« Victorien, ce livre est pour toi ! | Page d'accueil | Pauline de Dumas »

27/04/2008

Un rafraîchissement ?

23626796.jpgCette semaine, pas de répit pour Mademoiselle Lou, dont l’agenda overbooké laissait peu de place à la lecture et encore moins à toute tentative d’intrusion de la part d’un quelconque auteur un tant soit peu sérieux. Place au léger, donc, et qui dit léger disait cette fois-ci Wodehouse, dont je me promettais de découvrir la prose so British ! depuis longtemps. Dans les transports ou quelques minutes avant de m’endormir, jusqu’à un samedi après-midi édifiant, ce petit cocktail tonique s’est bien prêté au jeu et m’a joyeusement accompagnée sans pour autant faire travailler mes neurones outre mesure. Je n’en demandais pas plus !

Wodehouse a ceci de reposant qu’il ne se passe pas grand-chose avec lui, hormis les mésaventures abracadabrantes d’un jeune héritier sympathique mais passablement stupide, qui :

- Apprend que Florence, jeune intello belle mais envahissante, a décidé de se fiancer avec lui, intimement persuadée de l’amour dudit héros (lequel n’ose bien sûr pas revenir sur ce léger malentendu pour ne pas contrarier sa promise) ;

- Tente de récupérer un collier pour sa tante Dahlia et vole malencontreusement celui d’une des invitées de la tante en question ;

- Cherche à éviter à moult reprises le futur ex futur ex etc fiancé de Florence, qui a décidé de lui briser l’échine en cinq morceaux (soyons précis !).

Epaulé de son fidèle majordome Jeeves, qui trouve toujours une solution à tout, Bertram Wooster (car c’est bien de lui que l’on parle) vit des aventures rocambolesques tout en cherchant à préserver autant que possible ses sorties au club, ses dîners chez Tante Dahlia et les petits remontants savourés en tentant de résoudre Le Mystère de la Langouste Rose.

Le tandem du majordome intello et de son employeur un peu lent du ciboulot fonctionne bien ; l’humour absurde à l’anglaise fait de cette lourde farce un moment de tranquille plaisir ; tout aussi caricaturaux les uns que les autres, les personnages secondaires valent à eux seuls le détour (avec une mention spéciale pour l’amoureux malheureux à la tête de morue pas fraîche, intellectuel incompris écrivant en cachette des polars pour gagner sa vie – ex : L’Affaire du beignet empoisonné).

Mais la Palme d’Or revient aux doux noms d’oiseaux abondamment utilisés par Wooster et sa tante bien-aimée lorsqu’ils s’adressent l’un à l’autre, avec un petit avantage pour Wooster et son humeur plus artistique :

- Côté Dahlia : « reptile » ; « espèce de goret demeuré » ; « espèce de cloche » ; « espèce de verre de terre » ; « crétin » ; « espèce d’andouille »…

- Côté Wooster : « vieille chair et sang » ; « vieille parente consanguine » ; « vieille ancêtre » ; « vieux tremble frémissant » ; « vieille chose » ; « parente âgée »…

Chez les Anglais il y a plus drôle et plus fin, mais le temps d’une courte pause, Wodehouse fait tout à fait l’affaire !

Extraits :

Number 1

Le festin, comme je m’y attendais, ne fit rien pour me remonter le moral. Tante Dahlia ne s’était pas trompée en affirmant que mes invités se conduiraient comme des enquiquineurs de première catégorie. L.G. Trotter était un petit homme à la tête de fouine, qui prononça à peine un mot pendant le repas parce que, quand il essayait, la lumière de ses jours lui intimait de la fermer, et Mrs Trotter était une robuste personne au nez crochu, qui parlait tout le temps, principalement au sujet d’une femme nommée Blenkinsop qu’elle détestait.

Number 2

« Il est vrai que tout le monde dit que, même si tu as le cerveau d’une paonne, tu es la générosité même. » En fait, j’étais handicapé par le fait que je n’ai jamais rencontré de paonne, ce qui me rendait incapable d’estimer la qualité de l’intelligence de ces volailles, mais elle avait parlé comme si elles étaient un peu à court de matière grise, et j’allais lui demander ce qu’elle voulait dire par « tout le monde » quand

Number 3...

Après tout, pensai-je, il n’y avait rien de bien hasardeux là-dedans. Il me suffisait de me procurer une échelle et d’y grimper, chose bien simple pour quelqu’un de ma sveltesse et de mon agilité. Pas agréable, bien sûr, de devoir sortir à cette heure de la nuit, mais j’étais prêt à le faire afin de ramener le rose aux joues d’une femme qui, au temps où j’étais au berceau, m’avait souvent fait sauter sur ses genoux, sans oublier qu’elle m’avait sauvé la vie la fois où j’avais avalé ma tétine en caoutchouc.

And Number 4 !

« C’est à n’y plus rien comprendre. Je ne vois pas du tout ce qu’elle vous trouve.

- Moi non plus. Tout cela est très étrange. »

3,5coeurs.jpg

 

 

247 p

P.G. Wodehouse, Toujours prêt, Jeeves ?, 1971

Commentaires

J'aime bien l'humour "so british"!!! Ca semble complètement fou comme histoire... justement le genre de truc que je peux adorer!!!

Écrit par : Karine | 27/04/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai acheté mon 1er "Jeeves" le mois dernier ;-)

Écrit par : Anne | 28/04/2008

Répondre à ce commentaire

il a l'air irrésistible ce livre !!

Écrit par : taylor | 28/04/2008

Répondre à ce commentaire

Tiens, j'ai lu mon 1er Jeeves il y a peu (je l'avais acheté il y a déjà quelques années, pourtant, mais je l'avais oublié), et j'ai passé un très bon moment. Humour british, histoire farfelue... Mais en lisant le résumé de celui-ci, j'ai comme dans l'idée que la trame est souvent la même. D'un autre côté, comme c'est très réjouissant, il serait dommage de s'en priver.

Écrit par : Mel | 28/04/2008

Répondre à ce commentaire

Je sens que je vais aimer ce livre et toute cette loufoquerie, en plus c'est un bon moyen pour faire connaissance avec l'auteur !! ;-))

Écrit par : Florinette | 28/04/2008

Répondre à ce commentaire

@ Karine : tu connais mes goûts... autant dire que la note British m'a attirée comme un aimant !

@ Anne : alors on s'est donné le mot :p

@ Taylor : then... don't resist !

@ Mel : je pense en lire de temps en temps mais la structure de celui-là (et les références faites par le narrateur à un roman antérieur) me faisait déjà penser qu'il ne doit pas beaucoup se renouveler... enfin, en même temps, il avait trouvé la poule aux œufs d'or avec son Bertram, il n'avait pas tort d'exploiter le filon :p

@ Florinette : je crois que le loufoque est bien ce qui a caractérisé toute son œuvre d'après ce que j'ai pu voir sur le Net :)

Écrit par : Lou | 28/04/2008

Répondre à ce commentaire

J'adore me plonger dans les livres de P.J. Wodehouse pour l'aspect loufoque des familles déjantées de l'aristocratie anglaise. Mes préférés restent ceux de la série du château de Blandings ... Surtout quand il y a des histoires de cochon :o))

Écrit par : Nanne | 28/04/2008

Répondre à ce commentaire

@ Nanne : j'ai justement repéré "le château de Blandings"... je le chercherai quand j'aurai envie d'en lire un autre... et je suis très intriguée par ton histoire de cochon :p

Écrit par : Lou | 29/04/2008

Répondre à ce commentaire

bonjour Lou, je suis un inconditionnel des aventures de Jeeves (d'ailleurs je conseille dans la collection bouquins la somme "Tout Jeeves", très pratique et dans l'ordre)
Les gouts c'est très subjectif, je n'aurais pas dit "grosse farce", plutot maitre du comique burlesque (essentiellement il s'agit de comique de situations même s'il y a aussi des dialogues savoureux), mais pour le reste je suis d'accord avec ton analyse.
ps : j'ai été un peu déçu par les autres livres de Wodehouse qui ne font pas partie de la série des Jeeves. Enfin tu verras par toi-même.

Écrit par : tirui | 29/04/2008

Répondre à ce commentaire

@ Tirui : bienvenue sur ce blog où je ne crois pas t'avoir déjà vu:) Merci de préciser le genre et de revenir sur le terme de "farce", ici très subjectif ; j'avoue ne pas avoir fait de recherches exhaustives et avoir rendu mon avis personnel : tu fais bien d'intervenir sur ce point ! Je prends note de ton conseil de connaisseur concernant la collection Bouquins. A bientôt j'espère!

Écrit par : Lou | 29/04/2008

Répondre à ce commentaire

Oh, qu'il est bon de lire ce billet et ses commentaires !
Je me croyais irrécupérable : chaque été, quand des invités passent à la maison, j'essaie de leur faire lire Jeeves, et c'est chaque fois le bide.
Je me sens soudain moins seul au monde.
Vous avez très bien fait de résumer UN Jeeves : comme tous les autres sont bâtis sur la même intrigue, votre billet pourra resservir, et c'est ça qui est formidable : plus on en lit, plus on en rit. Je crois les avoir trous lus.
Nous sommes donc apparemment déjà dix membres de la secte, dix adorateurs de Jeeves ! Partons et prêchons !
Je vais pouvoir changer d'invités et non de lectures !

Écrit par : Georges F. | 29/04/2008

Répondre à ce commentaire

Éternellement dans ma pal, deppuis que dame agatha citait jeeves à tout propos quand j'étais ado et je ne suis jamais tombé dessus, je en sais pourquoi, va falloir remedier à cela bientôt :-)

Écrit par : yueyin | 29/04/2008

Répondre à ce commentaire

toutes mes excuses, Lou, j'ai oublié de mettre d'où je venais, voila qui est réparé.
Je suis un peu comme Georges F., je ne connaissais personne qui partage mon gout pour Wodehouse, ou même qui connaisse, et ça fait plaisir de voir qu'on est qquns quand même.

Écrit par : tirui | 30/04/2008

Répondre à ce commentaire

Je ne résiste pas à ce genre de billet (ni les encourageants commentaires) alors je note!! :D Ça m'a l'air tout à fait dans mes goûts!

Écrit par : Charlie Bobine | 30/04/2008

Répondre à ce commentaire

Très tentantes, les pitreries de Jeeves ! L'ironie british marche généralement bien sur moi.

Écrit par : canthilde | 30/04/2008

Répondre à ce commentaire

Très très attirant comme lecture pour passer un bon moment !!! Je note. Il a vraiment l'air sympa comme livre.

Écrit par : Cécile | 01/05/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai adoré Blandings (le premier tome je crois) du même auteur! il faut dire qu'avec moi l'humour anglais marche à fond!

Écrit par : choupynette | 01/05/2008

Répondre à ce commentaire

j'en ai lu un , j'ai bien aimé , c'est divertissant

Écrit par : pom' | 02/05/2008

Répondre à ce commentaire

@ Georges F. : ravie de voir que notre secte wodehousienne compte un membre de plus ! Cela dit, ne renvoyez pas nécessairement vos invités, ils pourraient un jour découvrir tout l'art de vivre woosterien à force d'années d'entraînement et de tentatives diverses et variées de persuasion (chantage, excellent cuisinier, flagornerie et, en dernier recours, arsenic soigneusement distillé)...

@ Yueyin : je n'avais jamais fait le rapport avec Dame Agatha, pourtant je l'adorais petite et comptais la relire depuis un certain temps !

@ Tirui : le plaisir est partagé ! Et merci pour le lien, maintenant je fais le rapport :)

@ Charlie Bobine : effectivement, ça m'a l'air tout fait pour toi !

@ Canthilde : quel plaisir que de pouvoir former ici un mouvement de défense de l'humour British ! Nous sommes déjà nombreux, je suis sure que bientôt nous ferons des miracles :p

@ Cécile : oui, absolument parfait autour d'un bon petit dîner, au coin du feu ou, pour les plus fous, un verre de Porto ou de whisky à la main !

@ Choupynette : j'essaierai de lire "Blandings" en priorité, je l'avais déjà repéré d'ailleurs.

@ Pom' : c'est tout à fait le mot !

Écrit par : Lou | 02/05/2008

Répondre à ce commentaire

Je viens de regarder toute la série télé adaptée des livres de Wodehouse et qui s'appelle "Jeeves and Wooster", avec Stephen Fry dans le role de Jeeves et Hugh Laurie dans celui de Wooster. Que dire si ce n'est que c'est grandiose. Mon copain a plusieurs volumes de la série et est un inconditionnel de Jeeves. Faudra que je les lise, un jour... trop de trucs à lire ;).

Écrit par : Agnès | 05/05/2008

Répondre à ce commentaire

@ Agnes : Bizarrement, le nom et le visage de Fry me disent quelque chose mais je n'arrive pas à me souvenir comment je le connais... ça me trouble, même après une rapide recherche sur le net... quant à la pal envahissante, évidemment je connais :) Mais tu verras quand tu t'y mettras : ça se lit très vite !

Écrit par : Lou | 05/05/2008

Répondre à ce commentaire

Pour la filmographie de stephen fry

http://cinema.fluctuat.net/stephen-fry/filmographie.html

Il a prefacé "les aphorismes "d'Oscar Wilde.
Quant à P. G. Wodehouse, Webster le chat, éditions Joelle Losfeld, j'ai bien aimé "Le chat maléfique". Un humour mêlé d'irrespect, c'est toujours agréable à prendre isn't it ?

Écrit par : grain de sel | 08/05/2008

Répondre à ce commentaire

@ Grain de sel : Merci pour le lien ! Et je ne peux qu'appuyer le commentaire, of course !

Écrit par : Lou | 09/05/2008

Répondre à ce commentaire

J'adorais quand j'étais plus jeune (comment résister à l'humour anglais ? mdr !) ... tu me donnes le goût de m'y replonger :)

Écrit par : Joelle | 14/05/2008

Répondre à ce commentaire

@ Joëlle : oui, à l'avenir je veillerai à en avoir un sous le coude pour les moments de stress ou de fatigue !

Écrit par : Lou | 15/05/2008

Répondre à ce commentaire

J'ai hésité plusieurs fois avant de jeter mon dévolu sur cet auteur... Je crois que me lancerai bientôt à la découverte de cet auteur...

Écrit par : maggie | 26/04/2010

Répondre à ce commentaire

j'aime bien les situations un peu loufoques mais sans lourdeur. cen'est pas du comique troupier !

http://grain-de-sel.cultureforum.net/auteurs-anglais-et-anglophones-f5/wodehouse-pelham-grenville-angleterre-t831.htm?highlight=p+g+++wodehouse

Écrit par : rotko | 26/04/2010

Répondre à ce commentaire

@ Maggie : si tu veux je te le prêterai à l'occasion... et cette année mon père m'a offert les deux premiers tomes chez omnibus, autant dire que j'ai un sacré stock de Jeeves devant moi !

Écrit par : Lou | 28/04/2010

Répondre à ce commentaire

@ Rotko : merci pour le lien !

Écrit par : Lou | 28/04/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire