Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2015

Simone St James, The Haunting of Maddy Clare

st james_haunting of maddie clare.jpgUne chronique rédigée il y a un an et finalisée hier soir pour la 3e étape de la randonnée d'Halloween. On pousse la grille du cimetière !

Je viens de tourner la dernière page de The Haunting of Maddy Clare de Simone St James et me voilà bien ennuyée avec ce billet. Il y a beaucoup, beaucoup de bon mais aussi malheureusement quelques loupés dans ce roman que j'avais une folle envie de lire.

Début des années 1920. Sarah Piper a perdu ses parents et mène à Londres une existence assez terne. Inscrite à un bureau de placement, elle joint les deux bouts et loue son meublé grâce à des missions temporaires en tant que secrétaire. Lorsque nous la rencontrons, lasse de contempler sa fenêtre et de rester à ne rien faire, elle sort dans les rues de Londres et se promène sans but avant d'être poussée à rentrer chez elle par la pluie. Son prochain emploi s'avèrera pour le moins spécial : Sarah va accompagner dans sa prochaine chasse au fantôme Alistair Gellis, expert en paranormal, en l'absence de l'assistant habituel de celui-ci, Matthew.

Nous voilà donc en route pour un petit village où une grange serait hantée par Maddy Clare, jeune domestique au destin tragique. Arrivée blessée et couverte de boue quelques années auparavant, incapable de s'exprimer normalement, terrifiée par les hommes, Maddy a été recueillie par la famille Clare et a travaillé dans leur maison jusqu'à son suicide par pendaison à l'âge de dix-neuf ans. Le fantôme de Maddy importune de plus en plus Mrs Clare qui a décidé de donner accès à la grange à condition qu'on la débarrasse de cette « manifestation » importune.

J'ai trouvé la première partie nettement supérieure à la seconde. Une atmosphère de l'après-guerre bien rendue à travers la vie assez moderne et libérée de Sarah et l'importance accordée aux gueules cassées. Moi qui ai toujours eu un petit faible pour les histoires de fantômes, j'ai trouvé les premières scènes avec Maddy Clare très réussies (le fait d'avoir lu ce roman la nuit à côté d'un grenier plein de craquements a sans doute contribué à l'impression produite par les frôlements, bruits de pas venant de derrière et autres petits artifices). Et soudain, le récit bascule dans la romance, l'eau de rose et l'héroïne émoustillée (je vous ferai grâce de la description détaillée du torse de Matthew, de retour sur le devant de la scène, de ses cicatrices sexy et de ses quelques nuits torrides avec Sarah). En parallèle, le surnaturel est remplacé par une enquête ayant pour but de déterminer ce qui est arrivé à Maddy de son vivant. Malheureusement, il y a peu de surprise concernant les coupables, l'enquête tourne un peu en rond. Bref, ce qui s'annonçait être une très bonne histoire de fantômes à l'anglo-saxonne finit par s'égarer et perdre le lecteur en route. Quel dommage ! Mais l'ambiance de la première partie valait bien cette lecture et je tenterai sans doute à nouveau ma chance avec St James qui a l'air de se spécialiser dans l'après-guerre et les ectoplasmes. Espérons qu'elle ne se laisse pas toujours détourner de son but par ses séduisants héros !

Un grand grand merci à Soie pour cette lecture terrifique !

3coeurs.jpg

 

 

318 p

Simone St James, The Haunting of Maddy Clare, 2012

 halloween2015.jpg

Commentaires

Oh la jolie couverture ! Il a l'air super chouette, enfin la première partie parce que du coup je suis un peu rebutée par le côté romance qui ne me tente pas du tout :/

Écrit par : Chicky Poo | 15/10/2015

@ Chicky Poo : je ne suis pas du tout amatrice de chick lit, bit lit et trucs à l'eau de rose non plus... il y a une excellente ambiance au début, vraiment beaucoup de qualités... je n'ai pas compris ce qui m'arrivait quand est venu le type ombrageux. Toujours est-il que j'ai bien envie de retenter le coup au vu des nombreux points positifs !

Écrit par : Lou | 15/10/2015

Quel dommage la couverture me donnait tellement envie de le lire !

Écrit par : Titine | 16/10/2015

Oh c'est tellement dommage ! Je crois que j'ai ce roman en VF. J'espère que je ne serai pas trop déçue...

Écrit par : MyaRosa | 16/10/2015

oh punaise...noon pas de l'eau de rose...bien dommage de terminer en harlequin quoi...bon cela sentait quand meme la romance...mais c bete d'etre le point principal vers la fin quoi....

Écrit par : rachel | 25/10/2015

@ Titine : oui je sais, à moi aussi ! Ce qui est surtout dommage c'est que j'ai vraiment adoré toute une partie de ce roman. Mais après tu me connais, je ne suis pas une grande amatrice de romans à l'eau de rose avec torses virils & co...

@ MyaRosa : cela dépend un peu de ton degré de tolérance avec les passages gnangnan ou gnangnan pseudo torrides. J'ai trouvé ces scènes assez ridicules, mais c'est un genre que je fuis en général. Sans ça le livre serait vraiment intéressant à mon avis !

@ Rachel : oui c'est tout à fait ça, c'est l'incursion de Harlequin dans le paranormal. Les ébats sauvages alors qu'on pourrait discuter apparitions, ce n'est vraiment pas pour moi. Mais je vais sans doute me laisser tenter par un autre roman de l'auteur avant de déclarer forfait car certaines scènes sont très réussies (celles de fantômes, hein !;o))!

Écrit par : Lou | 25/10/2015

ah oui des ebats carrement..boudiou...alors qu'ils sont entoures de fantomes et autres....bon bon...a suivre pour les autres livres

Écrit par : rachel | 28/10/2015

Les commentaires sont fermés.