Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2012

P.D. James, La Mort s'invite à Pemberley

pd james,la mort s'invite à pemberley,austen,jane austen,angleterre,angleterre xixe,roman anglais,polar anglais,polar historique,darcy,elizabeth bennet,orgueil et préjugés,pride and prejudice,pemberleyCes derniers temps, je suis régulièrement invitée chez les Darcy et, cela ne vous étonnera pas, j'en suis absolument ravie. Si mes errances livresques me conduisent en ce moment à Londres où je fais la connaissance des filles de Mr Darcy, j'ai d'abord mis un point d'honneur à m'arrêter à Pemberley pour résoudre un crime infâme. Ma chère Titine était du voyage et nous avons pris beaucoup de plaisir à jouer les Miss Marple pour rétablir la vérité.

Mais de quel crime suis-je donc en train de parler ? Amis lecteurs, si vous découvrez en ce moment Pride and Prejudice de Jane Austen, sachez que le capitaine Denny n'est plus. Eh oui, lors d'une promenade ma foi fort agréable sous la pluie et le vent en compagnie du colonel Fitzwilliam, nous avons découvert le fringant militaire à terre, le visage ensanglanté. Denny avait rendu l'âme (ceux qui espéraient le voir déclarer sa flamme à Mary Bennet en seront donc pour leur compte).

Comme Darcy n'a jamais eu de chance à ce sujet, il fallait que le coupable tout désigné fut Wickam, ce beau-frère également persona non grata à Pemberley. Et parce que Darcy est un chic type (un homme grand et très anglais – dixit sa fille dans Les Filles de Mr Darcy, vous l'aurez donc compris c'est quelqu'un de bien), le voilà obligé de contribuer financièrement au bien-être de Wickam en prison, tandis que, fort heureusement pour lui et sa chère Elizabeth, Lydia Wickam est invitée à séjourner chez les Bingley (déjà un problème en moins). C'est aussi une menace qui pèse sur la respectabilité de la famille et, querelles ou pas, il n'est jamais très agréable de savoir son beau-frère en mauvaise posture dans un procès pour meurtre (surtout en Angleterre au début du XIXe).

Heureusement, grâce à nos capacités de déductions hors du commun, Titine et moi avons deviné bien vite que Wickam n'était pour rien dans ce vil assassinat. Que le comportement de Fitzwilliam, soudain pris d'une envie d'aller faire un tour dehors un soir de tempête, n'avait rien de normal. Qu'il se passait quelque chose de fort suspect dans la maison du bois. Et que le fantôme aperçu par deux domestiques dans la forêt cachait lui aussi quelque chose de louche.

Je ne vous dirai point comment nous avons résolu cette palpitante affaire, sachez seulement que, si l'envie vous prenait d'ouvrir La Mort s'invite à Pemberley, vous passeriez un charmant moment en compagnie de gentlemen fort respectables, dont la culpabilité serait écartée de suite par le magistrat en charge de l'affaire. Entre quelques tasses de thé et conversations viriles au coin du feu, vous auriez certes peu l'impression de découvrir un polar classique et plein d'hypothèses, mais le charme de Pemberley et de l'Angleterre de ce début de XIXe risquerait fort de vous séduire une fois de plus. Bien sûr on ne retrouve ni l'humour ni l'ironie de Jane Austen, et l'intrigue policière n'est sans doute pas ce qui intéressait P.D. James mais, sans être éblouissant, ce livre se classe parmi les suites honnêtes de Pride and Prejudice : pour ma part j'ai passé un très agréable moment, une tasse de thé à la main (du moins lorsque je le pouvais). Une lecture qui correspondait tout à fait à mon état d'esprit du moment !

Une balade austenienne pour laquelle je remercie les éditions Fayard... et puisque je ne parvenais plus à quitter les Darcy, j'ai commencé à lire Les Filles de Mr Darcy, dont je vous parlerai donc bientôt.

PS : Et si Mr Darcy avait quelque chose à se reprocher ?

Et sur ce blog, de Jane Austen :

Autour d'Orgueil et Préjugés :

Marsha Altman,The Darcys and the Bingleys (2009) - une autre suite au roman !

Lu dans le cadre du challenge austenien d'Alice

pd james,la mort s'invite à pemberley,austen,jane austen,angleterre,angleterre xixe,roman anglais,polar anglais,polar historique,darcy,elizabeth bennet,orgueil et préjugés,pride and prejudice,pemberley

 

 

393 p

P.D. James, La Mort s'invite à Pemberley, 2011

pd james,la mort s'invite à pemberley,austen,jane austen,angleterre,angleterre xixe,roman anglais,polar anglais,polar historique,darcy,elizabeth bennet,orgueil et préjugés,pride and prejudice,pemberley

22/05/2009

Which Austen heroine am I ?

Saperlipopette ! Je n'en reviens pas ! Evidemment j'en rêvais mais je voulais absolument répondre honnêtement aux questions car ça ne me servait pas à grand-chose de savoir que je préférais être Elizabeth Bennet (ça, je le savais déjà...). Et sans tricher, voilà l'excellente surprise que j'ai obtenue :


Take the Quiz here!

I am Elizabeth Bennet!

La seule réponse orientée était celle de l'adaptation télévisée, où j'ai choisi Elizabeth Bennet, qui est le personnage dont je me sens le plus proche chez Austen, et celui auquel je suis particulièrement attachée (je ne connais pas encore "Persuasion"). En repensant à mes réponses je suis plus qu'étonnée d'être Miss Elizabeth Bennet (à vrai dire je m'attendais à peu près à tout sauf Emma). Chouette, chouette, chouette ! Where's Mr Darcy ?

17/04/2009

Will his name be Junior ?

altman_the darcys and the bingleys.jpgAprès avoir longuement délibéré avec mon moi-même intérieur, j'ai décidé de faire mon billet sur The Darcys and the Bingleys au plus vite afin de satisfaire la curiosité de plusieurs lectrices que le résumé de ce livre avait fortement intrigué – et pour cause!

 

Parce que je suis dans mes bons jours, amies lectrices (let us not pretend anymore, le public austenien est essentiellement féminin), et que je sais que même celles qui ont développé un comportement compulsif à tendance darcyiste ne peuvent pas toujours se souvenir de tous les produits dérivés qui hantent les librairies, j'ai prévu une petite piqûre de rappel :

 

« Three days before their double wedding, Charles Bingley is desperate to have a word with his dear friend Fitzwilliam Darcy, seeking advice of a most delicate nature. Bingley is shocked when Darcy gives him a copy of the Kama Sutra, (petit sacripant!) but it does tell him everything he needs to know... Eventually, of course, Jane finds this remarkable volume, and in the utmost secrecy shows it to her dear sister Elizabeth, who goes searching for a copy in the Pemberley library... By turns hilarious and sweet, this book also presents an intriguing view of Miss Caroline Bingley, who has such good reasons for being the way she is that the reader can t help but hold her in charity (saperlipopette, j'en perds mon latin). Georgiana Darcy makes a most eligible match, and in spite of his abhorrence of being asked for advice, Darcy s friendship with Bingley is solid and full of fun. » Vous remarquerez que j'ai laissé mes commentaires d'une profondeur abyssale.

 

Avant tout, sachez que j'ai rarement vu un résumé aussi mensonger et une telle propension à racoler le lecteur avec tout et n'importe quoi. Jane ne trouve pas le volume en question mais demande à son cher époux d'où lui est venue une certaine idée, ce qui pousse Charles à extirper le Kama Sutra d'une pile au pied de leur lit. Jane le lit mais n'en parle pas à Elizabeth, qui ne va pas chercher une copie à Pemberley, même si elle découvre par la suite un autre livre instructif (ou alors un chapitre entier devait manquer dans mon édition !). Concernant Miss Bingley, on apprend qu'elle est en passe de devenir vieille fille et doit se marier vite fait, mais après tout, ne le savait-on pas déjà ? Enfin Georgiana Darcy fait son entrée dans le monde avec un premier bal organisé par un frère bien décidé à ne pas la laisser se marier de si tôt. Certes, mais il n'est question d'aucun prétendant en particulier, Georgiana étant une simple adjuvante dont on imaginait déjà la fortune et le rang avant de découvrir dans ce résumé qu'elle est un bon parti (ça c'est une révélation ! on attendait Marsha Altman pour le savoir).

 

Alors chères ami(e)s, vous pensez peut-être que j’ai détesté cette suite de Pride and Prejudice. Non point. Au contraire, je l’ai dévorée, même si j’avoue une nette préférence pour les 200 premières pages (et l’envie d’arriver à la conclusion rapidement à partir de la page 300). J’ai pourtant vu un avis nettement opposé au mien car à vrai dire, si je n’ai pas trop aimé la deuxième moité, c’est que l’histoire relativement crédible se transforme presque en un roman de cape et d’épée où l’action ne manque pas… quel que soit le rapport avec les personnages et l’influence de Jane Austen.

 

pride and prejudice bbc 1995 wedding.jpgLa première moitié du livre porte sur les quelques jours précédant le double mariage puis sur la première grossesse des deux sœurs. J’ai beaucoup aimé cette partie pour de nombreuses raisons, que je tiens à citer pour faire justice à ce livre (car croyez-moi je ne vais pas me priver d’évoquer ensuite le côté obscur de la force). J’avais lu plusieurs commentaires qui me faisaient penser que cette histoire de Kama Sutra était plutôt amusante et que ce roman était assez soigné, loin des suites apparemment très explicites de Linda Berdoll. Je n’ai pas été déçue sur ce point, au contraire ! Malgré quelques maladresses (qui me semblent presque inévitables), les conversations liées au livre ou à la sexualité sont malicieuses mais sobres et, contrairement à ce que laisserait penser le résumé, les « relations » ne sont pas le sujet principal de ce livre, même si quelques allusions reviennent de temps en temps après la nuit de noce (qui n’est pas racontée, heureusement). Outre l’humour, j’ai apprécié le traitement de la sexualité et de la maternité comme un sujet important mais particulièrement délicat à une époque où les filles étaient souvent maintenues dans l’ignorance pendant leur adolescence. Sans parler des discours maternels rassurants qui présentent les fameuses « relations » comme un mal nécessaire pour amener la paix au sein du mariage. J’aurais tendance à trouver préférable le choix d’autres personnages pour une telle thématique mais finalement, Marsha Altman réussit à évoquer ce sujet sensible sans nuire aux héros. Cette partie est pour moi cohérente, très agréable à lire. Le style est neutre, plutôt approprié, les répliques souvent bien choisies.

 

[SPOILER entre les crochets, à déconseiller à celles qui ont déjà acheté le livre mais peut-être pas à celles qui se demandent si ce livre est fait pour elles.

La deuxième moitié repose sur l’arrivée du grand méchant loup qui éclipse Wickam, Lord Kincaid. Cette partie rocambolesque se lit assez bien car les péripéties ne manquent pas, mais l’ensemble est franchement tiré par les cheveux. Sans dire qui fait quoi ni comment, sachez qu’il y a notamment : un blessé par balle, une arrestation, des coups de chandelier sur le crâne, des points de suture et de l’opium, la visite d’un château écossais, des voyages entre le Derbyshire et Londres, le retour d’un frère endetté, une menace de viol. Le passage au roman d’aventures est divertissant mais paradoxalement, j’ai trouvé cette partie plus ennuyeuse parce qu’elle me semble un peu bâclée. J’ai eu l’impression que l’auteur, après avoir passé des soirées entières à réfléchir à de bonnes répliques et aux phrases adéquates, a trouvé que son manuscrit n’avançait pas et a voulu parer au plus pressé. Je n’en sais rien et ne le saurai jamais, toujours est-il que je trouve que le vocabulaire contemporain ressort plus, les répliques sont un peu lassantes, les scènes caricaturales et les personnages complètement décalés.

 

De manière générale, j’ai trouvé le traitement des personnages inégal, même si je crois m’être offusquée plus fréquemment dans la deuxième partie où Darcy est Caroline bingley 2005.jpgméconnaissable (et puis, pour vous rappeler que ce type bizarre est Darcy et qu’elle sent bien que la lectrice que vous êtes est sur le point de l’oublier, Altman utilise une expression du type :« il avait un air austère, parce que c’était Darcy » - on sent que l’expression « Darcy-like » la démange).

Certains personnages n’ont rien de commun avec leurs homologues chez Jane Austen, hormis le nom. Jane Bingley n’est pas la douce et innocente créature que nous connaissons : les allusions coquines entre Elizabeth et Darcy m’ont moins surprise que celles faites par Jane devant un Bingley empourpré ; je précise aussi qu’elle essaie tout de même d’étrangler son mari pendant un accouchement. Darcy a du mal à tenir l’alcool et se ridiculise lorsqu’il n’a pas tous ses esprits. Quant à Caroline Bingley, on voudrait presque l’avoir pour grande sœur, surtout lorsqu’elle lutte à coup de balai contre un type armé d’une épée.

Cela dit, Altman interprète certains silences de Pride and Prejudice pour donner une autre dimension à plusieurs protagonistes. Mary est par exemple très indépendante et part étudier sur le continent, Anne de Bourgh est sympathique et proche de Darcy, tandis que le couple Bennet est plus uni et Mrs Bennet visiblement plus lucide, même si leurs interventions ne sont pas trop alterées et restent amusantes et plausibles.

]

 

La fin est prévisible mais, malgré tout ces défauts, j’ai globalement passé un très bon moment avec ce livre plein d'humour et j'ai adoré la réplique finale du petit Geoffrey Darcy (et la réaction du père, si improbable soit-elle). Je lirai peut-être la suite (une série est en cours apparemment).

 

Extraits :

 

“ I say, my daughters seem to be in some sort of a competition ,» Mr. Bennet said. “The first husband I must pay; the second I have no obligations to; and the third pays me. Mary, if this pattern is to continue, I will consent to you marrying a man of no less than twenty thousand pounds a year. And Kitty, nothing less than royalty will do. I perhaps will settle for Scottish royalty, but only if he truly loves you.” (p102)

 

“ My dears, my dears,” their mother said nervously. “Oh, there is so much to say now and so little time to say it. Always be good to your husbands, and be careful never to irritate them with your fits.”

“Wise advice,” said Mr Bennet.

“And if they ever do make some quiet comments at your expense, it will suit your marriage to pretend that you do not hear,” she replied. (p109)

 

Autres avis en anglais : Austenprose ; Becky ; Jane Austen Today ; Bookfool ; Romance Rookie.

Blog de l’auteur.

 

413 p

 

Marsha Altman, The Darcys and the Bingleys, 2009

 

 

Et comme l’auteur remercie Dieu (sans qui le Kama Sutra et Darcy ne seraient pas), j’ai décidé de remercier Madonna, dont le titre Like A Prayer me suit partout depuis mes quatorze ans (eh oui, pourquoi pas ?).

 

 

 

 

 

 

 

Austen et moi :

 

Mon questionnaire austenien

Pride and Prejudice : le livre, le film de 2005.

The Watsons

Bride and Prejudice

Bridget Jones’s Diary / The Edge of Reason

 

Northanger Abbey – LU et à relire !

Emma (ITV) – VU

Northanger Abbey (ITV) – VU

Lost in Austen (ITV) - VU ET REVU !

Pride and Prejudice (BBC 1995) – VU ET REVU !

 

Next reading : peut-être Emma car je viens de voir le film d’ITV que j’ai adoré.

 

 

challenge jane austen 2009.jpg

23/03/2009

Darcy, of course, mais pas seulement !

austen_pride and prejudice book cover.jpgJe dois atteindre des records dans la blogosphère en matière de challenges totalement râtés et, plutôt que de continuer avec mes voeux pieux, j'ai décidé de ne pas faire de challenge ABC 2009, anglo-saxon ou pas, classique ou pas, comptant seulement suivre mes envies. A savoir pour 2009, plus de classiques et plus de littérature anglo-saxonne. Suivant mes envies depuis janvier, j'ai donc commandé en ligne quelques adaptations de classiques (Wilde, Gaskell, Austen) ainsi que trois Austen dans la collection Red Classics de Penguin, ayant décidé de lire ou relire enfin « our dear Jane » cette année (j'ai craqué pour le format et les couvertures de cette édition). Quelques semaines après surgissait chez Fashion l'idée d'un challenge Jane Austen et, le but étant de se faire plaisir et de suivre ses envies, je me suis inscrite pour une fois sans hésiter ! Je suis depuis plus motivée que jamais et viens donc de relire avec un plaisir infini Pride & Prejudice.

Ce livre est un peu trop souvent réduit à la magnifique histoire d'amour entre Mr Darcy et Elizabeth Bennet. mr bingley.jpgParallèlement à l'affection qu'éprouvent immédiatement l'un envers l'autre Jane Bennet et Mr Bingley, l'ami de Darcy, les deux personnages principaux passent par beaucoup d'états avant d'assumer les sentiments qu'ils éprouvent. Leur histoire est la plus belle qui soit à mes yeux et sans doute la seule à m'avoir émue à ce point jusqu'ici (mais sur ce point j'attends beaucoup de North and South depuis que j'ai vu l'adaptation de la BBC). Détestant les tirades dégoulinant de romantisme et les étalages passionnés trop niais, je me réjouis du sens de l'ironie de Jane Austen et de la subtilité avec laquelle elle fait évoluer graduellement la relation entre Darcy et Elizabeth.

elizabeth.jpgTous deux sont de fortes personnalités. Elevés dans un milieu différent, ils ne partagent à première vue pas les mêmes valeurs et ont bien peu de choses en commun, si ce n'est cet orgueil ou cette fierté si souvent reprochés au premier. Taciturne, critique, Darcy trouve la compagnie des Bennet trop vulgaire à son goût. Elizabeth est enjouée, intelligente et sans aucun doute impertinente, au point de taquiner sans la moindre hésitation des personnes dont le rang est supérieur au sien. Elle ressent toute l'injustice des différences de condition mais reste lucide sur la valeur de chacun indépendamment de sa fortune, ce qui lui permet de porter un regard assez ironique sur ceux qui l'entourent. Malgré sa politesse et ses bonnes manières évidentes, cette indépendance d'esprit lui permet de tenir tête à des personnages aussi imposants que Lady Catherine de Bourgh. Parce qu'elle est vive, spontanée, spirituelle et sincère à la fois, Darcy porte rapidement son attention surdarcy.jpg Elizabeth. Il est pourtant très sollicité par la soeur de Bingley et fiancé depuis le berceau à sa cousine, miss de Bourgh. Extrêmement riche, habitué à fréquenter la meilleure société, Darcy n'approuve pas les manières des habitants de Meryton, pas plus que les déclarations très matérialistes de Mrs Bennet, qui ne cesse de faire étalage de tout ce qu'un bon mariage pourrait apporter à son aînée. Darcy se montre particulièrement désagréable, malgré l'attirance qu'il éprouve très vite pour Elizabeth. Tout l'intérêt du personnage tient aux transformations qui s'opèrent peu à peu en lui lorsque luttent ses sentiments, ses convictions personnelles, son obstination et son orgueil.

Malgré tout, comme je le disais en guise de préambule, Pride & Prejudice ne s'arrête pas à cette histoire, aussi passionnante soit-elle. L'orgueil et les préjugés dirigent la plupart des relations dont il est question, tandis que nombre de personnages éclipsent régulièrement le tandem Darcy-Elizabeth.

Mr Bennet s'est marié en succombant un peu trop facilement au charme d'une jolie femme. D'où cette remarque lorsqu'Elizabeth accepte d'épouser Darcy : « My child, let me not have the grief of seeing you unable to respect your partner in life. You know not what you are about. » Le couple étant très mal assorti, Mr Bennet cherche autant que possible la tranquillité de sa bibliothèque et pose un regard philosophe sur son entourage, à commencer par sa propre famille et ses trois dernières filles, qu'il juge insensées. Presque tout ce qui pourrait le contrarier est source d'amusement pour lui. Cela le rend très drôle mais fait de lui un père assez irresponsable.

mrs bennet.jpgMrs Bennet est irritante, même si son personnage prête plutôt à rire. Très vaine, elle veut à tout prix marier ses filles. Si le souhait est légitime, l'art et la manière lui font défaut et suggèrent au fond son manque d'éducation. A force de se vanter auprès de ses voisines (qui font de même), elle finit par ridiculiser ses filles et à être la première à retarder leur union. Sa grossièreté et sa bêtise la poussent à complimenter un prétendant de manière exagérée ou à parler argent et unions favorables là où l'on risque de répéter rapidement ses propos au principal intéressé. Passant des rires aux larmes facilement, Mrs Bennet réclame l'attention de tous et se donne beaucoup d'importance en son foyer. Alors que son mari ne semble pas lui reprocher le fait de ne pas avoir produit un héritier mâle qui leur permettrait de conserver leur propriété à sa mort (ce qui pourrait sans doute être naturel à l'époque), Mrs Bennet passe son temps à se lamenter sur son sort et à envisager le jour où elle devra survivre à son époux pour être chassée de sa maison. Ce qui donne lieu à un savoureux dialogue :

« Indeed, Mr Bennet », said she, « it is very hard to think that Charlotte Lucas should ever be mistress of this house, that I should be forced to make my way for her, andBennetFamily.jpg live to see her take my place in it! »

« My dear, do not give way to such gloomy thoughts. Let us hope for better things. Let us flatter ourselves that I may be the survivor ».

Très partiale dans son amour maternel, Mrs Bennet est si impressionnée par la valeur de l'argent et des belles propriétés qu'elle finit par se montrer plus affectueuse que jamais envers Elizabeth lors de son mariage particulièrement avantageux, la plaçant au-dessus de ses soeurs alors qu'elle a toujours été l'enfant qu'elle aimait le moins.

jane bennet.jpegLes filles Bennet sont toutes très différentes. Jane, l'aînée, est la plus douce. Lizzie, sa confidente, est la préférée de Mr Bennet. Au milieu, Mary n'est proche d'aucune de ses soeurs et, moins jolie qu'elles, tente désespérément de se mettre en avant en chantant ou en jouant au piano, passant sinon le plus clair de son temps à lire. Ses remarques sont peu nombreuses mais d'une sévérité et d'un recul tels que ce personnage si particulier est un de mes favoris. wickham.JPGViennent enfin Kitty et Lydia, au tempérament très proche de celui de leur mère. Frivoles et stupides, encouragées dans leurs flirts par Mrs Bennet, elles courent après les officiers arrivés récemment à Meryton. Mr Wickam fait partie de ceux-là. Après avoir charmé Elizabeth et dit le plus grand mal de Darcy, il fait à plusieurs reprises l'objet des potins du village.

charlotte.jpgCitons encore pour le plaisir Mr Collins et son langage obséquieux irrésistiblement drôle ainsi que Charlotte Lucas, l'amie d'enfance d'Elizabeth vieille fille à 27 ans (sans doute le personnage le plus à plaindre de l'histoire).

Tous ces personnages évoluent dans un univers assez impitoyable : les proches sont les premiers à médire, au point de compter les années restant à Mr Bennet avant de mourir et de laisser enfin Mr Collins maître de sa propriété. Conventions et hypocrisie ne sont pas en reste, même si certains sont trop mal élevés ou trop envieux pour se montrer discrets au lieu de clamer leurs aspirations sur tous les toits ou de laisser libre cours à leur jalousie.

La variété des situations et les personnalités si différentes qui se croisent font de Pride & Prejudice un roman d'une richesse incroyable. D'une grande qualité littéraire, écrit avec finesse et beaucoup de sensibilité, ce livre pose un regard critique mais non acerbe sur la société. Du mariage dépend tout l'avenir des femmes ; s'il est essentiel, le chemin vers la félicité conjugale est source de questions. Jane Austen traite de ce thème avec brio, adoptant un ton léger, distant et ironique qui fait tout le charme de son style. Ajoutons à cela la création de deux personnages incontournables qui continuent à nous enchanter près de 200 ans après, et nous voilà en présence d'un chef-d'oeuvre, rien de moins. Une lecture exquise que je renouvèlerai (encore!).

Juste un petit mot sur la traduction : je n'ai jamais lu Austen en français mais j'ai entendu dire récemment que les versions Omnibus et 10-18 sont amputées de quelques passages (vérifié par Isil) ; il paraît aussi que la traduction date et n'est pas très fidèle au texte original. Je n'en ai aucune idée mais au cas où...

NB : pour les photos j'ai choisi quelques acteurs dans chaque "version", parmi mes préférés.

Je parlerai bientôt de l'adaptation de la BBC, de Lost in Austen et de Bride & Prejudice, après mon avis (plutôt) négatif sur le film de Joe Wright. Pour l'instant voici deux liens austenien sur ce blog :

 

pride and prejudice film 2005 affiche.jpgausten the watsons.jpg

 

427 p

Jane Austen, Pride & Prejudice, 1813

challenge jane austen 2009.jpg

classics challenge.jpg