Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2018

Patricia Elliott, A Connie Carew Mystery T1, The House of Eyes

elliott_house of eyes.jpg

1909. La jeune Connie Carew est orpheline et vit dans une grande maison mal entretenue d'un quartier aisé de Londres, avec ses deux tantes et son oncle par alliance. Connie rêve de devenir anthropologue. Pour se préparer à son futur métier, elle visite assidument le British museum et prend des notes sur ses congénères, à commencer par sa famille. Aunt Sylvie est une drôle de femme chauve aux habits extravagants, qui vit dans son monde, persuadée de communiquer avec des absents ou de sentir ou deviner certaines choses. Aunt Dorothea est accablée par la disparition de sa fille Ida il y a des années de cela, alors qu'elle était bébé. Son deuxième mari, Mr Thurston, est un personnage désagréable qui régente tout son entourage avec autorité et mauvaise humeur. 

Lorsque s'ouvre le roman, Connie se rend avec ses deux tantes à une séance de spiritisme, où le retour proche de la jeune Ida leur est annoncé. Et peu de temps après, une jeune femme frappe à la porte des domestiques pour postuler à un emploi chez eux. Son prénom et un médaillon qu'elle porte persuadent Aunt Dorothea de son identité : l'enfant tant attendu est revenu. La vie dans la maison est alors chamboulée. Aunt Dorothea quitte ses tenues sombres et se remet à sortir, ce qui n'est pas pour plaire à son époux, visiblement plutôt satisfait d'avoir une femme souffreteuse à la maison. Quant à Ida, elle est belle, chante divinement bien et son franc-parler peu raffiné fait finalement d'elle la coqueluche de la bonne société, qui trouve tout cela bien rafraîchissant. Ida devant hériter d'une grande fortune, la presse avait couvert sa disparition et s'empresse de la remettre à l'honneur. Au milieu de toute cette effervescence, seule Connie a des doutes sur la véritable identité de sa cousine retrouvée. Qui plus est, elle a remarqué qu'elle était suivie par un homme inquiétant. Que lui veut-il ? Est-elle en danger ? La jeune Connie va mener l'enquête.

Ce roman jeunesse m'avait attiré avec sa jolie couverture, j'ai un peu hésité à le lire et force est de constater qu'il s'agit d'une belle surprise. Connie est jeune mais futée et courageuse, sans avoir le côté écervelé ou téméraire d'autres héroïnes de ce type de romans. Sa maison offre un cadre intrigant, avec ces tâches d'humidité qui évoquent des visages monstrueux et qui semblent l'observer dans sa mansarde. Certains personnages sont rocambolesques, d'autres moins mais tous ont leur caractère et leurs aspérités. Une intrigue bien menée, un peu d'aventure, de l'amitié, un cadre édouardien et un soupçon de spiritisme, voilà qui fait au final un cocktail savoureux ! J'ai vu récemment que ce roman et le suivant ont été traduits en français (comme la question m'est parfois posée quand je lis en anglais). On en redemande !

Une participation au rendez-vous Roman historique du jour.

4coeurs.jpg

 

 

298 p

Patricia Elliott, A Connie Carew Mystery T1, The House of Eyes, 2015

logo mois anglais 2018.jpgPatricia Elliott, A Connie Carew Mystery T1, The House of Eyes, le mois anglais, challenge british mysteries, époque édouardienne, angleterre, angleterre  debut xxe, roman jeunesse anglais, spiritisme

05/06/2017

Minette Walters, A Dreadful Murder

walters_dreadful murder.jpgLe titre complet de ce texte est A Dreadful Murder, The Mysterious Death of Caroline Luard. Il s'agit d'un récit inspiré d'un fait divers de 1908. Fin août, Caroline Luard se fait assassiner en plein jour dans la campagne paisible du Kent. Connue pour ses oeuvres de bienfaisance, femme du juge de paix local, Mrs Luard n'arrive pas chez elle à temps pour accueillir une voisine pour le thé après une promenade avec son mari, parti récupérer des clubs de golf alors qu'elle rentrait de son côté. C'est ce même mari qui retrouve le corps un peu plus tard devant la maison d'été d'un domaine adjacent.

Rapidement, la population locale est persuadée que Mr Luard est l'assassin, malgré son attitude de veuf éploré. L'homme n'est pas très apprécié en raison de certaines condamnations délivrées et d'un caractère hautain. L'enquête n'aboutira jamais.

Minette Walters s'efforce d'apporter une solution, en nous donnant à voir l'enquête et en explorant plusieurs pistes.

Les amateurs d'histoires policières ne manqueront pas de trouver de l'intérêt à ce texte. Minette Walters émet des hypothèses assez logiques et on a envie de penser qu'elle a raison - du moins en partie. En revanche, j'ai été surprise de découvrir à la fin qu'un certain nombre de personnages avaient été inventés, de façon à illustrer les suppositions de Minette Walters. Un peu déconcertant. Je me demande aussi quelles ont été les recherches de l'auteur sur l'affaire, car sauf erreur de ma part, la seule référence évoquée est l'article Wikipedia.

Lu dans le cadre du rendez-vous autour de la campagne anglaise.

Sur le principe des Quick reads, je vous invite à lire mon billet sur Out of the Dark.

125 p

Minette Walters, A Dreadful Murder, The Mysterious Death of Caroline Luard, 2013

minette walters,a dreadful murder,the mysterious death of caroline luard,challenge british mysteries 2016-2017,challenge british mysteries,le mois anglais,kent,polar anglais,angleterre,angleterre  debut xxe

Minette Walters, A Dreadful Murder, The Mysterious Death of Caroline Luard, challenge british mysteries 2016-2017, challenge british mysteries, le mois anglais, kent, polar anglais, angleterre, angleterre  debut xxe