Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2014

Caroline Preston, Le Journal de Frankie Pratt

preston_frankie pratt.JPGIl y a maintenant deux mois que j'ai lu Le Journal de Frankie Pratt de Caroline Preston et que celui-ci darde un regard accusateur sur moi à chaque fois que je passe à côté de la table sur laquelle il végète depuis. J'ai décidé de remédier à cet oubli avant que le livre en question ne décide de bondir de son perchoir pour m'assommer par dépit. Avant l'arrivée du Mois Anglais (devenu une tradition en juin pour quelques-unes d'entre nous), une petite brise américaine ne nous fera pas de mal, d'autant plus que ce livre plein de fraîcheur est un vrai régal. D'ailleurs, c'est bien simple : ne lisez pas ce billet mais précipitez-vous plutôt chez votre libraire pour vous offrir ce petit bijou !

Bon. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus avant de se lancer dans un achat compulsif, voici quelques mots sur Le Journal de Frankie Pratt. Frankie est une jeune fille modeste du New Hampshire. Orpheline de père, elle vit avec sa mère et ses deux frères. Elle décide un jour d'utiliser une vieille machine à écrire pour rédiger son journal : nous la suivrons de 1920 à 1928, du lycée aux premières années suivant l'obtention de son diplôme.

frankie pratt1.jpgFrankie est une jeune femme pétillante, brillante, qui ne semble rencontrer que des gens assez fascinants. Elle s'amourache d'un homme marié plus vieux qu'elle (mais sa mère met un terme à cette histoire avant qu'un scandale n'éclate) puis devient boursière et part étudier à Vassar, où elle se lie d'amitié avec des jeunes filles riches qui n'ont d'autre ambition que de faire un beau mariage. Elle tombe sous la coupe d'une jeune Juive new-yorkaise pour le moins vampirique qui l'influencera beaucoup avant de l'écarter... ce qui n'empêchera pas Frankie de retrouver le frère de cette ancienne amie à New York une fois son diplôme en poche et de découvrir à ses côtés les joies d'une vie bohème. Sur un paquebot, alors qu'elle se rend à Paris, elle rencontrera un des derniers membres de la famille du tsar assassiné au début du siècle.

frankie pratt3.jpgBien que moins glamour, Frankie a - un peu par procuration - la vie excitante d'héroïnes à la F.S. Fitzgerald ou Truman Capote (il est d'ailleurs fait allusion à L'Envers du Paradis que Frankie lit). Elle rencontre de forts caractères, porte un regard perçant sur ce qui l'entoure et décrit ses aventures avec une pointe d'humour. Elle quitte sa petite ville du New Hampshire pour des lieux pleins de dynamisme, ces "places to be" qui ont enflammé l'imagination des écrivains de l'époque.

frankie pratt2.jpgMais ce qui fait de ce livre un objet à part, c'est son format : Caroline Preston a choisi de raconter son histoire grâce au scrapbooking. Elle a ainsi cherché une multitude d'objets anciens (jusqu'à des photos, des tickets d'entrée, des publicités...). Et ça fonctionne. L'histoire et le format se complètent naturellement, l'ensemble donnant l'impression d'une grande fluidité. La construction de ce roman a dû se faire de deux façons : des idées de scènes ont dû donner lieu à la recherche d'objets et, à l'inverse, la découverte d'objets a dû nourrir l'histoire de petites anecdotes. Ce roman nous offre une belle immersion dans les années 1920... on passe d'ailleurs autant de temps à découvrir l'histoire de Frankie qu'à observer attentivement les éléments scrappés. Un vrai plaisir de lecture, un beau livre chaudement recommandé !

Merci aux éditions du Nil pour ce délicieux moment de lecture.

Photos Copyright MyLouBook

5coeurs.jpg

 

 

238 p

Caroline Preston, Le Journal de Frankie Pratt, 2011

20/05/2014

Mois anglais : billet d'inscription

mois anglais 2014_1.jpg

Bonjour à tous,

Cette année nous innovons un peu. Pour vous inscrire au Mois anglais, nous vous invitons à renseigner votre url ci-dessous. Vous pouvez saisir votre lien sur l'un de nos trois blogs... en principe si tout fonctionne bien tous les blogs inscrits s'afficheront en même temps chez Cryssilda, Titine et moi.

ATTENTION : pour ajouter votre url, cliquez sur "add your link" (case bleue). Vous serez redirigés sur une page sur laquelle vous devrez indiquer :

- l'url de votre blog (idéalement votre billet de présentation du mois anglais si vous en avez rédigé un)

- Votre pseudo (par exemple "Lou @ Myloubook")

- Votre email

Votre participation sera directement prise en compte.

Les ajouts de liens ne doivent pas se faire dans les commentaires ci-dessous. Utilisez bien la case "add your link". Merci à vous ;)

 

Nous espérons que vous profiterez bien de ce mois si anglais en notre compagnie et sommes déjà ravies de vos petits mots enthousiastes !

A bientôt, Anglaisement vôtre,

Lou

13/05/2014

Florence Thinard, Le rêve du Professeur Borax

thinard_Le-reve-du-professeur-Borax_3209.jpegGrâce à Masse Critique de Babelio, j'ai découvert Le rêve du Professeur Borax, court récit s'adressant aux lecteurs en herbe et pouvant tout à fait constituer une histoire du soir digne de ce nom pour les jeunes parents.

Si la jolie couverture m'avait séduite avec son personnage fantasque et rêveur, j'ai été également agréablement surprise par l'histoire même. Le professeur Borax est un scientifique horriblement ennuyeux ; imaginez donc : voilà un homme qui ne pense qu'à son travail, ne s'amuse jamais, n'a pas d'amis et bien peu de souvenirs de son enfance. Un soir, alors qu'il travaille encore, le voilà qui s'endort, rapetisse et se glisse entre les pages de son cahier. Il déambule parmi ses formules chimiques mais retrouve bien vite Simon-le-cochon, son ancienne peluche. Peu à peu, d'autres possibles s'ouvrent à lui et c'est une nuit de débauche qui s'annonce, pleine de projets fous et de gourmandises...

Voilà un très joli texte, agréablement écrit et servi par des illustrations amusantes et pleines de tendresse. Le destin du professeur ne laissera pas indifférents ses lecteurs, apprentis sorciers ou rêveurs aguerris.

Le billet d'Enfantipages.

Merci à Babelio et aux éditions Bulles de Savon pour cette lecture.

3coeurs.jpg

 

 

35 p

Florence Thinard, Le rêve du Professeur Borax, 2014

 masse_critique.jpg

03/05/2014

Bilan de mes lectures de mars et avril

Avec l'arrivée du printemps j'ai profité de quelques heures bien agréables au parc avec Baby Lou pour savourer de bons romans. Si je n'ai pas fait des centaines de lectures j'ai bien apprécié ces doux moments volés. Je suis loin d'avoir publié, voire rédigé tous mes billets (d'ailleurs le temps passe bien vite car je me rends compte qu'il me reste à chroniquer deux lectures de février).

J'ai voyagé en Sardaigne, au Maroc, à Camden Town dans les années 1970-80 puis bourlingué en compagnie du professeur Borax...

murgia_guerre saints.jpgbilan de lecture

bennett_dame camionnette.jpgthinard_Le-reve-du-professeur-Borax_3209.jpeg

Michela Murgia, La Guerre des Saints : roman lu et chroniqué au début du mois de mars mais je n'ai toujours pas publié mon billet... j'ai préféré Accabadora du même auteur mais cela reste un plongeon agréable dans un petit village de Sardaigne.

Valentine Goby, La Fille Surexposée : à partir de la superbe toile qui figure sur la couverture, Valentine Goby s'intéresse au peintre Miloudi Nouiga et au destin de ces "Mauresques" si prisées par les soldats français. Plusieurs récits enchâssés, un exercice de style réussi.

Alan Bennett, La Dame à la Camionnette : un récit extrait du journal d'Alan Bennett ; autour de ses échanges avec une SDF du quartier de Camden Town qui finit par garer définitivement sa camionnette dans le jardin de l'écrivain. Une illustration intéressante des années Thatcher.

Florence Thinard, Le Rêve du Professeur Borax : charmant roman jeunesse, pour les lecteurs débutants. Un style agréable, un brin de fantaisie et une histoire mignonne comme tout.

... mais j'ai surtout fait d'autres lectures mystérieusement britanniques, à travers romans et nouvelle...

fitzpatrick_neuvieme pierre.jpgcollins_littlenovels_ghosts touch.jpgjenkins_harriet.jpg

waddell_Depuis-le-temps-de-vos-peres_3570.jpegst james_haunting of maddie clare.jpgbilan de lecture

 

Kelly Fitzpatrick, La Neuvième Pierre : excellente idée de départ, cadre victorien entre Londres et l'Inde, des personnages féminins atypiques et la présence de fantômes qui apportait une touche originale... malheureusement le roman s'essouffle, les héroïnes meurent trop vite, on ne voit pas grand-chose de l'Inde coloniale et les spectres ont fait leur apparition pour n'être pas du tout exploités ensuite. Au final une lecture plaisante mais qui me laisse un peu mitigée.

Wilkie Collins, The Ghost's Touch : nouvelle dans laquelle un mari décédé vole au secours de sa tendre épouse. Ce n'est pas le meilleur texte de Wilkie mais comme j'adore ce dernier j'étais ravie de découvrir ce texte inconnu pour moi.

Elizabeth Jenkins, Harriet : excellent roman inspiré d'un fait divers sordide. Une femme est séquestrée par la famille de son époux et finit par mourir de faim.

Dan Waddell, Depuis le Temps de vos pères : un policier trouvant ses racines dans un événement datant de la fin du XIXe. Entre une Londres d'aujourd'hui et d'hier et les Etats-Unis. Un bon page-turner.

Simone St James, The Haunting of Maddy Clare : une histoire de fantômes dans les années 1920 en Angleterre, découverte grâce à Soie. Je me suis régalée au début mais la deuxième partie est un peu moins aboutie. Deux voire trois scènes à vous donner la chair de poule !

Christopher Edge, Shadows of the Silver Screen : Fantômes et cinéma devenant réel, une excellente idée de départ mais une exécution un peu décevante. Une lecture détente.

... mais aussi des BD neo-victoriennes !

bd_elinor-jones,-tome-2---le-bal-de-printemps-174166-250-400.jpgbd_elinor-jones-3.jpg

bd_clues_t1_cover.jpgbd_clues.jpgbd_Basil-et-Victoria-Tome-1--Sati_.jpeg

Elinor Jones, T2 & 3 : une couturière dans la prestigieuse maison Tiffany, au XIXe siècle. Petites intrigues, grands secrets et surtout de superbes robes... c'est cet aspect que j'ai le plus apprécié. Pour le reste, j'ai trouvé l'histoire plaisante mais un peu légère et n'ai pas du tout réussi à m'attacher aux personnages, dont celui d'Elinor Jones que je trouve sans grand intérêt.

Clues, T1 & T2 : gros gros coup de coeur pour les deux premiers tomes de cette série encore une fois victorienne. Suspense, vengeance, traits d'humour, personnages très réussis et des illustrations parfaites. Je réserve mes billets pour le Mois anglais à venir...

Basil & Victoria, T1 : jolies illustrations pour cette série... victorienne (devrais-je encore le préciser ?). On pense pour l'histoire à Oliver Twist et aux Quatre de Baker Street. J'ai davantage apprécié les dessins et ai eu un peu de mal à me laisser emporter par le récit mais je récidiverai avec le tome 2 pour voir.

Et quelles lectures ont marqué ce début de printemps pour vous ?

******

Si je pense vous présenter en mai quelques SP ainsi que des albums jeunesse parcourus avec Baby Lou, mes lectures seront toujours plus anglaises puisque le Mois anglais revient en juin pour une troisième édition ! Titine nous a déjà préparé ce beau logo et cette année Cryssilda se joint de nouveau à nous pour ce mois so delightful !

Au programme, déjà quelques LC prévues :

- 2 juin : "Jane Eyre" de Charlotte Brontë avec Soie

-10 juin : "Waterloo Necropolis" de Mary Hooper

-19 juin : un Wilkie Collins au choix, lecture prévue pour le challenge British Mysteries

-23 juin : "La déchéance de Mrs Robinson" de Kate Summerscale

-26 juin : un Vita Sackville-West au choix

Alors, prêts à embarquer ? Pour vous inscrire depuis ce blog il faut aller ici.

mois anglais 2014_1.jpg