Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2010

Au programme : Colin Firth, Londres et de la musique !

a-single-man.jpgParmi les dernières sorties cinéma, deux films très attendus sur lesquels je me suis précipitée récemment. Évidemment, A Single Man avec Colin Firth et un casting du reste irréprochable. Le spectateur suit pendant une journée un professeur de lettres sur le point de se suicider. Après seize ans de vie commune, George a perdu son compagnon dans un accident de voiture et tente de sauver les apparences depuis huit mois. Entre retours en arrière et vie quotidienne, le tout dans un cadre très 70's, ce film tient davantage du cinéma d'auteur que du blockbuster (et ça fait du bien !). Le grain rappelle les films des années 70, avec de nombreuses scènes très esthétiques appuyant avec justesse l'introspection à laquelle se livre George à l'approche de son suicide. Le tout servi par une bande originale puissante à se procurer immédiatement. Bref, un film à découvrir et pour les amateurs de Colin Firth, un rôle d'un nouveau genre dans lequel il excelle. A noter enfin la prestation de Julianne Moore, excellente en meilleure amie aux allures de Holly Golightly.

 

a_single_man01.JPG
4coeurs.jpg



A Single Man, un film de Tom Ford, 2010*

* Apparemment produit en 2008

an_education.jpgAutre film qui me tentait terriblement pour avoir vu sa bande-annonce irrésistible ! An Education était un film excessivement prometteur, avec son cadre très britannique, ses passages pleins d'humour, une bande-annonce sympathique et l'histoire de Jenny, jeune lycéenne brillante qui rencontre un homme bien plus mûr qui risque de bouleverser sa vie. La bande-annonce est un concentré des meilleurs extraits du film (ou presque) et donne une excellente idée de l'esprit qui y règne. Je me suis ré-ga-lée : les acteurs sont brillants, le scénario dense et bien rythmé, l'histoire racontée avec légéreté montre aussi l'étroitesse d'esprit des années 60 et soulève des questions intéressantes. Ajoutons à cela l'amour de Jenny pour la France et voilà la petite Frenchie amoureuse de l'Angleterre que je suis au comble du bonheur ! Un pur bonheur, notamment dû à la fraîcheur de l'actrice principale et à l'excellent jeu de son charmant tombeur. Un unique bémol, une énorme frustration : la chute, qui m'a laissée pantoise après un film tout bonnement excellent. La fin est convenue, banale et moralisatrice... dommage que le tout ne se soit pas achevé sur une dernière scène un brin impertinente !

an_education02.jpg
AnEducation01.jpg
4,5coeurs.jpg



An Education, un film de Lone Scherfig, 2009

gainsbourg.jpgEnfin deux films dont je voulais parler très rapidement ici (quant à Bright Star, je ferai un billet à part). Gainsbourg, Vie héroïque (je m'interroge encore sur ce sous-titre qui me paraît un peu excessif, même si Gainsbourg est une légende ici et a eu un parcours à part). Je ne connais pas plus que ça cet artiste, d'autant plus que je l'ai surtout vu sur les plateaux télé des années 80. Le film revient sur son parcours, entre réalité et fantastique. L'acteur principal campe bien ce personnage atypique, le tout donne envie de ré-écouter Gainsbourg et fait rêver par moment à la vie de bohème. Laëtitia Casta était à mon avis tout indiquée pour le rôle de Bardot, les autres s'en tirent plutôt bien. Une bonne biopic quoi qu'il en soit.
3,5coeurs.jpg



Gainsbourg, Vie héroïque, un film de Joann Sfar, 2009

coco&igor.jpgEnfin, Coco Chanel & Igor Stravinsky, dont je ne connais pas la fin en raison de manifestations intempestives de mon voisin de cinéma qui avait décidé de se pencher sur mon siège et de m'asphyxier à l'aide de son odeur pestilentielle. Un film qui ne m'a pas énormément marquée (et pour cause) mais dont j'ai beaucoup apprécié le casting ainsi que les costumes et le cadre impeccables. L'histoire est surtout celle de ces créateurs qui peu à peu se rapprochent sous les yeux de la femme et des enfants de Stravinsky, sous le même toît. J'ai apprécié le traitement assez neutre de cette histoire, aucun personnage n'apparaissant sous des traits particulièrement sympathique ou innocent. Un hymne à la création, et un film qui sait rendre aussi bien hommage à l'élégance de Chanel qu'au génie de Stravinsky.

3,5coeurs.jpg



Coco Chanel & Igor Stravinsky, un film de Jan Kounen, 2009