Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2015

Albums jeunesse autour de la mer

20150719_112228v%22.jpg

Estelle Calim m'a donné envie de faire un billet thématique jeunesse en parlant elle-même de livres avec des trous. Je vous invite à lire son article très bien pensé pour les jeunes parents.

J'ai eu envie de partager avec vous quelques albums de saison, sur la mer ou la plage, pour certains déjà chroniqués ici.

20150719_112100v2.jpg

Dans ma petite sélection de la mer figure l'album Chu's Day at the Beach sorti récemment en anglais. Un vrai travail d'artiste et une histoire mignonne comme tout. Un livre idéal pour les lectures du soir en été ! Et bien sûr recommandé aux fans de Neil Gaiman. Mon billet complet ici.

20150719_112031bis.jpg

Histoires d'animaux de la mer fait partie de la collection Histoires à raconter pour les bébés des éditions Fleurus. Baby Lou a deux albums de cette collection mais celui-ci a sa préférence en raison de sa grande passion pour les poissons (en ce moment, tous les animaux inconnus sont qualifiés de poisson, terme qui s'étendait même aux avions en vol jusqu'à la semaine dernière). Cet album rassemble trois courtes histoires: celle d'un bernard-l'hermite qui se cherche une nouvelle maison ; de Philibert, qui parvient à faire fuir un requin, devenant le roi de la mer auprès de ses amis ; enfin, le cirque de la mer. Les deux premières histoires me plaisent davantage car la situation évolue à travers les petites épreuves traversées par le personnage principal. Le dernier texte est purement descriptif, on y rencontre Gaëtan qui va au cirque et assiste à des spectacles. A noter une remarque qui me choque à chaque fois dans le premier récit: Nic le bernard-l'hermite refuse d'habiter une coquille car elle est rose, elle est donc pour les filles ! Dans l'ensemble cet album est un bon investissement, grâce aux trois histoires courtes, à l'univers ludique et coloré qui plait forcément aux enfants. Le format cartonné est de plus bien adapté aux manipulations des petits. Baby Lou a un peu cassé la tranche mais ça ne se voit pas.

Avec P'tit Loup va à la plage j'ai découvert la célèbre série des P'tit Loup. Ici le jeune héros va à la plage avec sa grand-mère et sa cousine, on le voit s'y amuser. L'histoire est courte mais bien adaptée à de très jeunes lecteurs. Baby Lou s'amuse à reconnaître les objets qu'elle sait déjà nommer et apprend d'autres mots. Les dessins sont gais et d'humeur estivale. Le format est par ailleurs très pratique : petit format carré léger, facile à emporter partout, et des pages plastifiées plus résistantes aux attaques et maladresses des plus petits. Si je devais trouver un défaut à cet album ce serait les rôles là aussi un peu stéréotypés : la cousine avec son ruban rose qui a envie de bronzer pendant que P'tit Loup s'ébat dans les vagues, avant de la consoler quand elle pleure parce que leur château a été détruit par l'eau. Cela reste un album agréable, qui rencontre un certain succès à la maison.

20150719_111947v2.jpg

Enfin ces quelques livres de la série Au bord de la mer, découverte l'an dernier. Dans chacun de ces livres, un animal marin est le héros, vit des péripéties et voit sa situation évoluer : il se rend compte de ses défauts ou trouve des amis par exemple. Les dessins des fonds marins sont adorables et très colorés. J'avais adoré cet univers lorsque j'étais tombée sur ces livres en librairie, et Baby Lou redécouvre cette série avec plaisir en ce moment. Evidemment, avec tous les poissons qu'elle y voie, elle ne peut pas résister ! Voici mon billet plus détaillé publié il y a un an.

Sur ce, bon été avec vos petits marins en herbe !

 editions auzou,editions beluga,editions harpercollins,challenge je lis aussi des albums,christophe boncens,la pieuvre moqueuse,l'etoile est une menteuse,l'anemone se sent seule,le bigorneau tricheur,histoires salées du marchand de sable,albums jeunesse,albums au bord de la mer,neil gaiman,adam rex,chu's day at the beach,album jeunesse anglais,album enfant plage,album enfant été,album enfant mer,p'tit loup va à la plage,orianne lallemand,Éléonore thuillier,histoires à raconter pour les bébés,histoires d'animaux de la mer,editions fleurus

19/07/2015

Neil Gaiman & Adam Rex, Chu's Day at the Beach

album_chus day at the beach.jpgIl y a un mois, je revenais le sac à dos plein de souvenirs anglais pour Baby Lou, à commencer par plusieurs livres dont j'ai commencé à vous parler: Paddington et l'album ludique Hello London ! de Marion Billet pour les très jeunes lecteurs. Je poursuis avec une lecture estivale, idéale pour divertir vos enfants au retour de la plage : Chu's Day at the Beach. J'ai découvert que cet album fait suite à Chu's Day et Chu's Day at School mais il peut se lire de manière tout à fait indépendante.

Dans cet opus, Chu se rend à la plage avec ses parents et commence à bien profiter de sa journée grâce à une énorme glace. Mais il a soudain une folle envie d'éternuer et, lorsque l'inévitable arrive, l'impact est si fort que la mer se retrouve coupée en deux. Chu et les autres personnages présents sur la plage se mettent à marcher entre les deux murs d'eau, voyant au passage les habitants marins, peu ravis de la situation. On invite donc Chu à éternuer pour résoudre le problème, mais il est bien sûr impossible d'éternuer sur commande...

album_chus day at the beach2.jpg

J'ai craqué sur la couverture en librairie et ne le regrette pas. Les dessins sont à la fois gais, très colorés, vivants et pleins d'humour. On s'imagine bien à la plage et on n'a aucun mal à suivre les aventures de Chu grâce à la précision des planches, qui nous permettent de saisir des petits détails comme la texture mouillée du sol ou la présence de coquillages luisant au soleil. Si l'histoire est courte (mais très mignonne), on consacre du temps à chaque double-page en raison des illustrations, qui sont très parlantes. Beaucoup d'attention est portée aux estivants installés à la plage, y compris jusqu'à de petits insectes.

Un vrai régal pour les yeux et une lecture qui sent bon le soleil, le sable mouillé et les vaguelettes. On se sentirait presque en vacances !

4coeurs.jpg

 

 

32 p

Neil Gaiman & Adam Rex, Chu's Day at the Beach, 2015

albums2015.jpegmyself2015.jpg

29/07/2009

Coraline

coraline affiche.jpgDe Neil Gaiman, je ne connais que The Graveyard Book (livre jeunesse globalement sympathique et bien ficelé) et American Gods. Je pense encore lire Neverwhere étant donné le cadre mais pour ce qui est de Coraline, j'étais plutôt attirée par l'adaptation au cinéma après avoir vu un reportage sur les marionnettes créées pour le tournage et le remarquable travail d'animation.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, la petite Coraline vient d'emménager avec ses parents dans coraline 01.jpgune vieille baraque isolée, au sein d'une région où il pleut (beaucoup) et, plus précisément, au cœur d'un appartement qui a besoin de quelques (petites) réparations. Les parents écrivent un guide sur les plantes qui a l'air follement passionnant, surtout pour ce couple qui n'a pas de jardin, fait des repas avec un morceau de munster et trois radis, ne déballe pas ses cartons et laisse foyer et fille chérie à l'abandon. Sans parler de Maman, un poil dominatrice !

coraline 02.jpgBref, vous l'avez compris, il y a des décors plus sympa et des parents plus funky. C'est alors qu'une nuit, guidée par de petites souris, Coraline découvre un passage secret qui conduit dans un double de sa maison. Un double idyllique, où tout est fait pour le bonheur des yeux, le confort et les papilles de la petite qui découvre des copies de ses parents prêts à tout faire pour rendre leur petit ange heureux. Et, malgré les boutons cousus dans leurs yeux, Coraline s'adapte rapidement à ce nouvel environnement et décide de l'explorer régulièrement.

 

coraline 03.jpg

coraline 04.jpgJe me suis régalée avec ce film extrêmement bien réalisé et techniquement très réussi. Il faut dire que j'ai gardé mon âme d'enfant et guette avec impatience les nouveaux films d'animation (d'ailleurs cette semaine je vais voir Up). Les décors sont soignés, fourmillant de détails ; les silhouettes, expressions et mouvements des personnages sont quant à eux très réalistes – dommage que seule Coraline ait vraiment un rôle important, les autres personnalités n'étant pas toujours assez exploitées. Mais je pinaille. L'histoire rappelle à la fois les contes de fée classiques et les terribles aventures des enfants héros de Roald Dahl. Quant à la réalisation, elle est très largement imprégnée de l'univers de Tim Burton, qui a visiblement influencé le film pour la musique et sur le plan esthétique. Pas étonnant, puisque le réalisateur est aussi celui de L'étrange Noël de Monsieur Jack (écrit et produit par Burton). On rit, on s'émerveille... on aurait presque un peu peur pour Coraline. Enfin, que vous dire ? Si vous aimez les films d'animation, ne manquez pas celui-ci, malgré une fin assez facile et un déroulement tout de même un peu prévisible (mais après tout on passe un si bon moment qu'on s'en fiche !).

 

coraline 05.jpg

Au passage, je n'ai pas spécialement envie de lire le roman mais j'ai assez aimé l'histoire pour être tentée par la bande-dessinée si les dessins me plaisent.

3,5coeurs.jpg

 


Coraline, un film de Henry Selick, 2009

 

Vite fait, vite fait :

Ils n'ont aucun rapport avec la lecture mais bon, soyons fous.

age de glace.jpgSi vous devez choisir en ce moment entre plusieurs films le dimanche soir au ciné, oubliez L'Âge de Glace 3 : le Temps des Dinosaures qui pourra largement attendre la sortie en DVD à moins de pouvoir le voir en 3D évidemment. C'est mignon, plutôt drôle, Sid est toujours la catastrophe ambulante qu'on adore, l'histoire tient la route, mais le tout a un petit goût de déjà vu et les gags rappellent les premiers films. Une légère déception.

2,5coeurs.jpg

 


L'Âge de Glace 3 : le Temps des Dinosaures, un film de Carlos Saldanha, 2009

good morning england.jpgPar contre, si vous êtes plutôt pop and rock, ne laissez pas passer Good Morning England dont la BO monopolise mon lecteur CD ces derniers temps. Années soixante. Les radios pirates font vibrer l'Angleterre, ce qui n'est pas au goût du ministre de la culture, prêt à les faire disparaître. Alors que Radio Rock vit ses derniers instants, le jeune Carl est envoyé sur le bateau-radio par sa mère, histoire de le remettre sur le droit chemin après son renvoi du lycée. Drôle d'idée quand on sait que le bateau est un lieu de débauche et de douce folie entre mélomanes. Voilà un excellent film, plein d'humour et de fraîcheur, rythmé par une BO absolument génialissime.

4,5coeurs.jpg

 


Good Morning England, un film de Richard Curtis, 2009

23/04/2009

Ci-gît un cimetière pas comme les autres :

gaiman_graveyard book.jpgDans la série des livres qui se morfondaient dans le tas des billets en retard, The Graveyard Book de Neil Gaiman arrive en bonne place, avec plus d'un mois d'abandon (sans compter le fait qu'entre le moment où j'ai lu les 100 premières pages et celui où j'ai lu la suite se sont écoulés près de deux mois). Il faut dire que la magie a seulement vraiment opéré la deuxième fois.

Ce roman est celui de Nobody Owens, recueilli par les habitants d'un cimetière après le meurtre de sa famille. Poursuivi par l'étrange Man Jack à son arrivée, on le sait menacé dans le monde réel et on se charge de le cacher. On ? Des fantômes vieux de plusieurs siècles, dont un couple autrefois sans enfant, ainsi que Silas, ni mort, ni vivant (mais très vampirique). « Bod » grandit donc au milieu des « siens », apprend à traverser les murs, à se faire invisible, à connaître les étoiles et la manière d'appeler à l'aide dans des langues fantastiques. Ses expressions datent parfois de plusieurs siècles, et ses connaissances sont souvent décrites à coup d'épitaphe : « here he lyes in the certainty of the moft glorious refurrection », « they sleep to wake again », « son of the above » ou encore « As I Am So Shall You Be ».

Le roman est composé de chapitres consacrés chacun à une aventure propre, qui pourrait presque se lire séparément comme un conte, à l'exception des premier et deux derniers chapitres qui sont liés à l'histoire de Nobody et de ses vrais parents. Chaque histoire a ses propres créatures : loup-garou, gobelins, oiseaux fantastiques, gardiens éternels d'un mausolée. Neil Gaiman crée un univers facile à se représenter, dans un décor étrange mais plutôt sympathique facilement transposable au cinéma.

The Graveyard Book (dont le titre fait allusion à The Jungle Book, cher à Gaiman) est un très bon roman jeunesse, parfait pour les 10-14 ans (c'est en tout cas le genre de livres que j'aimais à cet âge), vraiment agréable à lire pour les plus grands. Outre les péripéties palpitantes de Bod et de ses amis funèbres, ce livre évoque le passage à l'âge adulte, l'amitié, la nécessité de tracer sa propre route. Le ton est souvent empreint d'humour et que voulez-vous, entre Caius Pompeus et Thackeray Porringer (1720-1734), sans parler des derniers Victoriens à avoir peuplé le cimetière, le mélange des siècles dépayse judicieusement : on ne s'ennuie pas un instant !

Un court extrait :

« On the north-western side of the graveyard things had become very overgrown and tangled, far beyond the ability of the groudsman or the Friends of the Graveyard to tame, amd he ambled over there and woke a family of Victorian children who had all died before their tenth birthdays, and they played hide-and-go-seek in the moonlight in the ivy-twined jungle. »

Pendant que je lisais tranquillement ce livre en VO, j'ai été contactée par les éditions Albin Michel qui m'ont proposé de m'envoyer la version française. J'ai accepté gaiman_vie de nobody owens.gifpar curiosité et reçu les épreuves non corrigées puis le livre publié en mars (je n'ai découvert ce dernier que très récemment, n'étant pas chez moi lorsqu'il est arrivé). J'ai lu quelques extraits et, très honnêtement, même si je préfère lire systématiquement les livres jeunesse en VO, il est tout aussi agréable de lire ce roman en VF. Le changement majeur tient au choix des illustrations. En anglais, j'ai choisi la version pour le jeune public, préférant les dessins de Chris Riddell qui me rappelaient certains livres de mon enfance et que je trouvais à la fois amusants et monstrueux. La VF contient les dessins de Dave McKean, plus modernes. Ils m'évoquent les comics à la Batman et Spiderman, malgré un style personnel. Quant à la couverture, j'adore !

On trouve les illustrations et beaucoup d'autres détails passionnants (ou pas) sur le site consacré au livre. Notamment ceci : « The Graveyard Book has just won the The John Newbery Medal for the most outstanding contribution to children’s literature ».

D'autres avis : Cocola, « adorable, impossible d'y résister » ; Fashion – qui me l'a fait découvrir, « roman formidable, (...) sombre comme une nuit sans lune au-dessus d'un cimetière » ; ,Karine:) « Le monde créé par la plume de Gaiman a une magie certaine. » ; Marie, « Quel talent ce Neil Gaiman ! » ; Pimpi, « J’ai lu le livre d’une traite. Et j’ai adoré!!!! » ; Yueyin, « Une très belle et magique parabole du passage de l'enfance à l'âge adulte » ; Ofelia, "les neophytes se regaleront d'un roman qu'on a du mal a lacher, les connaisseurs retrouveront avec plaisir l'univers fantasmagorique (mais qui a souvent l'air tellement reel) de Gaiman." ; Isabelle, dans un billet judicieusement intitulé La mort vous va si bien, conclut : « Un très joli roman donc, plein de poésie, que je vous recommande chaudement. »

294 p

Neil Gaiman, The Graveyard Book, 2008

(En France : L'Etrange vie de Nobody Owens, 2009)

****

2009.03.19 concours bd 4.jpgPetits blablas en passant :

Colin Firth (que je connais très bien et qui m'a évidemment tout raconté) va embellir l'année 2009 en jouant dans A Christmas Carol ET Dorian Gray (je retiens de justesse un «hiiiiiiiiiiiiii » hystérique que je réserve pour la sortie en salle).

*

gaudi_batllo_noche.jpgAujourd'hui, c'est La Diada de Sant Jordi ou le Lovers Day à Barcelone. Et sachez mes amis que les Catalans sont parfois des gens décidément vraiment (mais alors vraiment) bien. Car pour fêter ça, les couples échangent traditionnellement une rose (pour la fille) et un livre (pour le garçon). Mieux encore, il paraît qu'aujourd'hui le garçon offre la rose ET le livre à la fille (là Mr Lou proteste, on a donc décidé de s'offrir mutuellement les deux raisons du conflit). Il devrait y avoir des livres et des roses partout, notamment sur les Ramblas (et la foule aussi, malheureusement). Je n'en sais pas plus pour l'instant mais sachez que j'ai déjà hâte d'y être ! D'ailleurs, qu'est-ce que je fais encore ici, moi ?

diada sant jordi.jpg