Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2009

Et l'homme dans tout ça ?

ferrari_dieu animal.jpgJe profite de mon rythme d'été pour programmer en priorité des notes sur les romans reçus dans le cadre du Prix Landerneau et d'autres reçus eux aussi fort gracieusement, dont il serait grand temps de parler. Dans la suite de mes lectures des livres finalistes du Prix Landerneau*, je viens de découvrir Un dieu un animal, lauréat 2009. Curieusement, l'an dernier comme cette année je m'attendais à ce que les deux lauréats remportent effectivement ce prix en recevant la sélection, sans doute en raison des thématiques choisies. Je ne me suis pas trompée mais, comme l'an dernier, je n'ai pas vraiment été conquise par le choix du jury. En revanche, autant l'an dernier je n'adhérais pas à de nombreux aspects du livre de Yasmine Char, qui m'avait profondément ennuyée, autant cette année je reconnais volontiers que je suis passée à côté d'un bon roman.

Un dieu un animal est l'histoire de ce « tu », mercenaire dans une région où les attentats et les exécutions publiques barbares ne manquent pas. Voilà un homme en quête d'aventure, de sang et de liberté qui semble ne pas attacher beaucoup d'importance à la vie humaine. Il reprend pourtant contact après de longues années avec Magali, sa première amourette, dont le souvenir a pris avec le temps une dimension sacrée, presque divine. De son côté, l'adolescente est devenue une jeune cadre dynamique consacrée corps et âme à son entreprise.

D'autres lecteurs plus enthousiastes que moi ont très certainement déjà rendu justice à la structure ambitieuse et au rythme particulier de ce roman. J'ai surtout apprécié le superbe travail sur la langue qui donne au texte une sonorité presque sensuelle. Jérôme Ferrari signe là un récit dense et exigeant, comme le sont d'ailleurs souvent les ouvrages proposés par Actes Sud. Malgré tout, j'ai failli abandonner ce livre à plusieurs reprises car il ne me correspond absolument pas et m'a laissée insensible sur le fond, malgré de jolis moments très poétiques. Les martyrs, les terroristes, les mercenaires et autres nouveaux guerriers des Moyen et Proche Orients sont un sujet très à la mode depuis le 11 septembre, de même que les visions très critiques du monde de l'entreprise et de son mode de fonctionnement (en particulier dans le marketing et la publicité). Ce sont des thèmes qui ne m'attirent que très modérément ; plus encore, je ne suis pas toujours d'accord avec les clichés véhiculés et, lorsque certaines questions soulevées sont pertinentes, j'ai toujours l'impression d'avoir lu ou vu les mêmes images au préalable. Je n'ai donc pas du tout été convaincue par le décor planté par le narrateur, même si, avec des thèmes pour moi un peu éculés et revisités cent fois, Jérôme Ferrari arrive à innover par la forme et à soulever des questions plus fondamentales sur Dieu, l'être humain, son fonctionnement et sa place dans le monde. Un récit très sombre qui ne m'a pas vraiment conquise mais qui me donne envie de découvrir les précédents écrits du même auteur.

Les avis des autres blogueurs participant à l'opération de communication autour du Prix Landerneau (j'ai essayé de retrouver tous les billets) : Anne «Et incontestablement, indéniablement ce livre n'est pas fait pour moi » , Caro[line] «Ce roman n’est donc pas une lecture coup de cœur ou coup de poing mais cela reste une belle lecture » ; Cathulu « 110 pages puissante et cruelles », Fashion « la description sans concession et terrifiante d'une humanité qui court à sa perte », Le Bibliomane « Un roman essentiel, peut-être l'un des plus marquants qu'il m'ait été donné de lire ces derniers temps », Lily « Un vrai grand coup de coeur ! », Michel "Son roman est extrêmement bien écrit, les phrases sont très belles, mais je n’ai pas accroché pour autant », Papillon « un texte magnifique et dur » mais « j'ai du mal à adhérer à une telle désespérance », Sylire « Un "presque" coup de coeur. Il manque peut-être à mes yeux, dans ce texte désespéré, une petite note d'espoir, même infime... ».

J'arrive à mi-chemin dans ces lectures des finalistes du Prix Landerneau. Ce livre a été celui que j'ai eu le plus de mal à lire pour les raisons citées plus haut, mais il est à mon avis plus abouti que les deux romans lus précédemment, Les Mains nues et A l'angle du renard. Trois lectures en demi-teinte donc ; je viens à peine de commencer L'Origine de la violence dont les premières pages me laissent espérer un réel coup de coeur ; j'avais aussi lu une centaine de pages de L'Homme barbelé mais je l'ai laissé de côté depuis plus d'un mois, un peu effrayée par les critiques lues çà et là et moyennement captivée par l'histoire (il en allait de même des trois autres lectures achevées, cela dit).

* Ami lecteur qui passes par ici, ne connais pas bien la blogosphère et encore moins le Prix Landerneau, il s'agit d'un prix mis en place avec les Espaces culturels Leclerc. Le lauréat est déterminé par un jury extérieur à la blogosphère mais les livres finalistes sont proposés à quelques blogueurs dont j'ai fait la liste . Plus d'infos sur le prix chez Bibliza.

2,5coeurs.jpg

 

110 p

Jérome Ferrari, Un dieu un animal, 2009

Prix_Landerneau_1.jpg

 

 

 

 

***

sense and senibility and sea monsters[7].jpgEt pour les amateurs, signalons un nouveau livre à la couverture et au titre pour le moins improbables, dans la veine des Zombies qui pour l'instant n'ont pas vraiment convaincu les janéites (cf description Amazon UK) :
Sense and Sensibility and Sea Monsters is expanded edition of the beloved regency romance--with thrilling all-new scenes of giant lobsters, rampaging octopi, two-headed sea serpents, and other biological monstrosities. As our story opens, the Dashwood sisters are evicted from their childhood home and sent to live on a mysterious island full of savage creatures and dark secrets. While sensible Elinor falls in love with Edward Ferrars, her romantic sister Marianne is courted by both the handsome Willoughby and the hideous man-monster Colonel Brandon. Can the Dashwood sisters triumph over meddlesome matriarchs and unscrupulous rogues to find true love? Or will they fall prey to the tentacles which are forever snapping at their heels? With many strange and wonderful illustrations throughout, Sense and Sensibility and Sea Monsters invades the prim and proper world of Jane Austen with the outrageous mythology of Jules Verne, H.P. Lovecraft, Lost, Spongebob Squarepants, Red Lobster, and Popeye the Sailor. Let the monster mash-up begin.

04/07/2009

V'là l'bon p'tit gars Arsène !

juhel_angle renard.gifA L'Angle du renard est un texte assez curieux, raconté à la première personne par un agriculteur d'âge moyen, Arsène le Rigoleur. Très attaché à sa terre, enraciné dans sa propriété, il commence par évoquer le décès d'un voisin et l'arrivée d'un couple avec enfants qui symbolise assez bien ces gens de la ville qui débarquent avec leurs idées de bon air et leur conception bourgeoise et propre de la vie à la campagne. Notre narrateur se lie rapidement d'amitié avec la fille de ses nouveaux voisins, son « feu follet », une petite Juliette qui a décidé de l'appeler tonton et de s'inviter régulièrement chez lui. Si on peut penser au début que c'est là la principale histoire, et que l'hostilité des parents sera sûrement à l'origine de la plupart des péripéties, on découvre une plus sordide réalité au bout d'une centaine de pages (après quelques indices glissés au préalable). Fini le narrateur plutôt sympathique bien qu'un peu rustre sur les bords. Place à de sombres secrets auxquels Arsène semble intimement mêlé.

Voilà pour l'histoire. Pour le reste, j'ai un avis très mitigé sur ce roman qui ne m'a pas vraiment convaincue. Alternant des chapitres courts, ce livre se lit facilement et c'est sans problème que j'ai pu le découvrir, me forçant à finir les chapitres qui ne m'intéressaient que modérément pour découvrir une nouvelle scène qui me séduisait plus. Et de chapitre en chapitre, j'ai fini par lire d'un trait les 80 dernières pages, ce que je n'aurais sans doute pas fait si je m'étais vraiment ennuyée. Malgré tout, j'ai nettement préféré certains passages à d'autres. Les scènes consacrées au renard (en particulier le piège et la mise à mort) sont symboliques et parfois caractérisées par une intensité presque douloureuse qui m'a touchée. Le passé du Rigoleur est un moteur pour le lecteur qui a besoin de découvrir la fin, étant forcément poussé par la curiosité. Malgré tout je n'ai pas trouvé le récit franchement renversant, ce qui aurait été nécessaire pour compenser le style qui a été pour moi une épreuve vraiment désagréable. Adoptant un ton familier, « du terroir », un ton à mon avis surfait et artificiel, Arsène ne m'a pas semblé crédible un seul instant. Il est très difficile de faire adopter à un personnage un langage très différent du sien. Et de surcroit, lorsqu'on choisit de faire parler un agriculteur, on risque aisément de verser dans la caricature. Malheureusement, ce pauvre Arsène m'a fait de la peine avec sa mentalité de vieux garçon des années soixante, coincé dans une époque révolue. Non seulement le langage employé a rendu pour moi cette lecture pénible (malgré quelques passages très joliment tournés et un beau prologue), mais j'ai eu l'impression de revoir de vieux films avec des Depardieu ou je ne sais qui dans le rôle du paysan arriéré qui parle du Père et de la Mère comme au XIXe siècle, avec des tournures qui me rappellent les expressions de paysans nettement plus âgés. J'ai souffert pour ce pauvre Arsène, personnage drôlement archaïque planté dans son champ comme une patate moisie au milieu d'un bon gratin dauphinois.

Je me demande aussi d'où lui vient la comparaison d'un sourire avec ceux des hôtesses de l'air, puisqu'il insiste sur le fait qu'il ne veut pas sortir de son patelin. Je sais bien qu'il peut les avoir vues à la télévision mais cette évocation spontanée me semble un peu curieuse. Là, je l'avoue, ce n'est pas impossible et c'est peut-être le contexte qui m'a rendue plus sceptique.

A noter deux expressions étonnantes : "c'était CES histoires à Marilou, pas les miennes" et "ce renard, il en venait précisément de chez les sauvages, et le Père, il l'était bien un peu aussi à CES heures, il faut l'avouer". Arsène aurait-il un problème avec CES possessifs à lui ?

Cette lecture a donc été pour moi une déception, d'autant plus que le sujet aurait pu m'intéresser et que j'ai aimé le clin d'œil à deux reprises mccoy_they shoot horses.gifà l'excellent They shoot horses, don't they ? de Horace McCoy. Sans parler de thèmes bien exploités, comme le rapport à l'animal avec l'odorat aiguisé du narrateur, qui perçoit aussi le moment où les cloches de l'église vont sonner au grattement de l'aiguille de l'horloge.

 

they shoot horses film.jpg

D'autres avis, globalement positifs : Caro[line], Anne, Fashion, Papillon, Cathulu, Lily, Clarabel et Katell.

Deuxième lecture de la sélection finale du Prix Landerneau, qui a été remis à Jérome Ferrari pour Un Dieu, un Animal.

2coeurs.jpg

235 p

Fabienne Juhel, A l'angle du renard, 2009

Prix_Landerneau_1.jpg

08/06/2009

Et on rempile… avec plaisir !

greggio_mains nues.jpgComme l’an dernier où j’ai eu la chance de lire les romans finalistes du prix Landerneau (et aimé un livre qui a fait couler beaucoup d’encre, en bien comme en mal), je m’apprête à découvrir les six livres en liste pour le prix 2009. Cette année, c’est Jérome Ferrari avec Un Dieu un animal qui a obtenu cette récompense mercredi dernier – lors d’une remise de prix à laquelle je n’ai malheureusement pas pu assister.

Avant de me lancer dans mon premier billet, j'ajoute un lien vers les blogs présentant aussi tous ces livres : Katell, Le Bibliomane, Caro[line], Anne, Joëlle, Michel, Fashion, Anne, Lily, Cathulu, Stéphanie, Clarabel, Isabelle, Vanessa et Sylire.

Avec Les Mains nues, Simonetta Greggio raconte à la première personne l’histoire d’une femme approchant de la cinquantaine, accusée d’avoir abusé d’un mineur. En réalité, malgré l’accroche de l’éditeur (« LA DIABLE AU CORPS ») absolument racoleuse et mensongère, ce roman n’a pour moi rien d’une enième version de Lolita. La relation amoureuse entre Emma et le fils de son ancien compagnon n’est presque qu’un sujet parmi d’autres. Je n’ai d’ailleurs pas été particulièrement sensible à cet aspect du récit, vu le peu d’importance qui lui est accordée et la superficialité avec laquelle l’auteur a choisi d’aborder cette relation, aussi bien sur le plan sentimental que  sur les plans physique et psychologique. Et, sans les dernières lignes qui remettent le jeune homme à l’honneur, on pourrait presque penser que cette aventure n’est qu’un accident dans la vie d'Emma.

J’ai lu ce roman rapidement, avec un certain intérêt, mais mon avis est plutôt mitigé. Comme d’autres avant moi, j’ai éprouvé une certaine sensation de déjà vu et regretté les nombreux clichés : les deux femmes malheureuses en amour qui se retrouvent à la montagne, l’une vétérinaire de campagne, l’autre jeune cadre dynamique devenue éleveuse de chèvres (rien que ça !). La vision que la narratrice a de la solitude est à mon sens un peu éculée : au final, si je résume, seul l’amour et la vie à deux peuvent apporter le bonheur, le vieil ours solitaire s’épanouissant grâce à sa toute nouvelle vie conjugale, les solitaires se plaignant finalement de leur solitude et les quelques couples semblant tous plutôt heureux, à l’exception de l’ex d’Emma mais on l’a compris, son mariage était une erreur et Emma la femme de sa vie. D’où l’aspect légèrement ridicule de la relation avec le jeune Gio, qui a tout d’un transfert affectif  caricatural bien que sans doute hautement symbolique. Je me le demande encore : que veut nous démontrer la narratrice ?

Si ce livre ne m’a pas renversée, je lui ai trouvé certaines qualités. J’ai d’abord jugé le déroulement de l’histoire un tantinet poussif, faisant des retours en arrière et des bonds en avant sans vraiment réussir à aiguiser ma curiosité. Mais on suit tout de même les pensées de la narratrice, qui nous laisse entrevoir des bribes de sa vie en suivant son propre fil conducteur, donnant  quelques indications sur son état d’esprit et sa personnalité. Ceci dit, ce que j’ai sans doute réellement apprécié tient à la sensualité qui se dégage de certains passages pourtant anodins et rarement liés à l’aventure d’Emma avec un adolescent. Les mains nues évoquées dans le titre sont aussi mises à l’honneur à plusieurs reprises, mais c’est à mon avis le corps dans son ensemble qui occupe une place importante dans ce récit, avec quelques descriptions courtes mais symboliques, servies par une écriture assez souvent musicale. Enfin, selon moi, Emma incarne aussi le passage du temps, se questionnant sur la façon dont les années qui passent l'ont marquée. Son rapport à la mort est aussi  mis en avant et, malgré une impression d'inachevé, cette esquisse est un point fort du roman - d'où le rôle joué par le corps.

Au final, voici un roman globalement agréable mais pour moi un poil figé, une toile où les personnages seraient collés dans une attitude dont ils ne parviennent pas à se dépêtrer, ce qui est bien dommage parce que votre fidèle et dévouée a un peu ramé elle aussi.

Les avis positifs de Lily, Malice, Clarabel ; négatifs de Fashion, Calepin, Caro[line] ; et mitigés de Cathulu, Papillon.

Merci à Elodie Giraud, contact des blogueurs pour ce prix, organisatrice d’enfer et consultante très sympa dont l’enthousiasme mériterait un award à lui tout seul ;)

2coeurs.jpg

 

170 p

Simonetta Greggio, Les mains nues, 2009

Prix_Landerneau_1.jpg