Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2013

Scrooge, un Chant de Noël

bd_scrooge-un-chant-de-noel-bd.jpgQuoi de mieux pour fêter Noël que de faire appel à Charles Dickens et à son inoubliable Mr Scrooge ? Récemment, Petit Speculoos m'a donné envie de découvrir l'adaptation du célèbre récit en BD, avec Scrooge, un Chant de Noël. Une autre façon de retrouver A Christmas Carol, lu plusieurs fois, sans parler de certaines adaptations en film et dessin animé vues et revues (j'avais découvert cette histoire à l'origine avec Le Noël de Mickey !).

[Spoilers dans ce paragraphe pour ceux qui ne connaîtraient pas l'histoire] Londres, années 1840. Scrooge est un vieil usurier égoïste et désagréable, qui déteste les fêtes de Noël. Alors que s'annoncent les festivités dans la capitale, le vieux gripsou s'apprête à passer une nuit solitaire dans son appartement délabré. A partir de là, l'album simplifie quelque peu l'histoire. Dans le roman d'origine, son ancien associé décédé Marley lui rend visite et se fait simple messager, pour annoncer la venue de trois autres fantômes au cours de la même nuit (ceux du passé, du présent et du futur). Dans cette BD, Marley a lui-même demandé à intervenir auprès de son ancien partenaire pour lui donner une chance d'éviter la damnation éternelle. Ainsi c'est accompagné de Marley que Scrooge va entreprendre son périple à travers les années : il revoit son enfance solitaire et les moments perdus de sa jeunesse, lorsque le travail l'a par exemple éloigné d'une charmante jeune femme qui aurait été prête à l'épouser ; puis au présent, il découvre qu'il fait l'objet des moqueries de son neveu ou encore que son clerc vit dans une maison misérable et a un petit garçon très malade ; enfin dans le futur, il assiste au suicide de son neveu ruiné, découvre que le petit Tim, le fils de son clerc, est décédé, puis voit son propre enterrement, sans personne pour le pleurer. Il ne lui reste plus qu'à s'amender...

bd_scrooge2.jpgDans l'ensemble, j'ai trouvé cet album agréable à lire. Certaines des planches sont très réussies,  tout comme cette couverture qui a tout de suite attiré mon attention. J'ai beaucoup apprécié le sens du détail et les couleurs utilisées dans la représentation des rues ou des boutiques victoriennes en période de Noël. Au niveau du scénario, l'album simplifie quelque peu l'histoire, ce qui a ses avantages et ses inconvénients. Les péripéties sont restituées pour l'essentiel; en revanche, le fait de supprimer les trois fantômes d'origine nuit à la dimension fantastique, car il faut bien dire que, tout comme Scrooge d'ailleurs, le lecteur a un peu la chair de poule en lisant le conte d'origine et en imaginant ces épouvantables spectres, nettement moins sympathiques que le petit Marley avec sa silhouette rondouillarde dans la BD. De même, Scrooge est un peu trop rapidement réceptif au message qu'on cherche à lui faire passer. Autant sa prise de conscience est compréhensible et logique sous la plume de Dickens, autant dans l'adaptation on peut s'étonner de le voir converti si vite. Malgré tout on se laisse vite prendre au jeu et plus l'album avance, plus on passe un bon moment.

Logo BD Mango Vert.jpg

 

 

3coeurs.jpg

 

 

47 p

Rodolphe & Estelle Meyrand, Scrooge : un chant de Noël, 2008

british mysteries2.jpgXIXe siecle 01.jpg

 

 

 

 

 

il etait une fois noel2.jpgchristmastime.jpg

 

 

 

 

 

*****

J'en profite pour vous souhaiter un

JOYEUX NOËL !

noel1.png

23/12/2013

Les Quatre de Baker Street (T3)

bd_quatre baker street_t3.jpgCet été je me suis régalée avec Les Quatre de Baker Street, malgré une grosse frustration : pas de tome 3 à la médiathèque, j'avais donc fait l'impasse dessus comme j'ai mis ma PAL BD au régime. Pourtant le tome 4 faisait directement allusion à l'aventure précédente et même si on reprenait le fil de l'histoire sans problème, il était assez désagréable de ne pas savoir pourquoi un certain Bloody Percy en voulait tant à nos quatre amis francs-tireurs de Baker Street. Il y a quelques jours j'ai re-vérifié au cas où l'étagère sur laquelle se trouvait la série... yes !! Le tome 3 y figurait, tout beau, tout neuf.

Dans cette nouvelle aventure, Le rossignol de Stepney, Sherlock Holmes est fort occupé par un jeu d'échecs grandeur nature auquel il se livre avec son ennemi Moriarty. Il a donc peu de temps pour s'occuper de suivre  pour le compte de sa mère un jeune Lord qui s'encanaille dans les bas-fonds de la ville. La mission est donc confiée aux quatre de Baker Street, mais va sérieusement se compliquer. Lord Neville Asprey, troisième du nom, est en fait amoureux d'une chanteuse de cabaret. Celle-ci et son père vivent sous la menace de Bloody Percy qui leur extorque de l'argent au nom de Harry Sikes, qui, lui, tient le quartier d'une main de fer. Le cabaret est incendié alors que nos jeunes amis suivent le Lord : ils l'aident ainsi que sa belle à s'échapper. Dès lors, leur destin est mêlé à celui de Bloody Percy, qui se fait passer pour un gentleman et serait le bâtard d'un aristocrate mais est aussi un fou dangereux.

bd-quatre-de-baker-street,-tome-3---le-rossignol-de-stepney-2633972-250-400.jpgCe troisième tome est une réussite : l'intrigue est une des meilleures de la série, croisant différents milieux (bourgeoisie, aristocratie, artistes pauvres et pègre londonienne), mêlant une histoire de chantage à des considérations de haut rang et de respect de l'étiquette (avec beaucoup d'hypocrisie), en s'appuyant sur une grande variété de personnages. On traverse également différents quartiers de Londres, sans parler de l'asile de Bedlam où l'on voit pour la première fois la mère de Charlie, la tête enfermée dans une cage. Les dessins me plaisent énormément dans cette série et j'ai été particulièrement sensible à la façon dont on restitue ici les quartiers enneigés, les rues la nuit, sans parler du gentleman du crime Bloody Percy dont les tenues soignées, le charme et les éclairs de folie sont si bien retraduits qu'il semble prêt à bondir hors des pages de l'album à tout moment.

Encore un excellent moment passé à Londres è l'époque victorienne, cette fois-ci en plein hiver...

4,5coeurs.jpg



56 p

Djian, Legrand, Etien, Les Quatre de Baker Street, T3, 2011

christmastime.jpgil etait une fois noel1.jpg

British Mysteries01.jpg

Logo Lou.jpgXIXe siecle 02.jpgvictorien-2013.png

27/11/2013

Courtney Crumrin et le Royaume de l'Ombre

bd_courtney-crumrin-et-le-royaume-de-l-ombre-1010372-250-400.jpgJ'interromps mes lectures autour de la rentrée littéraire de septembre pour un dernier plongeon dans le monde des créatures de la nuit, avant la clôture définitive du challenge Halloween 2013 le 30 novembre. J'ai choisi de poursuivre mes pérégrinations en compagnie d'une sorcière au caractère bien trempé, avec Courtney Crumrin et le Royaume de l'Ombre.

Après avoir vengé une créature de la nuit en choisissant une fin cruelle pour un membre de l'assemblée des sorciers, notre jeune amie est obligée d'intégrer une école du samedi destinée aux petits sorciers de la région. Une fois de plus elle se sent rejetée par le groupe, qui la déçoit : les enfants de sorcières et magiciens sont loin de posséder ses pouvoirs, en revanche ils égalent en bêtise les autres écoliers. Lorsque l'un d'eux décide de transformer son petit frère en gobelin pour impressionner ses nouveaux camarades, Courtney tente de s'interposer en vain. Mais ce qu'elle avait prévu arrive : impossible de défaire le sort et de rendre au petit sa forme humaine. C'est finalement vers elle que les autres enfants vont se tourner pour mettre un terme à la malédiction, ce qui leur vaudra un voyage qu'ils ne seront pas prêts d'oublier au royaume de l'ombre.

J'ai de nouveau passé un excellent moment avec cette série décidément très imaginative et qui, bien que toujours autour du même univers, parvient à se réinventer avec de nouvelles péripéties pleines d'originalité. La psychologie des personnages est un autre point fort de cette série : pas de manichéisme, tous les protagonistes comportent leurs zones d'ombre, y compris la jeune Courtney et son oncle, les deux personnages les plus attachants de la série. Ainsi, de même que Courtney qui avait indirectement participé au meurtre d'un sorcier pour venger une créature dans le tome 2, Aloysius abandonne ici un sorcier à la justice vengeresse du Roi des Ombres. Une série vraiment réussie, aucunement mièvre... je vous la recommande de nouveau !

Mes billets sur les tomes 1, 2 et 4 de la série :

Courtney Crumrin et les Choses de la Nuit

Courtney Crumrin et l'Assemblée des Sorciers

Courtney Crumrin et les Effroyables vacances

courtney crumrin, courtney crumrin et le royaume des ombres, ted naifeh, challenge halloween

 

 

courtney crumrin, courtney crumrin et le royaume des ombres, ted naifeh, challenge halloween



135 p

Ted Naifeh, Courtney Crumrin et le Royaume de l'Ombre, 2004

courtney crumrin, courtney crumrin et le royaume des ombres, ted naifeh, challenge halloween

21/11/2013

End, Tome 1, Elisabeth

bd_end-t01.jpgCela fait un bon mois que j'ai lu le premier tome de la série End sans me décider à publier un billet. Evidemment j'ai même loupé le coche car j'étais persuadée de réussir à vous en parler hier pour la BD du mercredi de Mango et nos derniers mercredis fantastiques du challenge Halloween, mais si j'attends encore une semaine j'aurai bien trop de billets halloweenesques en attente d'ici la fin du mois et la clôture officielle de l'édition 2013 du challenge... alors je me secoue un peu en cet après-midi gris et froid pour partager avec vous cette découverte.

Je pouvais difficilement passer à côté de cette BD qui se passe en 1866 sous le règne de Victoria, qui commence dans un cimetière, traite de mystères et de jeunes demoiselles bien élevées dans un pensionnat anglais.

challenge halloween,barbara canepa,end,end elisabeth,challenge british mysteries,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,fantômes victoriensL'album s'ouvre sur l'enterrement d'Elisabeth, auquel celle-ci assiste impuissante, en présence de ses parents, de sa soeur aînée et de ses camarades de classe. Mais, même si elle est morte, l'adolescente de 13 ans n'est pas un fantôme, elle devient dotée d'un étrange pouvoir : ses mains provoquent la mort de tout ce qu'elle touche. Elle vit désormais dans une sorte de maison majestueuse, fantastique et inquiétante en compagnie d'autres créatures également devenues plus ou moins monstrueuses. Elisabeth n'a de cesse de s'échapper de cet "entre-deux-mondes" ; elle tente de communiquer avec sa soeur... mais à chaque tentative elle court de graves dangers. En parallèle, une bande de copines essaie de comprendre ce qui lui est arrivé, voire de la retrouver. Les secrets ne manquent pas : que cache le personnel du pensionnat d'Elisabeth ? Et cette soeur qu'elle apprécie tant et qui semble dotée d'un don mystérieux ?

J'ai d'abord été charmée par cet album en raison du graphisme et du superbe univers que l'on y découvre. Les amateurs d'époque victorienne seront séduits, ceux qui apprécient les influences gothiques également. Sur le fond, je suis curieuse de connaître la suite, car j'ai malgré tout trouvé l'histoire mise en place un peu confuse ; j'ai eu parfois l'impression de me perdre dans ses méandres et surtout, de ne pas retenir des aspects importants une fois l'album refermé depuis quelques jours. Autre défaut que m'a fait remarquer Mr Lou et qui avait un peu gêné ma lecture en effet : certains textes utilisent une toute petite police et parfois il faut se coller à la vignette pour réussir à en lire le contenu, ce qui est un brin agaçant. En somme, une atmosphère qui m'a complètement séduite mais pour le reste, une série qui doit encore faire ses preuves à travers le scénario du prochain tome pour me convaincre totalement.

challenge halloween,barbara canepa,end,end elisabeth,challenge british mysteries,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,fantômes victoriens



56 p

Barbara Canepa et Anna Merli, End, Tome 1, Elisabeth, 2012

halloween 2013.jpg

british mysteries2.jpg

 

 

 

 

 

challenge halloween,barbara canepa,end,end elisabeth,challenge british mysteries,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,fantômes victorienschallenge halloween,barbara canepa,end,end elisabeth,challenge british mysteries,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,fantômes victoriens

06/11/2013

Courtney Crumrin et l'Assemblée des Sorciers

bd-Courtney-Crumrin-tome-2.jpgJe poursuis ma découverte de la série Courtney Crumrin. Après le tome 4, puis, de façon extrêmement logique, le tome 1, je viens de lire le tome 2, Courtney Crumrin et l'Assemblée des Sorciers... que j'ai énormément apprécié.

Courtney s'est bien habituée à sa nouvelle vie chez son oncle, qu'elle apprécie de plus en plus. Si les cours ne la motivent pas particulièrement, elle étudie assidument la sorcellerie. Elle est d'ailleurs respectée des créatures de la nuit qui rôdent dans la forêt près de chez elle... mais bientôt va apparaître un effroyable monstre, plus dangereux que tous les autres (oui c'est la vilaine bête à piques sur la couverture). En parallèle, une sorcière qui vivait isolée est frappée par un terrible sort : elle vomit des crapauds et ses mains se transforment en serpents lorsqu'elle essaie d'écrire. On soupçonne la créature de la nuit avec laquelle elle vivait d'être responsable de ce qui lui arrive. Les sorciers des environs réclament vengeance et entendent bien éliminer ce pauvre Skarrow. L'oncle Aloysius et Courtney tentent de s'interposer, convaincus de l'innocence de la créature. Mais cela suffira-t-il ?

Autant j'avais lu le tome 4 sans souci sans avoir lu les premiers tomes, autant il est préférable de ne pas découvrir ce tome 2 sans avoir lu le tome 1, auquel Ted Naifeh fait allusion à plusieurs reprises. Ce deuxième tome s'appuie sur tout ce que nous savons déjà du contexte et de l'histoire des principaux personnages (créatures incluses) pour développer une nouvelle histoire haletante et pleine de rebondissements, sur fond de machinations politiciennes entre sorciers. Ce deuxième tome permet aussi de mieux appréhender la personnalité de Courtney et de son entourage. Les graphismes m'ont séduite, en particulier les plans consacrés à Skarrow ou au monde de la nuit. Un album passionnant, qui confirme la qualité de cette série que j'ai bien l'intention de continuer à lire !

Mes billets sur :

Courtney Crumrin et les Choses de la Nuit : highly recommended!

Courtney Crumrin et les Effroyables vacances

courtney crumrin, courtney crumrin et l'assemblee des sorciers, ted naifeh, challenge halloween



4coeurs.jpg



128 p

Ted Naifeh, Courtney Crumrin et l'Assemblée des Sorciers, 2003

halloween 2013.jpg

30/10/2013

Le Prince de la Nuit, Tome 1

bd_prince-nuit.jpgJe m'intéresse aux vampires depuis de nombreuses années (davantage à travers les classiques et des auteurs comme Anne Rice), pourtant je ne m'étais encore jamais décidée à découvrir la série BD Le Prince de la Nuit. Je n'étais pas particulièrement séduite par les illustrations et je pense que cela a beaucoup joué car normalement c'est un thème sur lequel je me serais plutôt ruée. Récemment, dans le cadre des Mercredis Fantastiques et du Challenge Halloween, Sharon puis Purple Velvet et FondantOchocolat m'ont remis cette série en mémoire, et leurs billets m'ont donné envie de la lire de suite.

J'ai donc modestement commencé par le tome 1 pour me faire ma petite idée. Et c'est une très bonne surprise !

bd_prince nuitT1bis.jpgUne nuit, une sorte de troubadour arrive dans un château fort dont les habitants périssent d'ennui. Le maître des lieux n'a guère envie de s'encombrer de ce charlatan mais son épouse exige de l'écouter pour se distraire et lui demande de la suivre dans ses appartements, avec sa dame de compagnie. Malgré les mauvais pressentiments de l'homme d'église assis à la table du Seigneur, on se contente simplement d'envoyer un garde près de la porte de la chambre. Entendant un cri, celui-ci entre : la dame de compagnie a eu la gorge tranchée et, les yeux rouges, l'inconnu boit le sang à même la gorge de la châteleine. Peu de temps après, son époux découvre qu'elle se lève de sa tombe chaque nuit pour aller se nourrir du sang d'innocents. Il accepte de mettre un terme à cela en suivant les rites consacrés (pieu, décapitation, purification par le feu...) puis quitte ses terres en faisant jurer à sa maisonnée que, s'il devait lui arriver quoi que ce soit, il compte sur son fils et les générations suivantes pour poursuivre sa quête et anéantir le monstre qui lui a ravi sa femme. Ce premier tome va être consacré à ses recherches et à sa nouvelle vie de chasseur : lieu après lieu, il traque le Prince de la Nuit en interrogeant ses créatures, qu'il supprime moyennant finances. En parallèle, à Paris dans les années 1930, un de ses descendants s'interroge sur l'état dépressif de sa famille et sur le lourd secret qui semble peser sur elle...

Beaucoup d'atouts à cette série qui me semble bien prometteuse ! Tout d'abord le scénario bien ficelé, qui ravira les amateurs d'histoires de vampires classiques en reprenant de nombreux codes, dans un contexte historique (Europe moyenâgeuse) bien rendu. Certes, cette histoire ne sera pas sans évoquer d'autres récits du même genre, mais la mise en parallèle de deux époques ainsi que la personnalité du Prince (plus proche du monstre que du dandy) et du Chasseur rendent cet album intéressant. Le dessin qui ne m'attirait guère est en tout cas très travaillé et rend bien l'atmosphère particulière de ces nuits passées et barbares ainsi que de ces contrées d'autrefois pour le moins inquiétantes. C'est un bel hommage à une certaine littérature gothique, les amateurs de vampires "à l'ancienne" devraient se délecter de cette plongée dans un univers mystérieux. Evidemment, je ne manquerai pas d'emprunter la suite lors de mon prochain passage à la médiathèque...

A noter ici d'autres BD de vampires :


swolfs,le prince de la nuit,challenge halloween,vampires

 

 

 

4coeurs.jpg



48 p

Swolfs, Le Prince de la Nuit, Tome 1, Le Chasseur, 1994

swolfs,le prince de la nuit,challenge halloween,vampires

23/10/2013

Courtney Crumrin et les Choses de la Nuit

bd_CourtneyCrumrinT1_1.jpgGrâce à vos billets notamment pendant les précédents challenges Halloween, j'avais repéré la fameuse série Courtney Crumrin qui m'intriguait au plus haut point. J'aimais bien les couvertures, m'attendais à une BD jeunesse plutôt mignonne... j'ai donc commencé par Courtney Crumrin et Les Effroyables Vacances (le tome 4) quand je suis tombée dessus à la bibliothèque. J'ai été très surprise de l'univers que j'ai découvert, assez différent de ce à quoi je m'attendais : dessins épurés en noir et blanc, une histoire dense développant largement la psychologie des personnages, un côté assez sombre, une héroïne adolescente un peu torturée, certainement pas mièvre ou gentillette. Et puis des références à tout un univers, celui des légendes monstrueuses d'Europe de l'Est, entre vampires célèbres et loups-garous.

Si j'ai beaucoup aimé ce quatrième opus, je me suis régalée avec le tome 1 (oui je reprends la série dans le bon ordre).

Courtney Crumrin et ses parents viennent s'installer dans l'énorme maison de leur grand-oncle (enfin il est très vieux, serait-ce le grand-oncle de Courtney ? de son père ? de son grand-père ? personne n'en est trop sûr...). Officiellement, le vieux Crumrin a besoin d'un peu de compagnie et d'assistance dans ses vieux jours, et ses ratés de neveux sont trop heureux de sauter sur cette occasion d'être hébergés gratuitement. En réalité, il se passe de drôles de choses chez l'oncle Aloysius et celui-ci s'est dit que pour passer inaperçu, rien de plus efficace que d'héberger chez lui les gens les plus communs qui soient, les représentants les plus ringards de la classe moyenne. Quant à Courtney, elle va découvrir un monde surprenant... une maison dans laquelle rôdent de curieuses créatures, une forêt peut-être plus dangereuse encore, sans parler d'une bande d'ados attardés bien décidés à lui mener la vie dure.

bd_courtneycrumrin01_2.jpgL'album s'articule autour de chapitres assez longs qui tous constituent une histoire à part. Au fur et à mesure nous suivons les efforts de Courtney pour s'intégrer (en vain) et ses premières expériences avec les grimoires de son grand-oncle ainsi qu'avec les créatures de la nuit diverses et variées qui menacent son quotidien.

Peut-être que l'histoire est plus légère que dans le tome 4, qui s'articule autour de deux nouvelles plus longues et assez sombres, mais ce premier tome est dynamique, plein d'humour. Avec beaucoup de créativité, Ted Naifeh développe un univers original, où les créatures inquiétantes sont également drôles ou ridicules ; Courtney est une jeune fille attachante au caractère bien trempé. Les dessins m'ont davantage plu que dans le tome 4 où les visages ne m'avaient pas spécialement séduite, notamment lorsque les traits étaient simplifiés façon manga. Ici j'ai trouvé le coup de crayon très agréable, mais peut-être me suis-je tout simplement habituée à cet univers. Je crois que j'aimerais bien lire cette série dans la version en couleur, mais les graphismes en noir et blanc sont intéressants. Je vous laisse vous régaler de la vue de la maison Crumrin, que j'aimerais bien visiter personnellement...

4coeurs.jpg

 

 

119 p

Ted Naifeh, Courtney Crumrin et les Choses de la Nuit, 2002

17/10/2013

Pierre Tombal, Cas d'Os Surprise

bd_pierre-tombal,-tome-7---cas-d-os-surprise.jpgDans ma quête halloweenesque, cette année il y aura beaucoup d'albums et BD.

Beaucoup de totales découvertes, de titres repérés chez vous, d'autres trouvés par hasard en médiathèque, en tout cas je m'essaie à tous les genres avec plaisir ! Il y a déjà eu ici Courtney Crumrin pour le roman graphique et le noir et blanc, Vendredi 13 pour le comics un peu trash à l'américaine ou encore Macabre avec de courtes nouvelles et un univers graphique un brin géométrique mais très réussi, et bientôt END (pas encore chroniqué) plus proche de mon univers victorien de prédilection - sans parler d'un autre tome de Courtney Crumrin et d'autres albums encore en attente chez moi.

Cette fois-ci je me suis essayée à une série qu'Arieste m'avait donné envie de découvrir, Pierre Tombal, avec son tome 7, Cas d'Os Surprise. Malheureusement ce sera ma première déception en ce terrifiant mois d'octobre et j'en suis d'autant plus mortifiée (!) qu'adorant l'humour noir j'attendais beaucoup de cette BD. 

bd_pierre-tombal,-tome-7---cas-d-os-surprise2.jpgPierre Tombal s'articule autour de courtes histoires, parfois d'une ou deux pages, parfois un peu plus, avec quelques personnages récurrents et bien sûr, notre ami le fossoyeur qui intervient à chaque fois. Cette BD humoristique a pour cadre un cimetière et nous permet de suivre le quotidien de Pierre Tombal et des habitants du cimetière qui, mieux vaut vous prévenir de suite, ne sont pas tout à fait morts. Ainsi, enterrés depuis quelques jours ou de nombreuses années, les voilà qui font de la gym en lançant leurs propres os, qui font des percussions, qui se plaignent du tapage nocturne voire trompent leur défunt mari avec un autre trépassé.

L'idée est loufoque mais je n'ai pas vraiment accroché malgré tout, je me suis même presque ennuyée. Je ne suis déjà pas du tout sensible à ce type d'illustrations (je suis de moins en moins attirée par l'univers de la BD franco-belge) ; malgré l'ambiance bien rendue, le petit trait humoristique qui caractérise les vignettes, je trouve un côté vraiment vieillot à ce genre de dessin. Sur le fond, j'ai parfois un peu souri et trouvé les blagues sympathiques mais je ne peux pas non plus dire que j'ai été conquise. J'aurais sans doute beaucoup plus apprécié cette série il y a quelques années où je lisais avec davantage d'enthousiasme Spirou, Gaston Lagaffe & co mais il faut croire que nos goûts changent ou que l'occasion était mal choisie. Je tenterai peut-être de lire un autre tome mais ce ne sera pas une priorité, même si je suis contente d'avoir satisfait ma curiosité.

2coeurs.jpg



Pierre Tombal, Tome 7, Cas d'Os Surprise de Raoul Cauvin et Marc Hardy, 1990

halloween 2013small.jpg

16/10/2013

Vendredi 13 en comics

bd_vendredi13.jpgMême si j'ai eu ma période film d'épouvantes quand j'étais ado, c'est assez tard que j'ai découvert le film culte Vendredi 13, dans le cadre du challenge Halloween 2011. Aujourd'hui j'ai décidé de tenter de nouveau ma chance et d'aller faire un petit tour au camp du lac Crystal en lisant le comics du même nom.

Je ne suis pas spécialement amatrice de comics et je m'attendais presque à être déçue de cette lecture, choisie par curiosité en prévision du mois d'octobre et de ses terrifiantes chroniques. Pourtant, je ressors plutôt satisfaite de cette deuxième rencontre avec l'inquiétant Jason.

bd_vendredi13-2.jpgLe pitch s'inspire largement du film bien entendu. Le camp de vacances est fermé depuis plusieurs années mais un investisseur a décidé de le rouvrir et de tirer parti des meurtres qui y ont eu lieu pour faire du business, avec vente de casques de hockey, T-shirts provocateurs... l'entrepreneur est persuadé que les adolescents seront ravis à l'idée de pouvoir dire qu'ils sont revenus du fameux camp de la mort. Une bande de jeunes arrive ainsi pour un job saisonnier : ils sont chargés de remettre le camp en état avant l'arrivée des premiers vacanciers. Evidemment, Jason est de retour et bien décidé à ne laisser aucun survivant.

Comme on pouvait s'y attendre, le comics comporte une bonne dose d'hémoglobine et une pincée d'érotisme, avec ce groupe de jeunes bien roulés et portés sur la chose. Le scénario n'est en rien surprenant pour qui connaît un peu Vendredi 13 et pourtant, je suis plutôt agréablement surprise. D'une part, l'histoire nous tient en haleine et se lit d'une traite (alors que je craignais de m'ennuyer un peu avec une redite du film) ; d'autre part, les auteurs ont choisi d'enrichir le pitch d'origine et rendent ainsi la lecture plus intéressante. Ainsi, on apprend que de nombreux événements tragiques ont eu lieu autour du lac depuis plus d'un siècle, avec notamment le massacre de nombreux indiens jetés ensuite dans le lac ou la mort par noyade de 150 enfants en l'espace de 70 ans. En termes de rebondissements, Jason a une attitude un peu ambigüe par rapport à une de ses victimes et lui tend à moment donné sa machette (même si comme tout le monde, elle finit au fond du lac). Il sort aussi du périmètre du camp pour retrouver sa dernière victime et se rend ainsi à l'hôpital où elle séjourne dans les environs.

Un comics qui fonctionne bien, qui peut constituer une introduction à qui voudrait découvrir Vendredi 13 et qui intéressera les amateurs de ce type de films.

En ce moment, les Mercredis sont Fantastiques avec Mango et la BD du mercredi et Hilde.

halloween mercredi.jpg

1




32 p

3coeurs.jpg

 

 

Vendredi 13, Comics de Gray, Palmiotti, Archer et Guzman, 2006

halloween 2013.jpg

09/10/2013

Pedro Rodriguez, Macabre

BD_macabre1.jpegJe dois encore à ma récente inscription à la médiathèque la découverte d'une petite pépite, Macabre de Pedro Rodriguez. Une BD dont le titre français et la couverture sont peut-être un peu trompeurs et évoquent un peu trop les Contes de la Crypte, tandis que le titre original me semble mieux correspondre au contenu : Historias para no dormir (Histoires pour ne pas dormir).

Avis aux amateurs de littérature classique, cet album est pour vous! Macabre met en scène des nouvelles d'auteurs célèbres pour leurs écrits fantastiques, et non des moindres ! Jugez-en par vous-mêmes, voici les textes sélectionnés par Pedro Rodriguez : La Main de Guy de Maupassant ; Le Pacte de Sir Dominick de Sheridan Le Fanu ; La Maison du Cauchemar de Edward Lucas White ; Le Vampire de John William Polidori ; La Maison B... à Candem Hill de Catherine Crowe ; Le Voleur de Cadavres de Robert Louis Stevenson et Le Chat Noir de Edgar Allan Poe.

BD_macabre2.jpegMême si je suis friande de nouvelles d'inspirations gothiques et ai déjà lu au moins un texte de la plupart de ces auteurs, j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir des histoires qui m'étaient encore inconnues ou à retrouver de vieilles connaissances. Cette BD a le mérite de nous donner envie de nous plonger de suite dans les textes originaux du XIXe et de connaître un peu mieux leurs auteurs. Les récits ont été judicieusement choisis : thèmes et cadres variés, histoires de fantômes, de vampires, de mauvais sort ou de malédiction, toujours selon une pâte assez classique dont je raffole personnellement. Certes, à force de lire ce genre de littérature on a souvent une petite idée des frissons qui nous attendent et des effets recherchés par les auteurs de cette époque, mais c'est toujours un vrai délice que de se laisser embarquer par leur talent de conteurs !

Si le fond est un vrai régal, la forme m'a également beaucoup plu. Les palettes de couleurs sont toujours les mêmes, dans une atmosphère sepia qui convient bien au contenu. Les personnages ont un visage assez géométrique qui peut-être déplaira à certains, mais j'ai pour ma part apprécié cette touche moderne mélangée à un respect assez rigoureux du cadre historique, à travers les décors et les codes vestimentaires.

Cet album est de ceux que l'on relira avec plaisir plusieurs fois et qui ont toute leur place dans la bibliothèque des amoureux du XIXe et de la littérature fantastique classique. C'est aussi un excellent moyen de découvrir ou de faire découvrir (par exemple à des lecteurs adolescents) des auteurs passionnants. 

halloween mercredi.jpg

Pour la 2e édition des Mercredis Fantastiques, organisés avec Mango et Hilde. Les billets du jour :



4,5coeurs.jpg



95 p

Pedro Roriguez, Macabre, 2010

british mysteries2.jpgvictorien-2013.pngXIXe siecle 02.jpg

02/10/2013

Courtney Crumrin et les Effroyables Vacances

BD_courtney-crumrin-et-les-effroyables-vacances.-1010482-250-400.jpgJ'amorce ma participation aux Mercredis Fantastiques avec la présentation de Courtney Crumrin et les Effroyables Vacances. J'avais repéré la série sur les blogs et notamment chez Hilde il y a longtemps et me suis décidée à la lire en tombant dessus au hasard de mes explorations des rayons BD de la médiathèque à laquelle je me suis récemment inscrite.

Je ne me souvenais plus précisément des billets déjà lus, j'ai donc jeté mon dévolu un peu au hasard sur ce tome qui n'est pas le premier (ma spécialité!) et l'ai ouvert avec beaucoup de curiosité dès mon retour chez moi.

Cet album comporte deux histoires distinctes. Pendant ses vacances avec son grand-oncle, Courtney va découvrir d'une part une bande loups-garous, puis deux vampires, dans une Europe centrale superstitieuse, mystérieuse et un brin inquiétante. Jeune sorcière, Courtney se mêle d'affaires qui ne la concernent pas pour aider son prochain, au risque de se mettre elle-même en danger.

courtney crumrin,courtney crumrin et les effroyables vacances,ted naifeh,challenge halloweenPremière découverte, il s'agit d'un comics, aux dessins noirs et blancs, dont les personnages aux traits parfois minimalistes peuvent évoquer l'univers des mangas. Pour être tout à fait honnête, je ne suis pas très sensible au graphisme de cet album ; s'il ne m'a pas dérangée il m'a laissée plutôt indifférente et notamment, je n'ai pas spécialement aimé la façon de dessiner les visages (oui je sais que les fans des illustrations sont nombreux, j'espère que vous voudrez bien continuer à me parler après avoir lu ce terrible aveu).

Malgré cela j'ai dévoré cette BD et compte bien emprunter d'autres tomes lors de mon prochain passage à la médiathèque. Et en effet, le scénario est une vraie réussite ! Dense, riche, sur un format long qui permet de développer la psychologie des personnages. On a vraiment l'impression de lire un roman graphique, avec toute la complexité que cela implique par rapport à un album plus court, au contenu nécessairement plus épuré. Impossible de lâcher cette BD une fois commencée !

Les Mercredi Fantastiques,  une aventure halloweenienne partagée avec Mango et la BD du mercredi ainsi que, bien sûr, ma complice de longue date Hilde.

Les billets du jour :

3,5coeurs.jpg

 

 

122 p

Ted Naifeh, Courtney Crumrin et les Effroyables Vacances, 2008

halloween mercredi.jpg

25/09/2013

Miss Endicott, T1

BD_Miss-Endicott--tome-1.jpgAvec les BD j'ai mes périodes, j'en lis plusieurs de suite puis traverse de longs déserts... en ce moment, depuis mon inscription à la médiathèque, je suis dans une intense phase de découverte... c'est ainsi qu'en me promenant au hasard des rayons je suis tombée sur Miss Endicott, une série dont je ne savais absolument rien mais qui a de suite attiré mon attention en raison du cadre victorien. Bien m'en a pris, c'est tout simplement mon plus gros coup de coeur BD depuis longtemps ! Rien ne présageait un tel plaisir de lecture, d'autant plus que sans le titre British je n'aurais probablement pas repéré cet album, dont je trouve la couverture assez quelconque.

Fourquemin et Derrien, Miss Endicott, londres, londres xixe, angleterre, angleterre victorienne, angleterre xixe, challenge british mysteriesJeune femme intrépide au caractère bien trempé, Miss Endicott revient des Indes après une longue absence. Elle assiste à l'enterrement de sa mère et se voit remettre une mystérieuse clef, puis débute sa nouvelle vie londonienne au poste de gouvernante dans une riche maison. Kevin, son élève, a l'habitude de faire fuir dès le premier soir toutes ses gouvernantes, mais curieusement, il s'entend de suite avec Miss Endicott. Ses parents sont peu présents, le foyer est essentiellement composé de ces deux personnages et du majordome. Mais Miss Endicott cache bien ses petits secrets : gouvernante le jour, elle s'apprête à remplacer sa défunte mère et à devenir conciliatrice de la ville la nuit. Ainsi, si vous avez un problème avec un voisin, si votre boulanger vous arnaque, si quelqu'un vous menace, vous pouvez aller trouver Miss Endicott, elle saura quoi faire pour vous aider. Au cours de ses premières nuits d'enquête, notre conciliatrice va découvrir le monde souterrain des oubliés, toutes ces personnes trop laides, trop difformes, trop loqueteuses pour que leur présence soit tolérée à la surface.

J'ai dévoré cette BD et compte lire la suite prochainement, voire même me faire plaisir et m'offrir plus tard le coffret en deux tomes tant j'ai passé un excellent moment. L'histoire est originale, les péripéties ne manquent pas, les personnages sont attachants, pleins d'humour, leur personnalité est habilement retraduite... quant aux dessins, ils m'ont particulièrement plu, aussi bien pour les palettes de couleurs que pour les personnages, les costumes, les décors, et ces maisons qui semblent prêtes à s'effondrer les unes sur les autres à tout moment. Un album riche, passionnant, une petite pépite !

Logo BD Mango Vert.jpg



Fourquemin et Derrien, Miss Endicott, londres, londres xixe, angleterre, angleterre victorienne, angleterre xixe, challenge british mysteries



77 p

Fourquemin et Derrien, Miss Endicott T1, 2007

british mysteries6.jpgvictorien.jpgLogo Lou.jpgXIXe siecle 01.jpg

11/09/2013

Les Quatre de Baker Street (T4)

les quatre de baker street,les orphelins de londres,arthur conan doyle,sherlock holmes,époque victorienne,londres,londres xixe,londres victorienne,angleterre victorienne,angleterre xixe,mois anglais,challenge british mysteriesLa médiathèque n'ayant pas le tome 3 des Quatre de Baker Street, me voilà déjà avec le tome 4... un peu dommage car dans le tome 3 on rencontre un nouveau personnage, Bloody Percy, arrêté grâce à Sherlock et aux Quatre de Baker Street. Lorsque débute le tome 4, Bloody Percy parvient à s'échapper de prison à la veille de son exécution et entend bien se venger rapidement de ceux qui ont conduit à son arrestation.

C'est un tome qui démarre sur les chapeaux de roues. Les journaux annoncent la mort de Sherlock Holmes en Suisse, il serait mort en tombant dans les chutes de Reichenbach lors d'une confrontation avec le terrible Moriarty. Désemparés, les francs-tireurs de Baker Street se disputent et tour à tour, s'éloignent chacun de leur côté, prêt à abandonner l'équipe et à vivre une nouvelle vie. C'est à ce moment que Bloody Percy s'échappe, bien décidé à leur faire la peau, à eux ainsi qu'au Docteur Watson... qui bénéficie d'une protection policière, contrairement aux trois enfants.

Black Tom retourne à Kilburn dans sa famille, il est accueilli à bras ouverts par son oncle, sa tante, ses trois abrutis de cousins et sa jolie cousine. On lui demande cependant de s'introduire dans les maisons des rupins pour voler l'argenterie en compagnie de ses cousins.

Billy erre dans Londres, mais ses pas croisant rapidement ceux de Bloody Percy, il décide de chercher ses camarades à l'aide du docteur Watson, lui aussi désireux d'aider les anciens alliés de Sherlock Holmes.

Quant à Charlie, après avoir volé un peu de nourriture, elle est envoyée dans une workhouse, habillée en fille contre son gré, et forcée de travailler à la blanchisserie, maltraitée, provoquée, heureusement toujours pleine de présence d'esprit.

J'ai trouvé ce tome 4 très réussi, c'est peut-être même mon préféré de la série - du moins, des trois tomes que je connais ! Le fait de séparer les franc-tireurs nous permet de côtoyer différents milieux, classiques de la fiction néo-victorienne, milieux dont l'atmosphère est très bien restituée. Loin de fractionner le récit et d'en faire des scenettes sans lien les unes avec les autres, ces histoires parallèles apportent beaucoup de dynamisme et permettent de mettre mieux en avant les personnages, notamment Charlie qui est plus en retrait habituellement et dont on découvre ici avec plaisir toutes les ressources. Davantage un récit d'aventures qu'une enquête policière, ce 4e tome est vraiment très vivant et toujours aussi bien servi par un graphisme irréprochable. Amateurs d'époque victorienne, cette série est faite pour vous !

 les quatre de baker street, les orphelins de londres, arthur conan doyle, sherlock holmes, époque victorienne, londres, londres xixe, londres victorienne, angleterre victorienne, angleterre xixe, mois anglais, challenge british mysteries

 

 

4,5coeurs.jpg



56 p

Djian, Etien, Legrand, Les Quatre de Baker Street, Tome 4, Les Orphelins de Londres, 2012

les quatre de baker street,les orphelins de londres,arthur conan doyle,sherlock holmes,époque victorienne,londres,londres xixe,londres victorienne,angleterre victorienne,angleterre xixe,mois anglais,challenge british mysteriesles quatre de baker street,les orphelins de londres,arthur conan doyle,sherlock holmes,époque victorienne,londres,londres xixe,londres victorienne,angleterre victorienne,angleterre xixe,mois anglais,challenge british mysteries


 

 

les quatre de baker street,les orphelins de londres,arthur conan doyle,sherlock holmes,époque victorienne,londres,londres xixe,londres victorienne,angleterre victorienne,angleterre xixe,mois anglais,challenge british mysteries

19/08/2013

Les Quatre de Baker Street (T2)

les quatre de baker street,le dossier raboukine,arthur conan doyle,sherlock holmes,époque victorienne,londres,londres xixe,londres victorienne,angleterre victorienne,angleterre xixe,mois anglais,challenge british mysteriesJe poursuis mes enquêtes en compagnie des Quatre de Baker Street, cette fois-ci avec le 2e tome, Le dossier Raboukine. J'avais beaucoup apprécié le premier tome pour le contexte bien rendu, les allusions à Sherlock Holmes et le graphisme très réussi. Le tome 2 reprend tous ces ingrédients avec un scénario plus intéressant encore, pleinement ancré dans le contexte socio-politique de l'époque.

Deux ans après l'affaire Jack l'Eventreur, de nouveaux meurtres de prostituées dans l'East End s'enchaînent et rappellent par leur exécution ceux de 1888. L'Eventreur serait-il de retour ? En l'absence de Sherlock Holmes, parti enquêter sur la disparition d'un Stradivarius sur le continent, les quatre décident de mener l'enquête, car la dernière victime était connue de Billy, l'un des membres des attachants Francs-Tireurs de Baker Street. Presque de suite, leurs pas croisent ceux de révolutionnaires russes mêlés à l'affaire. L'un d'eux a en effet été accusé d'être le meurtrier, mais cela pourrait être un coup monté...

les quatre de baker street,le dossier raboukine,arthur conan doyle,sherlock holmes,époque victorienne,londres,londres xixe,londres victorienne,angleterre victorienne,angleterre xixe,mois anglais,challenge british mysteries

Un très bon opus que celui-ci, mêlant l'hommage à Sherlock Holmes à la Grande Histoire, lorsque les anarchistes russes venaient s'exiler à Londres, poursuivis par la police secrète du tsar. Toujours beaucoup d'humour et des illustrations vivantes, soignées, témoignant d'un vrai souci du détail. Une série à consommer sans modération !

Lecture commune pour le challenge British Mysteries. Les billets des autres participants :

Les Quatre de Baker Street, T1 : Sharon

Les Quatre de Baker Street, T2 : Hilde

Les Quatre de Baker Street, T1 et T2 : Cryssilda,

Fog, T1 : Alexandra,

les quatre de baker street,le dossier raboukine,arthur conan doyle,sherlock holmes,époque victorienne,londres,londres xixe,londres victorienne,angleterre victorienne,angleterre xixe,mois anglais,challenge british mysteries



56 p

Djian, Etien, Legrand, Les Quatre de Baker Street, Tome 2, Le Dossier Raboukine, 2010

 

British Mysteries01.jpg

  victorien-2013.pngles quatre de baker street,l'affaire du rideau bleu,arthur conan doyle,sherlock holmes,époque victorienne,londres,londres xixe,londres victorienne,angleterre victorienne,angleterre xixe,mois anglais,challenge british mysteries

 

19/06/2013

Les Quatre de Baker Street (T1)

BD_baker street_T1.jpgAujourd'hui, je vais à mon tour vous parler d'un album dont j'avais entendu beaucoup de bien, Les Quatre de Baker Street (tome 1, L'Affaire du Rideau Bleu). Il avait tout pour me plaire : pour personnages principaux, les moineaux de Sherlock Holmes ; en toile de fond, Londres en 1889... en fait ces deux éléments suffisaient à eux seuls à aiguiser ma curiosité.

Dans le premier tome, l'un des trois moineaux, Tom, voit sa jeune petite amie se faire enlever en pleine rue par deux hommes dangereux et  violents. Il n'a de cesse de retrouver "sa Betty" et fonce tête baissée dans les pires ennuis. Heureusement, ses deux fidèles acolytes Billy et Charlie vont le suivre dans cette aventure et, avec un peu de jugeotte et une bonne dose de courage, ils vont lui épargner quelques ennuis...

bd_baker street t1.jpg

Je me suis régalée avec cette bande dessinée qui séduira les amateurs d'époque victorienne par le sens accordé aux détails (costumes, rues, boutiques...) et la thématique. Le sujet est assez sordide, puisqu'il est question de maisons closes et de mises aux enchères de jeunes vierges (ce n'est pas la première fois que je retrouve ce thème dans des oeuvres sur l'époque), mais à aucun moment la BD ne s'enfonce dans le misérabilisme ou une ambiance glauque qui fait souvent la joie des artistes cherchant à recréer l'époque victorienne (si bien qu'au bout d'un moment on a besoin d'un peu d'air ! dernier exemple en date sur ce blog, The Pleasures of Men de Kate Williams). Dans Whitechapel ou Baker Street, le trait est juste, précis, les dessins fourmillent de détails et offrent aux yeux une riche palette de couleurs. Le scénario est très sympathique et ne manque pas d'humour. Bref, on se régale !

Cet album me faisait de l'oeil depuis un petit moment, mais c'est grâce à l'adorable Hilde que j'ai finalement pu le découvrir.

Une LC dans le cadre du Challenge British Mysteries (RDV le 19 juillet pour parler de Jack the Ripper), du Mois anglais et du Challenge Victorien d'Arieste.

3,5coeurs.jpg

 

56 p

Djian, Legrand, Etien, Les Quatre de Baker Street, T1, 2009

Mois anglais 2013_04.jpgBritish Mysteries01.jpg

 

 

 

 

 

victorien-2013.pngles quatre de baker street,l'affaire du rideau bleu,arthur conan doyle,sherlock holmes,époque victorienne,londres,londres xixe,londres victorienne,angleterre victorienne,angleterre xixe,mois anglais,challenge british mysteries