Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2017

Gagnants concours M. C. Beaton, Agatha Raisin Enquête, T5, Pour le Meilleur et pour le Pire

J'ai le plaisir d'annoncer les deux gagnantes du concours pour remporter le 5e tome d'Agatha Raisin :

Ellettres et FondantGrignote

J'ai trouvé leurs suggestions d'aventures pour Mrs Raisin très amusantes.

Ellettres

Sans avoir le talent de MC Beaton, j'imagine que le patron du bed & Breakfast pourrait assassiner un de ses voisins car il a appris que celui-ci avait voté pour le Brexit, et qu'il craint que cette décision tarisse la venue de ses clients venant de pays européens voisins passer des vacances dans les cotswolds... 

FondantGrignote

Ma version du crime : un libraire de campagne a mis la main sur des lettres écrites par la reine Victoria lors d'un séjour de jeunesse au vert ; un concurrent met du cyanure dans le thé du libraire, au pub du coin (avec vieilles poutres, cheminée allumée, porcelaine ancienne et parapluies dans un coin, tu vois le genre ?) pour récupérer ces documents inestimables.

*****

Voici l'adresse mail à laquelle me communiquer vos coordonnées pour l'envoi du roman : myloubook@yahoo.com 

Bravo à vous et merci à toutes les participantes !

jeux concours, agatha raisin, pour le meilleur et pour le pire, m. c. beaton, le mois anglais, mois anglais, mois anglais 2017

02/07/2017

Album Autocollants Londres / Album The London Noisy Tube

albums_londres london tube 01.jpg

J'avais prévu de partager au mois de juin deux albums qui ont bien occupé ma tribu ces derniers mois : un album de stickers sur Londres acheté l'an dernier et ressorti en prévision du mois anglais, ainsi qu'un imagier sonore sur le métro londonien acheté début mai lors de ma dernière virée chez Waterstones.

*****

album_autocollants londres.jpg

Autocollants Usborne, Londres, James Maclaine (auteur) et Wesley Robins (illustrateur), 2015

16 p + 8p d'autocollants

3coeurs.jpg

albums_londres london tube 02.jpg

Un album mettant en avant les principaux sites touristiques de Londres en extérieur : Picadilly Circus, Buckingham Palace, La Tour de Londres, London Eye, Trafalgar Square, le Zoo de Londres. Bien évidemment, des arbitrages ont été faits, notamment au détriment des parcs, de Cambden et Little Venice ou des musées. Disons qu'hormis le zoo, ce sont vraiment les sites les plus emblématiques et les plus connus que l'on retrouve dans cet album. 

A la fin, on trouve une carte avec quelques-uns des principaux sites.

albums_londres london tube 03.jpg

C'est une bonne introduction pour les enfants en vue ou au cours d'un voyage, ou tout simplement pour commencer à leur faire découvrir la capitale anglaise. En ce qui nous concerne, difficile de passer à côté de Londres et de l'Angleterre en général chez nous, que ce soit à travers les albums, les jouets, les magnets, mugs et autres objets, sans parler des voyages, puisque c'est ma destination de prédilection. J'ai donc converti Petite Lou qui est enthousiaste dès que je le lui propose un nouveau livre en rapport avec le sujet. Cet album d'autocollants a donc lui aussi eu son petit succès (même si les autocollants ont parfois été mis n'importe où comme en atteste la première photo).

Personnellement, je ne suis pas particulièrement séduite par le graphisme (ce n'est pas mal, mais on trouve beaucoup mieux chez le même éditeur). Néanmoins, cet album est à la fois ludique et informatif et, valeur sûre, il contient de nombreux autocollants. Il couvrira sans souci vos trajets en Eurostar !

*****

the london noisy tube,marion billet,autocollants usborne,londres,james maclaine (auteur) et wesley robins (illustrateur),mois anglais,mois anglais 2017,le mois anglais,challenge je lis aussi des albums,albums anglais,albums londres

 The London Noisy Tube, Marion Billet, 2017

10 p

3,5coeurs.jpg

albums_londres london tube 04.jpg

J'aime beaucoup l'illustratrice Marion Billet et forcément, quand on va chez Waterstones et qu'on tombe devant un présentoir regorgeant de titres de cette collection consacrée à Londres, il est difficile de ne pas se laisser tenter. J'ai donc offert récemment l'album consacré au métro londonien à Mini Lou.

Hop ! Attention au départ ! Nous suivons le métro lors de quelques arrêts, voyons ses passagers monter et descendre, avec de petits évènements qui ont des conséquences sur les pages suivantes. On aperçoit des lieux tels que Baker Street ou Mme Tussauds.

albums_londres london tube 05.jpg

Verdict : on craque pour les illustrations colorées et pleines de vie, les quelques scènes permettant de parler de Londres aux petits. Le format cartonné et la taille raisonnable facilitent la manipulation et sont adaptés aux chocs causés par les petites mains peu soigneuses. Reste une légère déception car je n'avais pas compris que le bouton sonore se contentait de répéter "Mind the gap". Je n'avais pas regardé en détail mais je pensais que le système était un peu plus poussé et permettait de varier les sons à chaque page (annonce de stations, bruit de portes qui se ferment...). Malgré cela, je ne regrette pas du tout ce choix !

*****

Mon billet de 2015 sur Hello London !, album de la même collection.

*****

Et pour se balader dans Londres avec des enfants ou ados, je viens de découvrir un blog bourré de bonnes idées, Londres pour les enfants. A tester la prochaine fois !

mois anglais saison6.jpg  The London Noisy Tube, Marion Billet, Autocollants Usborne, Londres, James Maclaine (auteur) et Wesley Robins (illustrateur), mois anglais, mois anglais 2017, le mois anglais, challenge je lis aussi des albums, albums anglais, albums londres, londres

25/06/2017

Concours M. C. Beaton, Agatha Raisin Enquête, T5, Pour le Meilleur et pour le Pire

Cette année encore, les organisatrices du Mois anglais ont le plaisir de vous gâter un peu ! Aujourd'hui, nous vous proposons un concours pour gagner le cinquième tome d'Agatha Raisin, Pour le Meilleur et pour le Pire.

Pour en savoir un peu plus, voici mon billet... vous verrez que je reste une inconditionnelle d'Agatha Raisin. C'est la petite lecture cosy qui fait du bien de temps en temps !

Pour remporter l'un des deux exemplaires en jeu, rien de plus simple ! Imaginez que vous cherchez à écrire un polar se passant dans la campagne anglaise : trouvez le mobile le plus cocasse pour votre meurtrier et publiez-le dans les commentaires qui suivent. 

Vous avez jusqu'au 2 juillet pour participer !

N'hésitez pas à relayer autour de vous !

Bonne chance à tous !

******

Et ce soir, l'adaptation du tome 1 d'Agatha Raisin passe sur France 3.

jeux concours, agatha raisin, pour le meilleur et pour le pire, m. c. beaton, le mois anglais, mois anglais, mois anglais 2017

*****

jeux concours, agatha raisin, pour le meilleur et pour le pire, m. c. beaton, le mois anglais, mois anglais, mois anglais 2017

 

24/06/2017

M. C. Beaton, Agatha Raisin Enquête, T5, Pour le Meilleur et pour le Pire

beaton mc_t5_Pour-le-meilleur-et-pour-le-pire.jpgJe poursuis ma découverte de la série Agatha Raisin avec Pour le Meilleur et pour le Pire, toujours avec le même plaisir. Si je n'ai pas eu la chance de savourer ce tome-ci dans une maison des Cotswolds, cela ne m'a pas empêché de le dévorer au cours d'un week-end prolongé.

[Attention, spoilers dans ce paragraphe pour ceux qui veulent lire la série mais n'ont pas encore lu le tome 4] Agatha Raisin s'apprête enfin à épouser son cher James, à l'issue d'une demande en mariage pour le moins subite. Le jour J, les éléments semblent se liguer contre elle : une crème anti-rides  lui déclenche une irruption de boutons qu'elle doit cacher en se tartinant de couches de fond de teint ; le vent envoie son chapeau dans une flaque boueuse ; et pour finir, le mari qu'elle espérait mort depuis longtemps refait surface pendant la cérémonie. A la crise de couple qui s'ensuit s'ajoute une nouvelle catastrophe : l'ancien époux d'Agatha est assassiné. Agatha et James se mettent à enquêter pour détourner les soupçons qui pèsent sur eux.

Un cinquième tome dans l'esprit des premiers. Agatha et James ne brillent pas vraiment sur cette affaire mais qu'à cela ne tienne, il est toujours aussi agréable de les suivre pendant leurs interventions d'amateurs inconscients du danger. Malgré les meurtres qui s'accumulent, ils continuent à se rendre chez des témoins et meurtriers potentiels et ne pensent que rarement à leur sécurité personnelle. Cette fois-ci, peut-être encore plus que d'habitude, Agatha a beaucoup de chance de s'en sortir !

On retrouve toujours ce petit côté Barnaby revisité avec une héroïne quinquagénaire un peu moins brute de décoffrage qu'avant, mais toujours aussi amusante. Son côté vulnérable ressort davantage et notamment son inquiétude face aux effets du temps qui passe. Notre Agatha est aussi une grande sentimentale finalement. A savourer avec une bonne tasse de thé à portée de main. Une fois encore, j'ai hâte de lire la suite !

 3,5coeurs.jpg

 

284 p

M. C. Beaton, Agatha Raisin Enquête, T5, Pour le Meilleur et pour le Pire, 1996

British mysteries 2016_2.jpg

 mois anglais 05.jpg

 

15/06/2017

Londres : Musée d'Histoire naturelle et V&A

Pour cette journée du Mois anglais consacrée à Londres, je n'ai pas eu le temps de terminer la lecture que j'avais prévue, que je présenterai donc dans quelques jours. Je ne voulais tout de même pas passer à côté de cette rencontre thématique, j'ai donc décidé de profiter de mes archives bien fournies de photos pour partager avec vous un souvenir londonien. J'ai choisi des photos de deux musées que j'apprécie particulièrement, prises lors d'une escapade avec Maggie.

Le Musée d'Histoire naturelle 

DSC05158.JPG

Photo Copyright MyLouBook

DSC05153.JPG

Photo Copyright MyLouBook

DSC05168.JPG

Photo Copyright MyLouBook

DSC05170.JPG

Photo Copyright MyLouBook

DSC05187.JPG

Photo Copyright MyLouBook

Le Victoria & Albert Museum 

DSC05193.JPG

Photo Copyright MyLouBook

DSC05203.JPG

Photo Copyright MyLouBook

DSC05210bis.jpg

Photo Copyright MyLouBook

Mois Anglais - Victoria.png 

07/06/2017

Susan Hill, Dolly

hill susan_dolly.jpgPour cette journée du Mois anglais consacrée à Susan Hill, j'ai choisi Dolly parmi les quelques titres en attente dans ma PAL (il doit en rester encore trois!). De cet auteur j'ai lu plusieurs histoires de fantômes (The Woman in Black et The Man in the Mirror) et des extraits de l'essai autobiographique consacré à ses lectures (Howards End is on the landing). Tentée par une petite histoire de fantômes, j'ai eu envie de découvrir une poupée sans doute effrayante à souhait. Susan Hill est douée pour recréer des atmosphères angoissantes, dans des récits gothiques de facture classique (aux influences victoriennes notamment). Tout à fait ce qu'il me fallait.

Le récit s'ouvre avec le retour du narrateur dans la vieille maison de sa tante décédée. Enfant, orphelin, il y avait passé un été en compagnie d'une cousine qu'il ne connaissait pas. Le lecteur découvre les évènements qui se sont produits à l'occasion de ces vacances, évènements qui influencent la destinée des personnages des années plus tard. Sans vouloir trop en dire, imaginez des bruits suspects, le crissement du papier en bruit de fond, des pleurs de poupée. Le tout dans une bicoque lugubre à proximité d'un cimetière.

Si j'ai pris plaisir à lire ce texte, avec le recul, je trouve qu'il manque un peu de consistance.

Dolly est un court roman qui frise avec la nouvelle et, à vrai dire, j'ai eu l'impression que Susan Hill avait un peu de mal à trouver le bon format pour ce récit. Un peu trop de développements pour être une nouvelle avec la chute que l'on pourrait attendre, mais un texte qui reste assez aride et un peu décousu, avec assez peu de matière.

Par ailleurs, Susan Hill utilise des ressorts classiques du récit gothique, mais on a l'impression qu'elle ponctue son histoire de micro évènements sans être capable de tout à fait les relier entre eux. Par exemple, quand le jeune narrateur ouvre pour la première fois l'armoire de sa chambre, il sent quelque chose lui souffler au visage sans la moindre explication. Par la suite, c'est une poupée qui hantera l'armoire mais elle n'est pas encore arrivée lorsque se produit ce premier incident. Sa cousine Leonora est horrifiée par son reflet dans l'eau et dans un plat en argent à l'église, sans qu'on sache ce qu'elle a vraiment vu. Leonora est rousse, elle a un caractère épouvantable et la gouvernante la suspecte d'apporter le Mal avec elle, mais ce point n'est pas vraiment confirmé ni clarifié à la fin. Et finalement, ce sont deux poupées - et non une - qui semblent porteuses ou victimes d'une étrange malédiction (chacun se fera son opinion), sans que le lien entre elles soit clairement établi. Je vous épargnerai mes multiples hypothèses mais, au final, aucune ne me semble tout à fait convaincante.

In fine, un roman d'atmosphère, sympathique mais soutenu par une structure légère. A réserver aux inconditionnels d'histoires de fantômes, aux amateurs de poupées inquiétantes et aux lecteurs de Susan Hill.

Susan Hill, Dolly, fantomes, fantomes anglais, angleterre, the woman in black, le mois anglais, le mois anglais 2017, challenge british mysteries

 

 

153 p

Susan Hill, Dolly, 2012

Susan Hill, Dolly, fantomes, fantomes anglais, angleterre, the woman in black, le mois anglais, le mois anglais 2017, challenge british mysteriesSusan Hill, Dolly, fantomes, fantomes anglais, angleterre, the woman in black, le mois anglais, le mois anglais 2017, challenge british mysteries

06/06/2017

Dobbs & C. Regnault, L'Homme Invisible, T1

album_homme invisible.jpgAdapté du roman de H.G. Wells, cet album a de suite attiré mon oeil en librairie par sa superbe couverture. J'avais déjà repéré d'autres titres inspirés de l'univers de Wells au sein de cette même collection mais je n'avais pas été autant tentée que cette fois-ci. Il faut dire que de l'homme invisible, je n'ai pour l'instant que l'image vague de la vieille série - que je n'ai jamais vue. Cet anti-héros classique fait partie des quelques derniers monstres victoriens qu'il me reste à découvrir et je n'avais qu'une idée des plus vagues sur ce personnage avant d'ouvrir cet album.

Dans le petit village d'Iping, un mystérieux étranger vient s'installer à l'auberge. Il suscite la curiosité par son accoutrement, ses bandelettes et les drôles de lunettes qu'il porte. Dans un premier temps, la propriétaire des lieux suppose qu'il s'agit d'un pauvre bougre mais bientôt, les ragots vont bon train. Pourquoi ces bandelettes ? Pourquoi ne va-t-il jamais à la messe ? Quelles sont ses fioles, quels sont ces nombreux instruments qui encombrent le salon qu'il occupe ? Sa rudesse et le fait qu'il demande à être laissé tranquille n'arrangent rien. 

Une fois le décor plutôt sombre planté, la situation se dégrade. Surnaturel, ragots de village, anti-héros dont on ne sait pas encore si on le déteste ou si on le comprend, voilà de quoi est constitué le tome 1 de L'Homme invisible. Un album servi par des illustrations puissantes qui m'ont fait penser à l'univers de Lovecraft.

Une belle invitation à découvrir le roman de Wells (je me souviens surtout avoir lu La Guerre des Mondes en me forçant un peu, mais il était déjà plus loin de mes sujets de prédilection). Cet album sera complété d'un 2e tome à paraître.

dobbs & c. regnault,l'homme invisible,t1,h.g. wells,monstre victorien,anglais,angleterre,mois anglais

 

 

Dobbs & C. Regnault, L'Homme Invisible (inspiré de H.G. Wells), T1

dobbs & c. regnault,l'homme invisible,t1,h.g. wells,monstre victorien,anglais,angleterre,mois anglaisdobbs & c. regnault,l'homme invisible,t1,h.g. wells,monstre victorien,anglais,angleterre,mois anglais

 

 

 

05/06/2017

Minette Walters, A Dreadful Murder

walters_dreadful murder.jpgLe titre complet de ce texte est A Dreadful Murder, The Mysterious Death of Caroline Luard. Il s'agit d'un récit inspiré d'un fait divers de 1908. Fin août, Caroline Luard se fait assassiner en plein jour dans la campagne paisible du Kent. Connue pour ses oeuvres de bienfaisance, femme du juge de paix local, Mrs Luard n'arrive pas chez elle à temps pour accueillir une voisine pour le thé après une promenade avec son mari, parti récupérer des clubs de golf alors qu'elle rentrait de son côté. C'est ce même mari qui retrouve le corps un peu plus tard devant la maison d'été d'un domaine adjacent.

Rapidement, la population locale est persuadée que Mr Luard est l'assassin, malgré son attitude de veuf éploré. L'homme n'est pas très apprécié en raison de certaines condamnations délivrées et d'un caractère hautain. L'enquête n'aboutira jamais.

Minette Walters s'efforce d'apporter une solution, en nous donnant à voir l'enquête et en explorant plusieurs pistes.

Les amateurs d'histoires policières ne manqueront pas de trouver de l'intérêt à ce texte. Minette Walters émet des hypothèses assez logiques et on a envie de penser qu'elle a raison - du moins en partie. En revanche, j'ai été surprise de découvrir à la fin qu'un certain nombre de personnages avaient été inventés, de façon à illustrer les suppositions de Minette Walters. Un peu déconcertant. Je me demande aussi quelles ont été les recherches de l'auteur sur l'affaire, car sauf erreur de ma part, la seule référence évoquée est l'article Wikipedia.

Lu dans le cadre du rendez-vous autour de la campagne anglaise.

Sur le principe des Quick reads, je vous invite à lire mon billet sur Out of the Dark.

125 p

Minette Walters, A Dreadful Murder, The Mysterious Death of Caroline Luard, 2013

minette walters,a dreadful murder,the mysterious death of caroline luard,challenge british mysteries 2016-2017,challenge british mysteries,le mois anglais,kent,polar anglais,angleterre,angleterre  debut xxe

Minette Walters, A Dreadful Murder, The Mysterious Death of Caroline Luard, challenge british mysteries 2016-2017, challenge british mysteries, le mois anglais, kent, polar anglais, angleterre, angleterre  debut xxe

04/06/2017

In London we trust

mois anglais attentat.jpg

*******

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook (Pendant une virée au Tower Records près de Picadilly)

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook 

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook 

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

Photo Copyright MyLouBook

Photos prises lors d'un de mes séjours à Londres. Celui-ci date d'avril 2011.

Merci à Londres et aux Anglais pour tous les moments uniques passés dans cette ville à nulle autre pareille. Toutes nos pensées sont avec vous aujourd'hui.

angleterre,hommage aux anglais,londres,mois anglais,le mois anglais,le mois anglais 2017

02/05/2017

Le Mois anglais saison 6

mois anglais 2014_13.jpg

Le Mois anglais is back, pour la sixième année consécutive !

C'est le moment de dépoussiérer votre plus belle théière, de sortir vos recettes de scones, vos magnets Princess Charlotte, vos parapluies, votre intégrale de Wodehouse et vos albums de vacances favoris !

Le voyage débutera le 1er juin 2017 et durera tout le mois.

mois anglais 2014_14.jpg

Les thèmes envisagés (n'hésitez pas à en suggérer d'autres ou à annoncer votre participation si vous le souhaitez déjà) :

Doris Lessing, Daniel Defoe, Ian McEwan, Jonathan Coe, Daphné du Maurier, Angela Huth

Julian Barnes, Jonathan Coe, Jane Austen pour ne pas déroger à la tradition, polar, campagne anglaise, Susan Hill, Ann Granger dont le dernier Ben Ross sort bientôt en poche, M.C. Beaton, album et littérature jeunesse

mois anglais 2014_4.jpg

Cryssilda et moi sommes très heureuses de vous retrouver cette année encore, et espérons que vous serez toujours aussi enthousiastes après ces nombreux voyages littéraires et virtuels ensemble en Angleterre.

Billets libres, lectures communes, comme chaque année il y en aura pour tous les goûts. Le seul mot d'ordre : fêter l'Angleterre sur nos blogs. 

Pour vous inscrire, nous vous invitons à laisser un commentaire à la suite de ce billet et sur le billet de lancement de Cryssilda. N'hésitez pas non plus à nous y laisser les liens vers vos billets de présentation pour que nous puissions les relayer plus facilement.

Vous pouvez également rejoindre notre groupe facebook, sur lequel ont déjà été proposées de nombreuses idées de lectures communes.

N'hésitez pas à nous proposer de nouveaux logos... chaque année votre créativité nous impressionne !

Rendez-vous le 1er juin !

le mois anglais, le mois anglais 2017

04/06/2015

L.C. Tyler, Etrange suicide dans une fiat rouge à faible kilométrage

tyler_etrange suicide dans une fiat.JPGJ'ai failli passer à côté de ce roman malgré sa chouette couverture. Je m'étais surtout arrêtée à la Fiat - moi qui n'aime pas les voitures et ne sais pas distinguer une Mercedes d'une Twingo ou peut s'en faut – et je n'avais pas du tout réalisé que le roman pouvait se dérouler en Angleterre (eh bien oui, peut-être qu'un taxi londonien, voire une Mini à faible kilométrage m'auraient mis la puce à l'oreille mais la Fiat, non). Bref, c'est un peu par hasard que je suis finalement revenue sur mes pas en librairie pour y jeter un oeil et là, lorsque j'ai vu que le héros était écrivain ET anglais, j'ai bien sûr commencé à trouver ce livre bien plus intéressant. Que voulez-vous, quand on est « du bon côté de la Manche », comme le dit l'un des personnages (p 238), je suis aux anges.

Ethelred Hengist Tressider (oui, je sais) est donc un écrivain plus ou moins raté qui gagne à peu près correctement sa vie tout en restant lucide en ce qui concerne la qualité de ses rejetons littéraires. Il publie sous trois noms différents des polars contemporains et historiques ainsi que des romans à l'eau de rose (sous le pseudo adapté au genre d'Amanda Collins : C'était évidemment, comme tous les romans à l'eau de rose, un ramassis de conneries » p 113 - dixit son agent aux avis tranchés).

En réalité, nous entendons surtout parler de la série consacrée à l'inspecteur Fairfax : Peter Fielding écrit des polars ayant pour héros le redoutable inspecteur Fairfax, de la police du Buckfordshire. Fairfax a la cinquantaine bien tassée et le tempérament aigri par son absence de promotion et mon inaptitude à lui écrire des scènes de sexe d'aucune sorte. Quand je l'ai créé, il y a seize ans, il avait 58 ans et il était à deux doigts de partir en préretraite. Il a maintenant 58 ans et demi et a résolu douze affaires quasiment insolubles au cours des six derniers mois. Il a donc légitimement le droit de penser qu'il mérite une promotion (p12).

Divorcé depuis des années (et plaqué pour son ex meilleur ami), Ethelred voit un jour la police débarquer pour lui apprendre la disparition de son ex-femme Géraldine. Les choses s'aggravent lorsqu'on retrouve le corps d'une femme étranglée rapidement identifiée comme étant celui de Géraldine. Dès lors, poussé par son agent littéraire Elsie (qui n'a pas sa langue dans sa poche et n'hésite pas à lui dire que son dernier roman, c'est de la merde, et pour être plus précise, de la merde de chien), Ethelred va mener sa petite enquête en parallèle, alors que tous les soupçons des autorités se portent d'abord sur lui.

Une histoire rafraîchissante, pleine d'humour et d'ironie très British, dont le dénouement m'a prise au dépourvu (je parle de la chute et de l'hypothèse extravagante d'Elsie qui laisse espérer une suite à cette histoire). L'été approche, aussi je ne saurais trop vous conseiller de penser à ajouter ce titre à vos lectures de bord de mer, histoire de démêler ce joyeux tissu de mensonges au soleil (car du soleil, j'ai eu le sentiment qu'il n'y en avait pas beaucoup dans ce roman).

Sur ce, je vous laisse méditer sur cette dernière phrase : Il y a une différence majeure entre la fiction et la vraie vie. La fiction doit être crédible (p 98).

272 p

L.C. Tyler, Etrange suicide dans une fiat rouge à faible kilométrage, 2007

le mois anglais,l c tyler,etrange suicide dans une fiat rouge à faible kilométrage,roman anglais,humour anglais,roman policier anglais