Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2018

Laura Powell, Alice à votre service !, T1, Complot contre la Duchesse

powell_Complot contre la duchesse.jpg

Il y a deux semaines, dans le cadre du Read-a-thon, voyant que je n'avançais pas dans mes lectures, je me suis tournée vers un roman jeunesse à la jolie couverture gothique, Complot contre la Duchesse. Un livre plus éloigné de mes habitudes de lecture que je ne le pensais, mais qui s'est avéré une belle surprise.

read-a-thon,le mois anglais

Alice a perdu ses parents dans un naufrage et grandi en étant formée pour devenir domestique. Malgré son jeune âge, elle excelle dans son métier et sait faire preuve d'une grande discrétion. Ceci lui vaut une proposition en or : devenir la femme de chambre de son Altesse Royale la duchesse Charlotte, dans un pays étranger (une espèce de mini-pays dans un coin d'Europe que j'ai calé entre la Suisse et l'Allemagne d'après les descriptions). Avec son départ, on l'alerte de l'humeur fantasque de la duchesse, qui est persuadée que son oncle Leopold fomente un complot pour la mettre à l'écart et prendre la tête du duché. 

Si Charlotte est irascible, Alice ne tarde pas à accorder un certain crédit à ses accusations. L'oncle Leopold est bien trop sirupeux pour être honnête, et son fidèle domestique surgit toujours discrètement de nulle part, telle une ombre planant sur la duchesse et sa plus proche domestique. Si l'on ajoute à cela une légende qui veut qu'un dragon revienne régulièrement prendre son tribu de vies humaines et détruire les récoltes, et que le seul moyen de l'apaiser est de lui donner une princesse en pâture , nous avons de quoi nous inquiéter pour la duchesse Charlotte !

Si je ne suis pas une grande amatrice de dragons et du type de récits qui les accompagne bien souvent, j'ai été séduite par ce qui s'annonce comme le premier opus d'une série. Personnages bien campés dans l'ensemble, un château laid et inquiétant avec ses multiples recoins, un dragon dont on ne sait pas s'il existe ou non, quelques individus malfaisants inquiétants à souhait, des influences galloises, des légendes médiévales, le tout avec une intrigue bien menée... que demander de plus ? Et Alice revenant à Londres à la fin du roman et se voyant proposer un poste dans une autre maison à problèmes, on peut s'attendre à de nouvelles aventures un brin fantastiques. Je guetterai la suite avec plaisir !

Si la thématique Upstairs Downstairs vous intéresse, la série de romans jeunesse Rose en 4 tomes pourrait elle aussi vous plaire.

L'avis de Maho.

3,5coeurs.jpg

259 p

Laura Powell, Alice à votre service !, T1, Complot contre la Duchesse, 2017

logo mois anglais 2.jpgangleterre,holly webb,série rose,rose et la maison du magicien,rose et la princesse disparue,rose et le masque vénitien,rose et le fantôme du miroir,série rose 4 tomes,challenge british mysteries,british mysteries month

27/06/2018

Roald Dahl, La Potion magique de Georges Bouillon

dahl_La-potion-magique-de-Georges-Bouillon.jpg

Comme je commence à lire des romans courts à Petite Lou, jusqu'ici habituée aux albums jeunesse, j'ai rapidement eu envie de retrouver mon amour de jeunesse Roald Dahl. N'ayant pas encore eu l'occasion de fouiller dans les cartons de livres qui nous attendent sagement chez mes parents, j'ai opté pour un livre que je ne crois pas avoir lu enfant - à moins que je ne l'aie oublié.

Dans La Potion magique de Georges Bouillon, ledit Georges se retrouve un jour seul à la maison avec sa grand-mère maternelle acariâtre qui, non contente d'être une empêcheuse de tourner en rond, prend un malin plaisir à l'effrayer en prétendant être une sorcière et avoir des pouvoirs. Georges décide de remplacer son remède habituel par une autre potion. Il mélange donc tout ce qu'il trouve dans les différentes pièces de la maison, des remèdes pour animaux aux produits capillaires en passant par la peinture et bien d'autres ingrédients improbables et hautement toxiques.

On pourrait s'attendre à ce que cette potion fasse passer la mégère de vie à trépas, mais ses effets sont plus surprenants...

Un livre court où l'on retrouve l'empreinte humoristique de Roald Dahl, même si ce n'est pas mon titre favori. J'ai été surprise par la richesse du vocabulaire. Ce texte est bien plus exigeant que la plupart des titres jeunesse plus récents que j'ai eu l'occasion de lire. C'est sans doute ce que j'ai le plus apprécié : savourer ce texte truculent et mettre l'accent sur les associations de sonorités lors de ma lecture à voix haute. Bien sympathique, et cela confirme qu'on n'est jamais trop grand pour lire et relire Roald Dahl. De lui, j'ai seulement présenté les Selected Ghost stories, choisies et non écrites par Roald Dahl - mon deuxième billet de blog, en 2006 !

3,5coeurs.jpg

118 p

Roald Dahl, La Potion magique de Georges Bouillon, 1981


logo mois anglais 2018.jpg

 

25/06/2018

Patricia Elliott, A Connie Carew Mystery T1, The House of Eyes

elliott_house of eyes.jpg

1909. La jeune Connie Carew est orpheline et vit dans une grande maison mal entretenue d'un quartier aisé de Londres, avec ses deux tantes et son oncle par alliance. Connie rêve de devenir anthropologue. Pour se préparer à son futur métier, elle visite assidument le British museum et prend des notes sur ses congénères, à commencer par sa famille. Aunt Sylvie est une drôle de femme chauve aux habits extravagants, qui vit dans son monde, persuadée de communiquer avec des absents ou de sentir ou deviner certaines choses. Aunt Dorothea est accablée par la disparition de sa fille Ida il y a des années de cela, alors qu'elle était bébé. Son deuxième mari, Mr Thurston, est un personnage désagréable qui régente tout son entourage avec autorité et mauvaise humeur. 

Lorsque s'ouvre le roman, Connie se rend avec ses deux tantes à une séance de spiritisme, où le retour proche de la jeune Ida leur est annoncé. Et peu de temps après, une jeune femme frappe à la porte des domestiques pour postuler à un emploi chez eux. Son prénom et un médaillon qu'elle porte persuadent Aunt Dorothea de son identité : l'enfant tant attendu est revenu. La vie dans la maison est alors chamboulée. Aunt Dorothea quitte ses tenues sombres et se remet à sortir, ce qui n'est pas pour plaire à son époux, visiblement plutôt satisfait d'avoir une femme souffreteuse à la maison. Quant à Ida, elle est belle, chante divinement bien et son franc-parler peu raffiné fait finalement d'elle la coqueluche de la bonne société, qui trouve tout cela bien rafraîchissant. Ida devant hériter d'une grande fortune, la presse avait couvert sa disparition et s'empresse de la remettre à l'honneur. Au milieu de toute cette effervescence, seule Connie a des doutes sur la véritable identité de sa cousine retrouvée. Qui plus est, elle a remarqué qu'elle était suivie par un homme inquiétant. Que lui veut-il ? Est-elle en danger ? La jeune Connie va mener l'enquête.

Ce roman jeunesse m'avait attiré avec sa jolie couverture, j'ai un peu hésité à le lire et force est de constater qu'il s'agit d'une belle surprise. Connie est jeune mais futée et courageuse, sans avoir le côté écervelé ou téméraire d'autres héroïnes de ce type de romans. Sa maison offre un cadre intrigant, avec ces tâches d'humidité qui évoquent des visages monstrueux et qui semblent l'observer dans sa mansarde. Certains personnages sont rocambolesques, d'autres moins mais tous ont leur caractère et leurs aspérités. Une intrigue bien menée, un peu d'aventure, de l'amitié, un cadre édouardien et un soupçon de spiritisme, voilà qui fait au final un cocktail savoureux ! J'ai vu récemment que ce roman et le suivant ont été traduits en français (comme la question m'est parfois posée quand je lis en anglais). On en redemande !

Une participation au rendez-vous Roman historique du jour.

4coeurs.jpg

 

 

298 p

Patricia Elliott, A Connie Carew Mystery T1, The House of Eyes, 2015

logo mois anglais 2018.jpgPatricia Elliott, A Connie Carew Mystery T1, The House of Eyes, le mois anglais, challenge british mysteries, époque édouardienne, angleterre, angleterre  debut xxe, roman jeunesse anglais, spiritisme

05/06/2018

Harriet Muncaster, Isadora Moon fait des bêtises

muncaster_isadora moon betises.jpg

Récemment à la recherche d'un court roman à lire à Petite Lou, pour varier des albums, je suis tombée sur cette série à la couverture tricolore : noire, rose, avec des touches de blanc. Si vous aimez ce style graphique, ce livre devrait vous combler car les nombreuses illustrations accompagnant l'histoire sont à l'image de la couverture, couleurs comprises.

muncaster_isadora moon betises2.jpg

Isadora Moon est une petite fée-vampire, fille d'un papa vampire et d'une maman fée. Papa vampire boit du jus rouge, a un petit côté coquet de dandy et prend son petit déjeuner le soir, comme tout vampire qui se respecte. Maman fée a l'air de gérer beaucoup de choses pour le foyer, mais sa baguette magique l'aide bien. Un couple harmonieux et moderne, qui brise les codes habituels!

Dans ce roman, Isadora accueille sa cousine Mirabelle pendant les vacances de celle-ci. La cousine sorcière est sympathique mais a toujours des idées qui les amènent à faire des bêtises. Comme celle de créer un dragon pour le présenter comme un animal domestique à l'école. Des jeux qui dérapent et entraînent Isadora dans des ennuis dont elle se serait passée.

muncaster_isadora moon betises 3.jpg

Une histoire mignonne aux dessins espiègles et tendres, destinée aux jeunes apprentis lecteurs et savourée par Petite Lou lors d'une lecture à voix haute. Les dessins fourmillent de détails ludiques, dans un style tout en rondeur bien loin d'effrayer les bébés vampires. Nous lirons probablement d'autres titres de cette série et relirons ce texte-ci qui, avec ses quelques chapitres, peut être lui en plusieurs soirs.

L'auteur Harriet Muncaster est un peu à l'image de la cousine d'Isadora : habits noirs et cheveux roses.

3coeurs.jpg

 

 

123 p

Harriet Muncaster, Isadora Moon fait des bêtises, 2017

le mois anglais,billet recap mois anglais,angleterre

21/03/2018

Holly Webb, Rose, Série en 4 tomes

webb_rose1.jpg

Grâce à Pedro Pan Rabbit, je me suis régalée avec cette série de 4 romans jeunesse, Rose de Holly Webb. Nous plongeons dans une Londres qu'on imagine au XIXe ou au début du XXe. Le roi tel qu'il était décrit me faisait penser au Prince consort Albert. On retrouve beaucoup d'ingrédients chers aux romans dont l'action se déroule à cette époque : les dures conditions de vie à l'orphelinat, l'espoir de trouver un métier respectable, la vie de domestique, enviable par rapport aux nombreux métiers de la rue mais exténuante au quotidien et faite de rivalités. On peut penser notamment aux romans de Mary Hooper Velvet et Waterloo Necropolis, où de jeunes femmes isolées font leur possible pour continuer à payer une pension, conserver un travail détestable, mais honorable.

Rose et la maison du magicien (286 p) : Rose vit dans un orphelinat où le quotidien est insipide et fait de corvées, mais dont la responsable fait preuve d'humanité et où Rose a une amie. Un jour, elle s'aperçoit qu'elle sait faire apparaître des images sur des surfaces brillantes. Peu de temps après, une gouvernante vient l'embaucher pour travailler au service de Mr Fountain, éminent magicien de la cour. Un roman dans lequel il est aussi question de disparitions d'enfants et d'une sorcière maléfique qui, cette fois-ci, m'a fait penser aux aventures de Penelope Tredwell (Douze minutes avant minuit).

[Pour la suite, spoilers si vous n'avez pas lu le tome précédent]

Rose et la princesse disparue (279 p) : Mr Fountain sait désormais que Rose est une magicienne. Elle continue à travailler comme femme de chambre mais devient aussi son apprentie, au même titre que Freddy, vexé d'être moins doué que sa nouvelle partenaire. La princesse chérie de la nation est menacée et Rose est amenée au palais pour lui servir de garde du corps dans le plus grand secret. Mais la princesse est enlevée et la mission de Rose devient de plus en plus périlleuse. En même temps, un froid polaire s'abat sur Londres et un magicien distribue des boules de neige enchantées qui font une drôle d'impression à la jeune Rose...

Rose et le masque vénitien (250 p) : un masque précieux a disparu au palais. Celui qui le portera pourra acquérir une puissance absolue et il est clair que les Talisiens ont toujours l'ambition d'envahir l'Angleterre. Rose, Freddy, Mr Fountain et sa jeune fille vont partir ensemble à Venise où ils pensent retrouver l'auteur du vol. Une aventure dangereuse pour chacun d'entre eux, et l'occasion d'une rencontre avec une vieille dame, Miss Fell, qui semble avoir des soupçons sur l'identité de Rose.

Rose et le fantôme du miroir (251 p) : Un dernier tome davantage centré sur Rose, même si la menace d'invasion par les Talisiens est dans tous les esprits à leur retour d'Italie. Egalement instruite par Miss Fell, Rose va en apprendre davantage sur son passé.

[Fin des spoilers]

Quatre jolis romans qui se lisent d'une traite. J'ai préféré le premier, pour la découverte de l'univers et le cadre très londonien, et le dernier pour l'intrigue centrée autour de l'identité de Rose après plusieurs complots déjoués. Cependant, chaque livre a ses moments forts et ses aspérités, et c'est aussi le cas du tome 2 avec un hiver de glace fascinant et du tome 3 avec la mystérieuse Venise, cadre idéal pour une lutte entre magiciens. L'intrigue se met aisément en place et si la fin tombe assez rapidement, le plaisir n'est en rien gâché car ce sont avant tout les protagonistes et l'ambiance qui portent ces récits. Les personnages sont bien croqués, complémentaires les uns des autres - et je me suis réjouie de constater que la présence de deux jeunes garçons autour de Rose ne faisait pas prendre un tour mièvre à l'histoire. Une charmante découverte, faite d'amitié, d'entraide, de magie et de nombreux rebondissements.

L'avis de Des livres, des livres ! et de Pedro Pan Rabbit (n'hésitez pas à ajouter vos liens dans les commentaires si vous avez aussi lu cette série).

angleterre,holly webb,série rose,rose et la maison du magicien,rose et la princesse disparue,rose et le masque vénitien,rose et le fantôme du miroir,série rose 4 tomes,challenge british mysteries,british mysteries month

 

 

Holly Webb, Rose, 4 tomes, 2009-2011

angleterre,holly webb,série rose,rose et la maison du magicien,rose et la princesse disparue,rose et le masque vénitien,rose et le fantôme du miroir,série rose 4 tomes,challenge british mysteries,british mysteries month

06/11/2017

Sibéal Pounder, T2, Malicia Peps et la Sorcière Suprême

pounder_maliciap peps tome 2.jpgAprès Concours à Canal Sorcière, dans lequel la jeune Malicia découvre qu'elle est une sorcière et rejoint leur pays, Goutteterre, voilà une deuxième aventure tout à fait dans l'esprit de la première.

A l'issue du premier tome, la nouvelle amie de Malicia, Peggy, est devenue sorcière suprême de Goutterre, au détriment de Félicité Noctule, sordide enfant qui n'accepte pas sa défaite et compte bien gouverner ses congénères. Alors que Malicia passe des vacances avec sa toute nouvelle famille adoptive, elle apprend que Peggy a disparu. Tout ce deuxième roman portera sur la recherche de Peggy et la lutte contre Félicité Noctule, qui n'a pas dit son dernier mot.

Un roman toujours aussi rafraîchissant qui se laisse dévorer en un rien de temps, même s'il ne bénéficie plus de l'effet de surprise du premier tome. L'univers créé par Sibéal Pounder est très original et fabuleusement illustré par Laura Ellen Anderson. Néanmoins, avec un peu d'objectivité, ce roman est en quelque sorte un "bis" du premier puisque Malicia et ses compagnons de route sillonnent le monde de Goutteterre à la recherche de Peggy, tout comme elles l'ont fait pour gagner la guerre des sorcières. Cela n'empêche pas cette lecture de rester très plaisante, d'autant plus que certains endroits imaginés par Sibéal Pounder méritent bien plusieurs visites. Et puis, tout de même, on apprend qui est la mère de Malicia. On pressent vite que le troisième tome tournera du moins en partie autour d'elle. 

J'aurais adoré découvrir ce roman vers 9 ou 10 ans. J'étais déjà une grande lectrice (peut-être plus encore) et je raffolais de ce type de roman. J'ai beau avoir emprunté cette série à la médiathèque, j'ai en tête de l'offrir dans quelques années à Petite Lou, qui, pour l'instant, semble partager mon amour des livres - une contagion familiale qui sévit génération après génération.

Voyons si je parviens à lire le 3e tome avant la fin du challenge Halloween !

253 p

Sibéal Pounder, T2, Malicia Peps et la Sorcière Suprême, 2015

challengeHALLOween04.png

23/10/2017

Sibéal Pounder, Malicia Peps, T1, Concours à Canal Sorcière

 Sibéal Pounder, Malicia Peps, T1, Concours à Canal Sorcière  / Illustrations de Laura Ellen Anderson, challenge halloween, challenge halloween 2017, sorcieresJ'ai lu le 1er tome de Malicia Peps Concours à Canal Sorcière, en début d'année. J'aurais dû le chroniquer de suite (d'ailleurs c'était l'intention, mais c'est comme ça que des livres lus un ou deux ans plus tôt en vue d'un challenge ne sont jamais présentés). Bref, je viens de dévorer le tome 2 et, celui-ci me laissant avec moult questions en attente, j'ai profité de mon après-midi libre pour aller emprunter le tome 3.

Malicia Peps est une orpheline vivant avec une vieille femme acariâtre qui la tyrannise. Mais un jour, une fée lui demande de la suivre dans un autre monde en empruntant une canalisation. Ni une, ni deux, voilà Malicia aspirée dans un univers qui n'est pas le sien. Tout y est noir et blanc, les canalisations innombrables qui peuplent le cible laissent tomber quelques gouttes, expliquant l'humidité qui règne en ce pays. Au-dessus de chaque filet d'eau, il y a une canalisation qui mène à une maison d'En-Haut (p 23).

Un paysage tout en noir et gris, sans la moindre touche de couleur, s'offrait à elle. Mais rien n'y était fade ou triste, bien au contraire. Émerveillée, Malicia aperçut au-dessus de sa tête des nuages noirs et duveteux, comme bordés d'argent. Les étals qui s'étendaient à perte de vue, les vertigineux bâtiments construits en pierre lisse étaient noirs également. De minces filets d'eau coulaient depuis le ciel, mais ça ne ressemblait pas à de la pluie : on aurait dit que quelqu'un, là-haut, n'avait pas bien fermé un robinet (p 19).

Malicia n'est pas au bout de ses surprises et découvre qu'elle doit participer à la guerre des sorcières. La gagnante deviendra sorcière suprême et règnera sur Gouteterre pendant plusieurs années.

Cette série n'est pas loin d'être un coup de coeur. Je regrette de ne pas avoir eu la chance de la découvrir très jeune lectrice car j'aurais adoré. Je pense que j'offrirai la série à mes filles lorsqu'elles seront en âge de la lire.

L'auteur fait preuve d'une imagination débordante et nous livre un monde hautement original, où la magie du quotidien nous fait aller de surprise en surprise, par exemple lorsqu'une petite chaussure peut devenir une splendide maison ou le Grand départ de méchantes sorcières expliquer le vol des couleurs de Goutteterre. 

Soudain, tous les rayonnages se mirent à trembler, et un BANG ! retentit : aussitôt, les couvertures de tous les ouvrages prirent des teintes chatoyantes, turquoise, orange et violet, et de délicates gravures apparurent (p49-50).

Comment expliquer les visages cabossés et les vilains boutons des sorcières : En temps normal, les sorcières sont telles que tu les vois ici. C'est le voyage jusqu'à ton monde qui les transforme ! Pour venir vous voir, elles passent par les canalisations ! (p23)

L'action est rythmée, les péripéties s'enchaînent. Au passage, Malicia se fait des amies et des ennemies, tout autant de personnages pleins de relief. Difficile de faire un billet après plusieurs mois mais force est de constater qu'en lisant le tome 2 je me suis souvenue de l'essentiel du tome précédent... c'est un signe !

Enfin, tout comme Amandine Malabul ou les Sacrées sorcières de Roald Dahl, ce roman est accompagné d'illustrations exquises qui contribuent à créer tout un univers. Un régal pour les yeux !

 

4coeurs.jpg

 

 

255 p

Sibéal Pounder, Malicia Peps, T1, Concours à Canal Sorcière  / Illustrations de Laura Ellen Anderson, 2015

challengeHALLOween04.png

20/10/2017

Room on the broom (Film d'animation)

 film_room on the broom.jpg

Pour la séance ciné d'aujourd'hui, je vous présente un film d'animation coup de coeur du blog !

Room on the broom est adapté d'un roman de Julia Donaldson & Axel Scheffler dont je vous ai parlé l'année dernière. C'est devenu un classique dans les pays anglo-saxons, tout comme Gruffalo, autre création des mêmes auteurs.

album_Room on the Broom2.jpg

Image Pinterest

Synopsis : une sorcière s'envole sur un balai avec son chat ... jusque-là, rien de bien nouveau. Mais la voilà qui perd son chapeau, son ruban, sa baguette magique et qui a chaque fois, les retrouve grâce à un nouvel animal. Au fur et à mesure de son périple, elle emmène de plus en plus de monde sur son balai - malgré l'opposition de son chat.

Derrière elle, un dragon aimant les sorcières aux frites a flairé sa piste et compte bien la dévorer pour dîner...

Ci-dessous plusieurs scènes, dans l'ordre a priori :

film_roomonthebroom-09.jpg

film_room on the broom 05.jpg

film_room on the broom 03.jpg

film_room on the broom 12.jpg

fillm_room on the broom 06.jpg

film_room on the broom 08.jpg

film_roomonabroom02.jpg

film_room on the broom 11.jpg

film_room_on_the_broom_01jpg.jpg

J'ai vu plusieurs fois ce film d'animation et force est de constater qu'il s'agit d'une adaptation très réussie.

Le texte à rimes du livre d'origine est parfaitement respecté, mais enrichi par les mimiques des personnages, leur personnalité, ainsi que les petites scènes qui se jouent à chaque arrêt de la sorcière.

Les paysages sont superbes, surtout le marécage qu'on ne voit malheureusement pas sur ce billet.

Les voix, excellentes... il faut dire qu'il ne s'agit pas de n'importe qui : Simon Pegg pour le narrateur ou encore, Gillian Anderson.

D'un livre court surtout porté par la musique du texte, les réalisateurs ont fait une histoire à part entière, avec des personnages drôles et attachants.

A découvrir sans plus tarder !

4,5coeurs.jpg

 

 

Room on the broom, Film d'animation réalisé par Max Lang et Jan Lachauer, 2013

challengeHALLOween04.png

16/10/2017

Jill Murphy, La Sorcière a des ennuis

murphy_amandine malabul T2.jpgJe suis tombée par hasard à la médiathèque sur cette série que j'avais lue et relue enfant. J'ai pris un tome au hasard mais je relirais volontiers les autres tomes également.

De retour pour un nouveau trimestre à l'école des sorcières, Amandine Malabul espère ne pas s'attirer de nouveau des ennuis après avoir été vertement sermonnée par ses parents. Il faut dire que la jeune sorcière n'est pas un exemple de bonne conduite et a un talent certain pour s'attirer des problèmes. Cette fois-ci, on lui demande d'accueillir Isabelle, une nouvelle recrue. Malheureusement pour Amandine, sa nouvelle compagne est loin d'être sage et ne tarde pas à entraîner notre charmante héroïne dans de nouvelles mésaventures.

De la classe de chant à l'épreuve de sport, en passant par la cérémonie en l'honneur de la Directrice, les occasions ne vont pas manquer pour embarrasser Amandine, menacée d'expulsion.

murphy_amandine malabul t2bis.jpg

Une retrouvaille bien sympathique, même s'il est difficile de profiter autant d'un roman pour enfant qu'on ne le faisait à 7 ou 8 ans. Petite madeleine de Proust et moment de nostalgie que cette lecture. On aime les personnages tranchés, les aventures rigolotes et surtout (mon meilleur souvenir), le coup de crayon de Jill Murphy.

Une sorcière à ne pas manquer en ce challenge Halloween consacré aux sorcières.

L'avis d'Alexielle.

LC du jour : Rendez-vous Sorcellerie- Romans adultes ou jeunesse au choix

3coeurs.jpg

 

 

116 p

Jill Murphy, Amandine Malabul, T2, La Sorcière a des ennuis, 1980

logo challenge halloween 2017v3.jpg

17/07/2017

Sophie Kop-Terrade, Un chat sous ma fenêtre

kop_terrade_chat sous ma fenetre.jpgIl y a quelques mois, j'ai été interpelée par un commentaire de Sophie Kop-Terrade en ligne, qui a attiré mon attention sur son premier roman jeunesse, Un chat sous ma fenêtre. Cryssilda a présenté ce livre peu de temps après sur son blog et, ayant vu que je m'intéressais à son roman, Sophie Kop-Terrade a eu la gentillesse de m'en faire parvenir un exemplaire dédicacé pour mes deux princesses. Je le leur mets précieusement de côté pour dans quelques années.

Un chat sous ma fenêtre a pour héroïne la jeune Emily, qui peine à se remettre du décès de sa grand-mère malgré les mois qui passent. Toute la famille est très affectée et la jeune fille traîne tout le temps au cimetière. Un jour, un petit chat noir avec trois poils blancs dans le creux du cou miaule devant sa maison. Voilà Chouchou, qui va se faire de suite adopter et ramener un peu de vie et de joie au sein du foyer. En parallèle, Emily se lie d'amitié avec M. Mouche, un SDF qui lui aussi passe ses journées au cimetière.

Mais voilà qu'un jour Chouchou disparaît. Un nouvel équilibre se crée, notamment grâce à M. Mouche, lui aussi adopté par toute la famille. Mais ni Emily ni ses parents n'oublient leur compagnon félin...

Une jolie histoire à destination des adolescents, agréablement écrite et plaçant les valeurs d'ouverture et de générosité au centre du récit. En ce sens, même si on passe beaucoup de temps entre les tombes et que la famille d'Emily ne se remet pas du départ de sa grand-mère, Un chat sous ma fenêtre a des allures de feel good novel. Sans être pour moi le coup de coeur qu'il a été pour Cryssilda (j'ai souvent du mal à m'immerger dans les romans adolescents et les interventions divines ainsi que le contexte d'une éducation religieuse ne me parlent pas trop), c'est un roman qui ne manque pas de charme et une lecture que j'ai bien appréciée.

Merci beaucoup pour la découverte !

L'occasion pour moi de participer au challenge Feel Good de Soukee.

135 p

Sophie Kop-Terrade, Un chat sous ma fenêtre, 2015

feel good01.png

07/06/2016

Jane Austen & Becca Stadtlander, Pride and Prejudice retold

austen_stadtlander_pride and prejudice.jpgJe n'étais pas du tout partie pour présenter ce petit livre lors du rendez-vous du Mois anglais consacré à Jane Austen mais, faute d'organisation, j'ai finalement choisi de le relire et de vous en parler enfin - car je l'avais découvert à sa sortie sans faire de billet.

Classics Unfolded est une petite collection assez étonnante à destination de la jeunesse. Le but est de présenter une oeuvre classique en quelques pages illustrées.

Le format est déjà original en lui-même : un étui à l'intérieur duquel se trouve un fascicule cartonné replié en éventail.

austen_stadtlander_pride and prejudice01.jpg

Photo Copyright MyLouBook

Le fascicule comprend quant à lui 16 pages. La première introduit les personnages principaux. La dernière comprend un résumé de l'histoire et de ses thématiques à lire en 30 secondes environ. Enfin, les autres pages reprennent les temps forts du roman à travers des scènes illustrées. Chaque scène est accompagnée d'un extrait du roman et d'une petite phrase résumant très succinctement l'évènement clef concerné.

austen_stadtlander_pride and prejudice02.jpg

Photo Copyright MyLouBook

Voilà une bien jolie collection. Ce Pride and Prejudice retold séduira forcément les janéites car c'est un bel objet. J'ai trouvé le principe inventif et l'idée bien exécutée, même si évidemment, pour résumer Pride and Prejudice en quelques dessins, on oublie beaucoup de personnages et moult scènes qui font la richesse du roman. L'ouvrage a le mérite d'introduire l'oeuvre et, il faut l'espérer, doit normalement donner envie de découvrir le texte d'origine. Ma petite lectrice en herbe a été très intriguée par le format en me voyant déplier cette feuille cartonnée. Il a fallu que nous regardions ensemble toutes les images et elle me demandait qui étaient les personnages... malgré son très jeune âge qui ne lui permet pas de retenir grand-chose de ce type de récit (même si elle a adoré s'essayer à prononcer quelques mots anglais et a apparemment retenu le nom "Bennet") je trouve cela plutôt encourageant.

A l'origine, j'avais découvert cette collection alors que je cherchais des adaptations d'Alice in Wonderland, mais finalement j'ai opté pour ce titre-ci. J'étais tentée également par The Secret Garden que j'avais adoré petite mais que j'ai complètement oublié. Je me demande tout de même quelle impression on peut avoir d'une oeuvre en la découvrant de cette façon. Est-ce suffisant pour inciter à la lire ? Ou est-ce plutôt un objet à collectionner qui séduira surtout les lecteurs déjà convaincus ? Pour un jeune public, il me semble que ce livre peut plutôt servir de support lors d'une lecture avec un proche qui pourra enrichir cette base avec ses souvenirs de l'oeuvre présentée.

Une jolie découverte en tout cas !

Jane Austen & Becca Stadtlander, Pride and Prejudice, classics unfolded, mois anglais, mois anglais 2016, jane austen

 

 

16 p

Jane Austen, Pride and Prejudice Retold in pictures by Becca Standtlander, 2015 

Jane Austen & Becca Stadtlander, Pride and Prejudice, classics unfolded, mois anglais, mois anglais 2016, jane austenJane Austen & Becca Stadtlander, Pride and Prejudice, classics unfolded, mois anglais, mois anglais 2016, jane austen

01/06/2016

Mary Hooper, Velvet

hooper_velvet.jpgC'est avec un bon petit roman néo-victorien que je vais inaugurer mes chroniques de ce Mois anglais, cuvée 2016 ! J'avais prévu d'en parler plus tôt et de présenter un autre roman à la place mais finalement, quoi de mieux qu'un de mes genres favoris pour débuter notre traditionnel périple du mois de juin?

Londres, début du XXe (une association d'emblée prometteuse). Velvet a perdu sa mère et laissé son père détesté se noyer un soir où il la pourchassait. Elle travaille dans une blanchisserie, un métier très éprouvant physiquement, jusqu'au jour où une cliente lui propose une place chez elle. Elle va ainsi s'installer au domicile de Madame Savoya, medium très réputée intervenant dans des démonstrations publiques et recevant chez elle des personnes fortunées, en groupe ou lors de séances privées.

Velvet va ainsi découvrir le monde du spiritisme en devant la dame de compagnie de la jeune et belle Madame Savoya et, petit à petit, elle va intervenir auprès de la clientèle. La jeune fille est conquise par son nouvel environnement : par le charme de Madame Savoya, ses tenues raffinées et le sérieux avec lequel elle traite son don de spirite ; mais aussi en raison de l'autre assistant, le séduisant George, qu'elle ne semble pas non plus laisser indifférente.

Néanmoins, avec le temps qui passe, Velvet va commencer à remettre en question le sérieux des grands spirites de l'époque... jusqu'à douter de Madame Savoya elle-même.

Porté par des héros aux personnalités affirmées, ce roman jeunesse est un vrai régal pour qui s'intéresse à la thématique du spiritisme en Angleterre à l'époque où celui-ci était particulièrement en vogue. [Spoilers à la suite] Mary Hooper est partie de sa propre expérience des cercles spirites et, n'ayant jamais été convaincue du résultat, elle a choisi ici de mettre particulièrement en avant les anarques des mediums, les trucages employés et les moyens utilisés pour soutirer de grosses sommes à des clients en deuil. Mary Hooper s'est ainsi beaucoup documentée et conclut : l'information capitale fut sans doute que tous les médiums de l'époque ont été accusés d'escroquerie, à l'exception d'un seul (p317-318) [Fin des spoilers].

Si le spiritisme est le principal sujet, une autre thématique est abordée à travers le sort des enfants de filles mères, confiés à des nourrices coupables de négligences, voire de maltraitance ou de meurtres. Dans les notes à la fin de l'ouvrage, on signale une loi de 1864 stipulant que la responsabilité des enfants illégitimes incombait à la mère seule. Les réformes ont été lentes car les législateurs ne souhaitaient pas violer cette idéal victorien que représentait la sanctification de la famille (p 320).

Velvet est un roman passionnant que j'ai dévoré - impossible de me coucher avant d'avoir tourné la dernière page. Outre les personnages bien campés, les rebondissements de l'histoire de Velvet et l'ambiance générale très réussie, ce livre présente un vif intérêt sur le plan historique en retraduisant habilement l'époque. Mary Hooper s'est appuyée sur des recherches solides - dont elle nous fait part à la fin - et est parvenue à distiller avec à-propos tout au long du roman les informations obtenues. Un grand plaisir de lecture !

Merci encore Titine pour ce beau cadeau ! 

mary hooper,velvet,londres,editions les grandes personnes,challenge british mysteries,british mysteries,le mois anglais,mois anglais 2016,epoque victorienne,spiritisme,londres victorienneLu dans le cadre de la Lecture commune du Mois anglais et du Blogoclub de Lecture ayant pour thème " Londres". Et c'est également une nouvelle participation au challenge British Mysteries.

325 p

Mary Hooper, Velvet, 2011

mary hooper,velvet,londres,editions les grandes personnes,challenge british mysteries,british mysteries,le mois anglais,mois anglais 2016,epoque victorienne,spiritisme,londres victoriennemary hooper,velvet,londres,editions les grandes personnes,challenge british mysteries,british mysteries,mois anglais,mois anglais 2016,epoque victorienne,spiritisme,londres victorienne

23/01/2016

P. L. Travers, L'extraordinaire voyage de Sabrina

pamela lyndon travers, mary poppins, auteur de mary poppins, extraordinaire voyage de sabrina, littérature anglaise, littérature anglaise deuxième guerre mondiale, classiques jeunesse, classiques jeunesse anglaisVoilà une bien jolie édition pour mettre à l'honneur P. L. Travers, l'auteur de Mary Poppins, à travers un roman inédit en France.

Ecrit à la première personne, à travers le journal de Sabrina Lind, ce récit est celui de deux enfants anglais arrachés à leur pays et au domaine familial en raison de la guerre et de la menace des bombardements. Sabrina et son frère partent ainsi pour l'Amérique chez un oncle et une tante vivant dans la région de New York. Le lecteur les suit alors qu'ils vivent encore chez eux, avant de les accompagner en mer pendant quelques semaines (première moitié du roman) et d'assister à leur installation aux Etats-Unis.

La guerre s'inscrit en toile de fond mais semble souvent distante. Malgré leur patriotisme et leur amour de leur pays, Sabrina et James sont avant tout des enfants qui cherchent à se divertir et à trouver des façons de s'évader au quotidien. Issus d'une classe privilégiée, ils ont la chance de mener une vie facile aux luxes les éloignant d'autant plus des préoccupations de guerre, même si leurs pensées se tournent régulièrement avec mélancolie vers l'Angleterre, leurs parents et amis.

Les protagonistes sont attachants et j'ai pris plaisir à suivre leur parcours, même si j'ai trouvé plus d'intérêt à la partie américaine, à travers certains aspects historiques notamment. Les enfants font quelques visites extraordinaires, comme celle de l'exposition universelle, dont la description a suscité ma curiosité. Un roman finalement assez joyeux et touchant, joliment illustré par Gertrude Hermes, auquel il a cependant manqué peut-être un peu de profondeur pour que je parvienne à complètement me laisser emporter. Un livre à recommander sans hésiter aux lecteurs de l'âge de James et Sabrina (neuf et onze ans) mais qui ne traverse pas aussi bien l'épreuve des années - je trouve - que d'autres classiques pour enfants (par exemple Moonfleet ou Papa Longues Jambes).

Lu en partenariat avec les éditions Zethel, au catalogue très prometteur, à suivre...

3coeurs.jpg

 

 

235 p

P. L. Travers, L'extraordinaire voyage de Sabrina, Copyright 1941 (1ère publication en Grande Bretagne en 2015)

pamela lyndon travers,mary poppins,auteur de mary poppins,extraordinaire voyage de sabrina,littérature anglaise,littérature anglaise deuxième guerre mondiale,classiques jeunesse,classiques jeunesse anglais

20/10/2015

Hubert Ben Kemoun, Halloween, pire qu'Halloween!

ben_kemoun_halloween pire qu halloween.jpgUne nouvelle curiosité découverte en farfouillant dans les rayons de la médiathèque. Halloween, pire qu'Halloween ! Comment ça, Halloween pourrait être encore pire ? Mais que cherche-t-on à nous faire croire ?

L'histoire : Alexandre et Gaspard se sont déguisés cette année en affreux monstres dégoulinants pour partir en quête de bonbons. Jusque-là, classique, me direz-vous. Jusqu'au moment où les enfants décident de faire un grand détour pour aller menacer selon la tradition le marchand de bonbons. Pas bête ! Mais alors qu'ils montent jusqu'à son appartement, les enfants se rendent compte qu'ils sont en route pour le 6e étage... d'un immeuble qui n'en compte que cinq ! C'est alors que les ennuis commencent, lorsque les garçons atterrissent dans une fête très, très privée. Sauront-ils être crédibles en monstres parmi leurs « pairs »?

ben_kemoun_halloween pire qu halloween2.jpg

Un texte léger mais amusant, qui ne se veut pas effrayant mais plutôt humoristique, en dépit de son assortiment de monstres faits pour tous les goûts. Si vous voulez voir Dracula draguer une immonde vieille sorcière en lui faisant miroiter ses caveaux, c'est par ici ! Presque mignon et servi par des illustrations très réussies. Un livre qui devrait plaire à vos petits monstres...

3coeurs.jpg

 

 

Hubert Ben Kemoun, Halloween, pire qu'Halloween !, 2003

halloween2015.jpg

 

12/10/2015

Christos & Amélie Callot, Les Enquêtes Surnaturelles de M. Voltaire

christos_callot_enquete m. voltaire 02.jpgAujourd'hui, partons à la rencontre de M. Voltaire, le chien détective au flair inégalé, toujours amené à faire des enquêtes hors du commun. Trois tomes ont été publiés pour l'instant, tous étant indépendants les uns des autres.

Dans le tome 2, Le Chat à neuf queues, M. Voltaire voyage sur une route lugubre par temps d'orage et se voit contraint de demander l'hospitalité aux habitants d'un inquiétant manoir. On lui fait part sur place de la disparition mystérieuse des trois filles de la famille. A partir de plusieurs portraits, M. Voltaire trouve les indices qui lui permettront de deviner ce qui leur est arrivé.

christos_callot_enquete m. voltaire 03.jpgDans le tome 3, Mystère au Cimetière, M. Voltaire se rend en Italie pour comprendre la provenance de bijoux en os, qui font fureur auprès des coquettes. Les ossements très anciens qui les constituent pourraient provenir des tombes de personnalités locales, auquel cas un scandale ne manquerait pas d'éclater. Sur la base d'une enquête terrain et d'une série d'interrogatoires, le célèbre limier trouve une fois de plus la solution.

Je n'avais pas lu le premier tome, c'était donc une découverte pour moi. Dans l'ensemble, j'ai passé un bon moment. L'intrigue est assez simple et dans le tome 2, j'ai trouvé la solution un peu tirée par les cheveux. J'attendais aussi un peu plus d'humour (la fatuité de M. Voltaire n'a pas suffi à me faire rire). L'écriture est en revanche soignée, voire assez recherchée, ce qui me semble être un vrai plus pour cette série jeunesse qui met la barre assez haut (malgré quelques coquilles remarquées sur le tome 3, c'était presque trop parfait). Le gros atout de cette série tient aux illustrations, nombreuses et détaillées, qui accompagnent le déroulement du récit. A noter un beau format papier glacé, épais... un vrai plaisir lors de la lecture. Bref, une découverte charmante que je garde précieusement pour Baby Lou dans quelques années, même si j'ai un peu passé l'âge pour pleinement en profiter.

Une LC partagée avec Hilde qui a quant à elle été captivée par l'intrigue et a tout autant apprécié les illustrations.

christos_callot_enquete m. voltaire 02 bis.jpg

Env. 150 p

Christos & Amélie Callot, Les Enquêtes Surnaturelles de M. Voltaire, 2014 (Tome 2) / 2015 (Tome 3)

On vous propose de gagner le tome 3 dans le cadre du challenge Halloween. Ça se passe par ici !

halloween2015.jpg