Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2016

Charlotte Riddell, The Old House in Vauxhall Walk

collectif_virago book of ghost stories.jpgFaute de temps, je me contente d'une nouvelle victorienne pour cette journée consacrée aux fantômes britanniques. J'ai ainsi enfin découvert Charlotte Riddell, auteur prolifique notamment connue pour ses "ghost stories" - des écrits quelque peu tombés dans l'oubli, Mrs Riddell étant peu lue du grand public aujourd'hui... et force est de constater qu'il est difficile de se procurer ses recueils et romans.

"The Old House in Vauxhall Walk" met en scène Master Graham, désespéré après une terrible dispute avec son père et prêt à passer sa première nuit à la rue. Par hasard, il rencontre une personne de sa connaissance à Vauxhall Walk. Cet homme est en train de déménager mais offre l'asile à Graham pour la nuit. Le jeune homme fait alors un rêve étrange dans lequel une vieille femme répugnante joue avec des pièces d'or et éconduit des malheureux. On apprend que la soeur du propriétaire a été assassinée dans cette maison pour avoir caché un joli magot resté introuvable... Entre d'étranges rêves et l'intervention d'un spectre, Graham va trouver l'argent tant convoité...

charlotte riddell.JPGUn classique du genre, dont on n'attend pas de vraies frayeurs mais une ambiance, qui est en effet bien posée. Outre le choix de l'apparition (une sorte de Scrooge féminin sans scrupule ni remord), l'originalité tient au croisement entre le surnaturel et la réalité, qui permettent in fine la résolution d'un mystère bien terre-à-terre (l'emplacement du trésor). Une première rencontre avec Mrs Riddell plutôt concluante dans l'ensemble... reste à trouver une édition de ses romans ou nouvelles pour en découvrir davantage !

Charlotte Riddell, The Old House in Vauxhall Walk, the virago book of ghost stories, époque victorienne, fantômes, fantômes anglais, fantômes victoriens

 

 

Charlotte Riddell, The Old House in Vauxhall Walk, 1882

Charlotte Riddell, The Old House in Vauxhall Walk, the virago book of ghost stories, époque victorienne, fantômes, fantômes anglais, fantômes victoriensCharlotte Riddell, The Old House in Vauxhall Walk, the virago book of ghost stories, époque victorienne, fantômes, fantômes anglais, fantômes victoriens

21/06/2014

Wilkie Collins, The Ghost's Touch

collins_i say no.jpgPlus je lis Wilkie Collins, plus je réalise qu'il fait partie de mes auteurs favoris. Je raffole de son humour, de ses personnages extravagants, bien souvent ridicules et je trouve son oeuvre très variée. Pour l'instant, les quelques textes que j'ai lus couvrent divers genres et se ressemblent peu pour la plupart.

Récemment j'ai ouvert un livre ancien de Wilkie offert par ma belle-famille et Mr Lou. J'adore parcourir cet ouvrage et m'imaginer son histoire à travers plus d'un siècle. J'ai commencé par lire "The Ghost's Touch", également connu sous le titre de "Mrs Zant and the Ghost".

Dans un parc, une petite fille prend peur d'une femme à l'attitude étrange, qui semble ne pas voir ce qui l'entoure. Le père de l'enfant s'intéresse à la femme (que je prenais au départ pour un fantôme). Il finit par se lier d'amitié avec elle et apprend qu'elle pense sentir la présence de son époux récemment décédé. Assez isolée, Mrs Zant a malgré tout gardé contact avec le frère de son mari, qui semble décidé à prendre soin d'elle... mais n'inspire aucune confiance au nouvel ami de Mrs Zant.

Cette nouvelle n'est pas aussi percutante que Neuf Heures !, lue dans l'intéressant recueil Les Fantômes des Victoriens que je vous recommande. Néanmoins, j'ai de nouveau passé un agréable moment en compagnie de Wilkie. J'ai apprécié le fait que le fantôme soit abordé de façon assez détournée : on le croise peu même s'il a un rôle essentiel dans le récit. On retrouve également un thème de Pauvre Miss Finch : la rivalité entre deux frères pour une même femme, bien que l'issue soit tout à fait différente. La première scène dans le parc m'a fait penser à James Matthew Barrie et les jardins de Kensington tels qu'il les décrit.

On a fine morning, early in the month of April, a gentleman of middle age (named Rayburn) took his little daughter Lucy out for a walk in the woodland pleasure-ground of Western London, called Kensington Gardens.

The few friends whom he possessed reported of Mr. Rayburn (not unkindly) that he was a reserved and solitary man. He might have been more accurately described as a widower devoted to his only surviving child. Although he was not more than forty years of age, the one pleasure which made life enjoyable to Lucy's father was offered by Lucy herself.

Playing with her ball, the child ran on to the southern limit of the Gardens, at that part of it which still remains nearest to the old Palace of Kensington. Observing close at hand one of those spacious covered seats, called in England "alcoves," Mr. Rayburn was reminded that he had the morning's newspaper in his pocket, and that he might do well to rest and read. At that early hour the place was a solitude.

Je m'apprête à lire le recueil de nouvelles de Wilkie Collins récemment publié chez Phébus Libretto. Je compte bien me régaler !

De Wilkie Collins sur ce blog :

3coeurs.jpg

 

 

29 p

Wilkie Collins, The Ghost's Touch, extrait de "I say no" and other stories, 1893

mois anglais 2014_1.jpgLogo Lou.jpgbritish mysteries2.jpgBBC 2014.jpgmyself 2014.jpgvictorian frogs.jpg

21/11/2013

End, Tome 1, Elisabeth

bd_end-t01.jpgCela fait un bon mois que j'ai lu le premier tome de la série End sans me décider à publier un billet. Evidemment j'ai même loupé le coche car j'étais persuadée de réussir à vous en parler hier pour la BD du mercredi de Mango et nos derniers mercredis fantastiques du challenge Halloween, mais si j'attends encore une semaine j'aurai bien trop de billets halloweenesques en attente d'ici la fin du mois et la clôture officielle de l'édition 2013 du challenge... alors je me secoue un peu en cet après-midi gris et froid pour partager avec vous cette découverte.

Je pouvais difficilement passer à côté de cette BD qui se passe en 1866 sous le règne de Victoria, qui commence dans un cimetière, traite de mystères et de jeunes demoiselles bien élevées dans un pensionnat anglais.

challenge halloween,barbara canepa,end,end elisabeth,challenge british mysteries,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,fantômes victoriensL'album s'ouvre sur l'enterrement d'Elisabeth, auquel celle-ci assiste impuissante, en présence de ses parents, de sa soeur aînée et de ses camarades de classe. Mais, même si elle est morte, l'adolescente de 13 ans n'est pas un fantôme, elle devient dotée d'un étrange pouvoir : ses mains provoquent la mort de tout ce qu'elle touche. Elle vit désormais dans une sorte de maison majestueuse, fantastique et inquiétante en compagnie d'autres créatures également devenues plus ou moins monstrueuses. Elisabeth n'a de cesse de s'échapper de cet "entre-deux-mondes" ; elle tente de communiquer avec sa soeur... mais à chaque tentative elle court de graves dangers. En parallèle, une bande de copines essaie de comprendre ce qui lui est arrivé, voire de la retrouver. Les secrets ne manquent pas : que cache le personnel du pensionnat d'Elisabeth ? Et cette soeur qu'elle apprécie tant et qui semble dotée d'un don mystérieux ?

J'ai d'abord été charmée par cet album en raison du graphisme et du superbe univers que l'on y découvre. Les amateurs d'époque victorienne seront séduits, ceux qui apprécient les influences gothiques également. Sur le fond, je suis curieuse de connaître la suite, car j'ai malgré tout trouvé l'histoire mise en place un peu confuse ; j'ai eu parfois l'impression de me perdre dans ses méandres et surtout, de ne pas retenir des aspects importants une fois l'album refermé depuis quelques jours. Autre défaut que m'a fait remarquer Mr Lou et qui avait un peu gêné ma lecture en effet : certains textes utilisent une toute petite police et parfois il faut se coller à la vignette pour réussir à en lire le contenu, ce qui est un brin agaçant. En somme, une atmosphère qui m'a complètement séduite mais pour le reste, une série qui doit encore faire ses preuves à travers le scénario du prochain tome pour me convaincre totalement.

challenge halloween,barbara canepa,end,end elisabeth,challenge british mysteries,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,fantômes victoriens



56 p

Barbara Canepa et Anna Merli, End, Tome 1, Elisabeth, 2012

halloween 2013.jpg

british mysteries2.jpg

 

 

 

 

 

challenge halloween,barbara canepa,end,end elisabeth,challenge british mysteries,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,fantômes victorienschallenge halloween,barbara canepa,end,end elisabeth,challenge british mysteries,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,fantômes victoriens

05/10/2012

Les Fantômes des Victoriens

collectif_Fantomes-des-victoriens--cover.jpgJe crois que je compte vous parler de ce livre depuis le premier Challenge Halloween en 2010, mais longtemps il a résisté ! Il faut dire qu'une nouvelle de Dickens m'a donné du fil à retordre l'an dernier et m'a fait passer l'envie de poursuivre ma promenade en territoire victorien. Mais cette année, voyant notre première étape irlando-grande-bretonne (!) approcher à toute allure et mon roman de 700 pages avancer bien moins vite, j'ai opté pour une stratégie de repli visiblement hautement efficace puisque, aujourd'hui, pour mon plus grand bonheur, j'arrive enfin à vous parler du recueil Les Fantômes des Victoriens publié par les excellentes éditions José Corti (qui comme Phébus ont le don d'exhumer de vrais petits bijoux).

Beaucoup de grands écrivains victoriens dans ce recueil, mais aussi quelques-uns que je ne connaissais que vaguement de nom, encore moins de réputation. Cela donne une suite de nouvelles très variées, pour tous les goûts !

Wilkie Collins, « Neuf heures ! » : pendant la révolution française, des hommes attendant leur exécution dans une prison festoient pour la dernière fois et s'interrogent sur l'heure à laquelle ils approcheront de la guillotine. L'un d'eux confie à un autre qu'il sait qu'il mourra à neuf heures le matin... et c'est bien ce qui arrivera. Une nouvelle concise qui frappe l'esprit (la preuve c'est que j'en parle un an après sa lecture et que je garde encore le souvenir d'un texte glaçant et très précis).

Charles Dickens, « Le Fantôme dans la Chambre de la Mariée » : un mari attend avec impatience le décès de sa femme et lui intime de mourir... j'avais lu ce texte l'an dernier mais il ne m'avait pas vraiment plu à l'époque et je n'ai pas eu envie de le relire. Tant pis !

Patrick Kennedy, « Les Fantômes et la partie de Football » : un fantôme cherche à réparer ses erreurs passées mais lorsqu'il propose une partie de foot à ses hôtes ceux-ci sont bien incapables de lui adresser la parole. Difficile dans ce cas de passer le message !

Anonyme, « Le Spectre de la Visiteuse » : un jeune homme à la vie dissolue vient mourir chez ses parents. Dans la pièce isolée et lugubre qu'il occupe, une étrange femme apparaît chaque nuit, causant au mourant un profond trouble... son comportement scandaleux semblerait l'avoir rattrapé.

Joseph Sheridan Le Fanu, « Le Fantôme et le Rebouteux » : Ce n'est pas le meilleur Le Fanu mais malgré tout cette nouvelle est bien sympathique. Un rebouteux est forcé de passer la nuit dans un château réputé hanté. On s'en doute, le redouté fantôme sortira de son tableau pour venir taquiner notre héros... A noter que le récit débute par une parenthèse historique ; autrefois, certains Irlandais pensaient que la dernière personne enterrée dans un lieu était obligée d'aller chercher de l'eau pour tous les autres habitants des lieux, pour étancher leur terrible soif ; par conséquent si deux enterrements se suivaient les cortèges faisaient la course pour mettre en terre leur mort en premier, au point d'aller jusqu'à jeter le cercueil par dessus le mur pour éviter de faire un détour par le portail !

Sir Arthur Conan Doyle, « Comment c'est arrivé » : un accident de voiture qui se finit mal (très court mais très bien mené).

Vincent O' Sullivan, « Quand j'étais mort » : Un jeune homme décède et se retrouve fantôme dans sa propre maison, incapable de se faire entendre de ses domestiques affolés ou éplorés selon les cas.

Bernard Capes, « La Maison qui s'est évanouie » : Dans le froid des musiciens gelés décident de jouer pour se réchauffer. Apparaît alors une maison et une jeune femme leur propose une étrange boisson... mais mieux vaudrait s'abstenir !

Arthur Quiller-Couch, « La Chance du Laird » : une nouvelle un peu plus longue, à la construction classique mais efficace. Un jeune homme tombé pendant les guerres napoléoniennes fait l'objet de mémoires et d'une étrange histoire. Juste avant sa mort on l'a soupçonné de tricher aux cartes (et comme au XIXe on ne plaisantait pas avec ça c'est son honneur qui est mis en cause, une affaire qui devait briser sa carrière et sa vie, voire se solder par un duel !). Vous vous en doutez bien, c'est un petit lutin qui a fait le coup ! J'ai beaucoup aimé le coup classique du Victorien sérieux et respectable (ici dans l'armée qui plus est) capable de gober avec facilité toutes les histoires de fantômes les plus abracadabrantes... c'est ça qui fait le charme de l'époque !

George Moore, « Un Théâtre dans la Lande » : aussitôt lu, aussitôt oublié, c'est fâcheux ! J'ai été assez réfractaire au style, d'où un intérêt modéré pour le contenu. A la campagne, une mère règle de façon expéditive l'accouchement honteux de sa fille, dont l'enfant hantera la lande.

E.M. Forster, « L'Omnibus Céleste » : un omnibus conduit par d'illustres cochers (tel  Dante) amène ses occupants dans un au-delà merveilleux... mais tout le monde n'en revient pas indemne. Une histoire qui relève davantage du merveilleux que de l'épouvante, malgré une fin pour le moins sombre.

2341141959.jpgUn très bon recueil, certaines nouvelles m'ont davantage plu que d'autres mais avec autant d'auteurs et d'approches différentes, ce n'est pas étonnant ! Chaudement recommandé pour les arrêts  en territoire maléfique !

Et je poursuis mon voyage anglais en compagnie des Radley...

Etape 1 du voyage d'Halloween : UK et Irlande

Lu dans le cadre du challenge Halloween 2012 co-organisé avec mon amie la redoutable sorcière Hilde, et du challenge victorien d'Arieste

challenge halloween,wilkie collins,arthur conan doyle,charles dickens,le fanu,éditions josé corti,victoriens,xixe,angleterre,angleterre xixe,fantômes victoriens

 

 

201 p

Collectif, Les Fantômes des Victoriens, XIXe
Halloweem 2012.jpglogo-challenge-victorien.png