Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2016

Karen Dolby, Les Sautes d'Humour d'Elisabeth II

dolby_sautes dhumour delisabeth ii.jpgCette année, Elisabeth II a fêté ses 90 ans. Rendons-lui ici un petit hommage à travers cette lecture qui lui est consacrée !

Cela fait un moment que je louchais sur cette collection "Les Sautes d'humour"... j'hésite toujours à m'offrir celui de Jane Austen mais me dis que je dois retrouver la plupart des extraits dans ses romans. Qu'à cela ne tienne, lorsque j'ai repéré ce titre sur Elisabeth II, j'ai eu envie de tenter ma chance. Une reine anglaise pleine d'humour? Je veux bien le croire ! 

Si on découvre ou re-découvre ici des anecdotes reflétant la personnalité de la reine, le livre porte néanmoins mal son titre. Tout d'abord, on aurait peut-être pu l'intituler "Les sautes d'humour de la famille royale" - le prince consort en particulier n'est pas en reste ici. Mais finalement, l'humour n'occupe qu'une place modeste. Ce livre est plutôt une sorte de petit guide d'introduction à la reine, à la famille royale, au protocole et à divers évènements qui ont marqué le règne d'Elisabeth II avec, il est vrai, des petites touches d'humour de-ci, de-là.

Karen Dolby nous présente une Elisabeth II assez attachante, au caractère bien trempé, certes pas toujours commode mais jamais vraiment antipathique. Et surtout, une reine plutôt malicieuse. On la découvre ainsi dans sa jeunesse, qui se mêle à la population londonienne avec sa soeur pour fêter la fin de la guerre et qui raconte même avoir vu deux fois ses parents de loin, alors qu'elle était au milieu de la foule. Ce dernier soir on les reconnut mais, dès qu'un agent de police eut indiqué que les princesses désiraient "être traitées comme de simples particuliers", plus personne ne vint les importuner (p20). Autre exemple de son fort tempérament et de son audace, lorsqu'en 2012 on propose de faire un film d'introduction aux J.O. avec James Bond et la reine, celle-ci accepte et décide même de jouer son propre rôle. Même les princes Charles, William et Harry n'étaient pas au courant.

elisabeth-ii-et-daniel-craig-pour-le-jubile_5458802.jpg

Beaucoup de faits relativement connus, de petits détails du quotidien dans ce livre qui n'est pas sans évoquer parfois les émissions de Stéphane Bern, il faut bien l'avouer. Il en va ainsi de ses tenues excentriques, choisies pour ressortir dans la foule, de ses parapluies transparents permettant de toujours la voir ou encore de la façon dont elle évite les cadres gênants. Ainsi, lors de l'inauguration d'une exposition de Lucian Freud, elle confia avoir veillé à "ne pas être photographiée entre une de ces paires de grosses cuisses" (p40). Et à quelqu'un qui lui demandait si l'artiste l'avait représentée, Sa Majesté de répondre "Si, mais pas comme cela !" (p41).

elisabeth ii par lucian freud.jpgelisabeth ii par chris levine_2004.jpg

Elisabeth II par Lucian Freud (à gauche) et Chris Levine (à droite)

On découvre également une reine "du quotidien". Il y a des années de cela, avant l'invention du magnétoscope, elle alla demander à l'évêque anglican qui préparait la prière du soir à Windsor : "Cela vous ennuierait beaucoup de repousser l'heure de l'office ? Maman veut absolument regarder son feuilleton" (p138). A ceux qui s'imaginent une reine grande lectrice, attendez-vous à une certaine déception. La télé semble avoir davantage de succès. Quant aux lectures, elle aime les policiers et les livres avec des chevaux... notamment ceux d'une certaine Jilly Cooper, auteur d'un best-seller érotique Riders et d'autres batifolages plutôt osés se déroulant à la campagne ! (p138) 

Autre petite anecdote amusante : à l'un des convives qui parlait fort à Windsor pour couvrir le bruit des avions atterrissant à Heathrow, la reine passa le repas à préciser le nom de chacun des avions en train de passer (boeing 747, airbus...). Un peu plus étonnant (ou pas, pour une Anglaise ?), la reine croirait aux fantômes et aurait vu celui d'Elisabeth I alors qu'elle était enfant !

Comme je le disais plus haut, le prince Philip est lui aussi régulièrement cité dans l'ouvrage. Ses remarques sont parfois drôles, parfois franchement condescendantes. Lui-même dit un jour : "La platopédalogie est la science qui consiste à mettre les pieds dans le plat, une science que je pratique depuis pas mal d'années déjà" (p45). Certaines de ses remarques ne le rendent pas franchement sympathique, comme son opinion sur la classe économique en avion, qui doit être vraiment "horrible", même s'il peut aussi être amusant. Il dit ainsi en 1966 à la directrice d'un hôpital antillais : "vous avez les moustiques, et moi j'ai la presse" (p147).

Dans les traits d'humour que j'ai relevés, citons encore les surnoms au sein de la famille royale, et notamment celui de la princesse Alexandra, appelée "Pud" comme "pudding" parce qu'elle est née à Noël. Ou encore, l'opinion de la reine sur le golf : "Le golf me paraît une façon bien compliquée de se promener. Moi, je préfère sortir les chiens" (p119). Sans parler d'un certain flegme ou d'un humour pince-sans-rire. Le jour où elle trouva un domestique complètement soûl affalé au pied d'un escalier, elle se contenta de demander : "Quelqu'un pourrait-il aider Frank à se relever ? J'ai l'impression qu'il n'est pas dans son assiette" (p159).

A recommander aux néophytes ou aux curieux. Une lecture légère et plaisante, parfaite pour se divertir un peu. 

Lu dans le cadre de la LC Rois et Reines d'Angleterre, pour le Mois anglais.

Et aujourd'hui, on retrouve aussi la famille royale avec une immersion dans les années 1990 chez FondantGrignote, qui nous présente La Reine et moi de Sue Townsend, et chez Electra avec The Uncommon Reader (La Reine des lectrices) d'Alan Bennett.

171 p

Karen Dolby, Les Sautes d'Humour d'Elisabeth II, 2015

ob_bc1e6d_mois-anglais-2.png

18/06/2016

Mois anglais : Concours n°4

Aujourd'hui, grâce aux Editions Points que nous remercions, nous avons le plaisir de faire gagner à trois d'entre vous un lot comprenant les trois titres suivants :

james_coupe or.jpg gibbons_westwood_points.jpg gaskell_mary barton.jpg

- Henry James, La coupe d'or (collection Signatures)

- Stella Gibbons, Westwood - mon billet par ici

- Elizabeth Gaskell, Mary Barton

Pour remporter ce lot, nous vous proposons d'imaginer une scène inspirée des trois couvertures ci-dessus. Prolixes ou minimalistes, on espère que vous vous amuserez bien !

Les auteurs des trois scènes qui nous marqueront, nous amuseront, nous étonneront le plus recevront chacun ces trois romans.

Vos réponses sont à nous envoyer par mail au plus tard le 25 juin prochain sur nos deux adresses : cryssilda@hotmail.com et myloubook@yahoo.com.

Bonne chance à toutes et à tous !

mois anglais 2016_bookshop open.jpeg 

17/06/2016

Arthur Conan Doyle, Sherlock Holmes, The Five Orange Pips / BBC L'Effroyable Mariée

série anglaise,série bbc,sherlock holmes,sherlock bbc,arthur conan doyle,the five orange pips,cinq pepins d'orange,l'effroyable mariee,the abominable bride,mois anglais,mois anglais 2016,british mysteries,challenge british mysteries

Récemment, j'ai vu l'épisode du Nouvel an 2016 de l'excellente série BBC Sherlock, "L'Effroyable mariée" ou "The Abominable bride". C'est un épisode qui avait tout pour me plaire car l'histoire se déroulait cette fois-ci essentiellement à la fin du XIXe, même si Sherlock finissait par reprendre conscience à notre époque.

série anglaise,série bbc,sherlock holmes,sherlock bbc,arthur conan doyle,the five orange pips,cinq pepins d'orange,l'effroyable mariee,the abominable bride,mois anglais,mois anglais 2016,british mysteries,challenge british mysteries

Vêtue de sa robe de mariée, Emelia Ricoletti fait feu sur plusieurs passants dans la rue pour attirer l'attention sur elle, avant de se suicider d'une balle dans la bouche devant de nombreux témoins. Néanmoins, on raconte qu'elle serait revenue d'entre les morts pour tuer son époux peu après. La rumeur dit qu'elle serait réapparue ensuite pour commettre d'autres meurtres.

Quelque temps plus tard, Lady Carmichael fait appel à Holmes : son mari Sir Eustace a reçu une lettre contenant cinq pépins d'orange, un courrier qui pour lui revient à une menace de mort. Holmes et Watson vont se rendre dans la propriété du couple pour protéger Sir Eustace, sans y parvenir. La mariée semble avoir encore frappé.

C'est un épisode particulier au sein de la série. D'abord pour son cadre historique, mais aussi l'intervention du paranormal avec une mariée morte pour le moins effrayante. Et enfin, c'est aussi un fiasco pour Holmes qui ne parvient pas à protéger son client. J'ai eu plus de mal à adhérer aux allers-retours dans le présent mais hormis cela, c'est un épisode qui m'a beaucoup plu et qui me marquera je pense davantage que d'autres.

série anglaise,série bbc,sherlock holmes,sherlock bbc,arthur conan doyle,the five orange pips,cinq pepins d'orange,l'effroyable mariee,the abominable bride,mois anglais,mois anglais 2016,british mysteries,challenge british mysteries

 

 

Série Sherlock, L'Effroyable Mariée / The Abominable Bride, Episode du Nouvel an 2016

série anglaise,série bbc,sherlock holmes,sherlock bbc,arthur conan doyle,the five orange pips,cinq pepins d'orange,l'effroyable mariee,the abominable bride,mois anglais,mois anglais 2016,british mysteries,challenge british mysteries

*****

série anglaise,série bbc,sherlock holmes,sherlock bbc,arthur conan doyle,the five orange pips,cinq pepins d'orange,l'effroyable mariee,the abominable bride,mois anglais,mois anglais 2016,british mysteries,challenge british mysteriesEn me renseignant un peu, j'ai découvert que cet épisode s'était principalement inspiré d'une nouvelle extraite des Adventures of Sherlock Holmes, "The Five Orange Pips". Je l'ai donc lue, sachant que je ne suis pas une grande lectrice de Doyle. J'ai beaucoup apprécié Le Pacte des Quatre, abandonné A Study in Scarlet en raison d'un passage dans les grands espaces sur lequel je bloquais (oui pour moi, l'attrait de Holmes vient en grande partie de son lieu de résidence au 221B Baker street, je n'ai aucune envie de devoir ensuite partir dans la pampa pour suivre ses aventures... même si je sais que ce roman est censé être excellent et que je ne désespère pas de le lire enfin)... hormis ces deux lectures, seulement quelques nouvelles découvertes à l'adolescence et oubliées depuis. Bref, ma culture holmesienne reste à faire.

série anglaise,série bbc,sherlock holmes,sherlock bbc,arthur conan doyle,the five orange pips,cinq pepins d'orange,l'effroyable mariee,the abominable bride,mois anglais,mois anglais 2016,british mysteries,challenge british mysteries

Force est de constater que les aventures de Sherlock Holmes peuvent être passablement barbantes. Je gardais un souvenir très positif du Signe des Quatre, aussi bien du point de vue de l'intrigue que du ton adopté par l'auteur (beaucoup d'humour surtout). Ici, à partir d'une idée de départ extrêmement prometteuse, Doyle nous offre une nouvelle bâclée, qui se laisse lire mais ne présente pas un grand intérêt.

Dans The Five Orange Pips, alors que Watson séjourne quelques jours chez son ami Holmes au 221B Baker Street parce que sa femme est partie rendre visite à sa famille, la tempête fait rage dehors. Arrive un jeune homme, John Openshaw, venu chercher de l'aide auprès du célèbre détective. Il a passé son adolescence avec son oncle, revenu brusquement des Etats-Unis où il avait fait fortune en Floride. Suite à l'arrivée d'une lettre marquée par les initiales "K K K" et contenant cinq pépins d'orange, son oncle fait son testament, avant de mourir quelques mois plus tard, noyé dans un bassin d'eau peu profonde de son jardin. Un suicide pour la police. Puis c'est son héritier, le père de John, qui reçoit une lettre de menace semblable avant de faire une chute accidentelle, mortelle bien sûr. John se présente chez Holmes alors qu'il vient de recevoir lui-même la fatale lettre. Malheureusement pour lui, il décèdera la nuit-même de manière "accidentelle" lui aussi, Holmes n'ayant pas suffisamment anticipé les risques qu'il courait à se rendre seul à la gare en soirée.

Ayant compris que le cas avait un rapport avec le Ku Klux Klan (la tâche était ardue), Holmes fait quelques recherches qui lui permettent de lier les menaces et décès suspects à un bateau et à trois membres de l'équipage en particulier (car assez opportunément, il n'y a que trois Américains sur le bateau...!). Ses déductions ne sont tout de même pas fulgurantes et hormis un cours fait à Watson à propos du Ku Klux Klan, cette nouvelle coule comme un court fleuve tranquille, très tranquille. Holmes n'est certainement pas au mieux de sa forme (Doyle non plus). Hormis la lettre mystérieuse, il n'y a pas grand-chose à sauver de ce récit : une intrigue plus que mince, un Holmes fade et ennuyeux, nullement brillant... j'espère que d'autres nouvelles ont quand même un peu plus de consistance et permettent de retrouver l'humour que j'avais tant apprécié dans Le Pacte des Quatre !

série anglaise,série bbc,sherlock holmes,sherlock bbc,arthur conan doyle,the five orange pips,cinq pepins d'orange,l'effroyable mariee,the abominable bride,mois anglais,mois anglais 2016,british mysteries,challenge british mysteries

 

 

Arthur Conan Doyle, The Five Orange Pips (extrait de The Adventures of Sherlock Holmes), 1891

Article rédigé dans le cadre du rendez-vous "Sherlock Holmes, l'original et les produits dérivés ou Arthur Conan Doyle" pour le Mois anglais, et pour le challenge British Mysteries.

série anglaise,série bbc,sherlock holmes,sherlock bbc,arthur conan doyle,the five orange pips,cinq pepins d'orange,l'effroyable mariee,the abominable bride,mois anglais,mois anglais 2016,british mysteries,challenge british mysteries série anglaise,série bbc,sherlock holmes,sherlock bbc,arthur conan doyle,the five orange pips,cinq pepins d'orange,l'effroyable mariee,the abominable bride,mois anglais,mois anglais 2016,british mysteries,challenge british mysteries

16/06/2016

Mois anglais : Concours n°3

C'est toujours un peu Noël en ce Mois anglais, grâce aux éditeurs partenaires de nos blogs.

Aujourd'hui, grâce aux éditions Albin Michel que nous remercions pour leur gentillesse, nous vous proposons de participer à un jeu concours pour tenter de gagner le 1er tome des enquêtes d'Agatha Raisin, la fameuse "Quiche fatale". Trois exemplaires sont en jeu.

Si vous ne connaissez pas encore Agatha, n'hésitez pas à aller voir les billets recap du Mois anglais pour retrouver les articles qui commencent déjà à fleurir sur ce roman !

beaton_agatha raisin t1 quiche fatale.jpeg

Pour participer, rien de plus simple ! La quiche fatale a été dégustée dans le cadre d'un concours de quiches (eh oui, le charme de la vie des villages anglais...). Pour gagner ce concours, quelle quiche auriez-vous choisi de proposer au jury ? N'hésitez pas à nous proposer des recettes farfelues !

Les gagnants seront désignés par tirage au sort.

Vos réponses sont à nous envoyer par mail au plus tard le 22 juin prochain sur nos deux adresses : cryssilda@hotmail.com et myloubook@yahoo.com.

Good luck everyone !

ob_0ad4b5_mois-anglais-1.png

15/06/2016

Julia Margaret Cameron : photographe victorienne

julia margaret cameron_55 phaidon.jpgCela fait une éternité que je veux consacrer ici un article à Julia Margaret Cameron (1815-1879), sous une forme ou une autre. La preuve en est ce billet enregistré sous forme de brouillon presque vide en mai 2011 ! Ce sera donc mon sujet pour cette journée du Mois anglais consacrée aux Victoriens.

Julia Margaret Cameron est née en Inde en 1815, puis a grandi en Europe et notamment en France, auprès d'une grand-mère française. Elle repart ensuite en Inde puis rencontre son époux lors d'un voyage en Afrique du Sud en 1836. Charles Hay Cameron a vingt ans de plus qu'elle et, lorsqu'il prend sa retraite, la famille (déjà nombreuse) rentre en Angleterre. Julia Margaret Cameron retournera en Asie à la fin de sa vie.

Lorsque le couple s'installe en Europe, Julia Margaret Cameron fréquente un cerce d'artistes, notamment le poète Tennyson ou encore le peintre George Frederic Watts. Elle est de fait connue pour ses portraits de Victoriens célèbres (dont Darwin, Edward Burne-Jones, Ellen Terry... outre ceux déjà cités et d'autres encore). Dans ses mises en scène, elle s'inspire de poèmes ou de thèmes religieux (Madone, Christ enfant...). Elle réalise également de nombreux portraits féminins.

Julia Margaret Cameron se lance dans la photographie très tardivement, lorsqu'elle est âgée d'environ cinquante ans. Elle a une vision moderne de son art, cherche la beauté davantage que la perfection technique. D'où ses portraits très vivants, qui ne manquent pas d'aspérités. Elle reçoit un accueil chaleureux d'artistes de l'époque, notamment pré-raphaélites, mais nettement plus réservé des photographes professionnels qui lui reprochent son manque de technique. Cameron ne tient compte que de l'avis des premiers et ne semble pas manquer d'assurance... mais comment en serait-il autrement lorsqu'on considère l'oeuvre qu'elle laisse derrière elle ?

Voici quelques photos qui me plaisent particulièrement. Vous remarquerez que j'ai volontairement omis les portraits masculins, mais je suis plus sensible à la grâce de ces Victoriennes qu'à l'effroyable pilosité de leurs contemporains (à ce sujet, pour les plus curieux, j'avais consacré un petit article aux barbes victoriennes lors d'un précédent Mois anglais).

 

Julia margaret cameron_annie.jpgSadness,_by_Julia_Margaret_Cameron.jpg

Annie, My first success, 1864 * (un portrait que je trouve particulièrement moderne, qui aurait pu être pris dans les années 1950...)

Sadness, 1864 (Actress Ellen Terry)

julia margaret cameron_beatrice.jpg

Béatrice, 1865 *

kiss of peace.jpg My_niece_Julia_full_face,_by_Julia_Margaret_Cameron.jpg

The Kiss of Peace, 1869 * 

Julia Jackson, 1867 * (nièce de Julia Margaret Cameron et mère de Virginia Woolf - la ressemblance entre la mère et la fille m'avait semblé frappante en découvrant l'exposition "Ballade d'amour et de mort"; si Julia Jackson incarnait un idéal féminin tel que le concevait les Victoriens, je trouve à Virginia Woolf une beauté étrange et tout aussi fascinante que celle de sa mère)

my grandson archie.jpg

Archie, my grandson, 1865 *

Julia_Margaret_Cameron_the_Passion_Flower_at_the_Gate-_-_Google_Art_Project.jpg

Maud, There has fallen a splendid tear from the passion flower at The Gate (1875) *

julia-margaret-cameron2.jpg julia-margaret-cameron3.jpg 

Julia Cameron a inspiré la jeune artiste Katie Kukulka, dont j'ai découvert le blog par hasard. La photo ci-dessous est un exemple de ses travaux (elle me plaît beaucoup et j'ai voulu vous la faire découvrir). Malheureusement je n'arrive pas à retrouver le post où elle avait été publiée à l'origine - photo découverte et ajoutée à ce billet il y a longtemps.

inspiré par cameron.jpg

Pour continuer à retrouver Cameron : Un article intéressant sur Atget Photography avec de nombreuses photos.

Et pour en revenir au livre qui a inspiré cet article :

Le livre Julia Margaret Cameron (55) publié aux éditions Phaidon (en haut à gauche) m'a permis de me replonger dans l'oeuvre de cette photographe en quelques heures. Cet ouvrage synthétique présente l'artiste, son parcours ainsi que l'accueil reçu par ses oeuvres en introduction et s'achève par une biographie succincte. Entre les deux, place aux oeuvres : chacune est présentée sur une page (reproductions de belle qualité), avec, en regard un petit commentaire. Les photographies présentées sont marquées d'une astérisque à la suite. Ce livre de petit format constitue une bonne introduction à l'univers de Cameron, même si j'ai regretté le fait de ne pas retrouver certains portraits de femmes : en couvrant un panorama large, difficile de tout présenter mais dans la mesure où c'est là le coeur de l'oeuvre de Cameron et ce qui m'intéresse le plus, j'ai eu un petit regret. Je me note donc le titre Julia Margaret Cameron's Women, malheureusement épuisé. Autre petit bémol : je n'ai sans doute pas eu de chance mais la couverture m'est restée entre les mains après avoir lu un petit tiers du livre. Pourtant, je suis très soigneuse en la matière. Heureusement, il sera a priori facile de la recoller!

3,5coeurs.jpg

 

 

128 p

Joanne Lukitsh, Julia Margaret Cameron (55), 2001

mois anglais0.jpg

14/06/2016

Mois anglais 2016 : Résultats du Concours nº1

Nous avons le plaisir de vous annoncer le nom des trois gagnantes du premier concours de ce mois anglais: Pativore, Larie Lys (qui participe au mois anglais sur le groupe facebook) et Mrs Figg remportent un exemplaire des Jonquilles de Green Park. Bravo à vous trois !

Merci de nous envoyer vos adresses postales par mail à cryssilda@hotmail.com et myloubook@yahoo.com.

les jonquilles de green park

 

Et pour le plaisir, voici le poème bucolique de Mrs Figg, qui invite aux pensées vagabondes :

"Rêveries de printemps.

 

Quand le hérisson pointe son nez hors du terrier,

Que les lys et les narcisses de William Morris s'incarnent,

Dans l'herbe tendre, se dressent les cerisiers sauvages.

Quand le soleil, à travers les timides treuillages

des lierres et des jacinthes, envahit les bords de Marne,

je rêve de manoirs cossus, de cimetières moussus et d'aller

à Londres, admirer les jonquilles de Green Park … "

******

Nous en profitons pour vous rappeler que vous pouvez encore participer au jeu concours pour remporter Le Célibataire de Stella Gibbons (deux exemplaires en jeu). Pour participer, c'est très simple : vous trouverez toutes les indications ici et . Dépêchez-vous, le concours est bientôt terminé ! Bonne chance à toutes et à tous !

gibbons_celibataire.jpg

*****

ob_bc1e6d_mois-anglais-2.png

13/06/2016

Eric Hill, Collection de livres "Spot"

20160513_135147.jpg

Après mes grands-parents, mes parents et moi, la tradition se poursuit dans la famille puisque nous avons à la maison une lectrice en herbe qui accepte d'aller aux toilettes presque uniquement pour bouquiner, peut rester de longs moments seule dans sa chambre à sortir et feuilleter ses livres et qui, depuis quelques mois, refuse de dormir avoir d'avoir lu deux ou trois histoires avec ses parents. Parmi tous ses livres, sans surprise avec la maman qu'elle a, les titres anglais occupent une place de choix.

Chaque moment de la journée a ses lectures dédiées et je ne pouvais pas passer à côté de la collection de livres d'Eric Hill consacrée à un chien bien mignon nommé Spot. Nous avons commencé par "Where's Spot ?", qui m'a tout de suite semblé très familier : je suis presque certaine de l'avoir également lu petite. Puis nous avons complété avec plusieurs titres, toujours au petit format carré cartonné, sur des occasions plutôt générales  de façon à pouvoir en profiter toute l'année (même s'il existe plusieurs tomes sur des occasions particulières : Noël, anniversaire...).

Tous ces livres (hormis le livre plastique pour le bain) fonctionnent avec un système de rabats

20160513_135427.jpg

L'enfant comprend très rapidement le principe et la lecture est très ludique. Ces livres très réclamés par notre petite lectrice font aussi partie de ceux que nous avons le plus de plaisir à ouvrir en tant que parents car ils permettent une grande interaction. Pour les fidèles de la série, un autre atout réside dans les personnages secondaires récurrents, qui permettent de se replonger dans un univers familier même si la thématique est différente.

20160513_135534.jpg

Les titres lus et relus des dizaines de fois à la maison :

- Where's Spot ? : Sally, la maman, cherche Spot dans toute la maison. A chaque page, on se demande s'il est caché dans/sous tel ou tel meuble. A chaque fois le même rituel : "nooooon", puis l'enfant nomme l'animal qui se cache à chaque endroit (et qui n'a rien à faire là...). C'est le premier que nous avons commencé à lire, Baby Lou avait 18 mois et s'est tout de suite prise au jeu. Près d'un an plus tard, elle continue à s'y intéresser même si c'est celui qui présente l'histoire la plus simple.

- Spot says goodnight : notre incontournable du soir. Ici une histoire très simple autour du rituel du coucher. Spot rentre chez lui, doit prendre son bain puis dit bonne nuit à toute la maisonnée avant de s'endormir. Un livre plein de tendresse. Notre fille ne se lasse pas de dire bonne nuit à tout le monde avec Spot puis lorsque Spot lui-même est endormi, elle referme tout doucement le livre pour ne pas le réveiller.

- Spot goes on holiday : Sally et Sam, les parents, font découvrir à Spot les joies de la plage. Achat de nombreux jouets, jeux sur la plage, château de sable, plongeon dans l'eau... autant de petits plaisirs découverts par Spot.

- Spot goes to the park : notre avant-dernière acquisition. Nous l'avons depuis peu mais l'avons déjà lu de nombreuses fois. Sally emmène Spot et son amie Helen au parc, où ils retrouvent leur copain Tom. Malheureusement, ils laissent s'échapper le ballon qui atterrit dans la mare aux canards. Grand succès du canard qui fait "quack quack "!

- Enfin, le livre pour le bain Splish, Splash Spot ! : un imagier classique, à présenter aux enfants les plus jeunes. Je n'avais pas pu le voir avant de l'offrir à ma fille car il était sous plastique. Elle le feuillette régulièrement mais très rapidement, car à 2 ans et demi elle est un peu grande pour ce livre. Si ce n'était pas Spot je pense qu'il la laisserait indifférente.

*****

eric hill,chien spot,where's spot ?,spot says goodnight,spot goes on holiday,spot goes to the park,splish,splash spot !,albums jeunesse,albums jeunesse anglaisJ'avais préparé ce billet avec un peu d'avance. Depuis nous avons offert Spot goes to school à notre fille, pour la préparer doucement à sa première rentrée. On assiste à la première journée de Spot, qui s'amuse bien et fait beaucoup d'activités différentes. La journée passe donc trop vite ! Encore un album qui a du succès à la maison même si nous ne le lisons que depuis quelques jours.

*****

En tout cas, je recommande sans aucune réserve cette collection pour les lecteurs en herbe. Bien sûr les rabats sont un peu fragiles comme toujours, mais nous n'avons jusqu'ici pas eu besoin d'en re-scotcher (Baby Lou est peut-être particulièrement soigneuse avec les livres, j'ai du mal à m'en rendre compte).

4,5coeurs.jpg

 

 

Eric Hill, Les livres de Spot, série débutée en 1980 avec Where's Spot ?

eric hill,chien spot,where's spot ?,spot says goodnight,spot goes on holiday,spot goes to the park,splish,splash spot !,albums jeunesse,albums jeunesse anglais

12/06/2016

Les Gourmandises du dimanche : Scones

20160612_181645.jpg

Ambiance anglaise pour le tea time aujourd'hui - Photos Myloubook

Syl nous propose de nous retrouver chaque dimanche autour de gourmandises, anglaises en ce mois de juin. Je présente rarement mes essais culinaires sur ce blog mais ai essayé de me prêter au jeu aujourd'hui en m'inspirant de Bea qui nous a proposé une recette de scones la semaine dernière. Elle-même suit la recette de Scally.

Voilà la recette telle que présentée par Bea (je vous invite à aller lire son billet) :

"Il faut, pour réaliser 8 scones : 225 g de farine, 1 sachet de levure chimique, 25g de sucre, une pincée de sel, 75 g de beurre mou (Scally utilise du demi-sel, si vous préférez le doux, mettez un peu plus qu'une pincée de sel),  5cl de lait, 1oeuf battu. (pour la dorure : un jaune d'oeuf additionné d'une cuillère à soupe de lait)

Vous mélangez la farine, la levure, le sucre, vous cassez l'oeuf que vous battez légèrement dans un petit bol, vous ajoutez le beurre, vous mélangez la préparation du bout des doigts comme pour un crumble puis vous ajoutez l'oeuf. Vous continuez à pétrir rapidement (pas trop, ça doit rester friable) vous versez la moitié du lait (il faut y aller prudemment avec le lait, en fonction de la texture de la pâte, vous ajustez) et vous façonnez vite fait un gros carré que vous coupez en huit.

Vous badigeonnez vos carrés de jaune d'oeuf deux fois, puis vous les déposez sur une plaque, au four, à 180°C (préchauffage préalable) pendant 7-8 minutes. Dégustez les scones rapidement, tiède de préférence, après les avoir coupés en deux et fourrés de confiture."

J'ai suivi ces indications avec quelques adaptations : j'ai principalement utilisé de la farine de seigle (près de 200g) et non de blé. J'ai oublié le sel mais finalement ça ne m'a pas dérangée à la dégustation. Pour la dorure, n'ayant relu que la fin du post de Bea je me suis contentée d'oeuf sans y ajouter la cuillère de lait, d'où mes scones bien jaunes au final (hum). Il me restait trop d'oeuf pour dorer huit scones. Enfin, si je reteste la recette, je ferai huit petites boules au lieu des 8 carrés car tels que je les ai faits les scones étaient pour certains un peu plats malgré la levure, pas facile donc de les couper en deux comme le veut la tradition.

20160612_181656.jpg 20160612_182411.jpg

Mis à part quelques ajustements à faire suite à mon premier essai, j'ai été plutôt contente du résultat. Des scones un brin friables mais goûteux - très différents de ceux de Mr Lou qui sont excellents (recette de Christophe Michalak, "Le mega scone qui tue sa mère", plus calorique aussi), mais en même temps c'est lui le cuisinier de la maison ! La farine de seigle a apporté un goût un peu typé très appréciable.

Bonnes dégustations à l'anglaise en ce dimanche !

13315609_783791018424969_919469376734490216_n.jpg

11/06/2016

Henry James, La Bête dans la Jungle / Lamb House (Rye)

james_Nouvelles-completes_medium.jpg james_bete jungle.jpg

Aujourd'hui, pour la lecture commune du Mois anglais autour d'un écrivain anglais d'origine étrangère, j'ai choisi de consacrer un article à Henry James, qui demanda à être naturalisé à la fin de sa vie. L'écrivain vivant à Rye et très tourné vers l'Europe avait en effet été choqué par la neutralité des Etats-Unis au début de la 1ère guerre mondiale.

Mon choix s'est porté sur une longue nouvelle rédigée à l'origine pour compléter un recueil, La Bête dans la Jungle. Outre le fait que j'avais croisé ce titre à de nombreuses reprises et lu qu'il faisait partie des oeuvres majeures de James, je l'ai choisi car il avait été écrit à Lamb House à Rye - ou plutôt, dicté en trois fois en 1902.

Henry James n'est pas un auteur facile. Si certains textes sont très abordables, d'autres exigent beaucoup d'attention de la part de leurs lecteurs. C'est sans aucun doute le cas de celui-ci.

En visitant la demeure de Weatherend avec un groupe d'amis, John Marcher retrouve May Bartram, rencontrée en Italie une dizaine d'années plus tôt. Si Marcher se souvient l'avoir déjà vue, il a presque tout oublié des circonstances de leur rencontre alors que la jeune femme en garde un souvenir très exact. Plus particulièrement, elle se souvient d'une confession que lui a faite Marcher, qui lui a dit se savoir promis à un grand évènement, menacé par cette "Bête dans la jungle" dont il ne sait rien, si ce n'est qu'elle bondira un jour. Marcher est surpris de s'être livré à la jeune femme et de l'avoir oublié alors qu'il pensait ne jamais s'être ouvert à quelqu'un de son obsession. Il lui demande alors si elle est prête à veiller avec lui jusqu'à l'accomplissement de son destin. A partir de cet instant, les deux jeunes gens vont devenir amis, se fréquenter régulièrement à Londres et vieillir, non pas ensemble mais côte à côte. Finalement, May comprend ce qu'était cet évènement et sait qu'il s'est déjà produit mais John reste toujours perplexe. Ce n'est qu'après la mort de son amie que lui viendra la brutale révélation.

41gex6miiwl-_sx300_bo1204203200_.jpg james-la-bc3aate-dans-la-jungle.jpg

Mélancolique, ce texte aux accents philosophiques pourrait être l'histoire d'un amour manqué, d'une vie stérile, mais il ne se "limite pas" à cela. Il s'inspire des mythes classiques et de leur ironie (en cherchant à fuir un destin on le rencontre). Il se focalise avant tout sur un personnage totalement tourné vers lui-même et ainsi, se concentre principalement sur sa psychologie, ses tourments, ses doutes, ses limites - John Marcher est au final assez pathétique. Cette nouvelle trouve notamment son origine dans l'amitié qui liait James à Constance Woolson, qui aurait attendu davantage de leur relation et dont le suicide supposé - elle "tomba" dans le Grand Canal à Venise depuis sa fenêtre - marqua profondément l'écrivain. 

Un texte riche, que je ne recommanderais pas pour découvrir James cependant car il est assez ardu de prime abord. J'ai d'ailleurs pris davantage conscience des différentes implications du récit grâce aux commentaires pointus de l'édition de la Pléiade.

D'autres avis chez MissyCornish et George.

3,5coeurs.jpg

 

 

126 p (pour l'édition du Livre de poche)

Henry James, La Bête dans la Jungle, 1903

*****

Je voulais profiter de ce billet pour vous présenter quelques photos prises à Rye en avril dernier. Les hommages à Henry James seront nombreux cette année, comme celui ci-dessous :

lamb house 01.jpg

J'avais surtout envie de partager avec vous quelques photos de Lamb House, la maison de Henry James à Rye.

lamb house 02.jpg

lamb house 03.jpg

lamb house 04.jpg

Photos Copyright MyLouBook

*****

mois anglais 2016_bookshop open.jpeg

09/06/2016

Nancy Mitford, Wigs on the Green

mitford_wigs on the green.jpgFin mars / Début avril, je suis allée me ressourcer dans la campagne anglaise équipée de Wigs on the Green de Nancy Mitford, qui se déroule entre un village et les terres d'une grande propriété. Ce roman m'a donc semblé tout indiqué pour ma participation à la LC du Mois anglais autour de la Campagne Anglaise.

Cela fait bien longtemps que je n'avais pas lu cet auteur dont j'avais beaucoup apprécié deux titres, découverts alors que ce blog en était encore à ses balbutiements (La poursuite de l'amour et L'amour dans un climat froid). Wigs on the Green m'a été offert par Alice de Books are my Wonderland dans le cadre du Swap British qu'elle organisait l'an dernier. J'avais été très gâtée comme vous pouvez le constater.

nancy mitford,wigs on the green,editions penguin,vintage classics,modern classics,littérature anglaise,littérature anglaise xxe,mois anglais,mois anglais 2016,angleterre,campagne anglaise

nancy mitford,wigs on the green,editions penguin,vintage classics,modern classics,littérature anglaise,littérature anglaise xxe,mois anglais,mois anglais 2016,angleterre,campagne anglaise

Dans Wigs on the Green, quatre personnages viennent de s'installer pour quelque temps dans le village de Chalford et vont lier connaissance. Ayant reçu un petit héritage qui fait de lui un parti un peu plus intéressant, Noel est venu dans le but de séduire l'héritière locale Eugenia Malmains, sur les conseils de son ami Jasper, très opportuniste, également du voyage pour profiter au mieux des nouvelles ressources financières de Noel. Marjorie fuit un mariage prestigieux avec un homme qu'elle n'aime pas. Elle est accompagnée de son amie Poppy, qui a une vision beaucoup plus pragmatique du mariage et s'apprête à flirter avec Jasper pendant que son propre époux a une nouvelle passade avec une jeune fille. Ajoutons à cela Mrs Lace, un peu plus âgée mais toujours séduisante, qui va s'intéresser à Noel à partir du moment où on lui aura fait croire qu'il s'agit d'un mystérieux prince là incognito (ce qui donnera lieu à quelques passages cocasses). Le groupe va rejoindre la branche fasciste locale pour plaire à Eugenia. La jeune fille est enthousiaste et obsédée par la cause en question. Si elle est assez ridicule, ses nouvelles connaissances le sont tout autant en se ralliant au mouvement pour des raisons qui n'ont rien à voir avec leurs convictions politiques. Un grand rassemblement festif en faveur du fascisme va les mobiliser et rythmer leurs rencontres tout au long du roman.

Bien évidemment, l'humour est le maître mot pour Nancy Mitford, qui tourne tout le monde en dérision et ne résiste pas aux boutades. Par exemple, voici une réaction qui m'a amusée suite à un discours particulièrement enflammé d'Eugenia en faveur de la cause fasciste : The yokels stood first on one foot and then on the other. Finally, one of them removed a straw from his mouth and remarked that they had all enjoyed Miss Eugenia's speech very much, he was sure, and how was His Lordship's hay-fever? (p10) - His Lordship étant le grand-père d'Eugenia, dont le rhume des foins parle davantage à la population locale que les grands discours de la jeune fille.

J'ai passé un bon moment en lisant Wigs on the Green. Néanmoins, c'est un roman plutôt dérangeant, même si l'on considère qu'il a été écrit dans les années 1930, avant que l'Europe ne prenne pleinement conscience de toutes les implications de la montée du fascisme. Nancy Mitford nous livre ainsi une nouvelle comédie inspirée de ses soeurs Diana et Unity, l'une maîtresse puis épouse du fondateur de la British Union of Fascists, Sir Oswald Mosley, l'autre admiratrice inconditionnelle de Hitler qui ira jusqu'à tenter de se suicider lors de l'entrée en guerre du Royaume-Uni contre l'Allemagne. La publication de ce livre entraîna une brouille entre les soeurs Mitford et Nancy s'opposa à sa réédition en 1951, jugeant notamment qu'il était désormais du plus mauvais goût de faire des plaisanteries à propos du nazisme. Cependant - et c'est ce qui m'a vraiment gênée à la lecture - Nancy disait quelques années plus tôt à ses soeurs que le livre était pour l'essentiel en faveur du fascisme, malgré quelques plaisanteries. Le fait est que non seulement les fascistes du roman ne sont pas plus ridicules que les autres personnages mais qu'in fine, le roman se traduit par un happy end où la jeune héritière Eugenia Malmains réalise son rêve en rencontrant le leader du parti grâce à l'efficacité de son action sur le plan local, le lecteur assistant ensuite à un mariage très joyeux entre les fascistes de Chalford. Je connaissais les attirances obscures de certaines Mitford pour le nazisme ou le fascisme anglais mais n'avais pas réalisé que Nancy était elle aussi plutôt sensible à ce discours et en tout cas suffisamment détachée du sujet pour ne nous livrer ici aucune critique de fond - ni en faire l'apologie d'ailleurs, si tel était son choix. Même en lisant ce roman avec un oeil contemporain, même en connaissant l'ambiguïté de la position de Nancy Mitford sur le sujet, difficile de ne pas être gêné par l'insouciance de l'écrivain qui ne s'implique pas sur le plan politique.

L'avis en anglais de All The Pretty Books.

3coeurs.jpg

 

 

170 p hors introduction

Nancy Mitford, Wigs on the Green, 1935

nancy mitford,wigs on the green,editions penguin,vintage classics,modern classics,littérature anglaise,littérature anglaise xxe,mois anglais,mois anglais 2016,angleterre,campagne anglaise

08/06/2016

Mois anglais : Concours n°2

On vous gâte pendant le Mois anglais !

Aujourd'hui, nous avons le plaisir de vous donner la possibilité de gagner Le Célibataire de Stella Gibbons, grâce aux Editions Héloïse d'Ormesson que nous remercions pour leur gentillesse. Deux exemplaires sont en jeu.

gibbons_celibataire.jpg

Après vous avoir invité à faire appel à votre âme de poète, nous vous proposons cette fois-ci de décrire pour nous ce célibataire tel que vous l'imaginez, dans un petit texte où la seule contrainte est de croquer son portrait avec un brin d'humour à l'anglaise.

Vos textes sont à nous envoyer par mail au plus tard le 15 juin prochain sur nos deux adresses : cryssilda@hotmail.com et myloubook@yahoo.com.

Les auteurs des deux textes qui nous amuseront le plus recevront chacun un exemplaire de ce roman.

A vos claviers et surtout, have fun ! Nous avons hâte de vous lire !

mois anglais 2016_bookshop open.jpeg

07/06/2016

Jane Austen & Becca Stadtlander, Pride and Prejudice retold

austen_stadtlander_pride and prejudice.jpgJe n'étais pas du tout partie pour présenter ce petit livre lors du rendez-vous du Mois anglais consacré à Jane Austen mais, faute d'organisation, j'ai finalement choisi de le relire et de vous en parler enfin - car je l'avais découvert à sa sortie sans faire de billet.

Classics Unfolded est une petite collection assez étonnante à destination de la jeunesse. Le but est de présenter une oeuvre classique en quelques pages illustrées.

Le format est déjà original en lui-même : un étui à l'intérieur duquel se trouve un fascicule cartonné replié en éventail.

austen_stadtlander_pride and prejudice01.jpg

Photo Copyright MyLouBook

Le fascicule comprend quant à lui 16 pages. La première introduit les personnages principaux. La dernière comprend un résumé de l'histoire et de ses thématiques à lire en 30 secondes environ. Enfin, les autres pages reprennent les temps forts du roman à travers des scènes illustrées. Chaque scène est accompagnée d'un extrait du roman et d'une petite phrase résumant très succinctement l'évènement clef concerné.

austen_stadtlander_pride and prejudice02.jpg

Photo Copyright MyLouBook

Voilà une bien jolie collection. Ce Pride and Prejudice retold séduira forcément les janéites car c'est un bel objet. J'ai trouvé le principe inventif et l'idée bien exécutée, même si évidemment, pour résumer Pride and Prejudice en quelques dessins, on oublie beaucoup de personnages et moult scènes qui font la richesse du roman. L'ouvrage a le mérite d'introduire l'oeuvre et, il faut l'espérer, doit normalement donner envie de découvrir le texte d'origine. Ma petite lectrice en herbe a été très intriguée par le format en me voyant déplier cette feuille cartonnée. Il a fallu que nous regardions ensemble toutes les images et elle me demandait qui étaient les personnages... malgré son très jeune âge qui ne lui permet pas de retenir grand-chose de ce type de récit (même si elle a adoré s'essayer à prononcer quelques mots anglais et a apparemment retenu le nom "Bennet") je trouve cela plutôt encourageant.

A l'origine, j'avais découvert cette collection alors que je cherchais des adaptations d'Alice in Wonderland, mais finalement j'ai opté pour ce titre-ci. J'étais tentée également par The Secret Garden que j'avais adoré petite mais que j'ai complètement oublié. Je me demande tout de même quelle impression on peut avoir d'une oeuvre en la découvrant de cette façon. Est-ce suffisant pour inciter à la lire ? Ou est-ce plutôt un objet à collectionner qui séduira surtout les lecteurs déjà convaincus ? Pour un jeune public, il me semble que ce livre peut plutôt servir de support lors d'une lecture avec un proche qui pourra enrichir cette base avec ses souvenirs de l'oeuvre présentée.

Une jolie découverte en tout cas !

Jane Austen & Becca Stadtlander, Pride and Prejudice, classics unfolded, mois anglais, mois anglais 2016, jane austen

 

 

16 p

Jane Austen, Pride and Prejudice Retold in pictures by Becca Standtlander, 2015 

Jane Austen & Becca Stadtlander, Pride and Prejudice, classics unfolded, mois anglais, mois anglais 2016, jane austenJane Austen & Becca Stadtlander, Pride and Prejudice, classics unfolded, mois anglais, mois anglais 2016, jane austen

05/06/2016

Deborah Crombie, Meurtres en copropriété

crombie_meurtres en copropriete.jpegJe ne sais plus trop comment j'ai découvert Meurtres en copropriété de Deborah Crombie, ni comment j'avais pu passer à côté de ce livre il y a quelques années alors que des blogs que je suivais depuis longtemps en avaient parlé. Toujours est-il qu'avec un train de retard, je viens de lire le premier tome de cette série consacrée à deux enquêteurs, le superintendant (récemment promu) Duncan Kincaid et sa co-équipière, le sergent Gemma James.

Deborah Crombie est américaine (quand je la croyais britannique), mais ce roman est on ne peut plus anglais de par son cadre - le Yorkshire - et l'atmosphère - qui fait inévitablement penser à Agatha Christie malgré les années d'écart.

Duncan Kincaid prend enfin une semaine de vacances bien méritée à l'automne et se rend dans la résidence en copropriété d'un parent, qui n'a pas pu y aller comme prévu. Naturellement, Duncan compte bien profiter des lieux pleins de charme et de la région elle-même. C'est sans compter sur le hasard ou le destin : le lendemain de son arrivée, deux enfants retrouvent le corps du sous-directeur de l'établissement dans le jacuzzi. Duncan pense dans un premier temps rester en retrait de l'enquête, qui ne concerne pas sa juridiction. Mais face à l'incompétence crasse du responsable local de l'enquête, le superintendant va s'en mêler... d'autant plus qu'il a commencé à tisser quelques liens avec certains résidents. Comme dans bien des whodunits à huis clos, le premier meurtre sera suivi d'un autre et les soupçons vont commencer à peser sur tous les vacanciers.

J'ai passé un très bon moment avec ce roman, non pour l'excellence de l'enquête (bouclée brutalement et un peu facilement à la toute fin) mais pour l'ambiance réussie (un polar "cosy"). Duncan Kincaid est un héros attachant d'emblée et il est agréable de le suivre dans sa découverte du concept de résidence en copropriété, dans ses premières sorties et ses échanges avec les autres résidents, aux profils variés. Gemma James intervient assez peu et son personnage m'a paru assez lisse pour l'instant, sans que cela ne soit vraiment gênant compte tenu de son rôle très secondaire dans cette enquête. J'ai apprécié les quelques virées dans le Yorkshire, qui m'ont rappelé de jolis souvenirs de séjour et donné envie de découvrir d'autres lieux. Bref, vous l'aurez compris, c'est pour le voyage, le fringant superintendant et l'approche quelque peu surannée que j'ai trouvé mon bonheur avec ce livre, lu en deux jours. Il paraît que les enquêtes sont plus réussies par la suite. Je me laisserai peut-être tenter.

Lu dans le cadre de la LC "Meurtre à l'anglaise" du Mois anglais. Une lecture rentrant aussi dans le cadre du challenge British Mysteries.

3,5coeurs.jpg

 

 

318 p

Deborah Crombie, Meurtres en copropriété, 1993 

mois anglais 2014_4.jpg British mysteries 2016_2.jpg

04/06/2016

Memories of England : Royal Tunbridge Wells

20160331_174731ter.jpg

20160331_175502ter.jpg

20160331_175820ter.jpg

Photos Copyright MyLouBook

J'ai réalisé qu'au fil des dernières années, j'ai lu beaucoup d'auteurs anglais (et fait le désespoir de Mr Lou avec une bibliothèque anglaise en croissance exponentielle), accumulé les goodies British - jolis ou kitsch, co-organisé cinq Mois anglais ainsi que d'autres swaps ou challenges tournés vers l'Angleterre et la Grande-Bretagne et fait de nombreux séjours Outre-Manche... sans beaucoup partager ici photos ou récits de voyage.

Alors je me suis dit que cette 5e édition du Mois anglais était l'occasion idéale de ponctuer mon blog de souvenirs made in England.

Pour commencer, ces quelques photos de Royal Tunbridge Wells (Kent), où nous avons déambulé en fin de journée au début du printemps. Je me suis amusée à ajouter un petit effet craquelé aux photos. Malheureusement, beaucoup trop de voitures à mon goût dans des rues historiques qui seraient sans cela très jolies, mais quelques coins ont préservé tout leur charme, telle cette dernière ruelle ou la promenade des Pantiles plus haut. 

On se retrouve demain pour notre rendez-vous du jour, "Meurtre à l'Anglaise" (dont les billets comptent également pour le challenge British Mysteries of course !).

mois anglais 2016_bookshop open.jpeg

03/06/2016

Stella Gibbons, Westwood

gibbons_westwood_points.jpgJ'ai plusieurs Stella Gibbons en attente chez moi et je m'en réjouis après cette première lecture. Si Westwood n'est pas tout à fait un coup de coeur, c'est un roman tout en nuances qui ravira les amateurs de littérature anglaise et notamment, de classiques "Vintage".

Jeune enseignante, Margaret vient de s'installer à Londres pendant la guerre avec ses parents, qui lui donnent l'image d'un mariage peu épanouissant. Dotée d'un physique quelconque, la jeune femme est très, voire trop sérieuse, malgré une grande sensibilité pour l'Art sous ses différentes formes. A l'inverse, son amie d'enfance Hilda récemment devenue sa voisine est très jolie, assez frivole, ne s'intéresse qu'aux films faciles et semble supporter la guerre avec une légèreté qui fait défaut à Margaret.

gibbons_westwood.jpgPar hasard, Margaret fait la rencontre du peintre Alexander Niland et de son beau-père dramaturge Gerard Challis, qui s'avère être un proche voisin vivant à Westwood, une superbe maison. Grâce à Zita, réfugiée juive travaillant chez les Challis, Margaret va obtenir son droit d'entrée à Westwood et côtoyer ainsi cette famille qui la fascine, en particulier le dramaturge qu'elle juge tout à fait admirable. Peu lui importe de devoir supporter les railleries de sa fille superficielle ou d'être régulièrement sollicitée pour s'occuper des petits-enfants que les femmes de la maison semblent incapables de gérer seules (sans penser même aux hommes, artistes au-delà de toutes ces considérations bassement matérielles -  à une époque où, de toute façon, l'homme ne joue pas ce rôle dans le foyer). Bien qu'on ne puisse se retenir de grincer des dents face aux mauvaises manières et à l'arrogance des Challis et des Niland, qui profitent allègrement de Margaret, difficile de ne pas être sous le charme de cette maisonnée. Nous suivons ainsi Margaret pendant plusieurs mois, entre son travail qu'elle prend moins au sérieux au fil du temps, ses visites à Westwood, ses sorties au concert et l'intimité qu'elle noue avec un ami de son père... autant de changements dans son quotidien qui la feront évoluer.

En parallèle, et bien que sûr de son pouvoir de séduction, le cinquantenaire Gerard Challis fait une cour laborieuse à Hilda, rencontrée dans le métro. Le charme et la beauté de la jeune femme l'empêchent d'admettre ses lacunes intellectuelles et son indifférence royale à tous ses discours pompeux. Bien évidemment, Hilda et Margaret sont loin de se douter du fait que toutes deux côtoient le même homme dans des circonstances bien différentes.

gibbons_reading westwood.jpg

On savoure ce roman délicat qui fait vivre sous nos yeux Hampstead et Highgate sous le Blitz, nous donnant à voir une capitale très vivante et gaie malgré les bombes allemandes. Le portrait qui nous est fait de Londres nous offre de très beaux passages, tel que celui-ci par exemple : Tant que dura l'été, la beauté l'emporta sur la tristesse, car le soleil bénissait toute chose - les ruines, les visages fatigués, les fleurs sauvages aux longues tiges et les étendues obscures d'eau stagnante - et, durant ces mois de calme, Londres dévasté fut aussi beau qu'une ville de rêve (p 8).

Stella Gibbons ne fait pas de cadeau à ses personnages : chacun a son lot de défauts, et même si aucun n'est fondamentalement antipathique, il est difficile de les apprécier ou, a fortiori, de les admirer. Notre héroïne n'échappe pas à la règle en raison de la passivité dont elle fait preuve alors que tout le monde semble trouver normal de profiter de sa générosité.

Preuve du plaisir que j'ai pris à le lire, mon exemplaire de Westwood est constellé de post-its, aussi bien pour retrouver de belles descriptions, des considérations sur la psychologie des personnages ou tout simplement, des touches d'humour. Je ne résiste pas au plaisir de vous citer cet extrait où Margaret farfouille dans une pile de livres d'occasion : Alors qu'elle ouvrait avec circonspection des sermons et des biographies de respectables nullités du dix-neuvième siècle depuis longtemps défuntes, elle aperçut soudain ce gros volume d'âge vénérable, dont la reliure vert foncé avait connu des jours meilleurs et dont la couverture arborait encore une gravure dorée défraîchie de la porte de Highgate (p 344).

Amoureux des lettres anglaises, Stella Gibbons est à découvrir sans plus attendre !

Lu dans le cadre du Mois anglais organisé ici et avec ma comparse Cryssilda, pour la lecture commune autour des (Vieilles) dames indignes ou indignées (thème qui me laisse un peu perplexe mais qui est il est vrai très amusant).

L'avis en anglais de Book Snob, qui émet quelques réserves que je rejoins en partie, même si j'ai trop apprécié ce livre pour souhaiter mettre en avant ses quelques faiblesses.

Merci aux Editions Points pour cette lecture !

4coeurs.jpg

 

 

522 p

Stella Gibbons, Westwood, 1946

13263922_1918808671678849_3511573075012402290_n.jpgmois anglais 2016_penguin.jpg