Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2011

Last Christmas I met the Doctor

docwho.jpegPetit souvenir de Noël dernier.

Je suis tombée par hasard le 25 décembre sur trois épisodes de Noël de la série Doctor Who, pour le plus grand plaisir de mon cher et tendre désormais converti, bien plus que moi d'ailleurs (et au grand désespoir du reste des téléspectateurs qui nous entouraient et ont été traumatisés par cette incursion dans le monde halluciné du docteur).

doctor who noel.jpg

La Prophétie de Noël (2 épisodes - 2009)

Visiblement, il me manquait quelques épisodes pour tout comprendre à cette histoire qui de toute façon m'a un peu ennuyée.

Début de soirée. Le Tardis apparaît dans un vitrail. L'estomac bien rempli, l'esprit un peu embrumé Mr Lou et moi nous exclamons en choeur avec un enthousiasme déconcertant pour notre entourage: “un Tardiiiis, regarde !!!”.

Le générique arrive (ou était-ce juste avant ?). Nous voilà déchaînés, prêts à acclamer Docteur Tennant dès son arrivée. En attendant, nous accompagnons avec enthousiasme le générique : “Ouwiiou ouwiiou”!

Arrive le début. Une prison pour femmes, de grands malades, un peu de menace et là un grand méchant psychopathe revient à la vie grâce au sacrifice de ses disciples (les grands malades en question). S'ensuivent quelques scènes qui achèvent de traumatiser notre entourage : homme électrique qui peut s'envoler et dont on voit le squelette sur fond fluorescent lorsqu'il s'énerve. Summum de l'horreur, sa façon bien à lui de se déchiqueter et de dévorer tout ce qu'il avale.

Je vous ferai grâce de la suite. C'est compliqué.

Sachez tout de même que grâce à Doctor Who, l'humanité sera sauvée (on n'en attendait pas moins de lui). Au passage, le psychopathe qui mange comme un cochon mourra après avoir tenté d'asservir l'humanité et disparaîtront également les Seigneurs du Temps qui auront tenté de faire leur come back (avec à leur tête un Timothy Dalton assez névrosé).

Honnêtement, c'est la fin qui m'a intéressée, lorsque le docteur fait ses adieux aux différents compagnons qu'il a eus avant de se régénérer (séquence émotions - bye bye David Tennant !). Pour le reste, hormis la relation entre Wilfried et le docteur, j'aurais aussi bien pu me remettre au tricot ou sortir un Sudoku.

 2,5coeurs.jpg

 

********** doctor who cyber noel.jpeg

Cyber Noël (1 épisode - 2008)

J'étais à deux doigts de renoncer lorsque j'ai vu qu'il y avait un troisième épisode que je ne pouvais absolument pas rater puisqu'il se passait en Angleterre en 1851.

Docteur Tennant débarque à bord de son Tardis. Le voilà en période de Noël, heureux, épanoui, lorsqu'il entend quelqu'un l'appeler et se montre encore plus ravi de cet appel au secour. C'est sans compter sur Rosita, qui le remet à sa place et lui apprend qu'elle n'appelle pas un docteur quelconque mais LE docteur. Car un autre Docteur est bien là, sympathique, enthousiaste et victorien jusqu'au bout des ongles. Pourtant ce nouveau venu semble un peu étourdi. Son Tardis est une mongolfière et ses outils ne sont que des objets quelconques, sans pouvoir spécifique.

doctor who cyber noel.png

J'ai trouvé cet épisode excellent. Deux histoires se déroulent en parallèle : celle du docteur inconnu et du tandem qu'il forme avec Rosita, ainsi que celle de cybermen, qui ont décidé d'asservir le monde entier (pour changer), aidés d'une Victorienne manipulatrice et meurtrière comme les adore Mary Elizabeth Braddon. Beaucoup d'action, de l'humour et un cadre historique qui évidemment n'était pas pour me déplaire ! Un de mes épisodes préférés dans l'absolu (pour l'instant du moins).

4,5coeurs.jpg

 

 

Dans le cadre du mois anglais organisé ici-même et avec mes amies Cryssilda et Titine.

logo mois anglais7.jpg

03/07/2011

Edimbourg attaquée par des zombies en 1759

doctor who the many hands.jpgThe Many Hands de Dale Smith est l'un des nombreux livres publiés en marge de la série Doctor Who. Nous sommes à Edimbourg en 1759. Le docteur (David Tennant) et Martha voient l'un de leurs voyages dans le temps bousculé par l'attaque d'un fiacre par un mort-vivant. Suite à une course poursuite, le docteur est "malencontreusement" arrêté par des soldats, dont la capitaine a tendance à faire de l'excès de zèle. Les péripéties sont assez nombreuses et je vous  passerai les détails (d'autant plus que ce livre n'ayant aucun intérêt littéraire je ne voudrais surtout pas vous priver du plaisir de l'action). Sachez simplement que ce roman compte :

plague doctor schnabel.jpg- Des mains grisâtres douées d'une vie propre

- Une armée de zombies sortie d'un loch et bientôt rejointe par toute la population d'un cimetière

- Deux docteurs fous se livrant à des expériences insolites et adeptes du clonage

- Benjamin Franklin, qu'on voit peu mais dont le comportement est louche (on apprend que ses découvertes scientifiques sont dues à des phénomènes peu naturels)

- Le fantôme d'un docteur de la peste ("plague doctor")

Sachez également que l'on fait un plongeon dans les ruelles sordides et obscures de l'ancienne ville dont les vestiges sont aujourd'hui encore enfouis sous les rues d'Edimbourg.

Ce roman très léger se lit facilement et, après un démarrage poussif en ce qui me concerne, je l'ai lu très rapidement, profitant de son caractère délassant pendant une semaine plus que chargée. Beaucoup d'éléments m'intéressaient dans cette histoire (j'ai d'ailleurs adoré me promener dans la ville souterraine) et j'aurais beaucoup aimé lire un récit plus abouti traitant des mêmes sujets.

Pour les amateurs de Doctor Who et les amis des zombies.

Voir le site Doctor Who Reviews pour un autre avis.

Merci à mon amie Cryssilda pour le prêt !

2,5coeurs.jpg

 

 

256 p

Dale Smith, The Many Hands, 2008

logo kiltissime 03.jpg

Challenge-god save the livre.jpgChallenge God save le livre : 11 livres lus (Catégorie Princesse Diana : 15 livres lus)

17/12/2009

Qui veut un docteur pour Noël ?

doctor_who2_01.jpg

Le week-end dernier, à l'occasion d'un repas de Noël entre amies, j'ai découvert le premier épisode de Noël de Doctor Who et, par la même occasion, le fameux David Tennant, nouveau docteur après l'attachant Christopher Eccleston.

Et c'est un épisode absolument dramatique mes amis, puisqu'alors que le docteur est en train de se régénérer et vivote dans un état profondément comateux, de terribles monstres venus de l'espace décident de profiter de sa faiblesse pour attaquer la Terre, menaçant de tuer un tiers de la population mondiale si ses dirigeants ne se rendent pas. Comme c'est terrible! J'en tremblais de la tête aux pieds, d'autant plus que la série n'aborde absolument pas sous des angles divers et variés le thème de la fin du monde… Comment cela, ce n'est pas la première fois que le Docteur doit sauver le monde ?... bon, j'admets, j'admets ! Ceci dit, les affreux extraterrestres venus nous envahir ont à chaque fois des plans si machiavéliques (enfin, menacer par la force, en somme ! Ce n'est pas machiavélique, ça ?) que chaque invasion est toujours perturbante. Alors, quand le docteur végète et qu'il faut compter sur Rose (qui n'est pas fausse blonde pour rien tout de même), sa mère et son ex (dont les capacités intellectuelles feraient presque passer Rose pour un futur Nobel), on est en raison de se demander comment diable la Terre va pouvoir s'en sortir ! Au cas où, j'ai commencé à sortir des chocolats, histoire de m'offrir un dernier plaisir si les choses venaient à se corser !

C'était sans compter sur les capacités phénoménales du docteur, qui parvient à se réveiller en se redressant pour viser très précisément des ennemis qui approchent de son lit (quel homme!) puis qui, une fois réveillé, se bat courageusement contre un alien sadique, armé d'une épée et d'un pyjama d'une sexytude absolue qui a fait son petit effet parmi nous (enfin presque).

Un épisode au demeurant peu passionnant, mais un nouveau docteur très sympathique même s'il n'éclipsera sans doute pas son alter ego.

On peut voir un épisode de Noël avec Kylie Minogue en ce moment sur le site de France 4. On en parle ici.

J'en profite pour remercier encore une fois YueYin pour la lettre qui m'attendait ce soir et qui est arrivée en charmante compagnie...

dsc00044.jpg

Enfin ça n'a rien à voir mais le 18 décembre, St Trinian's 2 sort en Angleterre (avec Colin Firth, Rupert Everett et David Tennant, ni plus ni moins).

st trinian's 2.jpg

02/12/2009

Doctor Swap, here we go !

Hier soir, en confiant le colis Doctor swap à une postière un peu troublée par un colis étrangement sexy, j'ai demandé à tout hasard si aucun colis à mon nom n'était en attente au bureau de poste. Bien m'en a pris, puisqu'aujourd'hui je n'ai toujours pas d'avis de passage alors que j'ai récupéré hier soir deux colis, dont un drôle de colis bleu en forme de Tardis. Bizarre bizarre !

 

Photo0118.jpg

 

Et là, à l'intérieur, que du bleu, des petites étoiles et les messages espiègles de Chiffonnette pour me guider et me faire deviner ce que pouvaient bien contenir tous les paquets étalés devant moi.

 

Photo0120.jpg

 

Côté livres, mamma mia ! Me voilà parée pour explorer l'univers en compagnie du Doctor et meubler les longues soirées d'hiver à bord du Tardis, avec de quoi pallier mes énormes lacunes en matière de SF et de fantasy. Il y avait :

 

dsc00001.jpg
dsc00003.jpg
dsc00004.jpg

 

J.R.R. Tolkien et Les Enfants de Hurin : un auteur que le docteur devrait effectivement rencontrer (je suis d'accord Chiffonnette !) et un livre un peu moins décourageant que le Seigneur des Anneaux pour une novice dans mon genre.

Philip K. Dick et Le Maître du Haut Château, qui me tente déjà diablement pour son château (oui je sais j'ai des goûts de luxe), d'autant plus que c'est un auteur que je ne connais que de nom.

Brian W. Aldiss (beaucoup d'initiales chez tous ces auteurs) avec un titre judicieusement choisi, puisque même si ce blog n'en laisse rien paraître, j'ai enfin lu Frankenstein il y a un ou deux mois... me voilà fin prête pour découvrir cette variation avec un Frankenstein délivré !

Et parce que sans ses sauts dans le passé et les épisodes en compagnie des grands classiques anglais (à quand Jane ou les soeurs Brontë ?), le Doctor ne serait pas ce qu'il est, un livre parfait pour accompagner mon thé Victoria (oui j'assume), avec trois pièces de l'illustre William : Le Songe d'une nuit d'été, Les joyeuses commères de Windsor, Le Soir des Rois.

 

dsc00009.jpg
dsc00006.jpg

 

Pour ce qui est des provisions, ma foi si je dois embarquer à bord du Tardis, je crains de mourir de faim. Eh oui, il faut dire qu'avec des biscuits Daleks et étoiles comme ceux que j'ai découverts hier, impossible de gérer efficacement mon garde-manger qui est déjà à moitié vide (j'aimerais beaucoup avoir la recette pour refaire le plein avant le départ... yeux doux et battements de cils !). Heureusement, il me restera un Tardis en pâte d'amande (c'est bien ça n'est-ce pas ? J'ai résisté – même si ça ne va pas durer), des bonbons Kréma (souvenirs d'enfance, et me voilà voyageant de nouveau dans le temps), des chips made in the UK et deux bières 1664 (donc bleues)... comme quoi ma réputation d'alcoolique notoire me poursuit même sur les blogs, hehe !

 

dsc00010.jpg
dsc00007.jpg
dsc00012.jpg
Enfin des objets qui m'en ont mis plein les yeux : les chopes (de circonstance, et parce qu'à deux, c'est mieux dixit la voix de la sagesse), un badge Doctor Who (moi qui en voulais un, je vais pouvoir l'arborer fièrement !), de quoi m'endormir à la belle étoile, même à Paris, une pochette bleu nuit éclairée par une étoile filante, du tissu (et oui il y en avait encore plus) et attention, watch out, je vais faire des jalouses : un marque-page Tardis fait main, dont je suis complètement fan !

 

dsc00005.jpg

Un grand grand merci à Chiffonnette qui m'a fait rire, jouer aux devinettes et m'enthousiasmer comme une petite fille devant mon colis, alors que je viens de succomber aux charmes de Doctor Who ! Tu n'aurais pas pu me faire plus plaisir ! Merciiii !

Merci aussi aux deux organisatrices Fashion et Karine pour ce swap déjanté qui m'a permis de découvrir enfin que j'aime beaucoup cette série !

The Doctor rocks (et rules, cela va de soi) !

(ps : d'autres photos à venir mais il se fait tard et si je m'endors demain je pourrai difficilement expliquer que j'ai croisé un Dalek dans le métro en arrivant;

Ps2 : on s'en douterait presque, dans le deuxième colis se trouvait mon nouvel appareil photo numérique, qui remplace haut la main mon téléphone portable;

ps3 : je suis très en retard dans les réponses aux commentaires mais promis, je vais me rattraper ! Vraiment désolée !)

00:35 Publié dans Swap | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : doctor swap, doctor who |  Facebook | |

29/11/2009

Someone likes Tardises !

dr-who 00.jpgChers vous tous, amis loubookiens, blogueurs, lecteurs et âmes égarées,

Il était grand temps de revenir vers mon clavier et de secouer mes articulations un peu rouillées pour me lancer dans une terrible bataille, à savoir la lutte contre les billets en retard dont l’accumulation prend désormais des allures de fin du monde. Rien que ça.

Avant de revenir sur mes dernières lectures (plutôt anglo-saxonnes), mes quinze lectures commencées en même temps, un voyage à Londres absolument excellent en compagnie de copines blogueuses et de mon cher et tendre, j’ai décidé de faire un clin d’œil au Doctor swap de Fashion et de Karine en hommage à mon colis qui va voyager dans le temps et dans l’espace à partir de demain… dans le cadre d’un swap qui a pour mérite de m’avoir fait découvrir que finalement, je peux aussi aimer les épisodes futuristes du Docteur et que, deuxièmement, les Daleks sont mes amis.

Si le swap me tentait parce que le voyage dans le temps (surtout dans le passé) est un thème que je trouvais très amusant, j’étais loin de faire partie des inconditionnels de la série, malgré les efforts d’Isil qui m’avait prêté le coffret de la saison 1 il y a un an. Je m’étais bornée à regarder l’épisode sur Charles Dickens ; autant dire que ce n’était pas franchement une réussite.

dr-who 02.jpgUne semaine avant de partir pour Beautiful London (‘cos there’s no place like London !, dixit le barbier de Fleet Street), Mr Lou et moi avons profité de l’attaque impromptue d’un terrible microbe pour découvrir la saison 1 bien au chaud devant notre télé et, ma foi, j’attends avec impatience de voir la suite.

Doctor Who, pour les âmes égarées qui ne suivent pas régulièrement les aventures des blogs de lecture, c’est un monsieur sympathique mais pas très net qui vit dans une cabine de police anglaise, voyage à travers le temps, a deux cœurs ainsi qu’un air ahuri et peut se permettre d’inviter Dickens à la fermer. Pour l’accompagner, une blonde peroxydée dont tout le monde doit tomber amoureux et qui a pour mérite d’avoir une mère si middle class anglaise que ça en devient tordant, et un petit ami à l’accent tellement ridicule qu’on finit par le trouver follement attachant.

dr-who 04.jpgUne série au final très « addictive », entre le côté décalé, la musique assez pourrie, le générique kistch et les situations souvent improbables. Le scénario est plutôt original et les épisodes tiennent bien la route, même si personnellement je préfère encore les épisodes dans le passé : la rencontre avec Dickens et la séances de spiritisme victorienne ; les retrouvailles de Rose avec son père, mort quand elle était enfant ; et peut-être plus encore l’épisode relativement effrayant qui se déroule pendant la 2e guerre mondiale, avec cet enfant au masque à gaz collé sur le visage qui marche comme un zombie, fait sonner n’importe quel téléphone par sa seule volonté et passe son temps à répéter « Mummy ! Are you my mummy ? » d’une voix monocorde. J’ai repensé Au Village des Damnés qui m’avait tout de même fait une forte impression malgré l'aspect vieillot, avec ses enfants aliens franchement névrosés. Pour ce qui est du futur, les Daleks et leur « exterminate » ont un côté très attendrissant, entre le seul survivant paniqué à l’idée de ne plus recevoir d’ordres et la nouvelle armée régénérée à partir d’humains, et donc sujette à des questionnements métaphysiques. To be or not to be…

 

dr-who 05.jpg

ecran3.jpg

Une petite pensée pour Christopher Eccleston qui n’incarnera pas le docteur dans les nouvelles saisons. Même si son remplaçant a des mimiques prometteuses, j’aurais bien vu quelques épisodes de plus avec Doctor number 1. La découverte de la saison 1 a été suivie d’un passage dans la boutique SciFi à Londres où j’ai difficilement résisté aux jouets Dalek et aux parfums d’ambiance Tardis (c’est là qu’on aimerait bien avoir un petit frère ou un fils – ou justement pas, comme je n’ai du coup eu aucune raison de craquer). Par contre j’ai opté pour le jeu de cartes Doctor Who et deux livres qui m’ont l’air écrits uniquement pour mes trajets en métro (merci aux auteurs, c’est diantrement gentil à vous d’avoir pensé à moi !). Isil a dévalisé la boutique en stockant les Tardis (c’en est même très suspect), tandis que Fashion a aussi succombé aux sirènes d’une autre boutique que j’irai volontiers voir la prochaine fois. Du coup les conversations le soir lors du musical Oliver Twist étaient très orientées Tardis… weird, isn’t it ?

Doctor Who, Saison 1, 2005

dr who 07.jpg

dr-who 06.jpg