Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2014

Anne Fine, The Devil Walks

fine_The-Devil-Walks.jpgIl y a quelques mois ce titre d'Anne Fine a attiré mon oeil en librairie. Comme il se prête bien au challenge Halloween, je l'ai récemment sorti de ma PAL pour satisfaire enfin ma curiosité.

Enfant, le narrateur Thomas a été élevé par sa mère qui lui a toujours dit qu'il était malade et l'a toujours traité comme tel. Thomas a donc été isolé du reste du monde et privé de toute activité, l'enfant trouvant ses consolations dans des livres et dans une magnifique maison de poupée à l'image de la maison d'enfance de sa mère. Un jour, suite aux bruits qui circulent en ville, un médecin vient s'assurer de l'existence de Thomas. Il le recueille alors que sa mère est internée. Mais le lecteur se doute bien qu'il y a une raison à cet enfermement d'un enfant choyé et la suite lui donnera raison. Car quelque part, le Diable est en marche...

The Devil Walks correspond assez peu à ce que j'avais imaginé. Compte tenu de la couverture d'inspiration gothique et des critiques qui disaient ne pas avoir fermé l'oeil (je ne leur recommande pas Stephen King) j'imaginais une histoire particulièrement sombre, peut-être effrayante, entre maison hantée et incarnation du Diable. En réalité, j'ai trouvé que ce roman se lisait comme on suivrait le cours d'un long fleuve tranquille : rythme lent, peu de rebondissements, aucune surprise. Le fantastique intervient à la marge, à travers une maison de poupée légèrement inquiétante et la présence d'un pantin maléfique, ensorcelé selon des pratiques vaudoues. Les amateurs apprécieront comme moi le cadre historique anglais et nombre d'entre eux seront fascinés par la somptueuse maison de poupée. Si vous choisissez de découvrir ce livre, je vous conseille vivement de le faire d'une traite, en profitant d'une soirée d'automne triste et pluvieuse pour vous y consacrer. Ma lecture malheureusement hachée n'a pas dû améliorer mon plaisir de lecture et j'ai tardé à finir ce livre, malgré ses premiers chapitres prometteurs. Au final je ressors un peu mitigée de cette rencontre avec le Diable.

!ère Etape du voyage titanesque : Londres et l'Angleterre

2,5coeurs.jpg

 

 

277 p

Anne Fine, The Devil Walks, 2011

 halloween 2014.jpg

 

16/08/2014

Philippa Boston, Deadly Jobs

boston-deadly-jobs.jpgJe continue à explorer avec plaisir la collection Paper Planes Teens qui a pour objectif de faciliter l'apprentissage de la langue anglaise en proposant des textes stimulants et originaux pour transformer ce qui pourrait être une corvée en un vrai plaisir de lecture.

Je me suis récemment régalée avec Blitz Britain de Philippa Boston, petit ouvrage qui m'a permis de mieux connaître une période de l'Histoire anglaise sur laquelle j'avais des notions assez floues. Je réitère cette fois-ci l'expérience avec Deadly Jobs du même auteur, pour un plongeon au coeur de la révolution industrielle anglaise. Comment ça, encore l'Epoque victorienne ? Je vous assure amis lecteurs, je ne fais aucune fixation sur le XIXe anglais, vous devez être victimes d'une hallucination collective.

De nouveau servi par les judicieuses illustrations à la Quentin Blake de Mark Beech (illustrateur de Blitz Britain), Deadly Jobs est composé de deux parties, l'une historique, l'autre narrative (ce qui était également le schéma de Blitz Britain).

La première partie explique que la révolution industrielle a créé de très nombreux emplois auxquels pouvaient accéder les enfants, dont la petite taille constituait parfois un avantage et dont le salaire était systématiquement plus faible que celui qu'aurait reçu un adulte. Compte tenu des conditions de travail, le taux de mortalité était élevé, avec une chute de la moyenne d'âge à 29 ans dans certaines régions. Sont ensuite présentés différents emplois réservés aux enfants : mineur, ramoneur, ouvrier à l'usine. Il restait également la possibilité de vivre dans une « workhouse » où, pour un abris pour la nuit et une nourriture chiche, il fallait travailler comme une bête de somme, à moins d'être placé en apprentissage – un esclavage déguisé. Pour lutter contre le travail des enfants, plusieurs lois se succèdent pendant des dizaines d'années sans être appliquées au départ. Charles Dickens choisit quant à lui de sensibiliser le public à travers ses romans. Même si je m'intéresse depuis un moment au XIXe anglais, j'ai notamment relevé quelques aspects ou anecdotes que je ne connaissais pas. Par exemple la couleur des vêtements au sein des workhouses, jaune pour différencier les prostituées des autres femmes. Ou encore le fait que la taille moyenne ait baissé en raison des conditions de travail à l'usine, qui entraînaient des déformations physiques.

La deuxième partie s'intitule « The Workhouse boy » et raconte l'histoire d'un garçon placé en apprentissage chez un type alcoolique et monstrueux. J'ai été étonnée par la fin (que je vous laisse le soin de découvrir). Bien entendu, je supposais que l'apprenti tiendrait sa revanche mais je n'aurais jamais pensé qu'elle prendrait cette forme-là.

A ceux qui s'intéressent à l'histoire britannique et à ceux qui veulent apprendre ou enseigner l'anglais en lisant des textes vraiment intéressants, je recommande encore une fois chaudement cette collection !

La suite au prochain numéro puisque j'irai bientôt me promener dans une Angleterre ravagée par la peste !

4,5coeurs.jpg

 

 

44 p

Philippa Boston, Deadly Jobs, 2013

myself 2014.jpgBBC 2014small.jpgpaper planes teens, deadly jobs, philippa boston, collection terrible times, angleterre, angleterre xixe, angleterre victorienne, travail enfants époque victorienne, apprentissage anglais ludique, challenge myself, challenge i love london, challenge bbc 2014paper planes teens,deadly jobs,philippa boston,collection terrible times,angleterre,angleterre xixe,angleterre victorienne,travail enfants époque victorienne,apprentissage anglais ludique,challenge myself,challenge i love london,challenge bbc 2014

28/06/2014

Philippa Boston, Blitz Britain

boston_BlitzBritain.jpgPendant ce Mois Anglais je vous ai parlé de la collection Paper Planes Teens* destinée aux personnes apprenant la langue de Shakespeare et cherchant des lectures à leur portée... et fun ! J'ai d'abord lu What is Brian ?, histoire de zombies pour les débutants en anglais, livre qui m'a vraiment amusée malgré la syntaxe simple et le vocabulaire réduit inhérents au niveau.

Aujourd'hui je vous présente Blitz Britain de Philippa Boston, autre livre de la collection, cette fois-ci de niveau intermédiaire. Avis aux amateurs de Terry Deary (auteur de Vile Victorians, Terrible Tudors, Slimy Stuarts...), ce livre est fait pour vous !

Blitz Britain est composé de deux parties, la première informative, la seconde mettant un scène un jeune garçon à qui il arrive une folle aventure alors qu'il tente de rentrer chez lui à vélo sous les bombes. La nouvelle se lit avec plaisir et m'a fait penser à mes lectures d'enfance favorites en raison des illustrations de Mark Beech qui rappellent le travail de Quentin Blake (pour les livres de Roald Dahl).

J'avoue un faible pour la première partie décrivant le Blitz et ses incidences en abordant différents thèmes : l'évacuation des enfants, le début et la fin du Blitz, les différents types de bombes, les abris plus ou moins sophistiqués (du kit de survie pour jardin au métro), la façon dont on cachait les cibles potentielles de nuit, le Zoo de Londres (eh oui ? que faire des fauves et autres bestioles ?), Buckingham Palace ou encore les différentes options pour participer à l'effort de guerre pendant le Blitz. Cette partie est à la fois bien documentée, pleine d'anecdotes concrètes permettant de mieux comprendre ce que vivaient les Anglais au quotidien, le tout accompagné de dessins humoristiques très réussis.

Une nouvelle fois j'ai trouvé ce livre de la collection Paper Planes Teens très malin : s'il a des visées pédagogiques, il est avant tout intéressant et drôle. Le lecteur s'amuse, passe un excellent moment et travaille son anglais sans s'en rendre compte. Et même lorsqu'on ne lit pas Blitz Britain pour apprendre l'anglais on se régale tout simplement ! J'ai tellement adoré la façon dont l'Histoire était abordée dans cet ouvrage que j'ai eu très envie de découvrir les autres titres de Philippa Boston... rendez-vous bientôt pour d'autres horribles histoires (car m'attendent Deadly Jobs et Bubonic Britain !).

Vous pouvez lire ou écouter un extrait par là.

* Collection lancée il y a un peu plus d'un an.

De nouveau merci à Héloïse des Editions Didier !

5coeurs.jpg

 

 

48 p

Philippa Boston, Blitz Britain, 2014

paper planes teens,blitz britain,philippa boston,collection terrible times,angleterre,angleterre xxe,angleterre 2e guerre mondiale,apprentissage anglais ludiquepaper planes teens,blitz britain,philippa boston,collection terrible times,angleterre,angleterre xxe,angleterre 2e guerre mondiale,apprentissage anglais ludiquepaper planes teens,blitz britain,philippa boston,collection terrible times,angleterre,angleterre xxe,angleterre 2e guerre mondiale,apprentissage anglais ludiquepaper planes teens,blitz britain,philippa boston,collection terrible times,angleterre,angleterre xxe,angleterre 2e guerre mondiale,apprentissage anglais ludique

16/06/2014

Christopher Edge, Shadows of the Silver Screen

edge_shadows silver screen.jpgAprès Twelve Minutes to Midnight, Penelope Tredwell nous entraîne dans de nouvelles aventures avec Shadows of the Silver Screen, roman dont l'action se situe en 1900 et s'inspire des débuts du cinéma pour faire frémir d'angoisse les jeunes lecteurs.

Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Penelope est l'héritière du Penny Dreadful, journal qui connaît un grand succès depuis que la jeune fille y publie de terrifiantes histoires sous un nom de plume, Montgomery Flinch. Elle a fait appel à Monty, un acteur, pour incarner Mr Flinch aux yeux du public.

Dans ce nouveau récit, Penny consent à laisser un certain Mr Gold porter une de ses histoires sur grand écran grâce au Véritéscope, un appareil révolutionnaire permettant de réaliser des films parlants très réalistes. Mais Mr Gold profite d'un contrat tout à son avantage pour remanier le scénario à sa façon, changer noms et détails de façon à redonner vie à des personnes qui auraient bel et bien existé. Alors que Penelope et Monty participent activement au tournage en jouant les principaux rôles, des phénomènes étranges se produisent. [Spoilers à la suite de ce paragraphe] Le vieux manoir isolé dans lequel ils logent semble abriter de lourds secrets... ainsi qu'un fantôme, qui semble essayer de communiquer avec Penelope. Et plus les jours passent, plus les ombres peuplent le manoir tandis que les acteurs fatiguent de plus en plus. Le Véritéscope est-il seulement un appareil d'une grande technicité ? N'aurait-il pas plutôt le pouvoir de donner vie aux personnages, voire de communiquer avec l'au-delà ?

Une idée originale et très prometteuse au départ mais une exécution un peu poussive à mon avis. Dès les premiers chapitres on voit venir les grandes lignes du roman qui ressemble presque à un long fleuve tranquille. Ce qui n'a sans doute pas aidé, c'est que Christopher Edge fait tout un mystère de la relation entre Mr Gold et un certain Français. Penelope pense que le Français en question est un dangereux meurtrier et essaie d'en savoir plus à son sujet... sauf que pour un lecteur francophone ou francophile, le peu de mots prononcés par l'individu en question nous fait de suite comprendre quel est son rôle dans l'histoire. Les recherches le concernant deviennent par conséquent superflues. Au-delà de ce petit souci technique lié à la langue, le récit manque de dynamisme et l'action s'enlise rapidement. Le cadre (un vieux manoir, des mines abandonnées) ainsi que la thématique des fantômes sont maladroitement exploités. Le roman reste sympathique mais j'ai dû me forcer un peu pour le terminer. Je trouve que le fait de s'adresser à un jeune lectorat (public Harry Potter) n'est pas une raison pour s'accrocher à une trame simpliste quand on a tous les éléments pour créer une ambiance gothique et multiplier les rebondissements. Ayant passé un moment sympathique avec le tome précédent, je vais tout de même croiser les doigts pour que le 3e de la série soit plus abouti puisqu'il attend sagement dans ma PAL.

2,5coeurs.jpg

 

 

251 p

Christopher Edge, Shadows of the Silver Screen, 2013

 mois anglais, challenge bbc 2014, shadows of the silver screen challenge british mysteries, challenge i love london, challenge myself, christopher edge, penelope tredwell, montgomery flinch, époque victorienne, londres, angleterre, angleterre victorienne, roman jeunesse, fantômes, véritéscope, cinéma 1900, penny dreadfulmois anglais 2014_1.jpgbritish mysteries.jpgmyself 2014.jpgBBC 2014.jpg

15/06/2014

Rupert Morgan, What is Brian ?

morgan_what is brian.gifCoup de coeur pour cette collection à destination des Français apprenant l'anglais !

La collection Paper Planes Teens propose des livres écrits par des auteurs britanniques. Comme l'explique le directeur de la collection et auteur Rupert Morgan dans une courte vidéo de présentation pleine d'humour, l'idée est qu'il est beaucoup plus facile d'apprendre une langue en s'amusant. D'où des livres "avec de l'humour, de l'amour, de l'aventure, de la violence et des morts terribles, bref il y a tout ce qu'il faut pour s'amuser". 

J'ai d'abord lu What is Brian ? de Rupert Morgan. La couverture m'avait bien fait rire et j'étais curieuse de découvrir cette histoire de zombies. J'avais tout de même une petite crainte : ce livre étant du niveau "débutant", ne risquais-je pas de m'ennuyer et de le trouver trop basique ? Eh bien non !

Bien entendu, compte tenu du niveau de ce livre, le vocabulaire est simple et les phrases très courtes. L'histoire est classique en matière de zombies : une soudaine épidémie s'empare de la ville. Et Jenny et Jack découvrent leur ami Brian profondément transformé (il faut dire qu'il a faim de cerveaux).

Le point fort de ce livre : l'humour ! Aussi bien grâce au texte très anglais qu'aux dessins très amusants. J'ai oublié qu'il s'agissait d'un livre aux visées pédagogiques et me suis plongée dans le récit tout de suite (grâce à une première blague sur la terre bleue et verte en fait, mais malheureusement le livre est en noir et blanc, désolés). Bref j'ai passé un très bon moment et me dis que j'aurais adoré ce livre enfant quand j'ai commencé à apprendre l'anglais. J'en ferai profiter ma fille dans quelques années et ne peux que recommander cette collection aux jeunes Français apprenant l'anglais mais aussi aux professeurs qui ont envie d'apporter une petite touche d'originalité à leurs cours.

"Where is Brian ?" "He is in the kitchen"... on savait déjà où était Brian, maintenant on sait "ce qu'est" Brian... et c'est nettement plus intéressant !

Le site de la collection ici. Des extraits du livre là.

Et je vous parle très vite d'un autre titre de la collection que j'ai adoré.

Merci à Héloïse des Editions Didier de m'avoir fait découvrir la collection.

5coeurs.jpg

 

 

41 p

Rupert Morgan, What is Brian ?, 2014

mois anglais 2014_11.jpg BBC 2014small.jpgrupert morgan,what is brian,paper planes teens,class acts,livres pour débutants en anglais,mois anglais,mois anglais 2014,zombies, challenge myself

13/05/2014

Florence Thinard, Le rêve du Professeur Borax

thinard_Le-reve-du-professeur-Borax_3209.jpegGrâce à Masse Critique de Babelio, j'ai découvert Le rêve du Professeur Borax, court récit s'adressant aux lecteurs en herbe et pouvant tout à fait constituer une histoire du soir digne de ce nom pour les jeunes parents.

Si la jolie couverture m'avait séduite avec son personnage fantasque et rêveur, j'ai été également agréablement surprise par l'histoire même. Le professeur Borax est un scientifique horriblement ennuyeux ; imaginez donc : voilà un homme qui ne pense qu'à son travail, ne s'amuse jamais, n'a pas d'amis et bien peu de souvenirs de son enfance. Un soir, alors qu'il travaille encore, le voilà qui s'endort, rapetisse et se glisse entre les pages de son cahier. Il déambule parmi ses formules chimiques mais retrouve bien vite Simon-le-cochon, son ancienne peluche. Peu à peu, d'autres possibles s'ouvrent à lui et c'est une nuit de débauche qui s'annonce, pleine de projets fous et de gourmandises...

Voilà un très joli texte, agréablement écrit et servi par des illustrations amusantes et pleines de tendresse. Le destin du professeur ne laissera pas indifférents ses lecteurs, apprentis sorciers ou rêveurs aguerris.

Le billet d'Enfantipages.

Merci à Babelio et aux éditions Bulles de Savon pour cette lecture.

3coeurs.jpg

 

 

35 p

Florence Thinard, Le rêve du Professeur Borax, 2014

 masse_critique.jpg

10/02/2014

Christopher Edge, Twelve Minutes to Midnight

challenge british mysteries,challenge i love london,challenge myself,christopher edge,penelope tredwell,montgomery flinch,époque victorienne,londres,londres xixe,angleterre,angleterre victorienne,roman jeunesse,bedlam,penny dreadfulLorsque je lis des mots tels qu'Angleterre, victorien, Londres, Bedlam ou encore mystère, un déclic doit se produire inconsciemment dans mon petit monde de lectrice et j'éprouve de suite une envie irrépressible de me procurer sur-le-champ le livre incriminé. Alors lorsque plusieurs lectrices ont présenté Twelve Minutes to Midnight (Douze minutes avant Minuit en VF) de Christopher Edge, je n'ai pas su résister !

Roman jeunesse néo-victorien, Twelve Minutes to Midnight met en scène la jeune Penelope Tredwell. Orpheline, elle a pris la succession de son père à la tête d'un magazine, The Penny Dreadful. Depuis qu'elle en est devenue l'éditrice et rédige sous le nom de plume de Montgomery Flinch des histoires à sensations, le magazine connaît un succès sans précédent. Lorsque débute le récit, Penelope a engagé un acteur pour incarner Flinch et assurer la promotion de chaque nouvelle histoire publiée dans le Penny Dreadful. Ensemble, ils vont être amenés à se rendre à Bedlam : une lettre a été adressée à Flinch afin de résoudre une curieuse affaire. En effet, chaque nuit, à minuit moins douze, les patients de l'asile se lèvent brutalement et se mettent à écrire frénétiquement (sur du papier ou à défaut, tout ce qui est à portée de main), laissant d'étranges messages a priori sans aucun sens.

Twelve to Midnight est un agréable roman jeunesse qui se laisse lire tout seul (bon il m'a fallu un peu de temps mais c'est dû à l'exigeante Baby Lou, moi je n'y suis pour rien). Il faut tout de même accepter de grosses ficelles et un postulat peu crédible à la base. Une adolescente victorienne de treize ans éditrice d'un magazine ? auteur de best-sellers ? qui sait quoi faire quels que soient la situation ou les dangers (capable par exemple d'extraire du venin d'une araignée comme si elle faisait ça tous les jours) ? D'accord, on n'y croit pas un seul instant. Mais il faut bien avouer que lorsqu'on lit un roman traitant des patients "ensorcelés" du célèbre asile londonien, on peut bien accepter quelques petites invraisemblances ! Alors je me suis plongée une fois de plus dans une Londres victorienne pleine de mystères pour côtoyer les patients de Bedlam mais aussi une troublante femme-araignée vivant dans les beaux quartiers. Voilà un roman plein de rebondissements, de facture assez classique certes, mais cela ne nous empêche pas de passer un très bon moment ! J'ai hâte de lire le second tome !

Elles m'ont donné envie de le lire : BiancaCoccinelle, GeorgeSharon et je viens de tomber sur l'avis d'un blog anglo-saxon, The overflowing Library.

[Lu dans le cadre des challenges British Mysteries / I Love London de Titine et Maggie / Myself de Romanza - lire en VO / XIXe siècle de Fanny / BBC 2014 de Feeling Fictional]

254 p

Christopher Edge, Twelve Minutes to Midnight, 2012

challenge british mysteries,challenge i love london,challenge myself,christopher edge,penelope tredwell,montgomery flinch,époque victorienne,londres,londres xixe,angleterre,angleterre victorienne,roman jeunesse,bedlam,penny dreadfulchallenge british mysteries,challenge i love london,challenge myself,christopher edge,penelope tredwell,montgomery flinch,époque victorienne,londres,londres xixe,angleterre,angleterre victorienne,roman jeunesse,bedlam,penny dreadful

 

 

 

 

 

challenge british mysteries,challenge i love london,challenge myself,christopher edge,penelope tredwell,montgomery flinch,époque victorienne,londres,londres xixe,angleterre,angleterre victorienne,roman jeunesse,bedlam,penny dreadful challenge british mysteries,challenge i love london,challenge myself,christopher edge,penelope tredwell,montgomery flinch,époque victorienne,londres,londres xixe,angleterre,angleterre victorienne,roman jeunesse,bedlam,penny dreadfulchallenge british mysteries,challenge i love london,challenge myself,christopher edge,penelope tredwell,montgomery flinch,époque victorienne,londres,londres xixe,angleterre,angleterre victorienne,roman jeunesse,bedlam,penny dreadful

21/12/2013

Faustine et le Père Noël

wilsdorf_faustine et pere noel.pngUn nouvel album jeunesse autour de Noël... je fais de jolies découvertes en ce mois de décembre.

Dans Faustine et le Père Noël, nous avons affaire à un vieux barbu pour le moins étourdi et maladroit : il se brûle la barbe avec un fer à repasser, sa licorne (eh oui point de rennes, je sens que certains seront déçus) va trop vite et le traîneau verse dans la forêt ; sur sa licorne, avec le peu de cadeaux sauvés du désastre, le père Noël arrive en ville et glisse sur un pont gelé, tombant ainsi que les cadeaux dans la rivière. Faustine, marchande de jouets, se porte à son secours. Elle le remet d'aplomb, lui donne des jouets et l'aide à les distribuer. Ainsi la nuit de Noël est sauvée.

faustine_pere noel2.png

faustine_pere noel1bis.pngL'histoire est très simple et s'adresse à un très jeune public. L'utilisation de rimes et de courtes phrases rend le texte facile à mémoriser et évoque une petite comptine. Pour un lecteur adulte le texte est un peu léger sur la forme et sur le fond mais il me semble parfait pour un moment partagé avec de très jeunes lecteurs (une histoire assez courte, des péripéties à chaque page, peu de texte par planche). Pour ma part, ce sont les illustrations qui m'ont complètement conquise : pleines de sensibilité, soignées, avec un grand sens du détail et une palette de couleurs toute en nuances. Alors si vous avez des petits dans votre entourage, ne vous privez pas de ce plaisir !

faustine_pere noel3.png

Photos : Copyright My Lou Book

3,5coeurs.jpg



22 p

Anne Wilsdorf, Faustine et le Père Noël, 2001

christmastime.jpgil etait une fois noel3.jpg

12/12/2013

Le petit renne qui ne savait pas voler

joyce_petit renne savait pas voler.jpgJe découvre un deuxième album jeunesse ce mois-ci, encore une réussite pour les petits ! Il s'agit d'un album de Melanie Joyce et Louise Anglicas, Le Petit Renne qui ne savait pas voler.

L'histoire : un des rennes du père Noël tombe malade le 24 décembre. Il faut donc trouver quelqu'un pour le remplacer. Un petit renne qui ne se cache pas assez vite est désigné... mais il ne sait pas encore voler. Il va devoir apprendre, puis accompagner le père Noël dans sa tournée. Une joyeuse expérience pour lui, sans qui les enfants ne pourraient pas recevoir leurs cadeaux.

Cet album doit plutôt s'adresser aux enfants à partir de 2 ou 3 ans même si pour ma part j'essaierais de le présenter un peu plus tôt. Il y a en effet pas mal de texte (avec une police très agréable) pour accompagner les différentes illustrations. Celles-ci sont toutes mignonnes, pleines d'humour, avec des personnages très sympathiques et des couleurs vraiment gaies. Et le petit plus : en appuyant sur le cercle en bas à gauche les nez des rennes scintillent sur la couverture.

renne1.png

renne2.png

Photos : Copyright My Lou Book

L'avis de la maman blogueuse Lucky Sophie

4coeurs.jpg



32 p

Melanie Joyce et Louise Anglicas, Le Petit Renne qui ne savait pas voler, 2013

il etait une fois noel2.jpgchristmastime.jpg

04/12/2013

Gabriel le Lutin de Noël

krings_lutin de noel.jpgJ'ai du mal à réaliser que Noël s'approche à toute allure... j'adore cette période mais cette année j'ai du mal à me projeter sur l'achat du sapin et ce genre de petits riens dont je raffole, même si je compte bien en profiter pleinement dans quelques semaines. En attendant, même si je n'ai pas tout à fait les idées à ça, je commence mon immersion "Noëllesque" avec un petit album jeunesse tout simplement adorable, Gabriel Le Lutin de Noël d'Antoon Krings.

Il s'agit d'un album court qui s'adresse à de très jeunes lecteurs, un charmant petit conte à lire le soir avant de s'endormir par exemple.

Gabriel a une folle envie de faire la tournée du Père Noël, mais celui-ci ne veut pas faire de jaloux entre les lutins et s'y oppose. Le petit lutin décide alors de réaliser son rêve et c'est dans un petit traineau tiré par un lapin qu'il part en douce et dépose les cadeaux au pied du sapin. Bien évidemment, il lui arrivera une petite aventure en chemin... mais qu'importe ! Il aura réalisé son rêve (par contre le Père Noël sera nettement moins content et pensera s'être fait doubler par Saint Nicolas !).

krings_gabriel lutin noel2.jpg

krings_gabriel lutin noel3.jpg

krings_gabriel lutin noel4.jpg

krings_gabriel lutin noel5.jpg

L'histoire est bien entendu mignonne et faite pour plaire aux petits. Pour ma part, étant un peu grande pour apprécier les péripéties du malicieux lutin à leur juste valeur, j'ai surtout complètement craqué pour les dessins tendres qui illustrent chaque rebondissement. Un petit album qui devrait conquérir tous les parents, grands-parents et proches de petits lutins !

Photos : copyright MyLouBook

L'avis de Clarabel

4coeurs.jpg

28 p

Antoon Krings, Gabriel Le Lutin de Noël, 2013

il etait une fois noel2.jpg christmastime.jpg

28/10/2013

L'Etrange Pouvoir de Norman

paranorman.jpegPetit Speculoos a publié il y a quelques jours son avis sur  L'étrange pouvoir de Norman... moi qui adore les films d'animation, j'ai brutalement réalisé que, enfer et damnation, j'avais manqué celui-ci à sa sortie mais avais toujours très envie de le découvrir. Deux minutes après, je constatais avec bonheur que ma médiathèque avait ce DVD en stock. Compagnon fidèle et toujours prêt à voler à mon secours même en territoire zombie, le vaillant Mr Lou a profité de quelques courses pour récupérer le précieux sésame. Nous avons ainsi passé notre samedi soir en compagnie de Norman.

paranorman_04.jpg

Comme aujourd'hui notre billet commun a pour thème la Maison hantée, et que je n'ai toujours pas réussi à m'échapper de la maison des Fitzgerald (La Falaise hantée de Dorothy Macardle), j'ai décidé que ce film ferait bien l'affaire puisque la vieille grand-mère décédée de Norman tricote toujours dans son salon.

paranorman_03.jpg

Le pitch : Norman est un jeune garçon au don particulier, puisqu'il voit les morts qui partout continuent à vaquer à leurs occupations autour de lui. Bien évidemment, cela fait de lui un "freak" au collège, son père ne supporte plus de l'entendre dire que la grand-mère décédée demande à ce qu'on monte le chauffage, sa soeur le prend pour un looser. Il va sans dire qu'il n'a pas le moindre ami. Un jour, son oncle tente de prendre contact avec lui. Ce marginal n'est pas bien perçu par la famille... et voit lui aussi des fantômes. Sentant sa fin approcher, il souhaite investir Norman d'une mission. Une sorcière condamnée à mort par les puritains il y a quelques siècles menacerait de revenir à la vie, accompagnée d'une horde de morts-vivants. C'est à Norman de nous sauver !

paranorman_02.jpeg

Voilà un film d'animation qui fonctionne bien et tient assez bien ses promesses. Si la trame reste assez classique, si les personnages sont stéréotypés, j'ai beaucoup apprécié le côté historique qui distingue ce film d'autres adressés au même public. Au coeur du sujet, les procès de "sorcières" dans l'Amérique puritaine. Un thème bien exploité, avec une sorcière effrayante mais touchante aussi, et des Puritains qui ont eu largement le temps de se repentir de leur terrible jugement. Ajoutons à cela des décors soignés, un travail minutieux sur les personnages et de petits traits d'humour sympathiques, et l'on passe un très bon moment !

paranorman_05.jpg

Au passage je trouve le titre original bien meilleur, ParaNorman. Dommage de ne pas l'avoir conservé en français.

3coeurs.jpg



L'Etrange Pouvoir de Norman / ParaNorman, un film de Sam Fell et Chris Butler, 2012

halloween 2013.jpg

19/10/2013

Malika Ferdjoukh, La Fiancée du Fantôme

ferdjoukh_fiancee fantome.jpg- Allons, venez-vous ?

- Je vous suis, milord.

 Shakespeare

J'avais déjà lu ce court roman jeunesse lorsque Malice me l'avait offert mais ne l'avais pas chroniqué (comme Minuit Cinq ! du même auteur). Pendant mes vacances d'été, en farfouillant dans la bibliothèque de ma chambre d'ado où de temps en temps je laisse se reposer mes récentes lectures au côté de celles de mon enfance, je suis tombée sur ce petit livre et j'ai eu envie de le redécouvrir, en prévision du retour du challenge Halloween.

De quoi s'agit-il ? L'histoire se déroule il y a très longtemps (disons pour me plaire, au XIXe siècle).


malika ferdjoukh, la fiancee du fantome, fantomes, fantomes écossais, challenge halloweenLa Famille March (le père, le grand-père, le jeune Horace, sa cousine Livia âgée de vingt ans et la gouvernante) quitte Londres pour s'installer à Forest Lodge, au fin fond de l'Ecosse. L'arrivée de ces Anglais se fait conformément aux traditions écossaises : vent, tonnerre, foudre, cliquetis suspects... et découverte de l'existence du fantôme de Lord Aloysius Mac Bligh dans leur nouvelle demeure. Celui-ci se serait empoisonné après la mort à Londres de sa bien-aimée Olivia, dont il aurait été séparé en raison de leur appartenance à deux clans différents.

malika ferdjoukh, la fiancee du fantome, fantomes, fantomes écossais, challenge halloweenCe livre pour les jeunes lecteurs est plein de charme et m'a séduite pour de nombreuses raisons. Il reprend les codes du conte gothique et initie les jeunes lecteurs au genre à travers une ambiance délicieuse : manoir isolé, Ecosse, éléments déchaînés, présence d'un lugubre cimetière à proximité, histoire d'amour tragique, sinistres coïncidences... À la seconde, la lune disparut. La nuit devint très noire et le vent enfla. La colline glissa comme un rideau et la nouvelle maison de la famille March se découpa sur des ciels de nuages mauves. (p12)

malika ferdjoukh, la fiancee du fantome, fantomes, fantomes écossais, challenge halloweenChaque chapitre est introduit par un court texte de Shakespeare, toujours en lien direct avec le chapitre à venir, mais l'atmosphère lugubre est contrebalancée par de petites touches d'humour çà et là. Alors, adoptant une des lois de la relativité que le monde des Esprits avait découvertes avant le XXe siècle futur, le fantôme se coula dans un courant d'air et disparut. (p 24) Et puis, j'ai retrouvé les petits détails qui me faisaient rêver enfant, comme cette remarque sur les meubles qui conversent entre eux à la nuit tombée, ce qui expliquerait les craquements que l'on entend parfois (et qui sans cela ne seraient pas très rassurants). Les meubles sont ainsi de sympathiques compagnons. Par les petits trous à clefs qui lui servaient d'yeux, la vieille horloge voyait ce que les humains ne voient pas... Pourtant, sa bonne figure ronde indiquait l'heure sans faillir. (p 45) 

Un livre idéal pour les jeunes amateurs de fantômes et les rêveurs, grands ou petits.

Du même auteur j'avais adoré Aggie change de vie (moi qui lis si peu d'ouvrages pour la jeunesse), encore dans une ambiance très British !

Merci beaucoup à Malice pour cette découverte !

Lecture commune aux challenges Halloween et British Mysteries : Fantômes et cimetières britanniques et irlandais.

malika ferdjoukh,la fiancee du fantome,fantomes,fantomes écossais,challenge halloween,challenge british mysteries



71p

Malika Ferdjoukh, La Fiancée du Fantôme, 1990

malika ferdjoukh, la fiancee du fantome, fantomes, fantomes écossais, challenge halloweenmalika ferdjoukh,la fiancee du fantome,fantomes,fantomes écossais,challenge halloween, challenge british mysteriesmalika ferdjoukh, la fiancee du fantome, fantomes, fantomes écossais, challenge halloween

05/10/2013

Martine Bourre, Dans la Nuit d'Halloween

bourre_nuit_halloween.jpgJe n'ai pas l'habitude de lire des albums jeunesse mais c'est avec plaisir que j'ai parcouru Dans la nuit d'Halloween de Martine Bourre.

Cet album repose sur de superbes blanches ponctuées de courtes phrases, qui évoquent un petit conte en rimes. 

Partout des ombres se faufilent

ainsi commence la nuit d'Halloween

Les légumes s'agitent, se retrouvent et s'amusent "au clair de lune".

J'ai découvert que les planches étaient des photographies de montages faits par cette illustratrice, dont je vous invite à découvrir le site. Même si cet album ne comporte que quelques planches, chacune regorge de détails au charme irrésistible.

Un petit album vraiment adorable, à savourer quand on est un grand enfant et à partager avec les petits.

Lectures communes du jour autour d'un album jeunesse :

20 p

Martine Bourre, Dans la Nuit d'Halloween, 1998

album jeunesse, challenge halloween, dans la nuit d'halloween, martine bourre

25/10/2012

R.L. Stine, La Nuit des Pantins

stine_nuit pantins.jpgComme beaucoup d'entre vous sans doute, je me suis régalée jeune ado de la série Chair de Poule de R.L. Stine, qui m'a procuré bien des frissons (surtout Les Epouvantails de Minuit, lu et relu et qui me rappelait un téléfilm qui m'avait terrorisée petite – j'imaginais des bonhommes de paille vivants cachés dans mes placards). La Nuit des Pantins faisait partie des titres que j'aimais bien et je l'ai récemment relu en vue du challenge Halloween.

Caro et sa soeur jumelle Lucy vont fouiner dans la maison voisine en construction. C'est là que Caro découvre un pantin neuf dans une poubelle : elle a vite fait de l'appeler Clac-Clac et de le traîner partout avec elle pour préparer un numéro de ventriloque. Elle sera bientôt invitée pour faire son numéro lors de goûters d'anniversaire. Lucy est évidemment follement jalouse et, au grand dam de Caro, reçoit un autre pantin de son père : ce sera Mr Wood. Cependant il commence à arriver de drôles de choses aux deux soeurs et bientôt Lucy ne parvient plus à contrôler ce qu'elle dit lors de ses propres numéros de ventriloque. Il s'avère bien entendu que Mr Wood est plus vivant qu'il n'y paraît ; et il est bien décidé à faire des deux filles ses esclaves, sous peine de représailles.

Je gardais un bon souvenir de ce texte, sans doute parce que je n'ai jamais fait confiance aux soi-disant inoffensifs pantins de toutes espèces (premières angoisses avec une exposition d'automates lorsque j'étais enfant, fascinée mais morte de trouille). Et j'ai bien fait de me méfier de Clac-Clac et de Mr Wood, car je savais que leurs vilains visages peints cachaient des Chucky en devenir. Alors avant d'acheter une marionnette à vos enfants, je vous conseille cette petite lecture vivifiante qui vous mettra en garde contre les dangers que vous encourez. Et si vous ne changez pas d'avis, alors je ne pourrai plus rien faire pour votre âme qui devra lutter seule contre les puissances démoniaques !

r.l. stine,roman d'épouvante,chair de poule,halloween,challenge halloween,la nuit des pantinsExpérience redoutable et redoutée dans le cadre du challenge Halloween 2012 concocté par la sorcière Hilde et moi-même, pour la nouvelle étape made in the USA.

Lu en même temps cet été mais présenté plus tôt car il n'a vraiment rien d'effrayant : Nuits de Cauchemar, du même auteur.

3coeurs.jpg

 

 

142 p

R.L. Stine, La Nuit des Pantins, 1993

Halloweem 2012.jpg

08/10/2012

Olivier Cohen, La Fiancée de Dracula

je m'appelle dracula, olivier cohen, dracula, bram stoker, vampires, littérature jeunesse, roman français, paris, venise, je bouquine, la fiancée de dracula, challenge halloweenIl y a trois ans, je relisais avec délectation Je m'appelle Dracula, récit dans lequel le comte rédige ses mémoires afin de réfuter les abominables accusations contenues dans le récit de Bram « Stocker » (au sujet du « c » incongru je vous invite à lire mon billet sur ce premier opus pour me voir pérorer un peu).
Je commandais quelques jours plus tard la suite, « La Fiancée de Dracula » (que je ne pense pas avoir lu dans ma prime jeunesse) et voilà le résultat : il faut attendre la 3e édition du challenge Halloween pour que ce livre sorte de ma PAL !
Toujours réfugié dans le marais, Dracula alias Jacques Dracole (admirez l'art du camouflage) tente de mener une vie normale, si tant est que cela soit possible pour un vampire, et tient une galerie à Paris. Il y fait la rencontre d'Albertine qui semble immédiatement séduite par le sombre et séduisant comte, qui l'invite à dîner dans sa maison du Marais. Tous deux amoureux, Dracole et Albertine se fréquentent régulièrement et multiplient les promenades romantiques, en dépit de la peur que la jeune femme éprouve en présence de son fascinant compagnon.
Malheureusement l'affreux Van Helsing (curieusement ce type-là ne m'a jamais été particulièrement sympathique) poursuit toujours Dracula et convainc la police de l'aider à anéantir le monstre. Pour s'échapper, Dracula n'hésitera pas à s'enfuir avec Albertine à Venise... la suite, vous la connaîtrez si vous vous laissez aussi tenter par cette lecture !
J'ai dévoré ce court roman de jeunesse très agréablement écrit mais il m'a moins séduite que « Je m'appelle Dracula », peut-être parce que j'avais savouré la première fois les nombreux clins d'oeil au roman de Stoker. En tout cas, une lecture bien agréable qui vient à point nommé pour fêter ensemble Halloween.

Lu dans le cadre du challenge Halloween 2012 organisé ici et chez la diabolique Hilde

je m'appelle dracula, olivier cohen, dracula, bram stoker, vampires, littérature jeunesse, roman français, paris, venise, je bouquine, la fiancée de dracula, challenge halloween

 

 

92 p

Olivier Cohen, La Fiancée de Dracula, 1985
(j'ai donc fait une erreur en indiquant la date de publication de « Je m'appelle Dracula », j'ai dû retenir celle de l'édition Je Bouquine).

je m'appelle dracula, olivier cohen, dracula, bram stoker, vampires, littérature jeunesse, roman français, paris, venise, je bouquine, la fiancée de dracula, challenge halloween