« London, Scotland : back to the roots ! | Page d'accueil | Dark side power ! »

20/04/2010

Au Nom du Père

evenson_pere_mensongs.jpgVoilà un livre qui a fait couler beaucoup d'encre dans la blogosphère et qui a en général beaucoup plu, malgré un sujet assez dérangeant.

A la demande de sa femme, l'homme d'Eglise Fochs se rend chez un psychiatre afin de lui parler de ses nuits troublées par des crises de somnambulisme, des accès de violence et des paroles obsènes prononcées d'une voix qui n'est pas la sienne. Il en vient à évoquer ses rêves pédophiles et sadiques, dont les victimes sont les membres de sa congrégation. Déjà malsain en soi, ce cas pose rapidement un problème de conscience au médecin qui fait le lien entre un meurtre qui a eu lieu et les déclarations croustillantes faites par le doyen Fochs. Il se heurtera ensuite à la solidarité de l'Eglise vis-à-vis de leur membre, la confrérie se préoccupant davantage de sa propre réputation que de questions de justice et de morale. Ce tableau franchement nauséabond de l'Eglise, cette dénonciation du pouvoir que la religion corrompue peut avoir sur les fidèles, cette démonstration extrême des excès que peut engendrer le fanatisme et l'amour du pouvoir forment le fond de toile de ce roman.

Mais ce qui rend le récit si intéressant tient surtout à la complexité du personnage principal, dont on ne tarde pas à deviner qu'il est atteint de troubles de la personnalité, peut-être de scizophrénie. Se met ainsi en place un jeu subtil entre le psychiatre, le lecteur et l'homme d'Eglise. Les formats divers, les changements de narrateur facilitent la manipulation et font de Père des Mensonges un roman fascinant qu'on a bien du mal à refermer. L'impossible côtoit la réalité, les fantasmes éclairant des faits divers sordides, des situations surréalistes se produisant sans que l'on sache exactement si elles sont les inventions d'un esprit malade ou sa version d'une autre réalité. Fochs est ainsi suivi par deux hommes en noir qui, malgré leur comportement violent, représentent en quelque sorte la bonne conscience, mais aussi par un homme écorché qui évoque l'inverse. Avec un petit côté christique, l'écorché vient à son secours à chaque mauvaise action, après avoir joué les tentateurs. C'est au final davantage au Malin qu'il fait penser, exigeant au final le corps de Fochs et de sa fille en échange de son aide. Le doyen finit par projeter ses fantasmes sur ce personnage imaginé qui prend de plus en plus ancrage dans la réalité, jusqu'au point de non retour : le viol de Fochs.

L'ambiance est assez oppressante grâce à un schéma narratif qui fait facilement ressortir la folie du personnage et des faits de plus en plus glauques. L'intérêt du livre tient également à la réaction de la famille du doyen, y compris la femme qui finit par se rendre compte de la monstruosité de son époux. La fin est peut-être le petit bémol : rapide, elle semble moyennement crédible puisque la police renonce miraculeusement à enquêter sur Fochs. En revanche, elle réussit finalement à désarçonner une fois de plus le lecteur, avec une conclusion pronfondément amorale et choquante qui peut peut-être se voir comme une dénonciation des pratiques de certains groupuscules (religieux ou non), lorsqu'elles sont poussées à l'extrême.

Un roman passionnant, moins éprouvant à lire qu'il n'y paraît et au final, une lecture qui fait réfléchir. A ne pas laisser passer.

4coeurs.jpg

 

 

233 p

Brian Evenson, Le Père des Mensonges, 1998

D'autres avis (et ils sont nombreux !) : 1001 Livres, Amanda, Canel, Cathulu, Choco, Clara C, Cuné, Dasola, Entre-deux-Noirs, Fric Frac Club, Hecate, Isaletelie, Karine:), Katel, Keisha, Leiloona, Nils Ahl du Monde des Livres, Pimprenelle, Stephie, Ursula ainsi qu'une interview de Brian Evenson dans Le Magazine Littéraire.

manson marilyn _ antichrist.jpg

Marilyn Manson, AntiChrist Superstar, qui symbolise bien cette évocation provocatrice d'une certaine Amérique par son détournement des codes religieux ainsi que par la violence et la sexualité brute que dégage l'univers qu'il a créé.

Commentaires

ah marilyn manson tout un mythe de son vivant...mais euuuuh..je passe quand meme lala...c en fin de compte un livre contemporain...

Écrit par : rachel | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

Les changements de narrateurs augmentent aussi le côté "allure documentaire". De mon côté, j'ai trouvé la fin assez crédible car on peut deviner que l'influence de cette église touche aussi la police !

Écrit par : Joelle | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

Ouais un sacré bouquin ! On n'en ressort pas indemne !

Écrit par : Stephie | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

A lire, tu as raison!

Écrit par : keisha | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

Malgré ton "moins éprouvant à lire qu'il n'y paraît", j'ai du mal à imaginer une plongée dans l'esprit de ce pervers...

Écrit par : Brize | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

L'image est assez effrayante et l'histoire aussi : je ne sais pas si je lirai ce livre...

Écrit par : maggie | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

Je l'ai beaucoup vu sur la blogosphère mais jusqu'à présent, je n'étais pas plus tentée que ça. J'avoue qu'avec ton billet, je suis un peu plus attirée.

Écrit par : Restling | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

@ Rachel : c'est un très bon livre en tout cas et il me donne envie de lire l'autre roman de l'auteur que j'avais avant. En plus l'auteur est sympa, je lui avais parlé pendant un salon (et il parle parfaitement français, chapeau bas !).

@ Joëlle : tout à fait pour l'aspect documentaire. ça pourrait presque être une reconstitution de fait divers. Et pour la fin, ça va aussi dans le sens un peu extrême de la démonstration... c'est un parti pris en somme !

@ Stephie : c'est certain !

@ Keisha : yep !

@ Brize : je n'ai pas trouvé si oppressant que ça si tu veux... il y a une sorte de fascination sans doute un peu malsaine qui joue aussi, en tout cas c'est surtout intéressant pour l'aspect psychologique.

@ Maggie : J'écoutais beaucoup Marilyn Manson au lycée, même si cet album n'est pas mon préféré (c'est officiellement un des meilleurs mais l'univers ne me correspondait pas trop). Les pochettes étaient toutes assez particulières !

@ Restling : c'est gentil ça :o)

Écrit par : Lou | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

Ca m'avait fortement marquée, ce livre... une vraie claque pou rmoi!

Écrit par : Karine:) | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

@ Karine:) : ça ne m'étonne pas !

Écrit par : Lou | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

oui ok...mais euh non...pas pour moi...;o)...je me suis lancee dans de la Fantasy lala...4 tout petits tomes!...

Écrit par : rachel | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

@ Rachel : 4 encore ça va pour de la fantasy :o)

Écrit par : Lou | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

oh que oui!...4 c peu!...meme si j'aime bien ce style cela me refroidit un peu, la tonne de tomes...

Écrit par : rachel | 21/04/2010

Répondre à ce commentaire

A en pas laisser passer ! Même moi qui n'aime pas ce genre de littérature, j'ai été happée par ce roman ! une réussite !

Écrit par : Leiloona | 22/04/2010

Répondre à ce commentaire

Après celui-ci, je vous conseille "Inversion" qui existe en 10:18 et dont on ne sort pas indemne non plus. Merci pour le billet.

Écrit par : Solène | 22/04/2010

Répondre à ce commentaire

Après celui-ci, je vous conseille "Inversion" qui existe en 10:18 et dont on ne sort pas indemne non plus. Merci pour le billet.

Écrit par : Solène | 22/04/2010

Répondre à ce commentaire

@ Rachel : c'est aussi pour ça que je n'en lis pas ou presque pas car je me connais, je sais que jamais je ne connaîtrai la fin de l'histoire !

@ Leiloona : je ne suis pas sûre non plus d'aimer ce genre de littérature en général (enfin ça dépend de quel aspect du livre on parle) mais là, it did the trick !

@ Solène : merci à vous. J'ai "Inversion" chez moi mais je l'ai laissé traîner dans ma bibliothèque... il est clair qu'après cette lecture j'ai très envie de le découvrir à son tour.

Écrit par : Lou | 22/04/2010

Répondre à ce commentaire

oh lala tu me rappelles que j'en ai abandonne une serie y'a pas longtemps...cela parlait de pierre verte et de jardin secret...pourtant bizarre c'etait seuleument 3 tomes...mais qu'est-ce qu'il me faissait mal a la tete...;o)

Écrit par : rachel | 23/04/2010

Répondre à ce commentaire

oh lala tu me rappelles que j'en ai abandonne une serie y'a pas longtemps...cela parlait de pierre verte et de jardin secret...pourtant bizarre c'etait seuleument 3 tomes...mais qu'est-ce qu'il me faisait mal a la tete...;o)

Écrit par : rachel | 23/04/2010

Répondre à ce commentaire

oui oublie le premier..y'a un s en trop...so'y...

Écrit par : rachel | 23/04/2010

Répondre à ce commentaire

@ Rachel : dans ce il vaut mieux ne pas se faire mal en effet :o)

Écrit par : Lou | 24/04/2010

Répondre à ce commentaire

c fou quand meme l'effet de certains livres...ma mere s'etait avec un de S. King...elle a eu mal durant toute la lecture...les techtrucnauteurs (j'avoue ne pas me souvenir du titre..;o))

Écrit par : rachel | 24/04/2010

Répondre à ce commentaire

@ Rachel : ah je vois je crois... les Tommyknockers ! J'avais commencé quand ils étaient en 3 tomes et j'aurais dû acheter le 3e car entre-temps l'édition a changé et je dois me le racheter si je veux connaître la fin. J'avais bien aimé le 1er tome (le seul lu) mais c'est encore assez glauque et oppressant... c'est fou quand même les ambiances qu'arrive à rendre Stephen King ! De simples souvenirs d'adolescence pour moi mais qui m'ont quand même marquée !

Écrit par : Lou | 25/04/2010

Répondre à ce commentaire

Malgré ton avis, je ne suis pas du tout tentée... Je ne sais pas pourquoi, le sujet m'intéresse pourtant. Je suis peut-être d'humeur à autre chose en ce moment...

Écrit par : Lilly | 25/04/2010

Répondre à ce commentaire

bin c bizarre...jamais lu du stephen King...mais c bien lui...;o)

Écrit par : rachel | 25/04/2010

Répondre à ce commentaire

@ Lilly : oui peut-être ça, parfois je ne m'explique pas trop non plus pourquoi je ne me décide pas pour un livre, ou pourquoi j'abandonne d'un seul coup la découverte d'auteurs que j'adore (comme Wharton que je vais justement reprendre, ou Woolf qui m'occupe en ce moment !)

@ Rachel : tiens j'aurais pensé que tu aimais comme tu lis plus de fantastique que moi et que tu préfères aussi les films d'action... plein de souvenirs d'ado pour moi !:o)

Écrit par : Lou | 28/04/2010

Répondre à ce commentaire

ooh il y a une limite pour moi...l'horreur et l'epouvante...je peux lala

Écrit par : rachel | 28/04/2010

Répondre à ce commentaire

@ Rachel : jeune ado c'est justement ce qui me tentait plus :o)

Écrit par : Lou | 04/05/2010

Répondre à ce commentaire

oooh non..je revais trop...donc mes nuits devaient impossibles...meme les films je ne pouvais pas...;)

Écrit par : rachel | 04/05/2010

Répondre à ce commentaire

@ Rachel : oui j'ai arrêté les X Files, films d'horreur et King après un cauchemar assez traumatisant dont je me souviens encore très bien aujourd'hui - et pourtant je fais presque deux fois l'âge que j'avais à l'époque !:o) Petite chose sensible que j'étais !

Écrit par : Lou | 05/05/2010

Répondre à ce commentaire

tu vois j'en viens meme a manger mes mots...c'etait "devenaient"...
oooh peut-etre un effet des hormones...elles rendent quand meme plus sensibles...lol...ah quand meme Xfiles...tout un mythe (mdr encore le terme, cela va devenir mon mot du mois)...;o)

Écrit par : rachel | 06/05/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire