Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2007

What if ?

96e202f797947d3b000ca1dba2193e6b.jpgA la demande de Caro[line], voici encore quelques révélations sur moi…

4 métiers que j'aurais aimé exercer


- A trois ans, j’ai subitement voulu être décoratrice. Je suppose que je n’imaginais pas que ça voulait dire que je passerais la moitié de la semaine à regarder les photos de vieux salons défraîchis pour aider leur heureuse propriétaire à trouver « LE » rideau qui ajouterait « LA touche finale » à cet ensemble honteusement réussi. Mais l’idée de peindre des fresques, de mettre des tentures dans tout un salon et de le transformer en petit palais me disait bien.

- A 5 ans j’étais déjà plus pragmatique. Je m’étais prise d’affection pour le vieux gendarme qui nous faisait traverser la rue devant la maternelle. C’est pour accomplir comme lui des missions dangereuses mettant en avant tout mon courage de jeune aventurière que j’ai décidé de faire « policier ». ça n’a pas duré longtemps, mais suffisamment pour que toute ma famille se divertisse à mes dépends en raison de ma réorientation radicale !

- Après j’ai eu ma phase adolescente : j’ai voulu vaguement chanter, être actrice… cette phase trouve son achèvement aujourd’hui dans le petit espoir qui me reste, à savoir réussir à publier à côté de mon travail.

- Et quelque chose m’a fait envie pendant assez longtemps : en 5e, sachant en mon for intérieur que ma carrière d’actrice était déjà fort compromise, j’ai décidé de devenir d’abord professeur d’anglais, puis, m’apercevant rapidement de mes limites en termes de pédagogie, j’ai songé à devenir Professor dans une université anglaise ou américaine, enseignant la littérature française et passant le plus clair de mon temps à faire des recherches sur les auteurs victoriens. Je vous l’accorde, c’était peut-être réalisable en se donnant quelques moyens. Mais finalement, j’ai trouvé mon bonheur ailleurs. Comme quoi, la vie vous réserve toujours de belles surprises !

- Et il y a un 5e métier : libraire, dans une petite boutique comme celle de Meg Ryan dans « you’ve got mail », avec des étagères en bois, une porte vitrée teintant lorsque quelqu’un entre, des séances de lecture, un coin pour les enfants et un petit coin salon pour prendre le thé avec mes habitués. Pourquoi pas dans 20 ans quand je voudrai me reconvertir ?


6eb750b91179811a49c8985210b181be.jpg4 lieux où je suis allée


-Aux pieds de la Statue de la Liberté, j’ai crié mon indignation en trouvant son socle maculé de chewing-gum.

-A Tolède, où la découverte de ma première relique à l’âge de 6 ou 7 ans m’a fait comprendre avec horreur que « poussière, nous redeviendrons poussière » n’était pas au figuré… ce qui m’a valu de sacrés cauchemars par la suite !

- Dans le métro à Paris un jour de grève, ce que je ne recommande à personne souhaitant un tant soit peu rester sain d’esprit.

- Au musée Tussaud à Londres, où la chambre des horreurs m’a bien plus traumatisée l’été dernier que lorsque je l’avais vue à 14 ans. Sans doute le nouvel effet « noir- éclair vert blafard et bruit d’orage ». J’ai eu la mauvaise idée de lire le soir même l’histoire des tueurs présents dans la salle en question et j’avoue que le fait de me sentir si près des lieux où ils avaient commis leurs méfaits m’a fait froid dans le dos !


3432ecb67190b20eb4f99cfde6ed5c78.jpg4 endroits où j'aimerais vivre

-A Madrid, si possible toujours dans le centre avec une super vue sur un des axes principaux. Simplement, cette fois-ci, j’aimerais bien un appartement sans cafards.

-A Londres, pour suivre les pas de Dickens, lire un Wilkie Collins dans un pub autour d’un (bon) lamb sauce mint tandis que le brouillard londonien enveloppe tout autour de nous.

-A San Francisco, dans une maison semblable à celle de Mouse dans les Chroniques de San Francisco. Je ne connais pas encore la Californie mais je pense qu’une fois sur place, j’aurai du mal à en revenir.

-A la Nouvelle Orléans, dans une de ces anciennes maisons du quartier français. Pour lire mes Anne Rice en faisant crisser mon rocking-chair sous le porche.


4 endroits où j'aimerais aller

-A Hogwarths, pour rencontrer le professeur Snape, dont je suis une grande admiratrice. Tant qu’il ne me change pas en cochon d’Inde je serai persuadée que notre rencontre aura été tout ce qu’il y a de plus réussie !

-A Londres en 1880. Prendre le premier métro, faire mes emplettes sur Oxford Street et ouvrir une maison d’accueil pour des familles de l’East End…

-A Madrid, dans le quartier de Chueca où j’ai déjà vécu… le temps d’un tournage d’Almodovar, même si on n’a pas besoin de Pedro pour vivre des aventures rocambolesques dans ce quartier gay où des travestis et des trans au grand cœur partagent volontiers leurs joies et leurs peines de coeur autour d’une petite bière.

- Chez Alberto Manguel pour découvrir son immense bibliothèque…


4 mets que je ne mangerais jamais


Je ne suis pas difficile mais il faudrait que je sois à deux doigts de mourir pour avaler : du cheval, du serpent, des insectes ou des abats (hormis une ou deux exceptions, et encore !).


4 livres que je relirai


Difficile à dire… j’ai déjà répondu il y a quelques mois mais je suppose que ma réponse changerait aujourd’hui. Ou non, peut-être pas :

Virginia Woolf, Mrs Dalloway

Dickens

Michael Cunningham, The Hours

John Kennedy Toole, la conjuration des imbéciles

Et évidemment Baudelaire

Suivront ceux qui voudront !

14/07/2007

Infidèle

Une fois de plus, me voilà absente de vos blogs et bien silencieuse par ici ! Contrairement à l’héroïne de Barbara Pym (Mildred si je me souviens bien d’elle), je n’arrête pas depuis que j’ai commencé mon stage. Je ne m’en plaindrai pas – au contraire – mais mes lectures en pâtissent sérieusement. Quant au taux de fréquentation de mon pc, il est pour ainsi dire proche de zéro : une fois de retour chez moi, je n’ai pas le courage d’allumer à nouveau un ordinateur et préfère somnoler confortablement devant la télé, prendre un pot, voire directement m’effondrer sur mon oreiller (qui soit dit en passant est subitement devenu mon meilleur allié).

J’ai pourtant essayé de ne pas vous abandonner lâchement : certains vont partir en vacances, peut-être qu’une de mes lectures aurait mérité d’être partagée. Eh non, mademoiselle Lou est si lente qu’elle risque de se priver d’un énorme coup de cœur et, ce faisant, de vous épargner une nouvelle déclaration enflammée sur ce blog. Et pour les esprits tordus qui préfèrent mes lettres assassines (n’est-ce pas Flo ?;o)), je vais devoir décevoir vos attentes pendant un certain temps. Car j’ai décidé de suivre les préceptes de mon guru du moment et de planter sur le champ le premier livre qui montrerait le moindre signe de mauvaise volonté. Quid de mes lectures, donc ?

Après les aventures de Mildred, j’avais une folle envie de lire en anglais. Oui mais là, problème ! Tous mes livres étaient : 1) des pavés qui allaient à l’encontre de tout sens pratique pour la victime lambda des transports en commun ; 2) trop sérieux ; 3) écrits trop petit.

27940631a3550ea3c79b11ec3309d2ef.jpgJ’ai donc lu 28p de The Sea de John Banville. Le temps d’un aller-retour en métro. La couverture est magnifique, le résumé ne l’est pas moins. Malheureusement pour John, une fois arrivée chez moi, mon premier geste a été de chercher une lecture plus appropriée aux transports en commun. Un peu plus d’action ? Un peu d’humour ? Moins d’efforts stylistiques ?

3a4a67fe1d7ad6f6eb23aa5df84c2c84.jpgToujours est-il que je suis partie le lendemain serrant contre moi The Complete Polysyllabic Spree de Nick Hornby. Je l’ai également abandonné à la page 42, mais s’il s’y prêtait un peu plus. J’ai retenu pour l’instant que : j’ai le droit de lire des trucs bêtes ; j’ai le droit d’abandonner ces trucs bêtes ; j’ai le droit de ne pas m’infliger une lecture assommante conduisant à une mort assurée ; j’ai le droit d’adapter mes lectures à mon humeur, en l’occurrence, celle de quelqu’un qui aimerait ne pas trop réfléchir une fois sortie du bureau. Nick parlant un peu trop de lui et restant beaucoup trop évasif sur les livres qu’il commente – car il s’agit de ses chroniques de lecteur, j’ai décidé de chercher plus facile encore avant de lire un ou deux chapitres supplémentaires du Polysyllabic Spree.

7ef6c74ce66503e10f9465d1dbb9f8fb.jpgCe qui m’a ramenée à une valeur sure : Harry Potter. Et pas n’importe lequel : le premier. Ne croyez pas que je comptais recommencer tout de suite avec un petit 700 pages plein de combats. Non, non. Je commence en douceur, avec de l’humour, des enfants on ne peut plus adorables et un texte fluide qui me rappelle les heures passées à lire Roald Dahl il y a 15 ans. Et pour bien enfoncer le clou, je suis allée voir le film hier soir et j’attends avec impatience l’arrivée du dernier qui va sans doute me briser le cœur dans deux semaines.

Sur ce, je vous souhaite un excellente soirée… je négocie ferme avec M. Lou pour aller voir le feu d’artifice à Paris (je n’étais jamais là le 14 juillet) ; quant au bal ensuite, je crois que je peux déjà faire une croix dessus… mais ça ne m’empêchera pas de déployer quantité de sourires et de battements de cils désespérés pendant le dîner pour tenter de convaincre le protagoniste incriminé !

20:35 Publié dans Lou's world | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |

30/06/2007

Oreilles pointues garanties

Qui êtes-vous ? Pour le savoir, vous pouvez éventuellement passer chez Anjelica ou directement !

de1419e172c1351a9f39fa79e6ef4203.jpg Voici mon résultat :

ELF

You are an elf. An elf is like a human but much fairer and pure. Elves are usually tall, with pointed ears, and resemble humans very closely, but elves are usually much more beautiful. Elves are a distant race. They prefer to keep to themselves, because often, many of them feel that their race is superior to humans. Elves symbolize wisdom, prudence, love, and hope. They are very merry and happy. They are forever young and delight in music. They are natural artists as well.

Bon, je ne suis pas exactement une grande blonde supérieure et tout et tout, mais si je peux toujours rester jeune, ça me va ;o)

07:20 Publié dans Lou's world | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | |

24/06/2007

Taggée !

376cd86e448533d292c528ea06ce0ca6.jpgA la demande de Caroline et du Bibliomane (dont j'ai vu la demande un peu tard... encore mille excuses!), je vais vous révéler quelques vérités insoupçonnées sur moi. J’avais déjà révélé quatre petits secrets il y a quelques mois… à ce rythme-là je n’aurai bientôt plus de secrets pour vous ;)

L’une de vous ayant présenté ses vérités sous formes de comparaisons, je me permets de reprendre la même tournure pour changer un peu de mes premières confessions. Merci à mon inspiratrice !

Comme Catherine Morland (Northanger Abbey), j’ai une forte tendance à être gauche et ridicule devant un charmant gentilhomme. Heureusement, Mr Lou et moi avons commencé à échanger des lettres avant de nous rencontrer. Ouf ! Tout finit bien. Et ils vécurent heureux...

Comme Mrs Dalloway, je suis une maniaque des réceptions. Mon obsession ne se concentre pas sur la tenue parfaite d’un bouquet de fleurs ou l’éclat scintillant du cristal, mais je me perds en conjectures avant de choisir soigneusement mes invités pour éviter les incompatibilités d’humeur. Sans parler de la minutie avec laquelle je m’acharne sur la présentation des assiettes de petits fours. Damn it !

Comme Virginia Woolf je tiens (à l’occasion) mon journal. Comme Bridget Jones ça ne donne pas grand-chose (mais pour de toutes autres raisons).

Comme Lucie Westenra, je suis fascinée par Dracula et les vampires. Contrairement à elle, je n’irai pas me balader en chemise de nuit dans un cimetière, qu’il ait ou non vue sur la mer.

Comme les héroïnes de Desperate Housewives, je suis curieuse et aime bien savoir ce qui se passe près de chez moi.

Mais comme Sigourney Weaver dans Working Girl, je n’aspire pas à passer mes journées à me tourner les pouces dans une belle maison.

Et enfin, comme pour beaucoup, Mr Darcy est l’un de mes héros masculins préférés.

21/06/2007

Dilemme

Ce week-end je pars à la Rochelle. Décidée à ne prendre qu’UN seul livre avec moi (et non dix que je ne pourrai bien sûr pas lire), je suis dans une phase de torture propre à tout lecteur compulsif. Quel livre choisir ?

J’hésite notamment entre :  

     Le Destin de Mr Crumpda399287e4ec38073709e1ca17872a1e.jpg

         Water Music (Boyle)02f2cab557f4ec96bfc7ec121d5e054d.jpg

-        

 

 

 

 

 

          L’infortunéee86e8ba4e175849b7f76c04bb81a94b7.jpg

-                            ... Et d’autres9e12a9c536c851a803b3306b60d75e43.jpg

       

 

 

 

 

Que faire ?!!

08/06/2007

Premier dîner Livres-échanges !

Hier s’est tenu le dernier dîner Livres-échanges organisé par Cécile, qui gère activement le groupe Quoide9 sur Yahoo.

Le Dîner devait se dérouler aux Degrés de Notre Dame mais, le gérant du restaurant ayant annulé à la dernière minute notre réservation de façon particulièrement grossière – je ne résiste pas au plaisir de lui faire un peu de publicité pour que sa stratégie de fidélisation très particulière ne soit pas vaine – nous nous sommes finalement retrouvés aux Trois Eléphants, à proximité des Halles.

Dans un cadre sympathique et autour d’un bon repas thaï, nous avons été 17 à nous retrouver pour échanger nos livres et discuter lecture (ou pas) en passant pour des fous avec nos piles de livres énormes ! Quelques bloggeuses étaient là : Caroline, Caro[line] et Stéphanie, la petite nouvelle de la blogosphère !

J’avais apporté trois romans :
3bb61ec59c55439013b77ee34f198911.jpg
 
Le Maître et Marguerite de Boulgakov

6ace5f6f579696422a3321949886954e.jpg
 
 
Le cher disparu d’Evelyn Waugh
 
f4a79b5515ec15c5b8d2cf6e65049491.jpg

Poétique de l’égorgeur de Philippe Ségur


Et je suis repartie avec :
1e8d9a5fab6b4d30cc898e3c3e786616.jpg

Des femmes remarquables de Barbara Pym
 
257f072c2b6866fb3ecaa9ffa318b410.jpg
 
L’ange des ténèbres de Caleb Carr
 
675d042ce1f59dd003e8ad4cbd2759ca.jpg

Délire d’amour de Ian McEwan

J’avoue avoir lorgné sur plusieurs autres livres, dont un petit récit d’Edith Wharton (dont Caroline nous parlera sûrement bientôt), ainsi que Le Potentiel érotique de ma femme (dont Caro[line] a beaucoup parlé).

Bref, plein de bonnes lectures en perspective et une soirée vraiment très agréable, avec des amies bloggeuses et d’autres lecteurs que j’étais ravie de rencontrer !

02/06/2007

Silence radio

e18318fa78951a6703ea21161f6f230e.jpgDébordée avec mes projets de fin de trimestre, ma recherche de stage (et aujourd’hui, « l’événement » avec un gala d’école), je néglige à contrecœur ce blog et j’espère vous retrouver enfin avec de nouvelles critiques dans une dizaine de jours !

En attendant, je voulais vous faire part d’un dossier intéressant qui figure dans le Magazine Lire de Juin, avec l’enquête suivante : « Ce que font les écrivains pour sauver la planète ». Le dossier présente toute sorte de livres, du roman fantastique à l’essai philosophique. Et si le développement durable trouvait son mot à dire en littérature ? L’idée me séduit. L’essentiel étant que le sujet ne serve pas à justifier d’autres faiblesses dans l’écriture.

Et pour rattraper mes longs silences et vous mettre en appétit, voici quelques livres lus et adorés que je compte bientôt présenter par ici : Ambre (K. Winsor), The Historian (E. Kostova) et The Master (Colm Toibin).

Au passage, je voudrais remercier tous ceux qui passent régulièrement par ici, en laissant un message ou non ! Promis, je ne serai plus silencieuse longtemps !

29/04/2007

Quatre vérités sur moi

medium_PICT0003.JPGA la demande de Hilde, voici 4 révélations sur moi (en essayant de ne pas trop tricher – ex : j’aime la littérature anglo-saxonne… oh, quelle révélation !) :

1) Parmi tous les blogers avec qui j’échange avec beaucoup de plaisir au fil des lectures se cache une amie que je connais depuis 12 ans (la moitié de ma vie – admirez, deux révélations en une :o)). De qui s’agit-il ? D’Hilde, bien sûr ! Nous sommes allées dans le même collège, puis dans le même lycée, et, malgré nos deux ans de différence, nous écrivions ensemble il y a douze ans des histoires à la « petits meurtres entre amis » dont la scène se déroulait presque toujours dans notre collège qui d’ailleurs a brûlé depuis!

2) Hormis la littérature, ma passion dans la vie c’est l’Espagne ! J’aime passionnément ce pays depuis que je suis toute petite, j’y ai vécu au cours de mes études et ne rêve que d’une chose… m’y installer définitivement !

3) Je suis très probablement un futur écrivaillon raté ! De l’école primaire à ma première année d’étude j’ai sans cesse écrit. Nouvelles, romans inachevés (à l’exception d’un si lamentable que je l’ai jeté il y a quelques années), poèmes, histoires de quelques pages… j’ai arrêté pendant mes études mais je suis en train de m’y remettre tout doucement, avec une histoire victorienne commencée avec Hilde. Grâce aux critiques de mon cher et tendre, je vais d’ailleurs reprendre nos premiers jets dans l’espoir de finir par arriver à quelque chose de convaincant. J’ai aussi très envie d’écrire une sorte de fresque familiale, inspirée de ma famille mais aussi de personnes observées çà et là.

4) Mmh… dernière révélation… ah oui ! Comme certains d’entre vous, j’adore le thé ! Je suis loin de maîtriser le sujet aussi bien qu’un ami absolument incollable, mais en dehors des livres, mon autre poste de dépense « plaisir » régulier est celui du thé. J’affectionne tout particulièrement certains thés de Mariage Frères comme l’Alexandra David-Néel ou leur excellent Lapsang Souchon ; chez l’Empire des Thés à Paris « l’Après-midi au Népal », des thés verts légérement parfumés, du vrai thé à la fleur de jasmin… j’ai donc plusieurs théières (dont une petite en porcelaine à roses bleues pour mes moments à l’anglaise), une collection impressionnante de boîtes à thé et de filtres à thé. Quant aux sachets, que je limite au maximum, je n’aime que les Dammann… n’hésitez pas à les goûter, ça vaut le coup !

Beaucoup ont déjà répondu à ce petit jeux des quatre... alors à qui proposer de dire ses quatre vérités ? A tous ceux qui voudront et notamment celles qui ne l'ont pas déjà fait dans mes souvenirs : Caro[line], Val (oui, toi ;o)), peut-être Lilly... now it's up to you !

27/03/2007

Quatre

medium_nounours.jpgA la demande expresse d’Allie, voici mes 4 !

 

Les 4 livres de mon enfance:
La Comtesse de Ségur
Oui-Oui
Contes illustrés (anthologie)
Les Belles Histoires (Pomme d’Api)
(mais euh, il y a aussi les Quatre filles du Docteur March et Papa Longues Jambes ainsi que la petite Maison dans la Prairie, et bien d’autres que j’ai relus un nombre incalculable de fois !)


Les 4 écrivains que je lirai et relirai encore :

Joyce Carol Oates
Charles Dickens
Virginia Woolf
Charles Baudelaire

Les 4 auteurs que je n'achèterai (ou n'emprunterai) probablement plus:
Raymond Queneau
Richard Matheson
Clémence Boulouque
James Patterson

Les 4 livres que j'emporterais sur une île déserte:

Les Heures (Michael Cunningham)
Les Fleurs du Mal (Charles Baudelaire)
La conjuration des imbéciles (John Kennedy Toole)
David Copperfield (Charles Dickens)

Les 4 premiers livres de ma liste à lire (LAL):
Souvenirs pieux (Marguerite Yourcenar)
L’immeuble Yacoubian (Alaa El Aswany)
Chicago May (Nuala O’ Foalain)
Dans la forêt du miroir (Alberto Manguel)
(les quatre « premiers » étant un concept très fluctuant, vu que je suis incapable de prévoir mes lectures à court terme !)

Les 4 x 4 derniers mots d'un de mes livres préférés:
“Someone should have thought of daisies.”
“Yes”
“Ah, well.”
The Stone Diaries, Carol Shields

Les 4 lecteurs/lectrices dont j'aimerais connaître les 4:
Florinette, [Caroline], Val, Hilde…

24/03/2007

Salon du Livre 2007

medium_salon_01.jpgAmis lecteurs, comme promis, me voici de retour pour un compte-rendu en règle de cette excellente journée passée au Salon du Livre 2007 !

Pour qu’un Salon soit authentique et plein de charme, celui-ci doit présenter certaines caractéristiques : une métro bondé, une pluie persistante, une file d’attente de trois kilomètres de long pour voir Marc Lévy (et quelques fans en délire), une bonne dose d’agressivité et de mauvaise volonté, des bras chargés de paquet, une lectrice qui une fois arrivée au Salon part en trottinant vers les stands en oubliant de laisser son énorme manteau au vestiaire (pour voir celui-ci au moment du retour)…

Mais il y a aussi : des lecteurs enthousiastes de tous âges avec qui j’ai tranquillement papoté en attendant mes dédicaces ; une nombre incalculable de livres (vraiment ?); une exposition du dessinateur Bilal (32 Décembre) ; des émissions radio ; des gens de la télé comme Frédéric Mitterrand, Roger Hanin (filmé pendant toute sa séance dédicace, le pauvre !) ou Claude Sérillon ; le rappeur Doc Gynéco, vu alors que je m’en allais ; des stands de calligraphie et de reproductions de toute sorte.

Mon petit bilan : 7 auteurs rencontrés pour mon plus grand plaisir, après une attente de près d’une heure pour l’une d’entre eux !

medium_ferney_01.jpgAlice Ferney – particulièrement adorable avec ses lecteurs – a été la première à me dédicacer son livre après une petite discussion très intéressante. Elle m’a recommandé un livre différent de celui que j’avais choisi au vu de mes commentaires sur ma première lecture… débordant d’enthousiasme, j’ai décidé de lire chacun de ses livres (car tous me tentent !). Eh bien, j’aurai de quoi lui parler l’an prochain !
 
medium_gaude_01.jpgLaurent Gaudé ensuite : curieusement, j’ai découvert que son premier livre n’était pas la Mort du Roi Tsongor. Je ne savais absolument pas qui pouvait être Laurent Gaudé… j’imaginais sans doute un auteur un peu coincé (deux Goncourt, tout de même !) ; au contraire, c’est l’un des auteurs les plus souriants du Salon ! Il est vrai que le succès ne manquait pas… 
 
medium_izner_01.jpgClaude Izner : je n’ai rencontré qu’une des deux sœurs Izner, fort sympathique également. Abandonnée par sa sœur et les deux auteurs de polar à ses côtés, cet auteur a volontiers discuté avec moi, me conseillant sur le choix de mon aventure de Victor Legris. Voir cette dame tranquille et fort respectable se délecter des petits meurtres mystérieux de cette série, voilà un échange pour le moins amusant qui m’a donné envie de poursuivre ma découverte de cette série chez 10/18 ! 
 
medium_grimbert_01.jpgAu détour d’une allée, je suis tombée par hasard sur Philippe Grimbert, dont je voulais lire depuis longtemps Un Secret. Séance dédicace très rapide, petit photo de l’auteur (qui tenait à être prévenu du moment où il devait prendre la pose) et me voilà repartie !
  
medium_sorour_kasmai.jpgJ’avais vu qu’Alaa El Aswany dédicaçait son Immeuble Yacoubian, repéré (et souvent feuilleté) depuis un certain temps déjà. En tournant comme un fauve en cage autour du stand d’Actes Sud, j’ai rencontré l’auteur iranienne Sorour Kasmai. Les titres de ses livres m’ont attirée mais j’ai finalement opté pour un roman qu’elle avait traduit.
 
medium_alaa_el_aswany.jpgAprès être partie une fois de plus puis revenue autour du stand d’Actes Sud, j’ai vu Alaa El Aswany s’installer ; j’ai ainsi fait partie des premiers à le rencontrer. Cet auteur très distingué a été extrêmement sympathique… et m’a donné sa carte de visite pour que je le contacte et lui fasse part de mon avis sur son roman. (Quoi ?! Moi petite lectrice avoir téléphone et mail d’auteur illustre chez moi ?!) 
 
medium_gary-victor.gifEt enfin, faisant un dernier petit tour du Salon, cette fois-ci en famille, j’ai choisi un livre de Gary Victor, auteur haïtien qui a conquis mon père avec La Piste des Sortilèges. Encore une dédicace de cet auteur pour le moins plein d’humour (impossible de l’aborder sans plaisanter et se délecter de ses grands éclats de rire chaleureux). Alain Mabanckou était à ses côtés mais je n’avais pas ses livres avec moi (et j’ai déjà tous ses livres il me semble). Et puis, il a son fan club maintenant que ses Mémoires de Porc-Épic ont un grand succès !

De son côté, mon ami a rencontré Taï-Marc Le Than (l’écrivain travaillant souvent en collaboration avec Rebecca Dautremer). Nous avons trois nouveaux albums de cette superbe série… je craque !
 
Photos : Lou, 24/03/2007, à l'exception des trois dernières photos.

Et au final, voici mes petites trouvailles de la journée :
 
medium_Immeuble_Yacoubian.jpg medium_mort_du_roi_tsongor.jpg medium_leventredelafee.jpg medium_Mystere_rue_des_Saints_Peres_Claude_Izner_901277.jpg medium_a_l_angle_des_rues_paralleles.jpg medium_un_secret.jpg medium_partir_rester_revenir.jpg

23/03/2007

Mise en bouche

medium_salon_du_livre_2007.JPGDemain est un grand jour dans ma vie de lectrice : je vais enfin pouvoir me rendre au Salon du Livre, événement que j’attendais avec impatience depuis déjà un an !
 
M’armant de mon kit de survie de lectrice chevronnée, je suis allée visiter le site du Salon pour voir quels auteurs seraient présents demain.

Voici quelques noms qui devraient vous dire quelque chose :
• Alain Mabanckou
• Alice Ferney
• Sarnath Banerjee
• Claire Castillon (à force de lire des critiques positives, cette demoiselle m’intrigue)
• Philippe Ségur (même remarque, et je songe très fortement à rencontrer cet auteur demain)
• Claude Izner
• Victor Gary

Je compte bien vous faire un rapport en bonne et due forme ce week-end, mais je n’ai pas pu résister à cette petite mise en bouche !

Petit bémol : le site du Salon n’est pas franchement ergonomique, et surtout, quel calvaire que de parcourir leur liste des auteurs présents (avec un ascenseur qui n’en finit pas) ! Bien sûr la fréquentation est suffisante pour ne pas avoir besoin de faire un site parfait, mais un petit effort ne leur ferait pas de mal!

http://www.salondulivreparis.com/

13:05 Publié dans Lou's world | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | |

17/03/2007

Si j'étais un personnage, je serais...

medium_Lectrice_Picasso.jpgMalgré toutes mes bonnes intentions de chroniqueuse fidèle et attentionnée – et malgré toutes mes mauvaises pulsions de critique acharnée, mes contributions sur ce blog sont pour le moins sporadiques en ce moment. Merci à tous ceux qui viennent régulièrement et à ceux qui laissent un petit message de temps à autres !

En attendant de vous faire part de mes dernières lectures, j’ai eu envie de « profiter » de cette accalmie de fin de trimestre pour faire appel à vous, amis lecteurs. Vous avez été nombreux à partager ici vos lectures préférées. J’ai été ravie de voir tant de lecteurs participer à ma petite enquête informelle et, ne résistant pas au plaisir de vous lancer une fois de plus un défi, en bonne curieuse, j’ai décidé de continuer sur ma lancée !

Comment ? En vous demandant quels sont vos héros et héroïnes de roman préférés ! Ceux qui vous ont fait rêver, ceux qui vous ont délicieusement agacés, ceux en qui vous vous êtes reconnus, que vous avez eu envie d’achever sur place (et qui vous ont par conséquent profondément marqués, les sentiments extrêmes nouant toujours les liens affectifs les plus forts !)… bref, ceux que vous ne voudriez oublier pour rien au monde ! Et, deuxième petite question (si vous avez le temps et si l’objectif parvient à l’emporter sur le subjectif – ce qui, pour ce genre de questions cruciales, n’est pas évident) : pourquoi ceux-là ?

J’espère que vous serez une fois de plus nombreux à me répondre et je vous fais remarquer ici ma grandeur magnanime : le nombre de réponses est illimité ! Pas de dilemme traumatisant, pas de question de vie ou de mort, pas de personnage laissé sur le bord de la route… vous pouvez laisser votre bibliothèque parler !

 
(… et pour les petits malins qui feront remarquer que je n’ai pas répondu, sachez que je suis actuellement dans une phase de profonde réflexion sur la question !)

06/03/2007

Challenge ABC 2007

medium_banner_blog.jpgIl y a deux mois de cela, j’ai décidé de faire une liste de mes résolutions 2007, écartant l’idée du Challenge ABC 2007 pour ne pas privilégier les lettres bizarres (Q, X…) au détriment de très bons livres s’ennuyant à mourir dans ma bibliothèque.

J’ai finalement trouvé amusant ce petit défi et, tâchant de faire se recouper quelques livres avec mon défi 2007 et de puiser essentiellement dans ma PAL et dans la bibliothèque familiale, je viens tout juste de finaliser ma liste du Challenge ABC 2007. (Admirez la sélection rigoureuse : il ne me manque que 3 livres pour relever mon défi !)

Effectivement, nous sommes en mars ! Mais après tout, pourquoi pas ? Voilà donc, amis lecteurs, les notes auxquelles vous pouvez vous attendre dans les mois à venir…
 
Littérature anglo-saxonne
Littérature asiatique
Littérature française
Littérature germanique
Littérature russe
Littérature espagnole 


ATWOOD Margaret, The Blind Assassin
BOULGAKOV, Le Maître et Marguerite
CUNNINGHAM Michael, Specimen Days
DOSTOIEVSKI Fedor, Les Frères Karamazov
EUGENIDES Jeffrey, Virgin Suicides
FITZGERALD, Tendre est la nuit

GOETHE, Les Souffrances du Jeune Werther
HESSE Hermann, La conversion de Casanova

INOUE Yasushi, Le Maître de Thé
JOYCE Graham, Lignes de Vie
KAWABATA Yasunari, Le Lac
LESSING Doris, The Grand-Mothers
MILLER Arthur, The Crucible
NIN Anaïs, The Four Chambered Heart

OGAWA Yoko, l’Hôtel Iris
PEAKE Mervyn, Titus d’Enfer
QUINT Michel, Effroyables Jardins
RUSSO Richard, Le Déclin de l’Empire Whiting
SCHNITZLER Arthur, Vienne au crépuscule
THACKERAY William, la Foire aux Vanités
UPDIKE John, The Witches of Eastwick

VIAN Boris, L’Arrache-Cœur
WHITE Edmund, Un jeune Américain
XINGJIAN Gao, La Montagne de l’Âme
YOURCENAR Marguerite, Souvenirs pieux
ZAFON Carlos, La Sombra del Viento

19:40 Publié dans Lou's world | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | |

02/03/2007

Autorretrato

medium_pageturner.jpgIl y a un an, j’ai suivi un cours sur l’autoportrait en Amérique latine. Avant de débuter nos analyses, on nous a demandé de rédiger notre propre autoportrait. Il fallait être aussi créatif que possible et, malgré toutes mes premières idées, j’ai finalement jeté tous mes brouillons. Non seulement je ne les trouvais pas originaux, mais je ne me reconnaissais pas dans ces autoportraits. Puis un éclair de lucidité est arrivé à point nommé (ne jamais désespérer !) et j’ai écrit un texte qui me ressemblait. Voici le résultat !

Soy un libro, una novela de más de trescientas páginas. Cuento con centenas de párrafos y millones de letras.

Si algún día te apetece leerme, me encontrarás en un pequeño piso de la calle Fuencarral, escondida en una vieja estantería de madera de color oscuro. Cubierta de polvo, amarilleada por los rayos del sol madrileño que cada mañana me despiertan al atravesar las cortinas cerradas, me quedo tranquila, dormida con mis compañeros de papel, soñando no sólo con mis páginas ya llenas, sino con las que todavía quedan por escribir.

Soy mágica. ¡ Sí, de verdad ! No te creas que me parezco a esas novelas de encuadernación artificial y de papel helado expuestas en cincuenta ejemplares en las librerías del Corte Inglés. No, yo soy única. Que la gente me lea o no me importa muy poco. Nunca he experimentado la soledad de estas novelas perdidas en un almacén, tantas historias paralizadas que nunca cambiarán y que nadie jamás encontrará. Yo vivo con millares de historias. Lo que me hace especial, es que cada día me voy escribiendo, reinventándome a cada hora.

Soy una novela muy extraña. No tengo edad ni límites. Soy yo y soy todos. Las páginas que me componen están llenas de vidas, de lugares y de épocas. No importa que sean reales o ficticios. No importa que nadie nunca se entere, que viva sola con todas mis identidades, mis fantasmas olvidados y sus rasgos borrosos.

Entre mis líneas se encuentran seres queridos, los que veo cada día y los que se han ido a otras esferas, siempre formando parte de mis historias presentes y futuras. Entre mis párrafos se esconden lugares mágicos, paísajes encantadores, campos castellanos de color vivo, océanos de azul profundo, islas vírgenes donde llueven frutas tropicales. Los he contemplado todos millones de veces, con los ojos muy abiertos o con los párpados cerrados. Tampoco soy una novela paralizada por el tiempo. Viví en Londres en el siglo diecinueve y en Luisiana en varias épocas. Me quedé en palacios de toda clase, perseguida por fantasmas encadenados en Escocia, luchando con brujas en casas de azúcar en Alemania y buscando tesoros en viviendas oscuras y húmedas en el resto del mundo. Soy estas experiencias, estos lugares y estas personas. Juntos, son mi verdadera historia y mi propia personalidad.

En realidad, es difícil diferenciarme de los demás libros. Cuando uno me ve, nota en silencio : “este libro ha vivido”. Y con respeto – y, a veces, con cariño – me vuelve a poner con suavidad sobre mi estantería, como si mis páginas desprendieran un aura misteriosa, casi mística que le permitiera a uno ver que pertenezco a otro mundo. Sin embargo, soy un libro que se parece a los demás. Un libro de bolsillo con un dibujo a tinta china impreso en la encuadernación. Mi novela tampoco se diferencia de las demás. Mis verdaderas palabras se escriben en silencio, con tinta invisible.

Soy un libro y ya no se ve mi título. Soy una novela increíble, una mezcla de historias y de líneas que cuentan millares de vidas, incluso la mía propia. Soy compleja, por eso no se puede hablar de mí sin tomar en cuenta todos estos elementos que, no sólo no son ajenos a mí vida, sino que me componen y, una vez structurados, forman mi identidad. Describirlos es describirme. Me permite destacar mi personalidad y, al hacer el retrato más extraño, más irrealista que sea, describirme con fidelidad al subrayar lo que soy dentro, fuera de las miradas exteriores.

Nunca he tenido que describirme, hacer mi propio retrato. Sin embargo, si tuviera que hacerlo, así lo haría, porque llevo dentro de mí una inmensidad de imágenes, de caras, de palabras, de gestos y de músicas que remiten a lecturas pasadas o futuras y que, juntos, determinan lo que soy. Soy un libro.

 

14:40 Publié dans Lou's world | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |

18/02/2007

Au coeur de Paris

medium_village_voice.jpgCher lecteur,

Si tu aimes les promenades parisiennes, tes pas t’ont sûrement déjà conduit dans le Quartier latin… au gré du vent, tu as sans doute flâné le long du boulevard St Germain en songeant à tous ces écrivains qui avant toi avaient foulé les mêmes trottoirs. Comme toi, ils se sont peut-être arrêtés à ce vieux café où tu aimes siroter un café le temps d’une lecture.

Mais il est une chose que tu n’as peut-être pas encore faite. Peut-être n’as-tu pas bifurqué à gauche une fois arrivé à Mabillon. Ou peut-être es-tu passé près de la rue Princesse sans t’arrêter, marchant d’un pas pressé vers Montparnasse.

Pourtant, en tournant à gauche pour s’engager dans cette petite rue pittoresque et si authentique, tu aurais pénétré en plein cœur de ce vieux Paris que j’aime tant. Et là, au numéro 6, ton regard aurait été irrésistiblement attiré par la boutique la plus charmante qui soit.

medium_downstairs2.gifEncadrée de bleu, la vitrine abrite une série de livres anglo-saxons judicieusement choisis et présentés pour séduire un lecteur qui sent immédiatement ses sens parler, comme à la vue de délicieux éclairs au chocolat déployant leurs belles couleurs dorées.

Pousser la petite porte ancienne ajoute au plaisir que j’éprouve à chaque visite du Village Voice. On entre dans cette librairie en songeant à ce que devaient être toutes les librairies à l’époque de Fitzgerald et de Gertrude Stein. L’atmosphère, la gentillesse d’Odile Hellier et des autres vendeurs, les multiples présentoirs étalant devant nous leurs livres comme des offrandes si tentantes, tout contribue à faire de chaque visite au Village Voice un voyage bien agréable dans un monde à part.

Alors, ami lecteur, si toi aussi tu aimes la littérature anglo-saxonne et que tu as l’occasion medium_village_voice_03.gifd’aller dans le 6ème arrondissement, n’hésite pas à faire un saut au Village Voice, le temps de retrouver une librairie telle qu’on les aime…

Peut-être vous demandez-vous pourquoi je fais cette note si atypique… nous connaissons tous les grands magasins, commandons nos livres sur Amazon et, pour les Parisiens, passons à l’occasion chez Galignani ou Smith, rue de Rivoli, pour compléter nos emplettes et satisfaire notre soif de lecture. J’ai moi-même trop peu d’occasions de me rendre au charmant Village Voice dont je vous parle ici. Mais parce que j’aime cet endroit et souhaite que de tels petits paradis puissent continuer à exister pour le bonheur des lecteurs, j’ai pensé que vous faire découvrir cette librairie était le meilleur moyen de remercier le Village Voice pour les bons moments que j’y ai passés et surtout, pour les auteurs que j’y ai medium_village_voice_02.jpgdécouverts.

La lecture est un bonheur à partager !

 

 

Site : http://www.villagevoicebookshop.com/