Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2012

L'importance d'être Wilde (Théâtre)

theatre_importance d'etre wilde.jpgAuteur: Philippe Honoré d’après l’œuvre et la vie d’Oscar Wilde
Mise en scène: Philippe Person
Avec: Anne Priol, Emmanuel Barrouyer, Pascal Thoreau

J'avais raté l'an dernier cette pièce sur Wilde qui me tentait évidemment (dès qu'il s'agit de ce cher Oscar...). Alors vous imaginez bien quel a été mon enthousiasme lorsque j'ai récemment vu qu'il y avait des prolongations !

Dans une petite salle fort confortable et pleine de charme du théâtre du Lucernaire, où les acteurs sussurrent des aphorismes à l'oreille des spectateurs lorsque ceux-ci s'installent, nous avons assisté à une pièce un brin provocante, pleine d'humour et d'émotion.

A travers des aphorismes, des extraits de pièces, du Portrait of Dorian Gray et de lettres, la pièce fait revivre un Wilde flamboyant, brillant, provocant, qui finit par devenir l'ombre de lui-même, entre le procès qui l'envoya en prison, la pauvreté, la perte d'inspiration et une fin de vie triste et sordide à Paris.

Une pièce intelligente servie par d'excellents interprètes (à noter notamment la prestation d'Anne Priol jouant un extrait de Salomé). Philippe Honoré et Philippe Person ont pris le parti de proposer une oeuvre décalée, moderne, qui utilise habilement les écrits de Wilde sans ancrer la pièce dans le XIXe victorien – l'exemple le plus frappant étant les choix musicaux, dont Tom Jones ou un des titres de David Bowie que j'adore). Et le tout se marie parfaitement.

Oscarblue2.jpgLa fin de la pièce m'a particulièrement touchée (mort d'Oscar Wilde) et c'est ce qui en fait un coup de coeur pour moi, car c'est la première fois que je suis aussi émue en voyant une pièce de théâtre. Le fait d'utiliser l'enregistrement d'une des (rares) personnes ayant assisté à l'enterrement de Wilde n'y est pas pour rien. A noter que son « ami » Gide était aux abonnés absents.

Une pièce qui m'a donné envie de reprendre mes lectures de Wilde et de poursuivre à mon rythme le Challenge Oscar Wilde que j'avais lancé il y a un petit moment mais mis de côté. N'hésitez pas à vous joindre à moi si vous souhaitez participer et échanger sur l'oeuvre de cet esthète à la personnalité pour le moins remarquable.

importance-detre-wilde-615_jean-claude-grouard.jpgUne pièce savourée avec ma chère Titine, dont le billet vous attend également aujourd'hui.

Un article intéressant du Nouvel Observateur sur Wilde, une analyse d'un texte consacré aux funérailles de Wilde, un article sur la relation Wilde-Proust (à noter que je n'ai pas voulu faire de lien vers un site relatant la mort d'Oscar Wilde avec moult détails glauques et renvoyant à une photo post-mortem).

Sur ce blog, de Wilde...

Le Crime de Lord Arthur Savile

Teleny

The Importance of being earnest

The Picture of Dorian Gray

...  et autour de Wilde (adaptations) : 

An Ideal Husband (1999)

The importance of being earnest (2002)

 

4,5coeurs.jpg



L'Importance d'Etre Wilde, 2012

 

wilde.jpgChallenge Oscar Wilde :

Ecrits de Wilde :

An Ideal Husband : Theoma

Lady Windermere's Fan : Titine

The Picture of Dorian Gray Lou

Teleny : LouSybilleThe Bursar,

Les adaptations sur petit et grand écran :

An Ideal Husband (1999) : Lou

Lady Windermere's Fan (1925) : Titine


 

02/07/2011

Il sera plongé de la lumière dans les ténèbres

teleny.jpgDe Wilde j'avais lu quelques contes et nouvelles, The Importance of Being Earnest et The Picture of Dorian Gray. Aussi, Teleny s'est avéré une lecture quelque peu atypique, puisqu'il s'agit un roman érotique.

Son histoire est assez curieuse également, puisque  ce récit a été écrit à plusieurs dans le cadre d'un jeu (érotico ?) littéraire orchestré par Wilde qui, comme l'indique Jean-Jacques Pauvert dans la préface, porta assez d'intérêt à ce projet pour le remanier et le réécrire, d'où l'unité de ton.

Dans ce roman d'apprentissage, le jeune narrateur Camille Des Grieux s'éprend de Teleny, sombre et séduisant pianiste étranger. Fantasmes, expériences hétérosexuelles s'ensuivent jusqu'à se noue une relation charnelle entre Camille et Teleny, l'histoire se terminant tragiquement.

Teleny est assez déroutant pour ceux qui ont déjà lu Wilde. Ce ne sont plus les traits d'humour, les célèbres bons mots qui occupent le devant de la scène. C'est un récit à la fois sombre et très cru, où les scènes à caractère pornographique se succédent.

wrestlers-eakins2.jpgCamille nous fait un peu penser à Dorian Gray au double visage, à travers cette homosexualité qu'il n'assume pas pleinement dans une société victoriene à la morale officiellement très stricte. Ainsi, lorsqu'il reçoit un billet le menaçant de le dénoncer, il hésite à retrouver Teleny, torturé entre son amour et son désir d'une part et sa peur de ce que la société pourrait lui réserver de l'autre.

Je me suis également beaucoup interrogée sur le rôle de la mère, ombre à la fois bienveillante et vampirique : la mère de Camille, très jeune et jolie, l'accompagne lorsqu'il se rend aux concerts de Teleny, le réveille lorsqu'il fait un rêve érotique, s'inquiète de son agitation lorsqu'il devient l'amant de Teleny et pour finir, devient en quelque sorte sa rivale en amour. Camille dit d'ailleurs de façon générale : "Par-dessus tout, j'abhorrais la femme, malédiction du monde." (p47)

Wilde nous plonge par ailleurs dans les lieux les plus sordides de l'époque victorienne. La question de la morale affichée en contradiction totale avec le comportement est ici continuellement posée, les jeunes hommes de la bonne société se retrouvant pour des parties fines qui parfois se terminent mal : dans un bordel de Tottenham Court Road, où une phtisique décède dans un acte de débauche ou encore chez un ami, où l'un des participants ayant voulu faire usage d'une bouteille paie de sa vie cette dernière audace.

Apportant également un éclairage sur la vie privé de Wilde, ce livre dresse un portrait intéressant de la société victorienne et repose sur une écriture très soignée. Une belle curiosité.

De nombreux avis plus ou moins intéressants sur Google Livres, qui présente le livre de cette façon : "The homoerotic novel Teleny is an important antithesis to the prudish idealism of the neo-classic and neo-romantic lyric love poetry of the fin du siecle." D'autres présentations du livre chez Culture et Débats (où la contribution de Wilde à l'oeuvre est mise en doute), Nicolas Baygert, Impudique (comprenant des extraits), Oscholars, Queercult.

Teleny est disponible en ligne dans une version abrégée ici.

Merci aux éditions de la Musardine pour le choix de la couverture, Egon Schiele faisant partie de mes peintres de prédilection (il s'agit ici du Double Autoportrait).

Lu dans le cadre du Challenge Oscar Wilde : le principe est simple, il suffit de publier un billet sur un écrit d'Oscar Wilde, une biographie de Wilde, une adaptation tirée de ses livres, un film ou un livre inspiré de sa vie. Vous pouvez participer à tout moment !

Une lecture commune pour commencer l'été "con un poco de calor", avec Sybille, The Bursar,

oscarwilde.jpgEn attendant je vous propose de nous retrouver le 1er septembre pour parler du film Wilde de Stephen Frears.

3coeurs.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

187 p

Oscar Wilde, Teleny, 1893

Oscar Wilde challenge logo.psd.jpgChallenge Oscar Wilde :

Ecrits de Wilde :

An Ideal Husband : Theoma

Lady Windermere's Fan : Titine

The Picture of Dorian Gray : Lou

Teleny : Lou, Sybille, The Bursar,

Les adaptations sur petit et grand écran :

An Ideal Husband (1999) : Lou

Lady Windermere's Fan (1925) : Titine

 

Challenge-god save the livre.jpgChallenge God save le livre : 10 livres lus (Catégorie Prince William : 10 livres lus)

rosamunde pilcher,neige en avril,écosse,challenge kiltissime

10/05/2011

Will you marry him ?

ideal-husband-dvdcover.gifMon deuxième billet à la fois pour le challenge Back to the Past et le challenge Oscar Wilde sera consacré à l'adaptation de An Ideal Husband de 1999.

Sir Chiltern (Jeremy Northam) est un jeune membre du Parlement à qui la vie sourit : il a une épouse aimante et tout simplement parfaite (Cate Blanchett), il est riche, bien en vue et de plus en plus influent dans la sphère politique. Le couple est aux yeux de tous un modèle d'intégrité et est notamment régulièrement cité en exemple par le Comte de Caversham à son fils bien indolent, Lord Goring (Rupert Everett).

an ideal husband,un mari idéal,oscar wilde,théâtre,époque victorienne,londres,londres xixe,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,jeremy northam,rupert everett,julianne moore,cate blanchett,mininie driver

Mais, en dépit de leur respectabilité apparente, les Chiltern doivent leur fortune à un scandale financier : c'est là qu'entre en scène une bien vile créature (Julianne Moore). Détenant une preuve des malversations de Sir Chiltern, elle le fait chanter, menaçant d'informer la presse de la fraude dont il est coupable, à moins qu'il ne recommande devant le Parlement un projet dans lequel elle a investi une forte somme.

an ideal husband,un mari idéal,oscar wilde,théâtre,époque victorienne,londres,londres xixe,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,jeremy northam,rupert everett,julianne moore,cate blanchett,mininie driver

Parallèlement à la descente aux enfers du couple, leur ami Goring a d'autres soucis : son père lui demande de cesser sa vie de débauché et de se marier, enfin !

an ideal husband,un mari idéal,oscar wilde,théâtre,époque victorienne,londres,londres xixe,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,jeremy northam,rupert everett,julianne moore,cate blanchett,mininie driver

Un joli film au casting impeccable. L'humour de Wilde, des costumes soignés, des décors dans l'ensemble réussis (si l'on oublie quelques arrières plans peints qui semblent dater un peu !)... au final un costume drama rassemblant à peu près tous les éléments que j'apprécie dans ce type de film, même si je n'ai pas eu le même coup de coeur que celui que j'ai éprouvé en voyant The importance of being earnest, un poil plus abouti et surtout un peu plus fou et original. A noter parmi les cinq principaux acteurs la présence de Jeremy Northam, un acteur que j'avais déjà trouvé excellent dans un autre film d'époque, Emma.

Et la pièce a été lue par : Theoma.

Le billet recap pour laisser les liens vers vos chroniques sur les costume dramas : Back to the Past !

Et le groupe Facebook pour partager vos découvertes, commenter l'interprétation des uns et des autres et (accessoirement) parler chemise mouillée !

4coeurs.jpg

 

 

An Ideal Husband,  un film d'Oliver Parker, 1999

LOGO tea cup 02.jpg Oscar Wilde challenge logo.jpg

 

 

 

 

 

 

Challenge Oscar Wilde :

Ecrits de Wilde :

An Ideal Husband : Theoma

Lady Windermere's Fan : Titine

The Picture of Dorian Gray : Lou

Les adaptations sur petit et grand écran :

An Ideal Husband (1999) : Lou

Lady Windermere's Fan (1925) : Titine

Et je vous propose une lecture commune coquine pour commencer l'été, avec Teleny (1er juillet)!

05/03/2011

Warning : Victorian masterpiece

wilde_picture dorian gray.jpegIl y a parfois des lectures que l'on redoute, que l'on repousse, et The Picture of Dorian Gray faisait partie de celles-là pour moi. Oeuvre incontournable de la littérature victorienne, avec un personnage principal converti depuis en mythe monstrueux au même titre que la créature de Frankenstein ou Dracula, ce roman m'intriguait depuis des années mais je n'osais pas le lire : envie de mettre ce grand roman de côté pour pouvoir le savourer plus tard ; curiosité assortie d'inquiétude depuis que j'avais lu un autre classique bien connu de R.L. Stevenson autour du même thème et qui m'avait plutôt ennuyée (une lecture que je retenterai malgré tout car je suis frustrée de rester sur cet échec auquel je ne m'attendais pas du tout).

Mais lorsque j'ai commencé à lire quelques pages de The Picture of Dorian Gray, toutes mes craintes se sont envolées : dès la première scène, le cadre, les dialogues (qui me rappelaient déjà The Importance of being Earnest dont je raffole) mais aussi le style fluide et élégant m'ont de suite emportée. Pour une traversée plutôt mouvementée, c'est certain.

dorian gray 1940.jpg

Voici un petit extrait au tout début qui m'a beaucoup amusée : "But beauty, real beauty, ends where an intellectual expression begins. Intellect is in itself a mode of exageration, and destroys the harmony of any face. The moment one sits down to think, one becomes all nose, or all forehead, or something horrid. Look at the successful men in  any of the learned professions. How perfectly hideous they are ! Except, of course, in the Church. But then in the Church they don't think. A bishop keeps saying at the age of eighty what he was told to say when he was a boy at the age of eighteen, and as a natural consequence he always looks absolutely delightful." (p3)

[Chronique riche en spoilers]

Lorsque l'histoire débute, Dorian Gray est un jeune homme innocent dont la beauté fascine Basil Hallward, artiste peintre prometteur de l'ère victorienne. Inspiré par la pureté de Dorian, Basil achève sa meilleure toile, répugnant cependant à l'exposer car il estime avoir trop laissé transparaître dans ce portrait des sentiments très personnels. Très proche de Dorian, Basil se voit forcé de le présenter à un ami de longue date, Lord Henry Wotton, par un concours de circonstances dont il se serait passé. Connaissant la personnalité corrosive de Lord Henry, Basil Hallward le prie instamment de ne pas le priver de Dorian Gray ni de le corrompre en lui soumettant ses théories cyniques sur la vie et les hommes en général. Bien entendu, Lord Henry s'empresse de faire le contraire et, devenant lui-même un objet de fascination pour le jeune homme, il crée rapidement une distance entre ses deux amis.

Lors de leur première rencontre, Lord Henry fait l'apologie de la jeunesse et de la beauté de Dorian. Ce premier poison sera à l'origine de la longue déchéance morale du jeune homme, qui émet un souhait impossible en contemplant son portrait : "How sad it is ! I shall grow old, and horrible, and dreadful. But this picture will remain always young. It will never be older than this particular day of June... If it were only the other way !" (p29) Mais comme tout le monde le sait, c'est un souhait qui sera exaucé.

dorian gray.jpg

Dès lors, sous l'influence néfaste de Lord Henry, Dorian Gray décide de vivre pleinement sa vie et finit par assimiler plaisir et débauche sordide : après avoir séduit puis abandonné une jeune actrice qui met fin à ses jours, Dorian Gray devient un personnage de plus en plus trouble. Très recherché parmi les mondains, il finit par avoir une réputation sulfureuse : on l'aurait vu dans les quartiers mal fâmés de Londres, il aurait poussé un jeune héritier à s'endetter, aurait perdu la réputation de plusieurs femmes. Egoïste, désabusé et devenu lui aussi profondément cynique, Dorian Gray repousse l'aide de son ami Basil Hallward, épouvanté par cette radicale transformation.

Alors que Dorian Gray devient indifférent au sort d'autrui, son portrait s'enlaidit : le vice, la cruauté ainsi que la vieillesse viennent altérer les traits du chef-d'oeuvre de Basil. Jusqu'à ce que Dorian commette un meurtre, point culminant de sa déchéance ; enfin, Dorian prend conscience de son geste abominable et se retrouve dès lors torturé par les démons de son passé. Il alterne entre fausse mauvaise conscience et inquiétude : peur d'être arrêté, peur d'être retrouvé par le frère de l'actrice dont il avait causé la mort. Son comportement fait écho à une phrase tirée du début du roman : "Conscience and cowardice are really the same thing, Basil. Conscience is the trade-name of the firm. That is all." (p7) A noter que sa transformation se fait sous les yeux d'un Lord Henry finalement peu averti, puisqu'il est incapable de voir à quel point Dorian a appliqué ses préceptes à la lettre, devenant au final un personnage abject, tandis que Lord Henry reste en quelque sorte un philosophe de salon et un beau parleur.

Un roman passionant, troublant, parfois angoissant qui se dévore plus qu'il ne se lit (hormis le chapitre descriptif faisant état des nouveaux centres d'intérêt et collections de Dorian Gray que j'ai trouvé passablement ennuyeux). Un chef d'oeuvre absolu qui marquera ma vie de lectrice. J'ai désormais hâte de voir les deux adaptations, dont je vous parlerai très prochainement.

Et je vous propose de parler pour le 1er Mai de la pièce Un Mari Idéal (la pièce ou une de ses adaptations).

5coeurs.png

 

 

254 p

Oscar Wilde, The Picture of Dorian Gray, 1890

Oscar Wilde challenge logo.jpgChallenge-god save the livre.jpg

 

 

 

Challenge Oscar Wilde : 1 billet

God Save the Livre : 1 roman (catégories Dirty Harry et Queen Mum)

victorien,époque victorienne,littérature victorienne,littérature xixe,roman xixe,roman xixe anglais,angleterre,oscar wilde,challenge oscar wilde,the picture of dorian gray,victorian frogs and ladies

 

victorien,époque victorienne,littérature victorienne,littérature xixe,roman xixe,roman xixe anglais,angleterre,oscar wilde,challenge oscar wilde,the picture of dorian gray,victorian frogs and ladiesvictorien,époque victorienne,littérature victorienne,littérature xixe,roman xixe,roman xixe anglais,angleterre,oscar wilde,challenge oscar wilde,the picture of dorian gray,victorian frogs and ladies

 

01/03/2011

The Picture of Dorian Gray

dorian gray 2009.jpg

"How sad it is ! I shall grow old, and horrible, and dreadful. But this picture will remain always young. It will never be older than this particular day of June... If it were only the other way !" (p29)

J'avais prévu de lire The Picture of Dorian Gray d'ici aujourd'hui et c'est chose faite, mais suite à une journée bien chargée je sens que je suis davantage en état de végéter devant un plat de nouilles que de dire pourquoi ce livre constitue une de mes plus belles renontres littéraires depuis que je suis en âge de lire.

Par conséquent je vous laisse en compagnie d'une citation et, ci-dessous, de nombreux lecteurs qui ont eux aussi croisé le chemin de Dorian Gray (et qui auront sans doute déjà dit tout ce qui peut être dit sur  ce chef d'oeuvre absolu).

Des avis (merci BOB) :100choses, Alice, Anne Sophie, AustengirlBouhBouquins, CachouCalepin, Caro[line] , EloraEmilie, Enna, Fleur du soleil, Gwen, Jemlyre, Karine, Karine, Keisha, L’Emile, Lepetitmouton, LhisbeiLilly, Livrovore, Lucile, Majanissa, MaliceMelisende, Mélusine, MilkimoonNannePapillon, Pauline, Petite FleurThalia, Violaine.

the picture of dorian gray, le portrait de dorian gray, dorian gray, littérature xixe, angleterre, angleterre xixe, londres, londres xixe, littérature anglaise, roman anglais, oscar wildethe picture of dorian gray,le portrait de dorian gray,dorian gray,littérature xixe,angleterre,angleterre xixe,londres,londres xixe,littérature anglaise,roman anglais,oscar wilde

30/01/2011

ça se passe par ici...

Après avoir délaissé mon blog quelque temps, je reviens sur les challenges que j'ai lancés l'an dernier :

challenge woolf1 copy.jpgPlusieurs personnes m'ayant demandé si je comptais prolonger le challenge Virginia Woolf, j'ai décidé le poursuivre jusqu'au 15 janvier 2012. J'ai seulement lu deux ouvrages 1/2 de Virginia Woolf en 2010, et n'en ai présenté qu'un seul, alors j'espère en profiter moi aussi !

*** Edit du 28 janvier 2012 : ayant toujours envie de lire Woolf, surtout depuis ma lecture de "Nuit et Jour", je déclare ce challenge prolongé... au moins en 2012 :)***

Pour participer il vous suffit de présenter sur votre blog au moins un texte ou film en rapport avec Virginia Woolf.

Et si vous n'étiez pas inscrits l'an dernier, vous avez jusqu'au 15 janvier 2012 pour vous décider. Il suffira de me laisser un lien vers votre blog en cliquant sur le logo du challenge sur la page d'accueil de ce blog, et de me signaler par un lien la publication de vos billets.

******

challenge-mary-elizabeth-braddon.gifLe challenge Mary Elizabeth Braddon a pris fin au 31 décembre 2010. Merci à tous les participants dont les billets souvent enthousiastes ont permis à une obscure Victorienne de refaire surface parmi nous !

Et voici le récapitulatif des lectures :

Aurora Floyd : Cécile, Maggie, Mea

L'Aveu : CécileLoula

Henry Dunbar : ClaudiaLucia, Lou, Loula, Nag

La Bonne Lady Ducayne : Cécile, Lou, Titine

Lady Isle : Cécile

Le Secret de la  Ferme grise : Cécile, George Sand et moi, Lou, Maggie, Manu, Sabbio, Titine

La Vengeance de Samuel Logwood : Cécile, Maggie

Le Mystère de Fernwood : Cécile, Maggie

Le Secret de Lady Audley : Cécile, ClaudiaLucia, Keisha, Lou, Malice, Mango, Titine

Le Visiteur d'Evelyne : Cécile

Les Oiseaux de Proie : Rachel

Sur les Traces du Serpent : Choupynette, ClaudiaLucia

J'ai pris énormément de plaisir à suivre ce challenge à travers vos lectures. Quant à cette chère Mary Elizabeth et moi, notre aventure ne fait que commencer !

*****

Oscar Wilde challenge logo.jpgEt cette année débute avec le challenge Oscar Wilde !

Ce challenge n'a pas de limite de temps. Pour participer, il suffit de :

- Lire une pièce de Wilde OU de voir son adaptation au théâtre

- Lire un roman ou une nouvelle de Wilde

- Voir un film sur Wilde ou inspiré de ses écrits

Les plus gourmands pourront aussi choisir l'option " Born to be Wilde" : parler de Wilde, de ses oeuvres et de toute oeuvre inspirée par l'écrivain ou ses écrits, sans limite du nombre d'articles.

Vous pouvez bien entendu vous inscrire en cours d'année.

Sur ce blog, autour de Wilde : Le Crime de Lord Arthur Savile et autres récits, The importance of being earnest (la pièce et l'adaptation cinématographique de 2002).

N'hésitez pas à participer à une ou plusieurs de ces lectures (ou autres) communes :

1er mars 2011 : Le Portrait de Dorian Gray (le livre ou une de ses adaptations)

1er mai 2011 : Un Mari idéal (le livre ou son adaptation)

1er juillet 2011 : Teleny, pour fêter l'arriver des mois chauds avec un peu d'érotisme !

1er septembre 2011 : Wilde, le film de Stephen Frears

1er novembre 2011 : un des romans de la série policière de Gyles Brandreth, dont Wilde est le principal protagoniste (premier tome : Oscar Wilde et le Meurtre aux chandelles)

(Comme me l'a fait remarquer Alice pour ces dernières dates, nous ne sommes plus en 2010 - les lectures et films concernés sont donc prévus pour cette année et non l'an dernier, même si cela aurait été drôle aussi !)

Un petit aphorisme pour la route :

"Je ne voyage jamais sans mes mémoires. Il faut toujours avoir quelque chose de sensationnel à lire dans le train."

08/12/2010

Le tag des 15

Ma copine victorienne Cryssilda m'a taguée pour répondre au tag des 15, qui circule en ce moment sur la blogosphère et consiste à citer les 15 auteurs vous venant spontanément à l'esprit. J'avoue avoir du mal à me limiter à 15 auteurs : doit-on citer les auteurs qui nous ont marqués à moment donné mais que nous ne lisons plus ? Les auteurs que nous avons beaucoup lus seulement ? Ceux que nous avons moins lus mais qui pour une raison ou une autre, nous ont marqués et auxquels nous pensons presque chaque jour, ne serait-ce qu'une seule fraction de seconde ? Ou ceux qui nous viennent tout de suite en tête (mais là ils ne sont pas seulement 15 !) ?

Les premiers s'imposent sans aucun doute possible :

jane-austen.jpg

Jane Austen, à qui je voue une admiration inconditionnelle. Pride and Prejudice est mon roman favori dans l'absolu et j'ai savouré ses 4 romans et 2 textes plus mineurs que j'ai lus pour l'instant (je prends mon temps pour déguster les quelques textes qu'il me reste encore à découvrir). Ses récits me touchent tout particulièrement et je savoure leur délicieuse ironie et le style enlevé et précis. Un auteur dont l'oeuvre est bien trop souvent assimilée à un amas de romances et de bluettes, en dépit de leur complexité.

brontes.jpg

Les soeurs Brontë et en particulier, Charlotte et Emily. Des trois soeurs c'est Charlotte qui m'a le plus marquée mais si je cite surtout Charlotte et Emily, c'est pour une raison particulière. Le monde des soeurs Brontë me fascine depuis l'adolescence et de toutes mes visites de maisons d'auteurs, c'est la découverte de Haworth qui m'a le plus émue et qui m'a davantage permis de me projeter à l'époque concernée. Lorsque j'étais adolescente, à une période où je ne lisais plus beaucoup de classiques et jetais surtout mon dévolu sur les policiers et les histoires d'horreur, et alors que je n'avais aucune idée de ce que pouvait bien être un auteur victorien, deux romans m'ont profondément marquée : à l'âge de quartoze ans, Les Hauts de Hurlevent, lu dans un vieux livre en cuir illustré trouvé chez ma grand-mère, puis l'année suivante, Jane Eyre, découvert un peu par hasard à la bibliothèque. Deux lectures auxquelles je ne pouvais plus m'arracher et qui m'ont pour la première fois fait découvrir la littérature du XIXe qui m'est si chère aujourd'hui. Je me revois encore assise par terre dans ma chambre avec Jane Eyre sur les genoux, incapable de le quitter tant que je n'aurais pas lu les 100 dernières pages. J'espère aimer ce livre longtemps encore - ma grand-mère qui l'avait adoré jeune femme m'avait donné son exemplaire anglais après avoir essayé de le relire à plus de 80 ans, n'y trouvant plus qu'un tas d'inepties !

Maintenant que j'ai cité Jane Austen et les soeurs Brontë, les choix suivants sont moins évidents pour moi (et nettement plus arbitraires) !

oscar wilde.jpg

Oscar Wilde me semble encore être un choix assez facile. C'est un des premiers classiques britanniques que j'ai découverts, lorsque j'ai lu Le Fantôme de Canterville en 5e pour mon cours d'anglais renforcé. Nous avions vu à la même époque une adaptation dont je me souviens très peu mais que j'aimerais retrouver. Plus tard, le personnage lui-même a commencé à me fasciner. Sa pièce The Importance of Being Earnest m'a quelque peu réconciliée avec le théâtre, car je n'avais plus trop envie de lire de pièces à ce moment et je me suis régalée en lisant ce texte extrêmement drôle et enlevé. Et puis j'ai quand même serré la main de quelqu'un qui a serré à la main de quelqu'un qui a serré la main d'Oscar Wilde, ce qui m'a permis, comme me l'a expliqué Gyles Brandreth dans un français impeccable, de serrer la main d'Oscar Wilde par procuration (séquence émotion). Quoi qu'il en soit, ce n'est pas sans raison que je lance un challenge Oscar Wilde !

Portrait Edith Wharton.jpg

Edith Wharton. Je n'ai lu qu'un de ses romans cette année mais elle fait partie des auteurs dont j'ai prévu de lire toute l'oeuvre et lorsque je l'ai découverte il y a quelques années à travers plusieurs recueils de nouvelles, j'ai immédiatement été conquise par son style et sa maîtrise du format en question. Une lecture marquante à l'époque, et même si j'ai été un peu moins séduite par Chez Les Heureux de ce Monde, je me vois difficilement ne pas la citer.

Henry_James_1913.jpg

Au passage, j'ai hésité à citer Henry James, auquel je pense toujours lorsque j'évoque Edith Wharton (ce sont d'ailleurs les deux seuls Américains qui ont  leur place dans ma bibliothèque consacrée aux Britanniques classiques). Mais je n'ai pas lu James récemment et à faire un choix entre les deux, c'est peut-être Wharton qui m'a le plus marquée. Malgré tout The Turn of the Screw en particulier a été une lecture "révélation" pour moi. Et il me reste encore un certain nombre de nouvelles à lire dans la Pléiade.

woolf.jpg

Curieusement, ces deux-là m'évoquent Virginia Woolf; même si je ne saurais pas dire pourquoi je les associe même vaguement. Je n'ai lu que quelques textes de Woolf : deux romans, deux essais et quelques livres inachevés qui attendent au pied de mon lit. Malgré tout c'est un auteur vraiment à part à mes yeux : d'une finesse et d'une complexité sans égales !

thomas hardy.jpeg

Thomas Hardy. Un Victorien qui me faisait un peu peur, jusqu'à ce que récemment je lise L'Homme Démasqué et Les Petites Ironies de la Vie. J'ai pris tant de plaisir à les lire que je suis désormais décidée à lire les romans réputés les plus sombres de Hardy. Une découverte récente en quelque sorte, et très enthousiaste !

De plus en plus arbitraire, car pourquoi ne pas citer Vita Sackville West ? Barbara Pym (plus léger mais que je retrouve régulièrement avec plaisir) ? Flora Mayor qui a peu écrit mais que je relis en ce moment et dont j'ai énormément apprécié La Troisième Miss Symons ?

challenge-mary-elizabeth-braddon.gif

Mary Elizabeth Braddon, parce que j'ai lancé un challenge pour la découvrir cette année, parce que j'ai adoré les quatre textes d'elle découverts à l'occasion, parce que je vais continuer à la lire et qu'elle faisait partie des auteurs que je souhaitais lire depuis une éternité !

elizabeth-gaskell1.jpg

Elizabeth Gaskell, dont j'ai découvert North and South cette année. Cet été en me rendant avec mon cher et tendre dans le Yorkshire, j'ai souvent pensé à elle sur l'autoroute devant les pancartes qui indiquaient "North / South" sans plus d'explications. J'ai enfin lu son roman phare au mois d'août (après m'être régalée de l'adaptation BBC que je meurs d'envie de revoir) et même si je m'attendais peut-être davantage à un coup de coeur, c'est un des auteurs dont je projette de lire tous les titres. Et puis bon, difficile de ne pas citer celle à qui l'on doit le personnage de Thornton !

dickens.jpg

Charles Dickens, qui me vient presque toujours en premier à l'esprit quand je pense aux Victoriens. Dickens dont le personnage m'a toujours plu (et je le rends sans doute bien plus sympathique qu'il ne l'était en réalité lorsque j'y pense), Dickens que j'ai adoré suivre grâce à la jolie plume de Marie-Aude Murail, Dickens dont le Conte de Noël a marqué mon enfance et dont la maison est le premier musée que je me souviens avoir visité seule en Angleterre. Je me souviens de mon arrivée dans la rue, de cette chambre en hommage à sa chère disparue et du temps passé à la fenêtre, à contempler la rue et à me dire que peu de choses avaient sans doute changé depuis qu'il s'était tenu au même endroit. Sans parler de ce petit jardin londonien si minuscule. Et de l'épisode de Doctor Who que j'avais regardé au tout début uniquement pour Dickens. Bref, un auteur qui peuple à sa façon mon imaginaire...

baudelaire.gif

Charles Baudelaire, une de mes premières révélations littéraires. Baudelaire reste un poète à part pour moi. Outre l'admiration que j'éprouve pour ses écrits, il m'évoque de nombreux souvenirs. Je l'ai découvert dans la Pléiade écornée que mon père tenait de mon grand-père inconnu, fantasmé. J'ai ensuite eu le plaisir d'entendre parler du poète par un professeur de littérature merveilleux. Depuis c'est un auteur pour lequel j'éprouve un attachement mystérieux. J'entretiens avec les Fleurs du Mal un rapport très personnel. Ce poète maudit, dandy, alcoolique, cet enfant terrible de la littérature m'a toujours fait rêver !

Jean-Pierre-Ohl-001.jpg

Je cherchais un contemporain à citer et c'est Jean-Pierre Ohl à qui j'ai pensé. Parce que j'ai dévoré Les Maîtres de Glenmarkie, parce que j'attends avec impatience son prochain roman (en espérant sincèrement que celui-ci ne sera pas le dernier), parce que j'entends bien lire son premier roman lorsque j'aurai découvert le roman de Dickens l'ayant inspiré. Parce que la littérature française  actuelle manque cruellement de souffle, de romanesque, parce que j'ai aimé le projet ambitieux de Jean-Pierre Ohl et la délicieuse aventure vécue en compagnie de ses personnages. Parce que j'ai tout simplement aimé son livre autant que j'aime mes chers Britanniques.

jonathan-coe-.jpg

Jonathan Coe... Encore un Anglais ! Décidément, la perfide Albion continue à envahir ce billet, oh my Lord ! J'aime les classiques anglais, vous avez pu le remarquer, mais j'aime aussi les auteurs plus jeunes ou morts depuis moins longtemps (as you like). A des degrés divers, des auteurs tels que Nick Hornby, Tom Sharpe, Kate Atkinson, Roald Dahl (qui a joué un rôle très important pour moi lorsque j'étais enfant). Je voulais lire Coe depuis quelques années et je me suis décidée au printemps, après l'avoir rencontré lors d'une conférence avec d'autres blogueuses. J'étais curieuse parce que j'avais échangé quelques mots avec lui mais surtout j'avais pris énormément de plaisir à l'écouter parler de B.S. Johnson et de la façon dont il avait abordé sa biographie. Depuis j'ai lu trois de ses romans, participe à un challenge Coe et compte bien poursuivre ! La pluie, avant qu'elle tombe a été une de mes plus belles lectures de ces dernières années.

LeFanu.jpg

Sheridan Le Fanu, un Victorien un peu oublié mais que j'aime de temps en temps déterrer de ma bibliothèque. Pour éprouver quelques frissons avec ses histoires de jeunes filles séquestrées, d'oncle ou de père terribles et de lieux abandonnés. J'aurais pu citer Wilkie Collins aussi... là où le Victorien passe, le mystère trépasse !

Fabrice-Bourland.jpeg

J'ai bien envie de citer Fabrice Bourland pour finir. Un auteur très sympathique et plein d'humour que je croise régulièrement au Salon du Livre et qui connaît mon faible pour sa paire de justiciers loufoques, en hommage à un certain Doyle... Doyle que je viens justement de relire !

Je tague à mon tour Maggie, Emjy, Lilly et tous ceux qui n'ont pas encore participé à ce tag et se sentiraient inspirés... (et j'aimerais bien taguer Marine si elle avait un blog...)

08/07/2009

Absolutely fabulous

... c'est le nouveau petit nom de Madame Charlotte pour ceux qui ne le savaient pas encore. Car non seulement Madame Charlotte aime Wilkie Collins, Dickens et les Victoriens et joue avec moi les helpdesks de rêve alors que je projette de créer un nouveau blog, mais elle me conseille en plus des bouquins super chouettes (je laisse planer le suspense d'ici ma chronique) ET a créé en exclusivité pour votre fidèle et dévouée un superbe logo pour ceux qui comme moi, souffrent de wildite aiguë.

 

oscar150.png

Merci Lady Charlotte et n'oublions pas :

OSCAR POWA !! ;)