Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2008

Un petit cocktail groupe O ?

ab152a8857fa2b17aa16da4950dc0068.jpgReçu dans le cadre du programme Masse Critique organisé par Babelio.com, le Moustiquaire de Berlin est donc la cible toute désignée de cette nouvelle critique !

Je n’avais pas lu de BD depuis un certain temps… c’est donc avec avidité que je me suis jetée sur ce livre pour le moins original. Habituellement j’adore les bandes dessinées aux histoires mystérieuses ou  caractérisées par un cadre historique hautement victorien. Le Moustiquaire de Berlin n’a donc pas grand-chose à voir avec mes lectures habituelles mais pourtant, impossible de ne pas le repérer parmi les livres proposés par Masse Critique !

D’abord, ce n’est pas tous les jours que nos valeureux héros sont une paire de moustiques espagnols venus rendre visite à leur cousin allemand Sigmund.

Ensuite, le sujet était absolument angoissant et je ne pouvais pas me résoudre à rester dans le doute : comment ? Les humains seraient tous malades et contamineraient les moustiques via leur sang empoisonné ? Shocking ! Comment cela se pourrait-il ? Mon petit côté WWF s’est rapidement insurgé contre une telle situation : il fallait que je prenne conscience de l’ampleur des dégâts ! Et voilà comment la protection des moustiques est devenue une cause de la plus haute importance par ici !

Verdict ?

Le Moustiquaire de Berlin est une BD agréable à lire, indéniablement originale mais qui me laisse tout de même un petit peu perplexe.

891af9c5d01f3da90dc9625783c97a0a.jpgLe sujet hautement improbable m’a vraiment séduite, même si le déroulement de l’histoire est peut-être marqué par quelques temps morts, notamment en raison de scènes un peu redondantes (comme la conversation au café ou l’entrevue à l’hôpital). L’intrigue bien partie finit de façon un peu décevante. Si vous attendiez des rebondissements exaltants, vous serez sans doute déçus. Pour ma part, je n’ai pas été convaincue par le face à face « capitalisme versus communisme » (encore que je ne suis pas sure qu’il s’agisse d’un duel ici) : les statues de Marx et de Lénine constituent peut-être la clef du mystère mais leurs brèves apparitions ne suffisent pas à leur donner plus de consistance. Quant à l’attitude des patrons illustrant les pires facettes du capitalisme, elle est par trop caricaturale pour me convaincre. Satire de deux modèles économiques ? Humour ou critique grinçante ? J’avoue que je ne me suis pas trop questionnée sur ces théories un peu fumeuses.

Malgré ces quelques regrets, l’ensemble forme un tout original, une BD un peu bizarre qui plaira à ceux qui aiment les histoires décalées. Quelques traits d’humour émaillent le récit, en particulier les allusions récurrentes de l’ami Pancho (en fait « Pantxo ») à ses origines basques (et certainement pas espagnoles !). Et beaucoup se reconnaîtront (étrangement !) dans ce moustique qui ne peut s’empêcher de lire,voyant toutes les occasions comme un fabuleux prétexte pour achever tel ou tel livre (de la psychanalyse à la médecine).

Les illustrations sont simples, allant à l’essentiel ; si ce n’est pas le type d’illustrations que je recherche le plus souvent dans une bande dessinée j’ai trouvé que cela se prêtait bien au sujet et à l’ambiance quelque peu SF.

En résumé, si je ne suis pas persuadée de l’intérêt des évocations du communisme et du capitalisme (ni sure de bien saisir leur rôle dans l’histoire), j’ai beaucoup apprécié le Moustiquaire de Berlin pour son humour et ses moustiques attachants. Une première (pour les auteurs) à recommander aux amateurs de nouveauté !

50 p

 Ils en parlent aussi : Yohan, Yokai et Le Génépi et l'Argousier.

e8f20a8ceb02faa0b298862beef608f9.jpg

11:55 Publié dans BD & Manga | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | |

Commentaires

Salut,
J'ai reçu, moi aussi, ce livre dans le cadre de l'opération Masse Critique et je partage complètement ton avis sur cette BD. D'abord emballé par l'idée de départ je suis un peu resté sur ma faim. Si ça t'intéresse, tu peux lire mon commentaire sur mon Blog.
A bientôt.

Écrit par : Yokai | 05/03/2008

Bon, je vois que nous sommes tous à peu près du même avis, puique j'ai moi aussi reçu cette BD dans le cadre de Masse Critique, et que mon sentiment est proche du tien et de celui de Yokaï.
Mion billet paraît demain ...

Écrit par : Yohan | 09/03/2008

@ Yokai : j'ai lu avec plaisir ton commentaire, découvert sur Babelio.
Voici d'ailleurs le lien pour les curieux :
http://yokaibooks.blogspot.com/2008/03/le-moustiquaire-de-berlin-bd-par.html

@ Yohan : n'hésite pas à indiquer le lien de ta critique ici. En tout cas j'irai la lire rapidement (curieuse, moi ?... naaan) !

Écrit par : Lou | 09/03/2008

je l'ai aussi lu et critiqué sans lui avoir trouvé l'âme qui faut...

Écrit par : malaurie | 28/03/2008

@ Malaurie : j'ai l'impression que nous avons tous la même perception de cette BD. Peut-être est-il étonnant qu'elle ait reçu ce prix quant on voit nos avis mitigés. Pourtant l'idée était sympathique à l'origine et je connais une personne qui a été beaucoup plus réceptive que moi, s'esclaffant tout au long de sa lecture !

Écrit par : Lou | 30/03/2008

Je pense que ce prix est un prix d'encouragement. De plus la BD n'est certes pas un chef d'oeuvre mais elle regorge d'idées interessantes, les maladresses semblent n'être que de "jeunesse"... le dessinateur est à suivre...

Écrit par : malaurie | 01/04/2008

@ Malaurie : oui tu as raison, et puis de toute façon on passe un bon moment ! Je ne sais pas si je suivrai l'auteur et le dessinateur, mais à l'occasion, pourquoi pas ?

Écrit par : Lou | 01/04/2008

Les commentaires sont fermés.