Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2012

Shocking ! Les filles Darcy risquent leur vertu à Londres

aston-les-filles-de-mr-darcy.jpgChère Lady Ludlow,

Ma chère amie, je viens de recevoir votre lettre envoyée le mois dernier depuis Cadix. Il faut croire que le courrier s'achemine de plus en plus mal car je suis certaine que lorsque Sir Edward et moi nous sommes rendus en Espagne il n'y a pas plus de cinq ans, je recevais si rapidement vos réponses à mes lettres que je n'avais guère le temps de me languir dans ce pays peu civilisé, sans la moindre modiste digne de ce nom – si bien que comme vous j'avais fini par faire venir ma couturière sur place pour plus de simplicité.
J'espère que vous ne vous ennuyez pas à mourir. Il est vrai que Cadiz est une ville bien plus petite que Madrid où je déplorais déjà le peu d'activités, mais vous appréciez tellement tous ces livres aux titres compliqués que je suis persuadée que vous êtes ravie de ce séjour, et je m'en réjouis. J'ose espérer toutefois que les quelques nouvelles de Londres que j'ai à vous communiquer sauront vous divertir, d'autant plus que vous ne pouvez pas rentrer sans connaître les derniers événements, sans quoi vous passeriez pour une excentrique !

Vous vous souvenez bien sûr du mauvais mariage qu'a fait Fitzwilliam Darcy, de Pemberley, et du scandale qu'a causé cette mésalliance. Alors qu'il aurait pu épouser n'importe quelle jeune femme de haut rang, voilà qu'il avait préféré une fille quelconque sans titre ni fortune, dont les manières laissaient qui plus est à désirer (je tiens cette dernière information d'une amie intime de ma tante, Lady Catherine, qui a eu bien des raisons de regretter cette triste affaire).

Vous savez aussi que les Darcy ont eu cinq filles : vous ne serez pas étonnée de savoir que la pomme n'est pas tombée loin de l'arbre ! L'aînée était fiancée à un jeune homme de bonne famille, bien que sa famille soit assez peu connue dans nos cercles, mais il a disparu au cours d'une bataille. On dit que depuis la jeune femme jouait les veuves éplorées (ce qui a beaucoup fait rire par ici) et pour l'avoir rencontrée j'ai bien constaté que c'était l'héritière la plus assommante qui soit. Eh bien figurez-vous que son cher fiancé est réapparu, qui plus est marié ! Il prétend l'amnésie mais personne ici n'est dupe et, après avoir échangé quelques mots avec elle, tout le monde s'accorde à s'amuser de la présence d'esprit du fiancé et de la façon dont il a su se tirer de ce mauvais pas !

Mais je gardais le meilleur pour la fin : la deuxième fille, qui ressemble paraît-il à sa mère comme deux gouttes d'eau, s'est éprise de Sir Sidney, qui avait fait fuir sa dernière fiancée peu avant de la conduire à l'autel, Sir Sidney dont le statut de célibataire endurci commençait à se confirmer. A peine arrivée à Londres, cette demoiselle Darcy a manifesté son intérêt pour Sir Sidney sans la moindre discrétion, pour le rejeter publiquement après la demande en mariage que personne n'osait imaginer ! Vous vous doutez que ce petit scandale a alimenté toutes les conversations, mais à peine la nouvelle avait-elle fait le tour de Londres que le pot aux roses était découvert : Sir Sidney est (j'ose à peine l'écrire et il n'y a bien qu'avec vous que je peux permettre de divulguer aussi clairement une telle nouvelle sans passer pour une bavarde indiscrète) un sodomite, parti avec son valet favori à l'étranger qui plus est !

Ma chère amie, je tremble à l'idée de vous annoncer de tristes événements dans les missives à venir mais je crains que Fitzwilliam Darcy et son épouse n'aient de bien mauvaises nouvelles en guise d'accueil à leur retour de ce voyage en Perse ou en Turquie (un pays de ce genre). Il est évident que leurs filles ont été confiées à des mains bien peu expérimentées pour les accompagner pendant ce séjour londonien et leur entrée dans le monde. Mais lorsqu'on  laisse ses filles quitter le confort d'une propriété campagnarde pour les bals de Londres sans les surveiller de près, on peut s'estimer heureux s'il ne leur arrive rien de fâcheux !

Donnez-moi des nouvelles de vous ou parlez-moi de vos arides lectures si vous n'avez rien d'autre à me communiquer, j'en déduirai que vous vous ennuyez à mourir et veillerai à vous écrire aussi souvent que possible pour vous tenir informée des incontournables de cette saison ! Certes mes lettres ne valent pas vos lectures favorites, mais j'espère qu'elles auront au moins le mérite de constituer pour vous un agréable divertissement !

Lu dans le cadre du challenge austenien d'Alice3coeurs.jpg

 

 

475 p

Elizabeth Aston, Les filles de Mr Darcy, 2003

(2012 pour la parution française)

austen.jpg Oui je ne suis pas trop présente sur mon blog en ce moment : mariage, voyages, travail, j'ai un peu de mal à tout suivre mais je continue à lire et prévois des billets pour la rentrée et surtout, pour le challenge Halloween. A très vite !

09/05/2012

En poussant les grilles de Mansfield Park

austen-mansfield park.jpgMansfield Park est un roman un peu particulier pour moi qui apprécie énormément Jane Austen. C'est le seul que j'aie jamais abandonné en cours de route : peu après avoir dévoré Northanger Abbey, mon tout premier Austen, j'ai eu envie de poursuivre avec un roman plus dense et me suis plongée avec empressement dans Mansfield Park, que j'ai ensuite abandonné au bout d'une centaine de pages. Malgré mes coups de coeur successifs pour tous les autres textes d'Austen lus depuis, je craignais d'apprécier un peu moins ce roman réputé difficile et qui est loin de faire de l'unanimité. Et lorque je l'ai laissé de côté arrivée à la moitié il y a bien six mois, j'ai fini par me dire que j'étais partie pour un nouvel abandon. J'ai finalement eu envie de reprendre ma lecture il y a deux semaines, alors que j'ai enfin retrouvé un peu de temps libre, et bien m'en a pris, car j'ai dévoré les quelques 200 pages qu'il me restait à lire.

Fanny Price est issue d'un milieu plutôt modeste. Sa mère a fait un mariage d'amour dont elle se repend peut-être, sa situation matérielle étant loin d'être confortable. C'est alors que la famille maternelle propose d'élever la petite Fanny. Si sa tante Mrs Norris semble avoir une idée bien arrêtée sur la question et décide de tout, ce sont finalement les Bertram qui accueilleront la petite sous leur toit, Mrs Norris étant bien plus apte à prodiguer des conseils qu'à se rendre elle-même d'une quelconque utilité (tout effort de sa part relevant à ses yeux du sacrifice le plus absolu, le don de chaque objet miteux étant pour elle une preuve de son immense générosité, à étaler devant toute la galerie sans modération).
austen-mp.jpgLa petite Fanny est sans surprise un peu perdue : loin de sa famille et, surtout, de son frère William, l'enfant se retrouve dans une immense propriété bien différente de tout ce qu'elle a connu jusque-là. Ses cousines et le plus âgé des cousins sont informés de leur différence de statut social et ne deviennent pas ses compagnons de jeu, Sir Bertram est beaucoup trop sévère pour susciter son affection, Lady Bertram vit dans un monde bien à elle et ne s'occupe que de son propre comfort, tandis que Mrs Norris passe son temps à rappeler à Fanny combien elle doit à son oncle et ses tantes pour leur immense générosité, tout en la rabrouant constamment de manière à ne pas lui faire oublier son statut social. Heureusement, Fanny trouve un ami en la personne de son cousin Edmund.
La situation change peu lorsque Fanny grandit. On lui a appris à considérer ses jolies cousines comme ses supérieures ; elle craint Sir Bertram et passe son temps à assister Lady Bertram pour qui la moindre activité est une source de fatigue inimaginable. Le temps ayant fait son oeuvre, Fanny est tombée amoureuse d'Edmund, son allié de longue date à Mansfield Park.
Une petite tornade vient bouleverser leur univers lorsque, en l'absence de Sir Thomas parti à Antigua pour la gestion de ses affaires, Henry Crawford et sa soeur Mary viennent rendre visite à leur famille au presbytère adjacent. Henry courtise les cousines de Fanny, en particulier l'aînée, déjà fiancée, tandis qu'Edmund tombe sous le charme de la pétillante et légère Mary. En retrait du petit groupe, Fanny observe les nouveaux venus avec un oeil critique : elle est la seule à voir en ces deux jeunes gens des arrivistes à la morale douteuse.
NewbyHall.jpgCe roman est passionnant, c'est pourtant à mon avis roman exigeant, qui se mérite, dans le sens où il n'est pas facile de l'apprivoiser et de le faire sien. Plus austère que les pétillants Pride and Prejudice ou Northanger Abbey, habité de héros un peu ternes, Mansfield Park est quelque peu moralisateur :  les Crawford, hauts en couleur, sont peu recommandables (alors que par certains aspects, Mary n'est pas sans rappeler Elizabeth Bennet) ; la ville est néfaste, laide, vicieuse, et s'oppose à la pureté et à la beauté de la campagne ; Fanny est plus intègre, plus respectueuse de certaines valeurs car elle a été élevée plus sévèrement, dans un constant rappel de sa basse extraction ; de nombreuses discussions se multiplient au sujet de la profession de pasteur, Edmund voulant porter l'habit et étant appuyé en ce sens par ses proches, tandis que la fougueuse Mary traite avec légèreté et condescendance la profession.

La galerie de personnages est, comme toujours chez Austen, très réussie. Bien entendu on s'attache facilement au cousin Edmund et, pour ma part, j'ai beaucoup apprécié Fanny, certes extrêmement raisonnable, douce, docile (à peu près mon contraire!) mais dont le comportement m'a paru cohérent avec sa situation : vivant dans un petit cercle qui lui a toujours rappelé qu'elle n'était là qu'une invitée et guidée par son cousin Edmund qui a partagé avec elle des principes religieux et moraux stricts, elle réagit en conformité avec ses convictions, avec la liberté qui lui est laissée ou dont elle pense pouvoir profiter. Les Crawford sont bien saisis et parviennent à se rendre attachants en dépit de leurs innombrables faiblesses. Seule la tante Norris est insupportable du début à la fin, mais sa mesquinerie est si bien rendue à l'aide de remarques acerbes que l'on finit par apprécier ses apparitions, qui personnellement savaient m'irriter au plus haut point. Citons encore Sir Bertram, qui éduque ses enfants comme il administre ses biens, finançant puis revenant au bout d'un certain temps pour faire le tour des performances des uns et des autres. Sans être mauvais, Sir Bertram ne parvient pas à voir que ce qui a manqué à ses enfants, c'est l'affection, et non seulement l'absence de principes moraux comme il le pense. Au final, son investissement au départ désintéressé lui rapporte, puisque Fanny devient une fille aimante et attentionnée.
Je ne recommanderais pas ce livre pour découvrir Jane Austen, mais à tous ceux qui l'apprécient déjà, il serait vraiment dommage de ne pas pousser les portes de Mansfield Park.

Mon billet sur l'adaptation du roman en 1999 par Patricia Rozema.

Mes autres billets sur des romans et textes narratifs de Jane Austen :

D'autres billets sur Mansfield Park : Lilly, Cafebook, Coeur de Camomille, Alice in Wonderland, Pimpi, le forum Boulevard des Passions, Lecture/Ecriture (plusieurs avis), Critiques libres (plusieurs avis)...

Lu dans le cadre du challenge austenien d'Alice, du challenge un classique par mois de Cécile et du défi Je lis en anglais de Miss Bouquinaix.

5coeurs.jpg

492 p

Jane Austen, Mansfield Park, 1814

austen.jpgun classique par mois2.jpgchallenge je lis en anglais.png

02/04/2011

In the mood for... Jane perhaps ?

En ce jour de grand soleil, je me dis qu'il ne serait pas désagréable de flâner dans les rues de Paris... peut-être un livre à la main, au cas où je ne saurais résister à l'appel d'un parc aux recoins, petites fontaines et bancs cachés idéaux pour se mettre en quête d'aventures. Même si, en ce moment, c'est un roman plus propice à la réflexion qui m'accompagne, puisque je suis les pas de la jeune Fanny Price, qui porte un regard lucide sur son environnement, et dont les peines se communiquent au lecteur avec bien trop de facilité à mon goût (car les joies, elles, ne sont évoquées qu'avec parcimonie et une grande économie de moyens !).

austen_mansfield park.jpg

Si je lis Mansfield Park, c'est un peu par défaut (quoique le terme s'applique très mal aux textes de Jane Austen). A l'origine de cette lecture, une subite envie (dimanche dernier) de lire Sense and Sensibility... pour découvrir que je l'avais laissé dans ma chambre d'adolescente et ne l'avais pas à portée de main. L'envie de relire enfin Jane étant trop forte, j'ai donc choisi de lire Mansfield Park, l'autre roman que je n'avais pas encore lu.

J'ai au passage réalisé que si j'ai lu quatre romans de Jane Austen, je n'ai parlé ici que de Pride and Prejudice et d'Emma, et qu'il serait grand temps de remédier à cette erreur de jugement évidente... comme je me suis inscrite il y a quelque temps à un nouveau challenge Jane Austen (après m'être régalée pendant le premier, qui m'a fait voir et revoir en quelques mois énormément d'adaptations), je me dis qu'une nouvelle incursion prolongée dans l'univers de ma chère Jane ne ferait pas de mal à ce petit salon qui n'a pas vu passer suffisamment de jolies robes ces derniers mois !

Et si j'ai eu envie de lire Sense & Sensibility, c'est parce que j'ai passé une excellente soirée dimanche dernier, en compagnie des soeurs Dashwood, dans l'adaptation de 2008 par la BBC. J'ai lu sur un blog anglo-saxon un commentaire du type "If I loved Emma Thomson's film, I've fallen in love with this new version." Et j'ajouterais "my sentiments exactly" ! J'ai vu plusieurs fois le film d'Emma Thomson, auquel je trouve de très nombreuses qualités, mais il n'a jamais eu sur moi l'effet de cette mini-série, qui m'a donné follement envie de lire enfin ce roman que je réservais pour plus tard.

sense & sensibility 2008 01.jpg

Et en vue de mon prochain séjour en Angleterre, qui approche et sera suivi d'un autre, tout aussi alléchant en compagnie de Maggie, j'ai envie d'amener sur ce blog un peu de pluie, d'ironie et de plats indigestes mais audacieux... parmi les nombreuses chroniques en attente, j'hésite entre ces différents livres :

gaskell_north and south.jpghardy_homme demasque.jpgmayor_rector's daughter.jpg

Elizabeth Gaskell, North and South

Thomas Hardy, L'homme démasqué

Flora M. Mayor, The Rector's daughter

Sur ce je vous laisse méditer (ou pas !) et comme il est déjà plus de midi, je souhaite à ceux qui passeraient par là maintenant bon appétît, tandis que je vais m'activer un peu, car malheureusement, malgré les progrès technologiques depuis l'ère de Jane Austen, le ménage ne se fait toujours pas tout seul !

13/11/2009

Un jour mon prince viendra... didiiiididiidida !

persuasionitv.jpgAprès l'adaptation de Persuasion par la BBC de 1995, j'ai donc découvert le récent téléfilm d'ITV que j'ai également beaucoup apprécié, mais pour de toutes autres raisons.

Rappelons brièvement l'histoire – ce que j'ai omis de faire dans mon dernier billet, mea culpa. Anne Elliot approche de la trentaine (et du statut de vieille fille) alors qu'à l'âge de 19 ans, sur les conseils d'une amie proche de la famille, elle a accepté puis repoussé la demande en mariage du capitaine Wentworth, marin alors sans ressources ni garanties. Anne vit avec son père et l'une de ses sœurs, deux personnages vaniteux dépensant tant et si bien que les Elliot sont contraints de louer leur propriété et de s'installer à Bath pour ne pas se retrouver sans le sou. Les nouveaux locataires sont de la famille du capitaine Wentworth, qu'Anne va être amenée à croiser de nouveau.

persuasion-itv-03.jpgLes faiblesses de la version ITV tiennent pour moi aux libertés prises avec le texte : à partir d'un roman relativement court surgit un scénario parfois décousu où certains développements importants sont laissés de côté ou revus et corrigés, rendant l'histoire un peu incohérente. La fin montrant une Anne qui se met à courir dans tout Bath nous permet de savourer des décors superbes mais ne présente pas un grand intérêt ; le contexte dans lequel le capitaine Wentworth lui renouvelle sa demande par écrit est complètement faussé par le fait qu'il n'a jamais entendu les déclarations d'Anne au sujet de la constance des femmes en amour, privant leur histoire d'un élément qui donnait tout son sens à la conclusion du roman.

persuasion-itv-05.jpgCertains personnages sont traités de manière superficielle : c'est par exemple le cas du père d'Anne Elliot. Cela ne m'a toutefois pas particulièrement dérangée, le choix des acteurs et la mise en scène permettant de rester fidèle au contexte grâce à quelques répliques bien choisies. Plusieurs seconds rôles crèvent l'écran : le père donc, portrait très fidèle du Sir Elliot du roman ou encore Mary Musgrove, la sœur hypocondriaque et nombriliste (incarnée avec une fraîcheur bienvenue par une actrice qui s'est complètement ré-approprié ce rôle un peu ingrat). Seule Elizabeth Elliot me semble un peu fade ; sa coiffure est aussi le seul élément à m'avoir gênée en ce qui concerne les costumes et les styles de coiffure (à force d'en faire trop il me semble que l'on frôle le ridicule, avec de plus une coiffure peu seyante).

persuasionITV-2007-01.jpgAnne Elliot et le capitaine Wentworth sont incarnés par des acteurs bien différents de ceux de la version de 1995, plus en phase avec les derniers films d'époque austeniens : plus jeunes, plus attirants, plus consensuels. Leur jeu est convaincant et touchant. Je trouve cependant un peu dommage que le réalisateur ait choisi de dévoiler dès le début leurs sentiments, qui sont bien moins transparents dans le livre et dans l'adaptation de 1995 qui met en avant la complexité de la situation dans laquelle ils se trouvent, après des années de silence, sans rien savoir du parcours de l'autre et de son état d'esprit.

persuasionITV-02.jpgCes petites «faiblesses» sont autant de choix du réalisateur que je n'aurais sans doute pas faits si j'avais pu un jour adapter ce roman, mais qui me semblent relativement crédibles et légitimes et aboutissent finalement à un film plutôt réussi. Mais c'est un aspect que je n'ai pas encore évoqué qui fait pencher la balance en faveur de ce film : son côté très esthétique, qui m'a totalement enthousiasmée. Le fait de filmer sans caméra fixe peut surprendre mais donne du mouvement et un dynamisme certain à cette adaptation, dont les couleurs aux tons pastel m'ont enchantée. Les costumes soignés s'accordent merveilleusement à cet univers. Les paysages sont de toute beauté, qu'il s'agisse de la représentation de Bath, de la campagne ou du littoral anglais. Un régal pour les yeux, surtout pour les amoureux de l'Angleterre.

Au final, une adaptation à voir et à revoir cet hiver les jours de pluie...

Persuasion, un film de Simon Burke, 2007

04/11/2009

Jane, le come back du retour !

persuasion95-dvdcover.gifJ'ai lu cet été Persuasion mais je n'ai pas eu le temps de finaliser mon billet depuis. Qu'à cela ne tienne ! Je commencerai par un billet sur une adaptation de ce roman.

Première découverte vendredi dernier avec la version BBC de 1995 qui m'avait été prêtée par Isil. Ce film est fidèle au roman et parvient à s'en tenir à l'essentiel sans nuire à l'histoire grâce à un choix de scènes très pertinent. Les acteurs divisent sans doute les amateurs de Jane Austen, le capitaine Wentworth n'ayant rien d'un jeune premier ; cela dit, son physique plutôt atypique ne m'a pas paru incohérent pour ce rôle d'homme encore jeune qui a tout de même baroudé à travers le monde. L'actrice principale a un visage sans doute plutôt quelconque, progressivement embelli par un maquillage approprié à l'évolution de son état d'esprit ; son jeu correspond bien à l'idée que je me faisais d'Anne Elliot, me la rendant d'ailleurs plus sympathique que l'héroïne telle que je me l'étais imaginée en lisant le roman (mais c'est une autre histoire sur laquelle je reviendrai bientôt).

persuasion95_03.jpgQuelques choix un peu incongrus cela dit : au niveau du casting, le père tient finalement moins à son apparence que je ne le pensais et n'a rien de l'homme de belle prestance annoncé dans le roman ; quant aux relations choisies des Elliot à Bath, autant dire que le maquillage frôle le ridicule. Ma plus grosse critique tient au fait que ce téléfilm a terriblement mal vieilli. Réalisé à la même période que Pride and Prejudice de la BBC (aux couleurs un peu passées et à la réalisation sans grand intérêt sur le plan cinématographique, même s'il s'agit de mon adaptation favorite), ce film n'est pas très esthétique : les couleurs sont ternes ou risibles (je songe à la mer flamboyante aux couleurs kitsch); certains plans sont mal filmés comme par exemple un paysage sous la pluie à travers une fenêtre qui devient totalement inintéressant ou encore la chute de Louisa Musgrove.

persuasion95_01.jpgMalgré ces réserves j'ai beaucoup apprécié cette adaptation que je trouve un peu datée mais intelligemment construite et agréable à regarder. A noter qu'Henrietta Musgrove n'est autre que Victoria Hamilton (la reine dans Victoria and Albert, ou encore Mrs Forster dans Pride and Prejudice 1995 et Maria Bertram dans Mansfield Park 1999).

 

persuasion95_02.jpg

 

A venir très vite : le téléfilm d'ITV découvert samedi soir (quand on aime Austen, on ne compte pas !).

3,5coeurs.jpg

 


Persuasion, un film de Roger Michell, BBC 1995

challenge austen.jpg

25/06/2009

Au secours Miss Bennet !

pride and prejudice film 2005 affiche.jpg

J'ai décidé d'ajouter quelques impressions à mon billet sur Pride and Prejudice 2005 (17/03/09), ayant depuis revu la série de 1995 et relu le roman. Un poil ironique, toujours second degré et volontairement enflammée dans ma précédente chronique, j'ai fait partie des nombreux détracteurs de ce film (et suscité un débat qui amuserait sans doute Lizzie si elle était aussi réelle que l'affection follement débordante des janéites). Je laisse ci-dessous l'arme du crime avant de vous retrouver plus bas.

Billet d'origine (âmes sensibles s'abstenir) :

J'avais éte mise en garde par Fashion mais, étant un peu comme Saint Thomas, il me fallait le voir pour le croire. Veni, Vedi, Vinci (enfin j'ai des doutes sur ce dernier point) mais je préfère vous mettre en garde à mon tour: sans être très fleur bleue, il faut être follement téméraire pour consacrer 129 mn au film de Joe Wright Pride and Prejudice.

A sa décharge, je nourrissais déjà des soupçons à l'égard de ce film, que j'ai abordé avec des préjugés dont je n'ai pas réussi à me défaire :

1) une inquiétude certaine devant le nom du réalisateur : Atonement (Reviens-moi) m'a récemment fait pousser des soupirs exaspérés et râler à deux ou trois reprises quand l'histoire n'avançait pas ou dégoulinait de bons sentiments, comportement inédit chez moi, même devant Angélique Marquise des Anges – peut-être parce que j'avais dans les dix ans quand je l'ai vu.

2) un agacement persistant à la vue de Keira Knightley. Sa performance dans Atonement m'avait fait périr d'ennui et me l'avait rendue assez antipathique.

J'ai lu Pride and Prejudice il y a assez longtemps pour avoir oublié de nombreux détails. Ce n'est donc pas tellement l'adaptation que je trouve ratée, mais plutôt le film dans son ensemble.

Première épreuve : la famille Bennet. A force de vouloir faire ressentir le fossé qui sépare les Bennet de Bingley ou Darcy, Joe Wright se lance dans une parodie semble-t-il involontaire (le contraste entre le premier bal, très villageois, et le second, très guindé, en est un bon exemple). Les plus jeunes soeurs d'Elizabeth et sa mère sont terriblement vulgaires et stupides, gloussant comme des poules sentant le coq approcher. Les scènes à la ferme rendent souvent la famille plus ridicule encore, en particulier lorsque la mère sourit en voyant passer un cochon et ses testicules bien en vue.

Deux scènes avec la famille Bennet et j'éprouvais déjà le besoin de sortir baillons et fusils à pompe afin d'éviter la crise de nerfs – à la place Mister Lou et moi avons sorti le chocolat. A ce sujet, peut-être qu'un spectateur n'ayant pas vu les films délicats de la BBC ou ne s'intéressant pas aux moeurs du XIXe trouverait la scène irrésistiblement drôle. J'admets donc que je partais d'un mauvais pied.

pride and prejudice film 2005 08.jpg

Les costumes et les coiffures m'ont déconcertée (Fashion en avait parlé aussi) : Elizabeth est particulièrement négligée. A l'exception de quelques scènes, son chignon est rapidement fait et des mèches s'en échappent en désordre ou pire encore, ses cheveux sont lâchés, sans chapeau. Sa tenue est elle aussi relâchée. Darcy avec sa chemise au col ouvert est charmant mais très débraillé et, à force de vouloir faire à tout prix une scène à la Darcy en chemise mouillée, le personnage perd de sa crédibilité.

Beaucoup de petits détails ne s'accordent pas du tout avec l'idée que je me fais de l'époque, à l'exemple de ces regards osés en public, des échanges presque familiers entre inconnus ou encore des soeurs pouffant grossièrement dans les pires situations.

Mais le pire reste le casting catastrophique – à quelques rares exceptions près. Malheureusement pour cette pauvre Keira Knightley, j'ai revu Love Actually quelques jours avant de subir ce Pride and Prejudice. Charmantes dans une comédie romantique où son nombre de répliques et son temps passé à l'écran sont limités, les trois expressions faciales pride and prejudice film 2005 02.jpgde cette actrice ont un effet désastreux lorsqu'elle joue Elizabeth. Concentration, petit sourire mignon, grand sourire (malencontreusement souvent accompagné d'un rire bête), regard à peu près inchangé du début à la fin : les sentiments sont communiqués selon un code répétitif qui ne laisse passer aucune émotion. Il en va de même pour ce cher Darcy qui, s'il est mignon, m'a fait à peu près le même effet qu'un tas de choux de Bruxelles refroidis. Soyons honnêtes : je n'attendais déjà plus rien de lui après la première scène, où, pour paraître austère et torturé, il affiche un air morne indiquant l'ennui profond qu'il éprouve – et qu'il communique rapidement au spectateur.

J'ai apprécié quelques scènes (Bingley répétant sa demande en mariage notamment) mais, dans l'ensemble, j'ai trouvé ce film ennuyeux à mourir. J'ai beaucoup baillé, à part deux crises de fou rire lors de scènes ridiculement mièvres (dont Elizabeth sur une colline, regardant le vide, une musique épouvantable nous rappelant que oui ceci est un film romantique et que oui, elle est amoureuse). Souvent exaspérée, j'ai trouvé que ce film est un parfait exemple de mauvais goût, ne le trouvant ni drôle ni romantique. L'histoire d'Elizabeth et de Darcy pâtit du jeu des deux acteurs, l'humour propre aux comédies romantiques n'a pas eu d'effet sur moi. J'ai trouvé ce film beaucoup trop mielleux. Quant au rapport avec Jane Austen, il est plus que vague.

Au passage, les Golden Globe Awards prennent un sacré coup dans mon estime puisque je viens de découvrir que Keira Knightley avait été nominée pour sa performance (au secours !).

Ce film n'est pas abominable et je comprends qu'il plaise, mais je ne pense pas du tout faire partie du public visé, étant trop attachée à certains codes propres aux films et romans ayant lieu au XIXe.

Malheureusement pour moi, un journaliste du Guardian a écrit après avoir succombé au charme de l'actrice : « Only a snob, a curmudgeon, or someone with necrophiliac loyalty to the 1995 BBC version with Colin Firth and Jennifer Ehle could fail to enjoy her performance. » J'assume.

Je vous recommande l'avis d'Allie, à l'opposé du mien, avec un billet très complet.

 

So what ?

 

prideandprejudice 04.jpgAouch ! Si Lou sort parfois ses griffes, il lui arrive aussi d'écouter les arguments adverses (si si) et de revenir parfois sur sa position. Quand en plus Lamousmé menace Colin Firth et se sent incomprise par ses fidèles groupies, il ne reste plus qu'à accorder le bénéfice du doute à un film qui a lui aussi ses adeptes. C'est donc diablement téméraire et prête à distribuer tous les bons points du loubook à Joe Wright que j'ai revu cette semaine ce sublime film qu'est Pride and Prejudice, version 2005.

 

Générique. Lou avec une tasse de thé et un grand sourire presque confiant.

Film + 10 mn. Premier bâillement étouffé.

Film + 15 mn. Cinquième bâillement et activation de l'opération "touillage de thé et résistance à l'appel du terrible pc-sudoku-téléphone-télé-finalement je sors".

30 mn plus tard. Appel au secours de SuperIsil, à la rescousse depuis sa base top cammouflage, en pleine phase de documentation (le Roundup est nocif pour l'homme, pas plus d'un verre par jour mes amis, soyez attentifs).

et ainsi de suite.

 

pride and prejudice film 2005 06.jpgAlors non, je n'ai définitivement pas été conquise par le film de Joe Wright, même si je lui trouve quelques qualités. Joe Wright a un goût certain pour les plans purement esthétiques ou vaguement symboliques : Lizzie sur sa colline, Lizzie sur sa balançoire – deux plans que je trouve longs et sans intérêt, mais aussi de jolies scènes marquant des moments charnière, comme celle  des draps et rideaux qui suggèrent un Netherfield abandonné par Bingley.

Contrairement à la minisérie, cette adaptation prend beaucoup de libertés avec le pride and prejudice film 2005 03.jpgroman. La plupart des personnages secondaires ont un rôle réduit à une peau de chagrin (l'affaire Wickam, les exquises répliques de Mr Bennet), tandis que l'histoire d'amour est traitée avec fougue, à la Brontë comme l'ont dit d'autres avant moi. Par ailleurs, je ne retrouve pas l'évolution très graduelle des sentiments que l'on ressent bien dans la série, les scènes entre Darcy et Lizzie ayant ici à peu près toujours la même intensité et conduisant souvent au même échange de regards entre les personnages.

prideandprejudice 2005 01.jpgMes plus gros reproches tiennent d'abord à la réalisation, qui fait de ce film un ensemble très artistique, assez beau mais avec quelques longueurs qui ne me paraissent pas justifiées alors que tant d'excellentes réparties et de passages importants du roman sont sacrifiés. Enfin, je ne reviens pas sur mon avis concernant les acteurs. Matthew MacFayden m'a seulement convaincue à partir de la deuxième moitié du film, tandis que Keira Knightley me déplaît presque de bout en bout, hormis quelques très rares exceptions. Je continue à trouver les gloussements et énormes sourires pénibles et ridicules, d'autant plus qu'ils n'embellissent pas franchement l'actrice à mon avis (que je trouve pourtant jolie dans d'autres films, mais tout ça est bien sûr terriblement subjectif). Par ailleurs je n'aime pas sa façon de débiter ses phrases à toute allure, sur un ton égal ou énervé. Dernier détail : pourquoi la filmer tout le temps, en particulier lors de la déclaration de Darcy, où l'on voit beaucoup moins ce pauvre garçon que sa future moitié ?

Ce film ne pouvait pas me plaire, parce qu'il est trop mélodramatique et que l'amour est trop immédiat, le tout manquant de l'humour ou des nuances que je recherche dans ce type d'histoire. Sans compter qu'il s'agit plus d'une oeuvre cinématographique originale que d'une adaptation, ce qui se défend mais me dérange un peu, surtout lorsque cela concerne une oeuvre à laquelle je suis attachée.

Ceci dit, je dois reconnaître que malgré mon ennui, j'ai beaucoup apprécié des éléments ponctuels, que je citerai ici en toute bonne foi prideandprejudice2005 02.jpg(histoire de relancer le débat ?!) :

  • Plusieurs personnages, en particulier ceux de : Charlotte Lucas (vraiment parfaite dans ce rôle, je la préfère à la Charlotte de 1995 que j'apprécie pourtant), Bingley, Caroline Bingley, Mary Bennet (moins caricaturale et plus touchante que dans la version 1995 – et toujours séduite par l'option Collins), Mr Collins (que j'aurais épousé si Jane avait déjà rencontré Bingley, car non seulement il n'est pas horrible mais il est plutôt timide et touchant avec ses fleurs, bien que toujours ridicule), Mrs Bennet (presque un contre-sens par rapport au roman, mais elle offre une autre version du personnage, plus humaine, plus agréable, un choix que j'ai trouvé intéressant).

  • L'arrivée de Jane à Netherfield, ponctuée par un éternuement.

  • Le désordre et l'anarchie qui règnent dans la bibliothèque de Mr Bennet ou lors des repas, donnant un peu plus d'animation aux scènes d'intérieur ; les jolis décors qui vont avec.

  • L'entrée des officiers dans le village.

  • Mr Collins se grattant la gorge dans le dos de Mr Darcy, au moment de se présenter.

  • Les fidèles endormis à l'église lors de l'intervention (dominicale ?) de Mr Collins.

  • Le passage où Darcy dépose la lettre dans la pièce où se trouve Lizzie. Oui, Joe Wright prend encore des libertés mais c'est une belle scène, qui à mon sens ne nuit pas au déroulement de l'histoire.

  • La préparation de la demande en mariage de Bingley et la demande elle-même, drôle, agréablement filmée et très touchante.

 

That's all folks ! Une chose est sûre : 1995 ou 2005, Jane Austen n'est pas prête d'être oubliée !

1coeur.jpg

 

 

Pride and Prejudice, Joe Wright, 2005

pride and prejudice film 2005 00.jpg
pride and prejudice film 2005 05.jpg
pride and prejudice film 2005 01.jpg


challenge jane austen 2009.jpg

 

22/06/2009

From this day you must be a stranger to one of your parents

P&P cover.jpgVoilà une chronique que je repousse depuis des mois (ce n'est pas une mince affaire !) mais, après avoir l'avoir vue trois fois cette année, je me suis enfin décidée à vous parler de l'adaptation de Pride and Prejudice par la BBC en 1995.

Cette mini-série a peut-être un peu vieilli, tout comme Emma filmé l'année suivante pour ITV ; mais, si les couleurs sont certainement plusP&p darcy 01.jpg ternes que celles du film de 2005, si les plans purement esthétiques sont absents et que cette série n'offrirait sans doute qu'un moment de divertissement aux cinéphiles non-janéites, c'est de loin mon adaptation austenienne favorite. Il s'agit d'une adaptation extrêmement fidèle à l'esprit du livre ; et même plus encore, hormis quelques détails, c'est pour moi une transcription parfaite à l'écran d'un roman riche auquel il est très difficile de rendre justice (comme le dit très bien Isil, c'est presque une « mise en images » du livre). Mais soyons fous, amis austeniens, et revenons sur l'excellent casting de cette série désormais culte.

pride_and_prejudice_2.jpg
C'est un couple incontournable du petit écran et du monde austenien. Sans eux, impossible d'imaginer la série. Sans lui, difficile d'envisager Darcy. Et pour cause, Jennifer Ehle et Colin Firth incarnent à la perfection Elizabeth Bennet et Fitzwilliam Darcy, dont les échanges de regard pourraient faire à eux seuls l'intérêt de la série.
lizzy_bennet_pride_prejudice_bbc_400.jpgOn reproche parfois à Jennifer Ehle de ne pas être assez jolie pour le rôle. Mais si elle est selon les rumeurs rapportées par Miss Bingley une « local beauty », sa beauté ne frappe pas d'emblée Mr Darcy, qui ne prend conscience de ses attraits que graduellement. Pour moi, le charme de cette Elizabeth aux sourires en coin et aux yeux pétillants fait tout son intérêt. Pleine de fraîcheur, elle joue avec une large palette d'expressions qui lui permet de rendre avec beaucoup de subtilité les émotions éprouvées par le personnage.
Colin Firth est un bon acteur mais c'est pour moi ce rôle qui lui a permis de montrer toute l'ampleur de son talent.P&p darcy in london.jpg Peut-être plus encore qu'Ehle, parce qu'il incarne un personnage pour le moins réservé, Firth est impressionnant tant il parvient à exprimer des sentiments très divers tout en restant immobile et froid, avec une expression quasiment inchangée. Imperceptible mouvement de sourcil, regard ardent l'espace d'une seconde, naissance d'un sourire presque invisible sur un visage qui tente de rester impassible : ces infimes variations rendent ce Mr Darcy extrêmement convaincant. A côté, le couple choisi par Joe Wright me paraît fade ; il me semble en tout cas que le jeu des deux autres acteurs est peu nuancé et donc paradoxalement plus monotone (je dis paradoxalement car je les trouve beaucoup plus démonstratifs).

P&P06.jpg
P&P darcy bingley2.jpg
bingley and jane.jpg

Mr Bingley fait partie de mes personnages préférés, avec sa coiffure aussi amusante que son air perpétuellement ahuri. Dans le making of, l'acteur raconte que le réalisateur passait son temps à lui demander de sourire, tandis qu'il avait déjà l'impression de ne faire que ça. Ses quelques mouvements de sourcils en période de crise (impolitesses de Darcy ou de Mrs Bennet notamment, sans parler de l'excellente scène où Kitty demande à sa mère : «why do you keep winking at me ? ») me le rendent particulièrement sympathique. L'actrice de Jane Bennet est pour moi un choix assez surprenant. Je lui trouve un air un peu bovin, même si le but est sans doute d'exprimer la douceur et le caractère réservé de ce personnage généreux...

bennets.jpg

P&p mrs bennet.jpgTrès mal assorti dans le livre, le couple Bennet est assez crédible à l'écran. Mrs Bennet est parfois irritante avec son goût immodéré pour les cris suraigus frisant l'ultrason mais elle est plutôt amusante la plupart du temps.

Quant à Mr Bennet, Benjamin Whitrow est pour moi son meilleur interprète si on le compare à celui du film deP&P mr bennet.jpg Joe Wright (pour moi un peu trop croulant tout de même, même si habituellement j'aime bien l'acteur) ou de Lost in Austen. Voilà un Mr Bennet plein d'humour qui donne à ses répliques ironiques beaucoup de naturel, les glissant avec un air bonhomme très approprié. Le ton choisi pour dire à Elizabeth « Read on » lorsqu'elle découvre la lettre de son oncle suite à la fuite de Lydia est un bon exemple de la performance de Whitrow dans ce rôle.

 

P&p darcys bingleys.jpg
P&P lizzie + darcy at netherfield park.jpg

pride and prejudice BBC 1995 soeurs bingley.jpg

Tout comme Jane, Caroline Bingley n'a pas été épargnée par le coiffeur de l'équipe, avec les immondes boucles très frisées qui encadrent son visage. Mis à part ce détail physique, l'actrice joue à merveille les langues de vipère. Les Hurst sont assez transparents, mais j'ajouterais, de même que dans le roman. J'avoue un petit faible pour les scènes d'ivrognerie en compagnie de Mr Hurst.

P&P lizzie & mr collins.jpg

mrcollins.JPGMr Collins est répugnant mais rend tout à fait le caractère fourbe, obséquieux et profondément stupide du personnage. Ceci dit, dans le making of, l'acteur s'exprime à peu près de la même manière. Et là, c'est vraiment flippant.

p&p anne de bourgh.jpg
pride and prejudice BBC 1995 lady catherine.jpg
Physiquement, les deux De Bourgh me semblent bien choisies. L'amusante, l'effrayante Lady Catherine est à mon avis infiniment supérieurecatherine de bourgh.jpg à l'actrice d'habitude excellente qui a été choisie pour la version de Joe Wright. Il me semble qu'elle parvient à créer un personnage à part, dans l'excès et la caricature, apportant une touche assez personnelle à ce rôle de femme de pouvoir nombriliste et désagréable. La musique qui accompagne les visites de cette grande dame est génialement appropriée : pompeuse, de mauvais augure, elle ajoute une dimension ironique à ces scènes. Delightful !

 

P&P lizzie wickam.jpg
wickams.jpg

Wickam est moins séduisant que dans Lost in Austen ou le film de 2005. Son jeu n'est pas passionnant mais il faut dire que je trouve le personnage un peu falot de manière générale (tout comme Willoughby, le jeune premier de Sense and Sensibility). Quant au colonel Fitzwilliam, je suis étonnée qu'aucune janéite ne le cite parmi les meilleurs partis austeniens.

 

bennets sisters.jpg
P&P mbennets and charlotte.jpg
lucy_briers_mary_bennet.jpgmr collins.jpg
p&p mrs gardiner.jpg

les darcy.jpgLe reste du casting est globalement aussi bien choisi, si on pardonne à Mr Gardiner le sourire figé qui ne le quitte presque jamais et si on oublie la légère tendance de Lydia à ouvrir la bouche trop longtemps, à rester les bras ballants ou à réagir trop vite dans certaines scènes. En général je lui trouve une spontanéité et une fraîcheur d'ailleurs vaguement copiées par la version de 2005. Il me semble aussigeorgiana 2.jpg que l'accent mis sur l'intérêt de Mary pour Mr Collins est un parti pris intéressant, servi par des regards et des échanges discrets, souvent au second plan de scènes importantes (comme la danse d'Elizabeth et de Mr Darcy). Petite question: ne trouvez-vous pas un petit air de ressemblance entre les portraits de Jane Austen et Mrs Gardiner ?

 

P&p charlotte lizzie darcy.jpg

Outre le casting, pourquoi cette P&P lake.jpgversion me plaît-elle autant ? Le scénario d'abord, suivant donc de près le roman, avec quelques scènes ajoutées qui ne me paraissent pas incohérentes (Lydia en tenue légère ou encore le fameux plongeon de Mr Darcy dans l'étang), à l'exception de deux regards à mon avis trop appuyés d'Elizabeth à Mr Darcy (lorsqu'elle est près de Georgiana au pianoforte et le moment où elle se retourne nettement dans la voiture qu'elle partage avec les Gardiner en quittant Pemberley ; ces deux scènes durent un peu trop longtemps).

P&p fin.jpgDe même, la façon de mettre en scène les différences sociales entre les Bennet, les Lucas, les Collins et leurs plus riches voisins sans pour autant trop exagérer.  Par exemple avec le choix de robes à imprimés pour les soeurs Bennet et de plumes et de soie pour les soeurs de Bingley. Les nuances entre les familles les plus proches sont  aussi assez bien vues (les De Bourgh ou les soeurs Bingley font étalage de leur fortune dans les vêtements ou la décoration, tandis que Bingley et peut-être plus encore Darcy sont beaucoup plus raffinés et discrets).

Les costumes sont pour certains moins chatoyants queP&P05.jpg dans d'autres adaptations, mais ils sont très soignés et changent souvent (dans le film de 2005, malgré les très beaux tissus, les superbes robes de Caroline et les habits colorés de la plupart des acteurs, la garde-robe vraiment terne de Keira Knightley me fait penser que la pauvre n'a vraiment pas été gâtée).

 

masterpiece-theatre-pride42.jpg

Sans tourner au mélodrame, avec pudeur et une certaine dose d'humour, cette série est à mes yeux un exemple d'adaptation de roman très difficilement égalable. Il faut dire que le format long se prête parfaitement à la restitution fidèle du roman ; ce n'était certes pas suffisant pour exceller, mais cet aspect pratique joue certainement en faveur de la série. Sa découverte a été pour moi un coup de foudre. Je la connais maintenant sur le bout des doigts ou presque et j'ai un attachement tout particulier pour cet univers dans lequel j'éprouve un immense plaisir à me plonger. Peut-être cette adaptation a-t-elle quelques défauts... mais c'est  encore et toujours celle avec laquelle je préfère m'évader. Le coeur a ses raisons...

lake district england.jpgLe roman de Jane Austen ; l'adaptation par Joe Wright en 2005. A ce sujet, je vais revenir sur mon billet sur ce film car si je n'ai pas aimé, j'aimerais profiter de la relecture du roman et de la redécouverte de la version 1995 pour en reparler. J'avais vraiment détesté mais n'ayant parlé que des aspects négatifs la première fois, j'ai envie de revenir sur des qualités auxquelles j'ai repensé depuis, à force de débattre et de voir l'autre version.

La version Bollywood de 2004, les Bridget Jones inspirés librement de Pride and Prejudice et Becoming Jane, fausse biopic très influencée par Pride and Prejudice.

 

P&P95 lizzy-talks-to-wickham-after-darcys-letter-tea1.jpg

P&p 2e dde.jpg

prideandprejudice1995.jpg

P&p begging for a partner.jpg
Pride_and_Prejudice_walking.jpg
Pride_and_Prejudice_lizzie miss bingley.jpg
wedding2.jpg
P&p carriage.jpg
P&p kiss.jpg

5coeurs.jpgcoeur.jpg

 

 

Pride and Prejudice, Simon Langton, 1995 (minisérie en 6 épisodes de la BBC)

20/06/2009

Oh Susanna

austen_lady susan.jpgContinuons avec les chroniques austeniennes et parlons un peu de Lady Susan, roman épistolaire bien plus influencé par la tradition littéraire du XVIIIe que ne le seront les livres suivants de notre chère Jane Austen.

Veuve joyeuse de 35 ans, Lady Susan se tourne vers son beau-frère Mr Vernon après avoir fait l'objet d'un scandale en séduisant deux hommes (l'un marié, l'autre sur le point de se fiancer) chez ses hôtes du moment. Arrivée chez les Vernon, Lady Susan fait tout son possible pour se faire passer pour une veuve respectable malheureusement blessée par la méchanceté d'un monde cruel, prêt à suspecter les plus innocents et à médire sans la moindre raison. Si Mrs Vernon n'est pas dupe, il n'en va pas de même de son frère, Mr De Courcy. Prédisposé à jaser lui aussi, pensant rencontrer la pire coquette d'Angleterre, le jeune homme est immédiatement conquis par les manières douces fort bien calculées de Lady Susan. Arrive enfin la fille de celle-ci, Frederica. Effacée, timide, terrifiée par sa mère, celle qui a été présentée comme une personne non fréquentable s'attire rapidement l'affection des sympathiques Mr and Mrs Vernon. Quant à Mr De Courcy, qui ne la laisse pas indifférente, il semble bien plus enclin à passer ses prochaines années avec Lady Susan, de plus de dix ans son aînée.

Mrs Vernon to Lady de Courcy, Letter 3 (p194) : « I always imagined from her increasing friendship for us since her Husband's death, that we should at some future period be obliged to receive her. »

J'ai été assez étonnée par la noirceur du personnage principal, n'ayant pas l'habitude de rencontrer une héroïne austen_lady susan 02.jpgaussi vile chez Austen. Annonciatrice de Lucy Steele et de Mary Crawford, Lady Susan est particulièrement mise à mal par le mode narratif. L'échange de points de vue ainsi que l'écart flagrant entre son comportement et les lettres adressées à sa confidente londonienne permettent de mesurer toute la fausseté d'un personnage extrêmement désagréable et foncièrement calculateur. D'un côté, Lady Susan est la mère attentionnée d'une enfant difficile dont l'éducation a été négligée par son défunt mari, paix à son âme ; de l'autre, elle parle de Frederica en utilisant des expressions telles que « the greatest simpleton on earth » ou encore « a simple girl, and has nothing to recommend her ». J'ai évidemment pensé aux Liaisons Dangereuses, Lady Susan faisant une Madame Merteuil excessivement venimeuse quoiqu'au final, un peu moins libertine, tandis que de Courcy est un parfait chevalier Danceny, bébête et valeureux à souhait.

austen_lady susan 03.gifMon édition* comprenait quelques commentaires intéressants. Sur la forme, dans les années 1790, les romans épistolaires sont devenus classiques, pour ne pas dire démodés. Ceci dit le procédé permet comme indiqué plus haut de dresser le portrait le plus complet possible de Lady Susan. La fin qui (comme dans les Liaisons Dangereuses au passage) punit l'héroïne, n'a pas forcément de portée morale. La conclusion à la troisième personne ainsi que le sort finalement plutôt agréable de Lady Susan donnent à l'ensemble un air totalement fictif, plus exactement « a cartoonish world where the consequences of violence and sociopathic depravity are never seriously felt » (xxvii, Oxford World's classics, introduction de Claudia L. Johnson). Autre remarque à mon avis intéressante : entre la prose de Lady Susan et celle du narrateur à la troisième personne de la conclusion, le ton est sensiblement le même. « (They) share a pleasure in linguistic mastery and a witty detachement from conventional pieties. Marvin Mudrick went so far as to suggest that Austen was much like Lady Susan, cold, unfeminine, uncommited, dominating. » (xxviii) Après la mort de sa soeur, inquiet de l'image qu'elle pouvait donner, son frère Henry a d'ailleurs précisé que tel n'était pas le cas, même si elle était prompte à relever les faiblesses des autres dans ses écrits. Entre un auteur, un narrateur et des personnages, il y a tout de même souvent un fossé (peut-être pas toujours dans la production massive de certains, notamment aujourd'hui, mais c'est un autre sujet). Ceci dit j'ai été intriguée par la remarque que je voulais partager ici.

Un roman finalement assez inattendu pour moi (qui connais donc Emma, P&P, NA, The Watsons ainsi que les adaptations de S&S et de austen_lady susan 04.gifMansfield Park). Un peu surprise par la bassesse profonde du personnage et le mordant de l'écriture, à mon avis plus froide ici, j'ai encore une fois été impressionnée par la grande maîtrise de Jane Austen dans l'étude des caractères.

 

* Oxford World's Classics, incluant Northanger Abbey, Lady Susan, The Watsons, Sanditon

4coeurs.jpg

 

1794 (probably written in)

Jane Austen, Lady Susan, 80 p (Dover Publications)

 

Niouz du front austenien :

Je revois P&P 1995 en ce moment pour faire mon billet. J'ai revu la semaine dernière Emma d'ITV pour les mêmes raisons. J'ai également commencé Mr Darcy's Diary mais je n'aurai sûrement pas le temps de le lire prochainement.

Austen et moi :

Mon questionnaire austenien

Textes de/sur Jane Austen :

Jane Austen, Northanger Abbey – LU, à relire.

Jane Austen, Pride and Prejudice (1813)

Jane Austen, The Watsons

Jane Austen, Emma

Dérivés :

Marsha Altman,The Darcys and the Bingleys (2009)

Adaptations :

Pride and Prejudice (BBC 1995) – REVU

Pride and Prejudice (2005)

Sense and Sensibility (1995, film de Ang Lee) - REVU

Emma (1996) - VU

Emma (ITV 1996) – VU

Northanger Abbey (ITV) – VU

Mansfield Park (ITV) – VU

Films dérivés :

Clueless – VU

Bridget Jones’s Diary (2001) / The Edge of Reason (2004)

Bride & Prejudice (2004)

Becoming Jane (2007)

Lost in Austen (ITV) - REVU

challenge austen.jpg

12/06/2009

Jane, Thomas, Mr Darcy and Wickham

becoming jane affiche.jpgJ'ai abordé Becoming Jane avec une petite appréhension, ayant lu plusieurs avis mitigés qui ne me faisaient pas attendre grand-chose de ce film. Et c'est finalement très positif puisque cette biopic romancée a été une bonne surprise.

Julian Jarrold a choisi de faire le portrait d'une Jane Austen encore jeune et non publiée, lors de sa rencontre avec son grand amour (présenté comme tel) Thomas Lefroy. Des débuts chaotiques où Lefroy provoque et taquine une Jane au sens de la répartie (ironique) développé, jusqu'à la fuite à deux pour un mariage qui n'aura finalement pas lieu, nous suivons l'histoire au final malheureuse de ce couple très épris. La scène finale est celle de leurs retrouvailles, des années plus tard : Jane Austen est alors un auteur réputé marqué par les années ; Thomas, que la vie semble aussi avoir fatigué, est accompagné de sa fille Jane et semble plus amoureux que jamais.

Symbolique, cette dernière partie est représentative du parti pris par le réalisateur. Ce film n'est pas BecomingJane 03.jpgtout à fait fidèle à la réalité (à ce sujet je vous invite à découvrir le passionnant article de Lori).

Il s'agit plutôt ici d'utiliser la biographie d'Austen comme un matériau brut pour la magnifier ensuite et en faire un vrai roman cinématographique, « à la manière de ». Et, en effet, le  scenario semble s'inspirer librement de Pride and Prejudice – que Jane Austen commence d'ailleurs à écrire pendant sa courte histoire avec Thomas Lefroy. Le héros est un mélange de Darcy (peu impressionné par Jane, blasé en compagnie de ces ruraux et assez brutal dans ses propos) et de Wickam (lâche, peu déterminé, d'une droiture douteuse). Il est aussi plus fougueux et cabotin, faisant penser aux soldats de BecomingJane 05.jpgMeryton et aux héros plus impétueux du XVIIIe. De même, on retrouve un peu Lizzie dans certaines répliques de Jane et dans la relation privilégiée qu'elle entretient avec sa soeur. Les parents font eux aussi penser aux Bennet (le père un peu moins décalé et la mère moins hystérique, restons crédibles) et Lucy Lefroy rappelle Mary : moyennement jolie, elle joue au piano et chante à peu près aussi mal que la 3e fille Bennet.

BecomingJane 07.jpgJ'ai vraiment beaucoup apprécié ce film, même s'il s'est un peu éloigné de la vérité historique – je crois même que le mélange entre la biographie et l'influence littéraire austenienne est un de ses points forts. Le casting est irréprochable. Anne Hathaway réussit à se couler dans ce rôle avec élégance, suffisamment pétillante pour rappeler l'esprit ironique des écrits de Jane Austen et assez sobre pour incarner une femme indépendante, intellectuelle, au physique assez quelconque – ce qui n'était pas forcément évident pour une actrice ravissante que j'ai toujours vue dans des rôles très légers de fille jolie, BecomingJane 09.jpgsouriante et bien habillée. James McAvoy, très beau mais un poil soporifique dans Atonement (Reviens-moi) de Joe Wright (mais j'en suis désormais persuadée, c'est ce réalisateur qui est très ennuyeux malgré son sens de l'esthétique développé)... bref je reprends, James McAvoy est tout simplement excellent. A la fois séducteur, malicieux puis malheureux, il parvient à exprimer beaucoup d'émotions, tout en finesse. Et n'oublions pas Julie Walters (Mrs Austen), James Cromwell (Mr Austen), Maggie Smith (Lady Gresham), tout aussi doués que d'habitude, ainsi que Laurence Fox (Mr Wisley) et Lucy Cohu (La Comtesse de Feuillide) dont j'ai maintenant très envie de voir la prestation dans Rebecca.

BecomingJane 01.jpgLes seuls reproches que je pourrais peut-être adresser à ce film tiennent à l'esthétique (les décors et les costumes sont soignés, mais peu de plans sont particulièrement mémorables de ce point de vue-là) et à l'aspect relativement traditionnel de la mise en scène. C'est un très joli film, une charmante comédie romantique – très entraînante et drôle au début, mais il lui manque un petit plus pour se démarquer tout à fait des classiques du genre (Emma de Douglas McGrath est pour moi un bon exemple de réalisation très réussie pour un film d'époque).

Un de mes 2 ou 3 films austeniens préférés pour l'instant (parmi 13 films).

Quelques liens : le Becoming Jane Fansite, une interview de l'équipe du film et les avis de Nameline, Emjy, Alwenn, Plaisirs à cultiver, Hydromielle.

4coeurs.jpg

 

Becoming Jane, Julian Jarrold, 2007

 

BecomingJane 02.jpg
BecomingJane 04.jpg
BecomingJane 06.jpg
BecomingJane 08.jpg
BecomingJane 10.jpg
BecomingJane 11.jpg
challenge austen.jpg


Austen et moi :

Mon questionnaire austenien

Textes de/sur Jane Austen :

Jane Austen, Northanger Abbey – LU, à relire.

Jane Austen, Pride and Prejudice (1813)

Jane Austen, The Watsons

Jane Austen, Emma

Dérivés :

Marsha Altman,The Darcys and the Bingleys (2009)

Adaptations :

Pride and Prejudice (BBC 1995) – REVU

Pride and Prejudice (2005)

Sense and Sensibility (1995, film de Ang Lee) - REVU

Emma (1996) - VU

Emma (ITV 1996) – VU

Northanger Abbey (ITV) – VU

Mansfield Park (ITV) – VU

Films dérivés :

Clueless – VU

Bridget Jones’s Diary (2001) / The Edge of Reason (2004)

Bride & Prejudice (2004)

Lost in Austen (ITV) - REVU

22/05/2009

Which Austen heroine am I ?

Saperlipopette ! Je n'en reviens pas ! Evidemment j'en rêvais mais je voulais absolument répondre honnêtement aux questions car ça ne me servait pas à grand-chose de savoir que je préférais être Elizabeth Bennet (ça, je le savais déjà...). Et sans tricher, voilà l'excellente surprise que j'ai obtenue :


Take the Quiz here!

I am Elizabeth Bennet!

La seule réponse orientée était celle de l'adaptation télévisée, où j'ai choisi Elizabeth Bennet, qui est le personnage dont je me sens le plus proche chez Austen, et celui auquel je suis particulièrement attachée (je ne connais pas encore "Persuasion"). En repensant à mes réponses je suis plus qu'étonnée d'être Miss Elizabeth Bennet (à vrai dire je m'attendais à peu près à tout sauf Emma). Chouette, chouette, chouette ! Where's Mr Darcy ?

19/05/2009

It was badly done, Emma

austen_emma book.jpg

Emma Woodhouse me faisait un peu peur (ainsi que Fanny Price) jusqu’à ce que je voie les deux films de 1996 et que je sois prise d’une envie subite de découvrir le classique à l’origine de ces adaptations. La lecture de ce troisième roman austenien a de loin été la plus difficile, malgré tout son intérêt et cette chère Emma qui m’est très sympathique. N’allez pas croire que cette nouvelle rencontre avec Austen m’a déçue. Au contraire, amis lecteurs, j’ai globalement passé un très bon moment, malgré quelques instants de découragement que je reconnais volontiers.

Vivant avec son père dans une très respectable propriété, Emma a selon elle tout ce dont elle pourrait rêver : austen_emma film 01.jpgl’argent, la beauté, de l’esprit, un voisinage agréable et une liberté certaine, sa situation dans la vie lui offrant le luxe de ne pas devoir impérativement se marier. Lorsque son ancienne gouvernante quitte les Woodhouse pour épouser Mr Weston, Emma se prend d’affection pour la jeune Harriet Smith, enfant naturelle dont personne ne connaît les origines. Persuadée de pouvoir contribuer au bonheur de son amie en l’aidant à faire preuve de plus de discernement dans le choix de ses relations, Emma s’emploie à affiner ses goûts, à la pousser à revoir ses aspirations à la hausse et à lui trouver un bon parti. Malgré les recommandations de l’ami de la famille Mr Knightley, son aîné de seize ans, Emma refuse de tenir compte des origines de Harriet et jette son dévolu sur Mr Elton, le pasteur. En parallèle, la vie monotone du village est joyeusement bouleversée par l’arrivée de deux nouveaux personnages : Jane Fairfax, de retour chez sa grand-mère et sa tante Mrs et Miss Bates, ainsi que Frank Churchill, le fils de Mr Weston, élevé dans le Nord par son oncle et sa tante. Ce jeune homme élégant et gai suscite immédiatement l’intérêt du village, d’autant plus qu’il semble poursuivre Emma Woodhouse de ses assiduités.

austen_emma film 02.jpgEmma est une héroïne peu commune, ce qui avait fait croire à Jane Austen qu’elle seule pourrait l’apprécier – pour une fois, elle s’était trompée puisque nous sommes au moins deux. Emma a été gâtée par la vie et son principal défaut est sans doute d’en être trop consciente. Si on ne peut pas vraiment la taxer de prétention, on peut certainement reconnaître que toutes ses qualités et la supériorité de sa condition sociale lui font parfois oublier l’importance de certaines valeurs et de mérites qui lui font défaut. D’où son aversion insurmontable pour Jane Fairfax : cette très belle jeune femme accomplie peut sans doute l’éclipser mais par dessus tout, là où la modestie, la timidité et une situation personnelle délicate poussent Jane à faire preuve de réserve, Emma ne voit que de la froideur et une mise à distance désagréable. Sûre d’elle, elle se permet aussi un trait d’esprit blessant pour la pauvre Miss Bates, inconsciente de sa méchanceté sur le moment. En austen_emma film 03.jpgréalité, Emma est trop égocentrique pour imaginer que ses suppositions sur les actions des uns et des autres ont d’autres explications que celles qu’elle choisit de leur donner. Ce manque de clairvoyance fait d’elle une amie bien maladroite et un très mauvais juge de ses pairs, ce qui est paradoxal pour cette femme intelligente et très observatrice. Contrairement à ce que je croyais a priori, Emma est loin d’être mauvaise. Ses intentions sont bonnes et ses regrets a posteriori toujours sincères. Malgré quelques réactions d’enfant gâté, elle cherche globalement à se rendre utile – sans doute aussi pour s’occuper. C’est une fille aimante et une amie simplement mal avisée. Autant le dire, son personnage me plaît pour sa spontanéité, sa bonne foi et ses erreurs.

But Harriet was less humble, had fewer scruples than formerly. – Her inferiority, whether of mind or situation, seemed little felt. (…) Alas ! was not that her own doing too ? Who had been at pains to give Harriet notions of self-consequence but herself ? (…) – If Harriet, from being humble, were grown vain, it was her doing too. (p 434)

austen_emma film 04.jpgJ’ai d’ailleurs particulièrement aimé l’absence de manichéisme chez la plupart des protagonistes de ce roman austenien, même si j’ai souvent eu du mal à m’intéresser à certains d’entre eux. Jane Fairfax m’a ennuyée jusqu’à la révélation finale du scandale (et pourtant je connaissais l’histoire) ; Frank Churchill m’a agacée lui aussi, car je le trouvais trop transparent ; le désagréable couple que forment le pasteur et Mrs Elton ne me plaisait pas plus, alors que les plus affreux personnages de Pride and Prejudice m’amusent tout particulièrement (ne parlons même pas de Harriet, oie blanche assez insupportable parfois, quand elle ne sert pas à la décoration). Cela dit, je reconnais que Jane Fairfax, Frank Churchill et les Elton contribuent de plus en plus à l’ensemble et que tous me plaisaient vers la fin. Et parmi mes préférés, soyons fous et accordons une mention passable à Mr Woodhouse, charmant malade imaginaire, une mention honorable à Mr Knightley, preux chevalier, et les félicitations du jury à Miss Bates, personnage incroyablement attachant – ce que les deux films ont particulièrement su rendre.

austen_emma film 05.jpgMon seul reproche tient aux longueurs qui alourdissent le récit. Reposant pour beaucoup sur les conversations, Emma ne manque pas de petits rebondissements et permet de dresser un portrait précis des personnages - sans oublier les excellentes réparties dont Austen me régale à chaque lecture. Malgré tout, il m’a semblé que certains dialogues avaient un aspect trop répétitif et n’apportaient rien à l’histoire ni à l’aspect psychologique de la chose. Essentiellement en milieu de récit, ces longueurs ont retardé ma lecture et ont progressivement atténué mon enthousiasme d’origine – car j’ai lu les 200 ou 300 premières pages en frétillant comme un poisson bicolore impatient de replonger dans son lac un beau jour de canicule.

Au final, amis lecteurs, amies austeniennes et participants ou non au challenge austenien, j’éprouve une tendresseausten_emma gravure.jpg particulière pour l’héroïne de ce roman et, malgré quelques petits défauts, je vous recommande de découvrir à votre tour Miss Woodhouse, ne serait-ce qu’en voyant le très bon film de 1996 avec Gwyneth Paltrow.

508 p

Jane Austen, Emma, 1815

 

linnell_surrey.jpg
challenge jane austen.jpg

Austen et moi :

Mon questionnaire austenien

Textes de/sur Jane Austen :

Jane Austen, Northanger Abbey – LU et à relire !

Jane Austen, Pride and Prejudice (1813)

Jane Austen, The Watsons

Dérivés :

Marsha Altman,The Darcys and the Bingleys (2009)

Adaptations :

Pride and Prejudice (BBC 1995) – VU ET REVU

Pride and Prejudice (2005)

Sense and Sensibility (1995, film de Ang Lee) - VU

Emma (1996) - VU

Emma (ITV 1996) – VU

Northanger Abbey (ITV) – VU

Mansfield Park (ITV) – VU

Films dérivés :

Clueless – VU

Bridget Jones’s Diary (2001) / The Edge of Reason (2004)

Bride & Prejudice (2004)

Lost in Austen (ITV) - VU ET REVU

17/04/2009

Will his name be Junior ?

altman_the darcys and the bingleys.jpgAprès avoir longuement délibéré avec mon moi-même intérieur, j'ai décidé de faire mon billet sur The Darcys and the Bingleys au plus vite afin de satisfaire la curiosité de plusieurs lectrices que le résumé de ce livre avait fortement intrigué – et pour cause!

 

Parce que je suis dans mes bons jours, amies lectrices (let us not pretend anymore, le public austenien est essentiellement féminin), et que je sais que même celles qui ont développé un comportement compulsif à tendance darcyiste ne peuvent pas toujours se souvenir de tous les produits dérivés qui hantent les librairies, j'ai prévu une petite piqûre de rappel :

 

« Three days before their double wedding, Charles Bingley is desperate to have a word with his dear friend Fitzwilliam Darcy, seeking advice of a most delicate nature. Bingley is shocked when Darcy gives him a copy of the Kama Sutra, (petit sacripant!) but it does tell him everything he needs to know... Eventually, of course, Jane finds this remarkable volume, and in the utmost secrecy shows it to her dear sister Elizabeth, who goes searching for a copy in the Pemberley library... By turns hilarious and sweet, this book also presents an intriguing view of Miss Caroline Bingley, who has such good reasons for being the way she is that the reader can t help but hold her in charity (saperlipopette, j'en perds mon latin). Georgiana Darcy makes a most eligible match, and in spite of his abhorrence of being asked for advice, Darcy s friendship with Bingley is solid and full of fun. » Vous remarquerez que j'ai laissé mes commentaires d'une profondeur abyssale.

 

Avant tout, sachez que j'ai rarement vu un résumé aussi mensonger et une telle propension à racoler le lecteur avec tout et n'importe quoi. Jane ne trouve pas le volume en question mais demande à son cher époux d'où lui est venue une certaine idée, ce qui pousse Charles à extirper le Kama Sutra d'une pile au pied de leur lit. Jane le lit mais n'en parle pas à Elizabeth, qui ne va pas chercher une copie à Pemberley, même si elle découvre par la suite un autre livre instructif (ou alors un chapitre entier devait manquer dans mon édition !). Concernant Miss Bingley, on apprend qu'elle est en passe de devenir vieille fille et doit se marier vite fait, mais après tout, ne le savait-on pas déjà ? Enfin Georgiana Darcy fait son entrée dans le monde avec un premier bal organisé par un frère bien décidé à ne pas la laisser se marier de si tôt. Certes, mais il n'est question d'aucun prétendant en particulier, Georgiana étant une simple adjuvante dont on imaginait déjà la fortune et le rang avant de découvrir dans ce résumé qu'elle est un bon parti (ça c'est une révélation ! on attendait Marsha Altman pour le savoir).

 

Alors chères ami(e)s, vous pensez peut-être que j’ai détesté cette suite de Pride and Prejudice. Non point. Au contraire, je l’ai dévorée, même si j’avoue une nette préférence pour les 200 premières pages (et l’envie d’arriver à la conclusion rapidement à partir de la page 300). J’ai pourtant vu un avis nettement opposé au mien car à vrai dire, si je n’ai pas trop aimé la deuxième moité, c’est que l’histoire relativement crédible se transforme presque en un roman de cape et d’épée où l’action ne manque pas… quel que soit le rapport avec les personnages et l’influence de Jane Austen.

 

pride and prejudice bbc 1995 wedding.jpgLa première moitié du livre porte sur les quelques jours précédant le double mariage puis sur la première grossesse des deux sœurs. J’ai beaucoup aimé cette partie pour de nombreuses raisons, que je tiens à citer pour faire justice à ce livre (car croyez-moi je ne vais pas me priver d’évoquer ensuite le côté obscur de la force). J’avais lu plusieurs commentaires qui me faisaient penser que cette histoire de Kama Sutra était plutôt amusante et que ce roman était assez soigné, loin des suites apparemment très explicites de Linda Berdoll. Je n’ai pas été déçue sur ce point, au contraire ! Malgré quelques maladresses (qui me semblent presque inévitables), les conversations liées au livre ou à la sexualité sont malicieuses mais sobres et, contrairement à ce que laisserait penser le résumé, les « relations » ne sont pas le sujet principal de ce livre, même si quelques allusions reviennent de temps en temps après la nuit de noce (qui n’est pas racontée, heureusement). Outre l’humour, j’ai apprécié le traitement de la sexualité et de la maternité comme un sujet important mais particulièrement délicat à une époque où les filles étaient souvent maintenues dans l’ignorance pendant leur adolescence. Sans parler des discours maternels rassurants qui présentent les fameuses « relations » comme un mal nécessaire pour amener la paix au sein du mariage. J’aurais tendance à trouver préférable le choix d’autres personnages pour une telle thématique mais finalement, Marsha Altman réussit à évoquer ce sujet sensible sans nuire aux héros. Cette partie est pour moi cohérente, très agréable à lire. Le style est neutre, plutôt approprié, les répliques souvent bien choisies.

 

[SPOILER entre les crochets, à déconseiller à celles qui ont déjà acheté le livre mais peut-être pas à celles qui se demandent si ce livre est fait pour elles.

La deuxième moitié repose sur l’arrivée du grand méchant loup qui éclipse Wickam, Lord Kincaid. Cette partie rocambolesque se lit assez bien car les péripéties ne manquent pas, mais l’ensemble est franchement tiré par les cheveux. Sans dire qui fait quoi ni comment, sachez qu’il y a notamment : un blessé par balle, une arrestation, des coups de chandelier sur le crâne, des points de suture et de l’opium, la visite d’un château écossais, des voyages entre le Derbyshire et Londres, le retour d’un frère endetté, une menace de viol. Le passage au roman d’aventures est divertissant mais paradoxalement, j’ai trouvé cette partie plus ennuyeuse parce qu’elle me semble un peu bâclée. J’ai eu l’impression que l’auteur, après avoir passé des soirées entières à réfléchir à de bonnes répliques et aux phrases adéquates, a trouvé que son manuscrit n’avançait pas et a voulu parer au plus pressé. Je n’en sais rien et ne le saurai jamais, toujours est-il que je trouve que le vocabulaire contemporain ressort plus, les répliques sont un peu lassantes, les scènes caricaturales et les personnages complètement décalés.

 

De manière générale, j’ai trouvé le traitement des personnages inégal, même si je crois m’être offusquée plus fréquemment dans la deuxième partie où Darcy est Caroline bingley 2005.jpgméconnaissable (et puis, pour vous rappeler que ce type bizarre est Darcy et qu’elle sent bien que la lectrice que vous êtes est sur le point de l’oublier, Altman utilise une expression du type :« il avait un air austère, parce que c’était Darcy » - on sent que l’expression « Darcy-like » la démange).

Certains personnages n’ont rien de commun avec leurs homologues chez Jane Austen, hormis le nom. Jane Bingley n’est pas la douce et innocente créature que nous connaissons : les allusions coquines entre Elizabeth et Darcy m’ont moins surprise que celles faites par Jane devant un Bingley empourpré ; je précise aussi qu’elle essaie tout de même d’étrangler son mari pendant un accouchement. Darcy a du mal à tenir l’alcool et se ridiculise lorsqu’il n’a pas tous ses esprits. Quant à Caroline Bingley, on voudrait presque l’avoir pour grande sœur, surtout lorsqu’elle lutte à coup de balai contre un type armé d’une épée.

Cela dit, Altman interprète certains silences de Pride and Prejudice pour donner une autre dimension à plusieurs protagonistes. Mary est par exemple très indépendante et part étudier sur le continent, Anne de Bourgh est sympathique et proche de Darcy, tandis que le couple Bennet est plus uni et Mrs Bennet visiblement plus lucide, même si leurs interventions ne sont pas trop alterées et restent amusantes et plausibles.

]

 

La fin est prévisible mais, malgré tout ces défauts, j’ai globalement passé un très bon moment avec ce livre plein d'humour et j'ai adoré la réplique finale du petit Geoffrey Darcy (et la réaction du père, si improbable soit-elle). Je lirai peut-être la suite (une série est en cours apparemment).

 

Extraits :

 

“ I say, my daughters seem to be in some sort of a competition ,» Mr. Bennet said. “The first husband I must pay; the second I have no obligations to; and the third pays me. Mary, if this pattern is to continue, I will consent to you marrying a man of no less than twenty thousand pounds a year. And Kitty, nothing less than royalty will do. I perhaps will settle for Scottish royalty, but only if he truly loves you.” (p102)

 

“ My dears, my dears,” their mother said nervously. “Oh, there is so much to say now and so little time to say it. Always be good to your husbands, and be careful never to irritate them with your fits.”

“Wise advice,” said Mr Bennet.

“And if they ever do make some quiet comments at your expense, it will suit your marriage to pretend that you do not hear,” she replied. (p109)

 

Autres avis en anglais : Austenprose ; Becky ; Jane Austen Today ; Bookfool ; Romance Rookie.

Blog de l’auteur.

 

413 p

 

Marsha Altman, The Darcys and the Bingleys, 2009

 

 

Et comme l’auteur remercie Dieu (sans qui le Kama Sutra et Darcy ne seraient pas), j’ai décidé de remercier Madonna, dont le titre Like A Prayer me suit partout depuis mes quatorze ans (eh oui, pourquoi pas ?).

 

 

 

 

 

 

 

Austen et moi :

 

Mon questionnaire austenien

Pride and Prejudice : le livre, le film de 2005.

The Watsons

Bride and Prejudice

Bridget Jones’s Diary / The Edge of Reason

 

Northanger Abbey – LU et à relire !

Emma (ITV) – VU

Northanger Abbey (ITV) – VU

Lost in Austen (ITV) - VU ET REVU !

Pride and Prejudice (BBC 1995) – VU ET REVU !

 

Next reading : peut-être Emma car je viens de voir le film d’ITV que j’ai adoré.

 

 

challenge jane austen 2009.jpg

11/04/2009

Résolution numéro 1 : revoir Bridget Jones

bridget jones affiche 01.jpgJ’avais complètement oublié le rapport entre Bridget Jones et Jane Austen et ne gardais pas un souvenir impérissable du premier volet, vu en faisant au moins trois millions de choses à la fois. Mais là, je me suis régalée !

 

Tout le monde connaît à peu près l’histoire, celle de Bridget qui écrit dans son journal ses mésaventures amoureuses et ses considérations métaphysiques : Daniel Cleaver ou Mark Darcy ? Je ne développerai pas plus sur le sujet (qui n’a rien de prodigieusement original en soi). Par contre, j’ai bien envie de vous dire pourquoi je m’éclate en regardant Bridget Jones – et pourquoi après avoir vu le dernier film toute seule chez moi j’ai enchaîné en beauté avec une sublime performance sur l’Ultimate Collection de Madonna, dans un pyjama qui ne dépareillerait pas l’armoire de Bridget et le set de pulls faits maison de Marc.

 

bridget 22 pyjama.pngEvidemment, les quelques allusions à Pride and Prejudice ajoutent un peu de piment à ce qui n’est tout de même qu’une (grosse) comédie (un peu) romantique. Colin Firth reprend du service en jouant Mark Darcy, un avocat intègre et un homme idéal qui se cache sous l’apparence d’un type coincé et désagréable. Hugh Grant incarne Daniel Cleaver, sorte de Wickam, dragueur impénitent et beau parleur. Fâché avec Darcy depuis son aventure avec l’ex Mrs Darcy, Daniel se fait passer pour la victime dans l’histoire… bridget 14.jpgbref, on n’est pas trop loin d’un certain scénario bien connu. Pour les allusions, je ne me lasse pas du clin d’œil fait à l’attitude de Darcy vis-à-vis d’Elizabeth lors du bal (« she’s tolerable, but not handsome enough to tempt me »), lorsque Bridget entend Mark la traiter de vieille fille alcoolique qui s’habille comme sa mère.

 

bridget 10.jpgJ’ai préféré le premier film, Bridget Jones’s Diary, reprochant au deuxième des redites et quelques longueurs. Colin Firth, tellement fidèle au personnage, fait revivre un Darcy de 200 ans plus jeune – toujours aussi flegmatique, toujours aussi séduisant (bon, si vous ne l’avez pas déjà remarqué j’avoue un léger penchant pour Fitzwilliam Darcy, mais qui pourrait s’en étonner ?). bridget 01.jpgHugh Grant est assez différent du beau type plutôt timide qu’il incarne souvent (Love Actually, Coup de foudre à Notting Hill, Sense and Sensibility). Abandonnant ses mimiques empotées, il convainc tout à fait en jouant un séducteur et un faux romantique que l’on sait intéressé, coureur de jupons mais qu’on ne peut s’empêcher de trouver malgré tout très sympathique ! C’est bridget 18.jpgpourtant Bridget qui rend le film si drôle et assez nouveau – du moins à sa sortie. Non seulement elle est très crédible dans son rôle de fille lambda qui lutte contre les kilos, qui n’a pas un maquillage impeccable ni un déshabillé sexy en toutes circonstances (surtout en période de célibat), qui occupe un appart assez bordélique et ne suit pas les lois de la décoration ultra branchée du moment, mais elle a aussi un rapport presque crédible (disons un tantinet catastrophique) avec les hommes qu’elle rencontre. Mauvais choix de sous-vêtements au moment critique, remarque complètement stupide en raison d’un état de nervosité avancé… bref, Bridget c’est un peu vous et moi (parfois en pire), ce qui rend l’histoire encore plus amusante.

 

bridget jones affiche 02.jpgDans Bridget Jones : The Edge of Reason, on retrouve les mêmes ingrédients et des personnages qui n’ont pas du tout évolué. Je regrette un peu la similitude entre les deux histoires, alors que tout pourrait être différent puisque Bridget sort avec Darcy au début du deuxième film… mais non, on ne peut pas éviter la rupture, le retour de Daniel Cleaver qui tente une approche à peu près similaire pour reconquérir Bridget. La fin est presque la même aussi. Bref, côté cœur, pas grand-chose de nouveau à l’horizon ! J’ai aussi trouvé certaines scènes franchement lassantes, comme l’intrusion répétée de Bridget aubridget 20 rebecca.png mauvais moment dans le bureau de Darcy ou ses énormes bourdes lorsqu’elle rencontre les personnes haut placées qu’il fréquente (une fois c’est amusant, trois ou quatre fois on commence à se fatiguer). Le passage en prison est aussi un peu longuet et l’humour un peu lassant. J’ai tout de même bien aimé ce deuxième film. Finalement, j’ai presque autant apprécié le chassé-croisé entre Cleaver et Darcy ; j’ai adoré la chute concernant la charmante Rebecca – chez qui je voyais une réplique plus sympathique de la première rivale de Bridget ; quant à la BO, elle a eu un effet détonnant sur moi. Il faut dire que Madonna est évoquée plusieurs fois (avec Material Girl, Lucky Star, Holiday et Like a Virgin si je me souviens bien), ce qui n’est pas pour me déplaire (eh oui !). J’ai beaucoup apprécié le happy end dans un cimetière et j’ai un scoop pour vous : j’ai découvert que Bridget et moi avons la même télé. C’est peut-être un signe… mais je ne sais pas si je devrais m’en inquiéter ou me réjouir !

 

bridget 15.jpg

Voilà deux films très légers, un peu lourds… que je risque de revoir encore bien souvent. Pour le côté loufoque. Et puis parce que, si j’ai horreur des déclarations sirupeuses, les échanges entre Bridget et Mark ne me laissent pas tout à fait indifférente…

 

 

 

bridget 08.jpg
bridget 05.jpg
bridget 12.jpg
bridget 19.jpg
bridget 07.jpg

bridget 23 affiche 1 2e version.png

Et la Bridget joke :

bridget joke.jpg

 

Voilà les liens directs vers mes articles du Challenge Jane Austen sur ce blog pour l’instant :

Mon questionnaire austenien

Pride and Prejudice : le livre, le film de 2005.

Bride and Prejudice

The Watsons

 

challenge jane austen 2009.jpg

04/04/2009

Questionnaire austenien

JaneAustenPortrait.jpg1) Com ment avez-vous découvert Jane Austen ?


J’attendais à la gare Montparnasse une de mes plus vieilles amies pour aller voir en concert un ex groupe d’ados à cheveux longs qui avait profondément marqué nos années de lycéennes (et nos parents, qui subissaient posters et CDs en boucle). Arrivée un peu en avance, j’ai décidé de tuer le temps en librairie, comme d’habitude. J’ai jeté mon dévolu sur deux romans dont Northanger Abbey, dont je n’avais jamais entendu parler. Quant à Jane Austen je connaissais bien le nom mais je crois me souvenir que je l’associais à une ambiance à l’eau de rose.  J’ai commencé ma lecture sur place et je n’ai pas pu me séparer de ce livre pendant quelques jours alors que j’étais en période d’exams, exposés etc et que je délassais tous mes livres.


2) Avez-lu tous ses romans jusqu'ici ?


Non point ! J’ai lu Northanger Abbey, Pride and Prejudice (twice), The Watsons et commencé Mansfield Park, abandonné au bout de quelques dizaines de pages… ce qui ne veut pas dire grand-chose, car ma bibliothèque regorge de livres à moitié lus et souvent plutôt appréciés – mais pas assez pour résister aux appels de phare d’un livre plus séduisant sur le moment.


northanger-abbey gravure.jpg3) Avez-vous un préféré ?

Ma réponse n’a pas trop de sens pour l’instant mais les deux romans comptent beaucoup pour moi. Pride and Prejudice fait partie de mon petit panthéon livresque personnel mais j’ai un attachement particulier pour Northanger Abbey, sans lequel je ne serais peut-être pas venue vers Jane Austen. C’est un roman malicieux et plein d’esprit que j’ai vraiment adoré et que j’ai hâte de relire !


4) Combien d'adaptations avez-vous vues ?p&p 1995 09.jpg

Assez peu : Pride & Prejudice version BBC 1995, P&P 2005 de Joe Wright, Sense & Sensibility 1995.


5) Lesquelles sont vos préférées ?

P&P BBC 1995, sans hésitation ! L’interprétation de Colin Firth n’y est pas pour rien mais ce n’est pas la seule raison de mon « béguin » pour cette série !


6) et lesquelles aimez-vous le moins ?

austen_house_600.jpgJ’ai vu récemment le film P&P de 2005 qui m’a paru ennuyeux et « slimy », même si après avoir relu le roman je lui ai trouvé quelques points positifs en tant qu’adaptation (je vais même le revoir pour faire preuve de bonne volonté mais je crains de m’endormir malgré tout). Quant à Sense and Sensibilty, je l’ai vu deux fois et l’ai moins apprécié en le revoyant. J’attends de lire le roman et de revoir une fois de plus le film pour en parler.


7) Avez-vous vu des films inspirés ou dérivés de son oeuvre ? (Becoming Jane, Miss Austen regrets, Coup de foudre à Bollywood, Clueless, Bridget Jones, The Jane Austen Book Club etc) Qu'en avez-vous pensé ?

Pour l’instant j’ai vu Coup de foudre à Bollywood, Lost in Austen  et Bridget Jones (le premier). Je crois que c’est tout. J’ai passé un bon moment à chaque fois. Lost in Austen est mon préféré ; je trouve cette série très originale, pleine d’humour et j’adore les références à P&P 1995. Et l’interprétation de Darcy !


7) Qu'aimez-vous le plus chez Jane Austen ?

Je pourrais faire une réponse très longue mais puisque la question concerne ce qu’on aime « le plus », je dirais en ce qui me concerne le style exquis, très particulier, notamment pour son ton ironique et plein de fraîcheur.


Austen- cambridge introduction.jpg8) Avez-vous ce qu'on peut appeler une collection Jane Austen ? (inclure photos si vous le souhaitez)

Tout est en divers endroits (quatre exactement) donc je renonce aux photos… mais voilà ce que j’ai pour l’instant :

Textes de/sur Jane Austen :

-les six romans dont 5 dans deux versions différentes (et une des éditions de Northanger Abbey comprend également The Watsons, Sanditon, Lady Susan) ; The Watsons dans une édition à part (tout en VO)

-la biographie de Carol Shields

-The Cambridge Introduction to Jane Austen

Dérivés :

-Stephanie Barrow, Jane Austen and the Barque of Frailty

-Marsha Altman,The Darcys and the Bingleys

-Karen Joy Fowler, The Jane Austen Bookclub (commencé mais abandonné, le temps de lire tous les Austen)

-Helen Fielding, Bridget Jones’s Diary

Films, adaptations :

-DVD P&P BBC 1995

-DVD Sense and Sensibility 1995

-Coffret ITV Northanger Abbey, Persuasion, Mansfield Park

-DVD Lost in Austen

-Bride & Prejudice

-P&P 2005

- Bridget Jones 1&2

 

Voilà les liens directs vers mes articles sur ce blog pour l’instant :

Pride and Prejudice : le livre, le film de 2005.

Bride and Prejudice

The Watsons

 

Merci à Emjy pour ce questionnaire austenien.

 

 

lost-in-austen1.jpg

26/03/2009

Austen suit la route des Indes !

bride_and_prejudice affiche.jpgJe ne connaissais pas son existence il y a quelques jours mais voilà un film qui vaut son pesant de cacahouètes. Bride and Prejudice (ou pour la version française au titre très recherché, Coup de foudre à Bollywood) est l'histoire d'un jeune Indien de retour au pays afin d'être témoin au mariage d'un ami. Il est accompagné de Darcy, issu d'une riche famille américaine propriétaire de nombreux hôtels, et de sa soeur, plus habituée à la société chic de Londres qu'aux danses exubérantes de Bombay. Au cours d'un bal, les deux hommes rencontrent deux femmes charmantes issues d'une famille relativement modeste. La mère est vulgaire, les filles jolies à l'exception de l'une d'entre elles, Darcy et la soeur de son ami s'amusent des traditions populaires du coin tandis que leur compère est déjà sous le charme de la fille aînée... does it ring a bell ?

Outre un scénario proche de l'histoire de Jane Austen, Bride and Prejudice ponctue çà et là le film de quelques phrases tirées du roman. On retrouve la plupart des personnages, entre l'Inde, l'Angleterre et les Etats-Unis. Avec une Lalita (Eliza) pleine d'esprit et un Darcy fier de sa culture américaine, une « Bingley » peau de vache et un Collins à l'intellect proche de celui de « Mrs Bennet », le spectateur se trouve en terrain familier. Côté Bollywood, il paraît que le film n'est pas fidèle au genre, ce qui ne m'étonne pas particulièrement car je l'ai trouvé très américain parfois (musiques, valeurs, remarques...). Je n'avais jamais vu de film bollywoodien jusqu'ici et pour ma part, m'attendant à une avalanche de kitch, de couleurs et de chansons, j'ai beaucoup ri – évidemment, c'est un film à prendre au second degré (sous peine de le trouver trop guimauvesque). Autant les scènes trop « romantiques » du Pride & Prejudice de Joe Wright m'ont fait rendre l'âme à force de pousser des soupirs endormis, autant les aspects ridicules de Bride & Prejudice m'ont plu pour leur côté complètement décalé. Et puis, si les chansons font très « musique de resto indien » et que les paroles sont bêtes à se rouler par terre, les danses dégagent une bonne humeur incroyable. Alors oui, on rigole quand Lalita chante « we will be friends for ever » en balançant les hanches et la tête en rythme, suivie par ses copines, mais avouez que vous aussi vous aimeriez parfois chanter et danser dans la rue avec les passants, les chiens et votre boulanger, façon Mamma Mia (et si vous me dites non je ne vous croirai pas, sauf peut-être Isil – je te vois venir) !

A recommander en cas de déprime, d'hiver persistant ou simplement autour d'un apéro entre copines, pour passer un bon moment sous le soleil artificiel des studios de Bollywood.

Un article négatif.

bride_and_Prejudice01.jpg
bride_and_Prejudice065.jpg

 

Mr Collins, dans les rêves les plus fous de Lalita...

bride_and_Prejudice09#.jpg

 

Et si vous ne voulez pas voir le film, voici deux petites vidéos pleines de musique. Ne ratez pas la première, avec la chorégraphie époustouflante de notre nouveau Mr Bingley et la performance embarrassante de « Mrs Bennet ».

 


 

 

Bride and Prejudice, Gurinder Chadha, 2004

********


altman_darcys and bingleys.pngJe voulais signaler à tous les lecteurs d'Austen une curiosité, The Darcys and the Bingleys, au titre au passage bigrement anodin.

L'auteur :« Marsha Altman is a historian and expert on Jane Austen sequels, having read nearly every single one that's been written. » Ah, une historienne et une experte ! Chouette ! Voici une étude académique ou une suite sérieuse ou... :

« Three days before their double wedding, Charles Bingley is desperate to have a word with his dear friend Fitzwilliam Darcy, seeking advice of a most delicate nature. Bingley is shocked when Darcy gives him a copy of the Kama Sutra, (petit sacripant!) but it does tell him everything he needs to know... Eventually, of course, Jane finds this remarkable volume, and in the utmost secrecy shows it to her dear sister Elizabeth, who goes searching for a copy in the Pemberley library... By turns hilarious and sweet, this book also presents an intriguing view of Miss Caroline Bingley, who has such good reasons for being the way she is that the reader can t help but hold her in charity (saperlipopette, j'en perds mon latin). Georgiana Darcy makes a most eligible match, and in spite of his abhorrence of being asked for advice, Darcy s friendship with Bingley is solid and full of fun. »

 

challenge jane austen 2009.jpg