Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2013

Alexandre Dumas, La Comtesse de Saint-Géran

alexandre dumas,éditions phébus,la comtesse de saint-servan,roman historique,france xviiePendant mes vacances d'été, j'ai retrouvé avec plaisir la librairie indépendante de ma ville d'origine (bien fournie, avec un libraire aux choix judicieux et exigeants, ravi de partager ses coups de coeur). A ma deuxième visite, après un nouveau petit tour du côté des éditions Libretto (mais cette fois-ci pour un cadeau, j'ai eu une pensée émue pour ma pauvre PAL), on m'a gentiment offert un Phébus Libretto réservé aux libraires, La Comtesse de Saint-Géran d'Alexandre Dumas. Je n'ai lu que quelques nouvelles de cet illustre personnage, aussi j'ai eu envie de satisfaire ma curiosité sur le champ. Quelques semaines après, une petite chronique pour partager avec vous cette rencontre.

Contrairement à ce que je pensais, il ne s'agit pas d'une pure fiction mais d'une longue nouvelle inspirée de faits réels qui firent grand bruit au XVIIe. 

Fin 1639. Accusé d'être un faux-monnayeur et d'avoir assassiné sa femme, mené sous bonne escorte dans une auberge pour la nuit, le Marquis de Saint-Maixent parvient à s'échapper en séduisant la fille de la maison. Il se réfugie chez le comte de Saint-Géran, un parent à lui, qui l'accueille bien volontiers. Le comte semble être un homme très différent de son parent (pour résumer il n'aurait rien d'un criminel). Sa femme et lui vivent par ailleurs en parfaite entente mais souffrent de n'avoir pu avoir d'enfant.

Faute de descendant direct, la fortune du comte devrait revenir à sa soeur, Mme de Bouillé. Le marquis y voit un intérêt et se met à la courtiser. C'est alors que contre toute attente, après vingt ans d'espoirs déçus, la comtesse de Saint-Géran est enceinte. Les amants vont ensemble mettre en place un plan cruel pour faire disparaître cet héritier malvenu.

Ne lisant pas de récits se déroulant à cette période, je me suis laissée bien volontiers embarquer dans ce récit où pointent la cape et l'épée, en m'immergeant dans une atmosphère nouvelle pour moi, voire franchement dépaysante. Imaginez ma surprise lorsque j'ai constaté que le Marquis, toujours accusé d'avoir tué sa femme, de s'être livré à d'autres crimes mais aussi d'avoir tué l'un des gardes dans sa fuite, bref, lorsque j'ai réalisé que ce coquin fini ne serait plus inquiété une fois arrivé chez le comte. On voit ainsi le Marquis aller et venir, rentrer dans sa région au bout d'un certain temps mais visiblement, personne ne songe à l'arrêter. De même, sujet hautement sensible pour la condition féminine, j'ai ouvert des yeux effarés lorsque j'ai constaté le traitement que l'on pouvait réserver aux pauvres femmes qui ne se seraient pas décidées à accoucher : On la fit monter dans un carrosse fermé et on la promena tout un jour à travers des champs labourés, par les chemins les plus rudes et les plus difficiles (p59). Tout ce pittoresque m'a ceci dit beaucoup amusée.

Le récit est rondement mené par Dumas qui sait bien évidemment tenir son lecteur en haleine et amener à point nommé chaque nouvelle péripétie. Le fond, plus que la forme, fait tout l'intérêt de ce texte. J'ai regretté que la fin se perde dans des détails juridiques ; alors que toute cette affaire avait été présentée jusque-là avec un grand sens du romanesque, les deux dernières pages sont plus factuelles et donnent une impression de fouillis, comme si Dumas peinait à se dépêtrer de toute cette paperasse. Avis personnel et bien subjectif qui n'engage que moi. Dans l'ensemble, j'ai trouvé cette lecture fort divertissante et suis ravie d'avoir un peu abandonné mes habitudes plus XIXe.

Il est à remarquer que les grands criminels de cette époque, Sainte-Croix, par exemple, et Exili, le sombre empoisonneur, ont été précisément les premiers incrédules, et qu'ils ont devancé les savants du siècle suivant dans la philosophie aussi bien que dans l'étude exclusive des sciences physiques, auxquelles ils demandèrent d'abord des poisons. La passion, l'intérêt, la haine combattirent pour le marquis dans le coeur de Mme de Bouillé ; elle donna les mains à tout ce que M. de Saint-Maixent voulut. (p 34)

Le site de la Société des amis d'Alexandre Dumas.

3coeurs.jpg

 

 

85 p

Alexandre Dumas, La Comtesse de Saint-Géran, 1839-1840

Commentaires

et bin ouiii Alexandre reste un grand maitre dans l'aventure....et c'est genial!...une bonne lecture....;)

Écrit par : rachel | 13/09/2013

@ Rachel : une découverte très sympa ! ça me change un peu de mes Victoriens ;o)

Écrit par : Lou | 18/09/2013

bin oui didonc en plus du classique francais...trop trop bien...;)

Écrit par : rachel | 18/09/2013

Mouais, pas super convaincue. Après plusieurs lectures courtes et décevantes avec Dumas, je pense plus le retrouver avec ses grands romans.

Écrit par : Lilly | 20/09/2013

@ Rachel : oui il faudrait que j'en lise plus souvent !

@ Lilly : ses grands romans me font un peu peur pour commencer. Disons que cela m'a donné une meilleure idée du style et du type de sujet, j'ai vraiment apprécié le cadre historique, la trame générale... seule la fin tombe à plat avec ce jargon juridique qui semble tout juste recraché. Selon un critique ce serait un des meilleurs Dumas, mais je suis bien incapable de le juger sur ce point !

Écrit par : Lou | 21/09/2013

vi como mi.....j'ai hate de recuperer mes livres....;)

Écrit par : rachel | 21/09/2013

Je ne connais pas ce Dumas... c'est qu'il en a tant écrit! À date, j'ai pratiquement tout aimé!

Écrit par : Karine:) | 23/09/2013

@ Rachel : toujours pas récupérés ?

@ Karine:) : oui, un écrivain prolixe ! Il me reste tout ou presque à découvrir !

Écrit par : Lou | 23/09/2013

non helas...mais je pense que lala c'est bien parti...;)
j'ai un nom...lol

Écrit par : rachel | 24/09/2013

Les commentaires sont fermés.