Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2013

Anne Perry, L'Odyssée de Noël

perry_odyssee noel.jpegChaque année je me procure sans trop me poser de questions le récit de Noël d'Anne Perry... c'est devenu une tradition, et même si je sais que ses histoires de Noël sont assez succinctes, que l'enquête n'est pas souvent trépidante et que ce sera gentillet, j'aime me délasser quelques heures en décembre en compagnie de ces Petits Crimes de Noël. L'an dernier je n'avais pas pris le temps de lire L'Odyssée de Noël qui traînait donc dans ma PAL. J'ai profité d'une après-midi au calme pour me blottir au coin du canapé, à côté du sapin de Noël... et ouvrir ce roman étonnamment glauque pour la période !

Où nous entraîne donc Mrs Perry cette fois-ci ? Nous restons à Londres, en compagnie de personnages issus de la série Monk (que je ne connais pas encore).

James Wentworth est désespéré. Son fils a disparu. Depuis un an environ, il a sombré dans la débauche, découvert de sordides lieux de plaisir à Londres au point non pas de s'encanailler comme on pourrait s'y attendre de la part de tout jeune homme de la haute société anglaise, mais d'avoir abandonné sa vie passée et d'avoir de terribles ennuis en raison de la vie dissolue qu'il mène. Ainsi, James fait appel à son vieil ami de toujours Henry Rathbone, lui dit avoir perdu la trace de son fils après avoir enquêté auprès de quelques clubs. Il lui demande de l'aider à le retrouver soit, en réalité, d'enquêter pour lui. J'ai été un peu troublée par ce postulat de départ : autant j'aurais compris que Wentworth cherche un compagnon pour l'aider dans sa quête, autant le fait de le voir dès lors complètement disparaître en laissant Henry s'enfoncer toujours plus loin dans les cloaques londoniens m'a paru dénué de sens. Mais passons.

Rathbone décide de se tourner vers Hester Monk pour lui demander de l'aide. Il tombe sur son secrétaire / comptable Squeaky, ancien souteneur, et tombe d'accord avec lui pour enquêter ensemble sans troubler Hester de leurs préoccupations. Soit. S'ajoute à l'aventure Crow, médecin non diplômé et ami de Squeaky, puis Bessie, jeune fille rencontrée au début de leur enquête.

Le roman s'articule autour de la traque de Lucien, puis d'un certain homme de l'ombre (je ne vous en dis pas plus car l'intrigue est simpliste une fois dépouillée des multiples allées et venues dans une Londres sordide). Ainsi nos personnages vont aller de club en club, de bordel en bordel, découvrir des lieux où l'on consomme l'opium puis des endroits secrets, accessibles depuis de petites arrières-cours du West End, derrière des portes cachées, des escaliers dérobés, d'étroits passages, de longs tunnels reliant toute la ville en un véritable labyrinthe. Ce qui nous donne l'occasion de plonger au plus profond d'une société victorienne pourrie qu'Anne Perry se complait à décrire. Finis les bordels gentillets et les petits fumoirs, on tombe sur des lieux de débauche sado-masochistes, on entend des gémissements et des cris indéfinis, on propose à Rathbone une petit jeu de strangulation, ailleurs on croise un hermaphrodite à moitié débraillé, deux voire trois hommes ensemble. Bref, on cherche visiblement à nous choquer et à nous rappeler combien la société victorienne était hypocrite (ce qui ne nous change pas du propos habituel et convenu d'Anne Perry, mais ici le voyeurisme est le maître mot et les courtes scènes s'enchaînent - peut-être qu'une ou deux scènes seules mais mieux exploitées auraient davantage servi le propos d'Anne Perry). Par contre nos protagonistes, et surtout Squeaky, l'ancien souteneur, dégoulinent de sentiments et d'émotions qu'ils parviennent difficilement à exprimer... (!)

L'enquête en elle-même m'a parfois un peu perdue (l'apparition d'une certaine Rosa d'un seul coup, certaines déductions), tandis que les dialogues s'enlisaient. A la limite, on se fiche un peu d'avoir la clef de l'énigme si énigme il y a, et on regrette que le terrible Shadwell ne soit pas davantage mis en scène (on l'attend pendant à peu près la moitié du récit mais il est bien fade au final). Enfin, je ne résiste pas au plaisir de vous citer ce petit passage sur ce sinistre individu qui m'a bien amusée  : Dans la lueur rougeoyante des flammes, Henry vit pour la première fois ses yeux, deux trous de serrure ouvrant sur l'enfer (p181). A noter que les personnages pleins de moralité choisissent un procédé curieusement brutal à la fin. La structure du roman est par ailleurs très répétitive... on ne peut pas dire qu'il s'agisse d'un formidable polar, mais curieusement il se lit bien et vous occupera parfaitement l'esprit pour un trajet en train ou une soirée tranquille. J'ai été curieuse de suivre les héros dans les sous-sols londoniens, je regrette que cette promenade se soit davantage résumée à une simple énumération car le cadre aurait pu offrir un point de départ intéressant.

Quant à Noël on y fait bien sûr allusion parfois mais on ne peut pas parler d'ambiance de Noël hormis ces quelques passages. L'hiver est bien présent en revanche, avec des stalactites qui pendent des toits et des gouttières à plusieurs reprises (la répétition m'a frappée car l'image des stalactites n'est pas banale!). Pour le plaisir : Les bûches s'écroulèrent dans l'âtre en projetant une gerbe d'étincelles. Dans treize jours, on célébrerait Noël. La nuit était glaciale et le vent rugissait dans les combles de l'élégante demeure de Primrose Hill. Par-delà s'étendait l'immense ville de Londres qui se préparait à festoyer ; bientôt résonneraient les cantiques et les cloches des églises tandis que l'on se réunirait dans de somptueuses soirées. Il n'y avait plus très longtemps à attendre (p9).

Les avis de : Alice de Books are My Wonderland, Davalian (qui écrit cette phrase très juste : "Le tout est bien entendu imbibé d’un discours moraliste dégoulinant de voyeurisme consenti"),  Petit Speculoos, Samarian, Syl

 

Du même auteur sur ce blog :

Série Charlotte et Thomas Pitt :

Série Petits Crimes de Noël :

2,5coeurs.jpg

 

 

187 p

Anne Perry, L'Odyssée de Noël, 2010 (2012 pour l'édition française)

british mysteries_petit.jpgil etait une fois noel1.jpg

 

 

 

 

 

christmastime.jpganne perry,petits crimes de noel,le spectacle de noel,anne perry,l'odyssee de noel,challenge british mysteries,noel,polar victorien,angleterre,angleterre xixe,angleterre victorienne

27/12/2013

Noël 2013 en photos

Sur le sapin cette année...

noel 2013_01.png

noel 2013_02.png

noel 2013_03.png

Mais aussi cachés partout...

noel 2013_07.png

... d'ici et d'ailleurs, entre la figurine norvégienne et les musiciennes allemandes...

noel 2013_08 copy.png

... le mini sapin acheté à Madrid en décembre 2003, et l'incontournable Case-Noisettes allemand...

noel 2013_06.png

... à gauche une "Pyramide" allemande, une sorte de petit manège en bois qui tourne lorsqu'on allume les bougies sur le socle... à droite un "homme qui fume", encore un exemple d'artisanat allemand : on place de l'encens dans son ventre et la fumée sort par la bouche...

noel 2013_04.png

... ma préférence allant à ce petit ramoneur, qui fume lui aussi... et en bas à gauche, une dernière décoration allemande avec ce socle à bougie en forme d'étoile filante.

noel 2013_05.png

Belles fêtes de fin d'année à tous et à toutes !

christmastime.jpg il etait une fois noel2.jpg

10:41 | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : noel |  Facebook | |

25/12/2013

Scrooge, un Chant de Noël

bd_scrooge-un-chant-de-noel-bd.jpgQuoi de mieux pour fêter Noël que de faire appel à Charles Dickens et à son inoubliable Mr Scrooge ? Récemment, Petit Speculoos m'a donné envie de découvrir l'adaptation du célèbre récit en BD, avec Scrooge, un Chant de Noël. Une autre façon de retrouver A Christmas Carol, lu plusieurs fois, sans parler de certaines adaptations en film et dessin animé vues et revues (j'avais découvert cette histoire à l'origine avec Le Noël de Mickey !).

[Spoilers dans ce paragraphe pour ceux qui ne connaîtraient pas l'histoire] Londres, années 1840. Scrooge est un vieil usurier égoïste et désagréable, qui déteste les fêtes de Noël. Alors que s'annoncent les festivités dans la capitale, le vieux gripsou s'apprête à passer une nuit solitaire dans son appartement délabré. A partir de là, l'album simplifie quelque peu l'histoire. Dans le roman d'origine, son ancien associé décédé Marley lui rend visite et se fait simple messager, pour annoncer la venue de trois autres fantômes au cours de la même nuit (ceux du passé, du présent et du futur). Dans cette BD, Marley a lui-même demandé à intervenir auprès de son ancien partenaire pour lui donner une chance d'éviter la damnation éternelle. Ainsi c'est accompagné de Marley que Scrooge va entreprendre son périple à travers les années : il revoit son enfance solitaire et les moments perdus de sa jeunesse, lorsque le travail l'a par exemple éloigné d'une charmante jeune femme qui aurait été prête à l'épouser ; puis au présent, il découvre qu'il fait l'objet des moqueries de son neveu ou encore que son clerc vit dans une maison misérable et a un petit garçon très malade ; enfin dans le futur, il assiste au suicide de son neveu ruiné, découvre que le petit Tim, le fils de son clerc, est décédé, puis voit son propre enterrement, sans personne pour le pleurer. Il ne lui reste plus qu'à s'amender...

bd_scrooge2.jpgDans l'ensemble, j'ai trouvé cet album agréable à lire. Certaines des planches sont très réussies,  tout comme cette couverture qui a tout de suite attiré mon attention. J'ai beaucoup apprécié le sens du détail et les couleurs utilisées dans la représentation des rues ou des boutiques victoriennes en période de Noël. Au niveau du scénario, l'album simplifie quelque peu l'histoire, ce qui a ses avantages et ses inconvénients. Les péripéties sont restituées pour l'essentiel; en revanche, le fait de supprimer les trois fantômes d'origine nuit à la dimension fantastique, car il faut bien dire que, tout comme Scrooge d'ailleurs, le lecteur a un peu la chair de poule en lisant le conte d'origine et en imaginant ces épouvantables spectres, nettement moins sympathiques que le petit Marley avec sa silhouette rondouillarde dans la BD. De même, Scrooge est un peu trop rapidement réceptif au message qu'on cherche à lui faire passer. Autant sa prise de conscience est compréhensible et logique sous la plume de Dickens, autant dans l'adaptation on peut s'étonner de le voir converti si vite. Malgré tout on se laisse vite prendre au jeu et plus l'album avance, plus on passe un bon moment.

Logo BD Mango Vert.jpg

 

 

3coeurs.jpg

 

 

47 p

Rodolphe & Estelle Meyrand, Scrooge : un chant de Noël, 2008

british mysteries2.jpgXIXe siecle 01.jpg

 

 

 

 

 

il etait une fois noel2.jpgchristmastime.jpg

 

 

 

 

 

*****

J'en profite pour vous souhaiter un

JOYEUX NOËL !

noel1.png

23/12/2013

Les Quatre de Baker Street (T3)

bd_quatre baker street_t3.jpgCet été je me suis régalée avec Les Quatre de Baker Street, malgré une grosse frustration : pas de tome 3 à la médiathèque, j'avais donc fait l'impasse dessus comme j'ai mis ma PAL BD au régime. Pourtant le tome 4 faisait directement allusion à l'aventure précédente et même si on reprenait le fil de l'histoire sans problème, il était assez désagréable de ne pas savoir pourquoi un certain Bloody Percy en voulait tant à nos quatre amis francs-tireurs de Baker Street. Il y a quelques jours j'ai re-vérifié au cas où l'étagère sur laquelle se trouvait la série... yes !! Le tome 3 y figurait, tout beau, tout neuf.

Dans cette nouvelle aventure, Le rossignol de Stepney, Sherlock Holmes est fort occupé par un jeu d'échecs grandeur nature auquel il se livre avec son ennemi Moriarty. Il a donc peu de temps pour s'occuper de suivre  pour le compte de sa mère un jeune Lord qui s'encanaille dans les bas-fonds de la ville. La mission est donc confiée aux quatre de Baker Street, mais va sérieusement se compliquer. Lord Neville Asprey, troisième du nom, est en fait amoureux d'une chanteuse de cabaret. Celle-ci et son père vivent sous la menace de Bloody Percy qui leur extorque de l'argent au nom de Harry Sikes, qui, lui, tient le quartier d'une main de fer. Le cabaret est incendié alors que nos jeunes amis suivent le Lord : ils l'aident ainsi que sa belle à s'échapper. Dès lors, leur destin est mêlé à celui de Bloody Percy, qui se fait passer pour un gentleman et serait le bâtard d'un aristocrate mais est aussi un fou dangereux.

bd-quatre-de-baker-street,-tome-3---le-rossignol-de-stepney-2633972-250-400.jpgCe troisième tome est une réussite : l'intrigue est une des meilleures de la série, croisant différents milieux (bourgeoisie, aristocratie, artistes pauvres et pègre londonienne), mêlant une histoire de chantage à des considérations de haut rang et de respect de l'étiquette (avec beaucoup d'hypocrisie), en s'appuyant sur une grande variété de personnages. On traverse également différents quartiers de Londres, sans parler de l'asile de Bedlam où l'on voit pour la première fois la mère de Charlie, la tête enfermée dans une cage. Les dessins me plaisent énormément dans cette série et j'ai été particulièrement sensible à la façon dont on restitue ici les quartiers enneigés, les rues la nuit, sans parler du gentleman du crime Bloody Percy dont les tenues soignées, le charme et les éclairs de folie sont si bien retraduits qu'il semble prêt à bondir hors des pages de l'album à tout moment.

Encore un excellent moment passé à Londres è l'époque victorienne, cette fois-ci en plein hiver...

4,5coeurs.jpg



56 p

Djian, Legrand, Etien, Les Quatre de Baker Street, T3, 2011

christmastime.jpgil etait une fois noel1.jpg

British Mysteries01.jpg

Logo Lou.jpgXIXe siecle 02.jpgvictorien-2013.png

21/12/2013

Faustine et le Père Noël

wilsdorf_faustine et pere noel.pngUn nouvel album jeunesse autour de Noël... je fais de jolies découvertes en ce mois de décembre.

Dans Faustine et le Père Noël, nous avons affaire à un vieux barbu pour le moins étourdi et maladroit : il se brûle la barbe avec un fer à repasser, sa licorne (eh oui point de rennes, je sens que certains seront déçus) va trop vite et le traîneau verse dans la forêt ; sur sa licorne, avec le peu de cadeaux sauvés du désastre, le père Noël arrive en ville et glisse sur un pont gelé, tombant ainsi que les cadeaux dans la rivière. Faustine, marchande de jouets, se porte à son secours. Elle le remet d'aplomb, lui donne des jouets et l'aide à les distribuer. Ainsi la nuit de Noël est sauvée.

faustine_pere noel2.png

faustine_pere noel1bis.pngL'histoire est très simple et s'adresse à un très jeune public. L'utilisation de rimes et de courtes phrases rend le texte facile à mémoriser et évoque une petite comptine. Pour un lecteur adulte le texte est un peu léger sur la forme et sur le fond mais il me semble parfait pour un moment partagé avec de très jeunes lecteurs (une histoire assez courte, des péripéties à chaque page, peu de texte par planche). Pour ma part, ce sont les illustrations qui m'ont complètement conquise : pleines de sensibilité, soignées, avec un grand sens du détail et une palette de couleurs toute en nuances. Alors si vous avez des petits dans votre entourage, ne vous privez pas de ce plaisir !

faustine_pere noel3.png

Photos : Copyright My Lou Book

3,5coeurs.jpg



22 p

Anne Wilsdorf, Faustine et le Père Noël, 2001

christmastime.jpgil etait une fois noel3.jpg

20/12/2013

De jolies surprises de Noël

Ces derniers jours j'ai été très gâtée...

J'ai d'abord trouvé dans ma boîte aux lettres un adorable colis de ma complice de longue date Hilde, aux couleurs de Noël.

noel 2013_cadeaux de hilde1.png

Deux cadeaux sont destinés à un certain lutin de Noël à venir, ils sont donc encore fermés... mais voici ce que contenaient les autres paquets...

noel 2013_cadeaux de hilde2.png

En companie d'un compagnon à quatre pattes habillé pour la circonstance, j'ai trouvé une lecture de Noël  prometteuse (un livre dans lequel ressortent de sordides secrets de famille), une jolie décoration et un album pour passer des fêtes celtiques et me mettre déjà dans l'ambiance...

Et puis une autre enveloppe a fait son apparition chez moi, une délicate attention de Malice, qui d'ailleurs a accompagné son cadeau d'une très belle carte Alice au Pays des Merveilles qui me servira de marque-page... pendant que je me plonge dans Quatre Soeurs de Malika Ferdjoukh.

noel 2013_enveloppe malice.png

Deux surprises venues illuminer mon quotidien... merci beaucoup à vous deux, je suis vraiment très touchée !

06:25 | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : noel |  Facebook | |

19/12/2013

Truman Capote, Un Noël

capote_noel.jpg

Je n'avais pas lu Truman Capote depuis l'exquis Breakfast at Tiffany's alors que ce blog était encore tout jeune et je dois dire que j'ai bien envie de le relire après être tombée par hasard sur son récit Un Noël.

Un Noël est, d'après ce que j'ai lu lire, un récit d'inspiration autobiographique. Le narrateur revient sur son enfance : sa mère était la plus jolie fille d'Alabama lorsqu'à 16 ans elle a épousé son père, un séduisant homme d'affaires de 28 ans. Le couple se sépare rapidement, la mère décide de faire des études puis de faire carrière à New York. L'enfant est ainsi laissé aux soins de sa famille maternelle dans une vieille baraque en Alabama, où il vit simplement, sans chaussures, mangeant du poulet frit et se faisant choyer par une vieille cousine. Or, un certain Noël, arrive une catastrophe : le père souhaite passer les fêtes avec son fils et décide de le faire à la Nouvelle-Orléans. Ce père est presque un inconnu, la route est longue et la ville qui l'attend le fait frémir. Cuisine épicée, huîtres, beaucoup de mouvement, de circulation, et des bottines à porter qui le font beaucoup souffrir, voilà qui le dépayse un peu trop. Ce sera une année d'apprentissage, l'enfant grandira en remettant en question l'existence du père Noël et en apprenant à connaître un peu mieux ce père qui semble si désireux de lui faire plaisir mais ne peut pas rattraper des années de séparation.

Sur son père : Il semblait d'ailleurs tout avoir, une voiture avec une banquette arrière découverte, sans parler d'une jolie petite maison rose dans le quartier français avec des balcons de fer forgé et un jardin secret en patio aux fleurs multicolores rafraîchi par une fontaine en forme de sirène (p 20).

Je m'étais toujours juré de ne pas m'endormir la veille de Noël. Je voulais entendre caracoler le renne sur le toit et me trouver en bas devant la cheminée pour serrer la main du Père Noël. Et en cette veille de Noël particulière, rien ne me semblait plus facile que de rester éveillé (p 30).

Un Noël met en scène les fêtes dans un cadre inhabituel : point de neige mais une région chaude, quelque peu exotique, garantissant un dépaysement complet au lecteur. Si Noël est la toile de fond, ce texte est avant tout un très beau récit sur les relations père-fils et presque une "nouvelle" d'apprentissage. Une oeuvre délicate où émotions et réflexion se mêlent.

La Neige ! En attendant que je sache lire, Sook m'avait lu des tas d'histoires où, semblait-il, presque toujours intervenait la neige. De voletants flocons éblouissants sortis de contes de fées. C'était une chose dont je rêvais, une chose magique et mystérieuse que je voulais voir, sentir et toucher. Bien sûr, cela ne m'était jamais arrivé, pas plus qu'à Sook ; comment eût-ce été possible, quand nous vivions sous le climat brûlant de l'Alabama? (p 13-14).

3,5coeurs.jpg

 

 

55 p (édition Gallimard épuisée)

Truman Capote, Un Noël, 1982

christmastime.jpgil etait une fois noel2.jpg

17/12/2013

Anne Perry, Le Spectacle de Noël

perry_spectacle noel.JPGCeux qui suivent mon blog depuis quelques années connaissent mon goût pour l'époque victorienne en général et les polars victoriens en particulier ; ainsi les petits crimes de Noël d'Anne Perry sont devenus pour moi une tradition, il est rare que je passe une année désormais sans lire un de ces récits.

Cette fois-ci, Anne Perry nous fait grimper à bord d'une carriole un soir de grand froid pour nous conduire dans le Yorkshire, tout près de Whitby, le village où Dracula aurait débarqué selon les dires de Bram Stoker. Nous accompagnons Caroline, la mère de Charlotte Pitt, ainsi que son second époux, l'acteur Joshua Fielding. Ils viennent quelques jours avant Noël travailler une pièce tirée du roman Dracula et écrite par la fille de Charles Netheridge, leur mécène. La représentation aura lieu le lendemain de Noël devant les amis et voisins de la famille et, si tout se passe bien, Netheridge devrait assurer la troupe de son soutien financier l'année suivante... autant dire que ce petit spectacle d'amateurs ne saurait être traité à la légère, d'autant plus que la première version de la pièce rédigée par la jeune Alice est loin d'être convaincante.

Nous assistons donc à l'arrivée du reste de la troupe, à la lecture de passages de la pièce puis aux jours de travail, de réécriture, de débats sur la façon d'interpréter tel ou tel personnage. La troupe est aidée d'un intervenant inattendu, un certain Mr Ballin venu réclamer asile après un accident sur la route enneigée. Cet inconnu semble s'intéresser de près à leur projet, émet des remarques pour le moins pertinentes et n'hésite pas à jouer certains passages pour partager ses idées, avec un talent certain. Grâce à lui, le pauvre Renfield qui gobe des mouches ou l'apparition du comte Dracula deviennent véritablement glaçants. Jusqu'à ce qu'on retrouve l'un des personnages mort, un pieu de fortune enfoncé dans le coeur... Débute alors un whodunnit à huis clos, la neige rendant toujours les routes impraticables et ne permettant pas d'alerter la police.

Le Spectacle de Noël fait partie des bons crus d'Anne Perry en matière de petits crimes hivernaux. Certes, les fêtes sont gâchées par le meurtre et interviennent peu dans le roman, mais l'ambiance et la neige omniprésente font de ce roman un allié parfait pour une soirée au coin du feu (pour celles et ceux qui ont la chance de pouvoir goûter de ce luxe en hiver). Ce récit séduira surtout les amateurs de littérature vampirique et je ne suis pas sûre qu'on puisse vraiment s'y intéresser sans avoir lu Dracula de Bram Stoker ou du moins vu une adaptation assez fidèle. Pendant plus de 100 pages en effet, point de meurtre : il s'agit de discuter de la meilleure façon de transposer le roman au théâtre. J'ai failli trouver ces discussions un peu fastidieuses à la longue (il s'agit parfois de petites querelles d'égo entre acteurs) mais, malgré tout, la curiosité l'a emporté. Les suggestions de Ballin sont par exemple très intéressantes. La deuxième partie est consacrée à l'enquête (sur environ 70 pages). On devine le type de solution mais le pourquoi du comment ne sera révélé qu'à la fin. L'enquête est plaisante, on passe un moment agréable.

Evidemment, il y a toujours des invraisemblances : Caroline semble être "l'homme de la situation" parce que son gendre est inspecteur de police ; à noter qu'elle n'a vraiment pas de chance de se retrouver toujours mêlée à des meurtres, mais que voulez-vous, c'est ainsi... quant aux préoccupations des personnages, un jeune homme arriviste et conservateur serait-il prêt à renoncer à une héritière pour une actrice sans le sou sous prétexte que celle-ci a un joli minois et préfèrerait un foyer stable à une vie de saltimbanque ? Encore une fois, quelques bons sentiments viennent se mêler au récit, mais cela reste un court roman parfait pour un moment de détente.

Une lecture commune aux challenges Il était une fois Noël de Petit SpeculoosChicky Poo et Samarian et British Mysteries, organisé avec Hilde. Egalement lu dans le cadre du challenge Christmas Time de MyaRosa.

Les billets du jour : Hilde, Lou et Soie ont lu Le Spectacle de Noël d'Anne Perry ; Petit Speculoos a lu Les Nouveaux Contes de Noël d'Anne Perry ; Soie a également lu Christmas Pudding d'Agatha Christie ; Samarian a lu L'Odyssée de Noël et Un Noël Plein d'espoir d'Anne Perry ; Syl a lu L'Odyssée de Noël d'Anne Perry.

 

Du même auteur sur ce blog :

Série Charlotte et Thomas Pitt :

Série Petits Crimes de Noël :

anne perry,petits crimes de noel,le spectacle de noel,anne perry le spectacle de noel,challenge british mysteries,noel,polar victorien,angleterre,angleterre xixe,angleterre victorienne

 

 

188 p

Anne Perry, Le Spectacle de Noël, 2011 (2013 pour l'édition française)

anne perry,petits crimes de noel,le spectacle de noel,anne perry le spectacle de noel,challenge british mysteries,noel,polar victorien,angleterre,angleterre xixe,angleterre victorienneanne perry,petits crimes de noel,le spectacle de noel,anne perry le spectacle de noel,challenge british mysteries,noel,polar victorien,angleterre,angleterre xixe,angleterre victorienne

 

 

 

 

 

 

anne perry,petits crimes de noel,le spectacle de noel,anne perry le spectacle de noel,challenge british mysteries,noel,polar victorien,angleterre,angleterre xixe,angleterre victorienneanne perry,petits crimes de noel,le spectacle de noel,anne perry le spectacle de noel,challenge british mysteries,noel,polar victorien,angleterre,angleterre xixe,angleterre victorienne

14/12/2013

Andersen, Nouveaux Contes, Premier Volume, Deuxième Recueil

andersen_pleiade_t1.pngCela faisait quelque temps que je n'avais pas relu de contes mais c'est la période rêvée pour ça. En ce mois de décembre, j'ai jeté mon dévolu sur les Nouveaux Contes, Premier Volume, Deuxième Recueil de Hans Christian Andersen, tout à fait de circonstance.

Ce recueil contient deux nouvelles :

"Le Sapin" : [Spoilers] Ce petit conte philosophique met en scène un petit sapin, éternel insatisfait. On le voit d'abord grandir dans la forêt, se désoler d'être si petit et de ne pas y voir loin comme les plus grands arbres, ni de pouvoir être abattu comme eux pour devenir un mât sur un bateau et voguer sur les flots. Puis il se désole de voir des arbres plus petits que lui être coupés en plein hiver : où les emmène-t-on ? Il aimerait bien le savoir, mais il reste toujours dans sa forêt. Enfin une année on décrète qu'il est splendide : à son tour d'être abattu et traîné dans une grande maison où on le pare de mille splendeurs. Bougies, jouets, friandises. Le voilà devenu sapin de Noël le temps d'une journée de fête... où il est immédiatement dépouillé par les enfants pour qui il a été installé le temps d'une représentation éphémère. Qu'à cela ne tienne, il espère un jour plus beau encore, de nouveaux atours, une nouvelle parade... mais il n'est plus que ce vieux sapin dont plus personne ne veut maintenant qu'il a rempli son office. On le laisse dans un coin du grenier, où il rencontre quelques souris et jouit de leur compagnie tout en espérant sa grande sortie. Partent les souris, il les regrette. On le sort enfin, racorni, tout desséché, pour en faire du petit bois.

Un conte un peu triste et nostalgique mais émouvant ; il fait bon se poser tout près du petit sapin et suivre avec lui ses aventures, ses espoirs et déceptions.

"La Reine des Neiges" : Je pense l'avoir lu il y a longtemps dans un recueil de contes pour enfants, mais simplement parce que je me souviens d'illustrations qui pourraient s'y rapporter. Récemment j'ai vu la bande-annonce du nouveau dessin animé de Disney et j'ai l'impression que le film et le conte n'ont pas grand-chose en commun.

L'histoire débute avec un miroir qui a pour but de tout déformer : tout ce qui est beau y est grimé et paraît imparfait ; tout ce qui est hideux est au contraire mis en valeur. Un jour, le miroir est porté très haut dans le ciel, au plus près des anges et de Dieu, mais il finit par retomber et se brise en mille morceaux, qui tous conservent les propriétés initiales du miroir. Ils s'éparpillent et font le malheur de ceux qu'ils touchent, comme l'adorable petit Kay qui reçoit un éclat dans le coeur et une poussière dans l'oeil. Dès lors il change de comportement vis-à-vis de Gerda, son amie de toujours. Il finit par disparaître, emporté par la reine des neiges et aveuglé par le miroir au point de ne pas réaliser son malheur. La petite Gerda est la seule convaincue du fait qu'il n'est pas mort et part à sa recherche.

J'ai été assez étonnée par cette nouvelle car je m'attendais à quelque chose de très différent, beaucoup plus centré autour du personnage de la reine des neiges et de son palais. En réalité, même si l'hiver, les flocons et la reine jouent un rôle important dans l'histoire, c'est avant tout le récit d'une amitié entre deux  enfants innocents, une amitié mise à l'épreuve et triomphante après moult péripéties au cours desquelles les enfants auront grandi sans s'en rendre compte.

Quelques flocons de neige tombaient dehors et, l'un d'eux, le plus gros, demeura sur le rebord de l'une des caisses de fleurs. Ce flocon de neige se mit à grossir de plus en plus, finalement ce fut une femme vêtue de voiles blancs les plus délicats, comme faits de millions de duvets étoilés. Elle était si belle, si délicate, mais de glace, de glace éblouissante, scintillante, pourtant elle était vivante. Ses yeux brillaient comme deux claires étoiles, mais ils étaient sans calme, sans repos (p 266)

p 254 à 294 in La Pléiade, Oeuvres, Tome 1

Hans Christian Andersen, Nouveaux Contes, Premier Volume, Deuxième Recueil, 1845

Billets recap des challenges Christmas time chez MyaRosa et Il était une fois Noël chez Petit Speculoos, Samarian et Chicky Poo.

il etait une fois noel2.jpgchristmastime.jpg

XIXe siecle 02.jpg

12/12/2013

Le petit renne qui ne savait pas voler

joyce_petit renne savait pas voler.jpgJe découvre un deuxième album jeunesse ce mois-ci, encore une réussite pour les petits ! Il s'agit d'un album de Melanie Joyce et Louise Anglicas, Le Petit Renne qui ne savait pas voler.

L'histoire : un des rennes du père Noël tombe malade le 24 décembre. Il faut donc trouver quelqu'un pour le remplacer. Un petit renne qui ne se cache pas assez vite est désigné... mais il ne sait pas encore voler. Il va devoir apprendre, puis accompagner le père Noël dans sa tournée. Une joyeuse expérience pour lui, sans qui les enfants ne pourraient pas recevoir leurs cadeaux.

Cet album doit plutôt s'adresser aux enfants à partir de 2 ou 3 ans même si pour ma part j'essaierais de le présenter un peu plus tôt. Il y a en effet pas mal de texte (avec une police très agréable) pour accompagner les différentes illustrations. Celles-ci sont toutes mignonnes, pleines d'humour, avec des personnages très sympathiques et des couleurs vraiment gaies. Et le petit plus : en appuyant sur le cercle en bas à gauche les nez des rennes scintillent sur la couverture.

renne1.png

renne2.png

Photos : Copyright My Lou Book

L'avis de la maman blogueuse Lucky Sophie

4coeurs.jpg



32 p

Melanie Joyce et Louise Anglicas, Le Petit Renne qui ne savait pas voler, 2013

il etait une fois noel2.jpgchristmastime.jpg

10/12/2013

Patricia Reznikov, La Transcendante

reznikov_la transcendante.jpg

Rentrée littéraire automne 2013

Que dire de La Transcendante de Patricia Reznikov, un roman qui me tentait tellement et qui me laisse dubitative ? Comment ne pas succomber devant un tel sujet: une jeune femme victime d'un incendie retrouve dans son appartement détruit un seul livre, La Lettre Ecarlate de Nathaniel Hawthorne. Bouleversée par ce qui lui est arrivé, elle décide de partir à Boston sur les traces du grand écrivain en voyant un signe dans la présence de ce rescapé. Peut-être pourra-t-elle ainsi se reconstruire... Une fois arrivée à Boston, elle rencontre une certaine Georgia, ex prof de littérature, francophile, qui s'impose et se fait un plaisir de lui faire visiter tous les lieux historiques importants ayant un lien avec Hawthorne. En parallèle elle découvre une librairie tenue par un type extravagant qu'elle nomme le "cyclope" ; elle y rencontre un certain Blake, philosophe passionné par Nietzsche et tombe sous son charme.

Sachez tout d'abord que, dans l'ensemble, ce roman a été plutôt bien accueilli : certains sont enthousiastes, beaucoup ont apprécié de nombreux aspects du texte tout en relevant ses faiblesses. Je me situerais plutôt dans cette deuxième catégorie : je suis très heureuse d'avoir pu satisfaire ma curiosité, d'avoir retrouvé Hawthorne, Emerson, Thoreau, Melville ou encore Louisa May Alcott, mon livre est bourré de post-its pour retrouver les passages qui m'ont intéressée... même si j'ai trouvé le roman en tant que tel franchement en deçà de mes attentes.

Les premières phrases m'ont captivée et auguraient bien de la suite :

Un jour, mon appartement a brûlé, et avec lui, toute ma bibliothèque.

Tous les auteurs que j'aimais, ceux qui m'avaient aidée à me construire, ceux qui m'avaient accompagnée comme une famille, ceux qui avaient bercé mes moments de solitude, tous sont partis en fumée. Comme dans un mauvais rêve, une sorte d'holocauste. Sont morts des poètes russes, américains, des romanciers français, anglais, allemands. Et, d'une certaine manière, moi aussi, je suis morte avec eux (p 9).

Malheureusement, j'ai trouvé l'héroïne peu cohérente avec cette magnifique introduction. Puisque les pour et les contre s'opposent clairement dans ma lecture je peux facilement retrouver les joies des dissertations de mes 18 ans et leurs fameux plans en deux parties pour cette modeste chronique.

L'intérêt du livre : sans nul doute, l'exploration de Boston et de ses environs en compagnie de Georgia. Ce livre est un précieux atout pour qui voudrait se rendre sur place et suivre la trace de Hawthorne et d'autres auteurs contemporains qu'il a côtoyés. Ainsi nous allons à Salem, au cimetière de Sleepy Hollow, savourons les anecdotes sur l'écrivain ou redécouvrons  les évènements majeurs qui se sont déroulés dans la baie et ont eu une si grande importance dans l'histoire des Etats-Unis. Je regrette que les sources de l'auteur ne soient pas citées à la fin pour nous permettre de creuser un peu plus le sujet mais ce livre a le mérite de pointer du doigt des lieux qui ne doivent pas se retrouver dans beaucoup de guides touristiques et ne présentent d'intérêt que pour les grands nostalgiques qui aimeraient fermer les yeux et s'imaginer quelques siècles en arrière. En lisant ce roman, j'ai été prise d'une folle envie de découvrir cette région des Etats-Unis qui a priori ne m'intéressait pas spécialement et, lorsque j'y irai, ce sera sans doute accompagnée de ce livre ! On imagine également sans peine certains quartiers historiques, avec leurs jolies maisons bien conservées. Cela m'a également fait penser à Henry James et à son roman Les Européens (il me reste encore à découvrir Les Bostoniennes).

Ses écueils : si les extraits traitant de l'histoire des lieux m'ont passionnée, ils restent très factuels et ne se mêlent pas vraiment au récit principal. J'ai eu l'impression qu'il s'agissait d'informations jetées de-ci de-là sur une trame romanesque sans intérêt, qui tente bien maladroitement de lier le tout. Les conversations sont insipides, parfois même horripilantes car Pauline s'essaie à traduire en français un texte qui vient d'être prononcé en anglais, selon un procédé récurrent qui à la fin me faisait pousser des soupirs d'exaspération et enrager toute seule. Certaines expressions du type "little French woman" reviennent souvent également et n'ont en rien amélioré mon humeur. Et puis cette Pauline est un personnage agaçant, creux, alors que j'imaginais une amoureuse des livres avec un peu de plomb dans la cervelle. Elle rencontre cette Georgia qui décide de lui faire partager ses connaissances de la région mais au lieu de refuser carrément son aide ou de jouer le jeu, elle va la voir, puis regrette, s'énerve devant les excentricités de la vieille femme, se montre carrément odieuse (par exemple en reprenant sans cesse ses quelques erreurs en français), sans compter le fait que quand on lui propose de visiter une maison d'écrivain madame fait la fine bouche et se plaint de toute cette activité (et moi de crier intérieurement : comment ? tu vas nous priver de la visite de cet endroit parce que tu as mal aux pieds ou envie d'un thé glacé ?!). Il ne suffit pas d'avoir vécu un événement tragique pour devenir un personnage attachant à qui l'on va tout pardonner (surtout pas le fait de nous priver d'une visite comme celle-ci...). Et puis, alors qu'elle semble avoir un minimum de culture, elle ne connaît pas la légende de Sleepy Hollow par exemple ou parle du Père Goriot comme d'une souffrance ; elle ne me paraissait avoir aucune curiosité intellectuelle par rapport à ce que l'on aurait pu imaginer en lisant les premières lignes du roman. On peut également s'étonner du voyage qu'elle entreprend lorsqu'on découvre qu'à part sa fichue Lettre Ecarlate qu'elle lit et relit elle n'a fait aucune recherche sur Hawthorne. Elle dit venir sans but précis et on veut bien la croire ! Mais quelle personne aux revenus moyens irait payer un aller retour Paris-Boston avec un seul livre de poche sous le bras sans avoir une petite idée de la façon dont elle va procéder sur place ou sans manifester de l'intérêt lorsqu'on lui offre sur un plateau des visites passionnantes ? Enfin, elle entre dans une librairie qui semble très sélective quant aux titres proposés mais le libraire est un fou qui dans la première scène l'insulte et menace de lui trancher la gorge, ce qui la fait presque s'évanouir. Non seulement j'ai trouvé la scène ridicule mais j'ai été terriblement déçue de pénétrer enfin dans cette librairie sans qu'elle songe à parcourir ses rayons et à en ressortir avec quelques pépites qu'elle m'aurait donné envie de lire. Elle découvre ainsi un seul autre titre au cours de son voyage littéraire pour le moins étonnant.

Au final j'ai adoré les parties consacrées aux auteurs du XIXe et à l'Histoire des Etats-Unis, qui m'ont permis de m'imaginer dans des lieux fascinants, en excellente compagnie, et en ce sens je ne regrette pas du tout ma lecture ; je relirai même sans aucun doute les passages que j'ai consignés dans mon exemplaire. Mais la structure générale de ce roman m'a paru maladroite et je n'ai absolument pas pu adhérer aux choix de Pauline ; même l'extravagante Georgia ou le mystérieux Blake ne m'ont pas complètement convaincue, bien que l'idée de rencontrer pareils guides à Boston soit assez séduisante. Je crois que j'ai été d'autant plus déçue que j'attendais énormément de ce roman au résumé si prometteur.

Ils ont apprécié leur lecture, même s'ils sont nombreux à pointer du doigt certaines faiblesses : Aifelle, A Propos de Livres, Cathulu, Culturez-vous, Joëlle, Jostein, Kazu Panda, Lettres et Littérature américaines, L'Irrégulière, Malice, Mes Petits Bonheurs, Nelfe, Stellade à la Page

Les déçues : Karine:), La Petite Marchande de Prose, Val

Un grand merci aux éditions Albin Michel pour cette découverte, malgré mon avis si partagé.

2,5coeurs.jpg

 

 

276 p

Patricia Reznikov, La Transcendante, 2013

XIXe siecle 01.jpg

09/12/2013

Résultats du jeu concours "Thérèse et Isabelle" de Violette Leduc

 leduc_Thérèse-et-Isabelle.jpg

Résultats du jeu concours

J'ai eu le plaisir de mettre en jeu cinq exemplaires de Thérèse et Isabelle grâce aux éditions Folio, que je remercie. Pour participer il vous suffisait de laisser un commentaire à la suite de mon billet sur ce livre en parlant du film Violette, d'une autre lecture de Violette Leduc que vous auriez faite ou aimeriez faire, ou tout simplement, en disant ce qui vous a donné envie de découvrir cet auteur.

Vous aviez jusqu'au 7 décembre au soir pour participer.

Merci à tous les participants !

Les gagnants sont :

Agathe

jazzyjazz

Marie Nel

Mrs Figg

So

Bravo à vous !

Pour recevoir votre exemplaire, merci de m'envoyer un petit mail avec vos coordonnées complètes à myloubook[at]yahoo.com (en précisant "Jeu concours Violette Leduc" dans le sujet) afin que je puisse les communiquer aux éditions Folio. Pensez à bien utiliser l'adresse mail communiquée lors de l'enregistrement de votre commentaire.

Je vous souhaite de très belles lectures !

07/12/2013

Marathon de Noël

noel_marathon_hiver.jpg

Aujourd'hui et demain, Petit Speculoos, Chicky Poo  et  Samarian organisent un Read-a-thon aux couleurs de Noël et de l'hiver.

Je compte me joindre à elle et aux valeureux marathoniens les deux jours mais en jouant un peu les dilettantes car je ne suis pas disponible tout le week-end. Je me dis que l'essentiel est d'en profiter et de participer, non ? Si si......

BON R-A-T à tous les participants !

Samedi 7 décembre

Les participants (merci Samarian pour les liens bien pratiques) : Même les sorcières lisentPetit Spéculos - Chicky Poo - Sharon - Ça sent le brulé - Natiora - L'or rouge - Fondant O chocolat - Margotte - Lou - Hilde - Le Cottage de Myrtille - Bercelune - Lire et relire - Coccinelle -

16h30 : je me pose enfin pour un goûter qui fait également office de déjeuner. Devant moi quelques lectures en cours ou envisagées pour le RAT. Toutes ne sont pas hivernales alors peut-être me concentrerai-je uniquement sur les lectures de Noël (j'ai d'autres livres en attente sur ce thème en plus !).

Pour m'accompagner, mon mug du marché de Noël de Leipzig, de circonstance ! Et pour les lectures de Noël, l'album Le petit renne qui ne savait pas voler ainsi que les Contes d'Andersen.

the marathon noel1.jpg

the marathon noel2.jpg

18h30 : Outre la dégustation de mon délicieux goûter, je compte à mon actif deux lectures pour l'instant.

L'album jeunesse Le petit renne qui ne savait pas voler de Melanie Joyce et Louise Anglicas (32 p)

Le conte La Reine des Neiges d'Andersen (30 p éditions de la Pléiade)

... je reprends mes lectures un peu plus tard dans la soirée ! Bonnes lectures à tous ceux qui poursuivent le RAT ce soir !

23h23 : j'ai passé ma soirée à ranger des livres dans une nouvelle bibliothèque, je me pose maintenant avec un bon petit bouquin... prochaine épisode demain !

Dimanche 8 décembre

Les participants : NatioraMême les sorcières lisent - Sharon - Chicky Poo - La lecturienne - Adalana - Coccinelle - Hilde - Fondant O Chocolat - L'or rouge -

17h45 : Je reprends tout juste le marathon. Hier soir j'ai lu quelques pages des Carillons de Charles Dickens mais j'ai passé ma journée à faire du rangement. J'entame enfin une pause bien méritée et poursuis le marathon...

18h45 : Je viens de terminer le 2e tome du Prince de la Nuit, La Lettre de L'Inquisiteur. Une série BD avec laquelle je me régale... Je comptais enchaîner mais le téléphone sonne... ce sera donc pour tout à l'heure. Bonnes lectures à tous !

Et plus tard dans la soirée : j'ai lu 55 pages du Tome 1 de Quatre Soeurs (Enid) de Malika Ferdjoukh, un roman jeunesse qui se lit tout seul !

Bilan à l'issue du RAT :

Formule "Let it snow" (libre) sur deux jours

L'album jeunesse Le petit renne qui ne savait pas voler de Melanie Joyce et Louise Anglicas (32 p)

Le conte La Reine des Neiges d'Andersen (30 p éditions de la Pléiade)

Une BD : le 2e tome du Prince de la Nuit, La Lettre de L'Inquisiteur (48 p)

Le début d'un roman jeunesse : Tome 1 de Quatre Soeurs (Enid) de Malika Ferdjoukh (55 p)

Deux lectures de Noël de circonstance puis deux pour me mettre à jour des prêts à la médiathèque, avec une excellente BD et un roman jeunesse très divertissant.

On ne peut pas dire que j'aie beaucoup lu sur ces deux jours et paradoxalement, étant en congé en ce moment je lis beaucoup plus en semaine... le week-end Mr Lou étant là j'essaie aussi d'en profiter, sans compter sur le fait que cette fois-ci nous avions pour mission le transfert de tous mes livres britanniques dans une nouvelle bibliothèque (ce qui n'était pas rien et nous a pris des heures !).

Je voulais malgré tout jouer les cheerleaders auprès des autres participantes et les accompagner à ma façon. J'ai bien profité de ces petits temps de pause glanés au cours du week-end !

Merci beaucoup à celles qui ont pris le temps de venir passer par ici me lancer quelques encouragements et partager ce chouette moment, et merci aux organisatrices de cet évènement hivernal !

J'espère que vos lectures ont été belles aussi !

04/12/2013

Gabriel le Lutin de Noël

krings_lutin de noel.jpgJ'ai du mal à réaliser que Noël s'approche à toute allure... j'adore cette période mais cette année j'ai du mal à me projeter sur l'achat du sapin et ce genre de petits riens dont je raffole, même si je compte bien en profiter pleinement dans quelques semaines. En attendant, même si je n'ai pas tout à fait les idées à ça, je commence mon immersion "Noëllesque" avec un petit album jeunesse tout simplement adorable, Gabriel Le Lutin de Noël d'Antoon Krings.

Il s'agit d'un album court qui s'adresse à de très jeunes lecteurs, un charmant petit conte à lire le soir avant de s'endormir par exemple.

Gabriel a une folle envie de faire la tournée du Père Noël, mais celui-ci ne veut pas faire de jaloux entre les lutins et s'y oppose. Le petit lutin décide alors de réaliser son rêve et c'est dans un petit traineau tiré par un lapin qu'il part en douce et dépose les cadeaux au pied du sapin. Bien évidemment, il lui arrivera une petite aventure en chemin... mais qu'importe ! Il aura réalisé son rêve (par contre le Père Noël sera nettement moins content et pensera s'être fait doubler par Saint Nicolas !).

krings_gabriel lutin noel2.jpg

krings_gabriel lutin noel3.jpg

krings_gabriel lutin noel4.jpg

krings_gabriel lutin noel5.jpg

L'histoire est bien entendu mignonne et faite pour plaire aux petits. Pour ma part, étant un peu grande pour apprécier les péripéties du malicieux lutin à leur juste valeur, j'ai surtout complètement craqué pour les dessins tendres qui illustrent chaque rebondissement. Un petit album qui devrait conquérir tous les parents, grands-parents et proches de petits lutins !

Photos : copyright MyLouBook

L'avis de Clarabel

4coeurs.jpg

28 p

Antoon Krings, Gabriel Le Lutin de Noël, 2013

il etait une fois noel2.jpg christmastime.jpg

02/12/2013

Bilan de mes lectures de novembre

Depuis quelques mois j'ai commencé à dresser un petit bilan de mes lectures mensuelles... à l'origine je pense que j'ai été motivée par la perte du carnet où depuis plusieurs années je notais tous les titres lus par mois (du moins les romans et nouvelles)... pendant plusieurs mois je n'ai noté nulle part mes lectures, or j'aime bien en fin d'année feuilleter mon carnet et avoir une vue d'ensemble. Cela me donne parfois envie de recentrer mes lectures sur tel type de roman, sur tel auteur, tel genre...

Finalement le bilan sur ce blog est agréable à faire lui aussi et je prends plaisir à partager avec vous ce petit moment d'introspection dans ma vie de lectrice. Alors, que me réservait le mois de novembre ?

J'ai terminé le challenge Halloween (en roman et BDs)...

macardle_falaise hantee.jpeg

bd-Courtney-Crumrin-tome-2.jpgbd_courtney-crumrin-et-le-royaume-de-l-ombre-1010372-250-400.jpg

Dorothy Macardle, La Falaise Hantée : un vintage classic bien sympathique... l'histoire ne me laissera pas un souvenir impérissable mais cette lecture m'a permis de loger dans un manoir au bout d'une falaise en Cornouailles, que demander de plus ?

Courtney Crumrin et l'Assemblée des Sorciers puis Courtney Crumrin et le Royaume des Ombres : une excellente série de comics que je vous recommande chaudement à mon tour après avoir succombé devant les billets d'autres blogueurs.

... retrouvé l'Angleterre victorienne en BD...

bd_sherlockholmes1_etoile sanglante.jpgbd_Miss-Endicott-Tome-2.jpg

Sherlock Holmes et l'Etoile Sanglante : cela faisait longtemps que je n'avais pas croisé mon ami Sherlock... billet à venir mercredi (après un petit loupé qui l'a fait apparaître quelques heures sur mon blog en novembre!).

Miss Endicott, Tome 2 : le charme a un peu moins opéré que lorsque j'avais découvert le tome 1 mais j'ai beaucoup aimé retrouver cette héroïne atypique ! (billet à rédiger...)

... picoré des titres de cette rentrée littéraire automne 2013...

rivera garza_Personne-ne-me-verra-pleurer_419.jpeglady-hunt.jpg

germain_petites-scenes-capitales.jpg

Cristina Rivera Garza, Personne ne me verra pleurer : un photographe morphinomane fasciné par une ex prostituée désormais patiente d'un asile au Mexique dans la première moitié du XXe... j'en attendais beaucoup et j'ai été plutôt déçue... trop de thèmes, trop d'informations, des personnages auxquels je ne me suis pas attachée.

Hélène Frappat, Lady Hunt : malgré des défauts, je fais partie de ceux qui ont été séduits par ce roman qui divise beaucoup son lectorat. Un FAUX roman gothique à l'anglaise !

Sylvie Germain, Petites Scènes capitales : une prose toujours exquise, une histoire classique, qui aurait pu me surprendre davantage... mais un très beau moment de lecture dans l'ensemble.

... découvert un livre "scandaleux" des années 60...

leduc_Thérèse-et-Isabelle.jpg

Violette Leduc, Thérèse et Isabelle : un roman publié dans sa version intégrale en 2000 seulement, récemment réédité à l'occasion de la sortie du film Violette. Un petit concours vous est proposé actuellement pour gagner 5 exemplaires sur mon blog.

... et un classique américain des années 70...

higgins_harold maude.jpeg

Colin Higgins, Harold et Maude : une petite surprise, amateurs d'humour noir préparez-vous à jubiler (billet programmé prochainement).

 Au programme en décembre ?

Essentiellement des histoires de Noël et des romans issus de la rentrée littéraire (j'ai déjà terminé hier Le Spectacle de Noël d'Anne Perry et viens de commencer La Transcendante de Patricia Reznikov)... un mois qui sera sans doute chaotique sur ce blog mais qui devrait, je l'espère, me réserver de beaux instants de lecture !

Et vous qu'avez-vous lu en novembre ?

Des coups de coeur ? Des déceptions ?