Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2012

Meeting Molly Keane

fragiles-serments.jpgJe raffole de littérature britannique (souvent anglaise) dès qu'il s'agit de petites histoires de famille, de potins de voisinage, lorsque le châtelain du coin s'intéresse plus à ses chevaux qu'à son domaine et que sa digne épouse part en guerre contre sa meilleure ennemie si celle-ci tente de la détrôner lors de la fête caritative organisée par la femme du pasteur. Et c'est un peu cet esprit que j'ai retrouvé chez Molly Keane, irlandaise que je lis pour la première fois.

Fragiles Serments s'ouvre avec l'arrivée d'Eliza chez les Bird, le jour du retour de leur fils aîné, soigné dans un hôpital psychiatrique pour dépression. Vieille amie de la famille, Eliza vient régulièrement séjourner dans le superbe domaine ; amoureuse de Julian Bird depuis toujours, elle supporte avec bonne grâce Lady Bird, beauté extravertie, pas très fine, un brin tyrannique et bien déterminée à se faire passer pour bien plus jeune qu'elle ne l'est en réalité, au risque de paraître ridicule. Durant un séjour mouvementé, Eliza va se faire tour à tour la confidente des uns et des autres : Julian qui aime profiter de sa présence sans trop se soucier du mal qu'il peut lui causer ; Lady Bird ou Olivia, qui pérore à n'en plus finir pour valoriser son jardin, sa jeunesse, la formidable complicité qui l'unit à ses enfants – qui tous la détestent et se moquent d'elle en permanence ; John, l'aîné, déraciné depuis  son retour ; Sheena, folle de son Rupert et bientôt obligée de s'en éloigner pour une sombre histoire d'hérédité ; enfin Markie, enfant magnifique à qui l'on passe tout et dont la cruauté sans bornes ne semble déranger personne. Et puis, en marge de toutes ces tragédies familiales plus ou moins grandes, circule Mrs Parker, la gouvernante barbue et solitaire, condamnée à vivre au sein du foyer sans jamais en faire partie. Alors que les jours passent, la belle façade se fissure et chaque personnage connaît son lot de malheurs (si l'on peut considérer pour Markie que les problèmes de mathématiques sont un drame en soi).

ashford castle.jpgFragiles Serments est au choix une histoire familiale, un divertissement à l'humour British ou une superbe galerie de personnages un brin tordus, d'aristocrates d'un autre monde, un roman où mesquineries, secrets honteux et trahisons se mélangent allègrement. N'attendez rien de ces Bird un brin vampiriques si vous ne voulez pas connaître le sort de cette « chère Eliza », mais n'hésitez pas à faire un petit détour par chez eux pour assister à la petite garden party d'Olivia. Vous pourriez sans doute surprendre quelque personnage en flagrant délit d'exubérance et, rien que pour cela, le voyage est justifié.

Lu dans le cadre de Masse Critique : un grand merci à Babelio et aux Editions du Quai Voltaire !

C'est aussi ma première participation au Mois irlandais organisé par ma copine Cryssilda !

molly keane, fragiles serments, littérature britannique, littérature irlandaise, roman irlandais, irlande, irlande xxe, irlande années 30, mois irlandais

 

 

285 p

Molly Keane, Fragiles Serments, 1935

(2012 pour la présente édition)

mois irlandais.jpgmasse_critique.jpg

18/05/2012

L'Observatoire, ex domaine de Tearsham

carey_observatoire.jpgIl suffisait d'un auteur anglais inconnu et d'une allusion à Mervyn Peake pour que je me retrouve embarquée dans une visite pour le moins ubuesque, celle de L'Observatoire d'Edward Carey. 429 pages lues avec avidité, un roman que j'ai trouvé tout à la fois passionnant, intelligent, drôle, cruel, et qui occupera désormais une place de choix dans ma bibliothèque. Pas la peine de lire la suite, n'attendez plus, tentez vous aussi l'aventure !

Le narrateur, Francis Orme, est issu d'une longue lignée de Francis Orme, propriétaires du domaine de Tearsham, peu à peu rattrapé par la modernité et une mauvaise gestion qui lui a valu d'être grignoté par une ville tentaculaire, bien déterminée à ne faire qu'une bouchée de ce bastion d'un autre temps qui lui résiste encore. Le domaine s'appelle désormais l'Observatoire : un manoir amputé de ses dépendances, encerclé d'un ridicule mur d'enceinte, sans jardin, un manoir découpé en appartements.

victor newman.jpgA remonter le fil du temps aux côtés de Francis Orme, on comprend que la transformation du manoir en résidence a été souhaitée par sa mère et incarnait pour elle une nouvelle vie et la modernité. Pourtant, lorsque le récit débute, les appartements ont perdu la fraîcheur des premiers jours ; la plupart des habitants sont morts ou ont quitté les lieux, l'endroit est sale, le rez-de-chaussée envahi par les déchets urbains. Quant aux habitants restants, avec lequel tenterez-vous une collocation ? Claire Higgs, vieille femme scotchée devant sa télé toute la journée, idolâtrant un personnage qui de par sa description, me fait fortement penser à Victor Newman des Feux de l'Amour (remarquez l'étendue surprenante de mes connaissances, je peux ainsi saisir la subtilité de telles influences) ? Peter Bugg, ancien précepteur adepte des coups de règle, suant, transpirant pour expier on ne sait quelle faute ? Numéro 20, la Femme-chien ? Le Portier, qui chuinte au lieu de parler ? Ou bien les Orme ? Le père et la mère, enfermés dans leur silence depuis des années ; le fils, cleptomane, incapable de vivre sans gants blancs et maniaque à leur égard, auteur d'une étonnante et sordide collection (dont vous ne connaîtrez l'Objet, le clou de la collection, qu'à la fin du récit) et vivant de son métier de statue humaine ? Comme tous ceux-là sont assez dérangés, il serait préférable de renoncer à tout emménagement intempestif. Mais voilà qu'une certaine Anna Tapp décide de s'installer dans l'appartement 18. Elle n'est certainement pas la bienvenue, et c'est par sa présence que les souvenirs vont remonter à la surface, troublant puis détruisant le petit équilibre monotone de ces résidents qui avaient renoncé à vivre...

Sur le déclin de l'aristocratie, un passage exquis, sur Lord Pearson, contraint de se séparer de son château pour venir habiter à L'Observatoire : "Lord Pearson aimait inviter chez lui les autres résidants pour leur faire visiter son modeste appartement comme s'il s'agissait d'un château. Il disait : Voici le salon où Lord Pearson regardait la télévision. Voici la salle-de-bains, c'est dans cete baignoire en plastique que Lord Pearson se lavait avec un savon parfumé au citron. Voici la cuisine, c'est à cette table que Lord Pearson buvait son potage. Et ainsi de suite. Lord Pearson s'éteignit après avoir absorbé une dose massive de somnifères. Il n'avait plus un sou. Il ne voyait pas comment il pourrait s'en sortir. Sur son corps élégamment vêtu d'un costume de tweed était épinglée une note : Voici Lord Pearson, Noble vestige du début du siècle. Enterrez-le dans son caveau de famille." (p249-250)

Merci aux éditions Phébus pour cette belle découverte.

4,5coeurs.jpg

 

 

429 p

Edward Carey, L'Observatoire, 2000

23/01/2011

Evil dwarves

coe_nains_mort.jpgJ'ai d'abord croisé Jonathan Coe en plongeant dans les années 70 sur les traces d'une bande d'adolescents. Puis j'ai rencontré une femme qui n'aimait pas grand-chose et dont la vie n'avait a priori rien de très intéressant. Le tout avant de croiser plusieurs femmes au destin poignant à travers le récit d'une personne morte depuis peu. Je continue cette année à découvrir son univers romanesque avec Les Nains de la Mort, récit qui, il faut bien le dire, commence très mal pour le héros.

Le narrateur, William, débute son récit en revenant sur le week-end au cours duquel sa vie a basculé. Devant rencontrer un nouveau groupe dans lequel il pourrait jouer, William se retrouve seul avec Paisley, le chanteur, dans la maison où habite toute la bande. Au lieu de rejoindre les autres au studio, le chanteur lui demande de rester avec lui pour attendre deux dealers qu'il espère rouler en les délestant de leur cargaison et en s'enfuyant, après s'être fait passer pour le propriétaire des lieux afin de fixer le rendez-vous. Caché dans la pièce, William assiste finalement au meurtre de Paisley par deux nains cagoulés qui le frappent à mort. S'enfuyant des lieux sans avoir été vu, William croise des policiers et, tout en réussissant à s'échapper, se sait soupçonné de meurtre.

Les chapitres suivants lui permettent d'effectuer un retour en arrière et de revenir sur les différents éléments qui l'ont peu à peu conduit à vivre cette scène. Entre son boulot chez un discaire, sa vie médiocre à Londres, son groupe de rock assez lamentable, son appartement minable dans un quartier sans intérêt, sa colocataire maltraitée par son copain et son histoire platonique avec une certaine Madeline, gouvernante de luxe dans les beaux quartiers, la vie de William n'est pas des plus heureuses.

On découvre enfin ce qui s'est passé suite à sa fuite (eh bien oui, mais ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus !). Et là j'avoue avoir été un peu déçue. Le renversement assez inattendu m'a prise au dépourvu, en revanche j'ai trouvé le dernier chapitre un peu facile et moyennement concluant.

Malgré tout j'ai encore pris énormément de plaisir à lire un roman de Jonathan Coe qui, m'a une fois de plus captivée, hormis le dernier chapitre qui m'a laissée un peu sur ma faim. Quatrième lecture de Coe, et une fois de plus je savoure son inventivité et sa capacité à nous embarquer dans des histoires toutes différentes les unes des autres, et parfois très farfelues.

D'autres avis : Allie, Ombre des Mots...

Merci à Lise des éditions Folio pour ce très bon moment passé en compagnie de Coe.

4coeurs.jpg

 

 

233 p

Jonathan Coe, Les Nains de la Mort, 1990

challenge-coe3-2.jpg2e titre lu dans le cadre du challenge Jonathan Coe de June et Myrddin

08/02/2010

The portrait of a lady swap

logo portrait swap.jpgBienvenue dans notre salon ! Vous tombez bien, c’est justement l’heure du thé !

Vous aimez la culture britannique ? Les samedis pluvieux, vous adorez savourer Jane Austen ou Henry James assis près de la fenêtre, une tasse de thé bien chaude à portée de main ? Peut-être aimez-vous aussi les héroïnes au caractère bien trempé, les aventurières en jupon… quoi qu’il en soit, amis lecteurs, amies lectrices, si vous avez l’âme britannique et l’esprit joueur, ou même, si vous êtes simplement curieux, Titine et moi vous proposons de fêter le printemps et l’arrivée des beaux jours avec The Portrait of a Lady swap.

 

wollstonecraft.jpg

Le thème : les femmes dans la littérature britannique classique (jusqu’aux 1950’s), femmes écrivains ou héroïnes principales d’un roman écrit par un/une Britannique. Nous vous invitons notamment dans l’univers d’écrivains tels que Elizabeth Gaskell, Jane Austen, Ann Radcliffe, Mary Shelley, Vita Sackville, Virginia Woolf, Rosamund Lehmann, Violet Hunt, Vernon Lee, Barbara Pym, Mary Wollstonecraft, Elizabeth Goudge, Flora M. Mayor, Julia Strachey, George Eliot, les sœurs Brontë, Elizabeth Bowen; mais aussi DH Lawrence, Henry James (naturalisé Anglais), Charles Dickens, W. Wilkie Collins, EM Forster qui ont créé des personnages de femmes marquants. Nous vous enverrons une bibliographie avec le questionnaire.

 

dame-en-blanc.jpg

Les colis devront contenir :

2 livres neufs : par exemple un livre de Virginia Woolf et L’Amant de Lady Chatterley de Lawrence

1 sweet thing, pour un moment de douceur, de détente : des sels de bain, un parfum d’ambiance, du thé… qui n’a d’autre limite que notre imagination et les goûts des swappés et swappées.

1 objet personnalisé en rapport avec le thème : fait main ou customisé en ligne par exemple (nous vous enverrons aussi des liens vers des sites très pratiques)… mugs, slat et bien d’autres choses !

1 carte personnalisée et en rapport avec le thème

Afin que ce swap reste un plaisir pour tout le monde, nous aimerions que les goûts des swappés soient le plus possible respectés et que les colis aient des proportions raisonnables ! Vous pouvez rajouter une ou deux petites choses du type marque-page si vous êtes très inspirés, le but du swap n’étant pas de se ruiner mais bien de s’amuser en faisant plaisir à sa swappée.

 

sackville.jpg

Les dates :

-Inscriptions jusqu'au 28 février

-Envoi des questionnaires le 5 mars

-Retour des questionnaires le 12 mars

-Redistribution le 14 mars

-Envoi des colis du 1er au 17 avril

-Publication des billets le 30 avril

 

20 places sont disponibles

Nous acceptons pour ce swap toutes personnes ayant un blog et nous accepterons en priorité les personnes que nous connaissons déjà (ou, si nous ne vous connaissons pas, merci de vous présenter en quelques mots et de rassurer les pauvres organisatrices angoissées que nous sommes). Et même s’ils participent peu aux swaps, gentlemen are very welcome as well !

Pour vous inscrire, merci d’envoyer un mail à cette adresse : theportraitofaladyswap@yahoo.fr

 

forster_arno.jpg

« Les femmes ont pendant des siècles servi aux hommes de miroirs, elles possédaient le pouvoir magique et délicieux de réfléchir une image de l'homme deux fois plus grande que nature. » Virginia Woolf

Venez vous aussi regarder dans le miroir que nous tendent les femmes écrivains et les héroïnes, welcome to our swap !

Edit du 09/02/2010 : oyez oyez bonnes gens ! Je vois que l'objet "personnalisé ou customisé" vous fait peur car beaucoup d'entre vous me ressemblent terriblement, en ce sens qu'ils ne savent pas faire grand-chose de leurs dix doigts. Mais nous avons pensé à vous (et aussi à moi ou surtout à mon/ma pauvre swappé(e)) en ajoutant cet objet : pas besoin d'avoir des talents en tricot ni de savoir fabriquer quelque chose... bien sûr vous pouvez customiser à la main un objet existant, mais il existe aussi plein de boutiques, notamment en ligne, pour faire éditer vos propres objets collector à un prix tout à fait raisonnable. Don't be afraid (on ne veut tout de même pas torturer nos acolytes, enfin pas tout à fait !). Et en image, un petit exemple de ce qu'a reçu Cryssilda à Noël :

tasse wilkie.jpg
Edit du 12/02/2010  : la liste des participantes

Alice

Didouchka

Cécile

Céline

Celsmoon

DViolante

Edea

Emma

Fée de passage

Laconteuse

Lamousmé

Lilly

Lou

Maggie

Manu

Mea

Nadège

Pickwick

Romanza

Titine

Yoshi73

08/11/2009

Challenge Braddon

mary-elizabeth-braddon challenge.gif

J'ai fait vite fait un petit logo pour le challenge Mary Elizabeth Braddon. Pour vous inscrire ou indiquer la publication de vos billets, c'est ici !

Truly, madly, deeply,

Lou sur le point de s'endormir après une folle journée avec ses (non moins folles) amies victoriennes.

 

Edit du 15/11/2009 :

Ce challenge est tout simple : il vous suffit de lire un roman de Mary Elizabeth Braddon et, comme j'ai trouvé que je ne laissais pas beaucoup de temps pour ce faire, je vous propose de lire ce roman avant la fin de l'hiver, soit le 20 mars 2010.

Liste des oeuvres de Braddon lues par la blogosphère dans le cadre du challenge (ou pas):

Le Secret de Lady Audley (Cécile's blog)

Le Mystère de Fernwood (Nag)

Sur les traces du Serpent (Choupynette)

26/02/2009

Soyez constants !

constant.pngAutant vous prévenir : j'entre dans une phase mystique où toute opposition à mon amour naissant pour Wilde (je dis bien toute rébellion, et même le moindre doigt timidement levé) se verra châtiée immédiatement à coup de projections d'Encyclopédie Universalis (et croyez-moi, une fois les multiples tomes réunis l'opération s'avère douloureuse).

Wilde est un génie.

Maintenant que j'ai dit ça je peux aller me recoucher.

Et puis non ce serait trop bête. Voilà dix raisons d'aimer à la folie Wilde et sa pièce The Importance of being earnest, dans laquelle il est question d'être constant mais pas seulement.

1- Parce que l'écriture de Wilde (à consommer de préférence en anglais) est un art en soi, parce qu'on savoure chaque tournure, chaque phrase en succombant tout autant à la musique des mots qu'à la philosophie particulière des personnages.

2- Parce que les déclarations les plus absurdes sont faites selon une logique irréprochable qui titille l'esprit du lecteur, qui est perdu entre sourire moqueur et volonté de suivre les raisonnements les plus incroyables avec une attention religieuse.

3- Parce que les personnages sont exquis, à commencer par les rôles moins importants. Une petite mention spéciale pour Cecily, à l'apogée du charme avec son esprit vif et ses remarques cultes. Mais la concurrence est rude !

4- Parce cette pièce est terriblement drôle et irrésistiblement inconvenante, et les répliques d'une efficacité surréaliste.

5- Qui devrait être numéro 1. Parce que Wilde était victorien.

6- Qui devrait être numéro 2. Parce que nul ne saurait être plus irrévérencieux que lui et que sa critique de la société victorienne est faite sur un ton si léger (voire badin) que les plus concernés l'ont eux-mêmes largement acclamé.

7- Parce que cette pièce nous fait baver d'envie avec ses cucumber sandwiches, son bread and butter et ses muffins (et je n'éprouve pas souvent une envie irrésistible de partager le repas de mes héros victoriens).

8- Parce que Ernest (Constant) et Algernon sont les héros les plus creux qui soient mais nous sont malgré tout profondément sympathiques.

9- Parce que cette pièce paraît légère tout en puisant sa source dans de nombreuses influences. Wilde est érudit, sa pièce géniale s'inspire savamment de grands classiques tout en étant divertissante et surtout,  originale et véritablement moderne.

10- Parce qu'au final, tout tourne autour du langage, que Wilde maîtrise remarquablement. Parce qu'il joue avec les mots et les phrases, que c'est au final l'essence-même de la pièce mais qu'on l'oublie paradoxalement, car Wilde sait comme nul autre multiplier les (fausses) pistes pour nous égarer. Pour notre plus grand bonheur.

Et vous qui passez rapidement par ici, sans doute par hasard, vous avez peu de temps pour lire tout mon baratin et d'autres soucis en tête qu'Oscar Wilde. Pour vous je ferai court, clair et net : The Importance of being earnest est un chef-d'oeuvre unique en son genre, à découvrir impérativement. C'est mordant, intelligent, déconcertant et, cerise sur le gâteau, tout simplement brillant.

Et pour ceux qui se demandent de quoi il s'agit, j'ajouterai juste qu'il est question de mariages contrariés pour des raisons de fortune ou de rang, mais que les rebondissements sont nombreux et que mieux vaut avoir la surprise de la découverte (d'autant plus que la pièce est très bien construite).

« ALGERNON - (...) The doctors found out that Bunbury could not live, that is what I mean – so Bunbury died.

LADY BRACKNELL : He seems to have had great confidence in the opinion of his physicians. I am glad, however, that he made up his mind at last to some definite course of action, and acted under proper medical advice. »

300 p (éditions GF Flammarion, à recommander pour l'excellent dossier et la version bilingue)

5coeurs.pngcoeur.jpg

 

 

Oscar Wilde, The Importance of Being Earnest (L'Importance d'être constant), 1895 (année de la première, le jour de la Saint Valentin !)


51CR9A6RDWL._SL500.jpgPour l'adapter au cinéma, on a pensé à Colin Firth (Jack) et Rupert Everett (Algie). Avouez qu'il y a tout de même des castings moins heureux !

Le film est très fidèle à la pièce, hormis quelques petites variantes dont l'utilité me semble discutable. Une première scène montre une poursuite entre Algie et des policiers, son but étant essentiellement de nous faire comprendre qu'il est criblé de dettes. Si la tante d'Algie mentionne ses dettes dans la pièce, ce sont surtout celles contractées par Jack dont il est question. De même, lorsqu'Ernest doit être conduit en prison pour des factures impayées, le dénouement est différent et nous prive d'excellentes répliques. Mais je chipote car ce film rend tout à fait justice à la pièce.

Le casting est une réussite et les acteurs incarnent à la perfection leur personnage, tout en lui insufflant une vie nouvelle. Gwendolen, un peu nunuche tout de même, devient une tigresse sensuelle, déterminée et ridicule, Cecily est fraîche et pétillante, cette pauvre Miss Prism terriblement touchante... tous excellent mais, (presque) en toute objectivité, Colin Firth est peut-être le meilleur d'entre eux, avec une variété d'expressions inouïe et une capacité certaine à passer de l'attitude la plus cocasse à la plus résignée. Les décors et les costumes sont soignés, le déroulement très fluide grâce à des scènes intercalées par rapport au texte d'origine.

Un très bon film, (presque) aussi drôle et original que la pièce elle-même.

Nibelheim en a parlé ici !

4,5coeurs.jpg

 

The Importance of being earnest, un film d'Oliver Parker, 2002

 

importance-of-being-earnest-2.jpg
importance-of-being-earnest-6.jpg
importance-of-being-earnest-7.jpg
importance-of-being-earnest-4.jpg