Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2012

Challenge Virginia Woolf

  • virginia woolf.jpgDe retour de vacances, après avoir fêté Noël et fait quelques belles lectures, et très heureuse de vous retrouver en ce week-end tranquille...
  • En 2010 j'ai eu envie de lancer un challenge autour de la brillante Virginia Woolf, dont l'oeuvre vaste, très variée m'attire depuis bien longtemps. Après quelques belles lectures, qui n'ont pas toutes été chroniquées par ici, j'ai aujourd'hui encore plus envie de partager avis, découvertes et coups de coeur (je n'en doute pas) avec vous.  D'autant plus que les éditeurs nous ont beaucoup gâtés récemment avec de belles publications autour de Woolf, qui entre d'ailleurs cette année dans la prestigieuse Bibliothèque de la Pléiade. C'est pourtant je relance ce challenge en 2013 en espérant que vous aurez envie de vous joindre à moi pour des lectures communes et libres, avec pour seuls mots d'ordre le plaisir et l'échange, et encore le plaisir !
  • Plusieurs niveaux pour ce challenge :
  • Niveau Katherine Hilbery (Nuit et Jour) : un texte de Virginia Woolf et une biographie OU une oeuvre inspirée de sa vie (roman, BD, film...)
  • Niveau Orlando : trois textes de Virginia Woolf et une biographie OU une oeuvre inspirée de sa vie
  • Niveau Mrs Dalloway : au moins cinq textes de Virginia Woolf, une oeuvre inspirée de sa vie, une biographie
  • Pour celles qui ont déjà participé au challenge en 2010 : vos anciens billets comptent bien sûr aussi pour ce challenge 2013.
  • Pour vous inscrire, c'est par ici ! Who's in for a cup of tea ?

 
Quelques idées de lecture :
  • Romans et nouvelles :
  • Traversées / La Traversée des Apparences
  • Nuit et Jour
  • Lundi ou Mardi
  • La Chambre de Jacob
  • Mrs Dalloway
  • La Promenade au Phare 
  • Orlando
  • Les Vagues
  • Les Années
  • Flush
  • Entre les Actes

Autres nouvelles non publiées du vivant de Virginia Woolf


Essais, lettres, journaux (non exhaustif) :

La Scène Londonienne

Une Chambre à soi

The Common Reader

L'art du roman

Suis-je snob ?

De la Maladie

Elles

L'écrivain et la Vie

Le cinéma et autres essais

Correspondance avec Vita Sackville-West

Correspondance avec Lytton Strachey

Ce que je suis demeure en réalité inconnu (extraits de sa correspondance)

Journal

Le Journal de Hyde Park Gate

Instants de Vie


Biographies, témoignages :

Alexandra Lemasson, Virginia Woolf

Viviane Forrester, Virginia Woolf

Alexandra Harris, Virginia Woolf

Geneviève Brisac et Agnès Desarthe, La Double Vie de Virginia Woolf

Jane Dunn, Virginia Woolf et Vanessa Bell : Une très intime conspiration

Vanessa Curtis, Les Femmes de Virginia Woolf

Hermione Lee, Virginia Woolf ou l'Aventure intérieure

Nicolas Pierre Boileau, Jacques Aubert, Luc Garcia et Monique Harlin, Virginia Woolf : L'écriture, refuge contre la folie

E.M. Forster, Virginia Woolf

Kennedy Richard, J'avais peur de Virginia Woolf


Autres oeuvres inspirées de la vie de Virginia Woolf ou de ses écrits :


Susan Sellers, Virginia ma Soeur, mon Amour
 
Christine Orban, Virginia et Vita
 
Michael Cunningham, The Hours (+ adaptation)
 
... d'autres idées d'oeuvres insipirées par Woolf et ses créations ?
 
 
Et vous, quelles sont les lectures de Woolf qui vous ont marqué ?
 
*****
Je profite de ce billet pour vous faire part d'un autre challenge organisé par Coralie pour nous porter chance en 2013. N'hésitez pas à aller faire un petit tour chez elle pour conjurer le mauvais sort l'année prochaine !

24/12/2012

Love actually, un petit bonbon de Noël


film-Love_Actually_1.jpgJe sais que ce n'est pas très chic d'avouer ce genre de faiblesses, mais en période de Noël je suis toujours tentée de revoir Love Actually. C'est un film que j'associe à l'époque où je vivais en Espagne et me rendais chaque semaine au Yelmo Cineplex Ideal voir des films en VO pour trois fois rien, ce qui n'était pas toujours évident là-bas à l'époque. Je garde un souvenir ému de mon séjour là-bas, de cet endroit en particulier, des amis que j'y retrouvais. A Noël j'y avais vu Love Actually que j'avais adoré, à la suite de quoi j'avais acheté la BO, puis le DVD (j'avais oublié que ça datait de cette époque mais je vois que je peux aussi voir le film en castillan). Bref, quand le film a été rediffusé récemment j'ai réussi à convaincre Mr Lou de le voir – sur le DVD car, quelle horreur, la plupart des films diffusés sur les principales chaînes françaises ne sont pas disponibles en VO (et un film British en français, de surcroit en présence de Hugh Grant et Colin Firth, ce n'est pas possible !).

love_actually_6.jpgPour ceux qui ne l'auraient pas encore vu, Love Actually met en scène plusieurs histoires d'amour et d'amitié qui toutes se croisent et se recoupent à la fin. Daniel (Liam Neeson) vient de perdre son épouse mais tente de remonter le moral à son beau-fils Sam, fou amoureux d'une fille à l'école. David (Hugh Grant) vient de se faire élire Premier Ministre et s'éprend d'une employée du 10 Downing Street – accessoirement il fait une chorégraphie digne de « Saturday Night Fever », on ne le sent pas tout à fait en phase avec son nouveau statut de ministre. Jamie (Colin Firth) vient de découvrir que sa petite amie le trompait et se rend dans le sud de la France pour écrire un nouveau thriller : c'est là qu'il tombe amoureux de sa femme de ménage, Aurelia, mais malheureusement ils ne parlent pas la même langue et il lui faudra se mettre au portugais ; Mark est amoureux de la femme de son meilleur ami (Keira Knightley, la femme, je vous rassure – par contre j'ai décidément du mal avec cette actrice, même si ce genre de film lui va assez bien) ;

love-actually-3.jpglove-actually-4bis copy.jpg

Sarah se décide à tenter sa chance avec son collègue Karl mais leur histoire est bien mal partie ; Harry (Alan Rickman) se laisse séduire par sa secrétaire Mia mais sa femme Karen (Emma Thomson) s'en aperçoit ; un couple très timide se rencontre sur le tournage d'un film érotique; quant à Billy (l'excellent Bill Nighy), il joue les rock stars sur le retour et chante « Christmas is all around », une daube complètement assumée.

love_actually_5.jpg

C'est fort mélodramatique et ce n'est pas crédible pour un sou. Par exemple tout le monde finit dans un aéroport à la fin, mais bien sûr ; les contrôles de sécurité n'existent pas ; à Marseille, Jamie se fait suivre par tout le quartier après que la soeur de sa dulcinée ait dit à tout le monde qu'il veut acheter Aurelia (à noter que dans ce film aussi Colin arrive à sauter dans un étang, des fois je me dis qu'il doit regretter la scène de la chemise mouillée dans Pride and prejudice) ; le Premier Ministre fait du porte à porte dans un quartier populaire pour retrouver sa moitié et accepte de jouer les petits chanteurs de Noël... je continue ?

film-Love_Actually_2.jpg

Mais c'est aussi souvent très drôle (et même Mr Lou s'est amusé après avoir poussé des soupirs à rendre l'âme quand j'ai voulu voir ce film). Le casting est assez impressionnant. L'esprit de Noël est là... et que voulez-vous, je dois avoir un petit côté romantique car j'ai toujours la pêche après l'avoir vu. Alors oui, autant je lis rarement des bluettes et les apprécie à dose homéopathique seulement, autant j'ai un coeur d’artichaut lorsqu'il s'agit de cinéma.

Merry Christmas !

Logo Lou.jpg

Et c'est l'occasion pour moi d'utiliser pour la première fois mon logo personnalisé rien que pour moi de POM POM GIRL OFFICIELLE du challenge I Love London de mes copines Titine et Maggie. J'adore !

Je participe aussi (of course) au challenge Colin Firth organisé par Emilie de The Lost Art of Keeping Secrets.

 

colin firth

21/12/2012

Louise Welsh, De Vieux Os

écosse, roman écossais, prix kiltissime, louise welsh, de vieux osVoilà enfin les vacances de Noël, mais avant de partir à la recherche de Santa Claus je m'acquitte de mes devoirs et termine enfin mes lectures dans le cadre du Prix Kiltissime, prix des blogueurs du meilleur roman écossais, organisé par la très gaélique Cryssilda.

 Je vous avais déjà parlé de Scintillations de John Burnside et de L'Homme de Lewis de Peter May. Poursuivons avec De Vieux os de Louise Welsh. Dans quelques jours je publierai mon billet sur Nuage de Cendre de Dominic Cooper et vous dirai enfin qui est mon heureux élu !

J'avais hâte de lire De Vieux os mais j'ai réservé cette lecture pour la fin, car je nourrissais de grands espoirs à son égard et anticipais un plaisir de lecture certain. Et pour cause : le héros, Murray Watson, docteur en lettres à l'Université de Glasgow (je vois déjà des yeux qui scintillent), vient de prendre une année sabbatique afin de se consacrer à des recherches sur un poète des années 70, Archie Lunan. Murray est fasciné par un recueil de Lunan depuis son adolescence et est bien décidé à écrire une biographie qui rendra enfin justice à ce jeune génie mort sur un rafiot en pleine tempête. Suicide ? Inconscience ? Le mystère plane autour de la disparition de cet énigmatique personnage, dont on ne connaît qu'un recueil et que la postérité a oublié.

écosse, roman écossais, prix kiltissime, louise welsh, de vieux osMurray tâtonne d'abord : peu de documents intéressants dans les archives de la bibliothèque; Christie, qui vivait avec Lunan à l'époque de ses débauches puis de son décès, refuse d'être interviewée. Mais petit à petit, et grâce à de nombreux hasards tout de même, Murray parvient à retrouver des gens qui ont connu Lunan ou ses comparses. Plus l'enquête avance, plus la fascination presque malsaine que Murray éprouve pour Lunan grandit. Et, au-delà des recherches sur un jeune homme talentueux noyé dans l'alcool, menant une vie de hippie et s'intéressant aux sciences occultes, Murray s'interroge sur sa propre vie et sur le sens de sa démarche. Sur le plan littéraire, il finit par se demander s'il convient vraiment de connaître l'auteur pour comprendre l'oeuvre et plus son enquête avance, plus il songe à abandonner pour publier une analyse purement critique de Lunan. Sur le plan personnel, l'histoire sordide de Lunan et la solitude des personnes qu'il croise au cours de ses recherches mettent en évidence le vide de sa propre existence. Sa mère a disparu depuis bien longtemps, son père vient de mourir sénile, loin de sa maison et de ses deux fils ; Murray vient de se brouiller avec son frère Jack, sa maîtresse Rachel (la femme du chef du département) le quitte, il s'attend à perdre son emploi, une aventure d'une nuit refuse de donner suite, son appartement et son mode de vie chaotiques reflètent sa solitude... bref, ce récit sera aussi celui-ci de la vie de Murray : son travail aura-t-il un effet positif sur lui ?

C'est là un roman fort plaisant, une sorte de thriller littéraire dont le thème avait tout pour me plaire. J'ai évidemment apprécié les références à d'autres textes, toutes les réflexions sur la littérature, brûlé d'envie d'en savoir plus sur Lunan, espéré en secret un nouveau départ pour Murray. Malgré tout cette lecture a légèrement déçu mes attentes car, en raison du sujet, je m'attendais à un texte plus abouti, à une plume plus alerte. A titre de comparaison les descriptions des îles Hébrides faites par Peter May étaient plus spectaculaires – j'emploie ce mot délibérément car en lisant Peter May je voyais les éléments se déchaîner sur les côtes sauvages écossaises. Et paradoxalement, je n'ai pas été complètement emportée par le récit malgré toutes ses qualités (peut-être parce que tout s'imbrique finalement trop bien et que le hasard fait vraiment bien les choses ?).

Une phrase que je trouve peu élégante mais très drôle : Quelques moutons qui s'abritaient derrière s'effrayèrent à son approche et s'enfuirent avec une hâte irréfléchie, telles de grosses dames dévalent une colline sur des talons hauts. (p218)

Et sur Lunan : Je pensais qu'il était plus épris de l'idée d'être écrivain que du besoin de créer. (p94)

Quelques avis kiltissimes : Cryssilda, Melodie ; Choupynette s'est tellement ennuyée qu'elle n'a pas fait de billet, (membres du jury oubliés n'hésitez pas à me laisser vos liens)

écosse, roman écossais, prix kiltissime, louise welsh, de vieux os




392 p

Louise Welsh, De Vieux Os, 2010

écosse, roman écossais, prix kiltissime, louise welsh, de vieux os

19/12/2012

Jeux concours Coe/Mc Ewan : les résultats

Noël approchant, il pleut des cadeaux et j'ai le plaisir d'annoncer les résultats du concours pour gagner un roman anglais dans le cadre du Prix Campus. Encore un tirage au sort avec lancer des papiers au nom des gagnantes par Mr Lou !

coe_bienvenue au club.jpgMcEwan_Sur la Plage de Chesil.jpg

Bravo à 

Malice  qui a gagné Sur la Plage de Chesil

et Maggie qui a gagné Bienvenue au club

Bonne lecture à vous deux, je pense que vous allez vous régaler!
Merci également à toutes les participantes, j'ai été très curieuse de savoir quels auteurs anglais vous avaient beaucoup plu cette année.

Enfin jusqu'au 25 décembre vous pouvez encore participer pour tenter de gagner un exemplaire de Novecento : Pianiste d'Alessandro Baricco.

15/12/2012

Alessandro Baricco, Novecento pianiste : concours

baricco_novecento pianiste.jpgIl y a quelques années mon chemin a croisé celui des Châteaux de la Colère d'Alessandro Baricco et si je me souviens peu de l'intrigue j'avais pris assez de plaisir à la lecture pour avoir envie de me procurer quelques-uns de ses textes. Malheureusement j'avais poursuivi avec City qui m'avait vraiment déçue (peut-être attendais-je un univers différent) et notre histoire en était restée là. Hier j'ai enfin relu Baricco, avec Novecento : pianiste.

Novecento naît sur un paquebot. Il a vraisemblablement été abandonné par une passagère de troisième classe décidée à tenter sa chance au Nouveau Monde et peu encline à s'encombrer d'un nouveau marmot. Novecento est ainsi recueilli par un des membres de l'équipage et grandit à bord du bateau, dont il ne descend jamais. Un jour on découvre qu'il a appris à jouer du piano et il s'avère être un merveilleux musicien.

novecento-pianiste-alessandro-baricco-L-1.jpgTexte très court, théâtral, Novecento : pianiste me laisse un peu partagée. J'ai été vraiment sous le charme de cette histoire, en soi poétique, qui rappelle l'univers des contes. Beaucoup de scènes sont très belles et imagées lorsqu'on se les représente, comme Novecento jouant du piano et valsant pendant une tempête ou la fin, lorsque le bateau est voué à être détruit. J'ai trouvé le récit très plaisant,  la lecture agréable.  Le texte est riche, très symbolique ; on ne peut qu'être émus par Novecento qui ne se sent pas prêt à affronter la terre ferme et qui, plutôt que de concrétiser ses rêves, préfère revenir à son bateau et vivre à travers sa musique, au côté de passagers toujours nouveaux, aux vies si différentes de la sienne. En revanche, si j'ai bien apprécié le caractère musical et très théâtral de ce texte, l'écriture ne m'a pas complètement comblée. Cette lecture m'a tout de même  vraiment donné envie de relire mes autres romans de Baricco et de poursuivre Il Viaggio , un voyage en Italie organisé par Nathalie.

Un texte également lu dans le cadre du Challenge du Prix Campus, organisé chez Cryssilda, Titine et ici-même, en partenariat avec les éditions Folio. Chroniqué il y a deux bonnes semaines, comme quoi je suis à jour de mes publications (hum !) !

NatGarAndBlue.jpgprix-campus-lecteurs-Logo.jpgDans le cadre du Challenge du Prix Campus :

Cryssilda a parlé de L'Elégance du Hérisson de Muriel Barbery, de Sur La Plage de Chesil de Ian McEwan, de Novecento : pianiste d'Alessandro Baricco,

Titine a parlé de Corniche Kennedy de Maylis de Kerangal, du Seigneur des Porcheries de Tristan Egolf, de La Promesse de l'Aube de Romain Gary, de Novecento : pianiste d'Alessandro Baricco,

Ici, je vous ai parlé de L'Ami retrouvé de Fred Ulhman, de Sur la Plage de Chesil de Ian McEwan et fait un clin d'oeil à La Reine des Lectrices d'Alan Bennett, à Bienvenue au Club de Jonathan Coe,

88 p

Alessandro Baricco, Novecento : pianiste, 1994

*****

christmas.jpgEt comme Noël approche...


Prix Campus.jpgAprès l'Allemagne et l'Angleterre, je vous propose un nouveau jeu pour tenter de gagner un exemplaire  de Novecento : pianiste et ainsi découvrir une plume italienne et voguer à votre tour sur l'Atlantique. Pour participer, cette fois-ci j'ai décidé d'oublier un peu la littérature mais de parler culture gastronomique puisque le pays s'y prête bien ! Il vous suffit donc de répondre à la question suivante : quel est votre plat italien préféré (évidemment si vous choisissez une pizza ou des pâtes je vous demanderai de préciser les ingrédients qui les accompagnent – curiosité oblige !) ?

Vous avez jusqu'au 25 décembre pour participer.


Buona fortuna !

[Et les résultats du concours pour gagner un roman anglais seront annoncés par ici dans quelques jours]

09/12/2012

Initiation au scrapbooking

J'en avais envie depuis longtemps mais à part quelques cartes je n'avais toujours rien fait de mes dix doigts. Grâce à Gingka j'en découvre un peu plus sur l'univers du scrap et je peux maintenant profiter de ce très joli encadrement, préparé avec la participation très très active de Gingka que je remercie encore chaleureusement pour ce super atelier accompagné de délicieux cookies faits maison !

Scrap Lou01.jpg

07/12/2012

Peter May, L'Homme de Lewis

may_homme lewis_jpeg.jpgC'était LE roman de la sélection Kiltissime qui me faisait un peu peur car je lis très peu de polars depuis des années, hormis quelques romans dont l'action se situe au XIXe (ce qui là change ma perception des choses, bizarrement...).

Je ressors pourtant de L'Homme de Lewis de Peter May vraiment ravie de cette découverte (car il est certain que je n'aurais pas lu ce roman si je n'avais pas participé au prix).

Alors que le coût de l'énergie augmente, de nombreux habitants de l'île de Lewis retrouvent les habitudes de leurs ancêtres et utilisent désormais la tourbe pour se chauffer. Le roman s'ouvre avec la découverte d'un corps momifié dans la tourbe. Rapidement, un lien est établi entre le défunt et le vieux Tormod MacDonald, le père de l'ancienne petite amie de Fin Macleod, ex-détective de retour sur son île natale à la suite d'une tragédie familiale. Avant que n'arrive un inspecteur étranger aux îles, Fin commence à mener l'enquête afin de protéger les MacDonald et d'innocenter Tormod, suspect numéro 1. En parallèle de l'enquête, alors qu'il est atteint de sénilité, Tormod se souvient de son enfance et de son adolescence malheureuse : orphelin, il a été envoyé avec son frère Peter dans les îles Hébrides en tant que « homer », au service d'une famille locale.

peter may,écosse,roman écossais,l'homme de lewis,prix kiltissimeJe ne sais pas encore si je me laisserai tenter par les autres romans de Peter May et notamment, par le premier opus de cette trilogie, car j'ai surtout apprécié la dimension historique avec le destin de ces orphelins devenus des homers et bien plus que l'intrigue policière en elle-même, c'est le récit de la vie de Tormod qui m'a fait dévorer de nombreux passages. A l'inverse, je me suis moins intéressée aux personnages plus jeunes.

En ce qui concerne le Prix Kiltissime j'attends ma dernière lecture et la relecture d'extraits du roman de Dominic Cooper pour me prononcer. Nuage de Cendre avait été un vrai coup de coeur mais ma lecture date un peu ; L'Homme de Lewis me paraît un peu moins abouti mais je me suis régalée à la lecture de nombreux chapitres, dont la fin, et j'ai été sous le charme des descriptions. Peter May sait faire vivre les îles écossaises sous nos yeux, retraduire la force brute des éléments et la beauté sauvage d'un littoral battu par les vents... sur ce point, cette lecture a été un vrai régal !

(En cherchant une image pouvant illustrer les homers je suis tombée sur le joli dessin en bas)

3,5coeurs.jpg

 

 

315 p

Peter May, L'Homme de Lewis, 2011

prix kiltissime.jpeg

 peter may,écosse,roman écossais,l'homme de lewis,prix kiltissime

04/12/2012

John Burnside, Scintillation

burnside_scintillation.jpgVoilà un roman dont je vais avoir bien du mal à parler. Il y a plusieurs mois j'avais accepté avec joie de participer au Prix Kiltissime visant à récompenser un roman écossais, prix des lecteurs/blogueurs organisé par ma copine Cryssilda. Après avoir lu Nuage de Cendre sur lequel je dois encore rédiger un billet (ce qui ne sera pas chose facile après plusieurs mois) j'ai tardé à poursuivre mes lectures, mais me rattrape enfin ! Commençons donc avec Scintillation de John Burnside. Et quel drôle de texte !

Le début est assez déstabilisant car il s'agit du passage dans l'au-delà de l'un des personnages, passage qui je dois l'avouer m'a franchement épouvantée car rien de tel qu'une introduction très mystique pour me faire grincer des dents ! Heureusement pour moi j'ai trouvé beaucoup de qualités à ce roman par la suite.

Le récit se déroule dans l'Intraville, lieu imaginaire aux allures de banlieue populaire en crise après la désaffection d'une usine chimique. La ville est marquée par la disparition de jeunes garçons dont personne ne sait ce qu'il est advenu ; personne, à l'exception du représentant des forces de l'ordre local qui a trouvé le premier corps, les bras disposés en croix dans un simulacre de rite religieux. Dans cette ville marquée par les maladies et la folie, les gens choisissent de croire à la version officielle et renoncent à rechercher les garçons disparus. Tous sauf le jeune Leonard, qui est persuadé qu'il est arrivé quelque chose à son meilleur ami, le dernier sur la liste.

On pourrait penser au début qu'il s'agit d'une histoire policière mais rapidement on devine que l'étranger dont Leonard s'est rapproché n'est autre que le tueur et que la fin n'aura rien de réjouissant. L'intérêt du roman repose sur le cadre étonnant, sur ce site industriel en ruine d'où s'échappent des rejets toxiques, responsables de l'abrutissement et de la déchéance physique des habitants de la ville. Burnside crée de toutes pièces une ambiance pesante et sait tenir son lecteur en haleine, car j'ai lu d'une traite de nombreux chapitres. Et pourtant, je ne peux pas vraiment dire que ce roman m'ait plu et j'étais contente d'arriver au bout, sans doute parce que l'univers ne me plaisait pas spécialement et que je ne me suis attachée à aucun personnage. Une lecture intéressante mais douloureuse !

Au final, Scintillation est indéniablement un roman intelligemment construit mais je l'écarte pour ma part sans hésiter de ma sélection de favoris pour le Prix Kiltissime, parce que nous n'étions pas faits pour nous aimer... mais d'autres ont adoré ce roman et je vous invite à lire leur billet, à commencer par celui de Cryssilda qui l'a sélectionné pour le Prix Kiltissime.

Un grand merci à Jérôme et aux éditions Points pour cet envoi !

prix kiltissime, roman écossais, john burnside, scintillation



308 p

John Burnside, Scintillation, 2008

prix kiltissime.jpeg

02/12/2012

Tag des Livres

renoir_lecture.jpg

Ma copine Céline m'a gentiment taguée pour parler de certains livres ... tout comme elle cela faisait un petit bout de temps que je n'avais pas répondu à un tag, et tout comme elle j'aime beaucoup le sujet de celui-ci, même s'il ne sera pas si évident que ça d'y répondre (comment choisir certains livres quand beaucoup vous viennent à l'esprit à chaque question ?). Je vais donc tenter de relever le défi comme d'autres l'ont déjà fait ! Merci Céline pour ce chouette tag !

Un livre ...

Qui t'a marquée ?

Il y en a beaucoup ! Trichons un peu et citons quelques titres... alors que Titine a cité "Le Bon Gros Géant" de Roald Dahl j'ai bien envie de citer Matilda, livre de Dahl qui je crois a été celui de ma rencontre avec cet auteur et qui a vraiment marqué mes années de jeune lectrice; un roman que j'ai lu et relu, et que je me suis risquée à ouvrir à nouveau il y a deux mois, pour découvrir qu'il n'avait pas pris une ride et me plaisait toujours énormément ! Je ne peux pas non plus éviter de citer Pride and Prejudice de Jane Austen, je ne paraîtrais pas crédible une seule seconde à celles d'entre vous qui me connaissent le mieux et connaissent  aussi mon point faible. Citons encore Emily (Les Hauts de Hurle-Vent dans une vieille édition qui se trouvait chez ma grand-mère), puis Charlotte Brontë (Jane Eyre, emprunté à la bibliothèque dans un rayon Classiques qui me semblait parfois austère), qui à quelques mois d'intervalle quand j'avais quatorze/quinze ans ont joué un rôle prépondérant dans ma vie de lectrice et m'ont ouvert à de nouveaux et splendides horizons. Et je dois maintenant me retenir de citer dix autres auteurs !

dahl_matilda.jpgausten_pride prejudice.jpgPainting_of_Brontë_sisters.png

Qui ne t'a pas plu ?

Madame Bovary.jpgJ'ai un problème personnel avec Madame Bovary, que je n'aurais sans doute jamais dû tenter de lire au collège à une époque où je risquais fortement de ne pas comprendre les tourments et problèmes psychologiques d'une femme de médecin de campagne sans intérêt. J'ai lu et tenté de relire ce roman quatre fois, parfois en sautant des pages, une fois en chantant pour me donner du courage (je précise que je ne me suis livrée à cette pratique honteuse que dans ce cas précis). Je prévois une relecture bien sûr et pense que ce livre me plaira enfin mais il m'a tellement fait souffrir que sans cesse je repousse.

Et citons encore Gide qui avec La porte (trop) étroite a tué dans l'oeuf une histoire qui semblait prometteuse lorsque, jeune adolescente je m'étais régalée avec La Symphonie Pastorale (au passage je vais bientôt relire ce roman, si certains sont tentés pas une lecture commune n'hésitez pas à vous manifester).

 Qui est dans ta PAL ? Je dois citer les centaines de romans concernés ? Bon, voyons voyons, citons Les Vestiges du Jour d'Ishiguro, Miss Charity de Marie-Aude Murail et D.H. Lawrence qui y sont depuis déjà bien trop longtemps et que j'ai récemment songé à sortir de leur prison de papier.

les-vestiges-du-jour-kazuo-ishiguro-9782264035851.gifDH_Lawrence_1906.jpgMiss_Charity.jpg

Qui est dans ta wish list ? Elle est en générale longue comme le bras mais ma PAL a pris une telle ampleur que j'ai réussi à réfrenner mes achats de livres et peu à peu, à arrêter d'ajouter chaque semaine tout un tas de livres à ma wish list. Il y a tout de même Monsieur Dick de Jean-Pierre Ohl qui me fait envie depuis plusieurs années, les coffrets Woolf et Fitzgerald récemment sortis dans la Pléiade ainsi que quelques  Victoriens ré-édités en France récemment (Gaskell et Trollope). D'ailleurs je les mets sur la liste du Père Noël. [Edit en cours de journée : je viens de recevoir en cadeau le coffret Woolf, il y a donc une petite étoile bienveillante qui veille sur moi !]

ohl_monsieur dick.jpgwoolf_pleiade.jpgfitzgerald-pleiade.jpg

Auquel tu tiens ? A presque tous mes livres, mais je tiens notamment beaucoup à mes Pléiades, qui tiennent de la tradition familiale, à quelques livres qui me viennent de mes grands-mères (Les Hauts de Hurle-Vent, Jane Eyre, Ainsworth...) et à d'autres offerts par mes proches.

Que tu voudrais vendre ou troquer ? J'ai un tas en attente, que j'avais déjà mis en vente en ligne mais que j'ai retiré faute de temps pour aller à la poste ! Mais un titre me vient à l'esprit : je voulais me débarrasser d'un livre de Nathalie Rheims lamentable (ma vieille chronique est toujours sur ce blog en cherchant dans les liens à gauche et ce livre avait été le supplice de bien des blogueurs il y a quelques années). Personne n'en voulait en ligne, j'ai donc tenté ma chance chez un revendeur parisien qui n'en a pas voulu non plus. Du coup, excédée, je l'ai laissé avec soulagement à un type qui attendait à la sortie avec son carton pour tenter de récupérer les livres invendus. Sinon il traînerait encore chez moi !

ishiguro_inconsolie.jpgQue tu n'as pas réussi à terminer ? Ishiguro, L'inconsolé. Pourtant je me suis accrochée mais après en être arrivée à la moitié et ayant derrière moi 400 pages j'ai décidé que mon calvaire avait assez duré et qu'il était temps d'abréger ma souffrance. Et c'est à cause de cette lecture que je n'ai toujours pas ouvert Les Vestiges du Jour. 

cooper_nuage de cendre.jpgDont tu n'as pas encore parlé ? Ils sont trop nombreux, une bonne vingtaine maintenant. Il y a Dominic Cooper avec Nuage de Cendre que j'ai lu il y a six mois environ pour le Prix Kiltissime, je vais avoir bien du mal à en parler maintenant. Dans ceux qui me plaisaient beaucoup il y avait aussi plusieurs découvertes victoriennes, quelques textes courts de Trollope, de Dickens, tous lus en début d'été et que je veux chroniquer... mais cela risque d'être difficile.

The_Edwardians_Vita_Sackville_West_VMC.jpgQue tu vas lire en lecture commune ? The Edwardians de Sackville-West, que j'espère lire avec Titine, et un récit de Noël avec notre groupe de choc The Victorian Frogs and Ladies.

 

Et si elles n'ont pas encore répondu et souhaitent participer, je serais curieuse de lire les réponses de Rachel, Mrs Figg et Coralie.

11:41 Publié dans Tags | Lien permanent | Commentaires (25) |  Facebook | |

01/12/2012

Jeux concours : Résultats

DSC07151.jpg

Photo copyright Lou de My Lou Book

C'est bientôt Noël et le temps des cadeaux sous le sapin...

murgia_accabadora.jpgAprès le challenge Halloween j'ai dû braver le diabolique Mr Lou pour vous annoncer les résultats du tirage au sort pour gagner le beau roman Accabadora de Michela Murgia. J'ai renoncé à faire des photos car sa technique pour tirer les petits papiers est de faire des boules et de lancer sur moi les papiers correspondant aux gagnantes ! Heureusement je m'en suis sortie entière, mais que ne faut-il pas faire pour publier un billet de blog ? Et les deux gagnantes sont donc  Rachel et Glorifine !

****

uhlman_ami retrouve.jpgEt c'est Coralie qui remporte L'Ami retrouvé de Fred Uhlman.

 

Bravo à vous trois !

Pour la suite envoyez-moi votre adresse postale à myloubook[[at]]yahoo.com pour recevoir votre livre. J'espère que comme moi vous vous régalerez lors de ces lectures !

Et j'en profite pour faire un petit clin d'oeil à un autre jeu concours qui a lieu actuellement sur mon blog pour gagner Bienvenue au Club de Jonathan Coe ou Sur la Plage de Chesil de Ian Mc Ewan. N'hésitez pas à tenter votre chance si vous n'avez pas encore lu ces deux romans très très sympathiques !