Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2017

Nellie Bly, 10 jours dans un asile

bly_10 jours dans un asile.jpgJe lis rarement (pour ne pas dire jamais) des reportages, mais les 10 jours dans un asile ont piqué ma curiosité. Ce recueil contient trois textes : "10 jours dans un asile", "Dans la peau d'une domestique" (sur le manque de sérieux des agences de placement, qui n'honoraient pas leurs obligations envers les domestiques ni envers les employeurs faisant appel à eux) et "Nellie Bly, une esclave moderne" (sur le travail en usine). Tous ces textes rendent compte de l'expérience vécue par Nellie Bly, qui fait partie des premiers journalistes infiltrés.

"10 jours dans un asile" est le principal reportage de ce recueil. Il y est question de l'asile de Blackwell's Island, face à New York. Nellie Bly s'y fait volontairement interner. Son constat est accablant et conduira les autorités à allouer des sommes supplémentaires à l'asile.

Nellie Bly y met en avant les conditions arbitraires d'internement : incompétence des médecins qui vont la juger folle, exemple d'une femme volage enfermée par son mari ou d'une autre, entrée en raison de sa pauvreté. S'il est facile d'entrer à Blackwell, il est presque impossible d'en ressortir. Une sorte de vie parallèle se met en place sur l'île, alors que les patientes ont vue sur New York, si proche et pourtant inaccessible, symbole de leur liberté perdue. On s'aperçoit que de nombreuses "folles" sont en réalité totalement saines d'esprit et parfaitement conscientes de leur situation.

Une fois les patientes admises, l'enfer commence. Nourriture infecte et avariée, froid, manque d'hygiène. La même eau est réutilisée pour plusieurs patientes, sans même tenir compte des éventuels plaies et problèmes de peau. Pire encore, non contentes d'être d'une incompétence crasse, les infirmières font preuve de brutalité et de cruauté, voire de sadisme. Celui-ci s'exprime aussi bien physiquement (jusqu'à l'étranglement ou des coups aboutissant à des côtes cassées) que moralement (moqueries, humiliations). Tout cela dans l'indifférence la plus totale, les médecins ne s'intéressant pas au sort des patientes et n'ayant visiblement pas les compétences nécessaires pour soigner celles qui auraient besoin de l'être et reconnaître celles qui pourraient sortir.

Bien que ce compte-rendu date de plus d'un siècle, il ne manque pas d'impact pour le lecteur d'aujourd'hui, en raison du contenu choquant relaté dans un style direct, avec précision.

Personnage remarquable, audacieuse, Nellie Bly est une féministe pour le moins courageuse à une époque où la place de la femme de bonne famille est essentiellement dans un salon à parler mondanités en servant des petits fours ! Une lecture étonnante mais passionnante. 

Sur le traitement de la folie et les pratiques douteuses des siècles précédents, voici également deux récits qui m'ont beaucoup plu : The Painted Bridge de Wendy Wallace ; La Chambre des Âmes de Frank Tallis. Enfin, le sympathique roman jeunesse Twelve minutes to Midnight de Christopher Edge se déroule en partie à Bedlam. Bedlam est une pièce de théâtre qui est également consacrée à cet endroit. Dans un autre registre, Personne ne me verra pleurer et Grand Paradis, deux romans nous plongeant également au coeur d'un asile.

Merci aux éditions

nellie bly,10 jours dans un asile,blackwell,new york,etats-unis xixe,editions points

 4,5coeurs.jpg

 

157 p

Nellie Bly, 10 jours dans un asile, 1887

05/01/2014

Ann Beattie, Promenades avec les hommes

beattie_promenades-avec-les-hommes-1.jpgVoilà un livre pour le moins curieux, dont je vais avoir bien du mal à vous parler. Promenades avec les hommes fait partie de la sélection 2014 pour le prix du meilleur roman Points. J'ai eu envie de larguer les amarres et de retrouver les Etats-Unis à travers un roman urbain où l'élite intellectuelle se regarde par le nombril dans un petit drame conjugal qui promettait d'être terriblement américain... et c'est le cas.

Jane revient sur les années qui ont suivi ses études à Harvard. Nous sommes au début des années 1980, elle a attiré l'attention des media sur elle en critiquant le système universitaire (pensant faire preuve d'une grande originalité ce faisant). Ses commentaires ont donné lieu à une réponse circonstanciée d'un universitaire, Neil. Grâce à la mise en perspective de leurs  points de vue dans le New York Times, Neil et Jane se rencontrent. Il a une vingtaine d'années de plus qu'elle mais lui propose de tout lui dire sur les hommes, de l'éduquer. Ainsi commence leur relation amoureuse. Elle plaque son petit ami du Vermont, Ben, s'installe à New York et vit aux crochets de Neil, dont les revenus semblent inépuisables. Mais, comme l'annonçait la proposition de Neil, la relation repose sur des bases malsaines. Jane est façonnée par son mentor qui lui apprend à voir les choses à sa façon, lui assène des vérités sur la vie et contrôle son langage et ses actions au quotidien (par exemple dire "boire un verre" mais ne pas préciser "de vin" ou encore s'habiller de marques de luxe ou de vêtements d'occasion mais ne jamais être dans la demi-mesure). Ce qui s'annonce comme une passade au début (d'autant plus que le titre laisse présager l'arrivée d'autres hommes, mais seuls Ben et quelques amis ou voisins sont les autres hommes de ce récit) devient une relation sérieuse... mais toujours particulière et soumise à certaines conditions. On a bien du mal à comprendre Jane qui se compromet avec cet homme après avoir découvert qu'il était marié au début de leur relation, que ses nuits passées dehors "à travailler" n'étaient qu'un leurre... la jeune femme étant parfaitement à même de percevoir les failles de cet homme manipulateur qui assène des vérités plates et artificielles aux femmes qui l'entourent et pervertit leurs relations (ainsi il raconte que les meilleures amies veulent passer du temps avec lui et demande ce qu'il doit faire, se faisant passer pour l'honnête homme qu'il n'est pas tout en jouissant de la fascination qu'il exerce sur les femmes et en faisant douter Jane ou sa première épouse de leurs propres amies).

" J'ai fait du bon boulot, dit-il.

- Oui, mais tu as fait de moi un être à part, et à présent je suis isolée, sauf avec toi. Il n'y a personne à qui je puisse parler de ces choses et de ce qu'elles signifient." (p 48)

beattie_promenades-avec-les-hommes.jpgLa structure de ce court roman (novella ?) est assez particulière, faite de sortes de flash-backs, d'arrêts sur image, faisant ainsi penser à un film. Les ingrédients du roman américain des années 1980 sont posés, entre la cohabitation dans un brownstone à Chelsea, les voisins gays qui laissent Jane assister à leurs ébats, l'allusion au "cancer gay" qui commence à frapper leurs amis, la drogue qui fait partie du paysage et ne semble pas particulièrement affecter le comportement des personnages (ils prennent de la coke ou de la marijuana comme d'autres une cigarette, par exemple en regardant la télé... mais attention, ils insistent sur le fait qu'ils ne vont jamais se coucher un verre à la main - il ne faudrait pas non plus qu'on imagine qu'ils ont des problèmes d'addiction).

C'est un texte étonnant, inhabituel. Je ne saurais dire que c'est un coup de coeur mais j'ai apprécié ce roman qui, une fois le livre refermé, laisse de multiples impressions au lecteur, qui s'interroge sur les choix et motivations des personnages mais reste aussi imprégné de cette vision d'un New York des années 1980.

Merci beaucoup aux Editions Points pour cette découverte.

Les avis de Anyuka, Jérôme (D'une berge à l'autre), Nola Tagada, Racines, Un Coin de Blog.

ann beattie,promenades avec les hommes,editions points,new york,new york annees 1980,roman americain,etats-unis



109 p

Ann Beattie, Promenades avec les hommes, 2010

17/10/2012

Rapaces, tomes 1 à 4

rapaces1.jpgJ'envisage de vous parler de Rapaces depuis le premier challenge Halloween, mais je n'avais jamais eu l'occasion de relire les 4 tomes. Une petite insomnie m'a aidé à mener mon diabolique projet à bien. Cette série d'albums est sortie avant la déferlante Twilight et autres vampires adolescents, quand les monstres suceurs de sang n'avaient pas encore le vent en poupe... et il est certain qu'on est loin ici d'une version édulcorée.

rapaces2.jpgNew York. Une série de meurtres frappent la ville, tous signés du message « Votre règne s'achève ». Les victimes sont vidées de leur sang et toutes présentent un kyste percé derrière l'oreille. Vicky Lenore et Spiaggi mènent l'enquête et vont rapidement être mêlés à une conspiration de grande envergure qui les dépasse : les vampires se sont installés depuis l'Inquisition à des postes clef mais aujourd'hui, alors qu'ils ont pris leur aise et perdu de leur vigueur à force de ne plus se battre, ils sont menacés par de mystérieux vengeurs. Il s'agit de Drago et Camilla, frère et soeur incestueux aux tenues de cuir, prêts à semer la terreur pour instaurer un nouvel ordre et venger par là-même leurs parents. Bien qu'animés par des motifs différents, Vicky et les deux vampires vont servir la même cause : une rencontre qui va changer radicalement la vie de Vicky.

rapaces3.jpgRapaces04.jpgUne série dont je gardais un excellent souvenir et qui a très bien résisté à une deuxième lecture. Le scénario bien ficelé est servi par un esthétisme irréprochable, dans un cadre très urbain et moderne. Une BD sexy (mais pas mièvre) et bouillonnante qui balaie d'un coup les idées reçues sur la question vampirique. Si vous pensiez tout savoir sur nos amis à dents pointues, n'hésitez pas à vous plonger dans cette série. Dépaysement garanti !

Après un vampire végétalien, deux vampires meurtriers pour accompagner le challenge Halloween, co-organisé avec ma comparse Hilde Van Helsing, et pour participer à la BD du mercredi, sous l'égide de notre chef d'orcheste Mango.

4coeurs.jpg

 

 

 



Rapaces, 4 tomes, Dufaux et Marini, (publication de 1998 à 2003)

Halloweem 2012.jpgLogo BD Mango Vert.jpg

30/09/2012

E.L. Doctorow, Homer et Langley

doctorow-homer.jpgJ'avais promis à ma chère Titine de participer au mois américain mais j'ai eu bien du mal à le faire entre une première semaine de septembre très dense puis mon départ loin, bien loin de chez moi – bizarrement je n'ai pas eu l'occasion de tenir parole jusqu'à aujourd'hui.

J'ai lu deux romans dans le cadre de ce mois américain mais la seule chronique que je vais faire à temps porte sur Homer & Langley de E.L. Doctorow, roman qui m'a fait de l'oeil pendant un moment en librairie. J'ai fini par succomber à la couverture et au sujet : deux frères assez riches pour vivre dans la Cinquième avenue retrouvés morts « ensevelis sous des piles de journaux et de livres » (je vois déjà quelques bibliomanes pâlir et jauger d'un oeil inquiet les piles branlantes envahissant désormais jusqu'à leur salle de bain).

e.l. doctorow,homer & langley,collyer brothers,actes sud,new york,etats-unis,etats-unis xxe,new-york xxeNarré par Homer, le « frère aveugle », le récit évoque peu les années d'enfance mais porte davantage sur la façon dont les deux frères ont reconstruit leur vie après la mort de leurs parents. Homer et Langley sont habitués à vivre dans le faste et héritent de la maison parentale, mais chacun a subi un traumatisme qui vient perturber le fonctionnement du foyer. Homer a perdu progressivement la vue alors qu'il était encore jeune, quant à Langley que l'on croyait mort, il revient changé de la guerre de 14-18, ses poumons et sa peau attaqués par le gaz. Les deux frères restent très soudés mais mènent une vie excentrique, voire débauchée pour l'époque, loin du carcan social dans lequel ils ont grandi. Petit à petit la maison se vide de ses domestiques et les frères sont livrés à eux-mêmes, devenant de plus en plus marginaux.

Sujet fascinant servi par une plume très agréable à la traduction, mais un roman en peu en deçà de mes attentes. On voit les deux frères s'isoler de plus en plus mais ce glissement progressif se fait au prix d'une narration un peu monotone à mon sens. On voit malheureusement un peu trop vers où tend le récit et, bien qu'ayant trouvé beaucoup de qualités à ce roman (notamment une intéressante traversée du XXe), j'ai trouvé sa lecture parfois un tantinet monotone. Un ressenti bien subjectif cela va de soi, je ne peux que vous inviter à pousser la porte de cette maison étonnante pour en découvrir les drôles de trésors !

Clara a beaucoup aimé et explique très bien pourquoi.

Vous trouverez beaucoup de photos de la maison si vous tapez "Collyer brothers" sur un moteur de recherche ; ce blog évoque aussi leur histoire et leur fin tragique.

e.l. doctorow,homer & langley,collyer brothers,actes sud,new york,etats-unis,etats-unis xxe,new-york xxe

 



229 p

E.L. Doctorow, Homer et Langley, 2009
(2012 pour l'édition française)

Logo-mois-américain2.jpg

11/09/2011

New York New York

deux-artistes-au-chomage.jpgJe ne sais pas si la chaleur écrasante de Barcelone ou l'air conditionné qui y sont pour quelque chose, mais je ne sais comment partager avec vous ma dernière lecture, Deux jeunes artistes au chômage de Cyrille Martinez.

Ce roman très curieux fait un peu figure d'OVNI dans cette rentrée littéraire. Plutôt expérimental, ce texte a pour cadre New York New York. Ce "déplacement" (je reprends ici un terme employé par l'auteur) est assez emblématique du récit, et si je voulais faire un énorme raccourci, je dirais qu'il résume à lui seul Deux jeunes artistes au chômage. New York New York, une manière de nous placer dans un cadre mental assez précis pour aussitôt nous en arracher ; une perte de repères qui se poursuit avec la rencontre d'Andy et de John, que l'on associe immédiatement à deux artistes des années soixante, pour ensuite découvrir qu'il ne peut s'agir de l'époque en question lorsqu'un téléphone portable fait soudain son apparition. Ce roman est un curieux mélange de chapitres qui se lisent comme autant de  pièces formant un tout mais laisse au lecteur la vague impression d'avoir pénétré dans plusieurs univers parallèles, tous semblables et décalés à la fois. Le passé évoque un futur presque inquiétant, au cours d'une introduction qui n'est pas sans évoquer le roman d'anticipation : des artistes s'installent dans un quartier de New York New York qui devient de plus en plus un ghetto de luxe dans lequel il convient de vivre pour devenir artiste, mais auquel on ne peut accéder sans être auteur de best-sellers, d'où une montée des prix et un quartier d'abord (trop?) élitiste qui devient purement mercantile.

Le roman, pourtant court, évoque par ailleurs de nombreux sujets, dont l'accueil faits aux immigrants (intégrés à condition de venir "travailler" et non "vivre" sur place), accueil absurde qui, on le pressent, n'annonce pas de meilleurs lendemains. Un autre sujet m'a interpelée et je regrette de ne pas avoir profité d'une rencontre avec l'auteur pour l'évoquer : l'un des personnages est atteint du syndrome de la Tourette et passe son temps à jurer. Un personnage qui prête à rire... est-ce là sa raison d'être dans le livre (malgré un côté sinistre dès qu'il s'agit de faire du profit) ? Un personnage qui me fait par ailleurs penser à L'Homme qui prenait sa femme pour un chapeau d'Oliver Sacks, que je vous recommande si la question des troubles nerveux vous intéresse.

Un livre qui ne ménage pas son lecteur et suscite de nombreuses interrogations, ce que j'ai trouvé très raffraîchissant !

Merci à Denis et aux éditions Buchet Chastel pour cette lecture et la rencontre très sympathique avec l'auteur autour d'un pique-nique !

Les avis de : Livresse, Sophie, Moby Livres, Skritt, Avalon

 

3coeurs.jpg

 

 

128 p

Cyrille Martinez, Deux jeunes artistes au chômage, 2011

challenge-1--litteraire.jpg