Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2012

Olivier Cohen, La Fiancée de Dracula

je m'appelle dracula, olivier cohen, dracula, bram stoker, vampires, littérature jeunesse, roman français, paris, venise, je bouquine, la fiancée de dracula, challenge halloweenIl y a trois ans, je relisais avec délectation Je m'appelle Dracula, récit dans lequel le comte rédige ses mémoires afin de réfuter les abominables accusations contenues dans le récit de Bram « Stocker » (au sujet du « c » incongru je vous invite à lire mon billet sur ce premier opus pour me voir pérorer un peu).
Je commandais quelques jours plus tard la suite, « La Fiancée de Dracula » (que je ne pense pas avoir lu dans ma prime jeunesse) et voilà le résultat : il faut attendre la 3e édition du challenge Halloween pour que ce livre sorte de ma PAL !
Toujours réfugié dans le marais, Dracula alias Jacques Dracole (admirez l'art du camouflage) tente de mener une vie normale, si tant est que cela soit possible pour un vampire, et tient une galerie à Paris. Il y fait la rencontre d'Albertine qui semble immédiatement séduite par le sombre et séduisant comte, qui l'invite à dîner dans sa maison du Marais. Tous deux amoureux, Dracole et Albertine se fréquentent régulièrement et multiplient les promenades romantiques, en dépit de la peur que la jeune femme éprouve en présence de son fascinant compagnon.
Malheureusement l'affreux Van Helsing (curieusement ce type-là ne m'a jamais été particulièrement sympathique) poursuit toujours Dracula et convainc la police de l'aider à anéantir le monstre. Pour s'échapper, Dracula n'hésitera pas à s'enfuir avec Albertine à Venise... la suite, vous la connaîtrez si vous vous laissez aussi tenter par cette lecture !
J'ai dévoré ce court roman de jeunesse très agréablement écrit mais il m'a moins séduite que « Je m'appelle Dracula », peut-être parce que j'avais savouré la première fois les nombreux clins d'oeil au roman de Stoker. En tout cas, une lecture bien agréable qui vient à point nommé pour fêter ensemble Halloween.

Lu dans le cadre du challenge Halloween 2012 organisé ici et chez la diabolique Hilde

je m'appelle dracula, olivier cohen, dracula, bram stoker, vampires, littérature jeunesse, roman français, paris, venise, je bouquine, la fiancée de dracula, challenge halloween

 

 

92 p

Olivier Cohen, La Fiancée de Dracula, 1985
(j'ai donc fait une erreur en indiquant la date de publication de « Je m'appelle Dracula », j'ai dû retenir celle de l'édition Je Bouquine).

je m'appelle dracula, olivier cohen, dracula, bram stoker, vampires, littérature jeunesse, roman français, paris, venise, je bouquine, la fiancée de dracula, challenge halloween

17/10/2011

La Seine et moi

monstre-a-paris4.jpgAvis à vous, chasseurs de fantômes, de vampires et autres créatures sauvages ! Prenez garde à ne pas trop rapidement utiliser votre lance-pierre ou mettre en oeuvre  les prises assimilées lors de vos cours d'auto-défense car l'habit ne fait pas le moine et les monstres ne sont pas toujours ceux qu'on pense ! Croyez-le ou non, mais vous qui vaporisez, écrasez, aspirez sans pitié tout insecte répugnant qui aurait le malheur de croiser votre chemin, vous risquez bien de vous mettre à l'élevage de puces dans l'espoir de les voir se transformer un jour en puces géantes, à l'instar de Francoeur, Un Monstre à Paris.

Car c'est un monstre gentil dont j'ai décidé de vous parler pour célèbrer Halloween !

monstre-a-paris10.jpg

monstre-a-paris5.jpgParis, 1910. La capitale est inondée, les Parisiens se déplacent en barque lorsqu'ils n'habitent pas sur la colline de Montmartre, où chante chaque soir la charmante Lucile. A la suite d'une série de maladresses et de catastrophes dans le bureau d'un savant, une puce grandit jusqu'à devenir gigantesque. S'échappant dans la nuit, elle sème la terreur partout sur son chemin, tous les humains la croisant se méprenant sur les intentions de cet être formidablement épouvantable. C'est alors que Lucile, après s'être ressaisie, comprend que l'animal est inofensif et malheureux. Elle l'accueille et se produira bientôt avec celui qu'elle nomme désormais Francoeur, guitariste et chanteur talentueux.

monstre_paris1.jpgCe film d'animation est une petite merveille. Des décors soignés, de magnifiques scènes dans le Paris de 1910, des personnages hauts en couleur et pleins d'humour aux traits soignés. L'histoire n'est pas d'une originalité renversante mais le scénario est bien ficelé : scènes amusantes, rebondissements, quelques déclarations, de quoi tenir le spectateur en haleine ! Et bien sûr, le tout est ponctué de chansons interprétées par M et Vanessa Paradis, ce qui n'est pas le plus petit atout de ce film. On se régale... on regrette juste de ne pas pouvoir se joindre aux personnages pour une petite soirée faite de musique et de champagne !

monstre-a-paris6.jpg

monstre-a-paris2.jpg

un monstre à paris,vanessa paris,m,paris,belle époque

 

 

Un Monstre à Paris, un film d'Eric Bergeron, 2011

un monstre à paris,vanessa paris,m,paris,belle époqueun monstre à paris,vanessa paris,m,paris,belle époque

23/07/2011

Paris avec Queneau

raymond queneau,connaissez-vous paris,éditions folio,paris,littérature parisHabitant depuis maintenant près d'une dizaine d'années à Paris, je me suis beaucoup attachée à cette ville dans laquelle j'aime flâner pendant mes week-ends ou au cours d'agréables soirées. J'ai donc été curieuse de lire Connaissez-vous Paris ? de Raymond Queneau. En réalité, c'est un écrivain que je n'aime pas beaucoup lire mais j'ai pensé que ce petit guide pourrait me séduire par son originalité.

Connaissez-vous Paris ? reprend une série de questions posées par Raymond Queneau aux lecteurs du quotidien l'Intransigeant à l'aube de la deuxième guerre mondiale. Le format adopté dans l'édition d'une sélection de ces questions chez Folio est le suivant : une série de questions sur une page, leur réponse sur la page suivante. Le lecteur peut ainsi jouer le jeu et essayer de répondre aux devinettes de Queneau, qui demandent ceci  dit une bonne connaissance de l'histoire de la capitale.

Ce petit livre satisfera les curieux, en revanche, si vous attendez de Queneau un soupçon d'humour ou des chroniques ludiques, vous serez sans doute un peu déçus par ces questions-réponses assez factuelles.

Par exemple :

"Où se trouve la ruelle Sourdis et que représente-t-elle de particulier ?

La ruelle Sourdis, qui va de la rue Charlot à la rue Pastourelle (dans le 3e), est une des dernières voies de Paris avec ruisseau central. Elle était encore, il y a quelques années, éclairée à l'huile".

A lire petit à petit, peut-être en profitant d'une petite pause lors d'une balade à Paris pour chercher un secret concernant les rues des alentours.

D'autres billets La Grotte des Livres, Homaditha, Malice...

Et pendant que vous découvrez Paris, je vais me promener une fois de plus dans les rues de Londres...

176 p

Raymond Queneau, Connaissez-vous Paris ?, 1936-1938

30/08/2009

Abracadabra !

BD_malle sanderson.jpgJe profite d'un coup de tête et d'un abonnement soudain à la médiathèque (accès gratuit aux livres, comment une livrovore de mon acabit pourrait y résister ?) pour découvrir des BD dont je n'avais jusque-là jamais entendu parler. Parmi les 4 albums récemment choisis au hasard, La Malle Sanderson m'a permis de découvrir Jean-Claude Götting, que je ne crois pas avoir déjà croisé en sautant de bulle en bulle (hormis les couvertures françaises de Harry Potter que je trouve particulièrement moches, eh oui).

BD_malle_sanderson_01.jpgParis, dans les années trente. L'illusionniste Sanderson triomphe avec ses évasions et ses numéros de divination (« mind reading »). Recherché par la haute société qui s'est entichée de ses tours et serait ravie de l'exhiber dans des dîners privés, Sanderson rencontre Marie, l'épouse blasée d'un négociant de pierres précieuses qu'elle n'aime pas. Alors que notre héros s'apprête à réaliser à New-York une évasion spectaculaire, Marie se déclare prête à tout quitter pour lui. Ce qui ne serait pas souhaitable pour la carrière de son amant, à qui tout réussit pour l'instant.

BD_malle_sanderson_02.jpgSans être un coup de coeur, cet album m'a finalement beaucoup plu en raison de la chute ironique et cruelle qui apporte un élément de surprise à une histoire fluide et agréable, un peu trop peut-être. L'originalité tient surtout au portrait de l'illusionniste, dont les tours de magie sont pleinement offerts à la vue du spectateur qui découvre aussi bien le tour apparemment mystérieux que la solution rationnelle à l'inexplicable. Loin de prétendre avoir des dons surnaturels, Sanderson déclare publiquement que les magiciens qui se prêtent des pouvoirs ne sont que des charlatans. C'est un esprit cartésien, qui prend plaisir à concevoir les plans de ses « outils » d'évasion avec minutie, développant des mécanismes astucieux qui lui permettent d'innover par rapport à ses concurrents.

Sur le plan esthétique, les dessins en noir et blanc sont sobres et soignés. L'ensemble est agréable à l'oeil mais je dois avouer que ce n'est pas l'aspect qui m'a le plus séduite. En somme, un album sympathique et un thème intéressant à découvrir même si pour ma part je reste un peu sur ma faim.

3coeurs.jpg

 


109 p

Jean-Claude Götting, La Malle Sanderson, 2004

13/05/2009

I only drink wine...

cohen_je m'appelle dracula.JPGAmis blogueurs, chers draculitos et draculettes en devenir, bonsoir !

Parmi les challenges inavoués de cette année 2009 (à part Jane Austen j’ai prévu les grands fantastiques classiques ainsi que Wharton et Wilde), le vampirisme s’est rappelé à moi récemment car je ne me remets toujours pas de ma difficulté à lire plus de quelques pages de Stephenie Meyer qui, à défaut de particulièrement m’enflammer, fait maintenant partie des livres populaires incontournables en la matière. Tout ça pour dire que je ne désespère pas de me faire ma propre opinion un jour mais qu’en attendant, j’ai décidé d’exhumer d’autres titres de ma bibliothèque afin de partager mon intérêt (hautement scientifique, of course !) pour les vampires.

Donc, mes amis, j’ai profité d’un week-end sur la côte atlantique pour farfouiller comme toujours dans ma bibliothèque de petite fille et d’ado, à la recherche de titres à relire ou simplement, à feuilleter. Je suis tombée sur Je m’appelle Dracula d’Olivier Cohen dans la vieille collection Je Bouquine. J’avais complètement oublié l’existence de ce livre que j’avais lu plusieurs fois étant petite et hop ! ni une ni deux, j’ai eu envie de le relire.

Eh bien pour faire court c’est vachement chouette, chers vous tous ! Mais laissez-moi développercohen_je_m_appelle_dracula_lcover2.jpg un peu plus mes propos (et autocensurer mes digressions matinales qui me laissent penser que mon livre de chevet* a une influence pernicieuse et me fait passer trop de temps en compagnie de Miss Bates).

Je m’appelle Dracula est une réponse du comte à la publication de Dracula de Bram « Stocker ». Au passage, cher Monsieur Cohen, je ne sais pas si l’effet était voulu ou non mais Stoker s’écrit normalement sans « c » et, en relisant votre histoire (une de mes favorites lorsque j’étais petite, mais c’est un autre sujet), j’ai commencé à comprendre pourquoi je me suis acharnée sur le nom de ce pauvre Stoker jusqu’à ce qu’un essai sur la condition de la femme dans Dracula me soit rendu avec des corrections à chaque fois qu’apparaissait le nom de l’auteur (thanks by the way, Gregory). Mais plus de détour, promis ! Je vais aller droit au but.

Réfugié dans le Marais à Paris, le comte Dracula écrit son histoire afin de mettre un terme aux accusations portées contre lui dans le livre de « Stocker ». Outré de voir son portrait en couverture, son nom conservé, ses ennemis portés aux nues et toutes ses actions mal interprétées, le comte tient à opposer à ce tissu de mensonges sa propre version des faits. Il revient sur le passage de Harker dans les Carpathes, sa rencontre avec Lucy (Mina est absente en revanche), le bateau fantôme, les caisses de terre, le petite cimetière ou encore Renfield (son vieil oncle devenu fou).

Paris, le 4 novembre 1897. Quatre mois se sont écoulés depuis la parution de cet abominable livre. Quatre mois pendant lesquels j’ai dû me cacher pour fuir la haine d’une populace excitée par le scandale, la curiosité des journalistes et l’acharnement d’une secte bien décidée à me perdre. (p7)

cohen-je mappelle dracula 03.JPGVoilà une lecture très rafraîchissante, bourrée de clins d’œil à Dracula dont j’ai enfin pu profiter (puisque j’ai lu ce roman bien après avoir lu et relu le petit livre d’Olivier Cohen). Pas besoin d’avoir apprécié le livre de Stoker pour s’amuser des inventions d’un comte bien plus proche du dandy que ne l’a jamais été le monstrueux vampire. Les illustrations sont sympathiques, le style alerte et très agréable. Je n’ai d’ailleurs pas observé le décalage que je regrette en général lorsque je lis des romans jeunesse maintenant (par exemple The Graveyard Book, pourtant destiné aux adolescents), ce qui me fait penser que ce court roman peut être lu à n’importe quel âge car il est assez simple pour un public jeune, tout en étant écrit par un narrateur adulte, aux préoccupations et au ton plus proches d’un lectorat plus âgé. Les explications sont relativement crédibles bien que l’auteur laisse finalement planer le doute – dans une fin que j’apprécie particulièrement, car j’aime penser que Dracula reste une créature fantastique.

En somme, un très très bon livre à recommander à tous les amateurs de vampires qui trouveront là un texte divertissant et bien écrit qui s’inspire très bien de l’histoire universellement (mal)connue de Bram Stoker.

 

cohen-je mappelle dracula 02.JPG

75 p

Olivier Cohen, Je m’appelle Dracula, 1993

* Emma de Jane Austen