Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2009

Les explorateurs de Sa Majesté

fortier_Dubonusagedesetoiles.jpgQu'ouïs-je ? Qu'entends-je, ami lecteur ? Ne connaîtrais-tu pas encore Du bon usage des étoiles ? Voilà qui est vraiment très mal et qui me mortifie au plus haut point (ce qui ne fait jamais que moins d'1m60 mais on fait comme on peut).

Si tu passes par ici, jeune lecteur fou et téméraire, intrépide aventurier, voilà quelques bonnes raisons de lire ce merveilleux premier roman de Dominique Fortier qui évoque l'expédition polaire désastreuse de John Franklin, ou le pourquoi du comment d'un livre incontournable (si si) :

L'histoire est passionnante, tout simplement. Vous qui comme moi n'avez pas le pied marin et pâlissez à la vue d'une bataille navale, d'un Typhon ou d'un Kidnapped (j'aurais peut-être dû dire “verdissez” mais je ne voudrais pas offenser inutilement de valeureux lecteurs), n'ayez crainte ! De même si, comme moi, vous préférez les climats tropicaux aux glaciers et trouvez les pôles Nord et Sud affreusement barbants passée l'extase d'une hypothétique première page de description. Grâce aux allers-retours entre l'expédition et la famille du capitaine Franklin restée à terre, le récit savamment construit ne souffre d'aucun temps mort et se dévore avec un plaisir considérable. Ajoutons à cela quelques éléments inédits comme une partition, la recette (décourageante) du plum-pudding ou l'insertion d'un menu de Noël victorien et nous voilà en présence d'un objet hybride, livre flottant non identifié dont les bizarreries ont fait la joie de votre fidèle et dévouée.

Outre un cadre riche et des situations variées, ce double récit favorise la redoutable prolifération de personnages très différents et, ce qui ne gâche en rien le bonheur du lecteur, tous plus intéressants les uns que les autres. En plus de quelques marins parfois mis en avant et d'un Sir Franklin finalement peu présent, trois figures charismatiques occupent ici une place de choix : Crozier, dont le journal permet de suivre petit à petit le parcours des navires, le tout agrémenté de réflexions et de touches personnelles pleines de finesse rendant le personnage très concret et particulièrement attachant ; Lady Jane, épouse de Sir Franklin, femme de caractère résolument en avance sur son temps et tout aussi aventurière que son illustre époux, dans une société victorienne où la haute bourgeoisie est généralement représentée sous des traits bien plus conservateurs ; enfin Sophia, nièce de Lady Jane et de Sir Franklin, jeune héroïne romantique qui aurait tout pour être surfaite et stéréotypée mais qui s'avère en réalité très sympathique et plus complexe que l'oie blanche que je me préfigurais.

Formidable roman d'aventures, palpitant à souhait, Du bon usage des étoiles est aussi un livre dense et foisonnant qui allie le fond à la forme avec beaucoup de talent. On se régale avec l'histoire, on aime à la folie certains personnages, on aurait presque mal au coeur à force de sentir The Terror et l'Erebus tanguer sous nos pieds tandis que l'on se délecte de l'écriture soignée, vive et pleine de charme de Dominique Fortier. Mais ce n'est pas tout : l'une des plus belles réussites de ce livre tient aux nombreuses influences qui enrichissent la narration sans l'alourdir, l'auteur s'étant parfaitement approprié les références historiques, littéraires et scientifiques qui émaillent le récit. Le cadre victorien avait d'ailleurs tout pour me plaire, de même que les passages consacrés au thé, les clins d'oeil austeniens à travers les fougueux aboiements des gourmands Mr Darcy et Mr Bingley ou l'allusion aux progrès rapides qui caractérisent le XIXe (rigueur scientifique des explorateurs, daguéréotypes...). Sans parler de l'histoire principale qui s'inspire de la dernière expédition de John Franklin. Que l'on apprenne ou que l'on reconnaisse simplement quelques références, celles-ci ne manquent pas et sont remarquablement insérées dans le texte, nous donnant par la même occasion matière à réflexion.

Voilà un roman qui constitue une de mes plus belles lectures de l'année, un livre que j'ai déjà en partie relu et que je relirai très certainement. Je crois qu'hormis l'interlude classique de Pride and Prejudice, je n'avais pas éprouvé un tel plaisir de lecture depuis la découverte des Maîtres de Glenmarkie il y a près d'un an. Consistant et érudit, plein d'humour et servi par un style alerte, Du bon usage des étoiles est un livre à découvrir absolument. J'adore, je me pâme, je pars m'évanouir loin de mon écran. Mes sels ! Où sont mes sels ?

I love that statement :

Ne restez pas trop longtemps sous la pluie, vous commencez à ressembler à Mr Darcy quand il se met en tête de plonger dans l'étang aux canards...”, première allusion austenienne ce me semble (p 55).

Au passage, ce livre me donne envie de découvrir enfin Le Vicaire de Wakefield et Ellis Bell.

L'avis de Malice, qui a elle aussi succombé au chant des sirènes arctiques lors d'un passage bloguesque à la librairie québécoise de Paris, et ceux de Cuné, Fashion, Ys (qui n'a pas aimé) et la Recrue du Mois.

L'article de Wikipedia sur l'expédition Franklin et sa fin dramatique.

5coeurs.png

 

 

345 p

Dominique Fortier, Du bon usage des étoiles, 2008

01/09/2009

Périple d'un bibliobus

poulin_tournee_automne.jpg

J'ai récemment découvert le nom de Jacques Poulin avec la sortie de L'Anglais n'est pas une langue magique (dans ma PAL), livre qui m'attirait par sa belle couverture et son titre mystérieux contenant le mot clef « anglais » - il provoque visiblement chez moi une sorte d'effet placebo. C'est donc avec plaisir que j'ai ouvert La Tournée d'Automne. Je m'imaginais ce livre plein de charme, bien écrit et surtout, j'attendais de nombreuses références littéraires et un certain art dans l'intertextualité ou la transmission de l'amour des livres. Ma lecture a été globalement agréable mais ce n'est certainement pas un coup de cœur, car ce roman ne répondait pas vraiment à mes attentes.

Dans ce livre, « le Chauffeur » d'un bibliobus s'apprête à faire sa dernière tournée au Québec. Peu avant son départ, il rencontre une troupe de musiciens et de saltimbanques et s'éprend de Marie, la maman poule du groupe. Tous deux se découvrent de nombreux points communs mais leur histoire reste très pudique et avance pas à pas, avec beaucoup de délicatesse et un certain charme suranné. Au cours de la tournée, le Chauffeur et la troupe qui s'est décidée à le suivre découvrent de nouvelles régions et de beaux paysages, où la nature est à l'honneur. A chaque arrêt, fidèles et nouveaux lecteurs font leur choix dans le bibliobus. Leur attitude et leurs choix toujours différents sont un hymne à la lecture, au partage des livres et à l'échange entre amoureux des livres. Ces passages m'ont d'ailleurs beaucoup plu.

feuille.jpgJe lirai au moins le livre de Jacques Poulin qui dort dans ma bibliothèque car j'ai trouvé ma lecture agréable et sans heurt; elle me délassait. J'aime les sujets abordés par l'auteur, en l'occurrence ici ce bibliobus qui revient régulièrement au même endroit et qui me fait penser que j'aurais adoré me lier d'amitié avec un chauffeur amoureux des livres qui serait venu dans ma petite ville à la bibliothèque minable quand j'étais enfant. C'est un roman plaisir que l'on peut savourer comme ces fameuses « lectures doudou » dont le terme bloguesque me semble ici assez approprié. Cependant, ce n'est pas un grand roman à mes yeux et je lui trouve de nombreux défauts : le ton parfois un peu naïf et des expressions plates comme « elle avait un mari très gentil » (p35), qui m'ont fait trouver le style un peu scolaire ; les références littéraires, citées à plusieurs reprises « par paquets », peu de livres émergeant finalement du lot (j'ai trouvé que La Reine des Lectrices, même s'il est assez léger, donne plus envie de lire les auteurs cités) ; enfin la trame du récit n'avait pas beaucoup d'importance en soi pour un hommage à la lecture mais, vu la place un peu superficielle qu'occupent les autres livres dans ce récit, elle aurait pu donner un regain d'intérêt au texte si elle avait été un peu plus dense. Au final ce roman m'a paru un brin ordinaire, même s'il me donne envie de chercher des photos des paysages québécois et peut-être de m'y rendre un jour (c'est déjà ça).

feuilles2.JPGBref, ce n'est pas une révélation pour moi, c'est même une lecture un peu mitigée, mais comme je le disais, j'ai pris suffisamment de plaisir à lire ce roman pour avoir encore envie de lire L'Anglais n'est pas une langue magique.

Un grand merci à Malice pour le prêt (et celui du livre de Gabrielle Roy que j'ai très envie de découvrir). Le lien pointe vers ses 7 billets sur Jacques Poulin.

D'autres avis : Lilly (dont l'avis est très proche du mien); Charlie Bobine (déçue), Laure (mitigée) ; et plus enthousiastes : Allie, Lily, Florinette, Cathe... et beaucoup d'autres à venir aujourd'hui avec la lecture du blogoclub.

3coeurs.jpg

 


191 p

Jacques Poulin, La Tournée d'automne, 1993

 

feuille3.jpg

09/05/2009

Sur la ligne 2

belkhodja_peau des doigts.jpgEntre Montréal et Paris, nous suivons la narratrice, sa grand-mère kabyle (autrefois la plus belle fille du village), sa cousine Celia, anéantie par le décès de sa mère, ainsi que deux jumeaux, Fril et Gan. L'un d'eux, autiste et brillant, est tombé amoureux de Marguerite Yourcenar et veut la rencontrer, ne sachant pas qu'elle est décédée depuis près de vingt ans. Histoires de famille, d'amour, d'amitié, portraits de personnages entiers, les sujets ne manquent pas.

Difficile de ne pas être surpris par le curieux livre de Katia Belkhodja. Plutôt que de roman, on peut peut-être parler de poésie romancée, l'écriture servant de prétexte à la trame, aux allers-retours entre les personnages, les points de vue, les instants. Certains seront déconcertés ; les amateurs de poésie sans doute intrigués, parfois charmés, tandis que les lecteurs attachant beaucoup d'importance à l'aspect narratif risqueront une drôle de déconvenue.

Certains passages chargés de sens marquent à la lecture, véhiculant des images fortes. Tel le curieux début : « J'avais ta chair arrachée entre les dents. » (p9) Cette phrase entêtante est celle qui est venue un jour troubler Katia Belkhodja et, de fil en aiguille, la pousser à rédiger un texte étonnant. Parfois un peu prétentieux, volontairement (mais un peu trop) répétitif, le style est en tout cas original et fait tout l'intérêt de cette lecture déroutante. Le fond n'a plus tant d'importance, ce qui explique peut-être la quête absurde de ce jumeau épris de Yourcenar en raison d'une phrase qu'elle n'a jamais écrite et qui, au moment d'ouvrir enfin une oeuvre de sa Marguerite, décide d'abandonner ses recherches, la réponse qu'il cherchait tant n'ayant plus vraiment de sens. J'ai été tour à tour charmée et agacée par ce patchwork littéraire qui, s'il ne m'a pas totalement séduite, vaut bien le détour. Car, quoi qu'il en soit, c'est un texte hybride et étrange, un ovni poétique qui saura sans aucun doute charmer plus d'un lecteur.

 

Quatrième lecture pour la présélection du Prix des Cinq Continents.

J'ai finalement renoncé à lire le cinquième titre qui m'avait été envoyé mais j'ai globalement trouvé ces lectures intéressantes, ma préférence allant au roman d'Annie Cloutier.

98 p

Katia Belkhodja, La peau des doigts, 2008

14/01/2009

Oblomovons !

werbowski.jpgInspiré de l’Oblomov de Gontcharov (qu’il va me falloir enfin lire), L’Oblomova est un curieux récit dont la narratrice cherche à tout prix la tranquillité. Orpheline polonaise devenue traductrice, elle est désormais veuve d’Andrzej, un homme d’affaires fortuné nettement plus âgé qu’elle. Celui-ci lui ayant laissé sa fortune à condition qu’elle travaille, l’héroïne provoque un accident de voiture pour justifier l’utilisation d’un fauteuil roulant et simuler une maladie plus ou moins fictive.

Assez contemplatif (cela m’a d’ailleurs fait penser à une autre histoire de chat), ce livre a pour thème principal la paresse, qui se traduit par l’indolence, les petites manies, le quête de repos, la fuite des ennuis ou de toute activité non souhaitée par la narratrice. Un exemple amusant pourrait être celui-ci : « Le soir, j’ai commencé à lire le récit de Roald Dahl The Landlady. Ça m’a fait penser que je pourrais au fond, louer une chambre avec salle de bains : la maison est si grande et parfois, la nuit, je ne me sens pas à mon aise. » (p 32) L’indifférence apparente de la narratrice touche jusqu’à la trame du récit qu’elle est en train de lire, puisque l’histoire d’une tueuse en série empaillant ses locataires lui suggère un simple rapprochement avec sa condition actuelle de personne isolée ayant une chambre à louer. Le fait que cette lecture lui fasse penser à la location comme un pas vers la tranquillité est délicieusement ironique !

Ce personnage excentrique est obsédé par certains sujets, à commencer par les animaux, avec les chats Minou et Professeur Blum, que l’héroïne enchaîne dans son jardin pour les empêcher de s’aventurer sur la route… sans parler de ses dons à la SPA ou de ses impulsions protectrices. Les hommes font aussi partie des fixations de l’Oblomova : sensible au charme des hommes d’action canadiens, elle a un faible pour les pompiers ou les policiers, devant lesquels elle adopterait presque un comportement possessif. C’est peut-être la raison qui la pousse à enfermer dans la cave la grossière employée qui a remplacé le charmant jeune homme de la compagnie des eaux, qu’elle se faisait une joie d’accueillir pour la vérification du compteur. Cette scène un brin sadique illustre bien son rapport difficile aux personnes qui l’importunent – les femmes relevant visiblement toujours de cette deuxième catégorie.

La narratrice a une vision finalement assez cynique du Canada, qu’elle oppose à plusieurs reprises à l’Europe qui, outre quelques souvenirs de l’orphelinat, est aussi décrite comme une terre plus personnelle, comme lorsqu’elle évoque brièvement les cimetières entretenus par les proches dans un cas, par une entreprise dans l’autre.

« L’automne canadien, c’est une explosion de toutes les couleurs impressionnistes possibles. Le jaune, on dirait l’œuf d’or du conte russe. Le bronze discret et le rouge agressif se fondent en une couleur de vin séculaire, bordeaux ou sang de taureau, un extraordinaire arc-en-ciel fixé dans ce feuillage. Un miracle de la nature. » (p41)

Les saisons passent, et la narratrice est fascinée par l’hiver, qui lui permet de garder ses chats auprès d’elle et de rester au lit à paresser. Toujours avec la crainte d’être dérangée dans son havre de paix. « Une chose doit arriver, quelqu’un viendra. Et puis, ce soulagement : personne ne viendra, rien ne se passera. » (p13)

La mélancolie finit par aboutir à une autre obsession : celle du suicide, en particulier en faisant référence à des personnalités mortes de cette façon comme Romain Gary. Cet acte que la narratrice envisage de commettre pour enfin goûter au grand sommeil est abordé avec détachement, indifférence, passivité. Enfin, le destin frappe à sa porte, ponctuant joliment ce récit où le temps échappe à celle qui cherche à contrôler toute sa vie… bien que le temps n’ait pas d’importance pour elle.

Emaillé de références littéraires et musicales, ce livre m’a vraiment plu. C’est un texte court mais, s’il évoque le laisser-aller et le temps qui semble filer entre nos doigts, il est plus complexe qu’il n’y paraît à première vue. Les thèmes qu’il aborde sont nombreux et son Oblomova est moins satisfaite de son sort qu’elle ne le semble a priori. Ecrit simplement mais avec élégance, ce récit où il ne se passe apparemment rien est en fait si séduisant qu’on peine à s’en arracher avant la fin. Un texte très fin qui m’a fait un peu méditer mais qui surtout a été un moment exquis où, paresseuse, allongée sur mon lit, j’ai savouré ces quelques pages en éprouvant moi aussi un sentiment de volupté à ne « presque » rien faire…

Malice en parle aussi, ainsi que de deux autres textes publiés chez Actes Sud puis réédités par Les Allusifs récemment – j’en parlerai aussi prochainement car ils figurent dans ma PAL.

werbowski_hotel polski.jpgwerbowski_mur entre nous.jpg

47 p

Tecia Werbowski, L’Oblomova, 1997 pour la première parution en France