Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2014

Valentine Goby, La Fille surexposée

goby_la-fille-surexposée.gifRentrée littéraire automne 2013

Ce roman de Valentine Goby s'inscrit dans le projet des éditions Alma de couvrir les thèmes fondamentaux de l'art selon Picasso : "la naissance, la grossesse, la souffrance, le meurtre, le couple, la mort, la révolte et peut-être le baiser". La Fille surexposée traite de la révolte.

Valentine Goby s'inspire pour cela d'une oeuvre de Miloudi Nouiga, qui a réalisé une série autour des "Mauresques", ces photos érotiques de femmes nord-africaines vendues sous la forme de cartes postales dans la première moitié du XXe. Ces clichés recréent un orientalisme de pacotille, utilisant tel ou tel élément de façon à laisser penser que la jeune femme est de telle ou telle origine... alors que les mêmes modèles se retrouvent  sur plusieurs photos, tantôt marocaines, tantôt algériennes ou tunisiennes. Miloudi Nouiga barre ces photos de grands coups de pinceaux, d'une pluie de gouttes de toutes les couleurs, diluées à l'eau de javel.

Maintenant ça sèche. Le cliché orientaliste ravagé. Miloudi le regarde. Il est le mensonge et la preuve du mensonge. Il produit le mensonge, un mirage de Mauresque début de siècle qui n'a pas existé. Et il atteste de l'existence d'un bordel officiel à Casa, avalé par un trou de mémoire. Un mensonge auxiliaire de la vérité (p 117).

Avec habileté, l'auteur brode autour de la toile en couverture du roman, basée sur une carte postale intitulée Khadidja la Marocaine. Elle dit d'elle-même à la fin du livre :  Je dessine, restitue, invente le hors-champ, le hors-temps de l'image, du moment : cela fait des romans (p 124).

Dans les années 1920, un photographe met en scène une fille prête à se dénuder pour un complément de revenu, malgré les interdits de sa religion qui voudraient que le corps ne soit pas exposé aux yeux de tous. Cette photo, le jeune soldat Maurice va la retrouver dans les années 1950 au fond d'une boutique où il était venu acheter des babouches. Il se décidera ensuite à se rendre au Bousbir, quartier réservé aux prostituées, dont les occupantes font l'objet d'examens réguliers, selon une volonté hygiéniste de l'administration coloniale. Annés 1970. Miloudi fait ses études à Paris et découvre  à son tour le cliché intitulé "Khadidja la Marocaine". Il collectionnera ensuite les cartes postales du même genre avant de s'en servir pour créer une série de toiles, exposées en 2012 dans son atelier à Rabat. Et c'est là qu'Isabelle retrouvera sous une autre forme la carte postale envoyée par son grand-père Maurice à un ami lors de son arrivée au Maroc.

J'ai été attirée par la superbe couverture et le nom de Valentine Goby et ne regrette pas de m'être plongée dans ce court roman, succession de récits entrecroisés. Les chapitres alternent les époques avec une belle cohérence, les personnages se rapprochant les uns des autres à travers "Khadidja la Marocaine", qui sans le vouloir tisse une toile entre eux d'époque en époque. L'écriture de Goby est toujours celle du corps, directe et maîtrisée. Sur le fond, on (re)découvre une facette encore une fois peu glorieuse de la colonisation, avec des points de vue très différents. Encore une belle réussite pour cet auteur !

D'autres avis : Jérôme D'une Berge à l'Autre, Le Temps de Lire, Noukette, Cachou...

Un article sur la prostitution coloniale.

Et ici, deux autres chroniques des oeuvres de Valentine Goby : L'Echappée ainsi que Qui touche à mon corps je le tue (que j'avais trouvé remarquable).

valentine goby,la fille surexposee,miloudi nouiga,collection pabloid,éditions alma,maroc,prostitution et domination coloniale,bousbir

 

 

127 p

Valentine Goby, La Fille surexposée, 2014

20/03/2014

Salon du Livre 2014 : Damned

salon_livre_paris_2014-2.jpg

Cette année je ne pourrai pas me rendre au Salon du Livre de Paris... remarquez, j'ai une bonne raison puisque je pars profiter du soleil à Barcelone, déguster des tapas, me promener sur la plage et retrouver les quartiers dans lesquels j'aimais me balader lorsque j'y habitais.

Ce qui est un peu frustrant c'est que cette année les organisateurs du Salon du Livre m'ont contactée pour me proposer un passe pour la durée du salon, une invitation à l'inauguration, la possibilité de faire gagner des places... évidemment leur proposition m'a fait très plaisir car cela fait plusieurs années que je me rends systématiquement au salon et en rends compte sur mon blog, mais j'aurais vraiment aimé pouvoir en profiter. Je remercie le Salon du Livre d'avoir pensé à moi pour cette belle proposition !

En attendant, pour ceux qui aiment les livres mais aussi les jolis objets, vous trouverez dans mes deux billets précédents un lien vers des sites où l'on peut gagner des places pour le salon Version scrap qui aura lieu du 4 au 6 avril 2014. N'hésitez pas à en profiter.

Et sur ce, je vous souhaite une bonne fin de semaine et prends ma valise, direction l'Espagne !

Salon Version Scrap - Tirage au sort chez Laura Pack

Je parlais du salon Version Scrap dans le billet précédent. Vous pouvez également participer au tirage au sort organisé par Laura Pack pour gagner une place. Merci à Gingka d'avoir relayé l'information !

Gagnez une entrée gratuite pour Version Scrap PARIS 2014
Nous aurons le plaisir de vous accueillir sur le salon Version Scrap à Paris , du 4au 6 avril sur le stand CR3.
ban-VSParis-FR-468x60.jpg

 

Gagnez une entrée gratuite pour Version Scrap PARIS 2014ban-VSParis-FR-170x250.jpg
Nous aurons le plaisir de vous accueillir sur le salon Version Scrap à Paris , du 4au 6 avril sur le stand CR3.

 

Venez découvrir :

 

  • notre nouvelle collectionde Priplak imprimé,
  • nos nouveauxkits créatifs,
  • nos nouveaux kitsKidy'Scrap pour les enfants,
  • et tous nos supports basiquesen Priplak, Flex'Plak et Carton Microcannelé

 

Laura Pack sponsorise un atelier :
Azoline utilise le Flex'Plak pour son atelier Tag "
LE B.A.B.A DES POUDRES A EMBOSSER"
Les infos sont sur le site de Version Scrap , Inscrivez-vous vite !
Sur le stand Kerglaz (notre voisin au salon), vous pourrez assister à des démonstrations de découpe et d'embossage du Priplak et du Flex'Plak à l'aide de la Big Shot.

 

Nous vous proposons degagner 1 entrée gratuite pour le salon. 
Pour participer, rien de plus simple: déposez un commentaire ci-dessous, en prenant soin de bien indiquer votre mail, votre blog ou page Facebook, puis recopiez l'ensemble de cet article sur votre blog
ou votre page facebook.

Date limite de participation:
samedi  22 mars 2013 à minuit
5 gagnantes
seront tirées au sort le dimanche 23 mars (sur le numéro de commentaire)
Les gagnantes seront prévenues par mail et auront alors jusqu'au mercredi 26 mars pour nous envoyer leur adresse postale où nous leur ferons parvenir l'invitation.


Et pour ne pas faire de déçues, nous offrons à toutes celles qui viendront sur notre stand CR3munie de ce bon à découper,
bon-SKDO-VSL2014Paris.jpg

Salon Version Scrap - Tirage au sort chez Simply Graphic

Bonjour,

Grâce au Scrap de Gingka sur lequel je vous invite à faire un tour pour voir ses belles créations, j'ai découvert que la très belle boutique Simply Graphic propose des places à gagner pour le salon Version Scrap du 4 au 6 avril. Voici le mode d'emploi :

 

Eh oui, Simply Graphic sera au salon Version Scrap  ! 
 
 
Nous aurons le plaisir de vous rencontrer 
du 4 au 6 avril sur le stand CR1
 
Vous y découvrirez en avant-première 
la collection de printemps composée de :
-6 nouvelles planches de tampons 
- de nouveaux sets de dies
-de nouveaux embellissements en bois naturel
..... et un kit de carterie avec tampons et die exclusifs !
Nous vous donnons l'occasion de gagner  
une entrée gratuite pour le salon.
Pour participer, il vous suffit de poster un commentaire ci-dessous 
en indiquant un produit que vous aimeriez trouver 
dans une prochaine collection 
et de recopier l'intégralité de cet article sur votre blog 
en n'oubliant pas de préciser son adresse
Une seule participation par personne bien sûr ! ;)
 
La date limite de participation est fixée au samedi 22 mars minuit.
2 gagnantes seront tirées au sort le dimanche 23 mars et auront 
jusqu'au 25 mars minuit pour envoyer par mail leur adresse postale 
afin de recevoir une invitation pour une personne
et une entrée à tarif réduit.
EDIT:  Je précise que ce post est destiné exclusivement
à celles d'entre vous qui ont un blog.
D'ailleurs, n'oubliez pas de relayer l'info sur vos blogs
pour que votre participation soit validée et avec le lien, c'est mieux !
Il y aura un autre petit jeu sur Facebook, alors restez à l'affût ! ;)

19/03/2014

Miss Endicott, T2

bd_Miss-Endicott-Tome-2.jpg Londres, époque victorienne. Miss Endicott est récemment arrivée pour remplacer sa mère décédée au poste officieux de conciliatrice. Gouvernante, elle mène une double vie et doit satisfaire les réclamations des uns et des autres dans les querelles de voisinage.

[Spoilers dans ce paragraphe] Dans ce deuxième tome, la mère de Miss Endicott refait surface : son enterrement n'était qu'une mise en scène destinée à lui permettre de prendre sa retraite et à s'assurer secrètement que sa fille était à la hauteur... or elle se juge pour le moment irremplaçable. Les péripéties ne manquent pas : Kevin, l'enfant dont Miss Endicott a la garde, a disparu ; un mystérieux personnage fait son apparition et semble nourrir de sombres projets pour la capitale ; et la menace d'un événement extraordinaire plane toujours puisqu'une étonnante machine doit se mettre en marche le lendemain à minuit. L'enquête se poursuit!

On retrouve dans ce deuxième tome de superbes illustrations et une ville à la fois très victorienne et délicieusement fantastique. Si les deux tomes s'enchaînent parfaitement et constituent ensemble une série très réussie, j'ai personnellement trouvé ce deuxième opus un peu moins convaincant que le premier. Ce deuxième album n'est plus porté par l'attrait de l'originalité, celle de la représentation d'un monde un brin grotesque mais fascinant. A mon sens le rythme soutenu et les scènes d'action ne suffisent pas à former un ensemble satisfaisant et cohérent. L'issue est presque sans surprise. Je ne peux que vous conseiller de lire les deux tomes à la suite : vous serez conquis par l'univers dépeint et les maladresses que je trouve à ce scénario n'auront sans doute plus une grande importance.

Une lecture commune dans le cadre du challenge British Mysteries. Virgule a lu les tomes 1 et 2 de Miss Endicott, Soie a lu l'intégrale de Green Manor, Fanny a lu Le Tome 1 des Quatre de Baker Street, Syl a lu la série London (tomes 1 et 2).

Mon billet sur le tome 1 qui a été un véritable coup de coeur.

Logo BD Mango Vert.jpg

 

 

3coeurs.jpg

 

 

80 p

Fourquemin et Derrien, Miss Endicott T1, 2007

British Mysteries01.jpgXIXe siecle 01.jpgLogo Lou.jpg

12/03/2014

Ann Granger, Un intérêt particulier pour les morts

granger_interet particulier pour les morts.jpgAprès avoir découvert en librairie la série Ben et Lizzie Ross d'Ann Granger avec son tome 4 (sans savoir que c'était une série), j'ai enfin retrouvé le commencement du commencement, avec Un Intérêt particulier pour les morts. Outre la sublime couverture qui me faisait de l'oeil depuis longtemps, j'avais hâte d'assister à la rencontre entre l'inspecteur Ross et sa femme Lizzie - mon petit côté fleur bleue sans doute mais, à ma décharge, je me suis bien attachée aux personnages à travers le tome 4.

Bref, revenons à nous moutons, ou plutôt, à nos trépassés victoriens.

Dans Un Intérêt particulier pour les Morts, Lizzie Martin arrive à Londres après le décès de son père, médecin dans une région minière. Elle est accueillie par Mrs Parry, la veuve de son parrain, qui lui demande de l'appeler "Tante" du fait de leurs liens particuliers mais lui offre en même temps de remplacer sa dame de compagnie récemment disparue. Lizzie Martin occupe ainsi une position délicate dans la maison : le neveu de Mrs Parry la traite avec familiarité, son employeuse l'assure de son statut particulier tout en se montrant très directive avec elle, elle occupe une chambre extrêmement sobre en comparaison du luxe des autres pièces... quant aux domestiques, ils ne manquent pas de lui faire sentir sa place en ne lui servant que des restes les jours où Madame est indisposée.

Toujours est-il que lorsque Lizzie arrive à Londres, elle passe devant le chantier de la gare St Pancras, où des taudis sont en cours de démolition. Devant elle est transporté un corps retrouvé sur place. Une drôle d'arrivée pour cette jeune femme au tempérament affirmé ! Une fois chez Mrs Parry, elle apprend que la gouvernante précédente a disparu et se serait enfuie avec un homme. Malheureusement on découvre rapidement qu'elle a été retrouvée morte sur le chantier. "Pour moi, c'étaient ses lectures qui étaient à blâmer. Toutes parlaient de ce genre d'aventures. Elle était assez jolie, ou, du moins, elle l'aurait été si son visage avait été un peu plus animé, mais comme je l'ai dit, si elle avait un cerveau, on n'avait pas l'impression qu'elle s'en servait beaucoup (p 80)." Dès lors Lizzie est poussée par la curiosité et essaie d'aider la police à démasquer le coupable, d'autant plus que l'inspecteur Ross chargé de l'affaire est une connaissance, puisqu'il travaillait à la mine lorsqu'ils étaient enfants.

Les romans de la série alternent les voix de Lizzie et Ben ; leurs investigations se complètent et la double narration rend l'histoire plus dynamique qu'un whodunnit classique. J'avais trouvé le coupable relativement tôt, ce qui me laisse penser que l'intrigue policière est assez simple, néanmoins l'ensemble reste très sympathique et le livre se laisse dévorer. Je me suis régalée avec la Londres victorienne dans laquelle nous invite Ann Granger. Dans le tome 4 j'avais découvert un cimetière et sa ligne de chemin de fer privée ; cette fois-ci j'assiste à la construction de St Pancras, que la Midland Railway Company fait bâtir pour avoir son propre terminus. Enfin, et ce n'est pas le moindre des détails, les personnages sont bien croqués et notamment Lizzie, qui me fait penser à Charlotte Pitt mais me plaît davantage. Avec un caractère bien trempé, un intérêt pour la lecture (y compris les écrits de Mr Darwin), un petit côté téméraire et la conviction que les femmes peuvent se rendre tout à fait utiles à la société, Lizzie apporte beaucoup de fraîcheur à cette série avec laquelle je passe d'excellents moments. Les tomes 2 et 3 m'attendent déjà !

[Lu dans le cadre des challenges British Mysteries / I Love London de Titine et Maggie / XIXe siècle de Fanny / BBC 2014 de Feeling Fictional]

Une lecture commune partagée avec Hilde.

3,5coeurs.jpg

 

 

379 p

Ann Granger, Un Intérêt particulier pour les morts (A Rare Interest in Corpses), 2006

ann granger,a rare interest in corpses,un interet particulier pour les morts,challenge british mysteries,challenge i love london,challenge xixe,bbc 2014,londres,londres xixe,londres victorienne,epoque victorienne,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,polar historique,polar victorien,ben & lizzie ross,éditions 10-18Et ici vous trouverez également un article sur le tome 4 de la série, A Particular Eye for Villainy !

ann granger,a rare interest in corpses,un interet particulier pour les morts,challenge british mysteries,challenge i love london,challenge xixe,bbc 2014,londres,londres xixe,londres victorienne,epoque victorienne,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,polar historique,polar victorien,ben & lizzie ross,éditions 10-18ann granger,a rare interest in corpses,un interet particulier pour les morts,challenge british mysteries,challenge i love london,challenge xixe,bbc 2014,londres,londres xixe,londres victorienne,epoque victorienne,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,polar historique,polar victorien,ben & lizzie ross,éditions 10-18ann granger,a rare interest in corpses,un interet particulier pour les morts,challenge british mysteries,challenge i love london,challenge xixe,bbc 2014,londres,londres xixe,londres victorienne,epoque victorienne,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,polar historique,polar victorien,ben & lizzie ross,éditions 10-18ann granger,a rare interest in corpses,un interet particulier pour les morts,challenge british mysteries,challenge i love london,challenge xixe,bbc 2014,londres,londres xixe,londres victorienne,epoque victorienne,angleterre,angleterre victorienne,angleterre xixe,polar historique,polar victorien,ben & lizzie ross,éditions 10-18

 

07/03/2014

Kylie Fitzpatrick, La Neuvième Pierre

fitzpatrick_neuvieme pierre.jpgAprès avoir lu Code 1879 de Dan Waddell, mon premier roman policier aux accents victoriens de la collection Babel Noir, c'est avec beaucoup d'attentes que j'ai abordé La Neuvième Pierre de Kylie Fitzpatrick.

Issue d'une famille pauvre, orpheline, la jeune Irlandaise Sarah O' Reilly travaille pour Le London Mercury. Vêtue en garçon pour accéder à un travail qui lui serait normalement refusé, elle espère se voir confier un jour des travaux plus intéressants. Elle rencontre par le biais du journal la jeune veuve Lily Korechnya, auteur d'articles sur des femmes illustres. Toutes deux vont devenir amies et Lily va ainsi tenter d'aider Sarah et sa petite soeur Ellen, qui toutes deux vivent dans une cave à Devil's Acre. Le destin de Lily croise celui d'une collectionneuse de diamants, Lady Cynthia Herbert. Dès lors, nous suivrons la réalisation d'un talisman en diamants, superbe commande refusée par tous les bijoutiers consultés en Inde en raison du danger inhérent au bijou. Et, en effet, ceux qui croisent les diamants indiens trouvent la mort dans des circonstances étranges...

Dans l'ensemble, La Neuvième Pierre est un roman néo-victorien intéressant mais un peu inégal. Première surprise, il ne s'agit pas vraiment d'un roman policier mais plutôt du parcours de la jeune Sarah O' Reilly. Certes, son destin finit par se mêler plus ou moins à une histoire de meurtres et de talisman en diamants volé, mais ce n'est finalement qu'une toile de fond. L'affaire est résolue rapidement à la toute fin du roman ; la solution à l'énigme est sans surprise et, au fond, on finit par s'en moquer un peu.

La première partie du roman est de loin la plus réussie pour moi. Nous avons là une toile de fond réussie à travers une Londres victorienne bouillonnante de vie et très diverse. Outre la jeune Sarah O' Reilly, deux figures féminines indépendantes d'esprit se démarquent, Lady Cynthia et Lily Korechnya. Malheureusement, j'ai été nettement moins séduite par la suite, qui se déroule principalement en Inde. Après avoir découvert le palais du Maharadjah et rêvassé quelques instants à ses splendeurs, à la lumière particulière précédent la mousson et aux senteurs délicates, je me suis vite ennuyée de la vie monotone qu'on mène dans ce lieu splendide, de ce prince bien fade et de ses concubines assommées par l'opium. J'avais espéré mieux explorer Bénarès sous l'empire britannique mais l'aspect colonial est très peu exploité, si bien qu'on a l'impression de retrouver l'ambiance des Mille et une Nuits, sans aucune petite touche d'originalité. Enfin, je me demande pourquoi Kylie Fitzpatrick a choisi d'assassiner aussi rapidement plusieurs personnages hauts en couleur, car malheureusement l'histoire s'en ressent et perd de son intérêt. Dans l'ensemble ce roman est agréable à lire mais je regrette que le récit n'ait pas été un peu plus dynamique et que l'Inde britannique n'ait pas été mieux dépeinte.

Lu dans le cadre d'une lecture commune avec Titine et Soie.

3coeurs.jpg

 

 

500 p

Kylie Fitzpatrick, La Neuvième Pierre (The Ninth Stone), 2007

british mysteries_petit.jpgXIXe siecle 01.jpgLogo Lou.jpg

04/03/2014

Bilan de mes lectures de janvier et février

Un Baby Lou à la maison, ça occupe ! J'ai donc décidé d'attendre février pour faire un premier bilan de mes lectures de 2014 car j'ai mis un peu de temps à retrouver mes livres (sans parler des chroniques, mais beaucoup sont en cours de préparation !)

Deux voyages dans le temps puis un dépaysement mauricien

preston_frankie pratt.JPGCarey_Chimie-des-larmes.jpgLe_Clezio_Sirandanes_2.jpg

Caroline Preston, Le Journal de Frankie Pratt : un roman graphique alliant un contexte historique intéressant et la technique du scrapbooking. J'en parlerai davantage très prochainement mais je peux déjà annoncer un coup de coeur !

Peter Carey, La chimie des larmes : roman de la rentrée littéraire étrangère de septembre 2013. La rencontre à travers les siècles entre un Anglais parti en Allemagne faire constuire un automate au XIXe et une conservatrice de musée londonien aujourd'hui. Une excellente idée mais le livre ne tient pas toutes ses promesses.

J.M.G et J. Le Clézio, Sirandanes : un petit livre invitant au dépaysement et me rappelant de doux moments dans l'Océan indien.

Un album et un roman jeunesse

album_trottinou_demenagement1.jpgferdjoukh_minuit cinq.gif

Les Trottinou, Le Grand Déménagement : album très mignon, idéal pour de premières lectures. Les dessins rappellent l'univers de Beatrix Potter.

Malika Ferdjoukh, Minuit-Cinq : un joli récit d'un auteur jeunesse que j'aime beaucoup, même si d'autres livres de Malika Ferdjoukh sont plus aboutis à mon avis.

 Trois lectures (neo)victoriennes pour de nouveaux mystères britanniques

waddell-code-1879.gifedge_twelve mn to midnight.jpggranger_interet particulier pour les morts.jpg

Dan Waddell, Code 1879 : un excellent thriller alliant polar moderne et plongée dans les archives. Très original !

Christopher Edge, Twelve Minutes to Midnight : un roman jeunesse sympathique qui annonce une série originale. Le tome 2 m'a l'air plus original, j'ai hâte de le découvrir.

Ann Granger, Un intérêt particulier pour les morts (lecture commune du 11 mars): J'avais déjà passé un très bon moment avec le tome 4 et j'ai adoré me plonger dans cet opus inaugurant la série. J'ai un faible pour les personnages et notamment Lizzie Martin, qui rappelle Charlotte Pitt mais m'amuse davantage.

Une BD... victorienne également !

bd_elinor-jones-tome-1-le-bal-d-hiver.jpg

Elinor Jones, Tome 1, Le Bal d'Hiver : une jeune couturière intègre une prestigieuse maison dont la principale styliste est une adolescente ultra gâtée. J'attends de lire la suite pour me faire une opinion, il y avait à prendre et à laisser dans ce premier tome.

*****

Et vous, qu'avez-vous lu en ce début d'année ? Déjà des coups de coeur ?