Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2014

Ann Granger, Un intérêt particulier pour les morts

granger_interet particulier pour les morts.jpgAprès avoir découvert en librairie la série Ben et Lizzie Ross d'Ann Granger avec son tome 4 (sans savoir que c'était une série), j'ai enfin retrouvé le commencement du commencement, avec Un Intérêt particulier pour les morts. Outre la sublime couverture qui me faisait de l'oeil depuis longtemps, j'avais hâte d'assister à la rencontre entre l'inspecteur Ross et sa femme Lizzie - mon petit côté fleur bleue sans doute mais, à ma décharge, je me suis bien attachée aux personnages à travers le tome 4.

Bref, revenons à nous moutons, ou plutôt, à nos trépassés victoriens.

Dans Un Intérêt particulier pour les Morts, Lizzie Martin arrive à Londres après le décès de son père, médecin dans une région minière. Elle est accueillie par Mrs Parry, la veuve de son parrain, qui lui demande de l'appeler "Tante" du fait de leurs liens particuliers mais lui offre en même temps de remplacer sa dame de compagnie récemment disparue. Lizzie Martin occupe ainsi une position délicate dans la maison : le neveu de Mrs Parry la traite avec familiarité, son employeuse l'assure de son statut particulier tout en se montrant très directive avec elle, elle occupe une chambre extrêmement sobre en comparaison du luxe des autres pièces... quant aux domestiques, ils ne manquent pas de lui faire sentir sa place en ne lui servant que des restes les jours où Madame est indisposée.

Toujours est-il que lorsque Lizzie arrive à Londres, elle passe devant le chantier de la gare St Pancras, où des taudis sont en cours de démolition. Devant elle est transporté un corps retrouvé sur place. Une drôle d'arrivée pour cette jeune femme au tempérament affirmé ! Une fois chez Mrs Parry, elle apprend que la gouvernante précédente a disparu et se serait enfuie avec un homme. Malheureusement on découvre rapidement qu'elle a été retrouvée morte sur le chantier. "Pour moi, c'étaient ses lectures qui étaient à blâmer. Toutes parlaient de ce genre d'aventures. Elle était assez jolie, ou, du moins, elle l'aurait été si son visage avait été un peu plus animé, mais comme je l'ai dit, si elle avait un cerveau, on n'avait pas l'impression qu'elle s'en servait beaucoup (p 80)." Dès lors Lizzie est poussée par la curiosité et essaie d'aider la police à démasquer le coupable, d'autant plus que l'inspecteur Ross chargé de l'affaire est une connaissance, puisqu'il travaillait à la mine lorsqu'ils étaient enfants.

Les romans de la série alternent les voix de Lizzie et Ben ; leurs investigations se complètent et la double narration rend l'histoire plus dynamique qu'un whodunnit classique. J'avais trouvé le coupable relativement tôt, ce qui me laisse penser que l'intrigue policière est assez simple, néanmoins l'ensemble reste très sympathique et le livre se laisse dévorer. Je me suis régalée avec la Londres victorienne dans laquelle nous invite Ann Granger. Dans le tome 4 j'avais découvert un cimetière et sa ligne de chemin de fer privée ; cette fois-ci j'assiste à la construction de St Pancras, que la Midland Railway Company fait bâtir pour avoir son propre terminus. Enfin, et ce n'est pas le moindre des détails, les personnages sont bien croqués et notamment Lizzie, qui me fait penser à Charlotte Pitt mais me plaît davantage. Avec un caractère bien trempé, un intérêt pour la lecture (y compris les écrits de Mr Darwin), un petit côté téméraire et la conviction que les femmes peuvent se rendre tout à fait utiles à la société, Lizzie apporte beaucoup de fraîcheur à cette série avec laquelle je passe d'excellents moments. Les tomes 2 et 3 m'attendent déjà !

[Lu dans le cadre des challenges British Mysteries / I Love London de Titine et Maggie / XIXe siècle de Fanny / BBC 2014 de Feeling Fictional]

Une lecture commune partagée avec Hilde.

3,5coeurs.jpg

 

 

379 p

Ann Granger, Un Intérêt particulier pour les morts (A Rare Interest in Corpses), 2006

ann granger,a rare interest in corpses,un interet particulier pour les morts,challenge british mysteries,challenge i love london,challenge xixe,bbc 2014,londres,londres xixe,londres victorienne,epoque victorienne,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,polar historique,polar victorien,ben & lizzie ross,éditions 10-18Et ici vous trouverez également un article sur le tome 4 de la série, A Particular Eye for Villainy !

ann granger,a rare interest in corpses,un interet particulier pour les morts,challenge british mysteries,challenge i love london,challenge xixe,bbc 2014,londres,londres xixe,londres victorienne,epoque victorienne,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,polar historique,polar victorien,ben & lizzie ross,éditions 10-18ann granger,a rare interest in corpses,un interet particulier pour les morts,challenge british mysteries,challenge i love london,challenge xixe,bbc 2014,londres,londres xixe,londres victorienne,epoque victorienne,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,polar historique,polar victorien,ben & lizzie ross,éditions 10-18ann granger,a rare interest in corpses,un interet particulier pour les morts,challenge british mysteries,challenge i love london,challenge xixe,bbc 2014,londres,londres xixe,londres victorienne,epoque victorienne,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,polar historique,polar victorien,ben & lizzie ross,éditions 10-18ann granger,a rare interest in corpses,un interet particulier pour les morts,challenge british mysteries,challenge i love london,challenge xixe,bbc 2014,londres,londres xixe,londres victorienne,epoque victorienne,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,polar historique,polar victorien,ben & lizzie ross,éditions 10-18

 

19/09/2013

Ann Granger, A Particular Eye for Villainy

granger_a-particular-eye-for-villainy.jpgI've never liked clowns, though the word is inadequate to describe the real horror they inspire in me. I panic at the sight. My heart pounds and terror tightens my throat so I can barely swallow. I can hardly breathe. You'll think me foolish but nothing so real can be dismissed as nonsense. (p7)

Beaucoup de blogs mettent à l'honneur Ann Granger en ce moment, avec la parution en France du premier roman de la série Ben et Elizabeth Ross. Or, quelques mois plus tôt, je me trouvais dans ce lieu de perdition qu'est W.H. Smith lorsque mon oeil s'est arrêté sur A Particular Eye for Villainy du même auteur. Je n'avais jamais entendu parler d'Ann Granger mais le « Victorian gentleman » associé à un « mystery » m'a fait de suite penser que ce roman pouvait tout à fait me plaire, d'autant plus que je cherchais de nouvelles idées de lectures pour le challenge British Mysteries. 

C'est au mois de juillet que je me suis décidée à le lire. Les tomes sont dissociés les uns des autres et le fait de commencer par le quatrième de la série ne m'a gênée en rien (évidemment je me suis depuis procurée le tome 1 que j'ai hâte de découvrir également). 

Le sujet ? Thomas Tapley, qui loge chez la respectable voisine de l'Inspecteur Ross et de son épouse Elizabeth, est retrouvé assassiné dans son salon, violemment frappé à la tête par son meurtrier. Ross va être chargé de résoudre l'affaire mais, de par la proximité des deux maisons et parce qu'elle a eu l'impression qu'un clown suivait Mr Tapley le jour précédent sa mort, Lizzie est également bien décidée à mener sa propre enquête. Les chapitres alternent ainsi deux voix, celles de Ben et de son épouse, chacun avançant pas à pas dans son enquête, l'intervention de Lizzie servant les intérêts de l'inspecteur.

Mr Tapley est un vrai mystère. Sa logeuse ne sait presque rien de lui, on peine à découvrir à quoi il occupait ses journées, d'où provenaient ses revenus, pourquoi il a suffisamment inspiré confiance à sa logeuse pour qu'elle lui confie une clef d'entrée. Apparaît alors un cousin de Tapley, juriste et célèbre pour ses plaidoyers au tribunal, habitant un quartier huppé. Il semble peu ému du décès mais cherche à étouffer l'affaire, craignant qu'elle ne nuise aux projets de mariage de la fille de Tapley, qui lui a été confiée depuis l'enfance.

En matière de Victorian mystery, voilà un roman qui m'a beaucoup plu ! Rien à dire sur le plan de l'intrigue, bien menée, très sympathique. On soupçonne peut-être le ou la coupable rapidement mais Ann Granger s'amuse à explorer de nouvelles pistes et ajouter un brin d'extravagance à son enquête.

Mais si j'ai vraiment apprécié cette lecture, c'est avant tout pour deux raisons. D'abord, le cadre bien retraduit, avec la mise en avant de quelques particularités du Londres et du folklore de l'époque, telles les figures populaires et inquiétantes de Will o' the Wisp et Springheeled Jack, ou encore, les souvenirs d'une période barbare où les pirates étaient exécutés et abandonnés sur les rives de la Tamise. There are still people who remember when pirates where hanged at Wapping. Whether their twitching limbs and swollen faces, or their tarred remains left hanging in iron cages as a warning, did anything other than provide the residents with a good spectacle is doubtful. Occasionally, even now, a yellowed bony hand pokes out of the stinking mud when the tide goes out (p 309).

necropolis-wimbledon.jpg

On découvre aussi la gare réservée aux convois funéraires de Brookwood Necropolis, qui n'a pas manqué d'éveiller ma curiosité. « After the service we shall all go, with the coffin, to the Brookwood Necropolis railway station and travel by train out of London to Surrey as a funeral party. My father will be buried there, in the Necropolis burial ground »  ( p 269).

Our destination was the modest railway station, situated near to its bigger brother at Waterloo, which was the starting point of the private line running to the huge burial area, known as the Brookwood Necropolis, some twenty-five miles out of London (p 287).

brookwood necropolis.jpg

arsenic-poison-bottle_shutterstock_89147137.jpgEt pour les lecteurs et bibliophiles, cette anecdote : We had to take out every single book and open each at every page, but we found the former landlady's letter tucked neatly into a volume of Cowper's poetry. The volume was bound in green cloth and I made a mental note to wash my hands carefullly before I ate. Arsenic is less used now to produce the colour green, since the danger of absorbing the poison through the skin is known. But it is still to be found in older books (p 73).

L'autre aspect qui ne m'a pas laissée indifférente tient au caractère bien trempé de deux personnages féminins, la fille de Thomas Tapley, indépendante d'esprit bien qu'emprisonnée dans sa belle demeure, et Elizabeth Ross, qui ne manque pas d'aplomb. De Lizzie, l'un des protagonistes dit ceci, non sans humour : « Though married to a plain-clothed jack out of the Yard, eh ? » He shook his head sorrowfully. «  Not that I'm surprised to learn it, mind you. You always had a funny interest in corpses. Ladies do have hobbies, I know that. Only generally it's painting flowers or bothering the poor with their good works. But your pa was a sawbones, I recollect you telling me. So I suppose it runs in the fam'ly. You certainly have a particular eye for a murder. » (p 86) Mrs Ross est persuadée qu'un jour les femmes entreront à Scotland Yard et seront d'une grande utilité à la police, elle poursuit ses investigations découragée ou non par son époux. Elle ne manque pas de jugeote ni de sang-froid, c'est un personnage délicieux. Bien évidemment le couple fait penser à Thomas et Charlotte Pitt mais je trouve que le roman ne tombe pas dans les travers des livres d'Anne Perry, parfois pavés de bonnes intentions et de morale réchauffée à chaque tome.

A noter malheureusement une belle coquille : « I'm Elizabeth Ross, the husband of Inspector Ross who is investigating your father's death. » (p 189)

Un mystère victorien rafraîchissant et addictif, j'ai hâte de retrouver le couple Ross !

Les billets de la LC British Mysteries du jour : Oscar Wilde et le Meurtre aux Chandelles de Gyles Brandreth chez ClaudiaLuciaPurple Velvet et Titine ; Oscar Wilde et les Crimes du Vatican de Gyles Brandreth chez EmmaLes Etranges talents de Flavia Luce d'Alan Bradley chez Hilde ; A Particular Eye for Villainy de Ann Granger par ici.

3,5coeurs.jpg



362 p

Ann Granger, A Particular Eye for Villainy (Ben & Elizabeth Ross Mystery, T4), 2012 

British Mysteries01.jpg

Logo Lou.jpgvictorien.jpgcommonwealth.jpgsérie benn et elizabeth ross,ann granger,a particular eye for villainy,londres,londres xixe,angleterre,angleterre xixe,époque victorienne,victorian mystery,challenge british mysteries,polar historique,mystère victorien,polar victorien

13/07/2012

P.D. James, La Mort s'invite à Pemberley

pd james,la mort s'invite à pemberley,austen,jane austen,angleterre,angleterre xixe,roman anglais,polar anglais,polar historique,darcy,elizabeth bennet,orgueil et préjugés,pride and prejudice,pemberleyCes derniers temps, je suis régulièrement invitée chez les Darcy et, cela ne vous étonnera pas, j'en suis absolument ravie. Si mes errances livresques me conduisent en ce moment à Londres où je fais la connaissance des filles de Mr Darcy, j'ai d'abord mis un point d'honneur à m'arrêter à Pemberley pour résoudre un crime infâme. Ma chère Titine était du voyage et nous avons pris beaucoup de plaisir à jouer les Miss Marple pour rétablir la vérité.

Mais de quel crime suis-je donc en train de parler ? Amis lecteurs, si vous découvrez en ce moment Pride and Prejudice de Jane Austen, sachez que le capitaine Denny n'est plus. Eh oui, lors d'une promenade ma foi fort agréable sous la pluie et le vent en compagnie du colonel Fitzwilliam, nous avons découvert le fringant militaire à terre, le visage ensanglanté. Denny avait rendu l'âme (ceux qui espéraient le voir déclarer sa flamme à Mary Bennet en seront donc pour leur compte).

Comme Darcy n'a jamais eu de chance à ce sujet, il fallait que le coupable tout désigné fut Wickam, ce beau-frère également persona non grata à Pemberley. Et parce que Darcy est un chic type (un homme grand et très anglais – dixit sa fille dans Les Filles de Mr Darcy, vous l'aurez donc compris c'est quelqu'un de bien), le voilà obligé de contribuer financièrement au bien-être de Wickam en prison, tandis que, fort heureusement pour lui et sa chère Elizabeth, Lydia Wickam est invitée à séjourner chez les Bingley (déjà un problème en moins). C'est aussi une menace qui pèse sur la respectabilité de la famille et, querelles ou pas, il n'est jamais très agréable de savoir son beau-frère en mauvaise posture dans un procès pour meurtre (surtout en Angleterre au début du XIXe).

Heureusement, grâce à nos capacités de déductions hors du commun, Titine et moi avons deviné bien vite que Wickam n'était pour rien dans ce vil assassinat. Que le comportement de Fitzwilliam, soudain pris d'une envie d'aller faire un tour dehors un soir de tempête, n'avait rien de normal. Qu'il se passait quelque chose de fort suspect dans la maison du bois. Et que le fantôme aperçu par deux domestiques dans la forêt cachait lui aussi quelque chose de louche.

Je ne vous dirai point comment nous avons résolu cette palpitante affaire, sachez seulement que, si l'envie vous prenait d'ouvrir La Mort s'invite à Pemberley, vous passeriez un charmant moment en compagnie de gentlemen fort respectables, dont la culpabilité serait écartée de suite par le magistrat en charge de l'affaire. Entre quelques tasses de thé et conversations viriles au coin du feu, vous auriez certes peu l'impression de découvrir un polar classique et plein d'hypothèses, mais le charme de Pemberley et de l'Angleterre de ce début de XIXe risquerait fort de vous séduire une fois de plus. Bien sûr on ne retrouve ni l'humour ni l'ironie de Jane Austen, et l'intrigue policière n'est sans doute pas ce qui intéressait P.D. James mais, sans être éblouissant, ce livre se classe parmi les suites honnêtes de Pride and Prejudice : pour ma part j'ai passé un très agréable moment, une tasse de thé à la main (du moins lorsque je le pouvais). Une lecture qui correspondait tout à fait à mon état d'esprit du moment !

Une balade austenienne pour laquelle je remercie les éditions Fayard... et puisque je ne parvenais plus à quitter les Darcy, j'ai commencé à lire Les Filles de Mr Darcy, dont je vous parlerai donc bientôt.

PS : Et si Mr Darcy avait quelque chose à se reprocher ?

Et sur ce blog, de Jane Austen :

Autour d'Orgueil et Préjugés :

Marsha Altman,The Darcys and the Bingleys (2009) - une autre suite au roman !

Lu dans le cadre du challenge austenien d'Alice

pd james,la mort s'invite à pemberley,austen,jane austen,angleterre,angleterre xixe,roman anglais,polar anglais,polar historique,darcy,elizabeth bennet,orgueil et préjugés,pride and prejudice,pemberley

 

 

393 p

P.D. James, La Mort s'invite à Pemberley, 2011

pd james,la mort s'invite à pemberley,austen,jane austen,angleterre,angleterre xixe,roman anglais,polar anglais,polar historique,darcy,elizabeth bennet,orgueil et préjugés,pride and prejudice,pemberley

01/01/2009

Meurtre en rase campagne

anne perry,noel anne perry,noel,angleterre,polar historique,charlotte et thomas pitt,époque victorienneL'an dernier, j'avais découvert pour la première fois une cuvée Noël d'Anne Perry avec La Détective de Noël, court roman sans surprise, pas crédible pour un sou mais parfaitement approprié aux heures de repos imposées par la digestion de la traditionnelle dinde aux marrons.

J'ai récidivé cette année avec Le Secret de Noël : tout en s'abstenant de solliciter de manière excessive mes neurones, ce Christmas pudding un peu sombre (mais pas trop) est fort agréable. Anne Perry semble, quant à elle, presque au top de sa forme.

On retrouve Dominic Corde, l'ancien mari de Sarah, la soeur de Charlotte Pitt assassinée dans le premier tome d'une longue série... N'ayant pas lu l'ensemble des quelques vingt tomes en question, j'ai découvert que notre charmant Dominic était devenu pasteur – j'adore les revirements de situation chez Anne Perry, chez qui les pires grands-mères peuvent se transformer en mamies adorables et les séduisants maris volages en hommes d'église repentis. Bref, Dominic, remarié, s'installe pour quelques semaines dans un village pour remplacer le pasteur parti en vacances. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes : l'ancien financier rentre du bois pour les vieilles gens, tient la main aux uns, réconforte les autres et angoisse à l'idée du sermon de Noël qu'il doit préparer. De son côté, sa tendre épouse issue d'une famille aisée coud, repasse, frotte, polit, cuisine... jusqu'au jour où, le charbon manquant, elle descend à la cave armée d'un sceau et découvre le cadavre du pasteur que son mari remplace. Mort accidentelle ? Meurtre ? Les Corde sont les seuls à défendre la deuxième théorie. Les voilà donc prêts à s'improviser détectives amateurs, au sein d'un village où bien évidemment, chacun a ses secrets.

Ce récit est servi par des personnages assez sympathiques, une histoire à peu près crédible et un tableau champêtre qui ravira les amateurs du genre et amusera les lecteurs prêts à se laisser prendre au jeu, malgré la tranquillité désarmante des polars à la Anne Perry. De la neige en ce paysage hivernal, du changement dans les personnages, un brin d'Angleterre et quelques repas britanniques... cela suffisait pour me faire passer un bon moment, en ce 25 décembre 2008 trop frais pour mettre un chat dehors !

blogoclub.jpg

Ce billet, qui remplace La Dame en Blanc (en cours de lecture), correspond au thème du roman policier choisi par les organisatrices émérites du blogoclub de lecture. Le prochain thème (1er mars 2009) portera sur le Nobel de Littérature (en particulier Le Clézio).

 

Bilan de lecture à venir la semaine prochaine. Et en attendant, je vous souhaite à tous du fond du coeur une EXCELLENTE ANNEE 2009 !!

anne perry,noel anne perry,noel,angleterre,polar historique,charlotte et thomas pitt,époque victorienne 


187 p

Anne Perry, Le Secret de Noël, 2008

21/11/2006

Le dilemme du lecteur compulsif

perry_cadavre bluegate fields.gifQue faire lorsque vos obligations personnelles et professionnelles vous accordent un temps de lecture relatif, voire, limité, voire, inexistant ? Bien entendu, il serait déplacé de remettre à plus tard votre rendez-vous avec le Président de la Planète Bulle, les pourparlers avec les souris qui hantent et dévastent votre grenier, sans parler de vos batailles incessantes contre le massacre des marshmallows dans la plaine Sud-Ouest du Trucmuchistan. Force est de constater que vous devrez bien vous contenter du temps libre qui vous reste.

Malgré vos envies effrénées de lire Dostoïevski, Proust, Dickens ou l’intégralité des Rougon-Macquart, vous savez bien qu’il faudra attendre un peu, à moins d’accepter d’abandonner David Copperfield à ses aventures sordides toutes les cinq pages. Même une nouvelle un tant soit peu sérieuse est à éviter, compte tenu de votre humeur sombre et distraite du moment. Consciente de l’ampleur du problème, votre chroniqueuse vous propose quelques solutions :

1°) La collection complète des Harlequin : lecture d’un volume en 20 minutes compte tenu des pages sautées ; chaque livre est une victime toute trouvée lorsque vous rentrez le soir après avoir appris le meurtre perpétré sur cinquante marshmallows par une bande de scouts au Trucmuchistan ; le papier des Harlequin est également un excellent combustible qui alimentera avec joie votre feu de cheminée à Noël.

2°) Les romans à suspense / « d’auteur » en vogue : Danny Brouane avec au choix son célèbre Minchi Mode ou La Forteresse animale ; Marcus Levinus et son dernier succès Pourquoi moi ? (on se le demande bien d’ailleurs) ; Cristina Tango et le best-seller incontesté Hier, je suis allée aux toilettes. Là encore, vous avez le choix entre d’excellents combustibles, à un prix cependant légèrement supérieur à la collection citée précédemment (publicité oblige).

3°) Les romans historiques, aux degrés de crédibilité différents.

4°) Ou tout simplement un bon vieux policier, coincé au fond de votre bibliothèque et qui attend sagement de vous livrer ses morbides secrets.

Confrontée cette semaine à un problème de la même ampleur, votre chroniqueuse a opté pour la dernière solution. Son choix s’est porté sur une référence sure, classique, en principe sans surprise : Anne Perry.

Le cadavre de Bluegate Fields est le sixième roman de la série « Charlotte et Thomas Pitt ». A Londres, dans les années 1880-1890, l’inspecteur Thomas Pitt enquête sur les meurtres les plus sordides, aussi bien dans les quartiers pauvres que dans la haute société. Il est secondé par son épouse, Charlotte, issue de la haute bourgeoisie et mariée « en dessous de sa condition ». D’autres personnages apparaissent régulièrement, en particulier Lady Ashworth, la sœur de Charlotte, ainsi que Tante Vespasia, une vieille aristocrate au caractère bien trempé. La série compte une vingtaine de volumes, mais je dois avouer que je les trouve bien inégaux !

L’histoire : lorsqu’un jeune homme est retrouvé nu dans les égouts, Thomas Pitt trouve immédiatement cette noyade suspecte. Après une rapide enquête, on découvre que le corps est celui d’un garçon de 16 ans issu de la haute bourgeoisie. Noyé dans un bain, violé et souffrant de syphilis, Arthur Waybourne semble la victime toute trouvée de son précepteur, Maurice Jérome, un érudit consciencieux et fort antipathique. Jérome est donc arrêté malgré les hurlements indignés du lecteur qui s’insurge de voir l’inspecteur Pitt commettre ce que l’on sait immédiatement être une erreur.

De là découle une petite nouveauté chez Anne Perry : Thomas Pitt ne traque pas simplement un criminel, il va devoir s’interroger sur le bien fondé de l’arrestation et de la condamnation à mort qui s’ensuit ; puis, enfin (!) convaincu de l’innocence de Jérome, Pitt cherchera à établir la vérité afin de sauver le précepteur de la potence.

En résumé, Le cadavre de Bluegate Fields constitue une petite lecture sympathique et rapide, comme tout Anne Perry qui se respecte. Cependant, malgré la condamnation qui devrait permettre au livre de gagner en intensité, il faut bien avouer que cette lecture est un long fleuve tranquille, sans surprise, sans heurt et sans frissons. Peu de suspects, un coupable relativement prévisible… et la traduction en français n’arrange rien.

Petit conseil : ne lisez pas le tome 1, il suffit de savoir que la sœur aînée de Charlotte est assassinée et que Charlotte tombe amoureuse de l’inspecteur qui vient enquêter chez elle. Essayez plutôt le Mystère de Callander Square, mon premier Anne Perry et, à l’époque, un petit coup de cœur. De nombreux suspects, une histoire très noire, une intrigue assez bien ficelée. En somme, un bon moment de détente !

anne perry,noel anne perry,angleterre,polar historique,charlotte et thomas pitt,époque victorienne,le cadavre de bluegate fields

 

 

381 p

Anne Perry, Le Cadavre de Bluegate Fields, 1984