru la suite. Mais effectivement l'essentiel est de trouver sa propre voie en matière de lecture... et de passer à d'autres auteurs lorsqu'un ne passe vraiment pas !

@ re- à Anne : moi ? m'acheter ? Peuh...!;o) Ne t'inquiète pas, Landerneau ou pas, tous ces livres seront logés à la même enseigne... c'est le but, non ? (gnark gnark gnark)

@ Pom' : tout le monde me dit effectivement que c'est le meilleur Gavalda. Mais si je n'aime vraiment pas je crois que ce n'est du coup pas la peine d'essayer autre chose.

@ Aelys : Je rajouterai peut-être quelques extraits histoire de montrer en particulier ce qui m'agace. J'avoue ne pas avoir eu le temps.

@ Lamousmé : une libraire ?... quelle libraire ? (scritch scritch scritch) :p

Écrit par : Lou | 11/06/2008

« Il faut s’entraider, c’est la loi de la Nature. » Jean de la Fontaine

« Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de « Bateau-livre »
n'ait dissipé. » Anonyme.


Reçu hier cette lettre de Frédéric Ferney animateur du « Bateau–Livre » Sur France 5.

Je vous laisse juge de réagir et surtout de soutenir cette belle cause....

N'hésitez pas à laisser vos commentaires et vos messages de soutien que nous ferons parvenir à Frédéric FERNEY.

Une émission littéraire qui disparaît, contrairement au train, n'en cache pas forcément une autre.

Alors restons vigilants et continuons de soutenir ceux qui donnent envie de lire ailleurs que sur les autoroutes culturelles...

MERCI DE RELAYER L’INFORMATION ET DE LAISSER UN MESSAGE SUR CE BLOG :

http://blog.france3.fr/cabinet-de-curiosites

Votre dévoué,

Eric Poindron

*
**


Paris, le 4 juin 2008

Monsieur le Président et cher Nicolas Sarkozy,

La direction de France-Télévisions vient de m’annoncer que « Le Bateau-Livre », l’émission littéraire que j’anime sur France 5 depuis février 1996, est supprimée de la grille de rentrée. Aucune explication ne m’a encore été donnée.

Si j’ose vous écrire, c’est que l’enjeu de cette décision dépasse mon cas personnel. C’est aussi par fidélité à la mémoire d’un ami commun : Jean-Michel Gaillard, qui a été pour moi jusqu’à sa mort un proche conseiller et qui a été aussi le vôtre.

Jean-Michel, qui a entre autres dirigé Antenne 2, était un homme courageux et lucide. Il pensait que le service public faisait fausse route en imitant les modèles de la télévision commerciale et en voulant rivaliser avec eux. Il aimait à citer cette prédiction : « Ils vendront jusqu’à la corde qui servira à les pendre » et s’amusait qu’elle soit si actuelle, étant de Karl Marx. Nous avions en tous cas la même conviction : si l’audience est un résultat, ce n’est pas un objectif. Pas le seul en tous cas, pas à n’importe quel prix. Pas plus que le succès d’un écrivain ne se limite au nombre de livres vendus, ni celui d’un chef d’état aux sondages qui lui sont favorables.

La culture qui, en France, forme un lien plus solide que la race ou la religion, est en crise. Le service public doit répondre à cette crise qui menace la démocratie. C’est pourquoi, moi qui n’ai pas voté pour vous, j’ai aimé votre discours radical sur la nécessaire redéfinition des missions du service public, lors de l’installation de la « Commission Copé ».
Avec Jean-Michel Gaillard, nous pensions qu’une émission littéraire ne doit pas être un numéro de cirque : il faut à la fois respecter les auteurs et plaire au public ; il faut informer et instruire, transmettre des plaisirs et des valeurs, sans exclure personne, notamment les plus jeunes. Je le pense toujours. Si la télévision s’adresse à tout le monde, pourquoi faudrait-il renoncer à cette exigence et abandonner les téléspectateurs les plus ardents parce qu’ils sont minoritaires? Mon ambition : faire découvrir de nouveaux auteurs en leur donnant la parole. Notre combat, car c’en est un : ne pas céder à la facilité du divertissement pur et du ''people''. (Un écrivain ne se réduit pas à son personnage). Eviter la parodie et le style guignol qui prolifèrent. Donner l’envie de lire, car rien n’est plus utile à l’accomplissement de l’individu et du citoyen.

Certains m’accusent d’être trop élitaire. J’assume : « Elitaire pour tous ». Une valeur, ce n’est pas ce qui est ; c’est ce qui doit être. Cela signifie qu’on est prêt à se battre pour la défendre sans être sûr de gagner : seul le combat existe. La télévision publique est-elle encore le lieu de ce combat ? Y a-t-il encore une place pour la littérature à l’antenne ? Ou bien sommes-nous condamnés à ces émissions dites « culturelles » où le livre n’est qu’un prétexte et un alibi ? C’est la question qui est posée aujourd’hui et que je vous pose, Monsieur le Président.

Beaucoup de gens pensent que ce combat est désespéré. Peut-être. Ce n’est pas une raison pour ne pas le mener avec courage jusqu’au bout, à rebours de la mode du temps et sans céder à la dictature de l’audimat. Est-ce encore possible sur France-Télévisions ?

En espérant que j’aurai réussi à vous alerter sur une question qui encore une fois excède largement celle de mon avenir personnel, et en sachant que nous sommes à la veille de grands bouleversements, je vous prie de recevoir, Monsieur le Président, l’assurance de mon profond respect.

Frédéric Ferney


P.S. « Le Bateau-Livre » réunit environ 180 000 fidèles qui sont devant leur poste le dimanche matin à 8h45 ( ! ) sur France 5, sans compter les audiences du câble, de l’ADSL et de la TNT ( le jeudi soir) ni celles des rediffusions sur TV5. C’est aussi l’une des émissions les moins chères du PAF.


*
**

POUR EN APPRENDRE D’AVANTAGE, MERCI DE LAISSER UN MESSAGE DE SOUTIEN SUR

LE BLOG DE ERIC POINDRON

http://blog.france3.fr/cabinet-de-curiosites

Écrit par : Éric Poindron | 11/06/2008

@ Eric Poindron : effectivement, vu le nombre (et parfois la qualité) des émissions littéraires qui nous restent, cette décision tombe comme un couperet pour les amoureux du livre... je ne sais pas si une émission de ce type a les moyens de conquérir un public plus large et de redonner goût à la lecture à ceux qui ne sont pas déjà de fervents lecteurs, mais il est sûr qu'il est dommage de faire de la télé un lieu d'inculture laissant aux autres média la lourde tâche de promouvoir la littérature.

Écrit par : Lou | 12/06/2008

Bien heureuse de lire ton billet sur ce livre de Anna Gavalda, et j'ai bien ri aussi ! Merci d'avoir le courage de dire ce que tu penses vraiment ! Je te rejoins parfaitement ! Je l'ai lu cet hiver, pour m'apercevoir au milieu du bouquin que je l'avais en fait déjà lu... (souvenir donc pas vraiment impérissable...). J'ai terminé le livre, mais je suis d'accord avec toi : léger, léger, léger... et vraiment creux ! Mais je pense que A. gavalda est le miroir d'une génération et que c'est pour ça qu'elle plait. J'avais par exemple bien aimé "Ensemble...", livre et film, tous deux gentillets certes, mais qui me rappelaient avec nostalgie mes jeunes années...
Par contre, je ne suis pas du tout sûre de lire son dernier pavé, d'autant plus que les critiques ne sont pas trop bonnes...

Écrit par : liliba | 12/06/2008

@ Liliba : ravie de t'avoir fait rire... c'était aussi le but, même si je pensais faire plus drôle et moins vilain à l'origine :p Je comprends qu'Anna Gavalda plaise beaucoup, notamment parce que ses textes sont faciles d'accès et ses personnages humains. Et j'ai effectivement vu de mauvaises critiques sur son dernier livre... quoi qu'il en soit, je ne m'aventurerai pas plus loin car son écriture me rebute totalement.

Écrit par : Lou | 12/06/2008

Jamais rien lu d'Anna Gavalda (enfin si, des extraits peu concluants mais amenant une conclusion rapide de ma lecture) et ce n'est pas un hasard. Ton billet résume parfaitement l'impression que j'en ai. Un truc me fait tout de meme sourire à son sujet ainsi qu'à celui de Marc Levy, Guillaume Musso et consorts, ce sont les titres de leurs livres. Tous ces "Parce que je t'aime", "Seras-tu là?", "Tu n'y étais pas", "J'aimerais que quelqu'un m'attende quelque part", "Merde, on s'est loupés" (ce dernier étant ma réponse perso à toutes ces questions, attentes...) sont d'une telle banalité, interchangeabilité mais en meme temps un point de repère tellement efficace pour savoir qu'éviter de lire qu'on devrait leur rendre hommage en créant la case "attentes floues" (ou autre truc du genre "espoirs vains", "questions bidons"...) dans la grande classification littéraire.

Écrit par : Agnès | 12/06/2008

Moi aussi je suis allergique à ces titres épouvantables (et j'ai tendance à mettre Gavalda, Musso, Levy et autres dans le même paquet); d'ailleurs, un livre récemment publié me tente beaucoup : "et si c'était niais ?" :o)
J'en avais justement parlé une fois dans mon premier billet sur Anne Perry :

"Malgré vos envies effrénées de lire Dostoïevski, Proust, Dickens ou l’intégralité des Rougon-Macquart, vous savez bien qu’il faudra attendre un peu, à moins d’accepter d’abandonner David Copperfield à ses aventures sordides toutes les cinq pages. Même une nouvelle un tant soit peu sérieuse est à éviter, compte tenu de votre humeur sombre et distraite du moment. Consciente de l’ampleur du problème, votre chroniqueuse vous propose quelques solutions :

1°) La collection complète des Harlequin : lecture d’un volume en 20 minutes compte tenu des pages sautées ; chaque livre est une victime toute trouvée lorsque vous rentrez le soir après avoir appris le meurtre perpétré sur cinquante marshmallows par une bande de scouts au Trucmuchistan ; le papier des Harlequin est également un excellent combustible qui alimentera avec joie votre feu de cheminée à Noël.

2°) Les romans à suspense / « d’auteur » en vogue : Danny Brouane avec au choix son célèbre Minchi Mode ou La Forteresse animale ; Marcus Levinus et son dernier succès Pourquoi moi ? (on se le demande bien d’ailleurs) ; Cristina Tango et le best-seller incontesté Hier, je suis allée aux toilettes. Là encore, vous avez le choix entre d’excellents combustibles, à un prix cependant légèrement supérieur à la collection citée précédemment (publicité oblige)."

Écrit par : Lou | 12/06/2008

Ravie de voir que nous sommes d'accord sur ce point :). Je viens de traduire en allemand les titres de Levy et Musso à mon geek préféré et lui aussi hésite entre effarement et fou rire. Et pourtant nous sommes habitués à des trucs parfois assez hard dans le domaine manga/anime. Mais cette banalité pur jus au premier degré...
J'avais déjà repéré "Si c'était niais?", c'est probablement très drole à lire. Tout comme ta prose à ce sujet ;).

Écrit par : Agnès | 12/06/2008

Je trouve que c'est très bien d'écrire en toute sincérité ce que tu penses de ta lecture... pour ma part je n'ai pas lu ce livre et je m'abstiendrai... J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ta critique... bravo pour ta franchise !

Écrit par : Ingrid | 13/06/2008

Et bien je suis contente de voir que je ne suis pas la seule..j'avais commencé par le même livre que toi..pour moi c'est un livre que j'ai abandonné sur le quai de la gare à la 6e page et que j'ai bien vite oublié et trouvé inutile...Je me suis dis ensuite que si c'était çà d'être écrivain je pouvais en faire autant .. voire mieux et qu'est ce que j'attendais enfin!! j'ai ensuite décidé d'essayer de lire " Ensemble c'est tout" pour abandonner aussitôt, elle ne m'a rien appris ni convaincue sur la nature humaine.. Enfin une amie m'a trainée au cinéma pour voir le film..bon il y avait Audrey Tautou et finalement j'ai passé un bon moment sans trop réfléchir!! mais je me suis bien jurée de ne pas acheter ni commencer son troisième livre, mais j'ai peut-être tord..Anna Gavalda a bien réussi son parcours..moi je ne serais peut-être jamais publiée..c'est même pratiquement certain...!!

Écrit par : Béatrix | 14/06/2008

J'avais bien aimé ce livre (j'aime bien Anna Gavalda en général). Mais j'aime bien ta critique, tu n'as pas aimé, tu as bien raison de le dire et puis tu appuies ton avis sur des arguments alors que demander de plus ? ;-)
C'est fait pour ça aussi, les blogs !!! :-)

Écrit par : Cécile | 15/06/2008

@ Agnès : "Ensemble c'est nous" (2e alternative : "Ensemble ? C'est fou !'), "Je voudrais qu'on m'attende à la gare", "Inconsolable (sous-titre : "J'ai perdu le dernier roman de Guilhem Museau")"... autant de titres de rechange que je prêterais bien à Anna Gavalda ;o)

@ Ingrid : ravie de t'avoir amusée ;o)

@ Beatrix : pour moi, Anna Gavalda est une machine à best-sellers qui (peut-être innocemment) produit en masse des textes très accessibles (écriture simplissime, des situations de la vie courante et des textes ne sollicitant pas particulièrement le lecteur) ensuite extrêmement bien "marketés". Ouvrir un Gavalda, d'après mon ressenti bien sûr inévitablement subjectif, c'est un peu comme allumer la télé pour regarder une série qui détend mais reste peu stimulante. Autant ça ne me dérange pas particulièrement à la télé, autant j'ai l'impression de perdre mon temps lorsque je pourrais lire quelque chose qui m'apporte plus (par exemple, si je n'aime pas le sujet, l'écriture est agréable ; ou, inverse, si le style est moyen, l'histoire est passionnante). Je ne m'étonne pas du succès de Gavalda : beaucoup de gens ont besoin de s'évader de leur quotidien, notamment lors de leurs longues heures de transport. Et tous n'ont pas l'envie ou l'habitude de lire des textes plus difficiles. Pour quelqu'un qui lit essentiellement pour s'occuper sans être particulièrement intéressé par la lecture en soi, Anna Gavalda apparaît sans doute comme un bon choix et n'est pas difficile à découvrir: pas un trajet en métro sans trouver quelqu'un plongé dans un de ses livres, qui sont partout (y compris dans les kiosques à journaux où elle rivalise avec "Elle" et "Paris Match"). Barbara Cartland a eu un succès immense elle aussi, mais il n'y a pas vraiment de débat quant à la qualité de ses écrits :o)

@ Cécile : merci pour ton mot ! Et oui, les blogs sont aussi faits pour avoir des avis divergents... les avis partagés, enthousiastes ou satisfaits, déçus ou traumatisés au sujet de Gavalda sont après tout une bonne façon d'appréhender son travail.

Écrit par : Lou | 16/06/2008

J'ai bien aimé ces petites nouvelles personnellement. Je les ai lues dans une salle de classe en attendant un cours d'anglais, et ça m'avait bien divertie.
Je voulais aussi te dire que j'ai lu "Xingu", et que ça m'a même donné envie d'écrire un billet !

Écrit par : Lilly | 17/06/2008

je n'ai pas lu celui ci mais 'je l'aimais' et 'Ensemble c'est tout' et j'avais beaucoup aimé ces deux lectures.
Quand au film 'Ensemble c'est tout', je l'ai trouvé bien fade par rapport au livre !

Écrit par : anjelica | 17/06/2008

@ Lilly et Anjelica : merci pour vos avis positifs sur Gavalda, encore une fois les avis différents font toute la richesse des blogs :o)

@ Lilly : ravie d'apprendre ça, et d'autant plus heureuse de te lire à nouveau sur ton blog dont les notes me manquaient !

@ Anjelica : j'ai trouvé le film plaisant, même si j'y suis allée presque contrainte et forcée :o) A vrai dire je ne suis pas fan de la distribution mais je dois reconnaître que les acteurs étaient assez sincères.

Écrit par : Lou | 17/06/2008

J'ai réagi un peu comme toi à la lecture de ce recueil, à part que je suis allée jusqu'au bout de peur de rater quelque chose d'intéressant. Bien m'en a pris : la dernière nouvelle est un peu meilleure, je dirais même plutôt sympa. Mais dans l'ensemble, effectivement, il y a de quoi se poser des questions sur le triomphe commercial de ce livre !

Comme on m'avait offert le coffret avec les trois livres actuellement publiés en poche, j'ai persévéré et j'ai lu la moitié de "Ensemble c'est tout", avant de laisser tomber, dégoûtée par tant de fadeur mièvre. Et pourtant, héroïquement, j'ai attaqué "Je l'aimais", avec un léger a priori négatif... et là miracle : je l'ai lu d'une traite avec beaucoup de plaisir ! J'en ai fait une critique sur mon blog tout neuf (quatre billets seulement...), si ça peut te donner envie de lui donner une deuxième chance...

Écrit par : Laurence | 24/06/2008

@ Laurence : je lirai avec plaisir ta critique, et avec d'autant plus de curiosité que toi aussi tu as eu beaucoup de mal avec l'autre recueil... ce qui me fait penser que peut-être ma réaction sera la même que la tienne avec l'autre. Enfin, de là à l'acheter je ne sais pas :p Merci pour ton passage ici et bonne chance à ton blog (tout neuf) :o)

Écrit par : Lou | 25/06/2008

Les commentaires sont fermés.